RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !



Partagez|

C'est pas moi, c'est eux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Gabriel Nilsen

avatar

Sorcière • Feu



¤ AVATAR : Shiloh Fernandez
¤ MESSAGES : 86
¤ POINTS : 61
¤ MULTIS : Nikolaj, Declan
¤ AGE : 27 ans
¤ ZONE LIBRE : Fermé pour RP
¤ GROUPE : Sorcière du feu (né femme)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/03/2018


MessageSujet: C'est pas moi, c'est eux Jeu 22 Mar - 18:13



C'est pas moi, c'est eux
Aaron & Gabriel

Une nouvelle bagarre a éclaté dans un centre commercial, tout ça à cause de deux connards qui ont cru pouvoir me dépasser dans la file d’attente. Sérieusement, vive la civilité, et oui c’est bien moi qui dit ça. Evidemment j’ai pas fermé ma gueule et on a fini par en finir aux mains, mais je vous assure qu’ils ont eu bien plus endurés que moi. Je souris à cette pensée, même si ça me fait un peu mal à ma blessure à la lèvre, mais après tout ça fait longtemps que je vis de la douleur.
 
- On va te garder au poste pour la nuit, peut-être que demain tu seras plus calme.

J’ai oublié de préciser que je me suis aussi battu avec un vigile lorsqu’on a voulu m’arrêter, enfin pas moi mais lui, ma mauvaise personnalité, faut pas l’arrêter dans le feu de l’action, ça peut être dangereux.

- J’ai demandé à parler à Aaron Davis, faut être sourd pour être flic ou quoi ?
 
- Tu parleras à Aaron quand on l’aura décidé.
 
- Vu le temps que vous mettez à prendre une décision je suis mal barré.
 
- Faudra prendre ton mal en patience Nilsen.

 
Ouais depuis le temps les flics ont l’habitude de me voir passer, ils connaissent mon nom et savent très bien les raisons qui me conduisent au poste à chaque fois : bagarre, bagarre et encore bagarre. Heureusement aucun n’est au courant pour mes fautes plus graves. Une heure passe pendant laquelle je m’applique à gonfler le personnel jusqu’à leur faire perdre patience, jusqu’à ce qu’ils se décident enfin à appeler Aaron.
 
- Aaron est en chemin, maintenant tu la ferme.
 
- Bah tu vois quand tu veux, on peut s’entendre.
 
Il me fait un doigt d’honneur avant de se tirer, je crois que je lui ai bien tapé sur le système. Plus qu’à attendre l’arrivée d’Aaron maintenant, parce que clairement il y a un moment que mes parents ont abandonné l’idée de me sortir du poste à chaque fois que j’allais y faire un tour. De toute façon mes parents ont abandonné l’idée même de mon existence. La seule chose qui me maintient vraiment hors de l’eau est mon travail, mais même ça je risque de le perdre si je continue mes conneries, le problème c’est que je ne contrôle pas mon autre facette.
 
Il faut quelques minutes avant qu’Aaron débarque enfin et je le vois déjà me regarder en soupirant l’air de dire : encore ? Ben ouais, encore, mais c’est pas moi qui l’ai cherché cette fois, enfin pas vraiment... Allez, souris, je parie que je t’avais manqué ! Le poste est quand même bien plus animé avec moi dans les parages, vous devriez me remercier.
 
- Tu sais qu’ils m’ont fait poireauter une heure avant de t’appeler ? Et après c’est moi qu’on appelle le provocateur...
 
Ils ont de la chance que j’ai pas joué de mes "tours de magie" contre eux pour les faire se bouger le cul, parce que j’aurais très bien pu, j’ai toujours un briquet dissimulé sur moi. D’ailleurs ça me fait toujours marrer de voir leurs têtes à chaque fois que je dois poser dans une caisse mes affaires et qu’ils remarquent toujours que je possède pas moins de cinq briquet sur moi. Ils doivent me prendre pour un pyromane, c’est un peu le cas en fait.
 
- Dis-moi que t’es autorisé à ouvrir cette porte Davis, c’est pas fun de discuter avec une cage qui nous sépare. Et puis j’ai une folle envie de fumer. 

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDITS : Dee
¤ MESSAGES : 324
¤ POINTS : 101
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Ven 23 Mar - 15:09

« Et c'est qui cette fille ? »
« Elle est Irlandaise. »

Comme si une nationalité permettait d'expliquer toute la personnalité d'une personne. Bon, en même temps, la première fois qu'ils se sont vus, elle l'a quand même traîné dans un bar qui transpire un peu trop l'irlandais.

« Oh... Elle n'est pas Anglaise ? »
« Qu'est-ce qu'il dit ? »

ça c'est son père qui hurle dans la pièce à côté parce qu'il n'entend pas la conversation et, en même temps, qui n'a pas envie de se bouger pour entendre des futilités. Alors qu'elle prépare le café, dans la cuisine avec Aaron, maman-Davis se met à hurler pour répondre à son mari.

« IL DIT QU'ELLE N'EST PAS ANGLAISE »

Aaron perd un tympan en se disant que, comme cela, tout le quartier doit être au courant qu'on parle d'une non-anglaise chez les Davis.

« Comment ça elle n'est pas anglaise ? » Le père, finalement, s'est décidé à se lever de son fauteuil pour débarquer en trombe dans la cuisine. « elle a ses papiers au moins ? Sa situation est régulière ? » Et là, il brandit un cahier de compte d'on ne sait où. « Non parce que tu sais combien ça coûte d'être avec une personne en situation irrégulière ? »
« Euh... Ouais alors, vous savez. Un, elle n'est pas en situation irrégulière. »
« Tu l'as quand même arrêtée. » Il préfère ignorer la remarque de sa mère.
« Et, de deux, on n'est pas ensemble. »
« Pourtant, il serait temps que tu te trouves quelqu'un. Je veux connaître mes petits enfants moi. »
« Oui, enfin, c'est pas avec ta paye de policier que tu vas pouvoirs acheter des couches... » Il agite à nouveau son cahier de compte. « Tu sais combien tu nous a coûté dans ta première année ? »

Wahou. Il y a beaucoup trop d'enthousiasme de la part de sa mère et beaucoup trop de compte de la part de son père. Heureusement qu'il n'y avait pas eu une liste folle de femmes après Katherine parce qu'il n'aurait jamais supporté ce petit numéro à chaque fois. Son père est déjà en train de faire une énumération de tous les coûts liés à une naissance alors que sa mère le félicite d'entendre, enfin, un autre prénom que celui de Katherine. Et, dans tout ça, son téléphone se met à sonner pour afficher le numéro du commissariat.

« Sauvé par le gong ! » Il montre son téléphone. « Désolé, le boulot. »
« Mais, le café ? »
« Ils te payent en heures supplémentaires au moins ? »

Il les embrasse de loin et les salue en sortant de la pièce pour répondre à l'appel. Il ne sait pas encore s'il va devoir venir mais, dans tous les cas, il dira que oui. D'accord, ce n'est pas bien mais... Il y a des fois où il faut savoir mentir pour sa propre préservation.

***

Trente minutes plus tard, il est au commissariat. Finalement il avait dû venir sur place – même pas besoin de mentir ! Enfin, il n'y a pas réellement d'obligation, Aaron aurait très bien pu rentrer chez lui et s'occuper de cette histoire demain. Mais c'était Gabriel et, honnêtement, il n'a jamais su le laisser dans sa merde. Pourtant, vraiment, des fois, il mérite de passer la nuit dans une cellule. Mais bon, faut croire qu'Aaron est un peu trop sentimental et qu'il fini toujours par se bouger. Vous savez, un peu comme ce grand frère qui en a marre de vous faire des conneries mais qui ne peut pas s'empêcher de vous sortir d'un mauvais pas.

« Désolé Aaron, on voulait pas t'appeler alors que t'es pas de service mais... »
« Mais il vous a fait péter un câble ? »
« Au moins, il est doué pour quelque chose. »

Il l'est pour plein d'autres choses aussi mais, franchement, Aaron n'a pas envie de rentrer dans ce genre de débat avec un collègue qui est saoulé par l'attitude de Gabriel. On lui dit où le trouver et, assez rapidement, le flic se retrouve devant une cellule avec un soupire qui passe à travers ses lèvres.

« Ben, t'sais, d'un autre côté si tu t'attirais pas des ennuis tout le temps, ils auraient pas besoin de te faire poireauté pendant une heure, hein. Si tu veux m'voir tu as mon numéro, faut pas te sentir obligé de te faire remarquer. »

Il avise la serrure de la cellule aux paroles de Gabriel. Qu'il ait envie de sortir, ça, il peut le comprendre. Il est même assez d'accord sur le fait que ce n'est pas le plus agréable de parler à travers des barreaux. Cela dit, il n'a pas tellement envie que les choses soient aussi simples.

« J'suis pas de service, du coup, tu vois, j'ai pas accès aux clés. » Il secoue la tête dans un air faussement exaspéré. « C'est fou ce que l'administration et les protocoles peuvent être compliqués des fois ! » Et là, il affiche un grand sourire presque fière de le faire poireauter en cellule. « Il s'est passé quoi cette fois ? »


Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Nilsen

avatar

Sorcière • Feu



¤ AVATAR : Shiloh Fernandez
¤ MESSAGES : 86
¤ POINTS : 61
¤ MULTIS : Nikolaj, Declan
¤ AGE : 27 ans
¤ ZONE LIBRE : Fermé pour RP
¤ GROUPE : Sorcière du feu (né femme)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/03/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Sam 24 Mar - 19:49



C'est pas moi, c'est eux
Aaron & Gabriel

Bon j’en ai marre d’attendre, une heure en cellule c’est long, d’habitude ils craquent bien plus rapidement, mais au moins je finis quand même par gagner contre eux, comme d’habitude. Faut dire qu’une heure sans fumer c’est long pour quelqu’un comme moi qui a tendance à enchainer les clopes, alors quand je vois Aaron arriver je pense d’abord à ma prochaine clope avant la liberté. Je sens Aaron un peu exaspéré d’avoir à venir me chercher ici à chaque fois, mais ses remarques me font quand même légèrement sourire.

- Tu me connais, j’aime mettre un peu d’ambiance, d’autant qu’ici on se fait royalement chier.
 
En tant que prisonnier en tous cas on se fait chier, peut-être pas en tant que policier, même si j’ai un doute à ce sujet quand j’en vois certain glander. Bref, je me lève de ma place et me rapproche des barreaux, prêts à sortir de là dès lors que le portail aura été ouvert. Comment ça pas les clés ? Putain Aaron t’as pas le droit de me faire ça... Je lâche un long soupire avant de finir par retourner à ma place, m’allongeant sur le banc en regardant le plafond gris alors qu’il me demande pourquoi je suis là.
 
- Une bagarre dans un centre, des connards m’ont provoqué et ça a dégénéré... J’ai pas contrôlé la suite.
 
La suite c’est la partie où je commence à m’en prendre au vigile qui essaie de me faire lâcher les deux types. Le truc c’est que dès que la violence entre en compte je ne contrôle plus rien, tout simplement parce qu’en général c’est lui qui a le dessus, l’autre moi. Toujours allongé sur mon banc, je tourne mon visage sur le côté pour pouvoir regarder Aaron.
 
- Pour ma défense c’est pas moi qui ai cherché la baston cette fois.
 
Ouais cette fois, parce que beaucoup d’autres fois c’est plutôt moi qui cherche, mais pas aujourd’hui. Le truc tu vois c’est que si je vais voir quelqu’un pour m’aider à gérer mes problèmes on m’enfermera sûrement dans un asile, quelqu’un qui a des tendances violentes c’est différent d’un schizophrène aussi dangereux que moi. Tu le saurais si t’étais au courant des choses les plus sombres que j’ai pu faire. Sauf que tu vois j’ai pas envie de finir à l’asile, je crois que ce serait encore pire que la prison.
 
- J’ai dit à tes crétins de collègues que j’ai les sous pour payer la caution mais ils ont préféré que je reste là pour leur tenir un peu compagnie.
 
L’argent, c’est comme ça que je règle tous mes problèmes, c’est facile et de toute façon c’est tout ce que veut notre société. Ces abrutis sont loin de se douter que l’argent ne fait pas le bonheur, même si ça aide. Peut-être que si on n’avait pas été aussi riche les choses auraient été autrement pour moi, mes parents m’auraient peut-être accordé plus d’attention, auraient empêché la mort de Sarah, auraient empêché que toutes les personnes que je croisais me détruisent autant. La plupart des gens détestent les connards dans mon genre mais y en pas un pour se demander comment ça a pu en arriver là, comment le monstre a été créé. Aujourd’hui je rends juste à la société tous les cadeaux empoisonnés qu’elle m’a offerts.
 
- Je peux au moins avoir droit à une clope où ça aussi c’est tout un protocole qui prend du temps ? 

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDITS : Dee
¤ MESSAGES : 324
¤ POINTS : 101
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Lun 2 Avr - 0:51

« Ben, fais comme nous. Une poubelle, des boulettes de papiers et... Ben faut enchaîner le plus de paniers possibles. »

On apprend tout un tas de choses, chez les flics, pour tromper l'ennui. Un vrai boulot de fonctionnaire. Enfin, surtout quand on est tout en bas de l'échelle et, comme il a commencé par là, il sait très bien de quoi il parle. Pour ce qui est de mettre l'ambiance, il y a fort à parier que les collègues d'Aaron ne voient pas les choses de la même manière. Gabriel, il a une définition bien à lui de l'amusement.

N'empêche que ça ferait presque sourire Aaron d'entendre Gabriel soupirer quand il comprend qu'il ne va pas sortir tout de suite. Petite vengeance personnelle, même si ça reste bon enfant. Aaron c'est quand même un type droit qui, de toute évidence, ne va pas s'amuser à se venger juste pour le plaisir de le faire. Du coup, il écoute les explications de Gabriel, cette histoire de bagarre qui a dégénérée et qui, selon ses dires, n'est pas de sa faute. Enfin, ce n'est pas lui qui a cherché.

« Et quand tu dis ça, ça veut dire quoi ? Parce que, on en a déjà parlé, un soupir, un regard de travers, un gloussement, tout ça... Ce n'est pas chercher la baston. »

Gabriel à cette proportion à tout prendre de travers et, un rien peut allumer une étincelle qui va le faire basculer du mauvais côté. Et ça le saoule un peu Aaron parce que... ben parce qu'il n'a pas envie de voir Gabriel avoir des ennuis avec la justice, parce qu'il n'a pas envie de ne pas le voir se contrôler. Il est énervant, exaspérant, et hors de contrôle mais, il l'aime bien quand même ce petit morveux.

« Tu sais, tu peux pas traiter tout le monde de crétin. Ils font leur boulot et, estime toi heureux, ils n'ont pas enclenché la procédure qui permet de te garder un bon moment. »

Même 24h, ça doit sembler une éternité pour Gabriel. Ça saoule Aaron de devoir jouer les moralisateurs, ce n'est pas trop son rôle. Enfin, disons que, en général, c'est à lui qu'on fait la morale. Pas l'inverse.

« Mais, t'sais, pendant qu'ils vont te chercher, ils passent à côté d'autres trucs et ça peut être assez énervant pour vouloir te faire poireauter un peu. »
« Hey, Aaron ? »

Un des flics en question vient de débarquer dans la pièce des cellules. Il regarde Gabriel un instant, avant de se tourner vers Aaron pour lui dire quelque chose à voix basse. Ce qui, dans cette pièce, ne sert pas à grand-chose.

« Il y a ta mère qui vient de téléphoner. Elle s'inquiétait parce que tu as, selon ses dires, quitter le repas de famille vraiment très vite. »
« T'inquiète, je vais lui envoyer un message. Merci. »

Le seul truc qui l'embête vraiment c'est qu'il ne voulait pas que Gabriel sache qu'il venait de quitter un repas de famille. Pas que c'est la honte, il assume très bien. Mais quand on connaît un peu le flic, on sait très vite que ses parents sont très importants pour lui. Et que forcément, il aurait préféré de loin rester avec eux plutôt que de venir chercher un type habitué à se retrouver derrière les barreaux. Le flic va pour repartir quand Aaron décide de l'interpeller.

« Attends. Tu peux juste me filer une de tes cigarettes. »
« Mais tu fumes pas. » Il regarde à nouveau Gabriel et soupir, en sachant que ça ne sert à rien de protester. « Te faut le briquet avec ? »
« Non, ça ira. »
« Mais on a vidé ses poches. »
« ça ira. »

Le flic lui file une clope, sans poser plus de question, avant de repartir. Aaron est prêt à parier que Gabriel, malgré le fait d'avoir vidé ses poches, est capable de sortir un autre briquet. Contrôler le feu veut dire, aussi, toujours avoir une source sur soit.

« Tient. »

Il lui tend la cigarette, au moins ça l'obligera à se relever.


Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Nilsen

avatar

Sorcière • Feu



¤ AVATAR : Shiloh Fernandez
¤ MESSAGES : 86
¤ POINTS : 61
¤ MULTIS : Nikolaj, Declan
¤ AGE : 27 ans
¤ ZONE LIBRE : Fermé pour RP
¤ GROUPE : Sorcière du feu (né femme)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/03/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Mar 3 Avr - 1:29



C'est pas moi, c'est eux
Aaron & Gabriel

J’aime pas trop les leçons de morale, mais faut dire que mon comportement est loin d’être exemplaire. Le poste de police c’est un peu comme ma deuxième maison maintenant, mais un jour ils en auront marre de moi, vraiment. Bon après je fais pas exprès de finir ici non plus, la plupart du temps j’essaie de rester discret, mais parfois ça loupe pas. Par contre ça me fait vraiment chier quand Aaron commence à insinuer que c’est moi qui ai mal interprété les signes et cherché la baston. Je suis sûr que tu me croirais même pas si je te disais que c’est pas moi qui ai donné le premier coup, que j’ai commencé par me défendre avant que ça dégénère. C'est un peu comme mes parents à l’époque qui disaient que c’était ma faute si on me tabassait parce que je ne savais pas être normal. Mon regard s’assombrit à ces souvenirs alors que je détourne mon visage de l’autre côté.

- Je te dis que c’était pas moi cette fois.

Et j’aurais bien aimé que tu me crois, mais j’imagine qu’à force de me savoir fautif t’en as pas vraiment envie. A nouveau il me fait une leçon de moral, me disant que je devrais m’estimer heureux, que je fais perdre leur temps aux flics et tout le tralala. J’ai pas demandé à ce qu’on vienne me chercher et m’enferme derrière ces barreaux moi. D’ailleurs ça devrait être les deux autres à ma place mais évidemment c’est toujours moi qu’on arrête.

- S’ils faisaient vraiment bien leur taff on serait trois en taule, y aurait pas juste moi.

Mais comme toi c’est directement moi qu’on accuse, j’imagine que c’est ma faute, à force de venir leur faire coucou c’est normal qu’ils finissent par croire que c’est toujours moi le connard de l’histoire, mais quand même, quand finalement on est innocent c’est agaçant. Un autre flic débarque, parlant du repas de famille qu’Aaron a quitté, visiblement pour moi. Je regarde la réaction d’Aaron, on dirait que ça le fait un peu chier, faut dire que lui il est proche de sa famille alors j’imagine qu’il aurait préféré passer du temps avec eux plutôt qu’avec moi. Fait chier, je me sens responsable alors que c’est même pas réellement de ma faute.

Le fait qu’Aaron demande une clope pour moi malgré tout me fait me demander pourquoi est-ce qu’il fait ça. A vrai dire j’ai jamais compris comment Aaron pouvait me supporter, j’ai toujours fait en sorte de faire fuir tout le monde depuis la mort de Sarah et pourtant lui il continue d’être là... Je me lève de ma place lorsqu’Aaron me tend la clope, me dirigeant vers les barreaux pour l’attraper avant de me baisser pour sortir un briquet de ma basket. Je m’adosse au mur à côté des barreaux avant d’allumer ma cigarette et tirer une longue latte que j’inspire dans mes poumons. Putain ce que ça fait du bien. Je souffle la fumée avant de regarder quelques instants Aaron, puis je me remets finalement à regarder le mur en face de moi.

- Merci, pour la clope et... Pour être venu.

Surtout pour être venu puisque tu n’étais pas de service et apparemment en bien meilleure compagnie. Parfois j’aimerais être comme toi, avoir un vrai boulot, des parents qui tiennent à moi, des potes avec qui sortir et m’amuser. Mais ce monde-là est bien trop utopiste pour moi depuis que je partage mon corps avec quelqu’un d’autre.

- C’était quoi, le super repas que je t’ai fait abréger ?

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDITS : Dee
¤ MESSAGES : 324
¤ POINTS : 101
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Mar 3 Avr - 21:10

Aaron hausse légèrement un sourcil devant l'insistance de Gabriel à dire que ce n'est pas lui. C'est très clairement le genre de personne à chercher les emmerdes et ne pas hésiter à en venir au poings rapidement. Cela dit, il est aussi capable de s'en vanter ou de trouver des excuses foireuses mais, selon Aaron, Gabriel n'est pas le genre à mentir. Enfin, en tout cas, s'il insiste pour dire que ce n'est pas de sa faute, y a sûrement une part de vérité. Évidemment que c'est dur de prendre Gabriel pour la victime – même pas certain qu'il accepte d'être vu de cette manière – tellement c'est lui le problème en règle générale. Finalement, Gabriel c'est l'élève dissipé qu'on accuse facilement parce que les problèmes viennent de lui en général.

« Et tu veux porter plainte ? »

Si ce n'est pas lui qui a cherché, il est en droit de déposer une plainte contre les autres types. En réalité, la question est super sérieuse, il n'y a même pas une pointe d'ironie qui se cache derrière, contrairement à ses collègues. Cela dit, il propose juste pour la forme parce que, étrangement, il ne voit pas vraiment Gabriel se mettre à porter plainte contre des types qui ont cherché la merde. De toute façon, Aaron n'a pas le temps de pousser le raisonnement plus loin puisqu'ils sont interrompus par un de ses collègues.

Ils sont de nouveau seuls, Gabriel en train de fumer sa clope. Il y a ce petit instant de flottement où Aaron a envie d'ouvrir cette putain porte et, en même temps, il hésite. Est-ce que ce n'est pas trop facile de le faire sortir à chaque fois ? Est-ce que ce n'est pas l'inciter à se retrouver derrière les barreaux puisque, de toute façon, y a toujours Aaron pour le sortir de là ? Putain, heureusement qu'il n'a pas d'enfant, sinon il serait toujours en train de se poser un tas de questions.  

C'est Gabriel qui brise le silence en le remerciant pour la clope et pour être venu. Des remerciements qui sont accueillis par un haussement d'épaules. Y a des gens, comme ça, ils pouvaient avoir un problème à n'importe quelle heure, Aaron débarquerait quoi qu'il arrive. Bref, il n'estime pas avoir besoin d'être remercié pour quelque chose qui lui semble tout à fait normal. Mais, il est bien vite interrogé sur son repas de famille.


« T'inquiète. C'est le repas hebdomadaire avec les parents. »

Quand son emploi du temps le permettait, il y allait plus d'une fois par semaine mais... C'est rarement le cas alors, il y a eu cette histoire de repas hebdomadaire proposé par sa mère pour qu'Aaron se démerde pour trouver au moins un repas à leur accorder. Une très bonne initiative, selon lui, parce qu'il est proche d'eux mais que c'est aussi très facile de se noyer sous le boulot – surtout quand on en a deux – et d'oublier d'aller les voir.

« Il y aura celui de la semaine prochaine. » et de la semaine d'après et ainsi de suite. « De toute façon, on avait presque fini. »

Ce n'est pas vrai. Le café peut durer très longtemps chez les Davis mais, pas la peine de faire culpabiliser – ou pas – Gabriel. Aaron n'est pas le genre à venir l'aider pour que, ensuite, chercher les remerciements ou une quelconque reconnaissance. Il laisse passer un sourire.

« Puis, en fait, tu viens presque de me sauver la vie. Ils étaient un peu en train de divaguer à cause d'une personne que j'ai rencontrée. »

C'est plutôt rare qu'Aaron parle de sa vie personnelle. Autant ses parents, il en parle souvent parce qu'ils sont une partie intégrante de sa vie. Mais, sa vie sentimentale, c'est le sujet qu'il n'aborde jamais.

« Hey, d'ailleurs, tu as bouffé ? Parce que, y a un petit restau dans le coin qui est plutôt pas mal. »

Ouais, il vient de bouffer et alors ? Y a toujours de la place pour un truc ou deux en plus, surtout qu'il n'avait pas eu le temps de profiter de la tarte au citron de sa mère.


Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Nilsen

avatar

Sorcière • Feu



¤ AVATAR : Shiloh Fernandez
¤ MESSAGES : 86
¤ POINTS : 61
¤ MULTIS : Nikolaj, Declan
¤ AGE : 27 ans
¤ ZONE LIBRE : Fermé pour RP
¤ GROUPE : Sorcière du feu (né femme)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/03/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Ven 6 Avr - 23:21



C'est pas moi, c'est eux
Aaron & Gabriel

C’est assez étonnant qu’on me propose de porter plainte, un truc pareil n’était pas arrivé depuis... De longues années. Depuis la Norvège en fait, j’étais même pas encore majeur à ce moment-là. Je me souviens parfaitement que mes parents n’avaient pas voulu porter plainte par honte, ils ne voulaient pas que l’affaire s’ébruite, qu’on sache que leur fille se faisait frapper parce qu’elle voulait devenir un garçon. Finalement ma famille pouvait parfois être tout aussi cruelle que ceux qui frappaient, c’est juste qu’eux le faisait avec leurs mots. L’arrivée d’un collègue d’Aaron me fait sortir de mes pensées, j’ai pas eu le temps de lui répondre mais de toute façon je ne compte pas porter plainte, j’ai encore de la fierté.

On se retrouve bien assez vite de nouveau seul avec en plus une clope en bouche et ça c’est le pied. Déjà que la taule c’est chiant mais si en plus je ne peux même pas fumer autant me tuer tout de suite, j’ai besoin de ma dose moi. J’aspire une longue latte alors qu’il m’avoue que c’était le repas hebdomadaire et qu’il avait presque fini, même si je me demande s’il ne dit pas ça juste pour ne pas que je culpabilise, enfin à condition déjà qu’il me croit capable de culpabiliser. J’ai jamais trop su comment considérer Aaron jusque-là, au début je pensais que je le détesterais tout autant que le reste de ses collègues alors que finalement... Bah j’ai fini par l’apprécier vraiment. Je souris alors face à la nouvelle réplique d’Aaron.

- A ton service mon pote, j’espère que tu lui as pas encore passé les menottes sinon pas dit que tes parents apprécient.

Je plaisante un peu sur le sujet, mais Aaron me connaît assez maintenant pour savoir que je ne prends presque jamais rien au sérieux. Sauf quand on me parle de bouffe, là c’est totalement différent. J’entends presque mon ventre gronder au moment où il me propose un resto. Si tu me prends par les sentiments Aaron, tu sais bien que je ne vais pas refuser.

- Ça dépend on mange sur place ou c’est livré directement à travers les barreaux ? Oh et puis dans les deux cas je dis oui de toute façon.

Enfin ce serait quand même mieux dehors, mais après tout si je peux passer le temps derrière les barreaux en mangeant un bon petit plat, c’est pas moi qui dirais non. Après avoir tiré une dernière latte j’éteins directement ma clope à même le sol. Puis je vois le regard d’Aaron sur moi presque dépité.

- Quoi ? Y a pas de cendars ici, je vais pas l’écraser dans ma main. Promis je la jetterai dans une poubelle en sortant.

Mais c’est bien parce que c’est toi, bon et aussi parce que normalement j’aurais pas eu le droit à une clope derrière les barreaux mais bref, je respecterai les lieux t’inquiète pas. Il n’y a que les gens que je ne respecte pas, enfin pas tous mais beaucoup.

- Alors on se la fait cette bouffe ?

Parce que c’est quand même le sujet le plus important actuellement, et c’est trop tard pour changer d’avis mon pote, et puis c’est moi qui offre, à condition qu’on me rende mon portefeuille, donc tu pourras te faire plaisir et moi ça me permettra de te remercier de t’être déplacé jusque-là. Tu vois faut toujours voir le bon côté des choses, c’est une philosophie qu’on devrait tous adopter, je t’assure.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDITS : Dee
¤ MESSAGES : 324
¤ POINTS : 101
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Mar 10 Avr - 15:37

Aaron laisse passer un léger rire.

« Tu n'imagines même pas à quel point tu es proche de la vérité. »

Non, il n'a pas passer les menottes à Erin mais, quand même, il l'avait embarqué dans une voiture de fonction pour la traîner au poste. Enfin, ça c'était avant de rendre son collègue tellement barge qu'il avait fini par laisser Aaron et Erin sur le bord de la route. Pas très conventionnel comme façon de rencontre quelqu'un, en même temps rien ne l'était vraiment quand il s'agissait d'Aaron. A croire qu'il a un don pour attirer les situations improbables.

Pour cette histoire de repas, tout est assez clair dans l'esprit d'Aaron. On ne peut pas considérer un repas tel quel, si on le bouffe dans une cellule. Mais, si c'est clair pour lui, ça ne l'est pas pour Gabriel puisqu'il pose la question du lieu où il va pouvoir manger un truc. Aaron va pour faire sa précision quand la cigarette est écrasée sur le sol, ce qui, involontairement, lui fait hausser un sourcil. Sérieusement, mec ? Mais, en même temps, Gabriel a raison : il n'y a pas de cendriers en cellule.

« En même temps, on est pas supposé fumer ici. »

Le règlement, et tout... Mais Aaron, il n'est plus vraiment à une infraction près. Encore un truc qui pourra, éventuellement, être ajouté à son dossier. Faut dire qu'il aime bien faire criser ses supérieurs, c'est devenu une seconde nature sans même le faire exprès. Enfin bref, il fouille dans une de ses poches et sort les clés de la cellule avec cet air faussement incrédule sur le visage.

« Ohhh... Ben, en fait j'avais les clés sur moi. Incroyable. »

Pas la peine de se demander pourquoi il faisait fondre une durite à autant de ses collègues. Mais, maintenant qu'il a sorti ses clés, autant ouvrir la porte. Ce qu'il fait, avant d'inviter Grabiel à sortir de la cellule.

« J'connais un petit restau dans le coin, c'est plutôt sympa. »

Chez Barney. Une sorte de Dinner Américain qui est réservé qu'aux surnaturels – et à ceux qui ont en conscience. Planqué dans une petite ruelle, avec une porte visible que pour une catégorie de personne, et invisible pour les humains. La dernière fois qu'il y a été, il y avait eu cette embrouille avec des vampires et Barney qui lui avait demandé de partir, lui et la femme qui l'accompagnait. Mais Braney l'aimait bien quand même le petit Aaron, parce qu'il l'a quand même aidé dans pas mal de situations.

« Et les burgers, là-bas, c'est une tuerie. »

Et il s'y connaît en burger... Du moment qu'il n'y a pas de cornichons dedans ! Bref, il sort de la pièce avec les cellules pour arriver devant l'accueil où un de ses collègues l'interpelle assez rapidement.

« Tu le laisses sortir ? On prend pas de déposition, si les autres portent plainte et tout ? »
« T'sais, je crois que y a personne qui viendra porter plainte. » Parce qu'il a décidé de croire que les choses n'étaient pas partie de Gabriel.
« Mais il a... »
« T'inquiète je m'en occupe. Je vais la prendre sa déposition, c'est jusqu'il n'y a plus aucun bureau de libre. »
« A cette heure-ci ? »

Ouais, ok. L'excuse est foireuse mais, en même temps, c'est aussi pour signifier qu'il ne le ferait pas. Du coup, il lève un pouce en direction de son collègue.

« Je gère. Si tu voulais le faire, fallait pas m'appeler pour que je vienne. »

Ce qui semble mettre un terme à la discussion assez brutalement. Du coup, Aaron il invite Gabriel à sortir du commissariat.


Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Nilsen

avatar

Sorcière • Feu



¤ AVATAR : Shiloh Fernandez
¤ MESSAGES : 86
¤ POINTS : 61
¤ MULTIS : Nikolaj, Declan
¤ AGE : 27 ans
¤ ZONE LIBRE : Fermé pour RP
¤ GROUPE : Sorcière du feu (né femme)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/03/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Ven 13 Avr - 0:41



C'est pas moi, c'est eux
Aaron & Gabriel

Je relève un sourcil face à la réponse d’Aaron par rapport à la fille. Là tu m’intrigues mec et même si t’es pas très causant pour l’instant, je finirai par avoir des réponses, contrairement aux apparences je peux savoir être patient. J’ai bien envie de connaître l’histoire que tu as eue avec cette fille que tu aurais à priori presque menottée. Je suis sûr que je me serais bien entendu avec elle. Bref, pour l’heure l’appel de la bouffe est le plus important et quand je vois Aaron sortir finalement les clés de sa poche, j’ai juste envie de l’insulter de connard... Puis je réalise que le connard m’empêche de passer la nuit en cellule du coup je me la ferme avant même d’avoir commencé à ouvrir ma bouche.

- Et après tu t’étonnes qu’on n’ait pas voulu te confier d’armes.

Ouais je pouvais pas complètement me la fermer non plus, d'autant que ça fait un moment que je connais Aaron maintenant et je suis au courant des galères qu’il a eu à obtenir le droit du port d’armes ici. Faut dire que quand il s’y met il peut avoir deux mains gauches, du coup c’est pas très rassurant un flic qui pourrait tuer la victime plutôt que l’attaquant, voire se tuer lui-même en fait. Bref, comme promis je ramasse mon mégot en sortant de la cellule pour le jeter cette fois-ci dans une poubelle. T’inquiète pas elle était bien éteinte, je risque pas d’y foutre le feu même si c’est tentant.

- Mon estomac rêve d’un bon burger là...

Tu vas me faire baver si tu continues de vendre les burgers de ce resto, heureusement qu’il est dans le coin, d’après tes mots. Mais d’abord faut passer par la case sortie en croisant tes collègues, et je peux pas m’empêcher d’esquisser un énorme sourire de connard lorsqu’Aaron finit par avoir le dernier mot et qu’on nous laisse sortir. Je l’avoue, j’étais très tenté de faire un doigt à son collègue mais pour lui je me suis retenu. Du coup je passe récupérer mes affaires, mon téléphone, mon portefeuille, mes clopes et mes cinq briquets. Le collègue d’Aaron ne semble d'ailleurs pas très ravi de devoir me rendre les briquets.

- Tu sais Aaron, c’est souvent des pyromanes qui ont autant de briquets sur eux, tu devrais faire gaffe...

- Faut pas s’inquiéter, Aaron sait très bien que je ferais d’abord cramer toutes vos baraques avant de m’en prendre à la sienne.


Et sur ces belles paroles je me casse de la station de police. Oh ce n’était pas une menace, juste une petite provocation, mais là-bas ils sont habitués à force. A peine on fou les pieds dehors que je sors déjà une cigarette pour l’allumer. Ouais je sais, je viens tout juste de fumer mais déjà ma marque de cigarettes est meilleure et ensuite je suis accroc, donc les clopes je peux facilement les enchaîner sans problème. Je fume tranquillement sur le trajet, prenant goût à la liberté et à la nicotine.

- Et du coup, cette nana que t’as failli menotter, tu comptes la revoir ?

Retour en force sur le sujet, bah ouais, j’avais bien dit que je lâcherais pas l’affaire et aussi étonnant soit-il, la vie d’Aaron m’intéresse. Sois content, en général j’en ai rien à foutre des histoires des autres. On ne met pas longtemps à arriver au resto où on s’installe à une table, déjà prêt à savourer notre plat avant même d’avoir commandé. Le temps qu’une employée arrive, j’en profite pour continuer un peu sur le sujet.

- Si tu veux je peux aider à lui faire faire un petit séjour là où tu bosses, bon ce sera pas très intime à travers des barreaux mais au moins elle pourra pas s’échapper.

Parce que t’as souvent tendance à donner envie aux gens de se barrer très loin et viens pas me dire le contraire, la preuve, tu dois toujours courir après les cons que tu arrêtes. D’ailleurs ça me rappelle notre première rencontre, j’étais le con en train de courir évidemment, quoi que, on pourrait se poser la question.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDITS : Dee
¤ MESSAGES : 324
¤ POINTS : 101
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Jeu 19 Avr - 22:48

Du coup, avant de se barrer, Aaron il lève les deux mains dans un haussement d'épaule à son collègue, l'air de dire : Voilà, tu vois, y a pas à s'inquiéter, j'suis le dernier sur la liste, tout va bien ! Bien sûr, il ne prend pas ça au sérieux. Et même si c'est le cas, au moins, il a le temps de voir venir. Si toutes les baraques de ses collègues brûlent les unes après les autres, il aurait peut-être le temps de récupérer quelques affaires importantes avant de se barrer. Comme le soutif de Caramel – dit comme ça, on dirait qu'on parle du soutif d'une prostituée au nom d'empreint mais, non, pas du tout – parce que c'est un putain de trophée, ça !

« P't'être bien. »

Ouais, il compte bien la revoir. C'est juste qu'il ne sait pas quand, comment, ni la manière de s'y prendre. C'est pas comme s'il n'avait eu qu'une seule personne pendant dix ans de sa vie... Bref ce n'est pas vraiment un domaine qu'il maîtrise à la perfection et puis, tout ce qui touche aux sentiments, ce n'est pas vraiment son fort. Y a des gens qui sont froids et distants pour se protéger. Lui, sa barrière, c'était son humour. Ne jamais être sérieux permettait de ne jamais avoir à l'être. Stratégie de base, très conne mais assez efficace dans l'ensemble. Et puis, ça avait un double avantage. Les gens le prenaient toujours pour le con de service, le clown dont on n'a pas besoin de s'inquiéter. Sauf que si vous alliez voir le tableau qui parle des réussites au commissariat, Aaron fait parti du haut du classement. Et il est probablement premier dans les dégâts matériel aussi.

Tous les deux sont installés dans le restaurant où Aaron a salué Barney – le gérant – en arrivant et Lucille – l'une des employées – qui semble déjà savoir quoi ramener aux deux hommes. C'est qu'on le connaît bien le Aaron dans le coin même si, de toute évidence, il n'est pas supposé foutre les pieds dans un restaurant pour les surnaturels.

« Ouais alors, t'sais, j'ai pas besoin que tu me l'envoies au commissariat. D'une, elle a l'air de pouvoir y aller comme une grande. » Les Irlandais, leurs grandes gueules et leurs capacités à s'attirer des emmerdes... Surtout quand ils traînent dans un bar qui sent indépendance à toute belle. Et tout ça, c'est loin de sonner comme une critique dans l'esprit d'Aaron. « De deux, si elle se fait arrêter, j'aurais son nom et son prénom et, c'est con mais j'aime bien l'idée de ne pas savoir. »

ça c'est peut-être son subconscient qui lui envoie de grosses alertes pour ne pas qu'il sache qui est cette fille. Il aimerait autant éviter de se faire tuer par Ambrose s'il savait qu'Aaron fréquentait sa sœur... Ou voulait la fréquenter. Mais comme tout le monde était dans l'ignorance à ce sujet là, tout va bien dans le meilleur des mondes... Pour le moment. Il pique une frite dans le plat qu'on vient de lui apporter.

« Et de trois, j'ai plus 15 ans, j'ai pas besoin d'intermédiaire. J'trouverais bien une idée. »

Ce qui ne veut pas dire qu'elle sera bonne mais, au moins, il aura essayé d'y réfléchir. Il fera ça à tête reposée, en attendant, autant profiter des frites. Ce gars doit avoir un estomac extensible, vu le repas qu'il vient de se taper chez ses parents.

« Bon et toi, quoi de neuf ? » Hormis les déboires dans un centre commercial. « Quelqu'un en vue ? » Quoique, avec un colocataire, ça ne doit pas être facile de ramener quelqu'un à la maison... Sauf si c'est le colocataire qui est en vue. « D'ailleurs, ça s'passe bien la colocation ? »

Et y a même pas de message cachée dans sa question. Non, il n'insinue pas que, forcément, avec Gabriel ça se passe mal. Bien au contraire. Il se demande réellement si tout se passe bien, c'est qu'il s'intéresse quand même à sa vie.


Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Nilsen

avatar

Sorcière • Feu



¤ AVATAR : Shiloh Fernandez
¤ MESSAGES : 86
¤ POINTS : 61
¤ MULTIS : Nikolaj, Declan
¤ AGE : 27 ans
¤ ZONE LIBRE : Fermé pour RP
¤ GROUPE : Sorcière du feu (né femme)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/03/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Dim 6 Mai - 1:27



C'est pas moi, c'est eux
Aaron & Gabriel

Faire cracher des infos à Aaron ne devrait pas être trop compliqué, non ? Allez, à moi tu peux tout me dire mon pote ! Bon c’est vrai que la tête angélique ne le fait pas trop sur moi, mais je peux au moins essayer. Je lui propose même de l’aider à la revoir en l’envoyant en taule, j’imagine que c’est pas la meilleure idée que je puisse avoir mais on fait avec les moyens du bord. Sinon je peux aussi organiser la fête de l’année et faire en sorte qu’elle y soit, crois-moi tout le monde veut venir aux soirées que j’organise, en général elles promettent toujours de sacrées surprises. Moins bonnes pour les flics parfois, mais en général je fais en sorte qu’ils n’aient pas à se déplacer, t’as vu comme je suis consciencieux ?

- T’as des goûts vraiment particuliers Davis.

Et je ne parle pas de ses goûts en bouffe, pour ça je crois bien qu’on a les mêmes, mais ses énumérations sont quand même assez particulières, faudra bien le reconnaître. Bon après je comprends qu’un flic puisse flasher sur une rebelle, c’est sympa le jeu du chat et de la souris, puis je parie qu’il doit bien kiffer la menotter. Apprécier ne pas connaître son nom est déjà un peu plus étrange mais après tout pourquoi pas, certains aiment bien l’anonymat et au pire il aura qu’à lui-même lui donner le nom qui le fait fantasmer. Pas dit qu’elle apprécie. J’attrape le hamburger qui m’a été servi et plante mes crocs dedans pour y mâchouiller un morceau. J’en lâche un soupire de plaisir. Bordel la bouffe c’est presque aussi bon que le sexe.

- Bordel ce que c’est bon.

Je prends une nouvelle bouchée au moment où Aaron me demande comment les choses se passent avec mon coloc. William ? Ben j’imagine que les choses ne peuvent pas mal se passer étant donné son taux de présence, c’est peut-être que ce qui me permet de rester encore chez lui d’ailleurs. J’avale à peine ma gorgée avant de répondre.

- Willy c’est un peu comme Casper tu vois, on n’a pas vraiment eu le temps de se sauter à la gorge encore.

Je me suis dix fois plus engueulé avec son voisin qu’avec William, c’est pour dire, mais au moins le voisin il risque pas de me foutre à la porte lui donc j’en profite. Je pique une frite dans mon assiette avant de reprendre.

- Mais dès que le tribunal m’aura lâché la grappe je compte me prendre un nouvel appart, j'aime pas devoir compter sur un autre et j'ai besoin de plus de fenêtres aussi.

Ouais parce que mon coloc est un vampire du coup l’appart est assez adapté à sa condition et moins à la mienne. Le truc c’est que moi je suis une sorcière du feu, donc le soleil ça m’aide à me sentir bien. Alors ouais, dès que je le peux je me casse de cet endroit, sorry Will. La porte du resto s’ouvre pour laisser entrer un petit groupe de vampires, ce qui me fait presque avaler de travers. Surtout quand celui du milieu pose son regard dans le mien. Merde. Je me racle la gorge en les observant avant de regarder Aaron ensuite.

- Aaron, je crois qu’on ferait mieux de...

J’ai pas le temps de finir ma phrase que le vampire a usé de sa rapidité pour se poster à notre table, très vite rejoint par ses deux autres camarades derrière lui.

- Nilsen, ça faisait un bail.

- C’est fou comme tu ne m’as pas manqué. Je vois que tu t’es remis de ta brûlure.


Je l’entends grogner de rage à ce souvenir. Si vous voulez mon avis les choses ne vont pas tarder à dégénérer, mais vous savez quoi, le seul truc qui peut m’inquiéter c’est qu’Aaron se retrouve au milieu de tout ça. Ma main glisse lentement vers la poche de mon jean pour attraper l’un de mes briquets.

- Ce serait bien que les choses n’aient pas à s’enflammer une deuxième fois Jones...

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDITS : Dee
¤ MESSAGES : 324
¤ POINTS : 101
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Lun 7 Mai - 14:20

Mais non, ce n'est pas une question d'avoir des goûts particuliers c'est seulement que... Roh et puis, en fait, peu importe. Aaron n'arrive déjà pas à s'expliquer à lui-même la situation avec cette fille alors, honnêtement, l'expliquer à quelqu'un d'autre ça relève de l'impossible. Il verra bien comment les choses se passent et si ça évolue et, si c'est le cas, il aura tout le loisir de se prendre la tête. Pour l'heure, profiter d'un burger de chez Barney semble être la meilleure option qui se présente à lui. Et sur ce point là, les deux semblent être d'accord.

Il bouffe alors que Gabriel lui parle d'un colocataire inexistant. Remarque ce n'est pas plus mal, au moins il n'y a pas de prises de tête à répétition. Les joies de la colocation sans avoir les inconvénients, c'est classe, non ? Enfin sauf pour cette histoire de fenêtres.

« Mouais... » Il finit sa bouchée. « En vrai, j'ai jamais vraiment compris ce besoin de se cloitrer dans le noir. On fait de très bon revêtement anti-UV de nos jours. Au moins, y a la luminosité dans une pièce, sans risquer de frire de façon dégeu. »

Il y avait un orphelinat dans le sud de Londres qui avait ce principe. Normal, vu la population qui occupait ces lieux. Et Aaron il trouve que c'est un putain de concept. Une bonne façon de profiter de la lumière de la journée sans en avoir les inconvénients. M'enfin, après, si les vampires voulaient vivre dans l'obscurité ou dormir dans un cercueil, c'était leur problème.

Il va pour croquer dans son burger quand il se retrouve à hausser un sourcil face à la phrase de Gabriel. Vas-y, c'est quoi le problème ? Apparemment trois vampires qui connaissent Gabriel. Aaron, il finit par vraiment mordre dans son burger. Est-ce que c'est vraiment étonnant ? Gabriel a, quand même, une façon toute particulière d'attirer la merde sur lui. Alors, des déboire avec des vampires, ça n'étonne pas vraiment Aaron. Pas assez en tout cas pour ne pas finir son assiette.

« J'me laisserai pas avoir une deuxième fois Nilsen ! »
« Bouarf, savez c'qu'on dit... » Pas évident de parler en essayant de finir une bouchée. « Jamais une s'en deux... Un truc dans l'genre quoi »
« C'est qui ta copine Nilsen ? » Y a le vampire qui regarde Aaron avant de taper un large sourire. « Laisse-moi deviner, une autre sorcière ? Vous avez décidé de créer un clan transgenre ? »

Pour la défense du vampire, les humains ne sont pas supposés pouvoir entrer dans ce restaurant. Du coup, la confusion peut-être faite. Aaron, il semble s'en foutre alors qu'il vient de finir son burger et qu'il lâche un soupir de contentement en s'installant dans le fond de sa banquette.

« En vrai, on est pas aussi sectaire. On accepte aussi les vampires un peu débiles. » Ou complètement demeuré. Au choix.

Phrase qui ne semble pas plaire puisqu'il quitte sa banquette, de manière involontaire, alors que ses pieds flottent dans le vide. Il soupir en comprenant que le vampire vient de l'attraper par le col pour le soulever face à lui.

« Aaron ! Ça fait deux fois en moins d'une semaine ! »

Y a Barney qui vient de sortir de sa cuisine pour lui hurler dessus. Putain, avec ces conneries, Aaron il va finir par ne plus avoir le droit de venir ici et, vraiment, ça serait dommage parce que les burgers son vraiment bons. Du coup, il penche la tête pour avoir le propriétaire en vue.

« T'inquiète Barney, je gère. »
« Tu gères rien du tout ! »
« Si tu le dis. »

Aaron, à faire le con, il gère surtout la diversion pour que plus personne ne se concentre sur Gabriel et ses 50 000 briquets. C'est déjà pas mal.


Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Nilsen

avatar

Sorcière • Feu



¤ AVATAR : Shiloh Fernandez
¤ MESSAGES : 86
¤ POINTS : 61
¤ MULTIS : Nikolaj, Declan
¤ AGE : 27 ans
¤ ZONE LIBRE : Fermé pour RP
¤ GROUPE : Sorcière du feu (né femme)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/03/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Mar 8 Mai - 23:55



C'est pas moi, c'est eux
Aaron & Gabriel

On n’a pas le temps de converser longtemps sur Willy et ses préférences pour l’obscurité. Aaron a raison, beaucoup de vampires se payent des baraques avec des fenêtres anti UV, au moins il ne reste pas dans le noir du matin au soir. Personnellement je ne me vois pas me passer de soleil, mais avec mon pouvoir c’est compréhensible j’imagine. On se fait arrêter par ce groupe de vampires qui débarque et ne m’aime pas trop, pas du tout même faut bien se l'avouer. Sauf qu’Aaron ça ne semble pas l’arrêter dans son repas lui. Un vrai bouffeur ce mec, même l’apocalypse ne l’arrêterait pas dans sa dégustation. Moi en revanche j’ai du mal à me concentrer sur autre chose qu’eux. En soit le danger pour ma propre personne est loin de m’effrayer, mais j’ai pas envie que ça se finisse mal pour Aaron, déjà qu’il a dû quitter un repas de famille pour moi, j’ai pas envie d’en rajouter une couche non plus.

Merde Aaron, pourquoi tu l’ouvres ? Et voilà, maintenant il t’a dans sa ligne de mire et ce connard en profite pour me provoquer en plus. J’aime pas qu’on évoque le côté "transgenre" avec moi, normalement tout ça appartenait à mon passé, ici personne ne devait le savoir, mais j’imagine que tout le monde se doute qu’une sorcière homme devait forcément être une femme avant... Fait chier, j’aime pas vraiment me souvenir de ce passé. Je n’ose pas regarder Aaron à ce moment-là, on n’a jamais évoqué ce sujet lui et moi jusque-là et tant mieux, mais maintenant je me demande ce qu’il en pense. Ou pas, je suis pas sûr d’avoir envie de savoir en fait.

Mes poings se serrent de rage sous la table, et finalement le vampire réagit à la provocation d’Aaron en l’attrapant violemment par le col. Ok maintenant je ne suis vraiment pas content. Alors que toute l’attention est portée sur eux, j’en profite pour m’emparer de l’un de mes briquets et allumer la flamme. Que la fête commence. Une boule de feu bien brûlante arrive en plein dans la tronche de Jones, comme le disait Aaron, jamais une sans deux. Il relâche automatiquement Aaron en hurlant et avant que quelqu’un ne puisse réagir je crée une barrière de feu autour de nous trois, nous enfermant dans ce cercle brûlant pour ne pas qu’un de ses camarades vienne nous interrompre.

- Personne ne touche à Davis à part moi, connard.

Mon regard c’est transformé, beaucoup plus sombre cette fois et ce sourire sadique... Ce n’est plus le même Gabriel qui est aux commandes désormais, faut dire que dès qu’il y a de la bagarre l’autre aime bien se pointer. Toute occasion est bonne pour faire couler du sang. Fais gaffe à toi Aaron, parce que ce Gabriel-là ne différencie pas toujours ses alliés de ses ennemis, un rien pourrait le faire s’en prendre à toi.

- Alors Jones, on en était où la dernière fois déjà ?

Il se tourne vers moi en grognant de rage. Ta nouvelle brûlure au visage de ta bien Jones, elle est beaucoup mieux que la dernière, elle te met en valeur, tu ne trouves pas Aaron ? Je continue de sourire sadiquement en me rapprochant de lui, puis Jones cogne, un bon coup de griffure en plein dans la gorge qui fait couler mon sang. Je glisse mes doigts dessus, regardant mon propre sang sur mes doigts avant de relever mon regard sur celui de Jones.

- Tu te mets à griffer comme les loups maintenant ? Je parie que mon sang doit te donner envie, t’attends quoi pour venir le goûter ?

Il fronce les sourcils en me regardant, comme s’il ne comprenait pas ce revirement. J’en profite pour entourer mes poings de flammes qui pour ma part ne me brûle pas, ce n’est pas le cas du vampire qui se reçoit une première droite en pleine cage thoracique. Puis je me jette sur lui, le faisant tomber à la renverse avant de me mettre à serrer son cou de mes mains enflammées qui commencent à littéralement creuser dans son cou. Tu ferais mieux de ne pas regarder ça Aaron, tu risquerais de ne pas reconnaître le Gabriel que tu as l’habitude de côtoyer, d’autant que ce Gabriel-là prend clairement plaisir à faire souffrir et ça se voit dans le sourire qui orne son visage.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDITS : Dee
¤ MESSAGES : 324
¤ POINTS : 101
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Lun 14 Mai - 3:33

Y a cette boule de feu qui s'écrase sur le visage du vampire et, rien que la chaleur à son passage suffit à Aaron pour comprendre qu'il n'a pas envie de s'en prendre une un jour. Ses pieds retrouvent le sol rapidement et il porte déjà une main à son dos, stoppant son geste quand un cercle de feu les entoure, tous les trois. Il a ce petit mouvement de tête dans une moue, quand Gabriel explique que personne ne doit le toucher.

« On va allonger la liste, gars alors. Parce que c'est loin d'être le seul. »

S'il y a bien une personne qui mérite la palme d'or, pour se foutre dans des emmerdes impossibles, c'est bien Aaron. Heureusement son manque d'instinct de survie est compensé par une sorte de chance insolente qui fait que, au final, il se sort de toutes les situations. En tout cas, jusqu'à présent, ça a toujours été le cas. Il y a ses doigts qui se referment sur la crosse de son arme, planqué dans le dos, alors que son regard se pose sur Gabriel.

Problème.

La gars il n'a plus du tout le même regard, le sourire qu'il a sur le visage n'est pas vraiment engageant. Ok. Il sort son arme mais, en vrai, il ne sait pas vraiment sur qui il doit tirer. Un vampire, dans son esprit, ce n'est pas forcément mauvais. Il ne va pas tuer un vampire juste pour le plaisir parce que... Bah, ça n'a rien d'un plaisir. Et puis, clairement, celui qui a le dessus, c'est Gabriel. Si y en a un à arrêter, c'est lui en fait.

« Gabriel... » Et là, y a le bruit d'une détonation qui passe bien trop proche de Aaron.  « Wooow ! »

Dans un réflexe, ridicule mais que tout le monde possède, il se protège en mettant ses mains en avant. De l'autre côté de la barrière de feu, il ne voit pas Barney mais il l'entend hurler.

« Pas de bagarre dans mon restaurant ! »
« Putain Gars, tu peux même pas savoir où tu vises ! »
« C'est bien mon problème ! »

Et là, y a le bruit d'un fusil qu'on recharge.

« Je gère, j't'ai dis ! »
« Ben, gère plus vite alors. » Et y a un deuxième coup qui part à l'aveugle.
« T'es un PUTAIN de malade Barney !  Tu vas finir par tuer quelqu'un, avec tes conneries »

Peut-être qu'il y compte bien. Peut-être qu'il sait aussi parfaitement où viser pour ne toucher personne. Difficile à savoir. Dans tous les cas, il est temps de calmer un peu les ardeurs de Gabriel avant que ça ne dégénère de trop. Aaron s'approche du bout de table qui est à sa portée, enfonce sa main dans sa manche pour, trèèèèès rapidement, s’emparer d'un grand pichet d'eau.

« Gabriel ? Va falloir le lâcher maintenant ! »

Honnêtement, il n'attend pas de réponse de sa part. Le gars il semble être ailleurs, dans une sorte de folie que Aaron en lui connaît pas. En même temps, il y a un dossier judiciaire qui aurait pu lui mettre la puce à l'oreille. Il verse tout le contenu, d'une traite sur les mains de Gabriel. Avec son autre main, y a son arme qui se pointe sur les deux mecs au sol.

« Maintenant, on se calme, et on se sépare les gars ! » Nouvel détonation que se fait entendre. « DEUX PUTAINS DE SECONDES BARNEY ! »


Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Nilsen

avatar

Sorcière • Feu



¤ AVATAR : Shiloh Fernandez
¤ MESSAGES : 86
¤ POINTS : 61
¤ MULTIS : Nikolaj, Declan
¤ AGE : 27 ans
¤ ZONE LIBRE : Fermé pour RP
¤ GROUPE : Sorcière du feu (né femme)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/03/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Ven 18 Mai - 0:28



C'est pas moi, c'est eux
Aaron & Gabriel

Il n’y a plus de calme en moi, envolé pour laisser place à la rage et la soif de tuer. Enfin peut-on réellement appeler ça un meurtre lorsqu’il s’agit de tuer quelqu’un qui est déjà mort ? Il devrait y avoir une petite exception pour les vampires quand même. Très vite j’en oublie tout ce qu’il se passe autour de moi, la présence d’Aaron, de Barney et des autres, il n’y a plus que Jones, moi et sa future dépouille. Je n’entends même pas Aaron prononcer mon prénom, mais par contre j’entends bien le bruit d’une balle que l’on vient de tirer et c’est ce qui me sort un peu de cet état de transe. Juste un peu.

Aaron et Barney se disputent mais moi je n’en ai pas terminé avec Jones, son cou est encore attaché à ses épaules, toujours pas assez brûlé. Alors je reprends de plus belle jusqu’à ce qu’Aaron finisse par m’arrêter en… M’envoyant un pichet d’eau sur les mains. Sérieusement ? Je relève mon regard noir vers Aaron. T’es au courant qu’il y a encore du feu tout autour de nous et que je pourrais te brûler toi aussi juste pour avoir voulu m’arrêter ? Et la colère monte encore plus d’un cran lorsque Barney tire son dernier coup de feu et qu’Aaron me braque avec son arme.

- D’accord Aaron, comme tu voudras...

Mais tu sais bien que ces mots ne sonnent pas comme il le faudrait, avec un côté bien plus menaçant. Et d’un coup les flammes agissent telle une explosion, se diffusant partout dans le bar comme après une détonation, la force les emportant tous à travers le bar mais... Ces flammes-là ne font rien d’autre que les envoyer valser, pas de chaleur, pas de brûlure. Puis après l’explosion un gros silence. Il ne reste plus que moi assis sur mes jambes au centre du bar avec un couteau de table enfoncé dans ma cuisse et tenu par ma propre main. Mon corps est tremblant alors que je tente de me battre avec moi-même pour reprendre le contrôle, pour ne pas faire de mal à Aaron surtout. Mon regard légèrement embué croise le sien lorsqu’il se redresse.

- Je suis désolé, je voulais pas...

Mais d’un coup je me retrouve avec l’un des sbires de Jones qui arrive devant moi en utilisant sa vitesse et, tout aussi rapidement, me plaque contre un mur du bar en m’attrapant par la gorge pour me soulever du sol.

- Pas de deuxième chance pour toi Nilsen.

Ma respiration est difficile mais je suis bien trop concentré sur la prise de contrôle du mauvais moi pour contre-attaquer. Si je le laisse reprendre le dessus il le décimera, lui et tous les autres, sans doute Aaron y compris. Je ne peux pas le laisser faire ça. Aaron est l’un des seuls types à qui je tiens en ville, je ne peux pas le laisser me le prendre lui aussi. L’une de mes mains se pose par réflexe sur celle du vampire qui m’étrangle alors que je sens l’oxygène commencer à me manquer.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDITS : Dee
¤ MESSAGES : 324
¤ POINTS : 101
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Ven 18 Mai - 21:53

Ok. Le regard de Gabriel n'annonce rien de bon, après le pichet d'eau. Cela dit, Aaron est dépourvu de tout instinct de survie alors, ça ne le traumatise pas plus que cela. Disons que, la seule chose qui l'ennuie vraiment, c'est de se retrouver face à une toute autre personne. C'est assez nouveau et ce sera peut-être perturbant mais, plus tard, parce que là, il est concentré sur autre chose. Sur les paroles de Gabriel qui donne son accord pour arrêter alors que tout son corps semble hurler le contraire.

« Woooh, Gabriel, no... »

Pas le temps de finir sa phrase, alors qu'il avait mis sa main en avant, qu'il se retrouve projeter par des flammes qui ne brûlent pas. Aaron se protège comme il peut, quand il est dans les airs, pour atterrir sur une table qui cède à son arrivée.

« Putain... » Y a tout son dos qui est endolori, alors qu'il secoue la tête pour se remettre les idées en place. « … J'ai passé l'âge de ces conneries. »

Voler à travers des pièces, détruire du mobilier en se réceptionnant. Y a ses articulations qui vont lui faire payer cette vie bien avant l'heure, si ça continue. Il se redresse, attrape des balles dans une des poches intérieures de sa veste. En un temps record, les balles sont insérées dans son arme. Ok. Maintenant, on va jouer à un autre niveau. Son regard va se poser sur Gabriel qui s'excuse, avec sa blessure volontaire.

« J'espère bien, gars ! »

Parce que là, clairement, Barney il n'allait plus laisser Aaron revenir dans ce restaurant. Alors, ouais, y a intérêt à ce que Gabriel n'est pas fait exprès de lui retirer l'accès aux meilleurs burgers de la ville. Faut pas déconne, non plus ! Un deuxième vampire, vient attraper Gabriel par la gorge et, Aaron, il enclenche son arme.

« J'suis désolé aussi Gab. »

Il se décale, vise et tir. Pas sur Gabriel, mais sur le bras du vampire qui le tient. Sauf que la proximité entre les deux hommes peut permettre à un éclat de balle de toucher Gabriel. Le vampire, sous l'impact, balance le sorcier avant de se retourner vers Aaron.

« Tu crois vraiment qu'une balle va m'arrêter. »
« Ouais, juste attends une seconde ou deux encore. »
« Quoi ? »

Et là, le vampire se met à hurler. Les balles, à l'eau bénite, c'est bien. Mais des fois, il faut juste quelques secondes pour que le liquide se déverse. Le troisième vampire, il enclenche un pas vers Aaron, activant même sa vitesse vampirique. Sauf qu'au moment d'atteindre le flic, ce dernier a déjà tendu le bras pour que le canon de son arme soit sur le front du vampire.

« T'es certain de vouloir jouer aussi ? »

Y a une courte hésitation, les cris de son potes qui résonnent et, finalement, sa vitesse vampirique lui sert à quitter les lieux. Aaron se dirige alors vers Gabriel, quand l'autre vampire l'interpelle.

« Tu as mal visé, c'est pas comme ça que tu vas me tuer. »
« C'était pas le but. »

John, de son côté, il ne fait pas trop parler de lui. Un peu sonné, la gorge encore bien endolorie. Et l'autre vampire, il ne semble pas comprendre pourquoi Aaron ne l'a pas tué. Sauf que le type de l'Alliance, il n'a pas envie d'expliquer son appartenance à ce groupe, et encore moins que son but n'est pas de tuer tous les vampires qu'il croise. Alors c'est face à Gabriel, qu'il se retrouve accroupi.

« Hey, gars, ça va ? » Entendre par là : tes envies de meurtres sont un peu passées ? « Parce que, faudrait qu'on se casse, là, tu vois. »

Parce qu'y Barney qui commence à se relever aussi, et il risque de ne pas être super content. Pour ce qui est des vampires, Aaron ne s'en inquiète pas moment. Ça fait un petit moment qu'il a appuyé sur un bouton pour faire débarquer une équipe de l'Alliance.


Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Nilsen

avatar

Sorcière • Feu



¤ AVATAR : Shiloh Fernandez
¤ MESSAGES : 86
¤ POINTS : 61
¤ MULTIS : Nikolaj, Declan
¤ AGE : 27 ans
¤ ZONE LIBRE : Fermé pour RP
¤ GROUPE : Sorcière du feu (né femme)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/03/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Sam 19 Mai - 19:50



C'est pas moi, c'est eux
Aaron & Gabriel

Garde ton calme Gabriel. Garde ton putain de calme ! Mais c’est pas facile de garder son calme quand un vampire vous regarde avec des yeux meurtriers pendant qu’il vous étrangle. Je peux pas le laisser me tuer mais je peux pas non plus me laisser tuer tous ceux qui se trouvent là. J’entends à peine Aaron s’excuser alors qu’un coup de feu part et d’un coup j’ai cette sensation hyper désagréable en dessous de la gorge au même moment où mon corps s’écroule par terre parce que le vampire aura fini par me lâcher. J’arrache l’éclat de balle encore brûlant qui s’est immiscé dans ma peau avant de relever mon regard vers le vampire qui se met à hurler.

Et finalement c’est Aaron qui finit par gérer la situation et tout reprendre en main, et lui au moins il le fait bien. Certains vampires se barrent de là, d’autres nous regardent encore l’air de dire qu’ils vont nous dévorer mais ne font rien pour autant et moi je suis toujours par terre en train de regarder mon pote réparer mes conneries. J’ai vraiment foutu le bordel, hein ? Aaron revient vers moi et me demande si je vais bien, même si on sait tous les deux ce qu’il entend par là.

- Ça va... On peut y aller.

J’arrache le couteau toujours enfoncé dans ma cuisse et le laisse retomber au sol, continuant quand même de rester concentré parce que je sens l’autre qui a envie d’exploser d’une minute à l’autre. Alors j’évite le regard de ces vampires, parce que je sais que si j’y lis de la provocation, je ne le retiendrais pas longtemps. Au lieu de ça je me relève et dépose une liasse de billets sur la table, sans compter.

- Pour la bouffe et les dégâts.

Et il y aura largement de quoi réparer, il pourra même refaire entièrement la peinture s’il veut, peut-être qu’avec ça Barney laissera au moins revenir Aaron, même si moi j’éviterai d’y remettre les pieds. De toute façon c’est loin d’être le premier endroit où je me retrouve banni et ce ne sera pas le dernier non plus. Je quitte le restaurant aux côtés d’Aaron, boitant un peu à cause de la blessure que je me suis moi-même infligé. Je reste silencieux pendant de longues minutes, n’osant pas trop rouvrir ma gueule après le bordel que je viens de mettre, mais finalement le silence devient trop pesant à mon goût.

- Je ne voulais pas te faire de mal tu sais... Mais eux je voulais les détruire. Et Barney aussi.

Parce qu’il était menaçant avec son fusil et qu’il aurait pu te blesser. Pourquoi est-ce qu’il faut toujours que je devienne une menace envers les personnes que je veux à tout prix protéger ? Je suis pas un type bien Aaron, malgré tout ce que tu peux penser de moi, et je sais qu’un jour je finirai par te décevoir, parce que ce que t’as vu là ce soir, c’est rien comparé à ce que je peux être vraiment.

- Et le jour où tu ne seras pas là pour m’arrêter je sais que je les tuerai parce que je ne peux pas le contrôler tu vois... J’y arrive juste pas.

Je sais que c’est loin d’être une bonne idée de faire des aveux d’un futur meurtre à un flic, mais autant qu’il soit au courant, non ? Un jour on lui demandera de me passer les menottes et de me foutre en taule une bonne fois pour toute, et ce jour-là je sais que la mauvaise part de moi ne se laissera pas faire, même face à toi.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDITS : Dee
¤ MESSAGES : 324
¤ POINTS : 101
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux Dim 20 Mai - 21:47

Aaron reste près de Gabriel, pour lui venir en aide s'il a besoin de se déplacer. Faut dire que sa blessure à la cuisse ne doit pas être très agréable et encore moins pratique pour marcher. Quand ils sortent du restaurant, il y a déjà des sirènes qui se font entendre au loin et qui viennent dans leur direction. Aaron, il sait très bien que ce ne sont pas des flics mais qu'ils se feront passer pour ça en débarquant dans le bar. Il sait aussi qu'il aura encore un putain de rapport à faire quand les choses seront un peu plus calme mais, dans l'immédiat, ce n'est pas sa priorité.

Aaron fait en sorte de diriger Gabriel dans une rue un peu plus fréquentée quand ce dernier se décide à reprendre la parole. Les discours sérieux, tout ça, Aaron il n'est pas très doué dans ce domaine. Il a toujours tendance à tout prendre à la dérision alors que, dans ce cas, il sait que ce n'est pas la meilleure chose à faire. Sauf qu'il ne sait pas trop ce qu'il doit dire. Que ce n'est pas grave ? Techniquement, ça l'est. Enfin, perdre son contrôle de cette manière, ça peut très mal se finir même si ce n'est pas le cas ce soir. Dire qu'il sait ? Ça serait un mensonge. Bien sûr, il a lu son dossier. Mais il n'a que celui que possède la police. Y a toute une partie psychiatrique qu'il ignore quand même.

« Tu ne m'as pas fait mal. Voler à travers les pièces, tu sais, c'est devenu une activité à part entière... Juste, je travaille encore mon style à la réception. »

Il entend bien Gabriel qui confesse une action qu'il n'a pas encore commise. Et il lui dirait bien de ne pas dramatiser, que ça n'arrivera pas et qu'il se stresse pour rien. Sauf qu'il n'est pas vraiment certain de la véracité de tels propos. Fallait vraiment voir le regard que Gabriel avait un peu plus tôt, rien à voir avec le gars qu'il connaît. Aaron il réfléchit aux solutions qui pourraient exister, tout en levant la main pour faire stopper un taxi dans lequel il fait monter Gabriel, et lui.

Sur le trajet, en direction de chez lui, il continue de réfléchir. Mais en vrai, c'est un problème tout ce qu'on fait de plus humain. C'est con, parce qu'Aaron c'est un humain mais il ne sait pas gérer ces trucs là. Encore, si ça avait été une malédiction ou une connerie dans le genre, là, il aurait 50 000 solutions à proposer à Gabriel. Mais ce n'est pas le cas.

On les dépose devant l'immeuble où il habite, Aaron paye la note et se propose toujours d'aider le sorcier s'il a besoin d'aide pour marcher. Et surtout pour monter les trois étages.

« L’ascenseur est en panne depuis trois ans, laisse tomber, c'est une plaie. »

En même temps, à qui la faute ? S'il n'avait pas jeté une potion suspect dedans, peut-être que l’ascenseur fonctionnerait normalement. Mais, il va éviter de raconter ce genre de choses, après tout, ce n'est qu'un flic. Même son appartement a été pris en fonction de son salaire au commissariat et non pas de ce qu'il gagnait à l'Alliance. Ça serait con de mener une double vie et d'exposer de l'argent qu'il n'est pas supposé avoir. Bref, il ouvre la porte d'un appartement un peu en bordel mais propre. Ce genre d'appartement où, clairement, on peut vite comprendre que la personne n'y est pas souvent.

« Vas-y installe-toi, j'vais chercher ce qu'il faut pour ta jambe. »

Aaron n'a même pas proposé à Gabriel de le déposer chez lui. Son colocataire est un vampire, Gab est blessé, ça peut donc comporter des risques. Sans parler de l'état psychologique du sorcier. Bref, assez d'éléments pour qu'Aaron préfère le garder un peu chez lui. Cela dit, il ne lui fout pas le couteau sous la gorge pour l'obliger à rester.

Après un passage éclair dans la salle de bain et dans la cuisine, Aaron revient avec une petite trousse de soins et deux bières fraiches, posant le tout sur la table basse devant le canapé.

« Bon, et ça t'arrive souvent ce genre d'épisode ? Genre, j'sais pas moi, y a un élément déclencheur. C'est comme les règles chez les meufs, ça arrive tous les mois de manière régulière ? »


'Tain, ça se trouve c'est ça. Les restes de son ancien cycle quand il était encore une fille. Parait que ça peut rendre complètement barge ces trucs là, suffit de voir le caractère des femmes pendant cette période. Elles te boufferaient juste pour un regard de travers, ou parce que tu as oublié de voir que leur mèche de cheveux est placée à droite plutôt qu'à gauche !


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: C'est pas moi, c'est eux

Revenir en haut Aller en bas
C'est pas moi, c'est eux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Centre de Londres :: La City de Londres :: Police Station-
Sauter vers: