RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !



Partagez|

That’s the last straw

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Noah Prescott

avatar

Chamane • meute Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDIT AVATAR : Shiya
¤ MESSAGES : 69
¤ POINTS : 25
¤ AGE : 32 ans
¤ ZONE LIBRE :
¤ GROUPE : Chamane
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: That’s the last straw Lun 19 Fév - 21:39


   
That’s the last straw
Aaron & Noah

      
Noah ouvrit un œil pour regarder l’heure affichée sur son réveil. Six heures du matin. Un rapide calcul dans son esprit bien embrumé et elle comprit qu’elle n’avait dormi que trois petites heures. Encore. C’était sa moyenne depuis près d’une semaine. La jeune femme roula sur le dos pour fixer le plafond et tenter de se rappeler pourquoi elle avait mis cette saloperie de réveil aussi tôt. Il lui fallut plusieurs minutes pour se souvenir qu’elle avait une livraison ce matin à la boutique. Un réassort important qu’il allait falloir récupérer, dépaqueter et ranger. En temps normal, elle n’aurait pas ronchonné, mais vu l’état dans lequel elle était, cela ne lui donnait que l’envie de se rouler en boule tout au fond de son lit. Noah soupira une première fois, dégagea sa couette ce qui provoqua une deuxième soupire. Et enfin elle en lâcha un troisième lorsqu’elle se mit debout. Elle se sentait tellement fatiguée qu’elle en avait presque la nausée.

La douche lui fit du bien et c’est les yeux grands ouverts, mais cernés qu’elle en sortie. La serviette autour d’elle, elle ne fit qu’apercevoir la silhouette nébuleuse de la sorcière dans un coin de la pièce.

« Toi, tu te la fermes ! »

Un doigt menaçant vint appuyer ses paroles qu’elle venait de cracher avant de se tourner vers son placard. Cet esprit était la cause de ses insomnies. Une sorcière morte il y a peu qui cherchait vengeance. Elle lui avait fait voir son histoire, à travers murmure, visions et rêves cauchemardesques. Sa mort aussi. La chamane avait assez de recul et d’expérience pour ne pas se faire manipuler par un esprit. Elle aurait pu être révoltée par le fait qu’elle est été tuée pour ce qu’elle était. Une sorcière. Mais quelque chose lui disait qu’elle n’avait pas spécialement été une enfant de cœur de son vivant. Sa fin de vie avait été violente, mais c’était fait et Noah n’avait pas l’impression qu’elle devait juger cela. Elle le lui avait expliqué, avait fait son possible pour apaiser cet esprit colérique, mais rien n’y avait fait. La chamane n’arrivait pas à s’en débarrasser et c’était bien la première fois que ça lui arrivait. D’habitude ils étaient moins entêtés que ça. A vrai dire, le mot le plus juste était acharnée. Elle faisait face à une véritable furie qui avait décidé de la torturer en la privant de sommeil jusqu’à ce qu’elle lui trouve une solution. Ce qui commençait à inquiéter Noah était que dans son état de fatigue actuel, si l’esprit décidait de faire bien pire que la hanter jour et nuit, elle n’aurait plus assez d’énergie pour se défendre.

Alors ce matin, outre la fatigue, c’était d’avantage et pour la première les nerfs qui parlaient. D’ailleurs, l’injonction qu’elle venait de donner à son bourreau était si spontanée et surprenante que l’esprit sembla disparaitre pendant un petit moment. Le temps pour Noah de s’habiller et d’avaler quelque chose avant de se rendre à l’Ancient Spices. Et d’y retrouver l’esprit farceur. Et pourtant comme prévue, elle prit en charge les paquets qu’elle fit déposer dans l’arrière-boutique, accompagna le livreur à l’entrée de sa boutique, attendit qu’il soit loin avant de refermer la porte à clé et de se tourner vivement vers cet esprit qu’elle avait senti tout au long de la livraison derrière elle. Une présence étouffante et malsaine qu’elle ne supportait plus.

« Tu as gagné ! C’est quoi son nom ? »

Un murmure au creux de son oreille qui lui déclencha un frisson le long de la colonne vertébrale. Il fallait décidément que tout ceci s’arrête ou bien elle allait devenir aussi dingue que son tortionnaire.

C’est donc passablement énervée que Noah se présenta au poste de police. Bien sûr, il ne s’agissait pas d’un gars lambda, un peu retord sur les bords. Non. Il avait fallu que ce soit carrément un flic ! Arrivée à l’accueil, elle demanda à voir cet Aaron Davis. L’agent lui expliqua laconiquement qu’il n’était pas possible de voir un policier sur simple demande et qu’elle devait d’abord remplir un formulaire pour exprimer sa présence au poste. Noah parut un instant tout à fait calme, bien que son index tapotait nerveusement le comptoir. Un nouveau frisson lui parcourut l’échine, lui faisait comprendre que le Aaron Davis en question était présent dans les locaux. Alors rapidement, elle contourna le desk pour se faufiler dans les couloirs en hurlant « Aaron Davis ! Je veux voir Aaron Davis ! », le sympathique agent d’accueil sur ses talons et la présence glaciale de l’esprit dans chaque pièce que Noah croisait.

   
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDIT AVATAR : Dee
¤ MESSAGES : 270
¤ POINTS : 76
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Mar 20 Fév - 10:43



>
That’s the last straw
Noah & Aaron




«Tu exagères. »
« Mais non, je te jure. » Il ouvre grand les bras « Comme ça je te dis, l'araignée »

Aaron s'acharne à expliquer pourquoi il se trouve à la machine à café, plutôt que dans son bureau. Il y a bien une araignée qui est passée par là, à moins que ce soit une poussière qui s'est déplacé avec un courant d'air. Mais, bien évidemment, personne ne veut le croire. Est-ce qu'il a abusé sur la taille pour ne pas être crédible ? Il soupire, boit une gorgée de son café dégueulasse et essaye à nouveau.

« De toute façon, tu n'étais pas là, tu peux pas savoir. Énorme, que je te dis, elle était É.NOR.MEUH »
« C'est pas que je ne veux pas te croire mais, sérieusement, comment elle pouvait tenir dans ton bureau avec cette taille ? »

Ah, c'est ça. Le problème vient bien de la taille. Trop grosse pour rentrer dans son tout petit bureau. Tient, ça aussi, il faut qu'il en parle à son supérieur. Ces conditions de travail, ce n'est plus possible. Même le jeune Potter avait plus de place dans sous l'ascenseur, ça avait des airs de petit studio comparé à la pièce dont Aaron disposait. Un scandale, qu'on vous dit ! Cela dit, apparemment, il ne faut pas se fier aux tailles données par l'anglais.

Au moment où il décide d'aborder ce sujet, une voix féminine se fait entendre en criant son nom. Les deux hommes se penchent pour passer la tête à travers le couloir. Aaron ne peut s'empêcher de sourire en voyant l'agent de l'accueil essayer de raisonner une femme qui, apparemment, avait décidé que l'administration était trop longue.

« Tu la connais ? »
« Tu aimerais bien que je te dise oui. »
« Grave. Je t'aurais demandé de me la présenter. »

Faut dire que, hormis le fait qu'elle a l'air un peu spécial à crier dans le couloir d'un commissariat, aucun des gars ici refuseraient de l'interroger. Ah, les mecs, je vous jure ! Aaron se redresse, n'ayant plus aucune vue, sur le couloir et cette fille. Tranquillement, il continue de boire son café alors que son collègue le regarde en haussant un sourcil.

« Tu n'y vas pas. »
« Qui ? Moi ? »
« Ce n'est pas moi qu'elle appelle. » Un tout petit détail qu'Aaron aurait préféré oublié.
« Gars, t'es un putain de génie. » Il lui met une tape sur l'épaule. « Tu iras loin dans ce métier. »
« Tu sais, quand même, que techniquement je suis ton supérieur. »
« Ouais, c'est bien ce que je dis. Tu iras loin. »

Le ton est ironique et Aaron vire son gobelet dans une poubelle de la salle de pause avant de se décider à sortir. L'air de rien, les mains dans les poches, il traverse ce qu'il reste de couloir. Avouons-le, l'espace d'un instant il songe même à dépasser cette femme sans rien dire, genre « c'est pas moi, bonne journée ». Mais ça c'est sans compter le mec de l'accueil qui est sur les talons de cette fille et qui, désespéré, interpelle le flic.

« Aaron, je suis désolé, j'ai dis qu'elle pouvait pas mais... »

Mais il n'allait quand même pas taser une fille comme ça, juste parce qu'elle n'a pas voulu remplir un simple formulaire de 6 pages et avec 3 annexes. L'administration, tout un programme.

« C'est bon, je m'en occupe. Tu devrais retourner là-bas avant que quelqu'un décide de faire la même chose. Je prends la salle trois. »

Non, il ne va pas la traîner dans son bureau. Il a décidé d'être en guerre contre la taille de son bureau, pour la peine, il va squatter une salle d'interrogatoire. Voilà. Il reporte son attention sur la jeune femme qui, de toute évidence, manque de sommeil.

« Si vous voulez bien me suivre. »

Il refait un bout de couloir avec elle pour arriver, pas dans la salle 3, mais dans la salle de pause. Allez savoir pourquoi, ça le fait rire de se dire que le pauvre type à l'accueil allait noter que la salle trois était occupée sans que ce soit le cas. Quand on entre en guerre, on se débrouille avec les moyens du bord. Son collègue, en les voyant arriver, salue la jeune femme dans un large sourire avant de partir pour les laisser tous les deux.

« Je peux vous offrir un café ? Enfin, je vous préviens, ça n'a de café que le nom. » Après avoir désigné un semblant de machine à café de la main, il porte à nouveau son attention sur elle. « On dirait que je n'ai pas besoin de me présenter mais, je ne crois pas vous connaître ? »

En tout cas, il imagine qu'il s'en souviendrait si c'était le cas. De manière tout à fait objective et, parce que l'observation faisait partie de son métier – elle est belle cette excuse –, il n'aurait clairement pas oublié un visage comme le sien.

« qu'est-ce que je peux faire pour vous ? »



©️ LILIE



Revenir en haut Aller en bas
Noah Prescott

avatar

Chamane • meute Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDIT AVATAR : Shiya
¤ MESSAGES : 69
¤ POINTS : 25
¤ AGE : 32 ans
¤ ZONE LIBRE :
¤ GROUPE : Chamane
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Jeu 22 Fév - 17:58


 
That’s the last straw
Aaron & Noah

     
Le boucan que Noah avait fini par produire avait au moins eu l’avantage de mettre un peu d’ambiance dans ces bureaux. Elle entendait derrière elle l’agent qu’elle se traînait y mettait aussi du sien. Ce qui fait que plusieurs têtes finirent par apparaître dans l’encadrement des portes et son regard se posa bien vite sur la personne qui l’intéressait. La chamane pouvait presque sentir d’ici la colère qui émanait de l’esprit à l’approche de son bourreau. La séance semblait s’annoncer un peu éprouvante. Un regard de victoire adressé à l’agent d’accueil et la jeune femme suivit le flic Davis là où il voulait bien l’emmener, sans un mot ni même un sourire poli. Parce qu’après tout, il aurait très bien pu se défiler fasse une nana inconnue qui gueulait son nom sans raison valable.

« Ça ne ressemble pas à une salle 3 … »

Une observation complètement inutile que Noah fit, à peine rentré dans ce qui se révéla finalement être la salle de pause. Des sièges, la cafetière. Et un mec avec un sourire niais qui quittait la pièce. Les indices étaient là.

« Noah. »

Répondit-elle très succinctement sans même prendre le temps de répondre à sa proposition de café. Vu comment il le lui avait vendu, il ne devait pas s’en étonner. La jeune femme ferma soigneusement la porte et posa son sac qui semblait un peu lourd.

« Vous avez un esprit au cul. Et allez savoir pourquoi, il est au mien aussi. »

Elle n’y allait pas par quatre-chemins. De toute façon, il s’en serait certainement rendu compte à un moment donné. Si ce n’était pas au travers d’elle, ça aurait au travers d’une autre. L’esprit lui avait fait comprendre qu’elle avait été tuée par un chasseur de sorcière. Mais Noah ne savait pas si lui en était conscient d’en être un, de chasseur de sorcière. Au mieux, elle passerait pour une illuminée. Au pire, elle risquait le même sort que sa tarée de consœur. Les bras croisés, elle observa le flic un instant, comme si elle le jaugeait. Faisant appel à ses sens médiumniques, elle ne percevait aucune réelle dangerosité de l’individu. Mais après tout, il avait tout de même tué une sorcière. Et ses dons n’étaient peut-être pas aussi étendus qu’il y avait quelques années, alors qu’elle était entourée de loups.

« Vous avez fait la peau à une sorcière. Je ne sais pas comment vous vous y êtes pris pour la dézinguer, mais elle n’est pas contente du tout, du tout ! »

Et du coup, Noah non plus. La jeune femme n’avait rien demandé et ça faisait longtemps, qu’elle ne demandait plus rien au surnaturel. Elle était toujours à l’écoute de ses sens physiques et magiques, de ses ancêtres et des esprits qui habitaient la nature. Mais elle avait fini par limiter sa pratique à un simple mode de vie chamanique, continuant ainsi à montrer son respect à ce monde invisible pour le commun des mortels. Ca faisait partie d’elle, elle ne pouvait pas y échapper et ne le souhaitait de toute façon pas. Mais sans lien avec une meute de loups, une pratique plus poussée n’était plus nécessaire et finalement difficilement possible. Alors se retrouver à gérer un esprit vengeur, ce n’était clairement pas dans ses plans et elle doutait que ce soit encore dans ses capacités.

« De manière générale, je ne suis pas méga fan des maniaques qui s’acharnent sur des femmes. Encore moins lorsqu’il s’agit de sorcières. Et je deviens assez agressive lorsque finalement quelque chose qui ne me concerne vient perturber mon sommeil pour plusieurs nuits. Alors vous allez me dire qui vous êtes et ce qu’il s’est passé exactement. »

Noah s’était avancée jusqu’à Aaron pour finir par lui glisser un doigt accusateur sous le nez. C’était les nerfs et le manque de sommeil qui avait fini par avoir raison de sa patience. Mais elle souhaitait avoir la version de ce soi-disant chasseur de sorcière avant de faire quoi que ce soit.

« Et ne jouez pas au plus con parce que je parviendrais à le sav … »

Mais finalement, ce fut sans doute l’esprit vengeur qui se bougea les miches en premier. Le regard franc et direct de Noah qui soutenait celui du flic se fit beaucoup plus vague et sa respiration s’accéléra. La jeune femme tangua et tenta d’attraper son sac qui vint s’écraser à terre, laissant rouler sur la moquette fatiguée de la salle de pause, des pierres et des bouquets d’herbes ficelées. L’atmosphère de la pièce se fit beaucoup plus froide et sombre, bien que les néons semblaient toujours bien allumés.

« Cette pétasse… cherche … à …. me posséder. » Haleta Noah, accroupie sur le sol. « Les pierres… et le tambour. »

Une demande urgente formulée avec une voix rauque. Elle avait besoin d’outils pour se défendre le temps d’appeler de l’aide dans le monde invisible.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDIT AVATAR : Dee
¤ MESSAGES : 270
¤ POINTS : 76
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Ven 23 Fév - 13:15



>
That’s the last straw
Noah & Aaron




«  C'est parce que ce n'est pas la salle 3. »

Et Aaron fait de gros efforts pour s'arrêter à cette simple phrase parce que, en temps normal, il aurait pris le temps d'expliquer que c'est une sorte de mini rébellion contre les systèmes, sa façon de mener une guerre contre ses supérieurs, son coup de gueule contre sa trop petite pièce. Il fait de gros efforts en prenant en compte qu'elle n'a pas l'air de super humeur et en essayant de ne pas la noyer sous un flot de paroles. Ou peut-être qu'il ne fait pas d'effort particulier, qu'il reste évasif parce qu'il veut savoir ce qu'elle lui veut. Il l'aurait juré, quand un tas de tête s'étaient montrées sous les cris de cette femme, elle l'avait reconnu. Lui. Alors qu'il ne sait strictement rien d'elle. Avouez que ça a de quoi être intriguant.

Il n'est pas le seul à être succinct dans ses réponses puisque, de son côté, la jeune femme ne lâche qu'un simple prénom. Et dire qu'il n'a même pas le droit à un nom de famille, ça allait compliquer les choses s'il doit faire des recherches par la suite. Un fait qui est relayé au second plan quand elle commence à parler d'esprit. Ok. Là, il arque un sourcil, semble se demander de quoi elle peut bien lui parler. Il a même l'air de prendre sur lui pour ne pas rigoler devant cette affirmation. Bien sûr qu'il croit aux esprits, il est même parfaitement conscient de leur existence. C'est justement parce que c'est bien réel qu'il fait comme s'il ne comprenait pas.

«  Sans déconner ? Parce que y a des gens qui sont contents quand ils se font tuer ? »

Ouais, il fait le malin, celui qui trouve toute cette histoire délirante. Cela dit, dans le fond, il commence sérieusement à s'interroger. Si ce qu'elle dit est vrai, il n'a pas besoin de réfléchir bien longtemps pour savoir de quelle sorcière il s'agit. Ce n'est pas comme s'il en butait trois, tous les matins, avant le petit déjeuné. Son but, dans la vie, n'est pas de tuer des êtres surnaturels, il y avait une prison très efficace pour les retenir quand ils dépassaient les limites.

Aaron se met bien vite à loucher sur le doigt qu'elle point sur lui. Il se passe de sourire mais ça le fait rire en vrai. Cette manière qu'elle a de s'énerver, de lui pointer un doigt accusateur, et de lui demander des explications. Non parce qu'elle a forcément un sacré culot pour venir se pointer ici, balancer tout ça, se définir comme une sorcière – sinon elle ne verrait pas les esprits – tout en pensant qu'il y a des chances qu'il soit un tueur de sorcière... Ou alors elle est suicidaire. Une option qui reste à envisager. Cela dit, il ne faut pas se leurrer, il ne pas lui dire ce qui s'est passé. Elle peut être une illuminée. Ou quelqu'un qui a des doutes sur le monde obscur et qui vient prêcher le faux pour savoir le vrai. Peut-être qu'elle avait été témoin de ce soir là, quand il a effectivement tué cette sorcière, et qu'elle veut prouver qu'il y a bien un monde surnaturel. Ok, elle en sait beaucoup, mais ça ne lui semble pas suffisant pour parler librement.

Si, par son statut de chef d'équipe à l'Alliance, Aaron n'est pas soumis à un sort de non divulgation c'est parce qu'on a assez confiance en lui pour qu'il n'en parle pas à la première illuminée venue. Noah lui demande de ne pas jouer au con alors, comme un gamin, il lève les mains avec un sourire à la noix... Bien sûr que si, il va jouer au con. C'est encore ce qu'il sait faire de mieux. Il ouvre même la bouche pour commencer à répondre dans ce sens.

«  Merde ! »

C'est pas ce qu'il a prévu de dire, ses bras viennent soutenir la jeune femme qui se met à vaciller. Merde, il n'a même pas eu le temps de jouer au plus malin. Ce n'est pas juste. Cela dit, elle vient de perdre son statut de simple illuminée. Simuler un malaise, une possession, ou avoir des trucs chelous dans son sac ne fait pas d'elle une vraie sorcière. Le changement évident dans la pièce, en revanche, ne peut pas être simulé par une simple humaine.

«  C'est vraiment pas très malin de votre part ! »

Il tend le bras vers les objets qui sont tombés du sac et, bizarrement, il semble très bien savoir ce dont elle a besoin. Avoir passé beaucoup de temps avec une sorcière, ça aide à ce niveau-là. Il l'aide à s'asseoir et lui dépose ce dont elle a besoin devant elle. Puis la laissant un instant, il va fermer la porte de la salle de pause en la verrouillant pour que personne ne puisse rentrer.

«  A quel moment vous avez trouvé que c'était une bonne idée de venir me trouver. » Il quitte la porte pour revenir en face d'elle. «  Vous semblez persuadée que j'ai tué une sorcière, donc vous venez et en plus vous n'êtes pas au meilleur de votre forme. » Il balance les mains dans un signe d'évidence. «  C'est clairement du suicide. »

Et clairement, ça le saoule qu'une sorcière puisse être aussi négligente. Aaron part du principe que le monde a besoin de ces femmes-là, même si elles ne sont pas connues du grand public. Alors non, il n'est pas un tueur de sorcières mais qu'est-ce qu'elle en sait elle ? Quelles garanties elle a de ne pas se faire tuer pour s'être dévoilée ? Admettons que le fait d'être dans un commissariat la protège, ça ne va pas durer éternellement. Inconsciente. Elle est parfaitement inconsciente !

Aaron sort du champ de vision de la jeune femme un petit instant et revient avec une coupelle qu'il pose devant elle, avant de sortir un bouquet de feuilles séchées qu'il connaissait pour les vertus, celle de pouvoir aider une sorcière à retrouver une certaine sérénité afin de ne pas se laisser posséder facilement. Il lui tend le tout avec un briquet qu'il sort de sa poche.

«  Tenez. Faites votre truc. »

A défaut d'être le genre de personne à tuer des sorcières dans un commissariat, autant être celui qui l'aide à retrouver toute possession de son corps. Parce qu'ils allaient clairement avoir besoin de parler un peu.



©️ LILIE



Revenir en haut Aller en bas
Noah Prescott

avatar

Chamane • meute Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDIT AVATAR : Shiya
¤ MESSAGES : 69
¤ POINTS : 25
¤ AGE : 32 ans
¤ ZONE LIBRE :
¤ GROUPE : Chamane
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Sam 24 Fév - 10:21


 
That’s the last straw
Aaron & Noah

     
Les dents serrées, les ongles enfoncés dans le sol, Noah luttait pour sa survie dans son propre corps. Il était tout à fait hors de question qu’une morte prenne possession d’elle. Elle ne s’y était pas attendue. Et elle ne croyait pas que l’esprit qui l’avait empêché de fermer l’œil pendant des nuits avait assez de puissance pour tenter un acte aussi violent. Ou bien, la faille venait d’elle. Elle avait peut-être surestimé son était de fatigue et sa puissance magique. Elle eut tout de même assez d’énergie pour envoyer un regard noir au flic.

« Parce que vous pensez avoir été malin, vous ? »

La voix rauque et les gestes fébriles, elle réussit avec l’aide tout à fait surprenante d’Aaron à disposer quatre pierres autour d’elle, se formant ainsi une protection assez efficace pour laisser un peu retomber la tension. Mais la chamane la sentait. Elle était là. Soufflant dans son cou, murmurant avec une douceur vicieuse des mots bien trop violents. La jeune femme en avait presque la nausée et sa tête était au bord de l’implosion.

« Je n’ai jamais cru que c’était une bonne idée ! »

C’était juste une exaspération totale qui l’avait poussée. Une fatigue intense physique et psychique qui l’avait transformé en la victime idéale. Certainement un peu aidée par son incapacité chronique à anticiper les choses - les visions chamaniques n’en faisaient de toute façon qu’à leur tête. Une sorcière qui tuait un humain. Voilà ce que cherchait l’esprit. Noah le comprenait petit à petit alors que sa présence semblait se renforcer de seconde en seconde. Elle voulait dévoiler au monde l’invisible, briser les barrières et mélanger tous ces protagonistes, humains et surnaturels dans une rencontre explosive. Une goutte d’eau dans un océan, mais qui à terme pourrait contribuer à une véritable révolution. Noah aurait très bien pu adhérer à ces idées si elle n’avait pas de gros doutes sur la finalité de l’opération.
Mais en attendant, le monde attendra. C’était d’abord sa survie qui comptait. Et celle du flic. Noah chopa briquet et bouquet qui se mit bien vite à fumer et tira sans ménagement sur le bras d’Aaron pour l’attirer dans le cercle formé par les pierres.

« Vous n’êtes à l’abri de rien, vous non plus … »

La taille de la salle et la promiscuité crée avec Aaron n’aidait en rien Noah à se sentir plus à l’aise. Elle aurait été bien mieux en pleine nature. Se sachant menacé, l’esprit mettait toute son énergie pour forcer la chamane à abdiquer une nouvelle fois. La salle de pause était quasiment plongée dans l’obscurité et malgré la température ambiante qui donnait l’impression d’être dans un congélateur, Noah avait terriblement chaud.

Elle devait pourtant se concentrer. Un coup sur le tambour qui résonna étrangement et Noah tissa un premier lien avec l’invisible. Un deuxième pour solidifier ce lien et faire appel aux forces qui pourront lui service de défense et d’attaque. Des esprits auxquels elle n’avait pas fait appel depuis longtemps. Des esprits qui méritait toute sa puissance, aussi faible soit-elle, pour l’aider. Le son du tambour s’accéléra en rythme avec les balbutiements que prononçait la chamane dans la langue de ses ancêtres. Celle qui résonne à la fois dans le monde visible et invisible. Les dents serrées, la jeune femme semblait avoir le regard dans le vide pourtant rempli d’énergie. Et à force de lutte, elle finit par se sentir entourée et soutenue ce qui lui donna assez de volonté pour bannir l’esprit. Loin. Elle ne sut pas dire si ça l’était assez. Mais pour l’instant, c’était bien suffisant.

Le son du tambour fini par mourir, laissant place à la lumière blafarde des néons de la salle de pause. Noah se sentait épuisée. Mais avec une sensation de légèreté physique et psychique qu’elle n’avait pas ressentie depuis l’apparition de cet esprit dans son appartement, une semaine plus tôt. Elle se sentait presque sereine. A croire qu’elle avait eu bien plus d’emprise sur elle qu’elle ne l’aurait cru.

« J’espère que ça vous a plu. Il y a plus cool comme façon de faire, mais dans l’urgence… »

Elle adressa un sourire las à l’agent de police en se relevant péniblement. Il faut dire qu’elle ne s’était pas attendue à ce que l’esprit la lui fasse à l’envers. Toute cette histoire lui était finalement tombée sur le coin du museau sans qu’elle n’y puisse rien y faire.

« Chiotte … Je crois que j’ai eu très peur. » Avoua-t-elle en agitant mollement le bouquet d’herbes qui fumait encore.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDIT AVATAR : Dee
¤ MESSAGES : 270
¤ POINTS : 76
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Lun 26 Fév - 11:18



>
That’s the last straw
Noah & Aaron




Il faut le connaître, un tout petit peu, pour savoir que, oui, il se croit malin. A la naissance, pendant la distribution des qualités et des défauts, on avait oublié de lui filer le sens de la survie. Bien sûr, en se rendant compte de cette erreur, on lui a donné, en échange, une putain de bonne étoile qui le sort de toutes les situations. Alors, ouais, il hausse les épaules à cette question parce que, à défaut d'avoir une notion de danger, il se croit effectivement malin.

Mais, dans l'immédiat, il ne dit rien et préfère la laisser faire son truc dans le calme relatif que peut offrir la salle de pause d'un commissariat. Il va même pour s'éloigner et lui laisser l'espace nécessaire mais une main agrippe à son bras et il se retrouve dans le cercle formé. Aaron n'a rien contre les sorcières, bien au contraire. S'il devait faire un classement des êtres surnaturels, elles arriveraient en haut de son classement sans la moindre concurrence pour les talonner. Mais, les apprécier et participer de trop près, sont deux choses bien différentes. Il n'est pas spécialement à l'aise, encore moins à chaque coup de tambour, pourtant il se montre calme et serein en se disant que c'est de ça qu'elle a besoin.

Il ne répond à rien temps qu'elle n'a pas fini et, laisse passer un soupir de soulagement quand les lumières reviennent. Qui dit lumière, dit température, non ? Parce qu'il apprécierait de ne pas finir en glaçon sur son lieu de travail. C'est un sourire qui se veut rassurant qui passe sur les lèvres d'Aaron quand elle lui demande s'il a trouvé ça cool.

« Je dirais même que j'ai trouvé ça très bien en vue des circonstances et du lieu. »

Il se relève sans difficulté, tendant une main pour qu'elle puisse s'en servir comme appui si elle le désire. Très vite, il lui désigne une chaise autour d'une table qui a vécu. Faut dire qu'il y a une majorité de mecs qui fréquentent cet endroit alors, entre leurs paris stupides et leur grand sens du ménage, autant dire que cette table a morflé avec le temps.

« Installez-vous, si vous voulez. »

il se détourne de la prénommée Noah pour aller mettre de l'eau dans une bouilloire et la faire chauffer. Dans la foulée, il sort une tasse et un sachet de thé d'un placard – il en a quand même ouvert trois différents pour trouver le bon ! En attendant que l'eau finisse de chauffer, il se tourne vers la jeune femme et prend appuie sur le plan de travail de la salle de pause.

« Vous savez qu'il y a des règles à respecter ? » D'accord, elles ne sont pas écrite dans les livres de droits et ne sont pas imprimés pour les humains. « Comme le fait de garder le secret. »

c'est vraiment la partie de son boulot – pas celui de flic – qu'il n'aime pas. Jouer les moralisateurs ce n'est pas trop son truc parce que, très clairement, il n'est pas le premier à suivre un protocole à la lettre. Cela dit, il y a certaine chose qui lui tient à cœur, comme cette envie de préserver le secret. De son point de vue, ça ne sert pas à protéger les humains mais bien les êtres surnaturels. Quand l'humanité panique, elle est capable de choses particulièrement affreuses. La bouilloire claque et il verse de l'eau dans la tasse avant de venir la déposer devant Noah et de s'installer.

« Venir et parler d'esprit sans savoir si la personne est au courant, ou non, ça peut poser un problème. »

Rien n'empêche un humain de tuer une sorcière sans connaître son statut. S'il avait été ce genre d'humain, les conséquences auraient pu être dramatique, surtout dans un commissariat. Donc, clairement, il n'a pas trouvé ça très malin de la part de la sorcière. Cela dit le ton n'est pas critique ou accablant, au contraire, Aaron est parfaitement calme. Il cherche juste à lui faire comprendre qu'elle doit éviter ce genre de choses.

« Et, sérieusement... » Là, c'est un sourire qu'il laisse passer. « C'est sacrément culotté parce que, je pourrais effectivement être un tueur de sorcière. »

Il fait passer ça de manière légère parce que, dans le fond, il peut comprendre que la situation n'était pas évidente pour Noah et que c'est un peu poussée à bout qu'elle a décidé d'agir. Ça reste une action dangereuse mais il veut bien tempérer et comprendre pourquoi elle en est arrivée là.

« Ce que je ne suis pas, au passage. » Pour le coup, elle va devoir le croire sur paroles. Ou pas. « C'est une arrestation qui a très mal tourné. » Et très sincèrement, il ne fait pas son fier en disant cela. Aaron n'a jamais eu un goût pour les tueries, même isolées. « ça fait combien de temps que l'esprit vient vous ennuyer ? »



©️ LILIE



Revenir en haut Aller en bas
Noah Prescott

avatar

Chamane • meute Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDIT AVATAR : Shiya
¤ MESSAGES : 69
¤ POINTS : 25
¤ AGE : 32 ans
¤ ZONE LIBRE :
¤ GROUPE : Chamane
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Jeu 1 Mar - 13:58


 
That’s the last straw
Aaron & Noah

     
Noah accepta volontiers l’invitation à s’asseoir d’Aaron. Elle se sentait mieux, mais elle était encore loin de pouvoir faire un marathon. Son corps lui semblait lourd et son esprit un peu engourdi. Elle regarda autour d’elle, comme si elle se demandait ce qu’elle faisait là, presque étonnée que rien de pire ne soit finalement sorti de cette histoire. Etonnée aussi qu’elle ait pu tenir aussi longtemps sans devenir complètement dingue. La jeune femme regarda vaguement le bouquet d’herbes qui avait fini de se consumer dans sa main. Elle avait mis un petit bazar dans la salle qu’elle entreprit de ranger du mieux qu’elle put. Autrement dit, elle fourra tout, en vrac, dans son sac. Elle ne savait pas si quelque chose avait filtré de la salle de pause à l’extérieur. Mais mieux valait ne pas laisser trainer de quelconques objets. L’odeur des herbes brûlées susciterait certainement déjà trop de questions. Au mieux, de simples réflexions.

Le regard de la chamane se tourne vers la bouilloire qui commença à chauffer, se disant qu’il allait lui falloir bien d’autre choses qu’un simple pisse mémé pour se remettre de ces journées passées. Une considération qui prit fin lorsqu’elle sentit la présence du policier au-dessus d’elle. Elle aurait presque oublié le métier qu’il exerçait.

« Pourriez-vous éviter de me regarder comme ça, s’il vous plaît ? Je n'en ai pas super envie, là, tout de suite … »

Qu’il la sermonne, elle le comprenait. Ce qu’il lui disait, elle se le serait dit de toute façon à elle-même à un moment donné. Lorsqu’elle aurait retrouvé toutes ses facultés physiques et intellectuelles. Mais là, la jeune femme n’avait pas besoin de se sentir comme une enfant qui venait de faire une bêtise. Et ce, même si elle s’était enfoncée un peu plus sur sa chaise avec une mine boudeuse, évitant soigneusement le regard du policier.

« Vous ne savez pas jusqu’où peut aller une femme lorsqu’elle est poussée à bout … »

Un sourire amusé passa sur ses lèvres. Cela avait été culotté, oui. C’est pour cette raison qu’elle avait mis beaucoup de temps avant de réagir face au harcèlement de l’esprit. Si elle avait dû réagir de la même façon à chaque revenant un peu tordu, elle ne serait certainement pas là, à boire un thé dans la salle de pause d’un commissariat londonien.

« Me voilà donc rassurée… »

Noah adopta un ton un peu plus sarcastique. Qu’il ne soit pas un fou furieux, elle l’avait deviné. Bien qu’elle commençait à douter de ses intuitions qui jusqu’ici, ne lui avaient fait que rarement défaut. Mais il avait tout de même tué une sorcière. Abattre quelqu’un était une chose. Mais l’abattre pour ce qu’il était, en était une autre. Elle s’était manifestement faite manipuler par l’esprit. Mais cette histoire de meurtre, elle voulait bien y croire. Parce qu’elle était persuadée que ce n’était pas si rare que ça. Et que ça restait une bonne justification pour être très, très en colère.


« Ennuyé ? Ennuyé ?! » Répéta-t-elle, presque choquée du mot employé « Vous voyez les personnes qui viennent vous parler tout près, juste là, comme si elles souhaitaient examiner vos points noirs en même temps qu’elle vous soûle de parole ? Ces personnes qui envahissent votre espace personnel et plus vous reculez, plus elles avancent et vous avez juste envie que ça se finisse, mais vous n’avez pas la moindre idée de comment vous allez bien pouvoir vous en débarrasser ? Et bien ajoutez à ça une haleine merdique, une présence bien malsaine et plusieurs nuits blanches et vous pourrez commencer à avoir une vague idée de ce que j’ai pu vivre ces derniers jours ! »

Le mot juste était torture. Et une torture qui avait finalement fonctionné puisque cet esprit avait quasiment réussi à lui retourner le cerveau, la poussant tellement à bout qu’elle avait fini par faire quelque chose de diablement dangereux.

« Mon imprudence n’est pas d’être venue ici. Je crois malheureusement que je me suis surestimée… »

Décider de ne pas faire ce pourquoi elle était née avait des conséquences. S’éloigner des loups n’était pas naturel pour une chamane et sa puissance en pâtissait. Ses défenses naturelles aussi. C’était la première fois qu’elle en ressentait les effets. Son choix de vie, ses peurs et ses exigences, s’étaient ça, son imprudence. C’était d’être de nouveau retombé dans le piège de la manipulation alors qu’elle avait longtemps travaillé pour éviter toutes formes de relations qui s’en rapprochaient. La jeune femme plaqua ses mains sur la tasse chaude qui laissait échapper un horrible parfum de thé chimique aromatisé et se pencha en avant.

« Mais dites… J’ai ma part de responsabilité, mais vous aussi. Le coup de l’arrestation qui a mal tournée est un peu léger, non ? Je veux bien vous croire quand vous me dites que je n’ai rien à craindre, mais bordel ! Qu’est-ce qui s’est passé ? Vous avez vraiment cru que tuer une sorcière serait sans conséquence ? »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDIT AVATAR : Dee
¤ MESSAGES : 270
¤ POINTS : 76
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Jeu 1 Mar - 22:27



>
That’s the last straw
Noah & Aaron




Bon alors, pour commencer, il la regarde comme il veut – du moment que ça reste décent ! Parce que, pour commencer, il faut bien qu'il s'assure que c'est bien elle et pas un esprit qui a prit possession de son corps. Ok, les lumières sont revenues, la température est remontée mais on n'est jamais trop prudent. De deux, il va avoir du mal à la regarder autrement parce que sinon sa petite leçon de moral ne va pas avoir le même impact. Et, de trois... Bon, ok, il ne s'est pas rendu compte qu'il la regardait d'une manière particulière et que ça pouvait poser un problème. Mais... Euh... Du coup, il est supposé la regarder comment ? Décidément, la gente féminine est bien compliquée des fois !

« Désolé. »

Il ne sait clairement pas pourquoi il s'excuse mais, c'est à cause de sa mère, elle lui a toujours appris à demander pardon quand une femme lui reprochait un truc. Il lui avait bien demandé s'il devait le faire, même quand il ne comprenait pas pourquoi, sa mère lui avait mis une pichenette sur le front en lui disant : « Oui, parce que vous, les hommes, vous ne comprenez jamais quand vous faites un truc de travers. Alors, tu t'excuses ! ». C'est ce qu'il fait parce qu'il ne faut JAMAIS, ô grand JAMAIS, contredire l'éducation de Maman-Aaron. Et comme la deuxième règle de cette leçon était de ne surtout pas demander ce qu'il avait fait de mal – paraît que ça énerve encore plus quand l'homme ne semble pas comprendre – il préfère s'arrêter à ce mot d'excuse. Ça serait con d'énerver une sorcière qui est déjà à fleur de peau. Il tient à sa vie, un minimum. Ah et puis il avait bien de raison de se taire, surtout quand elle commence à lui dire qu'il ne sait pas ce que peut faire une femme en colère... Faudra qu'il pense à remercier sa mère pour ses merveilleux conseils.

« Je préfère éviter de savoir. Il paraît que ça peut être terribleuuuuuh. » Il lève les deux mains en signe d'abandon. Elle a gagné.

Le ton sarcastique qu'elle emploie par la suite le fait sourire. Dans le fond, il espère bien qu'elle ne va pas le croire sur paroles, ou alors il va vraiment falloir travailler sur le côté suicidaire de cette sorcière. Mais avant de pouvoir dire quelque chose, Aaron comprend qu'il a encore fait une bourde. C'est fou comme un simple petit mot employé pouvait déchaîner des fureurs en un quart de seconde. Il se gratte la tempe en écoutant le tableau qu'elle lui dresse. Ouais, sans vouloir être méchant, il est bien content de ne pas être une femme et encore moins une sorcière. Y a des choses, on vit très bien sans les connaître.

« Merde, parce que ça arrive à avoir une odeur ? »

Ben quoi ? Il se renseigne, c'est tout. Il a bien comprit que c'était merdique comme situation mais, vraiment, il ne pensait pas que les esprits pouvaient balancer des odeurs. Bon en même temps, la lumière change, la température descend... Pourquoi pas une odeur de putréfaction, ça colle assez bien au tableau.  Quoiqu'il en soit, son air médusé se transforme bien vite en un air un peu plus sérieux.

« Léger ou pas, c'est ce qui s'est passé. » d'accord ce n'était pas dans le cadre de son boulot de flic mais de chef d'équipe pour l'Alliance. Ça, il ne peut pas le dire. « C'est pas comme si elle m'avait vraiment laissé le choix, en fait. Je veux bien qu'on m'admette un côté suicidaire... » Non, si peu... Il n'a vraiment aucun sens du danger. « Mais, je vais pas, non plus, laisser une sorcière me balancer un truc pour me tuer sans réagir. » Assis en face d'elle, il pose ses avant-bras sur la table avant de joindre ses mains. « Juste, pour que ce soit clair. Je ne sais pas si vous vous êtes sous-estimée ou non, ce qui est certain c'est qu'on ne parle pas d'une simple sorcière avec ses capacités de bases. Elle savait... sait ? » on dit quoi quand la sorcière morte est encore active à travers une autre sorcière ? « Bref... Elle maîtrise parfaitement la magie, a étudié des choses qu'elle n'aurait pas dues. Alors quand je dis que je n'ai pas eu le choix c'est que, vraiment, je ne l'ai pas eu. »

Et c'est peut-être aussi cette puissance qui explique les problèmes que Noah a pu rencontrer. Ce qui l'entraîne à la deuxième partie de son monologue.

« Vous ne vous êtes pas surestimée, c'est peut-être que vous avez sous-estimée. » Autant la rassurer sur ses capacités même s'il ne la connaît pas. Après tout, elle a quand même réussi à repousser cet esprit. En tout cas pour le moment. « Si vous voulez, je peux vous présenter à quelqu'un qui pourra vous aider ? »

Aaron est au courant des meutes qui sont en ville, il connaît leurs territoires, leurs alphas et aussi les sorcières qui y sont affiliées. Y a des choses qu'il est bien obligé de connaître pour son autre boulot. Ce qui est certain c'est qu'il ne la connaît pas, elle. Alors soit elle n'est pas avec une meute, soit un nouveau groupe de loup est arrivé en ville et il va falloir qu'il se renseigne.  Autant prévenir une éventuelle guerre de territoire.



©️ LILIE



Revenir en haut Aller en bas
Noah Prescott

avatar

Chamane • meute Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDIT AVATAR : Shiya
¤ MESSAGES : 69
¤ POINTS : 25
¤ AGE : 32 ans
¤ ZONE LIBRE :
¤ GROUPE : Chamane
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Dim 4 Mar - 16:39


 
That’s the last straw
Aaron & Noah

     
« Nan ! C’est juste une image pour que vous comp … Laissez tomber. »

Noah se laissa aller en arrière pour s’appuyer sur le dossier de la chaise accompagné par un mouvement agacé de la main. Bien sûr que non, un esprit, ça ne put pas de la gueule. Il ne fallait pas tout prendre au pied de la lettre. Surtout, lorsqu’il s’agissait de magie et de surnaturel. Elle avait juste souhaité lui faire comprendre en comparant ce qu’elle avait vécu avec un problème connu de tous. Un problème universel. Les gros lourds dégueu et malsain. Tout le monde en avait croisé au moins une fois dans sa vie, non ?

Enfin, peu importait. Ce qui la préoccupait pour l’instant, c’était la façon dont cette sorcière avait fini par devenir un esprit revanchard. Un esprit quand même bien tordu qui avait eu un plan dès le début dans sa tête de dégénéré.

« Oh ! Alors vous aussi ! »

C’est ce que Noah sorti spontanément avec un grand sourire lorsqu’il lui avoua qu’il avait également des penchants à l’autodestruction. Un point commun qui expliquait peut-être le fait qu’il ne soit pas plus énervé que ça. Une nana une peu nerveuse qui se promène avec un esprit parfaitement antipathique et qui déboule sur son lieu de travail aurait pu entraîner une réaction un peu plus violente que ça. Certes, il était policier, certainement entraîné à faire face à des situations difficiles. Mais il avait gardé un sang-froid tout à fait étonnant.

Alors qu’il lui expliquait de manière assez vague ce qu’il s’était passé avec des mots une fois encore, appartenant au monde surnaturel, Noah l’observait attentivement, se penchant de nouveau en avant. Ce n’était pas un loup. Elle en était sure. Elle l’aurait senti bien avant d’entrer dans la pièce. Elle pouvait éventuellement douter que ce soit un initié, il aurait certainement eu des réactions autres face à l’esprit, bien qu’il ait fait preuve de reflexes plutôt adéquates dans une situation qui sortait franchement de l’ordinaire humain. Il n’était pas non plus vampire. Le jour était levé et elle avait pu sentir la chaleur qu’il dégageait. Alors comment se faisait-il qu’il arrivait à lui parler de ce monde surnaturel auquel il ne semblait pas appartenir ?

A présent quasiment nez à nez avec Aaron, la chamane plissa légèrement les yeux, tentant de percevoir quelque chose dans l’homme que les esprits auraient bien voulu lui montrer. Mais rien. A croire que le fait de les avoir appelé à l’aide quelques minutes plus tôt les avait également épuisés. Ou alors, c’était bien sa foi qui lui faisait défaut, depuis déjà plusieurs mois. La jeune femme finie par poser son menton dans le creux de sa main, alors que l’autre touillait vaguement l’infâme sachet de thé dans la tasse. Elle esquissa un sourire attendri.

« C’est adorable de penser à me caser. Mais les rendez-vous arrangés ne me mettent jamais à l’aise… »

Une petite pirouette pour surtout ne pas se retrouver de nouveau face à des loups. Elle avait décidé d’arrêter de chercher il y a quelques années pour plusieurs raisons. Ce n’était pas pour dire oui à un mec qu’elle ne connaissait pas et qui semblait avoir des relations dans le monde surnaturel alors que tout semblait indiqué qu’il ne devrait pas. Il n’en restait pas moins charmant de vouloir la rassurer sur ses capacités.

« J’ai faim. Vous avez faim ? Je suis sûre que vous êtes le genre de type à avoir tout le temps faim… »

Noah prit soudainement son sac et ouvrit à la volée la porte de la salle de pause où trois types attendaient derrière, visiblement tourmentés par ce qu’il pouvait bien s’y passer. Ils sursautèrent tous lorsque la jeune femme apparut enfin dans l’encadrement de la porte.

« Vous venez ? Tout ça m’a mis en appétit. J’vous paye… Et bien, c’que vous voulez ! Et un vrai café. Et du vrai thé, tant qu’on y est ... » Baragouina-t-elle finalement.

Lançant un sourire de connivence, Noah prit le chemin de la sortie du poste, espérant que le flic la suive. La discussion ne pouvait pas s’arrêter là, il y avait trop de questions. Trop d’incohérences. Mais elle devait sortir de la pièce qui commençait à l’étouffer. Et elle avait vraiment faim.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDIT AVATAR : Dee
¤ MESSAGES : 270
¤ POINTS : 76
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Lun 5 Mar - 11:39



>
That’s the last straw
Noah & Aaron




Non mais voilà aussi, pour une fois qu'il est sérieux – un peu près – faut qu'on lui sorte des phrases imagées. Comment vous voulez qu'il s'en sorte après, hein ? Du coup, comme un con, la seule chose qu'il est capable de répondre c'est un « Aaaaah » complètement débile. Une réponse très constructive, tout le monde sera d'accord avec ce constat !

Il laisse passer la phrase de Noah sur le fait qu'elle a un penchant pour le côté suicidaire. Pour le coup, pas besoin d'être flic pour comprendre qu'elle vient de prendre des risques inutiles. Mais, comme il est cool – un peu près – il ne va pas lui faire la remarque encore une fois. C'est la suite qui l'intrigue un peu plus. Cette façon qu'elle a de se pencher sur son cas en approchant son visage de celui d'Aaron. Noah est même assez proche pour qu'il se mette à loucher en essayant de la regarder.

« Quoi ? Moi aussi j'ai la même hygiène bucco-dentaire que les esprits ? »

Pourtant, juré, il s'est brossé les dents avant de venir travailler. Joignant les gestes à la parole, alors qu'elle se recule, il expire dans la paume de sa main avant de se la foutre sous le nez. Non, définitivement, il ne peut pas être comparer à une odeur imaginaire qu'elle a décrit un peu plus tôt. Il renifle encore un peu se paume pour être certain.

« Mais c'est pas un rendez-vous arrangé, c'est... Aaaaaah » Il claque sa langue contre son palais en reportant son attention sur Noah. « Là, aussi, c'est pas à prendre au premier degré, c'est ça ? »

Si elle répondait que c'était sérieux comme réponse, il voulait qu'on lui livre une encyclopédie pour comprendre la gente féminine. Bien trop compliquée pour lui, des fois... Souvent. Enfin, il n'est pas certain que ce soit une femme, l'espace d'un court, instant. Parce que, là, tout de suite, elle lui fait penser à lui quand il reporte tout à la bouffe. Genre il va dire non ? Pff. La bouffe c'est une religion pour lui, on ne peut pas refuser une telle proposition, question de principe.

De toute façon, il n'a pas vraiment le temps de répondre puisqu'elle ouvre la porte sur trois gars. D'ailleurs les trois ne tardent pas à faire un sourire entendu, suivi de hochement de tête, après la phrase Noah. A croire qu'elle l'a fait exprès parce que, dans l'esprit des trois types, c'est évident qu'il s'est passé quelque chose de peu catholique dans cette pièce... Bouarf, dans le fond, ils n'ont pas tort. Quand il passe la porte, un des gars – le même qui était avec lui au début – lui tape sur l'épaule.

« T'es mon héro mec. »
« Crois-moi, c'est pas du tout ce que tu penses. »

Ben ouais parce qu'Aaron, il ne se voit pas jouer les coqs dans une basse-cour pour quelque chose qui n'a pas eu lieu. Et le respect alors ?

Il rattrape la folle furieuse, qui n'est plus si folle, ni furieuse, qu'à son arrivée dans le commissariat. D'ailleurs c'est marrant mais quand elle débarque dans le hall d'entrée, y a le flic à l'accueil qui plonge la tête dans un dossier pour faire genre qu'il est occupé. Ok. Lui il va peut-être avoir besoin de voir le psy de service. Aaron va le prévenir qu'il a son téléphone de service en cas de problème avant de sortir du commissariat.

« Y a Barney à deux rues d'ici. » Phrase qui ne doit pas être très claire. « C'est un petit restaurant sans prétention mais, c'est pas mal. »

C'est surtout que son entrée est dissimulée par un sort, de manière à ce que les humains ne voient rien d'autre que la façade d'un bâtiment. Barney, c'est un initié, qui a fait de son établissement un endroit unique pour les êtres surnaturels et une poignée de personnes connaissant leurs existences. Là bas, au moins, ils allaient pouvoir parler librement.

« Vous venez. »

c'est à son tour de prendre les devants, quittant bientôt l'artère principale pour une petite ruelle. Puisqu'elle est suicidaire, il se dit qu'elle va le suivre. Point qu'il décide de vérifier quand il arrive devant une petite porte qui, en réalité, ne ressemble pas à l'entrée dans un établissement.

« Je confirme vraiment votre côté suicidaire. »

Sauf que cette fois, c'est dit de manière amusée. Mais sérieusement, il l’entraîne dans une petite rue et elle le suit quand même. Comment a-t-elle fait pour vivre aussi longtemps, surtout avec un pied dans le monde surnaturel ? Incroyable. Il pousse la porte, toujours avec ce sourire amusé sur le visage, et la retient pour qu'elle puisse entrer à son tour.

Ce petit restaurant/bar ressemble un peu à un diner américain, à une différence près : il n'y a aucune fenêtre, juste des factices très bien dessinées sur les murs. Une entrée, plus loin dans l'établissement, est relié à un réseau d'égout permettant à des vampires de s'inviter dans cet endroit sans craindre la lumière du jour. Ils ont à peine mit les pieds à l'intérieur que le proprio, assez imposant par sa carrure, arrive déjà devant eux.

« Aaron, ça fait longtemps qu'on ne t'as pas vu. »
« T'sais, le boulot, tout ça. » Et il ne peut clairement pas emmener ses collègues dans cet endroit. « On peut s'installer. »
« Toujours. »

Aaron est Barney se connaissent depuis environ 5 ans et le courant passe bien entre les deux. Aaron a du créé autant de problèmes qu'il ne l'a aidé dans son affaire. Des longues histoires. Bref, du coup, il invite Noah à la suivre pour prendre une place sur une petite banquette qui entoure une table.

« Au moins on pourra parler tranquillement ici. » Sans que des gens ne les prennent pour des fous. « Et leurs burger maison, c'est vraiment une tuerie. »


©️ LILIE



Revenir en haut Aller en bas
Noah Prescott

avatar

Chamane • meute Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDIT AVATAR : Shiya
¤ MESSAGES : 69
¤ POINTS : 25
¤ AGE : 32 ans
¤ ZONE LIBRE :
¤ GROUPE : Chamane
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Jeu 8 Mar - 10:49


 
That’s the last straw
Aaron & Noah

     
Noah balança un « Bonne journée ! » léger à l’agent d’accueil avant de sortir de l’immeuble et de prendre une grande inspiration. Elle ne s’était pas rendu compte à quel point ces derniers jours lui avaient pesé. Tout bien réfléchi, elle allait peut-être devoir s’excuser auprès du livreur de ce matin. Elle ne s’était pas montrée franchement sympathique, comme à son habitude. Peut-être aussi à cette cliente régulière à laquelle elle avait à peine adressé trois mots. Lui avait-elle souri au moins ? Qu’une sorcière morte ait pu avoir une telle influence sur sa vie quotidienne lui restait en travers de la gorge. D’autant plus que leur période de cohabitation avait été courte. Elle se sentait vexée de ne pas avoir su gérer ça plus tôt, qu’elle ne s’en soit même pas aperçue et que cela ait pris des proportions dont elle se serait bien passée.

Elle sursauta lorsqu’Aaron la rejoignit. Noah était presque surprise de le voir sur le trottoir avec elle et se mit à en rire.

« Je ne pensais pas que ça marcherait aussi bien ! »

Il n’était vraiment pas rancunier, le bonhomme. Mais elle savait aussi que le coup de la bouffe, gratuite qui plus est, avait tendance à rendre les gens tout de suite plus aimables et conciliants. Si ça marchait avec beaucoup de monde, certains restaient tout de même plus réceptifs que d’autres…

« Alors, va pour Barney. »

Restaurant au nom qui lui était complètement inconnu, mais il faut dire que le centre de Londres, la chamane ne le connaissait pas très bien. Sa vie s’était et se déroulait de nouveau davantage à la périphérie. Alors elle le suivit bêtement jusqu’à se retrouver face à une porte tout à fait banale. La jeune femme lança un regard à Aaron étonné, prête à lui demander s’il ne s’était pas tout simplement paumé. Mais elle se prit de nouveau dans la figure le fait qu’elle ne semblait pas forcément beaucoup tenir à la vie.

« Ah bon ? Encore ? Mais je ne vois pas en quoi … »

Noah regarda autour d’elle et il fallait bien qu’elle admette que tout compte fait, l’environnement n’était pas spécialement des plus sécurisant. Une petite ruelle désertique, qui sentait le graillon et qui n’indiquait aucunement la présence d’un restaurant. Objectivement, ce n’était pas spécialement engageant. Il faut dire qu’elle n’avait jamais vraiment été d’une très grande prudence. Elle y allait, sans trop se poser de question, c’était tout. Peut-être qu’effectivement, un jour cela lui sera fatal. Mais pour l’instant, elle s’en n’était pas trop mal sortie, alors …

Alors elle passa devant le flic, planta son regard dans le sien et prit son air le plus caïd qu’elle put. Sauf que Noah, elle ne faisait pas spécialement caïd, à la base.

« Ouais, mec, regarde-moi bien, parce que je rentre sans peur dans ce qui pourrait bien être l’antre de l’enfer  ! »

M’enfin, elle en doutait. Même si l’enfer pouvait effectivement sentir comme un surplus de graisse cramée. Et elle se retrouva donc dans un restaurant aux accents 50’s qui lui fit lâcher un « Oh ! » absolument pas spontané.

« Zut alors ! Je ne suis donc pas tombée dans un traquenard ? »

Elle adressa un large sourire à Aaron avant que le patron ne les invite à s’asseoir. Et une fois installés, elle détailla l’endroit qu’elle trouvait plutôt rigolo. Rien de bien suicidaire là-dedans, donc. Il ne lui restait cependant qu’un seul paramètre à juger pour en être totalement convaincue, la bouffe.

« Alors comme ça, on fricote avec le surnaturel ? »

Noah prit la carte plastifiée du restaurant et chercha directement la liste des burgers. Oui, pour ça aussi, elle allait lui faire confiance.

« Tout compte fait, vous n’êtes pas mal aussi dans le genre suicidaire, pour un humain. Comment vous vous vous êtes retrouvé là-dedans ? Vous êtes tombé dedans quand vous étiez petit ? »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDIT AVATAR : Dee
¤ MESSAGES : 270
¤ POINTS : 76
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Ven 9 Mar - 0:13



>
That’s the last straw
Noah & Aaron




La prochaine fois, promis, il fera semblant d'avoir peur devant son air de caïd. Là, elle l'avait prise au dépourvu, il n'avait pas eu le temps de trouver la réaction adéquat. Non, sérieusement, c'est qu'elle arrive presque à la faire rire. Clairement, elle est folle – avis qu'il a eu en la voyant débarquer au commissariat – et sans aucun sens de la survie – là, la liste est trop longue pour expliquer comment il en est arrivé à cette conclusion ! Le jour où quelqu'un voudra la tuer, ce qu'il ne lui souhaite pas, ça sera aussi facile que de se repérer dans un labyrinthe pour enfant. Elle suivait n'importe qui, n'importe où, n'importe quand ! Ouais ça le fait sourire quand elle prend son faux air pour dire qu'elle n'est pas tombée dans un traquenard mais, dans le fond, il n'est pas certain que ce soit bien de prendre les choses avec autant de légèreté. Ok, lui, c'est ce qu'il fait mais... Vous savez : faites ce que je dis, pas ce que je fais !

Un point qu'elle lui fait, plus ou moins, remarquer alors qu'elle a la carte dans les mains. Il laisse passer un sourire. C'est difficile de la contredire en réalité. 1, parce qu'il ne se voit pas vraiment lui dire qu'il sait comment se défendre contre des êtres surnaturels. 2, parce qu'elle a complètement raison sur ce point. Cela dit, dans le cas d'Aaron, ça joue plutôt en sa faveur. Personne ne s'inquiétait de lui, il ne semblait pas assez sérieux, un peu trop débile... Un tas de petits points qui pouvaient en surprendre plus d'un quand, enfin, il se décidait à être sérieux.

« En fait, si on veut être parfaitement exact... Je fricotais avec le surnaturel.  » Il lève les yeux de sa carte, un court instant. « Disons que j'ai été avec une personne qui s'est avérée être une sorcière. Rester longtemps avec ce genre de personne, forcément, on finit par voir des choses et en comprendre d'autres.  »

Il passe sur le fait que la sorcière en question est la régente du conseil. Et puis, clairement, ce n'est pas le sujet qu'il aime aborder, c'est encore un peu sensible malgré le temps qui s'est écoulé. Katherine c'est quand même LA fille de sa jeunesse. Tout le monde les voyaient déjà se marier et construire une famille. Ce qui serait peut-être arrivé s'il n'y avait pas eu ce rôle qu'elle avait à jouer dans la communauté des sorcières, et s'il ne s'était pas barré en pensant ne pas avoir sa place dans cette vie.

« Et puis, je reste flic alors, des fois, il y a quand même des choses qui arrivent et qu'on ne peut pas expliquer. Savoir que ce monde existe, ça ouvre d'autres portes et de nouvelles possibilités dans ce genre d'affaires.  »

Tout est relatif. Il ne pouvait pas vraiment boucler une affaire en disant à tout le monde : « Ok les gars, c'est bon, c'est un vampire qui a tué cette femme, tout va bien ! ». Il aurait perdu son insigne depuis longtemps et on l'aurait probablement envoyé dans un asile.

Y a Barney qui se pointe et qui décide de prendre leur commande. Aaron va sur le « burger maison », une valeur sûre selon lui. Il laisse Noah faire sa propre commande et, une fois que Barney est reparti vers les cuisines, il s'enfonce dans la banquette et pose son regard sur Noah.

« Du coup, vous êtes avec une meute, c'est ça ?  »

Il sait que non. Enfin, il est quasi certain que ce n'est pas le cas. Le problème c'est que l'affirmer c'est avouer qu'il en sait un peu trop sur un certain mode de fonctionnement. Et surtout, qu'il est au courant des meutes présentes et des sorcières qui peuvent les accompagner. Bref ça soulèverait plus de questions et il préfère éviter.

« Je me demande seulement pourquoi c'est vous que l'esprit à choisi pour faire passer son message. Des sorcières qui peuvent voir ce genre de choses, j'en connais d'autres. Elle aurait au moins pu prendre quelqu'un que je connais.  »

Ou pas, si c'était une de ses connaissances, l’esprit aurait eu du mal à laisser entendre qu'il chasse les sorcières... En même temps, il ne sait pas vraiment ce que cet esprit à pu raconter à Noah. Même morte, cette sorcière allait continuer à le faire chier, c'est fou quand même.


©️ LILIE



Revenir en haut Aller en bas
Noah Prescott

avatar

Chamane • meute Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDIT AVATAR : Shiya
¤ MESSAGES : 69
¤ POINTS : 25
¤ AGE : 32 ans
¤ ZONE LIBRE :
¤ GROUPE : Chamane
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Mer 14 Mar - 12:17


 
That’s the last straw
Aaron & Noah

     
L’entrée d’Aaron dans le monde surnaturel s’était faite finalement de manière assez banale.

« Je vois… L’amour ne rend pas si aveugle que ça. »

Il en avait fait l’expérience, elle aussi. Parfois, c’était passé comme une lettre à la poste. La complicité n’en avait été que renforcée et il fallait bien avouer que pouvoir en parler librement avec la personne avec laquelle on se sent bien faisait partie des petits plaisirs de la vie. Mais parfois, les choses s’étaient beaucoup moins bien passées. Soit à cause d’un intérêt tout à fait déplacé qui prenait petit à petit trop d’importance dans la relation pour qu’elle continue à être saine. Soit par rejet total et plus ou moins violent. Dans tous les cas, les différentes réactions que Noah avait pu connaître ne lui avaient pas suffisamment convenu. Ajouter à ça, ses différentes névroses et son célibat actuel était en grande partie justifié.

La jeune femme le regarda derrière sa carte des menus et si fit la réflexion que finalement, en oubliant ses éventuelles tendances suicidaires, il était plutôt courageux. Et peut-être même bien plus stable mentalement qu’il ne pouvait laisser entendre. La chamane entendait bien qu’avec le métier qu’il exerçait, la connaissance d’un monde parallèle pouvait parfaitement aider à expliquer certaines choses à priori inexplicables. Et certainement qu’en tant que flic, il n’avait pas la meilleure vision du monde surnaturel. Il devait être constamment confronté au pire. Ou au mieux, au moins reluisant de ces deux univers qui se côtoyaient. Cette constatation la fit sourire.

« Vous devez en voir, des trucs affreux… C’est pour ça que vous me trouvez trop imprudente ? Vous devez voir trop souvent le côté sombre de toute ça, non ? » Elle reposa la carte, le choix était fait. « Surtout… Ne prenez pas la grosse tête, hein ! Mais je crois que vous commencez à m’impressionner. »

Les yeux légèrement plissés, elle plongea son regard dans celui du flic quelques instants avant de se mettre à rire. Elle avait vu des humains perdre la raison au contact de ce monde caché. D’autre croyait le supporter, mais se faisait littéralement broyer. Oui, la chamane évoluait dans un monde qui pouvait s’avérer bien plus violent que celui des humains. Mais elle savait aussi qu’il fallait faire confiance en la magie. Que beaucoup de choses affreuses en découlaient. Mais que beaucoup de choses bonnes pouvaient en être tirées et elle avait besoin de s’accrocher à ça pour ne pas devenir complètement dingue. Mais lui, à quoi s’accrochait-il pour ne pas devenir fou ?
Sur ce, l’imposante carrure de Barney apparue dans son champ de vision et Noah lui lança un large sourire.

« Je vais prendre un classique. Et du coup … si vous pouviez mettre un petit peu plus de fromage … Genre … » Et elle mima maladroitement avec les mains le bon paquet de fromage qu’elle imaginait déjà dans sa tête, dégouliner du burger. « J’veux dire, j’aime bien le fromage … Du coup … Enfin, c’que j’veux dire ce que … Bref, n’ayez pas peur d’être … Indécent … »

Et elle lui tendit la carte, de nouveau avec un large sourire. Barney reparti sans vraiment de réaction ce qui inquiéta un peu Noah. Avait-il bien compris sa demande ? La jeune femme n’en mangeait pas tous les jours des burgers, alors autant faire ça bien, non ?

Elle reposa son regard sur Aaron. Sa question lui fit froncer les sourcils. Elle ne connaissait pas le degré d’implication de cet homme dans le milieu surnaturel, mais il semblait l’être assez pour en avoir déduit qu’elle était avant tout chamane et qu’il y avait un lien avec les loups. C’était peut-être le coup du tambour qui l’avait mis sur la piste ? Quoi qu’il en soit, elle secoua la tête négativement. Sans rien ajouter de plus. Son choix de n’être liée à aucune meute la regardait. Pour autant, elle ne pouvait pas éviter toutes les questions.

« Ne souhaitez pas à vos amis d’être hanté par un esprit … »

C’était bien trop désagréable. Quoi que peut-être que ses connaissances surnaturelles se seraient mieux débrouillées qu’elle. Ou pas. Bref, malgré la semaine d’horreur qu’elle venait de passer, Noah se dit qu’étant donné que tout ne s’était pas fini en drame, ce n’était peut-être pas plus mal que ce soit tombé sur elle. Encore cette saleté de positivisme …

« Peut-être que j’étais la plus réceptive à ce moment-là. Peut-être la moins armée. Ou tout simplement la plus proche de l’évènement. Peut-être qu’il y a une signification beaucoup plus personnelle derrière, vous concernant ou me concernant que je ne comprends pas encore. Je n’en sais rien … Et je n’ai même pas la certitude qu’elle ne revienne pas … »

Les yeux dans le vague, Noah se demandait si son choix de vie de chamane solitaire n’était pas en train de se retourner contre elle. Est-ce que cette mésaventure lui serait arrivée si sa puissance avait été augmentée par sa proximité avec des loups ? Perdait-elle petit à petit sa magie ? L’idée de finir aussi folle et faible que sa grand-mère la fit frissonner et revenir à la réalité. Et lever un sourcil.

« Oh, je crois que vous avez des potes, là-bas … »

Trois gus, semblant former un conciliabule autour d’une table un peu plus loin n’arrêtaient pas de se retourner vers eux, leur lançant des regards de biais. Du coup, Noah leur fit coucou de la main avec un grand sourire.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDIT AVATAR : Dee
¤ MESSAGES : 270
¤ POINTS : 76
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Mar 20 Mar - 15:31



>
That’s the last straw
Noah & Aaron




L'amour ne rend pas si aveugle. Cette réponse a, au moins, le mérite de le faire rire un peu. D'une parce qu'il trouve que le parallèle est très bien trouvé. De deux, parce qu'elle ne le bombarde pas de questions sur ce qui a pu se passer. Deux points qui jouent en sa faveur et qui, effectivement, lui tire ce petit rire amusé alors qu'il la regarde. Et dire qu'il avait été à deux doigts d'envoyer son collègue, à sa place, quand Noah avait débarqué en criant son nom à travers un couloir du commissariat. Ok, au final, ça n'aurait servi à rien puisque l'esprit aurait prévenu la sorcière que ce n'était pas la bonne personne – mais ça, il ne le savait pas à ce moment-là – et, de toute façon, il ne regrettait pas de s'être présenté en personne.

Il attrape une chips, dans le pot qui avait été déposé au passage du gérant, qu'il enfourne sans avoir une très grande classe. Bon, en même temps, il ne l'a pas traînée dans un restaurant chic, autant bouffer ses chips comme n'importe qui le ferait ! Il secoue la tête, préférant finir sa bouche avant de reprendre la parole. Le temps pour Noah de dire qu'il commençait à l'impressionner. Du coup, normal, Aaron il tire une tronche faussement vexé en avalant le reste de sa chips.

« Je commence ? Seulement ? Pfff... » Il laisse passer un faux soupir. « Et moi qui pensait qu'en vous emmenant ici, vous n'auriez plus aucun doute sur mon côté impressionnant. »

Aaron ce n'est pas le genre à rouler des mécaniques, pas le genre à se vanter de ce qu'il peut faire. Au contraire, il préfère qu'on le prenne pour l'abruti du coin, celui dont personne ne se méfie. Il n'a jamais eu le besoin, ou l'envie, de faire étalage de ses capacités. C'est peut-être aussi pour ça que l'Alliance l'a remarqué et lui a proposé un emploi. Il ne serait pas celui qui hurle sur les toits sa capacité à stopper un être surnaturel. Et c'est parce qu'il est comme ça, qu'il préfère tourner en dérision ce qu'elle vient de lui dire. Cela dit, son air se fait un peu plus sérieux – bien qu'il reste amusé – quand il décide de lui répondre sur la première chose qu'elle a dite.

« Ce n'est pas à cause de ce que je peux éventuellement voir que je vous trouve imprudente, c'est à cause de ce que vous faites. » Il pointe vaguement la porte d'entrée. « Vous savez pas à quoi j'occupe mon temps libre. » Enfin, du moins, elle savait déjà qu'il pouvait tuer une sorcière. « Et vous êtes capable de me suivre dans une ruelle qui, à première vue, n'a pas d'entrée de restaurant. En plus d'être totalement déserte. »

Et ça, très clairement, c'est de l'imprudence. Il n'y a pas besoin d'êtres surnaturels pour finir morte entre les deux poubelles d'une ruelle déserte. Il n'y a pas besoin d'avoir des crocs, ou un duvet de poils à la pleine lune, pour réussir à attirer une jeune femme dans un endroit isolé. Il aurait pu la penser naïve ou stupide mais, non, pas du tout. C'est vraiment l'imprudence qui la qualifie parce qu'elle n'a pas l'air stupide et encore moins naïve. Elle sait où elle va, sait ce qu'elle doit faire et sait pertinemment qu'une situation n'est pas recommandée. Et, de toute façon, une fille qui commande autant de fromage dans son burger ne pouvait pas être la dernière des cruches, voilà !

Il y a pourtant des points où elle sait faire preuve de prudence... Ou de réserve. Cette façon de secouer la tête pour lui répondre, sans pour autant donner d'explication. Ou encore la manière dont elle détourne le sujet de manière, presque, humoristique, en disant qu'elle ne souhaite pas à ses amies d'être hantées. Tout autant de signe qui montre qu'elle est capable de prendre de la distance et qui, une fois de plus, montre qu'elle n'est pas juste une écervelée qui suit le premier venu.

« Il y a des chances qu'elle revienne. »

Il ne veut pas être défaitiste, ni même être inquiétant. Mais si elle avait été capable de la chasser définitivement dans un lieu inconnu – comme le commissariat – avec le peu de matériel qu'elle avait dans un sac alors... Alors, elle aurait été capable de le faire bien avant de venir jusqu'à lui. Elle semble avoir quelque chose qui la tracasse mais, malheureusement – ou heureusement – Aaron n'est pas devin et n'arrive pas à savoir d'où elle tire ce léger frisson qui l'a parcouru. Peut-être que c'est juste l'idée de pouvoir revoir cet esprit. Peut-être qu'il y a autre chose. Il n'a pas le temps de poser la moindre question ou même de développer ce qu'il vient de balancer parce que, Noah, attire son attention sur un groupe de gars quelque table plus loin. Il a à peine jeter un regard au groupe qu'il se retourne déjà vers Noah pour lui faire baisser sa main qui leur fait coucou.

« Ce n'sont pas des amis. » Il relâche la main de Noah. « En fait, vous savez quand je vous ai dit que cette sorcière faisait des choses qu'elle n'aurait pas dues ? » Discrètement, il fait un signe de main en direction du groupe. « Elle bossait avec eux. »

Et, à voir le verre remplis d'un liquide rouge épais, il n'y a pas vraiment de doute à avoir sur le fait que ce sont des vampires. Ce qui ennuie Aaron c'est qu'au moment de son intervention, la sorcière était avec deux des vampires assis à la table. Le troisième n'était pas présent. En toute logique, les deux premiers ne devaient se souvenir de rien puisque l'alliance possédait les moyens d'altérer les souvenirs des gens pour garder leur existence secrète. Du coup, ces regards en biais et ces chuchotements, ça l'inquiète un tout petit peu. Est-ce que le troisième était présent et était resté planqué ? Est-ce que la formule d'altération de mémoire avait foiré quelque part et laissait quelques résidus de souvenir ?

« Et voilà. Un burger maison. » L’assiette est posée devant Aaron. « Et un Fromage au burger pour la petite dame. »


©️ LILIE



Revenir en haut Aller en bas
Noah Prescott

avatar

Chamane • meute Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDIT AVATAR : Shiya
¤ MESSAGES : 69
¤ POINTS : 25
¤ AGE : 32 ans
¤ ZONE LIBRE :
¤ GROUPE : Chamane
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Ven 30 Mar - 16:18


 
That’s the last straw
Aaron & Noah

     
C’est qu’il insistait lourdement, le bonhomme. Jusqu’à faire finalement douter sérieusement Noah sur sa légèreté et sa négligence. C’était pourtant ce qui avait tendance à la caractériser. Elevée dans une bulle, éduquée à coup de bourrage de mou, elle n’avait vu le monde qu’à travers le prisme très étroit de sa grand-mère. Alors lorsque la jeune femme sortie enfin de cet enfermement culturelle et sociétale, elle en sortie avec certains décalage par rapport à ce qu’on pouvait attendre d’elle. Elle, en tant que femme du vingt et unième siècle, avec toute la violence et la perversité qui allait avec. Et elle, en tant que chamane. Noah avait appris beaucoup depuis, mais elle gardait tout de même ce côté confiant et hasardeux qui pouvait l’amener dans des situations que certains semblaient donc qualifier de dangereux.

« Vous avez peut-être raison… »

Un aveu dit dans un souffle, se mordant l’intérieur de la joue. Elle soupira finalement, en fronçant un peu les sourcils avant de se pencher en avant, s’apprêtant à compter sur ses doigts.

« Je rentre parfois tard le soir et je tiens une boutique qui peut attirer des gens bizarres. Je mange les cacahuètes posées sur le comptoir d’un bar, je prends le bus sans payer et je vais danser dans un club de salsa situé dans la cave d’une ancienne maison de passe. J’ai fricoté avec des mecs pas toujours bien nets et j’adore conduire vite … Est-ce que je suis vraiment plus imprudente que n’importe qui ? »

Parce qu’à ce compte-là, autant ne plus sortir de chez soi. Plus de bar, plus de cacahuètes, plus de bus et elle opte pour le télétravail et des vidéos youtube pour se bouger les fesses. Passionnant. Pour une chamane, c’était vraiment le genre de vie à bannir pour ne pas devenir dingue. L’autre solution était de s’exiler dans les steppes de Mongolie ou les montagnes d’Alaska. Ça pouvait lui plaire davantage, elle l’avait déjà fait. Mais justes quelques mois. Plus lui paraissait infaisable.

« J’ai assisté à assez de trucs qui sortaient de la normalité humaine pour que le coup de la porte me fasse juste sourire… Toutes mes excuses. Prenez une petite chips, ça fera passer la nouvelle. »

Et elle poussa du bout du doigt le pot de chips devant Aaron qui semblait particulièrement les apprécier.

« Je suppose que le fameux instinct de flic à son équivalent chez les sorcières. Et je me repose dessus assez souvent… Et ne me faites pas croire que vous ne comptez pas dessus, avec le job que vous faites ! »

Elle le prévint avec un doigt menaçant, avant qu’il ne lui rétorque quelque chose. Même si de son côté, son instinct lui avait fait un peu défaut, ces temps-ci. Un instinct qui reposait essentiellement sur son lien magique avec les esprits qui semblaient la laisser se débrouiller toute seule. C’est bien pour cette raison qu’elle s’inquiétait sur le retour de cette folle de sorcière. Ca paraissait même évident à Aaron, que cette histoire n’était pas finie. Elle haussa les épaules, ne sachant pas quoi rajouter de plus à tout ça. Il allait falloir qu’elle trouve de l’aide parce qu’elle ne se sentait pas, en l’état actuel des choses de gérer de nouveau ça de manière définitive.

Quoi qu’il en soit, les potes en questions à qui elle venait de faire un chaleureux coucou n’étaient visiblement pas si potes que ca. Noah perdit son sourire et lâcha un sarcastique « Comment l’oublier… » lorsqu’il lui rappela ce qu’il lui avait déjà vaguement expliqué sur sa victime surnaturelle.

« Oh… Je vois… »

La jeune femme se ratatina un peu sur son siège, évitant soigneusement de recroiser le regard des trois gus.

« Mais sérieusement, vous êtes qui et vous faites quoi ? »

Une vraie question dit dans un chuchotement comme si maintenant que Noah avait pleinement conscience de la présence des trois vampires, ils avaient subitement été mis sur écoute.

Elle se redressa pourtant lorsque Barney refit son apparition. Et c’est avec un regard plein de gratitude qu’elle accueilli son assiette sur laquelle le cuistot s’était effectivement lâché niveau fromage. Ce sera, à n’en pas douter, son petit bonheur de la journée. Elle n’en oublia pourtant pas Aaron et la question qu’elle venait de lui poser. Sorcière, vampire, restaurant caché à la Harry Potter … A tout ceci, Noah disait « ok, pourquoi pas ! ». Mais quand même, comment se faisait-il que ce flic, apparemment lambda, en sache autant et qu’il soit impliqué dans des affaires aussi louches ? Alors tandis qu’une main visiblement experte se saisissait d’une frite pour la plonger dans le fromage encore coulant, elle ne quitta pas des yeux le flic, attendant une réponse. Un regard qui dévia pourtant légèrement vers une silhouette qui s’approchait d’eux.

« ilzarrivent, ilzarrivent, ilzarrivent … » Répéta Noah en bougeant à peine les lèvres et en se plongeant cette fois-ci pleinement dans son burger.

« On s’connait ? »

Le vampire leur cracha la question à la tronche. Noah releva un regard interrogateur vers lui qui ne lui laissa pas le temps d’ajouter quoi que ce soit d’autres.

« Vos gueules me r’viennent pas. Ni à moi, ni à mes potes… »

Il se tourna plus particulièrement vers Aaron alors que ses deux collègues le rejoignaient. Le regard de Noah trahissait à la fois sa surprise quant à la réaction de ces types et son inquiétude sur la suite des évènements. Elle passait de l’un à l’autre jusqu’à bloquer sur les yeux carmin de Barney qui se tenait dans l’embrasure de la porte de la cuisine, observant la scène, tranquillement. Bref, un ensemble de détails faisait que l’atmosphère s’était un peu alourdie. Et Noah, elle n'aimait pas bien les ambiances lourdes.

« Salut, je m’appelle Noah et j’adore le fromage. On partage ? »

Et elle lui tendit la frite pleine de fromage. C’était tout ce qu’elle avait trouvé sur le moment. Elle aurait bien aimé se tourner vers Aaron pour y trouver un regard d’approbation. Mais elle en doutait. Alors, elle se contenta de sourire. Encore.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDIT AVATAR : Dee
¤ MESSAGES : 270
¤ POINTS : 76
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Lun 2 Avr - 0:28



>
That’s the last straw
Noah & Aaron



« Franchement... » Il prend un air des plus sérieux en se penchant, à son tour, légèrement. « Déjà vous n'êtes pas une cycliste. Y a peut être une chance de vous sauver. »

Parce que, eux, honnêtement, ils sont tout en haut de la liste des êtres inconscients. Faire du vélo, ça passe encore. Croire qu'ils peuvent être plus fort en cas de collision avec une voiture, ça frise la folie pure. Mais bon, le gouvernement ne peut pas faire enfermer les cyclistes en asile, il n'y a pas assez de place pour tous les accueillir. Bref, comme elle n'est pas encore morte de ses imprudences, il y a moyen de faire quelque chose pour elle. Ce n'est pas trop tard !

En vrai ça l'amuse qu'elle prenne les choses de cette manière, il ne va pas critiquer cette façon de faire étant donné qu'il a la même. Ne rien prendre au sérieux, tout prendre à la dérision. Cela dit, il commence un peu à comprendre pourquoi il peut exaspérer autant de monde. Dur, dur, de vouloir être sérieux en prévenant d'une réel danger quand, en face, la personne tourne tout en dérision. Il attrape une chips et secoue la tête avec de grand yeux.

« Faire appel mon instinct de fonctionnaire ? Jamais de la vie ! » Il hausse les épaules. « Bien que très pratique pour arrêter de jouer au freecell sur l'ordinateur, parce qu'on sait... On sent, quand le chef arrive ! »

Oups. Désolé pour le doigt qu'elle a pointé sur lui pour ne pas qu'il rétorque. Mais c'est le problème, avec Aaron, il ne sait pas quand il faut se taire ou non. Bon cela dit, il n'a rien dit sur son imprudence et, il suppose, que c'est ça qu'elle essaye de lui interdire de faire avec son doigt. Bien cheftaine ! Cela dit, la dérision semble prendre fin quand elle lui demande qui il est, ce qu'il fait. Pour le coup, son interrogation a l'air d'être des plus sérieuses. Aaron laisse passer un grand sourire qui n'apporte aucune réponse mais, heureusement pour lui, Barney vient lui sauver la vie en apportant les plats. Et, sa chance continue avec les types qui arrivent... Enfin, si on peut vraiment parler de chance.

N'empêche qu'il approuve. Oui, oui. Il approuve la réaction de Noah même s'il n'est pas certain qu'elle le fasse exprès. Il doit même simuler une légère toux pour ne pas rire. Paraît que ça fait mauvais genre de ces situations. Cela dit, il pose son regard sur la femme assez rapidement, avant de secouer la tête.

« Vaut mieux qu'ils évitent de manger. Ça remettrait en route un système digestif dont ils peuvent se passer, avec tous les désagréments qui vont avec. »

Et comme il est sympa, il passe les détails sur les flatulences et ce genre de joyeusetés qu'ils peuvent éviter en buvant du sang. Les vampires, en fait, c'est comme les licornes et les princesses, ça ne va pas aux toilettes et ça ne pète pas. N'empêche qu'il a à peine fini sa phrase, qu'il sent ses pieds quitter la terre ferme, soulever très facilement par le vampire en question. Une main sur le col d'Aaron, le gars plaque presque son visage à celui du flic qui, bien évidemment, tire une grimace.

« Remarque, au point où vous en êtes, vous pouvez prendre du fromage sans problème. Niveau haleine, ça ne peut pas être pire. »

Et après c'est lui qui dit à Noah qu'elle est inconsciente. L'hôpital qui se fout de la charité !

« Ca y est, j'sais d'où j'te connais ! »
« Un pub en ville, c'est ça ? Ils laissent entrer n'importe qui maintenant. »

Oui c'est tout à fait normal de répondre à quelqu'un alors que ses pieds ne touchent toujours pas le sol.  Jambes légèrement secoué quand le vampire le met un peu sur le côté pour mieux voir Noah.

« Non, c'pas ça mais... » Et là il se met à sourire, son regard braqué sur Noah. « On va pouvoir s'rembourser de notre perte. »
« Euuuh ? »

Les deux autres vampires, derrière, ils semblent pas trop comprendre. Y a des fois où le sang ça doit pas allumer la lumière à tous les étages. A croire que même chez les vampires y a des débiles. Du coup, le premier se sent un peu obligé de leur expliquer.

« Une sorcière pour une sorcière. »

Et voilà que la joyeuse petite tribu se met à glousser comme des débiles. Et Aaron se met à lever une main comme pour demander la permission de parler, sans pour autant attendre qu'on lui donne.

« Y a juste un petit problème. »
« Ah ouaiiiiiis ? »
« C'est une nécromancienne. »

Il sent encore ses jambes se balader quand dans un « oooh », les trois vampires reculent de deux pas, comme si Noah est soudainement devenue une pestiféré. Les vampires, ça n'aiment pas trop les sorcières capable de contrôler les morts...



©️ LILIE



Revenir en haut Aller en bas
Noah Prescott

avatar

Chamane • meute Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDIT AVATAR : Shiya
¤ MESSAGES : 69
¤ POINTS : 25
¤ AGE : 32 ans
¤ ZONE LIBRE :
¤ GROUPE : Chamane
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Jeu 5 Avr - 17:02


 
That’s the last straw
Aaron & Noah

     
Sa frite au fromage ne rencontra pas beaucoup de succès. Alors elle l’avala en écoutant les explications d’Aaron concernant le rythme digestif des vampires. Maintenant, ça lui paraissait évident. Mis à part le sang qui passait comme une lettre à la poste, toute l’alimentation classique, dont la frite au fromage, devait être assez désagréable. Ça devait parfois être bien triste, la non-vie d’un vampire. Noah avait donc fait une tentative de prise de contact pacifique avec ces trois morts-vivants un peu déplacé. Mais ça ne l’empêcha pas de continuer dans la même voie, mettant en avant, cette fois-ci, non pas son goût pour le fromage, mais ses aptitudes de guérisseuse.

« Oh ! Mais j’ai quelque chose contre ce genre de désagrément, si vous voulez. Un petit cocktail de plantes qui marche du tonnerre. Je pense qu’en le mélangeant à du sang, ça peut le fa … »

La fin de sa phrase mourut sur ses lèvres pour se transformer en un « Oh ! » surpris, alors que les pieds d’Aaron quittaient terre. La jeune femme grimaça également par mimétisme lorsque le vampire décida d’étudier de plus près le flic.

« Pour l’haleine, aussi, je connais un truc… »

Dernière tentative désespérée pour détendre un peu tout ce beau monde. Mais définitivement, la conversation ne pourrait visiblement pas se faire dans la bonne humeur. D’autant moins qu’Aaron semblait prendre un malin plaisir à les provoquer. Sans doute son instinct de fonctionnaire qui devait lui faire croire que ça pouvait éventuellement marcher ... Si Noah esquissa tout de même un sourire, le vampire lui, prit cette réplique au premier degré. Mais il paraissait pourtant avoir compris quelque chose qui mit du temps à parvenir au cerveau de la jeune femme. Et une fois atteint, elle se ratatina de nouveau sur son siège.

« Mais qui vous dit que j’en suis une, d’abord… »

Une petite voix mal assurée en guise de défense avant qu’Aaron n’en rajoute une couche. Une grosse. Une bien épaisse. Une qui la fit tousser et crachoter pour finir par articuler une nouvelle interjection « Ah ? ». Il était sûr de ce qu’il disait ? Parce que franchement, mis à part quelques esprits qui se baladaient de temps en temps par-ci, par-là, elle ne se sentait en rien une nécromancienne. En avait-elle l’air, au moins ? Son regard passa du flic aux vampires créant un moment de flottement qui lui parut un peu trop long pour que les évènements s’enchaînent positivement pour eux. Et vu la réaction épidermique des trois gus, elle ne voyait pas d’autre solution dans l’immédiat.

« Une nécromancienne… D’accord… »

Elle se mit debout, levant le menton pour tenter de paraître la plus imposante possible. Du haut de son mètre soixante-dix, elle n’était pas ridicule, mais l’effet n’était tout de même pas très impressionnant.

« Carrément ! Une nécromancienne. Et si vous ne voulez pas vous retrouver à poil sous le soleil sans comprendre comment, je vous conseille de vous barrer vite fait ! »

Noah les sentit sur la défensive. Suffisamment pour qu’Aaron retrouve la terre ferme. La jeune femme percevait un léger doute dans le regard méfiant qu’ils lui jetaient et qui les empêchait de quitter la pièce ventre à terre. Qu’est-ce qu’ait censé faire une nécromancienne, dans ce cas-là ? Un deuxième moment de flottement s’installa. Le troisième leur serait certainement fatal. Alors Noah fourra sa main dans son décolleté et en ressortie un pendentif qu’elle brandit devant les débiles qui reculèrent d’un nouveau bon mètre.

« Ganga tsagaan gaany fennel mergen yum ... »

Prenant l’air le plus concentré possible, elle prononça ces mots en agitant le pendentif devant elle. Les gestes alliés à la parole leur suffirent pour se décider sur la marche à suivre.

« Ok, Biff, nous, on y va … »

Et les deux dégénérés s’éclipsèrent rapidement par la porte à l’opposé de celle qu’Aaron et Noah avaient empruntée. Le troisième, le plus virulent, lâcha pour de bon le flic, son regard toujours tourné vers Noah. Il y croyait moyen, à cette histoire, à cette mise en scène improvisée. Mais le doute, le fait qu’il se retrouve soudainement seul et le grognement de Barney qui s’était dangereusement rapproché, le fit plier à contre cœur.

« J’toublies pas, toi … »

Une menace à l’intention d’Aaron, accompagné d’une bousculade, un dernier regard lubrique pour Noah et il quitta l’établissement certainement avec la même nonchalance agaçante qu’il avait eu en rentrant. Barney pris alors la relève, en jetant presque la note sur leur table.

« Finissez vos assiettes. »

Un ordre qui en filigrane, leur demandait de quitter son restaurant assez rapidement. Noah s’écroula sur la banquette avec un gros et long soupire lorsque le patron tourna les talons.

« Elle ne serait pas un peu pourrie, cette journée ? »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDIT AVATAR : Dee
¤ MESSAGES : 270
¤ POINTS : 76
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Sam 7 Avr - 0:33



>
That’s the last straw
Noah & Aaron




Non mais si elle a vraiment des trucs pour l'haleine, Aaron il est presque certain que ça fonctionnerait du tonnerre si elle se mettait à le commercialiser. Cependant il a des doutes sur l’efficacité d'une potion ou décoction de ce genre. Les sorcières, elles sont cool hein, mais franchement elles n'ont aucun sens pour le goût et l'odeur. Jamais il n'avait encore vu de potion agréable à l’œil ou qui soit bonne à boire et, encore moins, qui sente bon. Alors une potion qui vire la mauvaise haleine, c'est presque contradictoire, non ? N'empêche que les propositions qu'elle fait, ben ça le fait sourire le Aaron. Heureusement qu'elle n'est pas flic. Si les deux devaient se retrouver sur une affaire, à coup sûr, leurs supérieurs s'arracheraient les cheveux.

Elle est même mignonne à demander ce qui peut bien faire penser qu'elle est une sorcière. En fait, elle a pu rentrer dans cet endroit, donc elle n'est pas complètement humaine. Les vampires, avec leur odorat, peuvent très bien savoir que ce n'est pas une louve et pas une des leurs... Finalement, il ne reste pas beaucoup d'option. La seule chose qu'ils ne pouvaient pas savoir c'était de quel genre elle était. Bon, sur le coup, il pense qu'elle va s'offusquer, hurler que ce n'est pas une nécromancienne et ça va tout foutre en l'air mais... Mais elle semble se rattraper au dernier moment et prendre son rôle presque à cœur. Elle commence même une pseudo incantation et, Aaron, il regarde les deux autres vampires.

« Moi, les gars, je vous aurais prévenus ! »

Finalement, il touche le sol et se fait un peu bousculer. Il lève une main pour saluer le fameux Biff et, quand même, il décide de lui lancer une petite phrase.

« Quand tu veux, on s'fait une bouffe ? »

Bon... Pas de réponses. C'est que les gens commencent à être impolis dans cette ville.  Du coup, il s’assoit à nouveau avant que barney ne leur demande de se dépêcher un peu. Ouais, ce n'est pas la première fois que ça passe comme ça dans ce restaurant mais, malgré ses airs de brutes, Barney continuait de l'accueillir. Il devait lui être utile autant qu'il était capable de foutre la merde. Du coup, les comptes finissaient toujours par s'équilibrer.

« Bouarf, ça pourrait être pire. Il aurait pu nous virer sans même nous permettre de finir nos assiettes. Et, franchement, vu la dose de fromage, ça serait quand même un crime de ne pas finir. » Faut croire que le fait de se faire un peu secouer permettait de libérer de la place dans son estomac. « Barney fait son grincheux mais, en réalité, il serait bien plus offensé si on ne finissait pas. Et j'ai pas envie de m'embrouiller avec lui. Enfin, vraiment, je veux dire. »

En tout cas, la demande de Barney ne semble absolument pas l'inquiéter. Un peu comme s'il en avait l'habitude – ce qui est réellement le cas. Bref, il continue de manger comme si rien de n'était même si, dans le fond, il est quand même en train de cogiter à certaines choses. Comme, par exemple, le fait de protéger Noah. Là, dehors, il fait jour alors tout va bien. Mais si ces vampires décident vraiment de se venger d'une manière ou d'une autre... Il se dépêche de finir une frite.

« N'empêche que l'incantation, et tout, c'était vraiment cool. 'Fin, même si je pense qu'il n'y a pas vraiment cru. C'était cool quand même. »

il aurait pourtant préféré que ce soit crédible. De cette manière c'est lui qui serait devenu une cible potentielle et non pas cette sorcière. Il joue vaguement avec une frite, son burger à moitié entamé.

« Et sinon, vous êtes dans quel coin de Londres ? »

il aurait aimé pouvoir balancer cette question avec nonchalance, comme si c'était pour faire la conversation et non pas par intérêt. Sauf que si, y a un intérêt à cette question et il a l'impression que ça se voit comme le nez au milieu de la figure. Enfin, lui, il trouve que c'est clair : il pose la question pour savoir quel coin il doit surveiller s'il veut qui ne lui arrive rien. A aucun moment il se dit qu'on peut, aussi, se demander s'il ne veut pas savoir où il doit se rendre s'il veut encore tuer une sorcière.



©️ LILIE



Revenir en haut Aller en bas
Noah Prescott

avatar

Chamane • meute Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDIT AVATAR : Shiya
¤ MESSAGES : 69
¤ POINTS : 25
¤ AGE : 32 ans
¤ ZONE LIBRE :
¤ GROUPE : Chamane
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Mer 11 Avr - 14:23


 
That’s the last straw
Aaron & Noah

     
Noah pointa sa frite en direction d’Aaron pour appuyer ce qu’il disait. Oui, ça aurait été ballot de passer à côté d’une assiette pleine de fromage. Même si pour le coup, ça ne lui faisait plus spécialement envie. Mais la description qu’il faisait de Barney l’obligeait à finir son burger. Elle ne souhaitait pas non plus se brouiller avec le patron. Il faisait loup mal léché, et si par expérience, elle savait que ce n’étaient pas les plus méchants, il n’était pas non plus souhaitable de se les mettre à dos. Et puis ça faisait toujours une connaissance de plus dans le monde du surnaturel qui n’était peut-être pas à négliger, qui sait ? L’attitude décontractée d’Aaron lui permit de se détendre, mais son visage un peu fermé et ses sourcils froncés trahissaient tout de même une certaine anxiété.

« Ce n’était pas suffisamment cool, visiblement. Il n’y a pas cru… Peut-être qu’il parle mongol ? C’était une liste d’herbes en mongol. J’aurais peut-être dû utiliser le swahili… »

Il était difficile de savoir si Noah était préoccupée par le fait que son interprétation ne lui ait pas convenue ou par le fait que le vampire soit parti sans vraiment y croire. Mais dans sa tête, c’était pourtant bien cette deuxième explication qui la tracassait. Le regard qu’il lui avait lancé l’avait mis très mal à l’aise avec la désagréable sensation qu’il souhaitait réellement sa mort. Une mort gratuite. Juste par plaisir. Une vengeance sanglante qui l’arrangeait bien. C’était peut-être bien la première fois que la jeune femme avait ressenti un tel regard sur elle, ce qui avait eu pour effet d’entamer le relativisme dont elle avait fait preuve jusqu’ici.

« Au nord, un peu au-dessus de Victoria Park … »

Noah répondit à la question du flic par mécanisme, le tilt ne se faisant que quelques secondes plus tard. Comment pouvait-il s’intéresser à des choses aussi futiles alors que la situation semblait assez fâcheuse ? Et alors qu’elle enfournait une nouvelle bouchée de son burger, elle se fit la réflexion que c’était certainement sa façon de faire. Son comportement durant l’altercation avait été assez désinvolte, finalement. Comme à peu près tout le temps, en fait. Ca la fit sourire malgré ses appréhensions.

« Ça ne vous inquiète pas ? »

Parce qu’elle se devait de poser la question, tout de même, qu’elle sache si elle était la seule à se soucier des possibles conséquences de cette rencontre. Et qu’elle ne soit pas la seule, la rassurerait.

« Vous avez mis vraiment le bazar dans leur business en tuant cette sorcière ? Parce qu’à moins qu’il soit un peu couille molle, il risque de vous chercher, non ? »

Noah ne savait pas trop s’il était habitué à ce genre de cas, se faire prendre en chasse par un vampire. Bien qu’elle ne l’a jamais été, elle devinait la sensation que ressentait la proie d’un loup pour avoir suffisamment vécu avec ces créatures. Mais être dans le viseur d’un vampire, ça, elle ne connaissait pas. Dans tous les cas, ce n’était certainement pas agréable. Parce qu’après tout, elle n’avait toujours pas de réponse à ses questions. Ces deux fichues questions. Qui était-il et que faisait-il ? Des réponses qui semblaient s’être arrangées jusqu’ici pour ne pas être trouvées. Et encore une fois, si Noah les gardait en tête, ce n’était finalement plus sa priorité. Si cela l’avait déjà été…

« Est-ce qu’il a vu que vous étiez policier ? Il pourrait se pointer au poste. Tout le monde est fiable dans vos collègues ? Il pourrait même se repointer ici. Je n’ai aucun doute sur le faite que Barney sache se défendre, mais ça serait dommage. Pour le coup, vous pourriez vraiment vous fâcher avec lui… »

La chamane jeta un coup d’œil au patron qui les surveillait de loin. Il y tenait à ses assiettes vides ! Elle lui adressa un faible sourire qui lui fit détourner le regard. Quant à celui de Noah, il s’accrocha de nouveau à son burger.

« Si vous aviez été un loup, ça aurait été plus facile… Mais je peux bidouiller deux, trois trucs de protection. Au moins pour un temps, histoire de trouver une solution à plus long terme. Je pense avoir ce qu’il faut à la boutique. Quoi que, chez moi, j’ai un peu plus de matériel… »

La jeune femme réfléchissait tout haut en finissant du mieux qu’elle pouvait son assiette. Elle se sentait presque responsable de cette situation. Si elle ne leur avait pas attiré l’attention niaisement, peut-être que leur suspicion ne se serait pas transformé en menace. Si elle avait su gérer toute seule l’esprit de cette sorcière, elle serait en train de compter les bocaux de sauge qu’il lui restait au magasin. Et lui, en train de s’engouffrer des donuts arrosés d’un horrible café.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDIT AVATAR : Dee
¤ MESSAGES : 270
¤ POINTS : 76
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Jeu 12 Avr - 0:36



>
That’s the last straw
Noah & Aaron




Au moins, elle ne perd pas son appétit. Sauf si, du coup, elle se force à manger pour ne pas s'attirer les foudres de Barney. C'est qu'il faut le voir, au moins une fois dans sa vie, s'énerver avec son torchon à la main en demandant ce qui cloche avec son repas. On pourrait presque le comparer au poissonnier dans Asterix et Obelix... Sauf que ses produits, à Barney, sont vraiment frais. On ne risque pas une indigestion avec sa nourriture, en revanche ce n'est pas dit qu'un vampire n'essaye pas de vous bouffer. On ne peut pas avoir que des avantages.

Entre deux bouchés de son burger, Aaron ne peut s'empêcher de sourire. Sérieusement, une liste d'herbes ? Il adore cette idée... Même si ça n'a pas fonctionné autant qu'il l'aurait voulu.

« Le schawi-quoi ? » Il a presque manqué de s'étouffer en entendant ce mot. C'est une langue ça ? Ok. Il hausse les épaules. « A tester la prochaine fois pour voir si ça fonctionne mieux. »

Pas qu'il souhaite une prochaine fois mais, sait-on jamais, peut-être que ça pourrait l'aider. Des fois, il ne faut pas sous-estimer le pouvoir que peut avoir ce qui semble être une grosse connerie. Une fois, il s'était sortie d'une situation délicate en parlant de pépins de courges – il n'avait jamais autant remercié la passion du moment de sa mère – et... En réalité, il s'en était surtout sorti parce qu'il avait réellement saoulé le mec d'en face.

Il est coupé en pleine bouchée « Heeeein ? ». Mot à peine compréhensible avec ce qu'il a dans la bouche mais, quand même, il s'efforce de vite finir cette bouchée pour pouvoir répondre. Enfin non, en fait, il boit un peu parce que, à vouloir aller trop vite, y a un trop gros morceau de steak qui a du mal à descendre. Une fois ce petit problème réglé, il reprend une inspiration et secoue la tête.

« Si ça m'inquiète ? Non, pas vraiment. »

Pourtant, il est capable de s'inquiéter d'un tas de choses. Est-ce que son putain d'épi, sur le haut du crâne, va être docile aujourd'hui ? Est-ce que sa mère a bien mis la boule de glace sur sa tarte au citron ? Est-ce qu'il a bien pensé à changer la station de radio chez Ambrose, qu'il ne comprenne pas qu'il aime vraiment la musique des années 80... Il en entendrait parler toute sa vie sinon ! Non mais vraiment, Aaron peut être un grand inquiet. Mais est-ce qu'un vampire, qui veut vengeance, l'angoisse ? Piouffff. S'il devait s'inquiéter de ça à chaque fois, il ne sortirait même plus de chez lui. Dans cette histoire, son inquiétude va vers Noah. C'est surtout pour elle qu'il s'en fait. Pas question qu'elle soit une victime dans une affaire qui ne la concerne pas.

« Honnêtement, je ne pense pas que c'est moi qu'il va chercher. » Sans vouloir la faire stresser. « S'il avait voulu le faire, il l'aurait déjà fait. » C'est qu'ils ont un bon odorat ces gens-là. « Et faut voir que, quand les vampires arrivent à avoir une sorcière à leurs bottes, ils essayent de faire en sorte de la garder. »

Une sorcière qui bosse pour les vampires, en général, c'est assez mal vu par le conseil. D'ailleurs ça se finit souvent au purgatoire. Faut-il encore savoir qu'il existe. Bref, comme elles sont assez mal vues, elles essayent de ne pas trop fréquenter les vampires ou, du moins, elles le font plus discrètement. Tout ça pour dire que ça ne court pas les rues alors, en tuer une c'est assez mal perçu.

N'empêche qu'elle est mignonne à s'inquiéter pour lui. Ou naïve... Il n'est pas encore décidé. Si ce vampire avait voulu s'en prendre à Aaron il l'aurait fait le soir où il avait tué cette sorcière. Il est peut-être un peu con mais, apparemment, il n'est pas suicidaire pour s'en prendre directement à Aaron. En revanche, Noah semble être une cible plus facile et, en plus, ça atteindrait Aaron d'une façon ou d'une autre. Vraiment, ce n'est pas pour lui qu'il faut s'inquiéter.

« Parce que vous avez une boutique aussi ? » Bizarrement, c'est là qu'il semble un peu s'inquiéter. « Sérieusement ? Vous n'auriez pas pu être sans emploi, ça aurait été vachement plus simple quand même. »

Ben ouais, quand on prévoit de faire une surveillance pour protéger quelqu'un, c'est quand même mieux quand cette personne se morfond chez elle sans aucune activité. Question de logique. A croire qu'on s'en fout du bien-être des gens, du moment qu'ils restent en vie.

« Parce que là, ça fout en l'air tous mes calculs. Ça ne va pas du tout. » Il ne peut pas surveiller deux endroits en même temps. Physiquement impossible. « Je crois surtout qu'il va falloir travailler sur quelque chose pour vous protéger vous. » Il finit son assiette, avant d'ajouter avec un tact qui lui est propre. « Parce que c'est clairement contre vous qu'il va s'en prendre s'il veut se venger. » Faut qu'il revoit la définition du mot tact !

Il fouille dans sa poche pour en sortir des pièces, des billets et un mouchoirs aussi. Après avoir fait le tri, c'est des sous qu'il laisse sur la table – pourboires compris, faut pas déconner – avant de remettre le reste dans sa poche.

« Vous avez fini ? »



©️ LILIE



Revenir en haut Aller en bas
Noah Prescott

avatar

Chamane • meute Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDIT AVATAR : Shiya
¤ MESSAGES : 69
¤ POINTS : 25
¤ AGE : 32 ans
¤ ZONE LIBRE :
¤ GROUPE : Chamane
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Lun 16 Avr - 13:34


 
That’s the last straw
Aaron & Noah

     
« Swahili, c’est une langue afri … ‘Fin bref, on s’en fou. »

Ce n’était pas vraiment le moment de se lancer dans une explication linguistique et de toute façon, Noah n’en avait pas envie. Durant ses différents voyages, elle avait dû composer avec plusieurs langues, officielles ou des patois particuliers à certaines régions. S’il lui était facile aujourd’hui d’en comprendre un certain nombre, il ne lui restait pour la plupart que des mots de vocabulaire qui tournaient principalement autour des loups, de la meute, de la magie et du chamanisme.
Quoi qu’il en soit, le fait qu’elle soit la seule à s’inquiéter de la situation parue la contrarier. Elle se sentis même un peu bête au vu de la réaction de surprise d’Aaron qui eut même du mal à lui répondre.

« Ah bon … »

Noah fit une petite moue de déception avant de mordre pensivement dans son burger. Elle n’était pourtant pas dingue, les menaces d’un vampire n’étaient tout de même pas à prendre à la légère, non ? Ce n’est pas qu’ils étaient tous de violents psychopathes sanguinaires, mais leur nature faisait d’eux des êtres avec lesquels il fallait rester sur ses gardes. Et au vu des différentes informations que Noah pouvait avoir, ce Biff devait faire partie de la catégorie des vampires à carrément éviter.

« Peut-être qu’il n’en a pas eu l’occasion ? Peut-être qu’il n’a pas compris tout de suite qui vous étiez ? Peut-être qu’il voulait être sûr ? Peut-être qu’il voulait attendre pour mieux vous tuer ? Genre, mort atroce avec destruction de votre vie en amont, tout ça… Il vous est arrivé des malheurs ces derniers temps ? »

Noah voulait juste trouver une explication à la situation, mais elle s’était légèrement emportée pour finir sur une note un peu macabre. D’ailleurs, c’était peut-être un peu trop gros et lugubre pour qu’elle en prenne pleinement conscience…

« Oui, je tiens une boutique… Mais elle est pas compliquée. Elle est plutôt petite, en fait ... Et elle est jolie. »

La jeune femme répondit bêtement à la question du flic, les yeux un peu écarquillés, ne comprenant pas pourquoi il se crispait subitement. Cette réaction contrastait avec son comportement habituellement désinvolte et pour le coup elle se rendit compte qu’elle préférait le flic sans-gêne. Surtout en ce moment. Et ce n’est pas avec l’explication qu’Aaron lui donna par la suite que Noah raccrocha les wagons.

« Mais … Ce n’est pas moi qui aie dézingué leur sorcière… »

Elle ne voyait pas en quoi elle était coupable de quelque chose. Ok, elle s’était foutue un peu de leur gueule avec cette histoire de nécromancienne. Mais encore une fois, ce n’était pas spécialement de sa faute… Elle n’était la sorcière de personne. Pas même d’une meute. Elle ne représentait à priori aucune menace quel que soit leur traficotage et en tant que chamane, elle était d’une utilité tout à fait relative pour les vampires.
Toutes ces questions lui firent lever un regard dérouté sur Aaron qui lui demandait si son repas était fini.

« De quoi ? Ah oui … Ca ira ? »

Elle montra au flic, son assiette, qui était récurée à la croûte de fromage près, avant de décider elle-même que oui, ça irais. Elle était suffisamment emmerdée par un esprit et des vampires pour qu’un patron de resto un peu bougon vienne lui pomper l’air en plus.

« On va à la boutique… »

Et sans rien ajouter de plus, la chamane, pris ses affaires, Aaron et quitta l’établissement après avoir adressé un pouce en l’air au patron. Sortir de l’endroit confiné qu’était finalement le restaurant de Barney, revoir la lumière naturelle du jour et prendre l’air lui fit du bien et lui permit de faire un peu mieux le point. Ils en étaient tous les deux arrivés à cette situation par un enchaînement d’évènements assez malheureux et duquel tout un tas de questions en découlaient. Mais une, en particulier, lui revint à l’esprit à cet instant. Pourquoi cette sorcière était venue la voir, elle ?

« Aaron … Vous croyez au hasard ? »

Elle posa la question alors qu’elle cherchait au fin fond de son sac les clés de la boutique.

« Moi, j’y crois moyen. Je me dis que tout ça… Toute cette merde, là… Elle doit avoir une signification. J’ai presque envie de croire que l’esprit de la sorcière que vous avez tué soit venue me voir, moi, pour que je vous rencontre, vous. Peut-être que l’un de nous a un rôle à jouer dans la vie de l’autre… C’est là. »

Noah s’arrêta devant la porte de l’Ancient Spices et n’ayant toujours pas trouvé ses clés, elle s’accroupit pour vider son sac sur le trottoir.

« Peut-être que vous pouvez m’aider… Je ne sais pas encore quoi, mais vous avez peut-être des talents cachés qui peuvent m’être utiles d’une quelconque façon ? Ou peut-être que cette sombre histoire avec ces vampires nécessite mon intervention parce que leur trafic, ou je ne sais quoi est bien plus important que vous le pensiez ? »

Les clés trouvées, elle remit en vrac tout ce qui s’était rependu sur le trottoir et ouvrit enfin la porte de son magasin.

« Vous voulez un thé ? »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Davis

avatar

Alliance • Humain • Admin



¤ AVATAR : Chris Pratt
¤ CRÉDIT AVATAR : Dee
¤ MESSAGES : 270
¤ POINTS : 76
¤ MULTIS : Jodie Rowley - Alex Blackwood - Hannah Johnson
¤ AGE : 36 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: That’s the last straw Jeu 19 Avr - 23:12



>
That’s the last straw
Noah & Aaron




C'est pas tellement qu'on s'en fiche d'où ça vient comme langue, ni même comment elle s'appelle. C'est juste qu'il ne s'en souviendra pas où que, dans une situation désespéré, il ressortira ce nom de langue en le déformant dans tous les sens. Bienvenue dans la tête d'Aaron. Puis Noah, elle se lance bien vite dans une liste de possibilités sur le fait que ce vampire ne s'en était pas encore pris à Aaron. Ce dernier, laisse passer un sourire et se penche légèrement vers Noah.

« Malheur ? Oui, la dernière fois. » Il prend un air des plus sérieux. Enfin le plus sérieux qu'il est capable de faire sur commande. « J'ai mis un pépin de courge de taille moyenne, dans le bocal des gros pépins. Ça a été un drame familial sans précédent. »

Il exagère un peu, alors qu'il retrouve son sourire et sa position. Bon, en vrai, faut pas trop rigoler sur le triage des pépins de courge de sa mère mais... Ce n'était quand même pas de sa faute s'il n'arrivait pas à retenir les gabarits qu'elle lui avait expliqués cinquante fois. En revanche, difficile de contenir un rire amusé – et non pas moqueur, il y a une différence – quand elle explique que sa boutique n'est pas compliquée. Il y a une espèce de naïveté, assez touchante et amusante, chez cette jeune femme. Franchement, il n'a même pas le cœur à lui dire que ça complique la situation, pas que c'est sa boutique qui est compliquée.

Dans l'immédiat, il préfère réfléchir à une idée lumineuse – ou pas – et la suivre jusqu'à sa boutique. Au moins, il saura où est cet endroit. C'est déjà un bon commencement, non ? Enfin, pour voir l'intérieur, apparemment, il faut attendre qu'elle trouve les clés dans son bordel de sac tout en parlant du hasard.

« Euuuh... »

Est-ce qu'il croyait au hasard ? Est-ce qu'il pensait que tout a été écrit pour mettre des gens en relation ? La deuxième solution l'emmerdait un peu, il n'aime pas trop l'idée d'être maître de rien du tout. Mais, en même temps, il faut bien admettre qu'il y a des forces qu'il ne comprend pas, en plus de ne pas les contrôler.

« Ou peut-être que... » Il s'accroupit à son tour pour l'aider à lui donner des trucs qu'elle remet dans son sac. « Une ancêtre à vous s'en est pris à une ancêtre de cette sorcière et que, du coup, elle a décidé de se venger de cette manière. Parce que, en étant passé de l'autre côté, elles ont pu parler ensemble. »

Les morts, peut-être qu'ils se faisaient des réunions tupperware, à se raconter les derniers potins en faisant semblant de bouffer des gâteaux à la cannelle.  Non mais, plus sérieusement, Aaron il ne se pose pas autant de questions. Il se dit juste que Noah était au mauvais endroit, au mauvais moment et que l'esprit s'est dit que ça serait cool de venir la faire chier avec sa présence. Y a des choses pour lesquelles il est, quand même, super simple.

« Ou peut-être que c'est seulement pour vous aider vous. »

Lui faire prendre conscience qu'elle serait peut-être mieux dans une meute. Plus protégée, plus forte aussi. Qu'est-ce qu'il sait ? A défaut d'avoir une réponse, il se relève pour entrer dans la boutique. C'est con mais, au lieu de regarder les articles qu'elle peut avoir, ce sont les points d'accès qu'il vérifie.

« Je veux bien, oui. Merci. » Son regard se repose sur Noah. « Sérieusement, vous voulez pas que j'appelle quelqu'un pour savoir si vous êtes vraiment débarrassé de cet esprit. Ça fera déjà peut-être un problème en moins et puis, on pourra peut-être savoir ce que ça trafiquait exactement. Non parce que je connais quelqu'un qui... Enfin disons que c'est son domaine de prédilection. »

Et que, dans la mesure du possible, il essayait de ne pas trop avoir à lui demander des trucs parce que... Parce qu'elle fait partie de ces sorcières un peu borderline, et qu'il ne sait jamais s'il doit l'aider ou l'envoyer directement au purgatoire. Mais, honnêtement, il préférait faire appel à cette sorcière plutôt que Noah risque quelque chose. Après tout c'est quand même de sa faute si elle est dans cette situation.



©️ LILIE



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: That’s the last straw

Revenir en haut Aller en bas
That’s the last straw
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» "You gave me hope and then you took it away. That’s enough to make anyone dangerous." ( Pv William )
» Elisabeth _ the straw dog
» Vitaly † « If you want to beat me, that’s a dangerous thought »
» Sae Jin ✱ Mirror that’s filled up by you
» "Magic has to be believed. That’s the only way it’s real." ~ Yoëv Santacruz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Centre de Londres-
Sauter vers: