RSS
RSS



AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !



Partagez|

(branéis) † beware of the raging wolf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Bràn E. Irons

avatar

○ Alliance ○
Loup-Garou



¤ AVATAR : Boyd Holbrook
¤ CRÉDITS : chocolatine (avatar)
¤ MESSAGES : 45
¤ POINTS : 11
¤ AGE : 38 ans d'apprence contre 245 années déjà à fouler cette terre.
¤ GROUPE : Bras droit au sein de l'Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: (branéis) † beware of the raging wolf Jeu 15 Fév - 23:13

Briséis & Bràn

beware of the raging wolf


Il s’est absenté, en tout et pour tout, trois nuits et quatre jours. Cela n’a strictement rien d’anormal, de manière usuelle, bien qu’il passe le plus clair de son temps entre l’appartement de Briséis, son job et son autre job, il a pour habitude de fureté à ses occupations. L’on ne retient jamais vraiment un loup vagabond, si ce n’est que la brunette avait réussi à mettre la main sur une de ses faiblesses : la nourriture. Elle cuisinait tellement bien que Bràn avait fini par ne plus réussir à partir alors qu’il disposait malgré tout – normalement – de suffisamment d’argent pour espérer avoir un appartement à lui. Mais voilà, à l’époque, il vivait plutôt de maisons en maisons ou tout simplement au point central de l’Alliance. Il suffisait juste d’un canapé, ou bien encore, le loup se contentait de la belle étoile. Ca lui est souvent arrivé par le passé, et Dieu sait que son passé est déjà long en années. Furetant dans les rues de Londres avec une aisance bien trop voyante dorénavant, il se dirige tout droit au sud de la Tamise, là où le modeste appartement de Briséis se trouve. En secret, il met des économies de côté dans le but de lui en offrir un flambant neuf, ou tout du moins être en mesure de le retaper si jamais elle ne peut se résoudre à s’en séparer (et autant dire que c’est l’option à laquelle il pense, même s’il a encore des progrès à faire pour connaître entièrement la jeune femme). Au bout de plusieurs minutes, le blond parvient enfin sur le pas de la porte qu’il ouvre sans peine… En ayant oublié qu’il disposait de la clé. Encore. « Oups. » qu’il lâche en pénétrant à l’intérieur et cherchant déjà la jeune femme de ses émeraudes. Pas dans la cuisine, ni le salon, pas dans la salle de bain non plus ni dans sa chambre ou la chambre condamnée. Il n’y a personne, à cette heure de fin de journée ? Etonnant. Peu résolu à céder à la panique, le loup décide de déposer ses affaires et prend place dans le canapé, non sans avoir piqué un paquet de céréales au passage. C’est que ces quatre derniers jours ont été éprouvant et il meurt de faim. Une faim de loup, pour être exact.

Assis négligemment dans le canapé à se goinfrer de céréales pour enfants, Bràn voit les heures tourner, et si au début il ne semble pas rechigner, au bout de deux cela commence sérieusement à devenir problématique. Il s’allonge sur le dos, croise les bras et rumine, allume la télévision sans grand succès, effleure la marque noire de son poignet du bout des doigts pendant un long, très long moment, mais rien n’y fait Briséis ne rentre toujours pas. Il n’y a toujours aucun son si ce n’est celui de cette émission pourrie à la télévision. Alors le loup-garou rumine, de plus en plus, à chaque seconde qui passe, va même jusqu’à attraper la bible qu’il feuillette sans grand intérêt, se remémorant les envies fugaces de la jeune femme de l’emmener à la messe tous les dimanches. Comme s’il n’avait rien de mieux à faire…. Il pourrait fuir, après tout, rien ne l’oblige à rester ici, mais il a beau essayer Bràn n’y parvient pas, car le cœur s’en mêle, les sentiments aussi bien qu’il ne sache réellement mettre un nom dessus. Il l’aime, pour sûr, cherche plus mais…. Il ne sait comment faire passer le message avec elle. Avec n’importe quelle autre tout fonctionne, mais elle, demeure un mystère de la gente féminine. Elle est peu commune et loin d’être courante, sans doute est-ce pour cette raison qu’il l’apprécie autant ? Parce qu’elle n’est en rien comme tout le monde, unique en son genre, et bien trop pure pour ce monde de brutes épaisses où des morts règnent au beau milieu de sorcières et de boules de poils comme lui. Autant de races qu’il est censé protéger par le biais de la conservation du secret au sein de l’Alliance. Alliance dont la brune ignore tout et dont il ne peut rien dire. Strictement rien. Ce n’est pas comme si c’était une chose très très importante en soi mais…

Alors qu’il est perdu dans ses pensées, le verrou offre un cliquetis significatif et il se redresse comme un beau diable, prêt à en découdre car furibond et mort d’inquiétude alors que la nuit est tombée depuis une heure. La frêle silhouette apparaît dans son champ de vision et il l’observe de ses billes vertes, malgré tout soulagé qu’elle n’ait rien et soit toujours en vie. Il songe sur le moment à lui acheter un cellulaire, qu’elle en veuille ou non. « J’ai bien cru que tu avais couché avec un mort. ». En entendant ses propres mots, Bràn se flagelle mentalement et a une légère grimace. « J’aurais pas dû dire ça… ». Ca, c’est une évidence Irons. « Où étais-tu passée Bri ? Je suis rentré depuis plus de quatre heures maintenant. ». Il fait la moue et croise les bras contre sa poitrine, visiblement contrarié mais il n’a pas réussi à tenir sa mine de colère face à elle. Au bout de quatre jours, il est content de la revoir.    


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Briseis E. Iseley

avatar

Humaine



¤ AVATAR : Natalie Portman
¤ CRÉDITS : Babine.
¤ MESSAGES : 102
¤ POINTS : 34
¤ AGE : 29
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Sam 17 Fév - 10:20


BEWARE OF THE RAGING WOLF
feat. Briseis Iseley and Bràn E. Irons


Briseis était agenouillée devant la pierre tombale. La main posée sur le granit, elle lisait encore et encore ces lettres gravées « Beloved mother and father ». Son cœur se serrait à chaque fois car derrière ces mots s’imposait une autre réalité : elle était seule. Elle n’avait plus personne pour veiller sur elle. Son sentiment de solitude la frappa de plein fouet. C’était un jour de plus sans Bràn. La jeune femme s’était habituée à sa présence et se sentait à présent bien plus vulnérable quand il n’était pas autour. « … Je n’ai plus de nouvelles d’Eric depuis des semaines. Je ne comprends pas vraiment pourquoi. Heureusement que Bràn est là… Enfin, pas en ce moment mais j’imagine que c’est plus facile… Je me sens un peu moins seule quand il est là. Vous me manquez tellement… » Le nœud dans sa gorge lui fit étouffer un sanglot. Essuyant les larmes de ses joues, Briseis s’assit et resta là un moment. Ce chagrin n’avait jamais guéri.

Elle devait vraiment être affreuse pour qu’Eric disparaisse ainsi sans un mot. Pourquoi ferait-il ça ? Il avait l’air si gentil et avenant ! Non décidément cela n’avait aucun sens. Peut-être devrait-elle aller lui demander… Non, jamais elle n’oserait. Mais si elle n’y allait pas, elle ne saurait jamais… Tergiversant ainsi de longues minutes, l’humaine finit par soupirer. « Je dois y aller. Pour savoir. » Déposant un baiser sur ses doigts, elle les posa ensuite sur la tombe. « Au revoir Maman. Au revoir Papa. » Ce mot sonnait étrangement dans sa bouche. Elle n’était pas vraiment sûre du destin de son géniteur. Il avait disparu du jour au lendemain et plus personne n’en avait trouvé la trace. Peut-être était-il en vie… Non, cette histoire avec Eric réveillait décidément des inquiétudes enfouies depuis bien longtemps. Pour son père, la police n’avait rien su mais pour cet homme à qui elle avait ouvert son cœur, elle devait savoir !

Se redressant, elle marcha jusqu’au métro et se rendit dans le quartier où il avait dit travailler. Cherchant son entreprise, elle entra dans un Tesco pour interroger un caissier. Celui-ci lui donna l’adresse précise qui lui permit de trouver le bâtiment. Il était là. Dedans. Observant les personnes qui y entraient ou sortaient, elle resta là un long moment. Hésitant encore, elle finit par approcher de l’entrée et s’y engouffrer. Ce ne fut qu’une fois de l’hôtesse d’accueil qu’elle réalisa ce qu’elle faisait. Il était trop tard pour reculer maintenant. « Uh… Bonjour. Je… Je souhaiterai savoir si M. Freirs est disponible… ». La blonde derrière le comptoir l’observa en souriant : « Aviez-vous rendez-vous ? ». La brune secoua négativement la tête « Non, non je n’en ai pas. Mais… » L’autre ne lui laissa pas le temps de finir sa phrase. « Bonjour M. Freirs. J’ai une personne pour vous à l’accueil, pouvez-vous la recevoir ? Oui… Votre nom s’il vous plaît ? ». Comprenant que la question lui était adressée, elle lui donna son nom. Qu’il ne connaissait peut-être pas. « Iseley. Briseis Iseley. » La blonde répéta l’information et hocha la tête avant de prendre congés. « Je suis désolée Madame, mais M. Freirs n’est pas disponible pour vous recevoir. Il propose de vous rappeler un peu plus tard. » Déçue, Briseis accepta pourtant la proposition n’ayant pas le choix : « Oh, oui. Très bien. Merci beaucoup. »

Rebroussant chemin, le cœur lourd, elle préféra marcher un peu plus et prendre le bus. Appellerait-il vraiment ? Le doute s’insinuait. Montant les marches, elle finit par entrer chez elle. La présence de lumière l’interpella mais la voix de Bràn s’éleva de la plus étrange des manières. « J’ai bien cru que tu avais couché avec un mort. ». What ? Un peu décontenancée par cet accueil, la jeune femme resta plantée dans l’entrée alors que le loup reprenait son interrogatoire. Il se plaignit d’être rentré depuis quatre heures et l’attendre depuis lors. N’importe qui l’aurait rembarré ou même foutu dehors, surtout après cette phrase… «  Je… » Se mordant nerveusement la lèvre, elle ne prit même pas le temps de retirer son manteau. Elle n’avait rien cuisiné pour lui, il était sûrement affamé… « Je suis désolée, j’ignorais que tu rentrais aujourd’hui. » Passant devant lui la tête basse, elle se rendit dans la cuisine et ouvrit le frigo. Lui aimait la viande rouge qui coûtait très cher. Trop cher pour le budget de l’humaine. Pourtant, elle sortit un morceau et la fit à peine cuire, juste ce qu’il fallait pour qu’il ait en bouche le goût du sang sans que ce ne soit trop cru. Elle l’accompagna de petit-pois. C’était un plat simple mais suffisant. Elle lui tendit l’assiette. « Tiens ».

Reprenant son sac, elle le rangea dans l’entrée. « Je n’ai pas vu le temps passé, je suis allée au cimetière… » Sauf qu’elle ne disait pas tout. Et que cela se voyait à son regard fuyant et à son attitude prudente.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Bràn E. Irons

avatar

○ Alliance ○
Loup-Garou



¤ AVATAR : Boyd Holbrook
¤ CRÉDITS : chocolatine (avatar)
¤ MESSAGES : 45
¤ POINTS : 11
¤ AGE : 38 ans d'apprence contre 245 années déjà à fouler cette terre.
¤ GROUPE : Bras droit au sein de l'Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Sam 24 Fév - 22:23

Briséis & Bràn

beware of the raging wolf


Elle était chez elle. C’est ce qu’il tente de se rabâcher pour lui-même mais le loup a tendance à se prendre pour l’alpha de l’appartement. Un appartement qui commence petit à petit à tomber en miettes, cela va s’en dire. Mais Briséis y tient et Bràn n’a pas le cœur de lui dire que tôt ou tard il faudrait éventuellement déménager. Alors il cherche des solutions, pour elle, pour… Eux ? Car en 245 années de temps il est parvenu malgré ses vagabondages à mettre quelques économies assez conséquentes de côté et il serait dommage de ne pas l’en faire profiter. Il n’a simplement pas encore trouvé le bon moment pour le lui annoncer. Pour sûr, cela ne serait pas ce soir étant donné l’accueil qu’il vient tout juste de lui réserver. Bras croisés, le loup la scrute, l’air légèrement contrit de se rendre compte être un véritable loup-garou malpoli. En soi, il était comme ça, avait toujours été loin d’être irréprochable, au grand désarroi de ses parents d’ailleurs… Pourtant, à peine prend-il note que ses mots peuvent être déplacés qu’il cherche un moyen de se faire pardonner. Oui, mais voilà… Quatre heures qu’il l’attend et quatre heures qu’il se demande où elle a bien pu passer, ça suffit pour mettre la bête de mauvais poil. Je suis désolée, j’ignorais que tu rentrais aujourd’hui. Oui, forcément, elle ne savait pas quand il rentrait de ses missions suicides, c’était en somme logique et il serait bien idiot de s’évertuer à croire qu’il était dans son bon droit de râler. Bràn reste Bràn, au feu l’indubitable logique, il n’y a que l’inquiétude pour seule maîtresse en cette nuit tombée. Haussant doucement les sourcils, le blond suit la jeune femme du regard qui file, manteau encore sur le dos en direction de la cuisine. What the hell is she doing ? De ses billes d’émeraudes le loup la scrute et ne la quitte pas des yeux, la suivant à la trace tandis qu’elle s’active pour cuir légèrement un morceau de viande, des petits pois et lui tendre une assiette sans qu’il n’ait le temps de dire ouf ou faire autre chose que garder ses lèvres en mode cul de poule.

Dorénavant avec l’assiette entre les doigts, Bràn plisse le nez, renifle les légumes et ne peut nier saliver pour la viande encore rouge pendant que la brune pose son sac à main et se débarrasse enfin de ses affaires. Elle n’a pas vu le temps passer et il ne peut que la croire car il commence sérieusement à la connaître à force. Elle est bien souvent dans la lune ou perdue dans le fond de ses pensées, ce qui fait que le temps passe à côté d’elle sans qu’elle ne s’en rende nécessairement compte, bien trop pure qu’elle est pour ce monde si cruel. Vis-à-vis de tous ces autres qui pourraient la manger toute crue tant elle est adorable d’innocence brute. En dit long le regard qui fuit de la brunette. Il n’est pas dupe l’animal et se rapproche déjà d’elle afin d’en savoir plus sur les raisons de son absence. « Mais… Tu n’es pas restée pendant quatre heures au cimetière, dis-moi ? ». Si tel était vraiment le cas, sans doute devrait-il songer à s’assurer qu’elle va bien, parler à des morts n’est pas chose forcément bien vue dans ce bon vieux Londres.  Plus il s’approche d’elle avec son assiette, plus elle le fuit du regard et ça… Ce n’est pas normal. « Briséis… Tu sais que je commence à te connaître… Tu ne me dis pas tout. ». Il meurt d’envie de lui dire également qu’il avait nullement demandé un plat de viande là tout de suite… Il n’était pas un ventre à pattes. Pas totalement du moins. « Qu’est-ce que tu ne me dis pas ? ». Il penche la tête sur le côté, vient déposer finalement la fameuse assiette encore fumante sur la table basse du salon et vient doucement attraper son menton entre son index et son pouce pour l’obliger à le regarder. « Hm… ? ». Pas de ton sec, froid, ou même condescendant, juste un calme bien trop olympien pour un loup-garou qui sait pertinemment se montrer sanguin quand la lune le désire. Attentivement, il attend… Et ne saurait rebrousser chemin ou même cesser de se montrer patient. Il aurait une réponse, il le sait. Bràn finit toujours par obtenir les réponses à ses questions.    


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Briseis E. Iseley

avatar

Humaine



¤ AVATAR : Natalie Portman
¤ CRÉDITS : Babine.
¤ MESSAGES : 102
¤ POINTS : 34
¤ AGE : 29
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Sam 24 Fév - 23:14


BEWARE OF THE RAGING WOLF
feat. Briseis Iseley and Bràn E. Irons


Briseis faisait face à une bête inquiète, qui lui reprochait son retard. Oui, il avait toutes les raisons de le faire. Surtout après sa mésaventure. Elle ignore ses idées de déménagement, elle ignore ses sentiments et c’était certainement toutes ces incertitudes autour de leur relation qui l’empêchait elle-même d’avancer. En théorie. Il venait d’avoir une petite maladresse qui embarrassa la jeune femme plus qu’elle ne le montra. Il savait bien qu’elle n’avait jamais… Connu d’homme. Ici, il pouvait certainement être l’alpha de la cellule, Briseis n’avait rien pour le braver et ne le faisait jamais. C’était certainement ce qui plaisait au loup, cette forme de soumission qu’elle pouvait présenter. Jamais elle ne le contredisait de manière directe, jamais elle ne haussait la voix… Il n’y avait aucune trace d’attaque dans l’attitude de la jeune femme.

Cette dernière ne prit donc pas le temps de poser ses affaires et fila en cuisine. Le reproche devait concerner le dîner. Elle ne lui avait rien préparé et Bràn était souvent de mauvais poil quand il trouvait un frigo vide. Entendant les pas de l’homme la suivre, elle sortit viande et petit-pois qu’elle mit à cuire pour le restaurer. Lui donnant son assiette, comme l’on nourrirait un chien en rentrant du travail, elle s’accorda seulement quelques secondes pour retirer sa veste et poser son sac. Oui, elle ne se rendait pas compte de la réalité du monde, elle qui n’en percevait que le bon. Pourtant, elle était ébranlée ces derniers jours, il fallait dire que la Vie venait de lui envoyer quelques bonnes leçons. Elle ignorait encore si elle voulait abandonner ses illusions ou non.  

Pensant avoir la paix le temps qu’il mangea, elle s’aperçut s’être trompée parce qu’il la suivit encore. « Mais… Tu n’es pas restée pendant quatre heures au cimetière, dis-moi ? ». Elle ne pouvait pas mentir. Pas à lui. Elle ne savait pas faire de toute façon. « …Non. » Sa réponse était presque un murmure. Non elle n’était pas restée quatre heures au cimetière.  « Briséis… Tu sais que je commence à te connaître… Tu ne me dis pas tout. ». Son rythme cardiaque accéléra et son regard baissé, fuyant plus que jamais, la trahissait. Ses joues qui rosissaient également. Elle ne lui opposa que le silence, cherchant comment lui dire les choses sans qu’il ne se mette en colère. Portant la main à la croix qu’elle portait autour du cou, elle l’entendit poser l’assiette et revenir. Il la força à le regarder dans les yeux. Se mordant la lèvre, elle l’implorait silencieusement de cesser son interrogatoire. C’était trop dur de lui mentir. « Bràn, s’… ». Trop tard. Les larmes commencèrent à lui brouiller la vue. « Je… » Elle paniquait. Non. Mentir était mal. Son cœur était serré comme dans un étau et elle savait que si elle ne lui disait pas elle ne serait jamais soulagé de ce mal. « Je… Je suis allée voir Eric dans son entreprise mais il a refusé de me voir. » C’était pathétique. Mais la meilleure vérité qu’elle pouvait lui servir. Elle ne pouvait pas parler de cette attaque de vampires où Declan l’avait sauvé, ni même de cette sortie avec Alex Blackwood, le meurtrier de sa mère qui revenait s’amuser. Elle ne pouvait pas encore mentionner sa sortie avec Jodie, la fleuriste chez qui elle achetait des fleurs pour les tombes de ses parents. Dégageant son menton de son emprise, elle fuyait à nouveau son regard. En réalité, son cœur commençait à pencher dangereusement vers ce nouveau prince charmant qui venait d’entrer dans sa vie. Elle essayait de rester prudente et c’était sûrement ce qui la poussait au silence. De même vis-à-vis de Declan. Elle avait l’impression désagréable qu’avouer être l’objet d’attention d’autres hommes serait mal vu par le loup. Elle ne voulait pas le décevoir. Son avis comptait beaucoup pour elle, bien plus qu’il ne le devrait dans la mesure où il s’était introduit par effraction chez elle en premier lieu. « Ce sera froid si tu ne manges pas » ajouta-t-elle d’une petite voix. Elle espérait qu’il aille manger son assiette pour disparaître dans sa chambre. C’était la meilleure fuite possible. Elle ne lui demanda aucun compte. Elle avait plus ou moins compris qu’il ne pouvait pas tout dire. En soi, c’était assez injuste : il lui demandait toutes ses pensées, tous ses secrets mais sans lui confier les siens.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Bràn E. Irons

avatar

○ Alliance ○
Loup-Garou



¤ AVATAR : Boyd Holbrook
¤ CRÉDITS : chocolatine (avatar)
¤ MESSAGES : 45
¤ POINTS : 11
¤ AGE : 38 ans d'apprence contre 245 années déjà à fouler cette terre.
¤ GROUPE : Bras droit au sein de l'Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Dim 18 Mar - 17:02

Briséis & Bràn

beware of the raging wolf


En réalité, Bràn n’a strictement aucune légitimité à lui demander la raison de son retard quand lui part plusieurs jours sans qu’elle ne sache ce qu’il fait, ni qu’il donne la moindre nouvelle. Pourtant, le loup s’insurge bel et bien de l’avoir attendu durant quatre longues heures. Des heures interminables pendant lesquelles il s’est demandé où elle était. Comment diable alors ne peut-il pas se dire qu’à l’inverse, la jeune femme doit ressentir la même chose lors de ses absences ? Sans doute est-ce le côté un peu trop égoïste qui lui colle à la peau qui ressort avec violence, et ce, même après bien des années à se connaître. A moins qu’il ne s’agisse que de cela… Il est bien trop ancré dans ses fières habitudes et traits de caractère pour parvenir véritablement à s’en détacher. Assiette fumante en main, le blond continue de la suivre, souhaitant obtenir ses réponses car il commence à la connaître un peu trop bien, Briséis, et il sait combien ce monde n’est pas tendre avec les bonnes personnes comme elle. Quand bien même elle surpasse de loin la moyenne, et il pense cette chose de manière positive et non négative comme il le faisait au début de leur rencontre. Diable ce qu’il a pu être odieux au tout début… Et elle si douce, si gentille et incapable de lui reprocher quoi que ce soit. Il insiste et insiste encore, peu décidé à manger le plat qu’elle lui a préparé alors qu’il demandait tout sauf ça. En soi, les effluves de viande rouge commençaient à le rendre dingue mais il préfère poster l’assiette pour se focaliser sur elle. Rien que sur elle.

Par les mots, il lui prouve qu’il la connait, qu’il sait qu’elle ne lui dit pas tout, et le myocarde de la belle s’emballe dangereusement. Si dangereusement qu’il pourrait presque l’entendre, ou tout du moins, ce qui lui éclate à la figure c’est la panique qui se lit sur ses traits et bientôt les prunelles qui se brouillent de larmes. Non non non, ce n’était pas ce qu’il voulait de prime abord. C’en était même la dernière. Bien plus chien que loup à cet instant, il ne quitte pas la brune des yeux, attendant malgré tout des explications qui finissent lentement par venir dans un murmure contrit. Pouce et index l’obligeant doucement à le regarder, le loup patiente, sait qu’elle est sur le point de craquer mais refuse de bouger. Il attend. Une seconde, deux secondes, puis enfin trois, et là, le son de sa voix se remet à résonner. Je… Je suis allée voir Eric dans son entreprise mais il a refusé de me voir. A l’instant même où elle prononce ces palabres qui sonnent comme une véritable sanction aux oreilles de Bràn, ce dernier en offre une expression de surprise. Elle avait quoi ?! Pris de surprise, Briséis dût le sentir puisqu’elle en profita pour se dégager de son emprise et fuir son regard à nouveau. En son for intérieur, le loup se met à gronder doucement, colère pointant le bout de son nez tandis que lui, il ne la quitte pas de ses prunelles vertes. Ce sera froid si tu ne manges pas. Manger en cet instant est la dernière chose qu’il souhaite. Tentant vainement de se calmer, le loup vient pincer l’arête de son nez en fermant les yeux. Bon sang, mais qu’est-ce qu’elle espérait à retourner voir ce… Ce crétin d’idiot d’abruti ? « Pourquoi est-ce que tu y es allée ? » qu’il gronde alors qu’il ne sait qu’un tiers de la vérité. « Il t’a brisé le cœur, ce n’est pas comme s’il n’était pas capable de recommencer ! ». En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, Bràn se faufile et revient se poster juste devant elle. « Le simple fait qu’il n’ait pas voulu te recevoir prouve que c’est terminé Bri… Au moins, pour une fois, a-t-il eu la décence de ne pas te faire espérer pour rien. ». Oui, bien que l’affaire fuite d’Eric soit purement de sa faute, le loup était soulagé que ce crétin ne repointe pas le bout de son nez et s’obstine à rester dans l’ombre suite à ses éminentes menaces.

Il soupire, après de longues secondes, assiette dorénavant tiède voire même presque froide. « Tout ce que je veux c’est que tu ne souffres pas. ». C’est pour cette raison qu’intérieurement il gronde et que ces grondements se répercutent dans le fond de sa gorge. Mais il n’y a pas que ça, non. Au fond Bràn aime probablement bien plus la jeune femme qu’il ne veut bien se le laisser croire ou faire dire. Travail de séduction qui semble échouer au fur et à mesure sous prétexte qu’il est conscient de n’être en rien un prince charmant.      



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Briseis E. Iseley

avatar

Humaine



¤ AVATAR : Natalie Portman
¤ CRÉDITS : Babine.
¤ MESSAGES : 102
¤ POINTS : 34
¤ AGE : 29
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Dim 18 Mar - 22:01


BEWARE OF THE RAGING WOLF
feat. Briseis Iseley and Bràn E. Irons


Etrange jeu qui se jouait dans cet appartement. Briseis n’avait effectivement aucune raison de lui répondre, après tout elle était officiellement libre. Ils n’étaient que colocataire et l’attitude possessive de Bràn la déroutait ou la confortait qu’il ne l’envisageait bien que comme une sorte de petite sœur. Pensant comprendre qu’il avait faim et que sa mauvaise humeur venait de là, la jeune femme ne prit pas vraiment le temps d’arriver et lui fit un dîner. Effectivement, il réagissait pour quatre heures d’absence quand lui s’était absenté quatre jours. Quatre longues journées. Et que dire de ces quatre journées ? Briseis avait accumulé toutes les imprudences contre lesquelles il la mettait en garde. Sous son regard, elle avait l’impression de ne rien pouvoir cacher et elle fuyait donc le contact visuel. Le loup la suivait dans l’appartement même après avoir eu sa pitance. Comprenant qu’elle ne pourrait lui échapper, elle tenta bien de l’éloigner en lui rappelant que son assiette refroidissait d’une petite voix plaintive.

Briseis n’était pas prête à se confier ni même à l’affronter. Oui, elle vivait bien cette scène comme une forme d’agression puisque le loup essayait de lui arracher des mots qu’elle n’avait pas envie de confier. Erin n’avait pas ce problème, Briseis se livrait à elle comme un livre ouvert mais Bràn… Bràn c’était différent. Elle avait tellement été jugée au début qu’elle marchait sans cesse sur des œufs. Elle craignait de le décevoir ou bien qu’il ne parte, trop agacé par sa nature trop gentille, trop bienveillante… Elle déglutit alors qu’elle tentait encore de retenir ses larmes. Ce fut peine perdue. Elles débordèrent de ses yeux alors qu’il maintenait son menton suffisamment haut pour qu’elle soit obligée d’affronter ses émeraudes. Oh… Ce qu’elle s’en voulait ! Refusant de lui mentir, elle avoua le crime qui à ses yeux était certainement le plus condamnable : elle avait tenté de revoir Eric. La surprise qu’elle lut dans ses yeux la rendit nerveuse. Elle s’attendait à une explosion de colère ou de reproches alors elle se défit de son emprise et le renvoya à son assiette. Elle avait besoin d’espace. Elle avait besoin de fuir. Elle était face à un loup, l’agneau face au loup et elle ne pouvait pas subir sa rage. Pas maintenant. Evitant toujours de le regarder, elle se mordait la lèvre pour ne pas se confier plus sur tout ce qui avait pu arriver.

« Pourquoi est-ce que tu y es allée ? » La culpabilité s’abattit sur elle. Oh, comme elle s’en voulait. Oui, elle savait bien que son idée était stupide mais elle ne comprenait pas ce silence et avait seulement besoin de comprendre. Elle n’avait pas pu se tromper à ce point ! Le ton sourd du loup la fit tressaillir. « Il t’a brisé le cœur, ce n’est pas comme s’il n’était pas capable de recommencer ! ». Les mots faisaient mal. Oh elle le savait bien. Elle ne comptait plus le nombre de fois où elle avait pardonné ceux qui lui brisaient le cœur. Et l’homme qui lui faisait face en faisait partie. « Je sais bien ». Tête basse, elle s’était immobilisée depuis un moment. Bientôt, les pieds de Bràn apparurent dans son champ de vision. Oh non. Pas encore. « Tu as raison. » Aller dans son sens était le meilleur moyen pour qu’il accepte de la laisser tranquille. Le chagrin était encore là. « Sur le moment, ça me semblait une bonne idée mais je suppose que j’avais besoin de comprendre… » Accrochant finalement sa veste qui n’était pas vraiment la sienne d’ailleurs, elle soupira. Elle avait faim mais n’en montra rien. La fatigue l’emportait bien plus sur tout le reste. Lui cacher tout ce qu’il se passait était-ce une bonne idée ? Et si Alex débarquait ici ?
« Je… Je me suis sentie seule ces derniers jours alors… Je suis pas mal sortie. Le soir.
»
On y était. Elle inspira un grand coup. « Je voulais aller à la messe et j’ai revu Declan, le frère d’Erin qui est prêtre. Et j’ai aussi passé une soirée avec Alex à la fête foraine, c’était plaisant. » Jamais elle ne lui avait parlé encore du fameux Alex. Pourtant, il venait au bar puisque c’était ainsi qu’il avait approché Briseis. Il s’était simplement arrangé pour ne pas se faire prendre par le loup. Le vampire aimait frôler le danger et nul doute que ce petit jeu auquel il se livrait le faisait se sentir plus vivant. « Et je suis allée dans un bar avec Jodie, la fleuriste chez qui j’achète des fleurs pour mes parents. » Elle n’avait pas encore mentionné les vampires ou bien sa rencontre avec une chasseuse, Freya. Il fallait dire qu’elle ignorait encore l’activité secrète de cette dernière. « Et… Du coup je suis rentrée plus tard. Je suis désolée que tu te sois inquiété de mon absence… ». Elle était sincère dans ses excuses. Il fallait dire qu’elle n’avait jamais cessé de penser à lui quand elle vivait ces moments alors… Alors elle considéra qu’elle en avait assez dit et filait déjà vers sa chambre.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Bràn E. Irons

avatar

○ Alliance ○
Loup-Garou



¤ AVATAR : Boyd Holbrook
¤ CRÉDITS : chocolatine (avatar)
¤ MESSAGES : 45
¤ POINTS : 11
¤ AGE : 38 ans d'apprence contre 245 années déjà à fouler cette terre.
¤ GROUPE : Bras droit au sein de l'Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Sam 9 Juin - 14:41

Briséis & Bràn

beware of the raging wolf


Lui tirer les vers du nez. C’est ce qu’il tente bien de faire et dont il sait qu’il y parviendra, tôt ou tard. En soi, Bràn ne devrait pas exiger ça d’elle puisque lui-même se doit de cacher certaines choses pour le moment. Il est donc plus que mal placé pour l’ouvrir mais son caractère est plus fort que lui, son inquiétude, aussi. Car en définitive c’est probablement tout ce qu’il se joue ici, une inquiétude exprimée maladroitement parce que le loup n’y est tout bonnement pas habitué. Entendre finalement parler d’Eric est loin de le réjouir, et pour cause, il n’est pas blanc en ce qui concerne ce… Rustre de faux prince charmant. Oui, Bràn se persuade toujours que cet Eric n’était pas fait pour elle, sacrément gonflé de la part d’un loup grognon et solitaire mais… On ne le referait plus à 250 ans passés. Je… Je me suis sentie seule ces derniers jours alors… Je suis pas mal sortie. Le soir. Il ne suffit qu’une seule phrase pour que le loup-garou se mette à la regarder, bras croisés. Bien évidemment qu’elle était sortie… Au fond il ne pouvait pas vraiment la garder cloisonnée ici… Mais voir Eric, puis faire n’importe quoi… Comment diable ferait-il les fois suivantes s’il devait s’absenter ? Est-ce qu’elle allait constamment lui faire ces frayeurs ? Immobile et silencieux, Bràn ne veut surtout pas la perturber dans son récit explicatif alors il ne dit rien et prend sur lui afin qu’elle puisse continuer. La voir prendre une inspiration n’indique rien de bon et il doit se faire violence pour ne tout bonnement pas laisser la fureur l’emporter sur ses efforts de ces dernières semaines. Je voulais aller à la messe et j’ai revu Declan, le frère d’Erin qui est prêtre. Et j’ai aussi passé une soirée avec Alex à la fête foraine, c’était plaisant. Un prêtre, oui, bon, il ne s’inquiétait pas des masses pour Declan, mais… Alex ? C’est qui ça, Alex ? Et plaisant en plus de ça ?

Fronçant les sourcils, il n’ose toutefois rien dire quoi que contrarié d’une telle nouvelle. Et je suis allée dans un bar avec Jodie, la fleuriste chez qui j’achète des fleurs pour mes parents. Et… Du coup je suis rentrée plus tard. Je suis désolée que tu te sois inquiété de mon absence… Les excuses sont sincères, de cela il en est certain car il saurait reconnaître le mensonge chez Briséis entre milles, et de toute manière, elle était bien trop honnête pour mentir. Preuve en était sur ce coup. Se mordant finalement la lèvre intérieure, Bràn se dit qu’il y avait probablement été un peu fort… Encore une fois. Lorsqu’il ouvre la bouche, la jeune femme s’éclipse déjà vers sa chambre, celle qui n’est pas condamnée. Par réflexe, il la suit et lui bloque le passage jusqu’à cette dernière. « Et je suis désolé de devoir m’absenter sans rien pouvoir te dire. Crois-moi. ». Une excuse. Une première, bien que l’odeur de parfum masculin ne vienne chatouiller ses narines en provenance de la veste suspendue dans le couloir, mais qu’il ignore pour autant. « Tu ne devrais pas avoir de compte à me rendre mais c’est simplement que je m’inquiète, probablement un peu trop. C’est nouveau pour moi. ». Il arrête de lui bloquer le passage et désigne sa véritable chambre d’un signe de tête. « J’aurais aimé te faire la surprise mais j’ai pris contact avec une entreprise afin qu’ils puissent faire les réparations de ton appartement… Je me suis dit… Que ça te ferait plaisir. Tu leur dirais quoi faire, ce que tu aimerais car je pense que tu sais mieux que moi ce que tu voudrais pour cette pièce voire même les autres… Ils peuvent redonner un coup de neuf aussi, enfin, toutes sortes de… Choses dont je n’y connais rien. ». Bràn hausse les épaules, il n’est pas réellement maçon et n’a jamais véritablement eu de chez lui alors il n’est clairement pas le mieux placé pour conseiller quelqu’un en terme de décoration.

Reprenant le silence, le loup penche la tête sur le côté, soudain perdu dans son propre flot de pensée tandis qu’il laisse la brunette analyser et avaler ce qu’il vient tout juste de dire de but en blanc. Malheureusement, la question n’a de cesse de le tarauder et il se doit de la poser, prenant le risque de casser un autre moment à force de passer du coq à l’âne. « C’est qui Alex ? ». Oui, il devait vraiment savoir…      



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Briseis E. Iseley

avatar

Humaine



¤ AVATAR : Natalie Portman
¤ CRÉDITS : Babine.
¤ MESSAGES : 102
¤ POINTS : 34
¤ AGE : 29
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Dim 10 Juin - 20:47


BEWARE OF THE RAGING WOLF
feat. Briseis Iseley and Bràn E. Irons


Oh, il s’était passé tant de choses sur ces quelques jours d’absence. A vouloir fuir la solitude de cet appartement, Briseis avait fait tout ce qu’il ne fallait pas. Et elle regrettait une soirée en particulier, un fiasco du début à la fin. Depuis, elle évitait soigneusement d’être seule la nuit tombée, repérant ceux ou celles qu’elle avait vu se déplacer en plein jour. A priori, ceux-là ne tenteraient pas de la vider de son sang. Loin de se douter de la jalousie du loup vis-à-vis de son ex, elle le mettait sur le compte de son côté protecteur. Après tout, il avait trois fois l’âge d’un papy alors… Ou bien il restait à minima plus âgé qu’elle, même physiquement. Cela ne la gênait pas vraiment, l’écart n’était pas si grand et elle oubliait souvent qu’il bénéficiait de quelques avantages. Planté sur ses deux pieds, il ne la quittait pas des yeux alors qu’elle impliquait être sortie. Oui, elle était contrite, comme une petite fille que l’on venait de prendre la main dans la boîte à gâteaux. Peut-être qu’inconsciemment elle avait cherché à se venger de cette forme d’abandon. La question était sensible et le serait bien plus lorsqu’elle retrouverait son géniteur bien en vie. Le silence augmentait son anxiété, tant et si bien qu’elle continua à détailler son histoire. Eric ne fut pas une pilule facile à faire avaler et Bràn ne manqua pas de placer une ou deux remarques qui la blessèrent. Elle annonça alors avoir vu le frère d’Erin et passa encore sous silence le fait qu’il l’avait sauvé d’une bande de trois vampires assoiffés mais aussi ce… Baiser. Et une sortie avec un ennemi de l’ombre. Mentionnant le métier de Declan, elle savait que Bràn ne réagirait probablement pas et pourtant le danger venait bien de là. La limite avait été franchie, bien plus que la jeune femme ne l’avait prévu.

Elle termina en mentionnant Jodie et observa le ciel à travers la fenêtre. Elle avait croisé un voisin sur la route et avait pu avoir une escorte. Yeux baissés, elle profita du répit pour filer vers la chambre. Omettre, c’était mentir aussi. Elle ne pouvait pas le regarder dans les yeux comme ça. Toutefois, sa fuite fut contrariée lorsque le loup s’interposa entre elle et la porte. « Et je suis désolé de devoir m’absenter sans rien pouvoir te dire. Crois-moi. ». Oh. My. Elle releva la tête. Oui, il venait bien de s’excuser. C’était bien la première fois que le loup-garou formulait une excuse. « Ce n’était pas la pleine lune… Ce n’est pas toujours aux pleines lunes que tu… Pars. Je m’inquiète aussi. » La veste de Declan était encore dans l’entrée. Elle songeait qu’elle devrait lui rapporter mais elle pressentait qu’il allait avoir besoin de temps et n’oserait peut-être plus la voir… La pensée la peina. « Oui, je comprends… » lui répondit-elle. Si elle ne lui posait pas de questions, c’était parce qu’il lui faisait sentir qu’elle ne le devait pas. Elle se taisait, réprimant sa curiosité. Une curiosité bientôt éveillée à la mention d’une entreprise pour tout réparer… ? Il lui faisait un cadeau ? Mais c’était cher ! « Oh, c’est vraiment gentil mais… » Elle n’avait pas vraiment la tête à ça. Et puis, comment le finançait-il ? « Je ne savais pas que tu avais de tels revenus… C’est vraiment très gentil, merci. Seulement… Seulement avec mes études je n’ai pas vraiment la tête à m’occuper de… Décoration. Je n’y connais rien non plus ! Et puis… Si tu veux récupérer mon ancienne chambre, je suis d’accord pour que tu la prennes et la fasse… A ton goût. » C’était peut-être de là que venait son idée de payer une entreprise pour refaire son appartement…

Avançant, elle posa la main sur la poignée, la question surgit. Alex. On y arrivait. Il allait vouloir tout son pédigrée comme pour les autres. « Juste Alex. Il… Vient souvent pendant que je travaille et nous avons discuté plusieurs fois. Il m’a semblé gentil alors j’ai accepté quand il m’a proposé une sortie. Il doit être assez connu, il avait une jolie voiture et il me parlait d’un autre monde… Il n’a pas eu une enfance facile je crois. Il m’a emmené à la fête foraine, c’était vraiment drôle de le voir essayer de gagner chaque jeu ! Il ne sait pas faire les choses juste… En profitant du moment. » Elle souriait en se rappelant de ces moments passés. « Je dois avouer que j’ai eu peur d’avoir fait une erreur en acceptant de monter avec lui mais… Il s’est montré très gentil. ». Oui. Alex Blackwood, nouveau roi vampire en ville. Gentil n’était pas le qualificatif que l’on utiliserait pour lui mais elle ignorait tout de ce monstre qui portait le visage d’un ange. Elle avait encore beaucoup à apprendre. « S’il avait eu de mauvaises intentions, je suppose que je ne serai plus là pour en parler, n’est-ce pas ? » Elle essayait bien de se rassurer. Il ne lui avait donné aucune raison de douter mais elle souhaitait que Bràn ne se mette pas en tête de pister son nouvel ami…
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Bràn E. Irons

avatar

○ Alliance ○
Loup-Garou



¤ AVATAR : Boyd Holbrook
¤ CRÉDITS : chocolatine (avatar)
¤ MESSAGES : 45
¤ POINTS : 11
¤ AGE : 38 ans d'apprence contre 245 années déjà à fouler cette terre.
¤ GROUPE : Bras droit au sein de l'Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Jeu 12 Juil - 18:12

Briséis & Bràn

beware of the raging wolf


Les excuses, ce n’est pas son fort à Bràn, clairement pas. Il est même de loin le loup le plus mal doué de la planète à ce genre d’exercice. Mais il tente de s’améliorer, toujours en compagnie de Briséis. Il est des choses qu’il ne comprend pas la concernant, ce genre d’effets qu’elle a sur lui quand il se veut la bestiole solitaire qui ne s’entiche de personne, bien plus adepte en règle générale des filles faciles que des parfaites innocentes. Malheureusement pour sa vieille carcasse à peine flétrie, son cœur a failli pour les belles prunelles de la brune, Bible avec puisqu’il s’agit là d’un package. Ce n’était pas la pleine lune… Ce n’est pas toujours aux pleines lunes que tu… Pars. Je m’inquiète aussi. La jeune femme marque un point indéniable, ce qui pousse d’autant plus le poilu à avouer qu’il lui demande des choses qu’elle pourrait ne pas lui donner, lui-même étant cachottier sur plusieurs choses, notamment son appartenance à l’Alliance, même si cette couverture ne saurait être maintenue bien longtemps en raison de futurs évènements. Oui, je comprends… Bràn se mord la lèvre inférieure un court instant avant de lâcher à nouveau « Je suis désolé. ». Deux en une seule soirée, il fait fort. N’ayant néanmoins nulle envie de continuer sur ce genre de problématique et ayant pour ainsi dire de grosses interrogations sur l’identité mystérieuse du dénommé Alex, le loup enchaine rapidement sur la surprise préparée sous silence et qui n’en serait dorénavant plus une. Il sait combien Briséis adore cet appartement familial et combien elle souffre de ne pouvoir le voir comme au premier jour. La pièce condamnée, Bràn tenait à ce qu’elle puisse en avoir à nouveau l’usage, raison pour laquelle il avait fait les démarches évoquées à haute voix auprès de différentes entreprises. S’il avait été un maçon expert, ou même maçon tout court, nul doute qu’il serait chargé des travaux lui-même sous les ordres de la brune, si tant est qu’elle soit capable de ce genre de chose, et à en voir sa mine légèrement déconfite, Bràn se dit intérieurement que non, donner des ordres pour elle reviendrait à être nerveuse ou à passer toutes les dix secondes à dire si tu es d’accord bien sûr.

A en juger par l’exclamation de surprise qui se lit soudainement sur les traits de la brunette à la mention des rénovations, le loup sait que cette fois, enfin, il a fait mouche. Je ne savais pas que tu avais de tels revenus… C’est vraiment très gentil, merci. Seulement… Seulement avec mes études je n’ai pas vraiment la tête à m’occuper de… Décoration. Je n’y connais rien non plus ! Et puis… Si tu veux récupérer mon ancienne chambre, je suis d’accord pour que tu la prennes et la fasse… A ton goût. Ou presque mouche… En un battement de cil, l’air enjoué communicatif de la jeune femme s’envole, emportant celui du loup-garou au passage. Qu’a-t-il encore fait de traviole pour qu’elle croit qu’il ne veuille lui subtiliser sa chambre ? Hébété, Bràn se décompose peu à peu à son tour en signant à la négative. « Je ne veux pas ta chambre. ». Je te veux toi. « Je pensais que ça te ferait plaisir de savoir que tu pourrais être en mesure de rénover la pièce que tu ne peux plus utiliser… Et redonner un peu de chaleur à cet appartement. ». Une pointe de déception dans le regard, la curiosité est ce qui finit par avoir raison du loup, la question sur Alex ayant fusé avant même que Briséis ne pose sa main sur la poignée de l’ancienne chambre de ses parents. La réponse qui suit ne va pas spécialement pour rassurer le loup-garou, encore moins en voyant le sourire légèrement béat qu’elle arborait à nouveau. Sans allait-elle enfin arrêter de croire que la galanterie extrême était la signature du Prince Charmant ? S’il avait eu de mauvaises intentions, je suppose que je ne serai plus là pour en parler, n’est-ce pas ? A ces dires, Bràn ne peut s’empêcher de croiser les bras et pincer les lèvres. « Hm. ». Il n’a clairement pas l’air convaincu. « Tu l’aimes bien cet… Alex ? ». Seconde question posée, l’odorat du loup le rappelle encore à l’ordre et il fronce le nez. « Ca sent bizarre… » qu’il s’exclame alors en fixant le couloir, n’ayant pas encore compris que l’odeur étrange venait de la veste sur le porte manteau de l’entrée. Veste masculine qui n’était pas à elle. Clairement pas à elle. « Pas un parfum mais autre chose de plus… Sauvage. Presque nauséabond. ». Posant son regard en soin sur Briséis, il précise. « Et ça ne vient pas de toi. »    



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Briseis E. Iseley

avatar

Humaine



¤ AVATAR : Natalie Portman
¤ CRÉDITS : Babine.
¤ MESSAGES : 102
¤ POINTS : 34
¤ AGE : 29
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Sam 14 Juil - 13:30


BEWARE OF THE RAGING WOLF
feat. Briseis Iseley and Bràn E. Irons


Briseis ne comprenait que trop bien la réaction du loup, après tout, elle avait largement joué avec le feu en son absence. Alors, quand il sembla lui reprocher son retard, elle osa lui répondre que lui aussi disparaissait sans donner de nouvelles, plusieurs jours. Elle ne savait ni où il était ni avec qui ni ce qu’il faisait… Si elle avait mis sa vie en danger ces derniers jours, c’était uniquement parce qu’elle avait eu besoin de tromper sa solitude et surtout de ne pas être constamment inquiète pour lui. Ignorant encore qu’il nourrissait des sentiments pour elle et encore attristée par la réaction d’Eric, l’humaine était en train de se laisser séduire par un vampire. Un vampire qui allait devenir vraiment dangereux d’ici peu mais personne n’en savait encore rien.  « Je suis désolé. ». La brune releva les yeux. Wow. Encore un ? Elle esquissa un sourire et hocha la tête. « Merci ». Parce qu’elle devinait bien les excuses derrière ce mot ce qui était quelque chose de très nouveau chez le loup.

Elle pensait la hache de guerre enterrée mais le loup commença à lui parler de travaux dans l’appartement. Bien sûr que le lieu avait une signification particulière pour elle : c’était ici que sa famille avait vécu. Elle y était restée même en ayant pas les moyens de le maintenir correctement. Avec les années, il avait tout perdu de sa fraîcheur. Elle s’en rendait bien compte et elle avait souvent pensé à faire ces fameux travaux. Et voilà que Bràn, le loup le plus égoïste du monde, lui offrait de les faire faire. L’idée était généreuse mais ce n’était peut-être pas le bon moment. Elle commença a s’interroger sur ses réelles motivations et comprenant qu’il souhaitait peut-être récupérer la pièce condamnée pour lui, elle accepta qu’il s’en charge. C’était son ancienne chambre mais il n’y avait plus rien pour elle à présent. Mais non. En voyant l’incompréhension se peindre sur le visage du loup, elle su que ce n’était pas vraiment son envie. « Je ne veux pas ta chambre. ». Oh. Briseis ne savait plus trop quoi lui répondre. « Je pensais que ça te ferait plaisir de savoir que tu pourrais être en mesure de rénover la pièce que tu ne peux plus utiliser… Et redonner un peu de chaleur à cet appartement. ». Ou bien il voulait qu’elle recupère sa chambre pour reprendre celle qu’elle occupait à présent, plus grande ? Elle chassa cette pensée parasite de son esprit parce qu’elle était peinée  de le voir si déçu. « Oh, pardon Bràn. C’est vraiment très gentil à toi mais… ». Elle soupira. « Je suis vraiment touchée, et c’est une très bonne idée. C’est juste que… Je ne sais pas quoi en faire. Et tu as besoin d’une chambre à toi alors… Tu peux reprendre cette pièce et en faire ce que tu veux ? Pour le reste… Je n’y connais rien. Et si tu me laisses faire, ce sera probablement très… ecclésiastique. » Il fallait comprendre très simple, sans télévision, sans superflu. Et blanc. Tout serait parfaitement blanc.

Posant sa main sur la poignée pour échapper à une conversation précise, Bràn commença à l’interroger sur le fameux Alex. Effectivement, elle avait tendance à tomber encore et encore dans le même panneau. Essayant de se rassurer, elle lui fit remarquer qu’une personne mal intentionnée n’attendrait pas pour la blesser, contrairement à lui. « Oui, il est gentil… » Elle sourit encore quand il mentionna une odeur bizarre. Briseis fronça les sourcils. « Quoi ? » Elle le vit tourner la tête vers l’entrée et elle vit la veste de Declan qui y était encore accrochée. Son sang ne fit qu’un tour. « C’est la veste de Declan. Il me l’a prêtée… » Son rythme cardiaque venait d’accélérer. Si jamais Bràn ne trouvait ne serait-ce qu’une trace de l’odeur du sang des vampires que le prêtre avait tué, il serait fort contrarié. Mais les vêtements tachés étaient dans sa chambre. Elle les avait lavé et relavé autant que possible, espérant effacer toute odeur. Par contre, au vu de ses activités, elle réalisa que la veste en portait peut-être aussi. « J’étais allée prier et… il faisait frais ». Baissant le nez, elle ouvrit la porte de la chambre. Derrière, elle redécouvrit le séchoir. Damn. Bràn allait peut-être voir la robe et le reste. Pourvu que la lessive ait suffi à tout faire disparaître… « Mais Declan ne sent pas mauvais non plus… ». Au contraire. Elle aimait bien respirer son odeur. Elle avait eu quelque chose de rassurant après l’attaque.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Bràn E. Irons

avatar

○ Alliance ○
Loup-Garou



¤ AVATAR : Boyd Holbrook
¤ CRÉDITS : chocolatine (avatar)
¤ MESSAGES : 45
¤ POINTS : 11
¤ AGE : 38 ans d'apprence contre 245 années déjà à fouler cette terre.
¤ GROUPE : Bras droit au sein de l'Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Ven 17 Aoû - 14:56

Briséis & Bràn

beware of the raging wolf


De déconvenues en déconvenues et de ratés en ratés. Voilà ce qu’il a l’impression de faire depuis qu’il est revenu, et même bien avant cela. Dès lors qu’il pense lui faire plaisir et s’améliorer rien n’y fait. Encore à l’instant où il évoque la surprise qui n’en est dorénavant plus une, il semble se fourrer le doigt dans le nez face à la réponse de la brune. Perplexe, il se vexe même un peu, car le loup est comme ça et toujours prompt à se montrer susceptible à certains moments. La vérité est qu’il ne sait pas comment révéler à la jeune femme qu’elle l’intéresse plus qu’elle ne veut bien se l’imaginer. Certes, il est loin d’être un prince charmant et saint honorable fils de Dieu, mais… Il a fait du chemin depuis sa vieille époque où il ne faisait que conneries sur conneries. Après avoir dit ce qu’il avait à dire, Bràn se mure temporairement dans le silence, essayant de retenir sa curiosité un peu maladive et qu’il devine malsaine car rien n’est jamais gratuit avec lui lorsque cela concerne de potentiels manants qui lui font de la concurrence indirecte. C’est vraiment très gentil à toi mais… Mais. C’est à croire qu’il y a toujours un mais avec Briséis quoi qu’il fasse, et sur le moment, lui qui bossait sur cette surprise depuis quelques temps se voit coupé net dans sa tentative de paraître attentionné. Je suis vraiment touchée, et c’est une très bonne idée. C’est juste que… Je ne sais pas quoi en faire. Et tu as besoin d’une chambre à toi alors… Tu peux reprendre cette pièce et en faire ce que tu veux ? Pour le reste… Je n’y connais rien. Et si tu me laisses faire, ce sera probablement très… ecclésiastique. Lèvres pincées, le loup croise les bras contre sa poitrine comme un gamin à qui l’on aurait refusé un jouet dernier cri. « Je te l’ai dit, je veux pas de ta chambre. Ni même l’autre d’ailleurs. » qu’il bougonne, décidant de remettre le sujet sur le tapis plus tard, vexé jusqu’au plus profond de son ego. Il ramène bien vite la discussion sur ce dénommé Alex et penche la tête sur le côté en entendant la question qui s’envole spontanément de ses lèvres. Il n’a finalement pu retenir sa curiosité malsaine. La peste soit de son propre caractère. Oui, il est gentil… Hm. Gentil n’a qu’un œil, c’est ce qu’il souhaiterait lui répondre mais il ne dit rien, soudainement perturbé par l’odeur qui termine de lui sauter au nez cette fois.

Soupçon, méfiance, le loup-garou s’approche du point lentement, humant l’air tel un chien de chasse qui suivrait une proie particulière. C’est la veste de Declan. Il me l’a prêtée… Declan, c’était qui celui-là encore ? Prunelles écarquillées, il tourne la tête pour dévisager la jeune femme en l’interrogeant du regard sans qu’il n’ait à dire quoi que ce soit. J’étais allée prier et… il faisait frais. Du fond de sa gorge, un grondement presque animal retentit et il s’écarte de la porte de la chambre en direction du porte manteau. Mais Declan ne sent pas mauvais non plus… Tandis qu’il s’avance, il s’arrête temporairement, juste le temps de se retourner vers Briséis et l’observer d’un air qui veut dire seriously ? « Désolé de te décevoir mais à mes narines il sent foncièrement mauvais, une vieille odeur de cuivre vieux de je ne saurais dire combien d’années… ». Il sent mais ne parvient pas à mettre la main sur ce que cela peut représenter en réalité, il en est encore trop éloigné, ou alors trop perturbé par la jeune femme derrière lui. Une chose est sûre néanmoins, la contrariété le gagne un peu plus et il soupire longuement, refusant finalement d’aller plus loin vers cette veste maudite. « En fait je sais ce qui me contrarie. » qu’il lâche alors en terminant de tourner le dos au couloir pour mieux observer la jeune femme. « Je suis jaloux, Bri. ». Il ouvre les lèvres juste avant de les refermer, esprit comprenant alors ce qu’il vient tout juste de dire et qu’il n’avait pas prévu de révéler. Sûrement la faute à la fatigue, ou peut-être le whisky qu’il a bu quand il l’attendait et qu’il n’a pas mentionné. Pourquoi le ferait-il, il n’a bu qu’un verre et son haleine est intacte. Peu sûr de vouloir continuer, il disparait dans le salon et file s’asseoir sur le canapé. Bougre d’idiot il avait fallu qu’il lâche ça comme ça juste pour le plaisir ? Non, en réalité c’était bien plus compliqué que ça. Bràn voulait faire un pas vers l’aveu mais avait bien du mal à se résoudre de lui dire, d’avouer qu’il a de sincères sentiments pour elle et que tous ces péquenauds ne sont que des idiots prompt à se servir et l’envoyer se faire confesser chez les Grecs.    



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Briseis E. Iseley

avatar

Humaine



¤ AVATAR : Natalie Portman
¤ CRÉDITS : Babine.
¤ MESSAGES : 102
¤ POINTS : 34
¤ AGE : 29
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Ven 14 Sep - 19:58


BEWARE OF THE RAGING WOLF
feat. Briseis Iseley and Bràn E. Irons


La communication n’était pas vraiment l’un des points forts de Briseis et ce depuis l'enfance. Elle avait appris très tôt à tenir sa langue parce que, finalement, la plupart du temps, soit on ne l’écoutait pas, soit cela se retournait contre elle. Si elle parlait, c’était uniquement lorsqu’on lui posait une question ou bien pour réconforter une âme en peine. Loin d’imaginer que Bràn puisse s’intéresser à elle alors que depuis des mois il avait clairement exprimé son besoin de liberté et d’histoires sans lendemain, la jeune femme essayait diplomatiquement de lui expliquer qu’elle ne saurait pas gérer ces travaux. Bien sûr qu’elle était touchée par ce geste. Jamais il ne l’aurait fait avant. Oui, elle le voyait changer, ou plutôt, elle le voyait devenir celui qu’il était censé être : un homme généreux et attentionné. Il ferait sûrement quelques erreurs mais à présent, elle en était persuadée, la patience et le temps le rendrait meilleur. Comprenant l’avoir blessé quand il n’ouvrit plus la bouche, la brune tenta d'exprimer son sentiment : elle se sentait trop maladroite pour prendre une telle responsabilité et lui prêta même de mauvaises intentions en évoquant cette chambre en ruine qu’il voulait peut-être avoir sans vraiment oser le demander. La décoration, elle n’y connaissait rien. L’observant pincer les lèvres et croiser les bras, elle battit physiquement en retraite en reculant d’un pas et en rompant le contact visuel. Le sol devenait toujours plus intéressant dans ces moments où la tension semblait insoutenable…

« Je te l’ai dit, je veux pas de ta chambre. Ni même l’autre d’ailleurs. » Elle fronça les sourcils. Elle l’avait mal jugé. Et elle s’en voulait particulièrement jusqu’à ce qu’il revienne sur Alex. Ce dernier était la gentillesse incarnée à ses yeux et elle lui donna sa version de l’homme qui se révélait être l’une de ces sombres créatures qu’elle commençait à craindre depuis peu. Toutefois, Bràn ignorait tout de cet épisode et la jeune femme soufflait de soulagement à l’idée qu’il n’en saurait jamais rien mais c’était sans compter sur l’odorat du loup qui trouva la veste de Declan. Qui apparemment sentait mauvais aux yeux du loup. « Oh… Non. Il sent plutôt bon, quelque chose d’épicé et de boisé à la fois… ». C’était ce dont elle se souvenait de leur étreinte, lorsque, trop effrayée, elle avait eu besoin de se réfugier dans ses bras. Il semblait aussi musclé et puissant que Bràn ou Alex. A vrai dire, tous ces hommes avaient un point commun : avec eux, elle se sentait en sécurité. C’était à juste titre d’ailleurs même si elle l’ignorait jusque-là. Après tout, elle était loin d’imaginer que le frère de sa meilleure amie était un tueur de vampires et que l’autre était un vampire justement.

« En fait je sais ce qui me contrarie. » Relevant des yeux interrogatifs vers lui, elle retint son souffle. Il allait partir et la laisser seule. « Je suis jaloux, Bri. ». « Jaloux ? » répéta-t-elle, semblant surprise et dans la plus totale des incompréhensions. Mais Bràn fila avant même de lui répondre dans le salon. Elle s’autorisa seulement à soupirer bien qu’elle était confuse. Pourquoi jaloux ? Encore ce drôle de lien fraternel qui lui donnait le sentiment de faire des rapports à un grand frère ? Elle se mordit nerveusement la lèvre. Manifestement Bràn souffrait et cela la peinait grandement. Le temps qu’elle le rejoigne, il s’était peut-être bien écoulé une dizaine de minutes. « Bràn », commença-t-elle d’une petite voix, peu certaine de savoir comment s’y prendre. « Je suis désolée. Je ne voulais pas te faire de peine. » Sa voix était mal assurée et elle s’approchait doucement, comme un louveteau qui avait peur de se prendre un simulacre de morsure pour comportement inapproprié. Elle inspira un grand coup, comme pour se donner du courage. « Je sais que tu me considères comme un genre de petite sœur mais ce n’est pas parce que je parle avec d’autres hommes et que… Possiblement je tombe amoureuse de l’un d’eux que… Je t’abandonnerai. Tu comptes beaucoup pour moi. » Plus elle parlait, et plus elle avait la sensation de faire une grosse bêtise. Oh bien sûr qu’elle en faisait une, elle ne comprenait pas que le loup puisse avoir des sentiments mais les paroles de sa meilleure amie lui revinrent en tête. « Sauf si… Je me trompe et que comme Erin le pense tu as des sentiments pour moi, ce qui serait très étonnant puisque tu t’es évertué pendant des mois avec des femmes plus libérées que moi et plus amusantes que moi et plus normales que moi, alors… ». Elle fit une pause, cherchant clairement ses mots. « J’ai compris que tu cherchais autre chose, c’est pour ça que j’essaie de trouver quelqu’un. Mais si je dois perdre un ami alors je…» Serait-elle prête à faire une croix sur lui ? Elle déglutit. Non. Non, même quand Erik était dans la parages, elle s'était posée la question. Amoureuse de cet humain lambda, elle se voyait mal aller ailleurs. Mais elle ne pouvait pas attendre en vain non plus ! Erin lui embrouillait l'esprit. Bràn n'aimait que s'amuser ! Il ne fallait plus revenir en arrière, elle en avait trop souffert.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Bràn E. Irons

avatar

○ Alliance ○
Loup-Garou



¤ AVATAR : Boyd Holbrook
¤ CRÉDITS : chocolatine (avatar)
¤ MESSAGES : 45
¤ POINTS : 11
¤ AGE : 38 ans d'apprence contre 245 années déjà à fouler cette terre.
¤ GROUPE : Bras droit au sein de l'Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Dim 16 Sep - 21:04

Briséis & Bràn

beware of the raging wolf


La communication n’est un point fort pour aucun des deux, et c’est probablement ce qui fait que Bràn n’a encore osé révéler ses sentiments à la jeune femme. Ce n’est pas commun, un loup aimant une humaine. Ce n’est pour ainsi dire… Surtout pas commun pour Bràn lui-même de s’attacher à une fleur aussi délicate et innocente, lui qui n’a pour habitude que de chasser des donzelles au tempérament affûté, sans doute même un peu trop. Il ne saurait dire comment Briséis a su percer ses défenses de la sorte, il ne le comprend pas encore et a beau se creuser le cerveau pour comprendre les tenants et les aboutissants, il ne parvient pas à mettre le doigt sur la réponse. Oh… Non. Il sent plutôt bon, quelque chose d’épicé et de boisé à la fois… Le blond s’efforce de ne surtout pas exprimer sa blase littérale directement sur les traits de son visage à la remarque de la brune. A l’entente du mot boisé, il tressaille presque en se souvenant d’une odeur bien particulière qu’il apprécie tout particulièrement. Ce pourrait-il que cet Alex soit la fleur des bois de Briséis ? Non, décidément il ne pouvait pas se faire coiffer au poteau dans la dernière ligne droite ! Pas après tant d’efforts de sa part pour effacer les traces de l’ancien prétendant ! Contrarié, véritablement contrarié, Bràn tente de faire bonne figure durant plusieurs secondes supplémentaires avant de craquer et rendre les armes, ou plutôt de les prendre bien en main. Il lui révèle alors être jaloux, un bon début en soi sur la route d’une révélation de sentiments. Diantre ce qu’il pouvait être mal doué avec ces derniers le loup-garou qui avait pourtant affronté moult périples dans sa vie. La surprise se lit dans le ton de la voix de Briséis et le loup décide de filer en direction du salon pour lui laisser son air, légèrement boudeur cela va de soi. Il se sait horrible de lui infliger ses humeurs mais il aurait tellement aimé qu’elle puisse lire entre les lignes de ses non-dits.

Je suis désolée. Je ne voulais pas te faire de peine. Elle s’excuse, visiblement elle-même peinée de la situation. Des excuses, ce n’est pas que le loup veut, bien au contraire il se sait être insupportable la majeure partie du temps. Je sais que tu me considères comme un genre de petite sœur mais ce n’est pas parce que je parle avec d’autres hommes et que… Possiblement je tombe amoureuse de l’un d’eux que… Je t’abandonnerai. Tu comptes beaucoup pour moi. Les mots manquent de provoquer un étouffement de sa part mais Bràn parvient à ne montrer aucun signe, ne faisant que l’observer, elle qui semble être comme un louveteau pris en faute. Elle a un air si adorable qu’il pourrait bien la bouffer sur le champ. Sauf si… Je me trompe et que comme Erin le pense tu as des sentiments pour moi, ce qui serait très étonnant puisque tu t’es évertué pendant des mois avec des femmes plus libérées que moi et plus amusantes que moi et plus normales que moi, alors… Comme Erin le pense… La poivrote du bar ? Cette Erin-là ? Elle avait percé à jour ses manigances ? Par tous les saints comment diable Briséis avait-elle pu ne rien voir alors ? En se posant la question pour lui-même il eut immédiatement la réponse. Briséis était Briséis et ne pensait pas… Comme ses mots le disaient, que l’on puisse s’intéresser à elle. J’ai compris que tu cherchais autre chose, c’est pour ça que j’essaie de trouver quelqu’un. Mais si je dois perdre un ami alors je… Bràn reste les lèvres entrouvertes durant de longues secondes sans rien dire, surpris mais néanmoins soulagé d’un côté, de voir la discussion dorénavant ouverte. « J’aime m’amuser c’est un fait mais ce que j’aime encore plus c’est… Toi. ». Comme phrase pourrie d’entrée, Bràn, on repassera. « Tu es tout ce qu’il y a de plus normale à mes yeux Bri, comment peux-tu seulement encore te dénigrer de la sorte ? Je ne veux pas d’une Erin, d’une Amanda ou d’une… Je sais même plus son prénom-là… Celle avec qui je veux être, c’est toi. Donc oui, je suis jaloux. Oui tous ces prétendants m’exaspèrent et me hérissent les poils, car tout ce que je voudrais pour l’amour de la lune c’est être avec TOI. ». Plus les mots s’échappent de ses lèvres et moins il est incapable de les retenir. Pis encore, il sent son propre énervement envers les Alex et autres guignols s’agrandir, si bien qu’à la fin de sa phrase il est obligé de prendre une inspiration pour ne pas virer au bleu sous le manque d’air. « Je suis pas doué pour exprimer mes sentiments alors excuse-moi si c’est un peu brouillon mais… Erin a raison sur toute la ligne. Pour ce coup-là. ». Au fond de lui, Bràn ne peut s’empêcher de remercier de manière muette la jeune femme aux airs un peu excentriques. Si Eris n’avait pas évoqué cette idée, ni n’avait vu les manœuvres du loup, sans doute que Briséis serait encore à milles lieux de comprendre de quoi il en retourne.  



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Briseis E. Iseley

avatar

Humaine



¤ AVATAR : Natalie Portman
¤ CRÉDITS : Babine.
¤ MESSAGES : 102
¤ POINTS : 34
¤ AGE : 29
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Sam 22 Sep - 11:09


BEWARE OF THE RAGING WOLF
feat. Briseis Iseley and Bràn E. Irons


Comme la vie était cruelle. Briseis avait mis des mois à accepter que Bràn ne serait jamais celui qui la mènerait à l’hôtel, des jours à accepter qu’il ne serait qu’un ami, qu’il ne voudrait jamais de son rêve de mariage, d’amour inconditionnel et d’une vierge qui plus était. Ce poids devint lourd à porter, à force de le voir enchaîner les conquêtes, de l’entendre évoquer une amante qui l’avait satisfait, ces commentaires sur telle ou telle chose qui l’avait impressionné. Jamais elle n’aurait cette chance. Ayant compris avec le temps qu’ils étaient trop différents, elle avait fini par regarder ailleurs, à chercher quelqu’un qui partagerait ses valeurs et pourrait être celui dont elle avait besoin. Il y avait eu Eric. Mais il l’avait soudainement quitté. Elle ignorait que c’était l’œuvre du même loup garou qui était en train de lui expliquer qu’il avait des sentiments pour elle. Puis, il y avait eu Alex. Il semblait lui correspondre aussi. Et c’était maintenant qu’il venait lui dire ça ? Ignorant ce qui était normal ou non pour un loup sur la cible de ses sentiments, elle était bien au-dessus de ça. A ses yeux, loups, vampires (sauf exceptions) pouvaient rester humains et l’amour ne devait pas choisir. Ce qui la peina bien plus encore, ce fut de se sentir réagir un peu trop quand il exprima plus ou moins clairement qu’il était attaché à elle. Son cœur se remit à battre trop vite. Pourquoi ? Pourquoi était-elle toujours si… Amoureuse de lui ? Il n’y avait aucune chance ! Elle se répétait encore ces mots alors qu’elle se rapprochait de lui, s’excusant de lui faire de la peine. Elle se fourvoyait, il devait être jaloux qu’elle ait d’autres amis, lui qui était très solitaire ? Il fallait écarté cette possibilité, elle ne pouvait pas y croire encore !

Les mots qui sortaient de sa bouche semblaient être dictés par quelqu’un d’autre. Elle essayait de se protéger en réalité, de lui montrer qu’il ne fallait pas jouer sur ses sentiments. Allait-il vraiment comprendre qu’il ne fallait pas profiter de la situation pour abuser d’elle ? Allait-il savoir lui dire clairement qu’elle avait raison ? Allait-il accepter de ravaler sa jalousie pour la laisser trouver son bonheur ? Une boule se forma dans sa gorge, l’empêchant d’aller plus loin. Ses yeux commençaient à devenir un peu trop brillant, trahissant sa fragilité dans ce moment crucial. « J’aime m’amuser c’est un fait mais ce que j’aime encore plus c’est… Toi. ». Avait-elle bien entendu ? Elle avait baissé les yeux, un réflexe qui dans le monde des loups étaient plutôt salvateur. Elle ne le défiait ainsi jamais. Comment interpréter ces mots ? Il en faisait une sorte d’objet. Il ne fallait pas s’emballer. Elle allait reprendre ses anciens espoirs et ensuite comprendre qu’elle se trompait et repasser des nuits à pleurer en silence parce qu’il n’avait pas les mêmes sentiments.

« Tu es tout ce qu’il y a de plus normale à mes yeux Bri, comment peux-tu seulement encore te dénigrer de la sorte ? » La question lui fit l’effet d’une claque. Elle ne put retenir ses larmes qui débordèrent de ses yeux et roulèrent sur ses joues. Il venait de taper où cela lui faisait mal. Toute sa vie, elle avait eu droit à un discours où on lui faisait comprendre à quel point elle était en décalage avec le monde qui l’entourait, combien sa Foi était une perte de temps, une foutaise, combien ses grands idéaux étaient stupides. Et maintenant, Bràn lui disait qu’elle n’avait aucun problème ? Il avait été l’un de ceux-là. Elle avait vu ses regards, compris ses pensées car d’autres les avaient exprimés avec ces mêmes airs avant lui.   « Je ne veux pas d’une Erin, d’une Amanda ou d’une… Je sais même plus son prénom-là… Celle avec qui je veux être, c’est toi. Donc oui, je suis jaloux. Oui tous ces prétendants m’exaspèrent et me hérissent les poils, car tout ce que je voudrais pour l’amour de la lune c’est être avec TOI. ». Elle recula instinctivement d’un pas alors que la voix de l’homme s’élevait dans les airs. Son agacement était palpable. Ce que la vie était cruelle. Ces mots. Ces mots qu’elle avait rêvé d’entendre, qu’elle avait imaginé des nuits et des nuits avant de s’endormir, il les lui disait alors qu’elle avait pris la décision de ne plus les attendre. Elle déglutit. « Je suis pas doué pour exprimer mes sentiments alors excuse-moi si c’est un peu brouillon mais… Erin a raison sur toute la ligne. Pour ce coup-là. ». Erin. Erin avait eu raison. Elle avait refusé de la croire pour ne pas souffrir. Pourquoi cela faisait-il si mal ? Son cœur ne savait plus s’il était brisé ou heureux. Elle ne savait plus si elle ressentait de la peine ou bien de la joie. Et quelque chose de plus terrible lui fit face. Elle lui avait dit. Elle lui avait clairement dit qu’elle l’avait attendu des mois, espéré puis laissé tomber face à son mode de vie. Elle avait accepté son rôle d’amie ou de sœur, elle ne savait alors pas dans quelle case se ranger. Mais là, il savait. Ce n’était plus un… Il n’était plus cette figure protectrice, apaisante et sécurisante qui lui faisait face. C’était un homme. Un homme avec… Des désirs. Elle resta tétanisée quelques secondes, hésitant à faire le moindre geste. C’était aussi un loup. Si elle bougeait, peut-être que son instinct de prédateur s’éveillerait. Elle déglutit.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Bràn E. Irons

avatar

○ Alliance ○
Loup-Garou



¤ AVATAR : Boyd Holbrook
¤ CRÉDITS : chocolatine (avatar)
¤ MESSAGES : 45
¤ POINTS : 11
¤ AGE : 38 ans d'apprence contre 245 années déjà à fouler cette terre.
¤ GROUPE : Bras droit au sein de l'Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Jeu 27 Sep - 21:27

Briséis & Bràn

beware of the raging wolf


Faire du mal à Briséis est la dernière chose qu’il souhaite. Il est conscient que l’attitude ou les mots employés ont pu la blesser à un moment donné. Il est vrai qu’au début, il avait eu comme tout le monde ce regard d’incompréhension envers elle, mais avec le temps tout s’était effrité. Il a fini par l’apprécier à sa juste valeur, quand bien même la religion et l’Eglise ne soient toujours pas sa tasse de thé. Il n’aime même pas le thé, en plus. C’est sans forcer que la brunette est parvenu à se faire une place au creux de sa cage thoracique, et bien que Bràn ne soit pas doué et tout ce qu’il y a de plus maladroit, aujourd’hui il ne veut plus se taire. Alors les mots quittent ses lèvres et se font véritable honnêteté. Alors il révèle ses sentiments à la jeune femme, la rassure sur sa normalité, ou plutôt sa différence. Car au fond c’est bien cette différence qui a su le faire craquer et l’a rendue unique à ses yeux, lui le loup-garou grognon, vieux roublard qui en a fait du chemin depuis la naissance, et encore plus en une année passée à ses côtés. En un an, Briséis a appris plus à Bràn que cent années écoulées.

Plus les mots s’envolent de ses lippes et plus la colère gronde en son sein car le loup veut être le plus clair possible, afin que la jeune femme comprenne ce qu’il lui dit, ce que toute cette révélation implique. Il ne veut pas la voir partir avec un autre, il la veut pour lui et à l’heure d’aujourd’hui il en crève. Il ne veut pas d’un Alex ou d’un autre Eric pour lui faire tourner la tête. Il veut pouvoir la serrer dans ses bras et tout contre lui, l’écouter réciter la bible pendant des heures si tel est son bon plaisir. Le fait est qu’avec elle il a renoué avec la gentillesse, un soupçon d’humanité perdu pendant un temps sans doute bien trop long, et il ne veut pas la lâcher. Pourtant, plus il parle et moins la brune ne pipe mot. Au contraire, ce sont bientôt des larmes qui roulent sur ses joues et un bref élan de recul lorsque la voix du blond se hausse un peu trop vite sous l’agacement palpable de ne pas être doué pour les palabres. Il se radoucit aussitôt, en venant alors au point fatidique sur lequel Briséis avait mis le doigt dès le départ. Erin avait vu et Erin avait raison. La jeune femme garde toujours le silence et Bràn s’est tût depuis plusieurs minutes maintenant. La peur est palpable dans l’air mais le loup ne la comprend pas. Lorsque l’humaine se met à déglutir, il n’ose pas froncer les sourcils de peur qu’elle ne se crispe davantage. Au bout de plusieurs longues secondes supplémentaires, il hésite à reprendre la parole. « Bri, ça… Va ? ». Elle lui paraissait pâle, presque livide. « Je sais que je n’ai pas toujours été un modèle exemplaire de douceur ou de respect mais… Erin a véritablement raison sur toute la ligne et… Ton silence est un peu angoissant. J’dois bien l’admettre. ». Oui, il devait bien admettre que la voir ainsi était perturbant, tout comme sa révélation, oui, probablement.

Bràn a beau parler, Briséis demeure muette et il s’avance alors d’un pas sans parvenir à se résoudre de la toucher. « Bri… ? ». Ce silence devient horrible pour le loup dont le ventre se met à gargouiller subitement. Cette fois, il a faim, ne prête plus attention aux odeurs parvenant jusqu’à ses narines développées. Il laisse Alex et les odeurs potentielles de sang séché au placard, trop focalisé sur la jeune femme. « Si je peux faire quelque chose, juste… Dis-le moi. ». Toujours pas de réponse. « J’ai dit quelque chose de mal ? J’ai pas insulté Erin pourtant cette fois… » qu’il finit par bougonner doucement avant d’esquisser un sourire en coin, espérant la faire sourire mais s’il sent son trouble il ne le comprend pas. Comment pourrait-il seulement se douter qu’en réalité la jeune femme le voit dorénavant comme une menace et non plus une figure sécurisante ? Elle qui avait toujours pour habitude de se glisser plus que de raison dans ses bras, quitte à dormir sous la même couverture sans craindre quoi que ce soit. En faisant une telle révélation il ne pensait pas que cela changerait tout ça. Ô grand Dieu ce qu’il pouvait se fourvoyer le vieux cabot. Mais il demeure là, bien présent, juste devant la brunette à attendre qu’elle ne s’anime. Il voudrait sécher les larmes qui ont roulé sur ses joues, voudrait la prendre délicatement dans ses bras et en amorce même le geste, se rapprochant d’elle. Il ignore simplement si elle le laissera faire ou non, car en cet instant il n’est plus sûr de rien tant la peur se met à emplir la pièce de son voile froid.  



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Briseis E. Iseley

avatar

Humaine



¤ AVATAR : Natalie Portman
¤ CRÉDITS : Babine.
¤ MESSAGES : 102
¤ POINTS : 34
¤ AGE : 29
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Dim 30 Sep - 15:03


BEWARE OF THE RAGING WOLF
feat. Briseis Iseley and Bràn E. Irons


Ces mots-là, elle les avait longtemps espérés. Malheureusement, l’homme qui lui faisait face alors n’était pas vraiment du genre à rêver d’une jolie petite vie de famille. Il cherchait autre chose, rien de sérieux. Il vivait au jour le jour, sans jamais vraiment penser à l’avenir. Il avait emménagé chez elle du jour au lendemain. Il avait renforcé sa Foi. Une âme blessée était entrée dans sa vie et elle ne l’avait pas rejeté. Avec patience et gentillesse, elle lui avait rappelé que la vie n’était pas toujours une succession de combat, qu’elle pouvait vous rendre au centuple ce que vous donniez. Donner, ce n’était pas dans le code génétique du lycan. Pourtant, il avait changé. En un an, il avait appris à devenir attentionné, parfois à l’extrême. Comme elle comprenait maintenant pourquoi ! Depuis cette attaque de laquelle Declan l’avait sauvée, la jeune femme était plus effrayée à l’idée de sortir la nuit. Elle ne lui avait encore rien dit. C’était un mensonge. Certes par omission mais il découvrirait la vérité. Elle était en train de pêcher mais elle ne parvenait pas à trouver les mots. Surtout maintenant. Les larmes coulaient de ses yeux depuis plusieurs secondes, minutes peut-être alors qu’il expliquait. Son rythme cardiaque avait accéléré. Le loup, plus ou moins domestiqué, redevenait un homme. Oh elle n’aurait jamais cherché à le voir sous sa forme animale, c’était trop dangereux. Mais il lui avait tenu compagnie. C’était une compagnie. Elle appréciait d’avoir quelqu’un le soir en rentrant qui lui parlait. Il avait réduit sa solitude au néant mais à présent c’était un homme. Un homme qui parlait avec son cœur mais un homme qui aurait aussi du désir. Il prenait peu à peu la forme d’un prédateur, un prédateur qu’elle ne savait pas comment gérer. « Bri, ça… Va ? ». Un frisson lui parcourut l’échine. Elle hésitait, ne sachant quelle conduite tenir. « Je sais que je n’ai pas toujours été un modèle exemplaire de douceur ou de respect mais… Erin a véritablement raison sur toute la ligne et… Ton silence est un peu angoissant. J’dois bien l’admettre. ». Elle voulait tellement lui répondre mais elle ne savait plus quoi dire. Une part d’elle était si heureuse et l’autre si effrayée. Tétanisée, elle essayait de trouver une réaction, quelque chose qui lui permettrait de s’en sortir.

Elle avait toujours fait attention à conserver une distance avec lui. Lorsqu’elle avait osé se glisser dans ses bras, c’était généralement parce qu’elle avait vécu un chagrin et avait besoin d’être réconfortée. Elle avait pu le laisser dormir occasionnellement avec elle parce qu’elle savait qu’il n’aurait aucun geste déplacé envers elle. « Bri… ? ». Ce silence qu’elle lui imposait, elle s’en voulait. Elle souffrait. Elle renifla et passa une main sur sa joue pour effacer une larme qui roulait encore. « J’ai dit quelque chose de mal ? J’ai pas insulté Erin pourtant cette fois… » Non. Il venait de faire pire. Pourquoi ? Pourquoi le faisait-il maintenant ? Oh, il le lui avait dit : il était jaloux. Voilà la vérité : en la voyant essayer de construire sa vie avec un autre homme, il réalisait soudainement qu’il voulait la garder pour lui. Briseis était naïve souvent mais elle comprenait parfaitement les autres. Son empathie était poussée à l’extrême. Il disait l’aimer, mais qu’en savait-il ? Que savait-il de l’amour lui ? Il n’avait jamais aimé personne, il le lui avait souvent dit. C’était inutile. Il ne voulait pas d’attaches. « C’est… Bràn, c’est cruel ce que tu fais… » Les mots étaient sortis, seuls, alors qu’il amorçait son approche. Elle avait encore reculé et se retrouva le dos contre un mur. « Tu… Tu m’as toujours dit que tu ne voulais aucune attache, que tu n’avais jamais aimé personne… Et… Et maintenant tu me dis ça parce que tu es… Jaloux que je puisse voir d’autres personnes mais… Mais comment sais-tu que ce que tu ressens c’est ça ? »

Sentant qu’il risquait de ne pas comprendre sa réelle crainte, elle préféra vraiment exprimer son ressenti. Quitte à tout ruiner. Mais elle ne pouvait pas vivre dans une illusion, elle ne voulait pas lui rendre son cœur s’il comptait le briser à nouveau. « La jalousie ce… Ce n’est pas aimer. La jalousie, c’est vouloir posséder quelque chose ou quelqu’un, c’est différent. Tu réagis par peur d’être seul… » Elle touchait probablement là quelque chose de très important. Il ne serait pas étonnant que Bràn craigne plus que tout l’abandon. « Je… J’ai mis du temps à accepter que tu ne pourrai jamais m’aimer parce que tu vis autrement et que je ne pourrai jamais correspondre à ta vision des relations humaines. Je… Je ne veux pas revivre cette souffrance, Bràn. Ne dis pas ces mots si tu n’es pas sûr de toi. S’il te plaît. » Elle l’implorait vraiment.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Bràn E. Irons

avatar

○ Alliance ○
Loup-Garou



¤ AVATAR : Boyd Holbrook
¤ CRÉDITS : chocolatine (avatar)
¤ MESSAGES : 45
¤ POINTS : 11
¤ AGE : 38 ans d'apprence contre 245 années déjà à fouler cette terre.
¤ GROUPE : Bras droit au sein de l'Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Ven 5 Oct - 21:18

Briséis & Bràn

beware of the raging wolf


Le silence est tellement pesant que Bràn ne sait plus quoi dire et se mure à son tour dans le plus religieux des non-dits. Il attend, patiente au point d’en sentir ses entrailles se retourner sur elles-mêmes. D’ordinaire, il se serait déjà énervé, agacé de ne pas la voir lui répondre, mais aujourd’hui il ne le fait pas, se contente de l’observer tout en étant un brin désarçonné. Le loup pense avoir fait une bêtise, dit quelque chose qui n’apaise en rien les interrogations muettes de la jeune femme. Les larmes roulent sur les joues de Briséis et il ne sait quoi faire pour les arrêter, la brune ayant tendance à reculer face à ses gestes d’une manière qu’il ne comprend pas. Jusqu’à ce qu’enfin elle lui adresse à nouveau la parole. C’est… Bràn, c’est cruel ce que tu fais… Ne s’attendant pas à pareils mots, Bràn n’en est que plus confus. Cruel ? Carrément ? Incrédule, les yeux légèrement écarquillés il penche la tête sur le côté en se triturant les mains comme un enfant pris en faute alors qu’il a plus de deux cent ans. Tu… Tu m’as toujours dit que tu ne voulais aucune attache, que tu n’avais jamais aimé personne… Et… Et maintenant tu me dis ça parce que tu es… Jaloux que je puisse voir d’autres personnes mais… Mais comment sais-tu que ce que tu ressens c’est ça ? Bràn comprend d’où vient son erreur, il lui a fait sa révélation juste après s’être irrité sur le fait qu’elle voyait d’autres hommes que lui. Grossière erreur que voilà pour le loup qui en profiter pour se gifler mentalement sans dire un seul mot à l’humaine. Il est vrai qu’il lui avait bien dit ne pouvoir s’attacher, ou tout du moins que jamais il n’avait éprouvé de sentiments amoureux pour quelqu’un en particulier. Ses histoires n’ont été que de brèves histoires d’un soir sans lendemain quelconque, ou alors uniquement par pur attrait charnel. Rien d’autre. Il était donc normal que la jeune femme ne soit perturbée par ses aveux, probablement plus que lui-même ne l’était en réalité. La jalousie ce… Ce n’est pas aimer. La jalousie, c’est vouloir posséder quelque chose ou quelqu’un, c’est différent. Tu réagis par peur d’être seul… Bien qu’il garde le silence pour l’instant il n’est pas d’accord avec ce qu’elle dit sur ce coup-là, Bràn n’a pas peur d’être seul il l’a été durant des années, ne se mêlant socialement à d’autres loups que par quelques occasions. La solitude ne l’a jamais dérangé. Je… J’ai mis du temps à accepter que tu ne pourrai jamais m’aimer parce que tu vis autrement et que je ne pourrai jamais correspondre à ta vision des relations humaines. Je… Je ne veux pas revivre cette souffrance, Bràn. Ne dis pas ces mots si tu n’es pas sûr de toi. S’il te plaît.

Il pourrait se pincer les lèvres, se les mordre jusqu’au sang s’il devait s’en vouloir mais le fait est que Bràn ne s’en veut pas pour ce qu’il a dit. Tous ses mots sont sincères et il ne croit pas les avoir inventé ou dit par pitié ou encore compassion. Il ne veut pas lui mentir. « Je ne crains pas la solitude Briséis. ». Il craint l’enfermement mais pas la solitude de manière générale. « Et je ne dis pas ça par jalousie. Cette révélation je voulais la faire bien avant aujourd’hui mais je ne trouvais pas les mots pour te le dire car je ne sais comment m’y prendre. Je suis mal à l’aise avec les paroles emplies de sentiments, mais ça ne veut pas dire qu’ils ne sont pas là. ». Il n’ose plus se rapprocher ni même bouger mais demeure sérieux et toujours calme. « Je comprends que tu aies peur mais je ne voulais pas être cruel en te disant tout ça, au contraire, je sais ce que je t’ai dit par le passé et je sais que je t’ai fait du tort. A cette époque-là, j’étais comme ça, mais je ne suis plus le sauvage que j’étais il y a plusieurs mois en arrière. Tu dois bien l’avoir remarqué, non ?  ». Si elle n’avait rien vu alors c’était que ses efforts étaient vains et voués à l’échec le plus cuisant. « Si cela ne me tenait pas réellement à cœur Bri, je ne t’aurais jamais dit ces mots-là. Je ne m’en serais pas donné la peine. Je ne veux pas te faire espérer quelque chose que tu n’auras pas. Je veux que tu entendes que j’ai de véritables sentiments pour toi qui ne tiennent pas seulement de l’amitié. ». Le blond ne saurait dire s’il s’agit de la crainte de se foirer, ou la crainte de la perdre voire même les deux qui le font prononcer ses paroles d’une manière aussi sincère et sereine mais il est surpris de la façon avec laquelle il s’exprime. C'est à croire qu'il peut parler sagement et de manière élégante quand il le souhaite ou lorsqu’il s’agit d’un cas de vie ou de mort. Comme présentement. Car oui, Bràn sait qu’il n’a pas droit à l’erreur , s’il en commet une, il la perd à jamais sur le plan relation amoureuse. « Je ne dirais pas ces mots si je ne les pensais pas. » qu’il murmure à nouveau à voix plus basse, comme pour être sûr et certain qu’elle les entende, ces mots-là. Elle doit les entendre. Elle ne peut que les entendre.      



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Briseis E. Iseley

avatar

Humaine



¤ AVATAR : Natalie Portman
¤ CRÉDITS : Babine.
¤ MESSAGES : 102
¤ POINTS : 34
¤ AGE : 29
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Sam 6 Oct - 19:41


BEWARE OF THE RAGING WOLF
feat. Briseis Iseley and Bràn E. Irons


Peur. Chagrin. Joie. Espoir. Toutes ces émotions se mélangeaient dans son cœur qui battait toujours aussi vite dans sa poitrine. Le silence, première réponse, s’était imposé bien malgré elle. Elle cherchait ses mots pour lui expliquer ce qu’elle ressentait, un peu tout ça à la fois. Bràn saurait-il le comprendre ? Comprenant sa confusion alors qu’elle l’accusait de cruauté, elle voulut mieux expliquer l’origine de ces mots. Elle était certainement dure, bien plus qu’elle ne l’imaginait tant elle était considérée comme la plus gentille des créatures, celle qui était incapable de blesser volontairement. Regrettant de le blesser, elle avait pourtant besoin d’être certaine qu’elle ne risquait pas de replonger dans cet état dépressif qu’elle avait combattu des mois. Jusqu’à rencontrer Eric ou même Alex. Jusqu’à revoir Declan. Il se disait jaloux, voulant certainement poser une propriété qui l’empêcherait d’avancer. Il pouvait nier craindre la solitude. Oh, elle savait qu’il avait souvent fait sa route mais c’était avant. Avant de trouver un toit, avant de comprendre que connaître des gens, avant de s’attacher. C’était faire écho à quelque chose de plus profond. Cette liberté qu’il chérissait c’était le meilleur moyen de ne pas se sentir rejeté ou abandonné. C’était être seul par choix, ce n’était plus subir.

Bràn la laissa dérouler son flot de pensées dans un silence religieux, un miracle de sa part. « Je ne crains pas la solitude Briséis. ». Elle baissa les yeux. Argumenter sur ce qu’elle pensait ne servirait à rien. Elle n’avait pas envie de se battre avec lui et préférait clairement fuir la confrontation. Elle se mordit seulement nerveusement la lèvre pour s’empêcher de parler. Surtout que lui continuait et qu’il lui fallait du temps pour tout assimiler. « Et je ne dis pas ça par jalousie. Cette révélation je voulais la faire bien avant aujourd’hui mais je ne trouvais pas les mots pour te le dire car je ne sais comment m’y prendre. Je suis mal à l’aise avec les paroles emplies de sentiments, mais ça ne veut pas dire qu’ils ne sont pas là. ». Mince. Une alarme silencieuse venait de se mettre en route dans son esprit. Comment faire ? Il insistait sur la réalité de ses sentiments mais à présent, c’était elle qui ne savait pas comment y répondre. Devait-elle y répondre ? Il ne bougeait pas. Et c’était mieux ainsi parce qu’elle n’osait plus remuer ne serait-ce qu’un orteil. « Je comprends que tu aies peur mais je ne voulais pas être cruel en te disant tout ça, au contraire, je sais ce que je t’ai dit par le passé et je sais que je t’ai fait du tort. A cette époque-là, j’étais comme ça, mais je ne suis plus le sauvage que j’étais il y a plusieurs mois en arrière. Tu dois bien l’avoir remarqué, non ? ». Oui. Il avait changé. Elle l’avait même vu avant lui. Elle ouvrit la bouche pour répondre à sa question mais il reprit la parole alors elle garda encore une fois le silence. « Si cela ne me tenait pas réellement à cœur Bri, je ne t’aurais jamais dit ces mots-là. Je ne m’en serais pas donné la peine. Je ne veux pas te faire espérer quelque chose que tu n’auras pas. Je veux que tu entendes que j’ai de véritables sentiments pour toi qui ne tiennent pas seulement de l’amitié. ». Elle ne pouvait plus douter. Elle avait bien entendu. Elle sentit ses joues brûler et comprit qu’elle devait très certainement rougir. Le nez baissé, elle se demandait si elle devait ou non lui répondre. « Je ne dirais pas ces mots si je ne les pensais pas. »

Ces mots, elle les avait tous entendu. Cela faisait un moment qu’il voulait les lui dire mais il n’avait pas su comment. Il sentait sa peur. Mais il la connaissait, il savait comment elle fonctionnait, il savait ce en quoi elle croyait, il… L’avait jugée, comme tant d’autres mais à présent… Elle inspira pour enfin lui répondre mais au lieu de lui parler de sentiments, ce fut tout autre chose qui s’exprima. « Tu n’as pas changé, Bràn», commença-t-elle d’une voix tremblante. « Tu es juste celui que j’ai toujours su voir mais maintenant… Tu le vois aussi. J’ai toujours su que tu n’étais pas celui que tu projetais à qui voulait l’entendre ou le croire… La plupart du temps, les gens y croient parce que…Ils ne cherchent pas plus loin. » Sa voix mourut. Elle était clairement mal à l’aise, ignorant comment réagir.
AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Bràn E. Irons

avatar

○ Alliance ○
Loup-Garou



¤ AVATAR : Boyd Holbrook
¤ CRÉDITS : chocolatine (avatar)
¤ MESSAGES : 45
¤ POINTS : 11
¤ AGE : 38 ans d'apprence contre 245 années déjà à fouler cette terre.
¤ GROUPE : Bras droit au sein de l'Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Mer 10 Oct - 22:08

Briséis & Bràn

beware of the raging wolf


Il a conscience de ce qu’il fait vivre à la jeune femme, du moins en partie, car il ne peut réellement se mettre à sa place. Les émotions qu’elle ressent, cela dit, il est à même de les sentir et elles transpirent littéralement du corps de la brune. Alors il tente de se faire le plus sincère possible, trouve les bons mots, du moins essaye de s’exprimer le plus clairement, afin qu’elle entende. Qu’elle comprenne. Qu’elle accepte le fait qu’il puisse avoir de réels sentiments pour elle, peu importe ce qu’il a pu dire par le passé et qu’il ne pense plus aujourd’hui. Oui, comme les autres, il l’a jugée, l’a pensé différente quand en vérité c’est là tout ce qui fait sa force. Bràn l’a découvert au fur et à mesure des mois, a su comprendre sa manière de voir le monde, même s’il y a encore bon nombre de choses qu’il ne comprend pas tout à fait. Mais il essaie, et au fil du temps les sentiments sont arrivés, ceux qu’il ne pensait pas pouvoir ressentir un jour. La chose est nouvelle pour lui, pour ainsi dire même incroyable, mais il parvient à en interpréter les signes et est dans le fond soulagé qu’Erin ait pu déceler cette vérité. Cela permet à Briséis de le croire davantage lorsqu’il prononce toutes ses paroles. Et il espère, intérieurement il croise les bras le loup qu’enfin elle l’écoute, qu’elle accepte de croire ce qu’il dit. Le silence qui suit son discours se fait toujours plus insupportable, mais il tient bon, se fait violence pour ne pas laisser la colère parler pour lui, ou du moins l’impulsivité qu’il est capable d’avoir suite à son impatience chronique. Bràn a de nombreux défauts mais il fait au mieux, il n’y a guère qu’avec la jeune femme qu’il se montre aussi attentif et avenant dans la plus grande mesure possible.

Tu n’as pas changé, Bràn. Ses prunelles claires se posent sur elle à la seconde où elle prononce ces mots, il ne s’était pas rendu compte les avoir baissé. Il plisse légèrement les yeux, ne comprenant pas où elle veut en venir mais une nouvelle fois il ne la coupe pas, l’autorisant à parler. Le sujet est bien trop important pour qu’il ne la coupe. Tu es juste celui que j’ai toujours su voir mais maintenant… Tu le vois aussi. J’ai toujours su que tu n’étais pas celui que tu projetais à qui voulait l’entendre ou le croire… La plupart du temps, les gens y croient parce que…Ils ne cherchent pas plus loin. Briséis est mal à l’aise, ça se sent, et il ne sait pas comment faire pour qu’elle se sente plus détendue, en même temps, l’est-il vraiment, détendu ? Son cœur bat la chamade et ce, même jusqu’à ses tempes, il serait bien gonflé de prétendre qu’il ne comprend pas son malaise. Passant sa langue sur sa lèvre inférieure, Bràn ne sait pas quoi répondre, il lui fait quelques secondes afin de trouver ses mots. « Je… Merci. » qu’il débute tant bien que mal. « J’ai pourtant l’impression d’avoir changé mais si c’est de cette manière que tu m’as toujours vu alors j’en suis heureux. ». Mentalement, le loup se flagelle de sortir une phrase aussi bateau. Il se recule d’un pas, décidant de la laisser respirer. « Je pense vraiment tout ce que je t’ai dit Bri, et si tu as besoin de temps, tu as tout celui qu’il te faut… J’veux dire, tu sais où me trouver. ». Autrement dit dans son salon, sur le canapé. Il a pourtant un appartement, si Bràn le voulait vraiment il aurait un endroit où dormir, mais il a pris l’habitude en un an de rester là, sûrement parce que même si l’appartement dont il dispose lui appartient, il ne parvient à se sentir réellement chez lui, alors qu’ici tout parait plus simple, même dans les moments difficiles. Même lorsque, comme aujourd’hui, il doit exprimer des choses dont il n’a pas l’habitude. Cette fois il déglutit, et recule encore d’un pas. « Je ferais mieux de… Te laisser te reposer. ». Il ne veut pas la brusquer alors il s’efface, maintenant qu’elle a entendue, puis il disparait dans le salon et se laisse choir sur le canapé en soupirant. Il vient tout juste de rentrer et il s’est déjà montré aussi odieux qu’attentionné. Tout et son contraire à la fois. Parfois il a juste envie de se frapper face à sa connerie maladroite.

En silence, il finit par s’allonger délicatement sur le canapé, télévision allumée sans que rien qui ne soit diffusé ne l’intéresse. La fatigue le rattrape même bien assez tôt, et s’il voudrait pouvoir rejoindre la jeune femme, il ne se l’autorise pas. Il a bien senti la peur émaner d’elle, alors il préfère lui laisser le temps, quitte à s’effacer quelques temps dans le salon comme une âme en peine.    



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Briseis E. Iseley

avatar

Humaine



¤ AVATAR : Natalie Portman
¤ CRÉDITS : Babine.
¤ MESSAGES : 102
¤ POINTS : 34
¤ AGE : 29
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf Dim 28 Oct - 22:12


BEWARE OF THE RAGING WOLF
feat. Briseis Iseley and Bràn E. Irons


Tant de choses se bousculaient dans sa vie et si parfois les ténèbres prenaient le dessus, la jeune femme espérait toujours des jours meilleurs. Mais quand ? Quand aurait-elle droit à ce bonheur qu’elle cherchait ? Quand trouverait-elle cette paix qu’elle chérissait tant ? Quand le monde comprendrait-il que pour tourner il avait besoin de tous ? De l’araignée qui tissait sa toile dans un coin de la salle de bain aux loups garous ou vampires, tous avaient un droit de vie. Un droit d’aimer et d’être aimé en retour. Cet amour qu’elle donnait sans poser de questions, voilà qu’on le lui retournait pour la toute première fois. Peut-être pas au bon moment. En fait, elle n’en savait trop rien parce que les élans de son cœur lui prouvaient qu’elle avait toujours des sentiments pour lui, quand bien même elle avait tout fait pour l’oublier. Désespérément tout fait. Un jour. Il viendrait bien un jour. C’était là les prières qu’elle adressait au Ciel chaque matin et chaque soir. Elle ne s’était pas trompée. Bràn était entré dans sa vie, il ignorait alors qui l’avait envoyé ici. Il avait beau ne pas avoir la Foi, elle réalisait qu’elle n’aurait jamais du douter de lui. De Lui. Dieu lui pardonnerait sûrement d’avoir fini par croire qu’elle devait seulement l’aider à améliorer son caractère, à lui apprendre à montrer ces belles qualités qu’il possédait mais n’utilisait pas. Pouvait-on le blâmer ? Non. Le monde d’alors était plein de violence, d’égoïsme. Il était plus facile de prendre que de donner. Elle lui expliqua d’ailleurs qu’il n’avait pas changé. Le regard qu’il posa sur elle était sans équivoque : il ne comprenait pas. Pire, il craignait d’être jugé. Elle ne perdit donc pas de temps pour expliciter ses pensées, même si elle se sentait de plus en plus mal à l’aise. Et devinait le sien sans peine, en particulier quand il la remercia.

Jamais Bràn n’aurait osé de tels mots quelques mois auparavant. C’était assez incroyable et si le loup se trouvait maladroit, Briseis le trouvait terriblement humain en cet instant précis. Elle se sentit soupirer lorsqu’il recula enfin d’un pas. La tension n’avait pas baissé, quand bien même la jeune femme était heureuse, la peur ne la quittait pas. « Je pense vraiment tout ce que je t’ai dit Bri, et si tu as besoin de temps, tu as tout celui qu’il te faut… J’veux dire, tu sais où me trouver. ». Elle haussa un sourcil interrogateur avant de comprendre qu’il faisait sûrement référence au salon. Mais que lui répondre ? Elle cherchait quelques mots mais rien ne lui venait à l’esprit. « Je ferais mieux de… Te laisser te reposer. » Elle le regarda s’éloigner en silence dans le salon. Une fois certaine qu’il ne la regardait pas, elle fila vers la chambre et ferma la porte. Là, seulement, elle s’autorisa à souffler. Toute la tension accumulée pourtant ne s’effaça pas. Fixant quelques longues secondes la poignée de la porte, elle pivota sur elle-même pour y plaquer le dos, portant le poignet à son front. Oh my… Pas de blasphème.

Ses yeux se posèrent sur le lit. Le lit qu’elle avait gardé, symbole d’un couple passé qui lui avait donné la vie. Cette chambre, symbole d’un amour véritable, prenait un tout nouveau sens dans son esprit. Finalement, Bràn avait raison de vouloir refaire l’appartement. Ce n’était pas le sien. Ni le leur. C’était celui de ses parents, dont elle chérissait chaque souvenir depuis des années et des années. Comment continuer à avancer maintenant ? Se tournant brusquement pour partager cette pensée avec le loup, elle posa la main sur la poignée et la retira comme si le métal brûlait. Non. Elle ne pouvait pas aller l’ennuyer avec ça, surtout qu’elle l’avait vexé quelques minutes auparavant. Soupirant devant ce qu’elle considérait comme une bêtise, elle se changea et se glissa sous les draps. Ils étaient froids. Tout lui semblait glacial à vrai dire ce soir-là. En d’autres temps, elle l’aurait rejoint ou bien lui aurait proposé de venir à coup de larmes ou de… Un frisson lui parcourut le dos. Elle ne lui avait toujours pas dit les dangers auxquels elle s’était confrontée. Elle ne le pouvait plus maintenant. Elle se voyait mal ouvrir la porte et lancer à tue-tête : « au fait, je ne t’ai pas dit mais j’ai failli être dévorée par des vampires et un prêtre m’a sauvé mais il déteste les créatures et tuera tout ce qui approche de près ou de loin car c’est le frère d’Erin. Bonne nuit. » Il n’y avait pas à dire, pour d’obscures raisons, sa vie était vraiment chaotique. Elle se recroquevilla sur elle-même, enfonçant son visage dans l’oreiller et ferma les yeux. Vite. Le sommeil. Pour tout oublier. Demain serait un autre jour. Dieu lui donnerait peut-être la clairvoyance nécessaire durant la nuit. Il lui faudrait aussi aller se confesser. Comment gérer tout ça maintenant ? Elle n’avait aucune réponse et ne savait pas à qui demander de l’aide.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: (branéis) † beware of the raging wolf

Revenir en haut Aller en bas
(branéis) † beware of the raging wolf
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» Rp avec Thunder Wolf ?
» Bienvenue aux Galeries Red Wolf
» Tequila Tequila ! [Téquila Wolf, Rang A, Chasseurs de Primes, Un plan mafieux, réservée]
» Punk Wolf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Les Habitations :: Au Sud de la Tamise :: Chez B. Iseley & B. Irons-
Sauter vers: