RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !




Event Halloween L'event est ouvert !
Venez le découvrir !
Freak Show



Partagez|

La prière rapproche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Freya Coleman

avatar

☩ Et Fratres Luminis ☩
Humain



You don't know me... I'm a killer
¤ AVATAR : Gal Gadot
¤ MESSAGES : 367
¤ POINTS : 67
¤ ZONE LIBRE : Freya vient d'une famille de chasseurs réputée et très croyants, leur lignée remontant jusqu'en l'an 540. Ses parents furent tués par l'un des plus puissants ennemis du Vatican : le roi vampire d'Italie. Elle est depuis la dernière descendante des Coleman.

Formée depuis son plus jeune âge chez les EFL, elle fait partie des chasseurs d'élite et a longtemps oeuvré en duo dans la chasse aux vampires. Suite à la mort de son partenaire, elle a commencé à chasser les loups en plus des vampires, jusqu'à apprendre que son ancien compagnon de chasse était en réalité devenu loup garou.

Ayant appris que le tueur de ses parents se trouve à Londres, elle a emménagé en ville, prête à tout pour retrouver ce-dernier, bien qu'ignorant encore son identité. Depuis la Saint-Patrick, elle s'est opposée à l'Alliance et cherche à blanchir le nom des EFL en traquant les responsables de l'attaque.

De nature plutôt solitaire, elle se cache derrière les combats plutôt que d'avoir à tisser des relations sociales ou exprimer ses sentiments, n'étant pas très douée pour cela. Néanmoins, elle sera toujours la première à risquer sa vie pour ses proches et protéger les humains, quels qu'ils soient. Quant aux vampires, un seul mot d'ordre : les tuer.

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/01/2018


MessageSujet: La prière rapproche Mar 13 Fév - 0:56

La prière rapproche

ft. Briseis E. Iseley - Freya Coleman



Ce matin le réveil est quelque peu douloureux. Mon épaule droite me fait affreusement mal suite à mon affrontement de la veille. Un seul faux pas avec les vampires peut coûter des jours à cicatriser, mais je suis tout de même venue à bout de mes ennemis. Ils avaient simplement été plus nombreux cette fois-ci. Quoi qu’il en soit, il serait imprudent de m’en prendre à plus d’un ennemi à la fois avec cette blessure. Je vais donc freiner un peu le rythme ce soir et essayer de n’utiliser que mes armes et non mes poings.

Je prépare mon sac et mes armes en avance, comme je le fais chaque matin. Je dois toujours être prête en avance, ne sait-on jamais. Les vampires ont beau attaquer la nuit, il n’en est rien pour les loups. Je file sous la douche et grimace en voyant quelques gouttes de sang joncher le sol. Ma blessure s’est rouverte.

« Saletés de vampires... »

Bon, inutile de s’énerver, un bandage rapide et le tour est joué. J’enfile une robe simple avant d’attraper un petit sac à main que je viens placer contre mon épaule gauche. Mon rendez-vous quotidien ne peut pas attendre davantage. Direction l’Eglise, et plus particulièrement la cathédrale Saint Paul.

J’entre discrètement comme à mon habitude et je vais m’asseoir sur un banc. Je ne sais combien de minutes se sont écoulées lorsque d’autres bruits de pas se firent entendre. La prière est une véritable bénédiction pour moi. Il n’y a qu’elle qui m’aide à supporter le poids de tous ces meurtres. Le fait de savoir le Seigneur à mes côtés et d’avoir la bénédiction du pape est un soulagement. Je pense que du plus loin que je m’en souvienne, j’ai toujours rêvé de protéger le monde en quelque sorte. Je n’imaginais tout simplement pas devoir le faire de cette façon. Après tout, les vampires et les loups ne sont que dans les contes pour enfants… C’est du moins ce que pensent la grande majorité des humains. Et malheureusement ils ont tous tort. Plus grave encore, penser que ces être puissent être capables de clémence est bien la première chose qui signera votre arrêt de mort. Je ferme les yeux et je les vois près de moi… Mes parents. Je sais que vous ne vouliez pas de cette vie pour moi et que vous souhaitiez simplement que je sois capable de me défendre seule, mais je ne regrette pas l’héritage que vous m’avez laissé. Après tout, c’est grâce à votre travail et à celui que nous poursuivons que tous ceux de notre espèce peuvent dormir paisiblement la nuit. La seule chose qui est vraiment difficile dans tout cela, ce ne sont pas les entrainements ni les coups que nous prenons, c’est la solitude qui en découle. Je pensais m’en préserver grâce à mon binôme, jusqu’à ce que je le perde à cause des loups. Mais je vous ai tous avec moi en quelque sorte et je sais que je ne suis pas la seule à avoir dû faire de grands sacrifices... L’un d’entre eux se trouve juste sous mon nez.

Je relève les yeux et je la vois enfin arriver comme à son habitude. Chaque fois que je viens ici je l’aperçois, je la vois prier. Elle est très dévouée au Seigneur ce qui ne m’étonne guère étant donné que son père l’est également. Je sors mon sac à main et attrape un stylo ainsi qu’une lettre déjà en partie écrite à laquelle je rajoute quelques mots. Le révérend Iseley sera heureux d’apprendre que sa fille se porte bien. Chez les Et Fratres Luminis, il fait partie des rares en qui j’ai confiance. Après tout, c’est lui qui m’a aidé à quitter Rome sans me faire remarquer pour venir à Londres et ce malgré l’avis des Et Fratres Luminis. Qui d’autre que lui aurait pu réellement comprendre ce sentiment qui nous habite lorsque les êtres les plus chers nous sont arrachés par ces ignobles qui créatures qui n’ont rien à faire au sein de notre monde. Je lui ai fait une promesse ce jour-là… Celle de garder discrètement un œil sur sa fille tant que je serai à Londres car venir lui-même pour s’en assurer constituerait un risque, celui que sa fille le reconnaisse.

Je me suis souvent demandée en observant la jeune femme quel genre de personne est-ce qu’elle pouvait bien être. Est-elle aussi féroce que son père dans l’action ? Elle parait tellement douce que cela serait difficile à croire. En revanche, son capital sympathie a l’air bien plus élevé que celui de bon nombre de gens. Je vois tous ceux qui sont autour d’elle lui parler, lui sourire, être bienveillants à son égard tout comme elle a l’air de l’être envers eux. J’ai moi-même envie d’aller lui parler mais je n’en ai pas le droit. Je suis persuadée que son père serait on ne peut plus fier d’elle. Mais a-t-elle seulement conscience du danger qui règne tout autour d’elle ? Peut-être pas… Mais si son père a tenu à la mettre à l’écart de tout cela, je ne peux pas être celle qui l’y plongera.

Mon épaule me relance et me fait lâcher le stylo que je tiens dans la main. Je passe ma tête par-dessus mon épaule et voit le haut de ma robe bleue commencer à prendre une teinte rouge. Et mince… Il faut que je rentre. Je ramasse le stylo et range aussitôt la lettre dans mon sac en voyant des pas s’avancer dans ma direction avant de relever les yeux. C’est elle… Elle se tient là juste devant moi et je reste complètement muette. Cela ne me ressemble pas pourtant. Mais j’ai juré de ne jamais l’approcher directement pour la même raison que son père. Autant faire comme si de rien n’était. J’esquisse un mince sourire et me relève.

« Excusez-moi. »

Allez... Juste quelques pas et je serai sortie d’ici... Mais il semblerait que le destin en ait décidé autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Briseis E. Iseley

avatar

Humaine



¤ AVATAR : Natalie Portman
¤ CRÉDITS : Babine.
¤ MESSAGES : 100
¤ POINTS : 33
¤ AGE : 29
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: La prière rapproche Ven 16 Fév - 23:35


La prière rapproche
feat. Freya Coleman


Ouvrant les yeux, la jeune femme observa un instant le mur qui lui faisait face. Tout était calme dans l’appartement. Voilà plusieurs jours que Bràn avait disparu. Cela lui arrivait régulièrement et elle ne s’en inquiétait donc pas vraiment. Un frisson lui parcourut l’échine. Tout semblait si froid et si vide quand le loup n’était pas là. C’était comme s’il manquait quelque chose… De la vie tout simplement. Elle avait vécu des années seule et sa présence lui manquait terriblement. C’était un colocataire qui s’était imposé avec le temps, défiant les lois et règles qu’elle avait pu fixer. Parfois, elle n’était pas à l’aise. Elle sentait bien qu’elle n’était pas normale à ses yeux, qu’il essayait de faire attention. Il avait beau se faire passer pour quelqu’un de mauvais, elle avait vu au-delà des apparences : il n’avait rien d’un monstre.

Se redressant dans le lit, elle ramena ses genoux contre elle, les yeux peinant à s’ouvrir pleinement. Posant sa joue sur la rondeur de ses genoux, elle observa le vieux réveil qui affichait l’heure. Il était tôt, le jour ne s’était pas encore levé pleinement. Inspirant profondément, la jeune femme resta quelques longues secondes ainsi avant de repousser les draps et de sortir du lit.

Posant les mains sur divers supports pour assurer ses pas, elle rejoignit la cuisine et ouvrit le frigo. Vide. Elle soupira et ouvrit un placard. Les céréales de Bràn. Cela ferait bien l’affaire. Se hissant sur la pointe des pieds, elle parvint à attraper la boîte et la tira vers elle. Puis, elle sortit un bol dans lequel elle versa doucement les flocons colorés. On était Dimanche. Elle voulait donc se rendre à la messe. Mangeant de bon cœur ce petit-déjeuner, la brune pu aller ensuite s’habiller. Elle ne cherchait plus à porter sa plus jolie tenue cependant elle enfila une robe comme la plupart du temps. Celle-ci n’avait rien de vulgaire ou de provoquant. Le col claudine renforçait bien au contraire son image sage. Se couvrant les bras grâce à un gilet ayant appartenu à sa mère, elle prit enfin la route de l’église.

Le bâtiment n’avait pas l’envergure de la cathédrale St Paul qu’elle avait pu visiter enfant mais c’était celle où son père avait officié. Elle aimait la communauté et connaissait au moins de vue les personnes qui la fréquentaient. Le clocher qui abritait les cloches resta pourtant silencieux. L’église avait fermée. Son cœur se serra.

Marchant vers un arrêt de bus, elle attendit le véhicule rouge quelques minutes. Il faisait froid. Resserrant son manteau, elle souffla sur ses doigts pour les réchauffer et oberva les alentours, guettant l’apparition du véhicule. Celui-ci apparut au coin d’une rue. Faisant signe pour qu’il s’arrête, elle monta dedans et s’installa dans un coin qu’elle jugea tranquille sans oublier de saluer le chauffeur.

8 heures. Remontant l’allée centrale, Briseis passa devant Freya sans même s’en rendre compte. Il fallait dire qu’elle ignorait tout des Et Fratres Luminis. Elle ignorait que son père appartenait à cette organisation et qu’il était toujours en vie. Elle ignorait qu’il avait veillé sur une autre jeune femme et que celle-ci était là pour prendre sa place. Son attention était de plus attirée par d’autres fidèles qui la saluaient. Leur répondant toujours avec un sourire sincère et un mot avenant, elle rebroussa pourtant chemin suite à l’indication d’un fidèle. Comptant rejoindre la personne désignée, Briseis descendait l’allée quand elle fut face à une autre jeune femme.

Ses yeux dérivèrent vers une tâche carmin. « Excusez-moi, nous avons remarqué que vous étiez blessée. Suivez-moi, la messe ne va pas commencer tout de suite et nous allons pouvoir arranger cela ». Un sourire sincère aux lèvres, elle tendit la main et la posa sur l’avant-bras de la chasseuse comme si elle la connaissait depuis toujours. Dès qu’elle fut debout, elle la guida vers une salle. Une autre femme apporta quelques linges. « Merci Martha ». Se tournant vers Freya, elle mouilla le linge. « Vous devriez retirer votre haut, s’il faut quelques soins je pourrai sûrement vous aider. » Attendant qu’elle s’exécute, elle posa le tissus à proximité pour qu’elle puisse nettoyer la plaie le temps qu’elle ne sorte une boîte servant aux premiers secours. « Vous êtes nouvelle ici, n’est-ce pas ? La communauté vous plaît-elle ? » Faire la conversation n’était pas si compliqué lorsque l’on était sincère. Bien sûr que la nouvelle n’avait pas échappé aux autres, ils se connaissaient de vue au minimum. « Nous cherchons actuellement des personnes pour la chorale, si vous êtes intéressée ». Lui adressant encore un sourire, Briseis se rapprocha avec un spray désinfectant et quelques strips. « Vous permettez ? »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Freya Coleman

avatar

☩ Et Fratres Luminis ☩
Humain



You don't know me... I'm a killer
¤ AVATAR : Gal Gadot
¤ MESSAGES : 367
¤ POINTS : 67
¤ ZONE LIBRE : Freya vient d'une famille de chasseurs réputée et très croyants, leur lignée remontant jusqu'en l'an 540. Ses parents furent tués par l'un des plus puissants ennemis du Vatican : le roi vampire d'Italie. Elle est depuis la dernière descendante des Coleman.

Formée depuis son plus jeune âge chez les EFL, elle fait partie des chasseurs d'élite et a longtemps oeuvré en duo dans la chasse aux vampires. Suite à la mort de son partenaire, elle a commencé à chasser les loups en plus des vampires, jusqu'à apprendre que son ancien compagnon de chasse était en réalité devenu loup garou.

Ayant appris que le tueur de ses parents se trouve à Londres, elle a emménagé en ville, prête à tout pour retrouver ce-dernier, bien qu'ignorant encore son identité. Depuis la Saint-Patrick, elle s'est opposée à l'Alliance et cherche à blanchir le nom des EFL en traquant les responsables de l'attaque.

De nature plutôt solitaire, elle se cache derrière les combats plutôt que d'avoir à tisser des relations sociales ou exprimer ses sentiments, n'étant pas très douée pour cela. Néanmoins, elle sera toujours la première à risquer sa vie pour ses proches et protéger les humains, quels qu'ils soient. Quant aux vampires, un seul mot d'ordre : les tuer.

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/01/2018


MessageSujet: Re: La prière rapproche Ven 23 Fév - 1:57

La prière rapproche

ft. Briseis E. Iseley - Freya Coleman



Bon, on dirait bien que pour la discrétion c’est raté. Mais en même temps, nous nous trouvons dans une cathédrale, quel mal peut-il nous arriver ici ? Ce ne sont certainement pas les vampires qui pourraient entrer ni nous voir dans un endroit pareil. Quant aux loups… Eh bien je ne sais pas trop à vrai dire. Mais bon en même temps je n’ai encore dressé aucun clan contre moi chez les loups puisque je les tue si discrètement qu’ils ignorent encore que je ne suis pas leur alliée, du coup ils n’auraient pas de raison de m’en vouloir pour l’instant. Le révérend Iseley risquerait cependant de voir les choses d’un autre œil... Mais après tout, n’est-ce pas ici l’occasion de s’assurer qu’aucun danger ne guette réellement sa fille ? De toute façon, il est trop tard pour faire marche arrière.

J’ai fait mon bandage assez rapidement ce matin, je ne pensais pas que la blessure se rouvrirait si vite. Mais à vrai dire je suis touchée par l’attention que me porte la jeune femme alors qu’elle ne me connait pas encore. Elle m’a simplement demandé de la suivre pour me guérir avant que la messe commence. Intriguée, je la suis et je la remercie. Sur sa demande, je défais le haut de ma robe afin de laisser retomber les manches et tourne la tête vers mon épaule, avant d’observer de nouveau la jeune femme.

« Je vous remercie pour votre gentillesse. Je ferai plus attention la prochaine... fois. »

Je m’arrête quelques instants. La prochaine fois ? Autant lui dire tout de suite ce que je fais ça ira plus vite... Je change de sujet lorsque la jeune femme me demande si je suis nouvelle ici. Nouvelle oui, quant à la communauté… Je ne pourrai pas en dire grand-chose étant donné que je cherche à me faire plutôt discrète.

« Oui, je suis arrivée à Londres il y a tout juste quelques semaines. J’ai eu un vrai coup de cœur pour cette cathédrale. Je vous avoue ne pas vraiment connaître la communauté même si je suis sûre qu’elle est parfaite. En général je viens prier lorsqu’il n’y a personne. »

Je me fige lorsque la jeune femme me propose de faire partie de la chorale. J’ignore à combien d’années remontent mes dernières activités qui ne seraient pas apparentées à des meurtres, mais le chant me parait très lointain. Je suis cependant quelque peu amusée et touchée par sa proposition et ne peut retenir un sourire.

« On ne peut pas dire que le chant soit vraiment ma vocation. Au fait, je m’appelle Freya Coleman. »

J’esquisse un mouvement positif de la tête lorsque la jeune femme me demande si elle peut mettre du désinfectant sur ma plaie. Je ne réagis même pas lorsque ce dernier entre en contact avec ma peau, cela me fait tout juste l’effet d’un courant d’air venant souffler contre ma peau.

« Je peux me permettre de vous poser une question ? Je sais que dans la prière peuvent survenir toutes formes de questions auxquelles nous n’avons pas toujours réponse et qui nécessitent parfois une certaine ouverture d’esprit... Juste avant que je ne quitte l’Italie, l’une des personnes que j’avais l’habitude de côtoyer à l’Eglise a évoqué le fait que parmi les hommes existeraient d’autres êtres ayant été envoyés par le Seigneur afin de punir l’humanité de ses pêchés... Des êtres ayant la même apparence que nous mais avec des aptitudes supérieures aux nôtres. Croyez-vous que l’existence de tels êtres puisse être possible ? »

Quelle autre façon que celle de la prière afin de savoir si le surnaturel n’est que pure fable aux yeux de la jeune femme ou si elle en a déjà connu quelque expérience au cours de sa vie ?   
Revenir en haut Aller en bas
Briseis E. Iseley

avatar

Humaine



¤ AVATAR : Natalie Portman
¤ CRÉDITS : Babine.
¤ MESSAGES : 100
¤ POINTS : 33
¤ AGE : 29
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: La prière rapproche Sam 24 Fév - 14:00


La prière rapproche
feat. Freya Coleman


Le sang. Carmin. Epais. Fascinant. Pour certains du moins. Aux yeux de Briseis, il s’agissait de la peine, de la douleur. Les prédateurs n’avaient pas de place ici. Ce n’était pas fait pour eux. Ce cocon salvateur, cette paix divine, apaisait bien souvent l’âme de ceux qui y entraient. Ils pouvaient être autre chose qu’humain mais ils venaient pour y trouver l’Amour d’un père qui transcendait l’univers. C’était dans ce lien que Briseis trouvait la force d’avancer dans la vie et ce malgré toutes les difficultés qu’elle pouvait bien croiser sur sa route. Ou les âmes en peine, comme cette jeune femme qui saignait assez pour attirer l’attention de la communauté. Briseis l’approcha, ignorant qu’elle avait face à elle la clé de son passé, la clé de son histoire de famille.

L’entraînant à l’écart, dans une pièce où aucun curieux ne viendrait les ennuyer, la jeune femme avait la prévenance nécessaire pour ne pas alerter plus de monde que nécessaire. Alors que la jeune femme retirait le haut de sa robe, l’humaine vint poser un linge tiède pour laver la blessure. « Je vous en prie. J’espère que cela ne vous arrive pas trop souvent ! » Que ce soit en lien avec son métier ou non, elle ne souhaitait la souffrance à personne. « Il n’y a pas que moi. Ils ont accepté de nous prêter cet endroit le temps que je puisse m’assurer si vous aviez besoin d’un service d’urgence ou non. » Lui adressant un sourire sincère, Briseis découvrait la blessure.

Elle n’était pas très belle à voir. Détournant l’attention de cette brebis égarée, elle lui demanda si elle était nouvelle ou habituée des lieux. En réalité, elle devinait bien que ce n’était pas une personne qui venait souvent. Ce qu’elle lui confirma bien vite d’ailleurs. « Quelques semaines ? D’où venez-vous alors ? » Allant rincer le linge dans l’évier, elle revint près de la jeune femme pour de nouveau tamponner la blessure. « C’est vrai que le silence est parfois si apaisant… Mais communier ensemble c’est aussi partager la Foi que l’on a envers Dieu. » Et puis, justement, il manquait une choriste. À entendre la voix de cette belle inconnue, Briseis devinait qu’elle devait avoir une très belle voix. « Oh, il n’y a pas besoin de vocation. Juste de vous porter candidate. », lui répondit-elle avec un sourire. « Enchantée Freya. Je suis Briseis Iseley ».

Bien sûr, Freya, puisque c’était son nom, connaissait déjà son identité. Certains pourraient s’amuser de constater deux noms aux origines mythologiques, des prénoms originaux choisis par leurs parents pour des raisons qui leur appartenaient. Pourquoi n’avaient-elles pas des noms bibliques, comme l’on pourrait l’attendre pour ceux qui gravitaient dans un monde si religieux. L’une était dans la lumière, l’autre dans l’ombre. S’éloignant de nouveau, elle revint avec un spray désinfectant et demanda l’autorisation avant d’en pulvériser sur la plaie. Concentrée sur les soins, Freya lui demanda si elle pouvait lui poser des questions. « Oui, bien sûr, allez-y ». A la mention d’ouverture d’esprit, Briseis s’attendait à peu près à tout sauf à ce qui fut exprimé. L’Italie. D’autres êtres. Punir. Était-ce la volonté d’un Dieu miséricordieux que de punir ses enfants ? Non.

Posant quelques strips pour rapprocher les chairs, elle essuya avant de poser une compresse et de poser du sparadrap. « Je crois en l’existence des anges alors je suppose qu’il est possible que d’autres choses existent. Je ne sais pas si elles ont été envoyées pour punir car tous ceux qui sont capables de ressentir et de demander pardon peuvent avoir leur rédemption. » Bràn avait été très clair : elle ne devait pas révéler sa nature aux autres. Elle ne pouvait pas donc lui dire qu’elle en était certaine parce qu’elle connaissait un loup garou. Il y avait Stellan aussi. Et Declan. « Je… Ne peux pas entendre que Dieu créerait des êtres pour punir ses enfants. Je pense que certaines âmes peuvent se perdre, naître différentes et pour autant avoir autant de droits que d’autres. » Et si Freya était une louve ? Après tout, elle portait un nom nordique et c’était souvent le cas chez les loups. Enfin elle tirait peut-être une conclusion un peu hâtive. « Etes-vous différente, Freya ? » Pourtant, elle ne guérissait pas plus vite que la normale. « Si c’est le cas, vous n’avez rien à craindre de moi, vous connaissez mon avis. » Remettant la bretelle de sa robe en place, elle vérifia que tout restait bien en place. L’orgue annonçait le début de la messe. « Au moins, nous pourrons assister à la cérémonie. Si vous en avez toujours l’envie bien sûr ! »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Freya Coleman

avatar

☩ Et Fratres Luminis ☩
Humain



You don't know me... I'm a killer
¤ AVATAR : Gal Gadot
¤ MESSAGES : 367
¤ POINTS : 67
¤ ZONE LIBRE : Freya vient d'une famille de chasseurs réputée et très croyants, leur lignée remontant jusqu'en l'an 540. Ses parents furent tués par l'un des plus puissants ennemis du Vatican : le roi vampire d'Italie. Elle est depuis la dernière descendante des Coleman.

Formée depuis son plus jeune âge chez les EFL, elle fait partie des chasseurs d'élite et a longtemps oeuvré en duo dans la chasse aux vampires. Suite à la mort de son partenaire, elle a commencé à chasser les loups en plus des vampires, jusqu'à apprendre que son ancien compagnon de chasse était en réalité devenu loup garou.

Ayant appris que le tueur de ses parents se trouve à Londres, elle a emménagé en ville, prête à tout pour retrouver ce-dernier, bien qu'ignorant encore son identité. Depuis la Saint-Patrick, elle s'est opposée à l'Alliance et cherche à blanchir le nom des EFL en traquant les responsables de l'attaque.

De nature plutôt solitaire, elle se cache derrière les combats plutôt que d'avoir à tisser des relations sociales ou exprimer ses sentiments, n'étant pas très douée pour cela. Néanmoins, elle sera toujours la première à risquer sa vie pour ses proches et protéger les humains, quels qu'ils soient. Quant aux vampires, un seul mot d'ordre : les tuer.

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/01/2018


MessageSujet: Re: La prière rapproche Dim 25 Fév - 0:27

La prière rapproche

ft. Briseis E. Iseley - Freya Coleman



Je ne peux cacher un petit sourire du coin des lèvres lorsque la jeune femme me dit qu’elle espère que ce genre de blessure ne m’arrive pas trop souvent. Disons qu’en général, j’évite de me blesser, la plupart du temps je ne tâche même pas mes vêtements. Mais quand on a affaire à plusieurs adversaires à la fois, il devient un peu plus compliqué d’éviter tous les coups. Je me demande parfois comment pourraient être les choses si ma force était égale à la leur... Ils ont beau ne jamais avoir eu à s’entrainer, leur force dépasse pourtant de loin celle de tout être humain. Je ne parle même pas de leur rapidité qu’il s’agisse des vampires ou des loups. S’imaginent-ils seulement le nombre d’années qu’il nous a fallu ainsi que tous les coups que nous avons dû endurer pour être capable de pouvoir rivaliser avec eux ? Probablement pas et quelque chose me dit qu’ils ne le sauront jamais puisque la grande majorité d’entre eux ne sait même pas que nous existons. Plus grande sera leur chute lorsque le jour viendra où ils comprendront que les humains qui leur servent de nourriture seront à l’origine de leur perte.

« Oh non ce n’était qu’un malheureux accident du travail... Une poutre m’est tombée dessus dans un entrepôt hier après-midi... »

Pour ne pas dire qu’un vampire m’a balancé la poutre dessus… Je vois bien en regardant la jeune femme que la blessure n’est pas très belle à voir, mais à vrai dire elle reste bien plus jolie que la plupart de celles que mes camarades m’ont infligées durant mes jeunes années d’entrainements chez les Fratres. Elle finira par rapidement cicatriser.  

« Je vous remercie. Je viens de Rome. Il y a une petite Eglise à laquelle je me rendais chaque semaine. Je ne voulais pas perdre cela en venant à Londres. Pour être honnête je découvre tout juste la ville. »

Il est vrai que je ne connais pas encore grand-chose de Londres mis à part les entrepôts et les quartiers malfamés où règnent les vampires, ainsi que les grands espaces verts où on peut trouver les loups. En revanche pour ce qui est de la ville en elle-même et de toutes ses activités eh bien… Disons que je me suis déjà rendue dans un bar ou deux afin de débusquer un vampire mais ça s’arrête là. J’esquisse un sourire lorsque la jeune femme me dit qu’il n’y a pas besoin de vocation pour rejoindre la chorale. Puis elle finit par se présenter.

« Je vous promets d’y réfléchir. Tout le plaisir est pour moi Briseis. Vous avez un magnifique prénom. »

Je me souviens de l’un des tableaux tiré d’un récit de l’Iliade que j’avais exposé il y a quelques années, une peinture à l’huile de Jean-Baptiste Deshays réalisée en 1761 et montrant Briseis entrainée hors de la tente d’Achille. J’avais d’ailleurs longuement hésité entre ce tableau et celui de Jacques-Louis David peint en 1819, La colère d’Achille, mais j’avais trouvé le premier plus marquant, plus émouvant étant donné l’amour inattendu qui était né entre Achille et Briseis. En attendant, je fais comme si je découvrais le prénom de la jeune femme pour la première fois et je finis par me concentrer sur la dernière question que je lui ai posée.

J’ai passé de longues années à étudier les différents comportements des gens. Cela m’a d’ailleurs permis entre autres de distinguer plus facilement les vampires et les loups des humains, mais également ceux qui les cachent ou qui travaillent pour eux. Je ne manque pas d’écouter avec une grande attention la réponse de Briseis et je dois bien avouer que sa réponse m’a surprise. Tout d’abord elle ne me prend pas pour une dingue, ce qui est plutôt une bonne chose. J’ai même véritablement l’impression qu’elle croit au surnaturel… Mais ce qui me fait peur c’est qu’elle pense qu’il pourrait y avoir du bon en eux. Deux cas de figure possibles : soit elle n’a jamais croisé aucun vampire ni aucun loup garou de sa vie mais en tant que croyante elle s’imagine que ces derniers pourraient avoir du bons en tant que créatures du Seigneur, soit elle a déjà côtoyé les uns ou les autres et elle est réellement convaincue que ces derniers possèdent encore une part d’humanité en eux. La deuxième hypothèse m’inquiète un peu à vrai dire.

Plus j’écoute la jeune femme, plus je finis par me dire qu’au moins un être surnaturel a déjà dû croiser sa route, notamment au moment où elle me demande si je suis différente et que je n’ai rien à craindre d’elle. Il n’est pas chose facile de convaincre les humains de l’existence du surnaturel, mes dernières expériences me l’ont bien montrées. Et même si le père de Briseis connait l’existence du surnaturel mieux que personne, je me doute bien qu’il n’a jamais parlé de tout ceci à sa fille au vue de toutes les précautions qu’il prend. Quoi qu’il en soit, qu’elle ait été ou non en contact avec d’autres personnes que de simples humains, il lui serait fatal de croire que ces derniers puissent être capable de quelque bonté que ce soit. Je décide finalement de répondre à sa question d’une autre manière.

« Si vous croyez en l’existence des anges, ne croyez-vous pas également à celle des démons ? Si les humains ont une âme, il se pourrait que d’autres êtres n’en soient pas dotés. »

C’est dans ce genre de moments qu’il aurait été beaucoup plus facile si le révérend Iseley s’était tenu à mes côtés. Mais puisque ce n’est pas le cas, je procèderai d’une autre manière. Il y a du surnaturel dans l’air ou je ne m’appelle pas Freya. Et je finirai par trouver ce que c’est.

« Je ne suis pas différente de vous... Mais j’ai vu certaines choses que peu de gens croiraient possibles et j’ai l’impression que je ne suis pas la seule. Est-ce que je me trompe ? Bien sûr que j’assisterai à la cérémonie. »

Je lance un sourire bienveillant à la jeune femme. J’ai beau être un assassin sur tout ce qui concerne le surnaturel, je n’en reste pas moins une personne incapable de faire le moindre mal à un être humain dans la vie de tous les jours. 
Revenir en haut Aller en bas
Briseis E. Iseley

avatar

Humaine



¤ AVATAR : Natalie Portman
¤ CRÉDITS : Babine.
¤ MESSAGES : 100
¤ POINTS : 33
¤ AGE : 29
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: La prière rapproche Sam 17 Mar - 9:37


La prière rapproche
feat. Freya Coleman


Loin de se douter que la femme qui lui faisait face travaillait pour le Vatican et tuait régulièrement des créatures surnaturelles, ne se limitant pas aux vampires mais attaquant aussi les loups, Briseis lui venait naturellement en aide. Peut-être faisait-elle là une erreur car Freya aurait probablement une réaction violente en découvrant que sa protégée fréquentait volontairement un loup garou. Mais les confidences n’étaient pas encore de mise puisqu’elles faisaient seulement connaissance. Freya détenait de nombreux secrets et Briseis n’était pas encore prête à les découvrir. Une humaine aussi forte, capable de défier des créatures, l’impressionnerait fortement. A ce moment précis, Briseis ne voyait qu’une magnifique jeune femme blessée qu’elle se devait de soigner. Au fond, cela devrait être un signe, elle avait tendance à soigner les gens. Bràn en avait fait partie. Il avait beau s’être introduit dans son appartement en son absence, elle n’avait pas hurlé de peur. Non. Elle n’avait vu qu’un homme blessé étendu de tout son long dans son salon. Ecoutant la brune lui expliquer qu’elle avait eu un accident de travail, Briseis fronça les sourcils. Quel genre de travail pouvait provoquer ce mal ? La mention d’une poutre ou d’un entrepôt l’éclaira un peu mais elle avait des questions, ressentant le besoin de comprendre. « Oh, vous travaillez dans un entrepôt ? ». La question était volontairement ouverte, elle laissait ainsi le choix à la jeune femme de lui répondre ou non.

La vérité était tout autre. Un vampire était à l’origine de ces chairs déchirées. Si elle l’avait su, nul doute qu’elle demanderait à Stellan pourquoi cette humaine n’avait pas été dévorée. Le roi vampire aurait peut-être la réponse, son âge lui ayant peut-être appris l’existence de ces chasseurs qui se donnaient pour mission de protéger l’espèce humaine. « Cette poutre vous a tout de même bien amoché l’épaule », ajouta la jeune femme qui soignait avec douceur et déférence. Continuant de faire la conversation pour détourner l’attention de Freya de la douleur, elle apprit également que la brune venait de Rome. « Londres est immense je crois, comparé à Rome. Je rêverai d’y aller et visiter le Vatican. Ce doit être si beau… » Et puis elle avait entendu dire qu’il y avait quantité d’église qui étaient là depuis longtemps et décorées de peintures incroyables. C’était tellement attirant pour une jeune femme aussi religieuse qu’elle. « Je pourrai peut-être vous faire visiter quelques endroits si vous le souhaitez. Il y a beaucoup d’histoire ici aussi. »

Lui adressant un nouveau sourire, tout son comportement montrait son ouverture et sa générosité. Une générosité dont on abusait souvent mais depuis quelques temps Briseis semblait parvenir à s’entourer de personnes vraiment bienveillantes à son égard. Et Freya en ferait partie. Au plus grand damne du loup d’ailleurs. Mais l’heure était grave. La chorale manquait de membres et cette nouvelle venue pourrait bien être parfaite. Elle pressentait que sa voix ferait merveille si seulement elle acceptait. Elle n’eut pas de oui franc, seulement la promesse d’une réflexion.

Les deux jeunes femmes se présentèrent officiellement et le prénom mythologique était un point commun. L’un était nordique, l’autre grec. Pourquoi leurs parents avaient-ils choisi ces prénoms ? L’humaine n’en savait rien. « Merci. J’ignore pourquoi je porte ce nom, je ne suis pas vraiment fan de la mythologie grecque et surtout pas de cette guerre de Troie. » confia-t-elle. Surtout vis-à-vis de la fin de ce personnage, victime de l’orgueil d’un héro qui ne pensait qu’à lui. Si elle avait pu choisir, elle aurait choisi quelque chose d’autre comme par exemple un prénom plus chrétien. Celui d’une sainte. Mais voilà, on l’avait baptisée autrement, il fallait bien si faire maintenant. Beaucoup employait un diminutif et cela ne la gênait en rien. Il n’y avait pas d’amour entre Achille et Briseis. Le héros l’avait réclamée comme un butin de guerre, ne supportant pas qu’un roi touche à ce qu’il pensait sien. Le héro n’aimait pas les femmes, il les voyait comme un objet, rien de plus. Ce n’était pas Hector. Ce dernier aimait vraiment son épouse et la respectait. Peut-être que le tableau auquel pensait Freya changerait l’esprit de Briseis mais elle savait, pour s’être intéressée au sujet, qu’Achille était plutôt porté sur les hommes. Ce n’était pas choquant à l’époque, et même encouragé. Patrocle était celui pour lequel il s’était battu.

La conversation prit un tournant plus inattendu. Terminant les soins, elle sentit bien que sa réponse avait de l’importance. Bràn l’avait suffisamment avertie pour lui conseiller de faire attention à ce qu’elle pouvait dire. Cependant, elle ne pouvait pas mentir. Elle trouva donc le moyen d’expliquer que rien n’était impossible selon elle, la Foi étant un argument suffisant. Elle croyait en Dieu donc elle croyait aux anges, au Diable et aux démons. Ignorant que la chasseuse était en train d’étudier son comportement, elle ne manquerait pas de voir le regard un peu fuyant de la jeune femme. Oui, elle fréquentait un loup garou qui n’avait rien d’inhumain bien au contraire. Elle côtoyait aussi un vampire. Qui n’essayait pas de la mordre à tout bout de champ et qui montrait aussi une humanité. Certains étaient dangereux et se perdaient probablement mais ils pouvaient tous s’en sortir. Ils pouvaient tous être pardonnés. Vision naïve qui serait mise à rude épreuve à plusieurs moments de sa vie, d’ailleurs, un prêtre serait obligé de s’interposer entre elle et des dents longues. Serait-ce suffisant pour changer son avis ? Non. Bràn ou Stellan étaient des hommes justes.

Et Freya tenta d’influencer son jugement. « Je pense que tout homme a une âme. Bien sûr, certains l’oublient ou sont entraînés trop loin par le Mal mais cela ne veut pas dire qu’ils ne peuvent être sauvés. Ils doivent seulement le vouloir et demander pardon au Seigneur pour leurs crimes. Les regretter vraiment. » Discours qu’elle tenait également auprès du loup d’ailleurs qui en avait accumulé quelques-uns. Terminant les soins et réajustant la robe de la brune, Briseis apprit qu’elle était humaine. En tout cas, elle ne pouvait pas être un vampire puisque nous étions en plein jour. Elle pourrait être d’autres choses mais elle ignorait lesquelles. « Je pense avoir vu les choses dont vous parlez oui. » Elle ne pouvait pas lui mentir. Vraiment pas. « Mais ceux que je connais ne sont en rien des menaces. Je dirai même qu’ils sont protecteurs envers moi. Sans eux je ne serai peut-être plus là. Je n’ai plus de famille et peu d’amis sincères alors… J’ai confiance en ces personnes. Certaines sont dangereuses, assurément. Mais d’autres sont en recherche de rédemption et nous devons les aider à rester humaine. Nous sommes tous pareils. Nous avons tous une part d’ombre. Ils portent la leur de manière visible, c’est tout. »
AVENGEDINCHAINS

Ce discours allait sûrement hérisser le poil de Freya.
Revenir en haut Aller en bas
Freya Coleman

avatar

☩ Et Fratres Luminis ☩
Humain



You don't know me... I'm a killer
¤ AVATAR : Gal Gadot
¤ MESSAGES : 367
¤ POINTS : 67
¤ ZONE LIBRE : Freya vient d'une famille de chasseurs réputée et très croyants, leur lignée remontant jusqu'en l'an 540. Ses parents furent tués par l'un des plus puissants ennemis du Vatican : le roi vampire d'Italie. Elle est depuis la dernière descendante des Coleman.

Formée depuis son plus jeune âge chez les EFL, elle fait partie des chasseurs d'élite et a longtemps oeuvré en duo dans la chasse aux vampires. Suite à la mort de son partenaire, elle a commencé à chasser les loups en plus des vampires, jusqu'à apprendre que son ancien compagnon de chasse était en réalité devenu loup garou.

Ayant appris que le tueur de ses parents se trouve à Londres, elle a emménagé en ville, prête à tout pour retrouver ce-dernier, bien qu'ignorant encore son identité. Depuis la Saint-Patrick, elle s'est opposée à l'Alliance et cherche à blanchir le nom des EFL en traquant les responsables de l'attaque.

De nature plutôt solitaire, elle se cache derrière les combats plutôt que d'avoir à tisser des relations sociales ou exprimer ses sentiments, n'étant pas très douée pour cela. Néanmoins, elle sera toujours la première à risquer sa vie pour ses proches et protéger les humains, quels qu'ils soient. Quant aux vampires, un seul mot d'ordre : les tuer.

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/01/2018


MessageSujet: Re: La prière rapproche Jeu 19 Avr - 18:10

La prière rapproche

ft. Briseis E. Iseley - Freya Coleman



J’esquisse un sourire amusé lorsque Briseis me demande si je travaille dans un entrepôt. Etant donné que je me retrouve souvent à traquer des vampires jusqu’à des entrepôts ou des quartiers malfamés, on pourrait presque dire que c’est en quelque sorte mon lieu de travail, mais il serait peut-être plus judicieux de n’aborder que l’autre moitié de mon travail pour l’instant.

« Plutôt une galerie d’art. Il y a pas mal de visites et d’installations à faire pour l’organisation des vernissages et parfois il peut arriver qu’un petit accident se produise. »

Je ne peux rien dire lorsqu’elle m’annonce que la poutre en question m’a bien amoché l’épaule… je sais qu’elle a raison. Mais mon corps a l’habitude de cicatriser plutôt rapidement alors d’ici quelques semaines il n’en paraitra sans doute plus rien. Lorsque la jeune femme me dit qu’elle rêverait de visiter le Vatican, mon regard se perd quelques instants.

« Rome est une ville magnifique, je suis sûre que vous adoreriez. Il y a d’ailleurs un certain nombre d’églises là-bas. Mes ancêtres seraient apparemment à l’origine de l’une d’entre elles. Quant au Vatican, c’est… sublime. »

Je mets du temps à terminer ma phrase. Le Vatican est sans doute merveilleux pour tous ceux ne connaissant que la surface de l’Ice Berg et le découvrant pour la première fois. Mais lorsque l’on connait l’envers du décor, qu’on y a passé les années les plus difficiles de sa vie à y grandir en redoutant les entrainements, les nombreux coups donnés lors des combats ainsi que des corrections, notre vision peut s’en trouver quelque peu moins… magique à l’arrivée. Je suis touchée lorsque Briseis me propose de découvrir quelques endroits à Londres.

« Ce serait avec grand plaisir. Londres est encore un mystère pour moi. »

Alors comme ça elle n’est pas une grande fan de la mythologie ? Seul son père pourrait être en mesure de pouvoir répondre à sa question quant aux raisons qui lui ont poussé à choisir ce nom, et quelle qu’elle soit, je suis sûre qu’elle était mûrement réfléchie connaissant le personnage.

Notre conversation prend une tournure de plus en plus inattendue. Tout en questionnant la jeune femme sur ce qu’elle peut penser du surnaturel, j’observe son regard fuyant tandis qu’elle me répond qu’elle croit en la rédemption pour tout être… Est-elle véritablement en train de parler des mêmes êtres que ceux auxquels je fais allusion ? Il ne vaudrait mieux pas, non seulement parce que cela voudrait dire qu’elle est en danger, mais également parce que je n’ai pas la moindre idée de la manière dont je vais bien pouvoir expliquer ça au révérend ? Je laisse la jeune femme poursuivre, attendant de savoir si elle allait me donner d’autres indications qui pourront confirmer mes soupçons. Mais plus je l’écoute, et plus cela ne me fait aucun doute... Des êtres « protecteurs », des personnes de « confiance », « en recherche de rédemption » et que nous devons aider à rester... HUMAINES ! Ce mot me traverse l’échine tel un frisson d’horreur. Tant pis, je n’ai plus le choix et je dois en avoir le cœur net.

« Briseis... A quel genre de personnes faites-vous allusion ? Je vous en prie, répondez-moi. Vous ne me choquerez aucunement si vous me parlez de vampires, de loups ou de sorcières je vous le promets. »


Seigneur, faites que ce soit uniquement des sorcières et que les vampires et les loups n’aient absolument rien à voir dans cette histoire... Mis à part ces trois-là, je ne vois pas de quel autre créature en recherche de rédemption est-ce qu'elle pourrait bien parler. 
Revenir en haut Aller en bas
Briseis E. Iseley

avatar

Humaine



¤ AVATAR : Natalie Portman
¤ CRÉDITS : Babine.
¤ MESSAGES : 100
¤ POINTS : 33
¤ AGE : 29
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/01/2018


MessageSujet: Re: La prière rapproche Dim 20 Mai - 23:34


La prière rapproche
feat. Freya Coleman


Briseis essayait de faire la conversation, à la fois pour faire diversion par rapport aux soins mais également pour en apprendre plus sur cette inconnue qui venait de faire son entrée dans l’église. La question de l’entrepôt la surprit bien sûr car généralement les jeunes femmes y travaillaient rarement, du moins celles qui avaient autant de classe et aussi belle que la dénommée Freya. Freya qui lui expliqua qu’elle travaillait en réalité dans une galerie d’art. « Oh vous avez une galerie d’art ici ? » se permit-elle de demander. Briseis ne fréquentait bien évidemment pas ce genre d’endroits. Ce n’était pas vraiment son monde et elle était donc de plus en plus impressionnée. « J’imagine que cela doit arriver, surtout si les pièces que vous exposez sont lourdes… » Elle ignorait totalement de quoi elle parlait. Briseis avait bien vu des œuvres mais c’était plutôt dans les églises. Elle n’avait que peu eu l’occasion de visiter des musées, il ne lui en restait que quelques souvenirs d’enfant. Cependant, cette histoire de poutre venait bien d’un entrepôt, elle imaginait mal que Freya ait pu se blesser ainsi dans sa galerie d’art.

Elle n’envisageait donc aucunement l’option du mensonge car qui oserait pêcher dans la maison de Dieu ? La blessure n’était pas belle à voir et la dévote sauta sur la mention de Rome. Et du Vatican. Elle n’était pas de confession catholique mais l’Eglise et le Pape la fascinaient tout de même. C’était une institution ancienne, qui avait connu ses dérives mais ils avaient de belles décorations. Les églises catholiques offraient tant de choses à voir : les vitraux, les peintures, les sculptures… Pour sûr, la richesse était là. Et c’était beau. Une beauté que lui confirma Freya qui lui dépeignait cette ville millénaire. « Vos ancêtres sont à l’origine d’une église ? » Oui. Elle était de plus en plus impressionnée par la jeune femme. « Racontez-moi. A quoi est-ce que cela ressemble ? Avez-vous visité le musée et le dôme ? »

Le temps que put mettre Freya à terminer sa phrase n’interpella nullement la jeune femme qui le mit sur le compte des souvenirs qu’elle devait repasser dans son esprit. Elle ignorait tout de cette organisation secrète dans laquelle son propre père s’était engagé, l’abandonnant en réalité pour assouvir son besoin de vengeance. Laissant le temps à Freya de lui donner quelques autres détails si elle acceptait de les partager, Briseis lui proposa de lui faire visiter quelques endroits de Londres. « La ville est surtout immense et il y a énormément de choses à voir mais j’ai trois lieux que vous devriez adorer en tête ! » Et ce n’était pas n’importe lesquels ! Briseis envisageait le British Museum avec toutes ces collections de l’antiquité grecque, égyptienne mais aussi sur des peuples encore actuels avec un art bien particulier. Elle pensait également à Tate Modern et Tate Britain, exposant des tableaux. Si Freya souhaitait prendre quelques inspirations, elle y puiserait certainement quelques idées. Et elle pourrait l’emmener vers Buckingham Palace car quoi de plus anglais que la Reine et sa demeure ? La monarchie était chère au cœur de tout le peuple britannique, il était impensable de passer à côté ! Elle n’oublierait pas la traversée d’un ou deux parc car dès qu’un rayon de soleil pointait le bout de son nez, c’était le lieu où tous se retrouvaient pour partager un repas et profiter des rayons.

La mythologie n’avait pas les faveurs de la jeune femme depuis qu’elle avait appris le destin de cette femme dont elle partageait le prénom. Pourquoi le lui avoir donné ? Certes, elle n’en suivait pas le destin mais tout de même… Elle aurait préféré un prénom plus biblique et elle ne se voyait pas utiliser son deuxième prénom qui était peut-être plus difficile à porter encore !

Le malaise s’installa peu à peu, lorsque la belle Freya commença à aborder le sujet du surnaturel. Briseis changea d’attitude. Elle qui était si ouverte se referma peu à peu, consciente qu’elle pouvait bien faire face à une personne moins bien attentionnée et potentiellement qui pourrait s’en prendre à Bràn. Elle affirma donc sa Foi et le droit en la rédemption. Tout être humain devait avoir cette chance ! Elle l’avait bien donné à Bràn et le loup garou s’améliorait de jour en jour ! Il vivait dans la Loi et commençait à changer. Il devenait plus attentionné. Au début il dévalisait ses placards sans se demander si elle pouvait avoir faim. A présent il s’assurait qu’elle mange également et ne passe pas son temps à sacrifier ses portions. La mention de son prénom ramena son regard sur la jeune femme. Quel genre de personnes ? Elle ouvrit la bouche, cherchant une réponse quand elle lui mentionna directement l’existence de vampires, loups ou… Sorcières ? « Euh… » Oui, elle était un peu choquée. Généralement, ce n’était pas vraiment un sujet que l’on abordait aussi directement lors d’une première rencontre. « De… tous ? » Les sorcières existaient aussi ? Elle ignorait encore tant de choses… Bràn ne lui avait parlé que des vampires parce qu’il les détestait et devait bien savoir qu’une femme comme Briseis allait être facile à berner. « Je… Je connais un loup-garou qui… Est vraiment très gentil et qui commence à changer de façon positive. Et… Je connaissais un vampire dont je n’ai plus vraiment de nouvelles aujourd’hui mais qui se montrait également agréable. Nous discutions très souvent ensemble. Il me posait beaucoup de questions pour savoir comment traiter les siens… J’ignore s’il écoutait mes conseils mais il cherchait aussi à être plus magnanime et je n’avais pas de problèmes… Jamais. Pourquoi semblez-vous si inquiète ? » Oui, elle faisait référence à un roi vampire qui avait mystérieusement disparu. C'était certainement pour cela qu'elle n'avait jusque là eu aucun problème car qui attaquerait une humaine protégée ? Et Bràn faisait aussi parti de l'Alliance. Mais tout ceci lui était inconnu. Seule Freya mesurait réellement le danger à sa juste valeur. Briseis les voyait comme des humains comme les autres.[/color]
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: La prière rapproche

Revenir en haut Aller en bas
La prière rapproche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» petite prière
» Le malheur rapproche les gens / ZADIG & ENORA
» La prière exaucée
» Ce qui rapproche les Hommes. [PV]
» La prière du nutella

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Centre de Londres :: La City de Londres :: La cathédrale Saint Paul-
Sauter vers: