RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !




Informations Moon's Spell

Nous manquons de Sorcières, d'Initiés & d'Et fratres luminis
N'hésitez pas à rejoindre ces groupes !


Partagez|

Once upon a time | Stellan Håkansson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Decima L. Giaccherini

avatar

Chamane


En ligne

¤ AVATAR : Rose Bertram.
¤ CRÉDIT AVATAR : (c) Me.
¤ MESSAGES : 179
¤ POINTS : 28
¤ AGE : 25 ans.
¤ ZONE LIBRE :
    She is a sick woman;
    who has healed herself,
    who is cured,
    and who must shamanize;
    in order to remain cured ;
    and cure the others
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: Once upon a time | Stellan Håkansson Jeu 18 Jan - 23:38

Il était parti. Il avait osé partir. Pitoyable. On ne tournait pas le dos à Marie-Ange. Elle congédiait, mais on ne défiait pas son autorité ainsi. Tout ça pour une sorcière ? Qui n’avait eu que ce qu’elle avait mérité. Ses Terres, ses lois. La Nouvelle-Orléans était son royaume, pas le leur. Elle décidait. De ce qui pouvait se faire, ou ne pas se faire. Elle jugeait, de ce qui était bon, ou non. Et Marie-Ange avait décrété que toucher aux reliques vaudou était tabou. La sorcière avait désobéi, la sorcière avait été punie. Quoi de plus juste ? Cruelle, mais juste. La belle prêtresse se pensait être dans son bon droit. Alors pourquoi était-il parti ? Comment avait-il seulement pu… Partir ? Partir, en lui tournant le dos, à Elle. Elle ne le lui pardonnait pas. Elle ne le lui pardonnerait pas. Jamais.

Decima se réveilla en sursaut. Elle détestait ça. Des rêves étranges, qu’il lui arrivait de faire, parfois. Pourquoi, comment, elle n’en savait rien… A l’air si réaliste. Trop réaliste. Suffisamment pour la déstabiliser, et qu’elle en ressorte complètement retournée. Des rêves, semblables à des cauchemars, de plus en plus fréquents. Des scénarios, où elle occupait à la fois le rôle d’observateur, et de personnage principal. Comme s’il s’agissait d’elle, mais d’une autre à la fois.
Mais, elle n’avait pas le temps d’y penser. Et, de toute manière, elle ne voulait pas vraiment y penser. Faire l’autruche, plutôt que de se confronter à ces horreurs. Des intrigues, qui se rapprochaient plus du cauchemar que du songe paisible. C’était un hasard. Peut-être était-elle trop stressée ? Oui, elle était trop stressée. Car de là où elle était, Decima ne pouvait s’imaginer une seule seconde, un seul instant, que ce qu’elle percevait, était le fruit de ses actions, et ce dans une autre réalité, dans un lointain passé.

Elle était stressée, par son travail, par toutes ses découvertes, mais aussi par ce qu’elle ne savait pas. Des choses, elle en ignorait, énormément. Ses parents biologiques, elle n’était toujours pas arrivée à les retrouver. Pas la moindre information, rien. Ses pouvoirs ? Elle ne parvenait pas à les maîtriser. Elle était perdue. Perdue, seule, isolée. Une chamane, sans meutes, sans consoeurs. Sans consoeurs… Mais peut-être plus pour très longtemps. Car elle avait été approchée depuis peu, par quelques sorcières. Ce qui l’avait surprise, d’ailleurs. Comment avaient-elles fait pour la trouver ? Comment avaient-elles deviné ? Peut-être était-ce ça, être une sorcière digne de ce nom… Reconnaître les autres en un clin d’œil, non ? Elle n’en était pas capable, mais elles, si. Naturellement méfiante, elle restait malgré tout sur ses gardes mais… Elles n’avaient sûrement pas de mauvaises intentions. Que pourrait-on avoir contre elle, de toute manière ? Rien. Elle était une jeune femme comme les autres, avec de la magie dans les veines, certes, mais elle n’était personne pour autant. Qu’elle croyait, innocemment.

Elles lui avaient proposé de passer dans une certaine bijouterie du centre-ville. Une bijouterie haut-de-gamme, qui derrière les diamants et les colliers en or et en argent, proposait aussi divers objets magiques, des bijoux emprunts de magie, plus exactement. A la nuit tombée, elles l’y attendraient, pour lui donner quelques pistes, quelques indices, de quoi commencer à s’exercer. Un horaire de rendez-vous plutôt étrange et suspect au premier abord, mais que Decima accepta sans sourciller. Au contraire, il l’arrangeait, même. Ainsi, elle pouvait travailler, puis s’y rendre directement dans la soirée, après avoir récupéré sa petite-sœur.

« Je vais te laisser avec Erin. D’accord ? Je ne rentrerai pas trop tard, juste quelques affaires à régler et je serai de retour. » Elle n’aimait pas laisser Linda seule. Elle n’aimait pas non plus lui mentir. Mais elle ne pouvait rien dire de tout ce qu’elle expérimentait actuellement à une petite-fille, ce serait bien trop risqué. Lui parler de chamanisme, de magie, de loups et de vampires… Serait la mettre en danger. Alors elle préférait la préserver. La préserver, en gardant ça pour elle, et elle-seule. C’était d’ailleurs le problème qu’elle espérait résoudre en rencontrant ces sorcières. Pouvoir parler de toutes ces choses avec des gens qui lui ressemblaient. Qui la comprendraient. Qui ne la jugeraient pas, ne la traiteraient pas de folle. Tant d’espoirs, pauvre Decima. Alors qu’elle fonçait droit dans le mur, se jetait d’elle-même dans la gueule du loup.

A la différence que, cette fois-ci, le loup n’en était pas un. Mais un vampire. Après avoir déposé un baiser sur le front de sa petite-sœur, elle avait pris ses affaires, puis était partie. Dans sa voiture, direction l’un des quartiers les plus chics de la ville. Le genre de quartier où elle ne s’arrêtait jamais, en temps normal. Non pas qu’elle était pauvre, mais elle ne roulait pas sur l’or non plus. Elle vivait simplement, disons. Et puis, elle n’était pas très matérialiste. Les vêtements, les bijoux… Peu lui importait, tant qu’elle était heureuse, en bonne santé, et avait de quoi manger. Quelques minutes plus tard, et là voilà donc qui entrait. Dans une boutique, qui commençait à se vider. Il y avait encore quelques clients, probablement les derniers. Mais pas une trace des sorcières. A la place, Decima se retrouva face à… Un homme. Un… Vampire. Elle avait beau être une novice, nouvelle dans cet univers du surnaturel, elle les reconnaissait pratiquement toujours d’un seul coup d’œil. Les vampires, ces créatures de la nuit, à l’apparence si singulière, à l’aura particulière. Decima hésita un peu, en regardant autour d’elle. S’adresser à lui, attendre patiemment que quelqu’un arrive ou demander à un vendeur ? … S’adresser à lui. Allez savoir pourquoi, ses jambes la menèrent plutôt vers cet homme, que les autres personnes qui se trouvaient dans la pièce. Presque inconsciemment. « Excusez-moi, je suis bien à H&Co. Jewerly ? On m’a donné rendez-vous, ici. » Elle commençait à se demander si elle n’avait pas fait fausse route. Ou si ce n’était pas simplement un canular. Allez savoir, peut-être s’agissait-il même d’un piège, probablement que les sorcières avaient encore des détracteurs, qui ne rêvaient que de les envoyer au bûcher. Ah, Decima. Qui ignorait, qu’ici, c’était elle et non pas sa race qu’on rêvait de tourmenter.
Revenir en haut Aller en bas
Stellan Håkansson

avatar

Vampire



¤ AVATAR : James McAvoy
¤ CRÉDIT AVATAR : Wilhiane
¤ MESSAGES : 109
¤ POINTS : 20
¤ AGE : 35 ans / 497 ans
¤ ZONE LIBRE : FicheLiensRps
¤ GROUPE : Roi du Clan de Stockholm
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 25/11/2017


MessageSujet: Re: Once upon a time | Stellan Håkansson Sam 27 Jan - 14:46

Once upon a time


Fou. La rage aux trippes, elle montait, grondante, impitoyable. Il n’avait pas supporté. On ne faisait pas ça à Stellan, on ne faisait pas ça à ceux qui l’entouraient, à ceux qu’il désignait comme ses proches. Mais cette garce, cette sorcière l’avait tout de même fait. C’était une déclaration de guerre, un acte impardonnable. Il brûlait de l’intérieur, une colère profonde, rouge vive, qui le dévorait alors qu’il était déjà sur l’Atlantique, quittant pour toujours la Nouvelle-Orléans. Adieu Marie-Ange. Ils se reverraient en Enfer pour peu qu’il y en ait un. Mais ici, il ne reviendrait jamais. Mise derrière, sa belle maîtresse, si superbe Marie-Ange, femme dans toute sa splendeur, dans toute sa force, un souvenir au goût amer qui appartenait au passé. Il la détestait profondément, autant qu’il l’avait aimé, autant qu’il haïssait le fait de ne pouvoir rien faire d’autre que de fuir. La vengeance, il devait la ravaler, ranger les crocs qui auraient pourtant volontiers déchiqueté sa petite gorge aux délicieux reflets de caramel, calmer le fauve qui tournait en rond. Egoïste, cette sale traitresse, qui avait cru que Stellan resterait docile face à son acte. Mais Stellan il n’était pas docile, c’était un prédateur. Alors c’était terminé.

C’était il y a quelques nuits. Les sorcières les plus proches du Roi avaient ouïe la rumeur, l’avaient avalée toute crue et s’en était terminé du calme qui régnait au sein de leur groupe. On faisait courir le bruit, on le chuchotait, on peinait à y croire mais ça n’empêchait pas les langues de se délier facilement pour aller raconter la nouvelle à qui voulait bien l’entendre, chez les surnaturels du Clan de Stockholm. Mais ces paroles incessantes qui couraient sur les murs de H&Co. Jewerly agaçaient Stellan, adepte du silence, chérissant le travail dans le calme et l’ordre absolu. Il s’était irrité, exigeant de savoir ce qui animait tant les sorcières présentes ce soir là, amassées autour d’un de leurs artéfacts auquel elles ne prêtaient pas vraiment attention. Non pas que son oreille fut mauvaise. Loin de là. Mais lorsqu’il était dans son art, il était coupé de tout, coupé du monde, de la réalité et alors, silencieux les sens si habituellement aiguisés. Juste le voyage de l’esprit, le travail des doigts habiles, l’œil bien ouvert rivé comme un spot, sur les pierres et les métaux qui passaient sur son établi. « Eldupphör ! Qu’est-ce qui vous met dans un état pareil ? » Elles avaient relevées la tête, s’étant immédiatement tues, n’osant à présent plus parler. L’une d’elle finit cependant par avoir le courage d’expliquer. « C’est la rumeur, mon Roi. Elle dit que Marie-Ange est revenue… Réincarnée. Et qu’elle est à Londres. » Stellan n’eut pas de réaction. D’abord incertain d’avoir compris. Mais comme le sensoriel ne pouvait pas le tromper, il n’y décerna aucun mensonge ni rien qui eut pu bafouer les paroles. Il passa un regard stoïque et fermé sur ses collaboratrices. « Et ce n’est que maintenant que vous me le dîtes ? » qu’il lâcha finalement, la mâchoire serrée, sentant que la mer s’agitait comme elle ne l’avait pas fait depuis si longtemps. « Nous n’étions pas sûre. Ce sont des rumeurs, nous ne voulions pas vous… » « Menez des recherches immédiates. Faites passer le mot aux membres du Clan qui sont à Londres. Qu’ils la trouvent et qu’ils la surveillent. Beaucoup voudront se venger je suppose. Il n’y a pas de doute… Je ne laisserai pas ma place. En aucun cas. Ce sera ma vengeance. » Ses mots étaient tombés, impératifs, presque grondants. Elles avaient acquiescées en cœur et l’une d’elle s’en alla exécuter ses volontés. Mais sur les lèvres de Stellan, ce fut un sourire, triomphant, inespérément satisfait, qui passa ; alors que dans son œil de cobalt, s’allumait une lueur terrible. Ce moment qu’il n’avait pas cru possible… Peut-être… Peut-être qu’il venait enfin.

Il n’avait rien lâché. Ses employés, collaborateurs, hommes de mains, proches… Ils avaient cherché, discrètement. Et ils lui avaient rapidement donné la description d’une jeune femme métissée, adorable, innocente, la crinière blonde… et flic. Mais paumée. Seule, vivant avec une enfant qu’elle avait adoptée, une belle enfant comme l’avait été sa petite Freja, rayonnante et pure… Marie-Ange était Decima Giaccherini, et Decima n’avait aucune expérience en magie. Amusant quand il y pensait, ironique… Délicieusement ironique. La réincarnation avait ses caprices et une bonne dose de sarcasme. Enfin, tant mieux. Qu’elle ne sache rien, qu’elle soit seule… C’était le profil idéal. Stellan ramassait beaucoup d’âmes dans son cas, des vampires pour la plupart, mais les sorcières ne faisaient pas exception lorsque cela était nécessaire. Dans sa cruauté, le Roi avait bon cœur. Le seul problème dans tout ça, c’était que la vipère semblait être encore en sommeil au fond de cette petite carcasse toute fraiche. Alors il avait exigé que les consœurs de Decima l’approchent, l’attirent doucement, lui fournisse de l’aide. C’était donnant-donnant. Elles lui donneraient l’enseignement et en échange… Eh bien la douce créature n’avait pas grand-chose à faire, ci n’était d’être présente. Ce serait aussi simple que ça. Le soir qui précédait celui où les sorcières avaient donné rendez-vous à la jeune femme, l’heure était à la réflexion pour Stellan. « Nous avons repéré un petit groupe de belliqueux, ils sont après elle aussi… » déclara un des Gammas présents. Autour de l’établi principal dans l’arrière boutique de H&Co. se réunissaient le Roi, le vampire qui avait parlé, et deux sorcières, les plus estimées de Stellan. Liv était suédoise pure souche d’une quarantaine d’année, la crinière platine lui descendant dans le dos, et le teint aussi blafard que la neige des longs hivers du grand nord. Quant à la seconde, Jane était londonienne jusque dans l’âme et n’avait jamais rien vu d’autre que sa grande ville chérie. La trentaine à peine entamée, elle avait le visage plus doux et des boucles châtains qui encadraient ses traits fins traduisant son impulsivité. C’était les deux principales qui avaient fréquenté Decima ces derniers jours. « Tuez-les. Je ne veux personne en travers de ma route. » répondit-il d’une voix blanche. Jane, que l’âge rendait encore malgré tout innocente, dégageait l’hésitation face cette terrible machine vengeresse qui s’organisait, prête à être mise en marche. Stellan releva la tête sur elle, entendant sa pensée incertaine. « Tu ne fais rien de mal, Jane. Au contraire, tu vas aider cette jeune femme. Dis-toi que celle qui sommeille à l’intérieur, a tué de sang froid une de tes consœurs qui occupait exactement la même place que toi, à l’heure actuelle. Elle l’a fait parce que sa présence gênait sa petite personne. Et rien d’autre que pour cette raison. Appliquez la malédiction chaque fois qu’elle viendra, acharnez-vous, ce sera périlleux. »

Et puis finalement, ce soir était arrivé. Liv avait prévenu le Roi de l’invitation qu’elle avait faite à la jeune réincarnée, pour le reste, tout était comme d’habitude. Stellan voyait déjà les premiers clients immortels qui arrivaient, de manière plus clairsemée que les diurnes, et aussi plus discrète. H&Co. Jewerly vivait en réalité bien plus au milieu de la nuit, qu’à ces heures de creux. Il était descendu à la boutique afin de mettre en vitrine un ouvrage tout juste terminé, lorsqu’il huma le doux parfum de la sorcellerie qui s’engouffrait par la porte. Seulement, happé par le soin et soucieux de son œuvre, il ne tourna absolument pas la tête et déposa sur l’écrin blanc, le bracelet printanier, une tige d’or rose arrondie, surélevée de cinq fleurs de taille différentes, incrustées de diamants et de saphir rose. Ce ne fut qu’en entendant une voix, que Stellan se retourna finalement. S’il n’eut pas été vampire, quelques signes extérieurs l’auraient certainement trahi. Et même s’il n’avait pas déjà vu ce visage sur quelques photos, il aurait été sûr de la reconnaître… C’était bien elle, Marie-Ange glissée sous cette enveloppe, délicieuse petite créature respirant l’innocence et la jeunesse aux effluves sucrées, mortelle palpitante que les pas avaient amené jusqu’à lui ; lui qui n’était certainement pas le visage le plus accueillant de cette boutique, presque intimidant, par rapport aux vendeuses aimables, et occupé qui plus est. Mais il a fallu qu’elle vienne trouver Stellan en premier. Le moment lui paraissait pourtant étrange, une saveur bizarre qu’il avait sur le palais, peut-être celle d’un passé qui conservait malgré tout, un goût délavé aux pointes amères d’une haine qui ne s’était nullement effacée en dépit des siècles. Et comme il lisait le doute dans l’esprit de la jeune femme, il finit par sourire légèrement, une apparence plus polie qui dissimulait la réflexion amusée. « En effet, vous y êtes, répondit-il, la voix suave, affable, l’aura vampirique qui se décuplait presque sous sa volonté. Êtes-vous nouvelle cliente ? Je n’ai pas souvenir de vous avoir déjà vu ici, vous me pardonnerez je l’espère. » Impitoyable, il jouait son rôle à merveille, alors qu’il était devenu tout à fait souriant. Chose exceptionnelle en soi si l’on connaissait le phénomène, qui aurait dévisagé des pieds à la tête n’importe quelle autre personne tout à fait inappropriée au milieu dans lequel elle évoluait. Pourtant, sous ses airs irréprochablement courtois, la colère et l’impatience d’une vengeance qui commençait réellement à prendre contenance, se formaient, construisaient un plan, pièce par pièce. Il n’avait qu’une volonté, saisir ce petit cou tiède, le tenir antre ses mains prédatrices et cracher à cette garce tous ses reproches, lui faire mordre la poussière maintenant qu’il en avait les moyens. Et cette douce pensée lui donnait presque l’envie de rire, de triompher, lui qui était tout désormais, riche et puissant, Roi d’une capitale entière… Et elle, pitoyable, si petite, si insignifiante, le gibier égaré au cœur de son territoire à lui, les pattes déjà aux prises d’un piège invisible qui n’attendait que de se refermer. Ah, sa chère Marie-Ange qui n’avait rien perdu de sa beauté irradiante sous ces nouveaux traits.

L’expression de Stellan changea à la réponse de la sorcière, et il fit mine de se souvenir qu’elle était en effet, attendue. Très attendue… « Bien sûr, c’est Liv et Jane qui vous ont donné rendez-vous, n’est-ce pas ? Elles doivent être en haut, si vous voulez bien me suivre. » Stellan referma la vitrine, qu’il verrouilla d’un tour de clé avant de la mettre dans la poche de sa veste. Il conduisit la jeune femme à l’arrière. Cette partie était plus sombre, si bien que les escaliers n’étaient éclairés que par la lumière de la boutique, dont l’intensité la faisait s’étendre jusqu’ici. Il était clair que l’espace était davantage adapté aux vampires qu’aux visions diurnes. Lorsqu’il commença à monter les marches, il s’excusa d’ailleurs de ce désagrément, ne prenant pas la peine de cacher la nature de ceux qui occupaient les lieux, un détail sans doute déjà révélé par les sorcières ou qui ne tarderait pas à l’être, si Decima ne l’avait pas vu d’elle-même. « Je ne me suis pas présenté, je suis Stellan Håkansson. Ne vous étonnez pas qu’elles vous aient approchées si rapidement, peut-être vous êtes vous posée des questions face à leur impulsivité. Cependant mon Clan a l’habitude d’aider les vampires et les sorcières qui sont seuls, cela me tient à cœur. Nous avons tous à y gagner, les uns comme les autres. Vous êtes donc la bienvenue si vous êtes volontaire pour apprendre. » Il lui servit un nouveau sourire alors qu’il s’était tourné vers elle, juste devant la porte de l’atelier, qu’il ouvrit ensuite. La pièce de l’étage était relativement grande, comprenant plusieurs tables de travail en bois où ce soir, il n’y avait qu’un joaillier qui travaillait en silence. Tout était absolument ordonné, selon la dictature maniaque que le Roi imposait, les outils alignés, tandis que l’étincelant de quelques pierres capturait furtivement le regard sur un coin d’établi. Au fond, s’étendait une table plus longue, qui revêtait une apparence tout à fait différente. Elle était réservée aux sorcières et à leurs objets magiques dont quelques uns trônaient déjà, sous l’œil intrigué et concentré des deux femmes qui s’y penchaient depuis un moment déjà. Liv releva la tête en premier et accueillit Decima d’un sourire placide, tandis que Jane prit plus de temps pour comprendre ce qu’il se passait. Elle finit par poser les yeux sur elle, saluant la nouvelle venue avant de l’amener devant la table pour lui présenter la pierre qui s’y trouvait, enjouée de ce sur quoi elle travaillait. De la taille d’un poing relativement large, elle paraissait mal taillée, sombre, teintée de légers reflets violacés. Le minéral dégageait quelque chose d’étrange, presque lourd aux limites du malsain. Jane était nerveuse, déblatérant des mensonges sur ce qui était en réalité, le début de la descente aux enfers pour Decima. Les fragrances invisibles de cet objet maudit avaient été criblées de sorts, de manipulations, des jours durant, pour s’immiscer dans le seul esprit qui lui était finalement destiné. Celui de Marie-Ange. Et la porteuse de cette réincarnation put sentir comme un léger malaise, quelque chose d’infime et de vicieux, lui glisser au creux de l’âme. Stellan - qui observait la scène de manière stoïque et concentrée - songea que tout fonctionnait comme prévu, avant de reprendre son rôle et de s’approcher des trois femmes. « Ralentis la cadence, Jane, tu perds ton apprentie et tu l’assommes plus qu’autre chose. » L’anglaise sourit légèrement, se taisant avant de s’excuser auprès de Decima. « Navrée, je suis nerveuse, c’est la première fois que j’ai l’occasion d’enseigner à une consœur. » Et le vampire fronça légèrement le sourcil, ayant noté le changement qui s’était opéré en la jeune chamane… Naturellement…   « Est-ce que tout va bien ? » demanda-t-il, mettant dans sa voix, une réelle inquiétude, tandis que l’esprit séculaire jubilait dans un silence absolu.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Decima L. Giaccherini

avatar

Chamane


En ligne

¤ AVATAR : Rose Bertram.
¤ CRÉDIT AVATAR : (c) Me.
¤ MESSAGES : 179
¤ POINTS : 28
¤ AGE : 25 ans.
¤ ZONE LIBRE :
    She is a sick woman;
    who has healed herself,
    who is cured,
    and who must shamanize;
    in order to remain cured ;
    and cure the others
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: Re: Once upon a time | Stellan Håkansson Lun 29 Jan - 1:10

Decima. Decima Lily-Jeanne Giaccherini. Sous laquelle se cachait Marie-Ange Laveau. Une petite fille, sans racines. Abandonnée à la naissance, ballottée entre les orphelinats et la rue, jusqu’à finalement être recueillie par Aldo Giaccherini. Un univers malsain, mafieux, qu’elle finit par fuir à ses quinze ans, avec l’une de ses petites sœurs adoptives. Aujourd’hui flic, vivant seule, plus ou moins isolée, perdue avec sa magie mais… Ayant finalement un quotidien plutôt banal, si on en sortait le chamanisme et toutes les créatures surnaturelles qui commençaient à graviter autour d’elle. Decima ne se doutait de rien, ne se rendait compte de rien. Elle n’était qu’une jeune femme parmi tant d’autres, elle était madame tout le monde. Qu’on puisse s’intéresser à elle pour des raisons autres que… Celles pour lesquelles on s’intéresserait à n’importe quelle chamane ne lui traversait pas l’esprit. Elle était madame tout le monde. Alors bien qu’elle était méfiante, plus par nature que par réelle suspicion de quoi que ce soit… Elle était finalement venue, d'elle-même, se jeter dans la gueule du loup. Attirée par le soutien qu’on lui faisait miroiter, comme on attirerait une brebis égarée en lui promettant un troupeau. Elle connaissait peu de sorcières, elle ne maîtrisait pas sa magie… Tout ce qu’elle voulait, tout ce à quoi elle aspirait, c’était apprendre. Apprendre, et pourquoi pas, trouver une communauté. Des gens, comme elle. Pendant des années, la Giaccherini s’était sentie différente, s’était même crue folle, avait été traitée de folle, comme lorsqu’on l’accusait de parler seule, alors qu’elle s’adressait en réalité à des esprits. Comme lorsqu'on l'accusait de raconter des sottises, alors qu'elle jurait entendre les murmures de chaque être vivant, chaque animal, chaque plante. Elles étaient comme elle. Probablement que le commun des mortels les jugeait de la même manière qu’elle. Peut-être avaient-elles traversé des épreuves similaires aux siennes ? Elles… Allaient la comprendre, à la différence de la majorité de ceux qui avaient croisé sa route, pour le moment. Tant d’attentes, teintées d’espoir, et qui, tôt ou tard, allaient finir par s’écrouler, comme un soufflet.

Pour une raison qu’elle-même ignorait, Decima s’était naturellement dirigée vers un homme, en particulier. Un vampire. Comme elle l’aurait fait en allant vers un visage familier… Alors qu’il était pourtant de dos. Une intuition, qu’elle aurait probablement mieux fait de ne pas suivre. Un vampire. Son premier guide, dans cette boutique. Qui, finalement, allait la mener à sa perte, plutôt qu’au salut auquel elle s’attendait. « Nouvelle cliente ? Non, je suis là simplement… Parce qu’on m’a donné rendez-vous. » Elle était un peu mal à l’aise, pour le coup. Et si elle s’était trompée ? Et si on ne lui avait rien dit ? Et si… Les sorcières avaient souhaité garder cette entrevue secrète ? Elle ne voulait pas leur attirer d’ennuis. Elle ne voulait pas mal faire. Decima voulait toujours bien faire. Puis, le vampire sembla se rappeler de quelque chose. Liv et Jane… Parfait, il était au courant. Elle ne s’était pas trompée, elle avait frappé à la bonne porte. Elle n’avait plus qu’à le suivre. Poliment, Decima lui offrit son plus beau sourire, avant de s’exécuter, lui emboîtant le pas. Ce n’était pas très facile, de grimper les marches les unes après les autres, en les apercevant à peine. Pour autant, hors de question de se plaindre. Elle ne voulait pas donner l’image d’une jeune femme capricieuse, elle ne voulait pas causer de remous, en fait. Elle était venue ici avec de bonnes attentions, un peu sceptique mais globalement touchée par le temps que ces sorcières voulaient lui consacrer, et ce sans rien attendre en retour. N’était-ce pas un incroyable geste de générosité ? Dont Decima voulait se montrer digne. « Merci beaucoup. Je ne pensais pas que vampires et sorciers pouvaient s’entendre aussi bien et surtout s’aider les uns les autres. Dans mon métier, j’ai plutôt l’habitude de voir des massacres en tous genres alors… Je suis plus que ravie de constater que le contraire existe aussi. » Elle lui sourit à son tour, avant d’ajouter. « Ah, et je ne me suis pas présentée. Decima Giaccherini. »

Comme s’il ignorait son nom. Alors que le vampire en connaissait plus sur elle que ce qu’elle savait d’elle-même. Garde baissée, la jeune femme s’aventura dans l’atelier, regardant autour d’elle. Les sorcières étaient sympathiques, ce vampire était incroyablement charmant, et les lieux étaient calmes, apaisants. Qu’y avait-il à craindre ? Rien. Il n’y avait rien à craindre. C’est totalement détendue que la jeune sorcière s’avança vers la table où se trouvaient ses consœurs, n’ayant toujours pas perdu son sourire. Pour le moment.

Liv la salua d’un sourire, alors que la plus jeune venait vers elle. Mais rapidement, le sourire de Decima se fana. Et son attention abandonna la sorcière pour se concentrer uniquement sur… La pierre. Cette pierre. Une drôle de pierre, qui la mettait étrangement mal à l’aise. Son visage se crispa, alors qu’elle se raidissait un peu. Et qu’elle ne la quittait plus des yeux, malgré ses efforts pour essayer d’écouter Jane qui ne cessait de lui parler. A quoi bon ? Son esprit était happé par l'objet. Son cœur battait plus vite, et probablement qu’elle peinait à cacher son malaise. Elle ne prit pas même la peine de répondre quoi que ce soit à ce qu’elle disait, restant là, stoïque, à fixer la pierre. Si tout allait bien ? Non, rien n’allait, plus rien n’allait bien. Au point qu’un coup de vent violent vienne faire valser la pierre à l’autre bout de la pièce, faisant sursauter Decima au passage. « Merde. Désolée. Je… Crois que c’est moi. Pardon. Je ne l'ai pas fait exprès. » Elle revenait enfin à elle-même, alors que l’objet de tous ses maux avaient été projeté, au loin. Une réaction intuitive, provoquée malgré elle, par ses pouvoirs qui réagissait probablement à son sentiment d’insécurité soudain. Comme si sa magie avait saisi le danger, à défaut de s'en apercevoir elle-même

« Je suis désolée. Je me suis juste sentie un peu bizarre et… Ca doit être la fatigue. » Elle força un sourire, autant aux sorcières qu’au vampire, vers lequel elle s’était tournée. Mais cette fois-ci, son regard s’attarda un peu plus longtemps sur lui. C’était étrange. Vraiment étrange. Pourquoi… Avait-elle cette drôle d’impression de… De confusion qu’elle était tout simplement incapable d’expliquer ou de décrire ? Ses pensées s’embuaient, son esprit aussi. Et… Elle peinait à discerner le vrai du faux, le réel de l’irréel… « Stellan Håkansson… C’est étrange, j’ai l’impression de vous avoir déjà vu auparavant. » Elle le fixait. Longuement. En oubliant les sorcières pendant quelques instants. Etrange. Suffisamment pour que son cœur continue à bondir sans arrêt dans sa poitrine. Il lui rappelait quelqu’un. Elle ne savait pas qui. Mais quelqu’un. Ou quelque chose. Peut-être s’étaient-ils déjà croisés ? « Pardon. C’est malpoli, de dévisager les gens. Je crois que je suis un peu fatiguée. Je… Je devrais peut-être rentrer me reposer et revenir un autre jour. » Elle rit un peu, nerveusement, alors qu’elle passait sa main dans ses cheveux. Bon sang. Toute sa bonne volonté, toute sa motivation avaient été mis à mal à la simple vue de cette pierre. Pour une raison qu’elle ignorait totalement. Et son bien-être s’était envolé. Elle avait l’impression d’être dans un état second, de ne plus être elle-même, de ne dire que des bêtises, de ne commettre que des erreurs et… Et elle était totalement perdue, sans comprendre ni pourquoi, ni même comment. Elle ne comprenait plus rien. Ignorant totalement que ce n’était là que le début, que la magie ne faisait que dévoiler ses premiers effets.
Revenir en haut Aller en bas
Stellan Håkansson

avatar

Vampire



¤ AVATAR : James McAvoy
¤ CRÉDIT AVATAR : Wilhiane
¤ MESSAGES : 109
¤ POINTS : 20
¤ AGE : 35 ans / 497 ans
¤ ZONE LIBRE : FicheLiensRps
¤ GROUPE : Roi du Clan de Stockholm
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 25/11/2017


MessageSujet: Re: Once upon a time | Stellan Håkansson Mar 13 Fév - 23:00

Once upon a time



Stellan entendait, ça criait dans sa jolie petite tête blonde, le malaise… La pierre s’éjecta entre eux deux et alla loin, roulant sur le sol dans un résonnement qui heurta l’ouïe sensible plus que de coutume, avec ce sort qu’elle transpirait et qui n’arrangeait rien. C’était sans effet pour les autres mais toujours un peu dérangeant… Pourtant Decima avait spontanément utilisé sa magie, ce qui était d’un point de vue, technique, une certaine avancée. Ses yeux s’allumèrent un peu plus, signe qu’elle revenait alors que des excuses se confondaient sur ses lèvres incertaines. « Cela ne fait rien, c’est une réaction normale face à l’inconnu, » dit-il simplement, appuyant très légèrement son dernier mot, donnant un mince sourire sur la lippe, tandis que Jane alla ramasser l’objet maudit avec hésitation. Elle prit cependant soin de ne pas le remettre près de Decima qui continuait, cherchant une raison dans ses mots qui se précipitaient à sortir. Oui la fatigue, certainement la fatigue… Mais d’autant qu’on sache, la fatigue essoufflait la magie, elle ne l’accélérait pas… Sauf en cas de danger imminent. Et c’était cela qu’elle avait senti au fond d’elle, cette sensation muette, souffle infime, le premier et certainement pas le dernier. Pauvre petite sorcière qui allait connaître la tempête peu à peu… Bon sang, Stellan aurait presque un léger remord à faire cela sur une telle enveloppe d’innocence… Si elle ne renfermait la pire des vipères. Il ne prit d’ailleurs pas la peine de répondre une seconde fois, de proférer d’inutiles paroles qui diraient que tout allait bien, que c’était sans importance, blablabla… La jeune sorcière était déjà tournée vers lui, lui qui sentait le changement s’opérer à l’intérieur, l’esprit tanguer au gré du vent instable, mouvement léger et fluide dont il ne s’aveugla pas sur l’éventuelle immédiateté de l’effet. Et pourtant il avait l’impatience collée aux nerfs qui se rongeaient d'eux-mêmes, le secouant de l’intérieur... La faire sortir, cette endormie, l’extirper d’ici et l'expulser de sa minable et nouvelle carcasse.

Elle le dévisageait… Pendant une fraction de seconde, oui - peut-être un instant si court qu’il avait eu l’impression de le rêver - ce fut son expression, là, dans ses orbes claires qui nuançaient une lueur particulière. L’œil acéré la capturait, tandis qu’il fit un pas vers elle, jouant l’inquiété plutôt que de lui bondir dessus pour la secouer et espérer en ressortir d’autres de ses éclats de conscience, hurler son nom et sa haine, vengeance glaçante qu’il fallait pourtant maintenir… Maintenir encore, parce que ce n’était pas le moment… Non, non pas le moment. Pas encore… Pas encore… Et pourtant son nom qu’elle prononçait, elle le fit sans défaut, la consonance suédoise exacte sur un patronyme qui n’était pas forcément évident à retenir, mais qu’elle avait en mémoire malgré tout, comme si cela avait pu être étonnant. Déjà vu… Tu n’as pas idée… Il la dévisagea à son tour, fit mine de réfléchir, de ne pas avoir la réponse. Durant cet instant, ils auraient pu être seuls, cela n’aurait rien changé. De toute façon, ils l’étaient déjà malgré tout. « Je n’en ai pas souvenir… » Mais ses mots restèrent en suspend, tandis qu’il regardait, stoïque, l’œil en face qui cherchait et le palpitant qui s’accélérait, douce mélodie à l’oreille du vampire. L’air fut embaumé de la vitae qui circulait avec plus d’entrain, un quelque chose de délicieux qu’il aurait apprécié en d’autres circonstances. Pourtant Stellan était happé à identifier les changements, les nuances qui auraient pu apparaître, pour encore, capturer un peu de Marie-Ange qui semblait s’éveiller furtivement. En face, l’encéphale humain était sonné, tâtonnant, incapable de mettre le doigt sur ce que ces traits pouvait lui inspirer. Mais sentant que cela était terminé pour l’instant, Stellan abandonna, détachant le regard une seconde pour revenir sur celui qui se perdait dans la confusion et s’excusait de nouveau. Et elle riait aussi. Pas comme Marie-Ange. Parce qu’elle n’était jamais nerveuse. « Il n’y a pas de mal, il est possible que toutes les capacités de cette petite chose ne soient pas encore cernées, dit-il en amenant une chaise à Decima, l’invitant à s’assoir d’un geste aimable. Je suis navré mais je ne peux pas vous laisser repartir immédiatement, étant donné votre état. Attendez quelques minutes au moins, que l’on s’assure que cela ne revienne pas. » Enfin il releva la tête sur les sorcières qui semblaient avoir pris racine à leur place, ne sachant pas trop quoi faire, Liv plus calme que Jane. Il fit mine de s’inquiéter de ce qu’était cette pierre auprès d’elles, et la suédoise rentra dans son jeu, assurant que ce n’était pas grave, qu’elle allait préparer de quoi se sentir mieux pour la jeune sorcière au cas où. Elle emporta Jane pour qu’elle l’aide et elles disparurent derrière la porte si vite, que c’était dur de suivre. Puis le silence tomba. Inévitablement.

Stellan était surtout occupé à garder son calme, à ne pas changer ses plans pour quelque chose de plus brusque et trop risqué. Patience. Il posa son regard sur la pierre qui était mise loin de Decima, considérant l’objet muettement avant de revenir sur elle pour écouter. L’assurance avait dérapé, glissé pour se rétamer sur l’incertain, une chute déstabilisante qui secouait encore. L’Immortel prit une autre chaise pour venir à peu près en face d’elle, et s’y assoir. « C’est le stress, il n’y a pas à s’en faire, essayez de respirer plus calmement. » Bon sang Stellan, on dirait ce vieux grincheux de Ian et ses techniques médicinales à la con… Il lui fit un léger sourire afin de paraître moins sévère, ayant conscience que cela pouvait être frappant. Et comme il se perdait un peu dans ses limbes qui s’agitaient, il n’avait pas été sûr de paraître vraiment aimable ces dernières secondes. « Dure journée peut-être ? Et puis tout ça, ça fait sans doute beaucoup pour un début, si vous n’avez jamais eu d’occasion comme celle-ci. Connaissez-vous un peu votre magie, ou l’étendue de vos capacités ? » Parle-moi Marie… Viens me regarder en face, traitresse. Durant un court instant, il lui aurait presque collé l’image de la pauvre sorcière qu’elle avait froidement assassinée à l’époque, dans son petit crâne en ébullition… Lui faire remonter des souvenirs, la mettre face à son crime. Pas par question de morale, ciel non. Mais parce qu’elle l’avait défié, lui, et que cet acte lui était resté en travers de la gorge. Pour l’avoir sous-estimé, voire pas du tout estimé, à l’instant où elle a commis l’irréparable. Juste un instant, une furtive seconde, montre-moi tes yeux et ta pauvre âme décharnée.

Stellan chassa la pensée inconfortable, réprimant encore la colère… « Vous m’en voyez désolé, en tout cas, j’ose pourtant espérer que cela ne va pas vous freiner dans votre apprentissage. Cependant vous ne paraissez pas être quelqu’un qui baisse facilement les bras. » Nouveau sourire. Plus affirmé mais volontairement inidentifiable dans sa nature. Il avait ouïe les sorcières qui revenaient, et à présent elles montaient les marches. Cinq secondes après, elles entraient de nouveau dans l’atelier après avoir frappé légèrement. Jane tenait une tasse avec un mélange de plantes dont les sorcières avaient le secret, et elle vint l’apporter à Decima en renouvelant des excuses. Durant ce temps, Liv avait reprit la pierre dans sa main. Mais pour aller l’enfermer dans sa boîte d’origine, elle dût passer devant la jeune chamane, ce qu’elle fit avec empressement. Le coup le plus dur était donné pour ce soir, donc ramener la pierre près d’elle n’aurait pas grand effet de toute façon. Inutile de s’acharner plusieurs fois de suite également, sinon il se pourrait que la demoiselle fuit définitivement. Et cela serait… contrariant. Au bout de quelques minutes la potion sembla faire effet et la jeune sorcière avait meilleure mine, bien que son esprit ne sembla pas très apaisé. Et ce n’est pas terminé… Lorsqu’elle le décida - et puisque Stellan avait insisté auprès de ses sorcières pour qu’elles reportent leur séance dans un avenir proche - Decima put repartir. Le suédois la raccompagna comme il en était coutumier, traversant la boutique près d’elle, saluant deux clients Immortels qui étaient là, avant d’aller ouvrir la porte. « Liv reviendra vers vous très vite, si cet incident déplorable ne vous a pas trop brusquée. Je ne suis pas un expert, loin de là, mais je pense que vous avez du potentiel, mademoiselle Giaccherini. » Elle aussi en avait. Stellan lui sourit poliment, affable dans cette manière qu'il avait. « Je vous souhaite une bonne nuit, et à bientôt, je l’espère. »

[…]

Une heure s’était écoulée lorsqu’il remonta à l’atelier. Il avait été occupé avec les clients - des habitués -, et bien que l’humeur n’y était absolument pas, Stellan avait des obligations qui subsistaient en toutes circonstances. La porte de l’étage enfin fermée derrière lui, il inspira un coup, cet air sans utilité qui lui glissa à l’intérieur des poumons morts et froids. Jane esquissa un regard furtif vers lui tandis qu’elle était penchée sur la boîte close, avec Liv, occupée à marmonner des choses insignifiantes. Le Roi finit par décoller de la porte et s’avança vers elle, le sourcil froncé, songeur. « C’est un bon début, les filles. Renouvelez ça, mais plus discrètement. Peut-être dans un objet de la boutique, quelque chose qu’elle croisera la prochaine fois mais qu’elle n’identifiera pas… Non, pas dès la seconde entrevue… Ne faites rien pour la prochaine fois… médita-il à haute voix. Pas juste après, plus tard… Faites en sorte de mettre ce sort dans d’autres artéfacts, que cela soit invisible, surpassez-vous. Un usage unique à chaque fois. Peut-il agir à retardement ? Pourrait-il ? » La réflexion de l’Immortel tournait à plein régime, haletante, là-haut, alors qu’elle était en pleine course. Les sorcières étudièrent la proposition avant que Liv ne suppose que cela soit faisable, mais avec beaucoup de travail. Stellan acquiesça automatiquement, le regard planté dans un vide infini, les projets de vengeance se dessinant dans les reflets de cobalt aux lueurs sauvages. Cela ne fait rien… Le principal est que ça fonctionne… Après une minute entière de silence, il releva la tête. « Donnez-lui un autre rendez-vous. Dès qu’elle pourra. Et d’ici là, travaillez là-dessus, c’est votre priorité. »

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Once upon a time | Stellan Håkansson

Revenir en haut Aller en bas
Once upon a time | Stellan Håkansson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» la Crazy Time recrute!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Nord de la Tamise :: L'Ouest :: Piccadilly Circus :: H & Co. Jewerly-
Sauter vers: