RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !




Informations Moon's Spell

Nous manquons de Sorcières, d'Initiés & d'Et fratres luminis
N'hésitez pas à rejoindre ces groupes !


Partagez|

« Like fuel to Fire, like salt on my Wounds. » — ft Stellan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lysander A. Låndström

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Sarah 'Gorgeous' Paulson
¤ CRÉDIT AVATAR : @faust @SWAN & more
¤ MESSAGES : 68
¤ POINTS : 10
¤ AGE : La quarantaine à peine entamée aux yeux du monde, 207 longues années depuis qu'elle n'a plus vu la lumière du jour.
¤ ZONE LIBRE : () — Présentation
() — Liens

☾ Disponibilités RP : Liam ; Aslinn ; Nehuen ; Stellan — 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/12/2017


MessageSujet: « Like fuel to Fire, like salt on my Wounds. » — ft Stellan Mer 17 Jan - 17:37

Stellan
&
Lysander
« Like fuel to Fire, like salt on my Wounds. »
Elle ne connaissait pas tout à fait le chemin qui la conduirait au Tate, ce soir, mais elle n’en avait que faire. Pour une fois qu’elle découchait, Lysander n’allait pas se plaindre. Avant l’aube, elle s’était rendue chez son assistant, Gary. Pour un verre, pour changer de cadre et pour parler, surtout. Pour parler de l’exposition, de la réussite de celle-ci et de Liam. Surtout de Liam. Lysander avait – comme le disent les mortels - besoin de vider son sac, après tout. Elle avait passé la journée à dormir chez lui, se sentant parfaitement en sécurité alors que lui, humain bien rangé dans ses horaires, avait du partir travailler. Au crépuscule suivant, alors, ce fut à son tour de se ‘lever’ pour se rendre au musée ; y travailler la nuit ne changeait pas la charge de travail qu’elle devait – plus ou moins – fournir, mais elle pouvait au moins jouir de la tranquillité des lieux… Et, alors qu’elle atteignait bientôt le vaste bâtiment, elle crut voir quelque chose, du coin de l’œil ; un reflet vif dans une vitre, un mouvement brusque derrière elle et la pression, la sensation de froid collée contre sa peau déjà fraiche.

Elle aurait pu rire. Elle aurait pu avoir l’audace de lui rire au visage et de se moquer de son allure… Et pourtant elle n’en fit rien, pour ne prendre aucun risque. Vivre la nuit avait ses avantages et, comme dans n’importe quelle ville, certains inconvénients. Mais, si jusque là Lysander n’avait jamais eu à se plaindre de la Londres nocturne, c’était ce soir la première fois qu’elle avait affaire à un homme à demi saoul et qui pointait ce qui lui semblait être un couteau, contre le creux de son cou. « Be a good girl et give me your cellphone and your money… » - sa respiration fétide se perdait contre la peau diaphane de la Suédoise, qui, dans un effort surhumain, du se retenir de grimacer – « You’re too pretty to wreck, bitch but don’t try anything. » Il eut un rire lubrique, gras et parfaitement immonde qui força Lysander à ne pas frissonner d’horreur. Quelle ironie de se sentir si mal à l’aise auprès de ceux qu’elle pouvait presque considérer comme son garde-manger. Figée et refusant de faire le moindre mouvement, la blonde regardait l’anglais lui faire face, un sourire graveleux. « Look at you, pretty bitch. I may enjoy fuc____ » Ce fut le mot, la menace de trop et déjà le Vampire s’était littéralement jeté sur l’homme, l’entrainant dans une ruelle longeant le Tate et où elle savait que personne – ou presque – ne passait, en cette heure tardive. Etonné, le délinquant cligna des yeux un instant alors qu’on venait de le jeter contre un mur. « Wha___ » Là encore, il n’eut pas le temps de finir sa phrase ; Lysander lui avait asséné un coup au visage, assez fort pour le faire taire mais pas assez pour lui faire trop mal. Les rôles s’inversaient. « Turning tables… » Cette fois-ci, ce fut au tour de l’immortelle de sourire. Sourire fou, sourire affamé, Lysander savait qu’elle pouvait faire peur, sans même avoir à montrer ses crocs. La main fermement appuyée contre la gorge du mortel, elle prit plaisir à voir la peur inonder ses prunelles voilées par l’alcool. Et elle aurait pu continuer, lui donner une bonne leçon mais elle n’avait pas que ça à faire. Pas ce soir. Sortant finalement l’émail immaculé d’entre ses lippes, la Suédoise grognait presque, maintenant, crachant au visage de l’insouciant. Et là aussi, elle aurait pu rire…

Nul doute qu’il n’avait jamais vu personne de la trempe de la Låndström, celui-là : se yeux roulèrent dans leurs cavités, ne montrant bientôt plus que leur blanc alors qu’il glissait doucement contre le mur. Lysander pouvait sentir sans peine la différence de poids mais elle n’eut aucun mal à le retenir un instant, avant de se décider à le laisser tomber au sol. Et, alors qu’elle rebroussait chemin, elle se concentra sur l’odeur, cette odeur qui avait envahi la ruelle. Elle pouvait la reconnaître, déjà, parce qu’il s’agissait d’un semblable… Mais il y avait autre chose, quelque chose dans ce parfum, qui trouva résonnance en elle. L’amusement disparut, bien vite remplacé par une vague de panique. Elle ne craignait pas pour sa vie, non, mais cette odeur, elle pouvait la reconnaître pour l’avoir sentie si souvent, par le passé. « Stellan. » Crocs ‘rangés’, pupilles contractées, elle fit volte-face, cherchant dans les ombres de la ruelle. Elle espérait avoir rêvé, fantasmé cette odeur, mais c’était impossible. « Och för att säga att jag aldrig trodde att vi skulle se varandra igen...» Sa langue natale glissait contre sa langue et Lysander se rendit compte, pour la première fois depuis qu’elle avait quitté ses terres, que cela lui manquait terriblement, de le plus la parler.  

CODAGE PAR AMIANTE


Traduction:
 
Revenir en haut Aller en bas
Stellan Håkansson

avatar

Vampire



¤ AVATAR : James McAvoy
¤ CRÉDIT AVATAR : Wilhiane
¤ MESSAGES : 109
¤ POINTS : 20
¤ AGE : 35 ans / 497 ans
¤ ZONE LIBRE : FicheLiensRps
¤ GROUPE : Roi du Clan de Stockholm
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 25/11/2017


MessageSujet: Re: « Like fuel to Fire, like salt on my Wounds. » — ft Stellan Ven 26 Jan - 10:58

Like fuel to Fire, like salt on my Wounds



Ce soir, l’instabilité avait penché du mauvais côté. Ce soir, la patience professionnelle s’était envolée, dérobée comme la libertine qu’elle était, loin des murs de l’atelier de H&Co. arrachant finalement, Stellan, à son travail. Contrarié. Les jambes avant la raison, l’avaient amené bien vite au dehors. Là il avait respiré l’air inutile, l’air froid auquel il était insensible, écoutant Londres qui palpitait, qui criait des vapeurs nocturnes échauffées par les derniers mortels qui passaient dans ses rues. Il écoutait à présent, dissimulé dans le coin d’une ombre épaisse, appuyé contre le mur arrière de la boutique. D’ici il entendait encore les respirations des clients, les paroles des vendeuses ou les pensées qui embaumaient leurs crânes en réflexion. Il poussa un soupir énervé, presque grondant, et se décolla de la bâtisse pour s’en aller plus loin, fuyant l’agitation de Piccadilly qui remuait dans son sensoriel de manière trop incommodante. L’Immortel passa comme un songe dans plusieurs rues, jusqu’à ce que la fréquentation déjà clairsemée, termine de disparaître. Il avait filé sans réfléchir, obnubilé par une seule chose. Le sang. Boire, plus qu’il n’en avait besoin, juste pour le plaisir, pour se vider la tête, chercher l’impulsion artistique, redonner le carburant à son cerveau en furie qui déraillait dès l’inspiration envolée. Alors partout où il tournait la tête, les yeux dont le cobalt luisait d’un éclat sauvage, ne voyait que les veines, l’élixir carmin qui s’y déversait, palpitant, délicieux… Pas la carcasse autour, pas la chair ni les visages qu’ils avaient.

Dans ces sales quartiers où il avait finalement accosté, Stellan ne mit pas longtemps à trouver sa proie… Ses proies. Il percevait des gémissements que l’ouïe capturait aisément, des soupirs, qui des fois se transformaient d’avantage en grognements. Immonde. La raclure sociétale qui copulait salement jusqu’à en user les murs sales… La silhouette du vampire se fondit dans le noir de la nuit qu’aucun éclairage n’entravait ici, ou si peu. Et lorsqu’il arriva à l’endroit où ils se trouvaient, il n’attendit pas plus longtemps. Il fallait mettre fin à ce massacre, au plus vite. Stellan fut une flèche d’acier, rapide et précise, qui fendit l’air pour aller tuer. Il écarta le saoulard qui vola et se fracassa contre le mur, chose insignifiante, brisée et morte avant d’avoir pu dire un traitre mot. Le corps tomba. Sans vie. La pute considérait la scène, terrifiée, muette, la bouche grande ouverte, incapable de se refroquer tellement elle tremblait. Elle était si collée au béton qu’elle aurait put fusionner avec. « Please… Please… What are you… ? » qu’elle suppliait, bredouillante, s’emmêlant. Mais Stellan, il restait stoïque, prédateur, assoiffé. Il ne voyait que la jugulaire où le carmin s’y excitait, pulsant si joliment sous la peau délicate. Le vampire s’approcha, les yeux rivés sur cette gorge qui semblait si tendre. Elle commençait à couiner sous la peur, chialant, mi hystérique, mi étouffée. Alors la mortelle s’écarta enfin, commença à esquisser quelques pas chancelants. Stellan marcha lentement derrière elle, amusé de la situation qu’il goûtait avec un air profondément cruel et satisfait. Elle se retournait trop souvent, elle ne vit pas le corps qui gisait, pantalon encore baissé sur les cuisses. Alors elle s’étala. Et ça arracha un rire au Roi, un rire caverneux, maléfique, qui mourut rapidement. Il s’était jeté sur elle, l’avait écarté du type mort pour l’envoyer plus loin, l’accompagnant dans son furtif envol, il atterrit sans douceur contre elle qui hoqueta sous le choc. « No, please, no… Don’t… » Ses mots s’étouffèrent dans un gargouillis. Sourd, Stellan avait déjà planté l’ivoire acéré dans la chair qu’il déchira comme un papier fin. Et il but. Avidement. Goulument. Chaque gorgée était une extase dont le prédateur s’emparait, un grondement qui résonnait quelques fois dans sa gueule déployée. Le corps ne lutta plus longtemps, et bientôt, il était mort. Il tomba, inerte, s’écrasant aux pieds de Stellan qui n’y prêta absolument pas attention, sortant déjà son portable pour appeler ses nettoyeurs. Il leur indiqua l’endroit et raccrocha sans plus de formules.

Il ne perdit pas de temps pour lisser sa chemise, tic ultra-maniaque qui se fit naturellement, sans qu’il ne s’en rende vraiment compte. Puis il quitta la scène de crime d’un pas plus tranquille que celui qui l’avait amené ici. Lorsqu’il remonta une autre rue, il ne fallut pas longtemps pour entendre… C’était un autre. Ses pas l’y menèrent en silence, voulant se glisser parmi les songes et les spectres que dessinaient l’obscur de la nuit. Stellan s’y mêla, suivit de loin, puis un peu plus près… Il n’en crut pas ses yeux durant une fraction de seconde. La silhouette élancée qui déambulait dans cette rue, le doré de la chevelure toujours impeccablement mise, et la démarche, il ne la connaissait que trop bien. Il resta à la considérer jusqu’à ce qu’il sente le changement émotionnel qui s’opérait. Ça y était, elle l’avait reconnu. Et son nom s’échappa de ses lèvres. Fantôme qu’elle était devenue après s’être dérobée du jour au lendemain de leur Suède commune, il y avait plusieurs vies de cela, réapparaissait dans les rues de Londres par un hasard qui devait les réunir en cette nuit. Il grimaça silencieusement, un léger spasme sur la lippe rouge qui la tira lorsqu’il écouta ses paroles murmurées, tandis que les prunelles d’encre de l’Immortelle le cherchaient encore, glissant aux creux des ombres qui l’engloutissaient. Et puis enfin, il fit un pas en avant, sans bruit, se détachant de la pénombre dévorante, pour apparaître, inchangé, les épaules absolument droites sous sa veste sans défaut. « Jad tvivlar inte på det… Lysander. » Il arrêta son avancée, stoïque, la considérant avec ce pli qui se dessinait entre ses sourcils, dont l’un se relevait légèrement, expression caractéristique de Stellan lorsqu’il était songeur. Les lèvres closes, il mit ses mains dans les poches de son pantalon. Le Roi était rancunier. Le Roi n’aimait pas que l’on parte sans prévenir, c’était un manque de respect, de politesse. Et Lysander l’avait déçu. « Men ödet spelar oss tricks, och här är du igen. » Il se tut brièvement, disparaissant de sa vue un instant, commençant à décrire une lente ronde autour d’elle. « Sedan… Kommer du att möta ? Eller fly ? Att stjäla dig, och bli ett minne ? » Enfin il termina son chemin, s’appuyant contre le mur en face d’elle, la considérant, l’œil plein de rancune mais sans haine toutefois. Lysander était de ces Immortels qui représentaient dignement leur race, elle avait eu un bon Sir, un Sir que Stellan avait bien connu mais qui avait péri. Même les plus vaillants, les meilleurs, même eux partaient. Il savait ce que cela faisait. Il ne le savait que trop bien. Mais pourtant, elle, elle avait tourné le dos, partie du jour au lendemain. Quitté la Suède, quitté le Clan que Niels avait pourtant aidé à remettre sur pied. Tout. Lysander était devenu un songe, presque imaginaire, à croire que celui qui l’avait faite avait tout emporté dans sa véritable mort.

Stellan inclina légèrement la tête sur le côté, dévisageant le vampire. C’était à peine si elle avait changé. Mais il fallait supposer que ces nuances étaient surtout réservées aux mortels, car sans doute n’était-il pas différent, lui non plus. « Jag hoppas att du hittade vad du ville ha i London… » ajouta-t-il enfin, sans conviction, faisant mine de repartir entre les murs de la ruelle sombre. Un geste qui l’invitait presque à faire quelques pas avec lui.
Codage par Libella sur Graphiorum


Traduction:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lysander A. Låndström

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Sarah 'Gorgeous' Paulson
¤ CRÉDIT AVATAR : @faust @SWAN & more
¤ MESSAGES : 68
¤ POINTS : 10
¤ AGE : La quarantaine à peine entamée aux yeux du monde, 207 longues années depuis qu'elle n'a plus vu la lumière du jour.
¤ ZONE LIBRE : () — Présentation
() — Liens

☾ Disponibilités RP : Liam ; Aslinn ; Nehuen ; Stellan — 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/12/2017


MessageSujet: Re: « Like fuel to Fire, like salt on my Wounds. » — ft Stellan Lun 29 Jan - 15:43

Stellan
&
Lysander
« Like fuel to Fire, like salt on my Wounds. »
Spectre affable, cauchemar filandreux, Stellan - son Roi -, le visage même de tout ce qu’elle se refusait maintenant à voir se trouvait pourtant là, plus qu’à quelques pas d’elle.  Lysander l’avait fixé de ses yeux voilés, ne quittant pas cette silhouette alors que tout le reste de son corps s’était figé ; l’immortelle se sentait presque comme Persée, comme ce guerrier maladroit qui, dans cette ruelle - et contrairement aux mythes – se serait retrouvé changé en pierre par la oeillade d’une gorgone. Ici, Stellan était cette Méduse au regard vif, cette presque divinité capable de bien des maux sans pourtant bouger un seul muscle… Et, alors qu’elle n’en avait pas véritablement besoin, le vampire sentit la nécessité presque viscérale de respirer, de forcer ses poumons à se remplir et se vider, comme si – bien absurdement – cela aurait pu l’aider à se remettre de cette rencontre et à se remettre, surtout, de tout ce que cela lui renvoyait au visage. Parce qu’elle savait, la Låndström, elle savait qu’elle avait fauté. Stellan aurait pu être là, pour elle, l’aider à ‘remonter la pente’ et à faire face à sa douleur et pourtant, elle lui avait tourné le dos. A cette époque, elle pensait encore que cela ne pouvait qu’être sa seule option, que de fuir ses terres - celles qui garderaient à jamais le sang de son amant - pourrait effacer sa peine, au moins un peu. Et pourtant, la distance ne changeait rien, non. Et elle avait eu beau le savoir, elle avait continué son inéluctable fuite en avant, prétextant qu’elle n’avait plus sa place nul part, et surtout pas en Suède.

Lysander soupira alors, recevant les mots de son Roi comme les coups de Ponce Pilate, ne gauchissant pourtant ni l’échine ni le regard qu’elle tentait de garder neutres. Mais il la connaissait bien, Stellan, si bien qu’elle n’eut pas envie de prétendre plus longtemps que cela ne lui faisait rien, de le voir aussi loin de leur très chère Suède. Elle s’appuyait contre le mur, face à son Roi, esquissant un sourire las. Dans son timbre, elle décelait sans mal la pointe d’amertume, la rancœur, peut-être. Mais elle comprenait. Elle comprenait son intention d’avoir des réponses ; après tout, elle aussi en attendait de bien des gens, à Londres. « Jag tror att vi skulle hålla med om att jag flydde ganska länge, inte jag ? » - elle jeta un bref coup d’œil à la forme tassée à ses pieds, priant qu’il ne se réveille pas trop tôt – « Varför tror du att jag letar efter något, hm ? » - elle eut un rire leste – « Kan jag inte vara där bara för att jag älskar London ? » Même à ses oreilles, ses mots sonnaient terriblement faux ; pour qui le prenait-elle ? Elle eut besoin de le voir de plus près, de – oserait-elle l’avouer – le sentir la prendre dans ses bras. Mais ils n’étaient pas si proches, plus si proches, en tous les cas.

Et, prise d’un élan de bravoure… Elle baissa son regard brumeux sur le bitume de la ruelle, soupirant une nouvelle fois. « Jag hittade den som dödade Niels. Utan att ens vilja ha det. Hon är här. » Relevant ses saphirs sur Stellan, elle croisait ses bras devant elle, prenant enfin le temps de le regarder plus en détails. Il avait encore sa posture légendaire, ses traits toujours aussi sévères et cette aura qui ne le quitterait sûrement pas avant son sommeil éternel. Elle eut un sourire nostalgique, l’un de ceux qu’elle s’ose à avoir quand elle pense à ses jeunes années de vampire. Tout lui avait alors semblé si simple, si beau… Si illusoire, finalement. Là, plantés comme de vieux alliés, Lysander se sentait pourtant parfaitement étrangère à celui qui la toisait encore. « Och hur mår du ? » Elle avait bien d’autres questions en tête, mais à cet instant, elle se sentait dans le devoir de se justifier ; après tout, il méritait bien de savoir. « Du har nog bättre lyckats med förlusten av Niels än jag antar. » - elle souriait tristement, et si elle avait encore le palpitant plein d’audace et le corps vibrant de vie, elle aurait pu pleurer comme ces mortels qu’elle enviait parfois – « Jag är ledsen. Förlåt för min avresa, ledsen för att jag inte kunde se dig innan... » Elle retint un rire cynique. « Jag kunde inte. Jag hade inte längre styrkan att gå tillbaka till var allt hade börjat, där Niels hade erbjudit mig livet och där vi hade älskat så länge. Det var över min styrka... » Elle lui jeta un regard en biais, incapable de se rendre plus vulnérable que nécessaire sous son regard amer. « Och det kommer att vara värt vad det kommer att vara värt... Men jag är ledsen. » Rire effronté, passage d’une paume contre une joue qui aurait pu se voir lardée de larmes. « Men allt är det hela delen av ett förflutet som jag inte vill flytta. » Après tout, n’était-ce pas pour fuir qu’elle était venue à Londres ? Le sort semblait s’acharner mais qu’importe, Lysander ne voulait en aucun cas être le pantin, le pion d’un grand schéma dans lequel ele n’aurait rien à dire ou à faire à part subir. Non, dans sa tête elle avait vu le chevalier tomber, frappé par le fou, et la tour se reclure dans sa case, immobile. Pourtant, dans cette autre partie, elle faisait face à son Roi, presque insolente et avide de le voir tomber à son tour ; elle ne serait pas perdante. Pas cette fois-ci. Check mate.

CODAGE PAR AMIANTE


Traduction:
 
Revenir en haut Aller en bas
Stellan Håkansson

avatar

Vampire



¤ AVATAR : James McAvoy
¤ CRÉDIT AVATAR : Wilhiane
¤ MESSAGES : 109
¤ POINTS : 20
¤ AGE : 35 ans / 497 ans
¤ ZONE LIBRE : FicheLiensRps
¤ GROUPE : Roi du Clan de Stockholm
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 25/11/2017


MessageSujet: Re: « Like fuel to Fire, like salt on my Wounds. » — ft Stellan Jeu 15 Fév - 16:16

Like fuel to Fire, like salt on my Wounds



Il entendit, l’air avalé dans sa gorge froide, inutile aspiration. Il n’y avait rien à dire des circonstances, du passé. Non pas un mot, que dalle. Parce que c’était évident, tout était là comme étalé devant eux, comme s’ils en avaient parlé cent fois déjà. Et il n’y avait pas eu une parole, juste le regard qui disait la rancune, sujet en équilibre au bord du gouffre, difficile à évoquer sans le faire pencher. Une humeur acerbe éteinte des années et des années durant, puis allumée de nouveau, au détour d’une ruelle, au détour du hasard, paraissait-il. Oui elle aurait dû rester, non elle n’aurait pas été seule dans le deuil. Mais Lysander ne le savait que trop bien, il en était sûr. Pas besoin de remuer le couteau dans la plaie, ils n’en étaient plus à là. Peut-être qu’elle avait encore sur le palais, le goût de ce qui était mort, plus que le sang de ce bougre étalé à leurs pieds. Sans doute cela faisait remonter les relents d’un souvenir dérangeant, douloureux, qui laissait croire qu’il avait été abandonné là-bas, dans les neiges de la Suède grisâtre, tombées pour l’enfouir dans son manteau glacial. Mais il n’en était rien. Qu’elle ait fuit longtemps ou pas, cela ne changeait rien pour Stellan qui émit un léger rire sarcastique. Peu importait le temps. Notion païenne qui sonnait à son oreille. Plus que ça, c’était l’acte qui avait creusé l’offense. La suédoise avait quitté le Clan et maintenant elle osait prétendre qu’elle n’était pas partie à la recherche de quoi que ce soit. Le Roi se stoppa, et se tourna de nouveau vers elle pour la dévisager. Elle aussi n’y croyait pas. Que voulait-elle en prononçant une telle vanité de question ? « Alla letar efter nagot… » répliqua-t-il, syllabes aux pointes agacées, Stellan qui fit un effort pour se contenir et ravaler l’émotionnel instable. Il avait grimacé, spasme léger sur ses traits sévères face à une Lysander qui restait. Oui étonnamment, elle ne fuyait pas… Londres lui avait peut-être apporté de quoi se camper sur sa position.

Pourtant il s’interrompit, relevant le cobalt qu’il planta sur le minois sans défaut de la suédoise qui confessait les trouvailles de la meurtrière. Quoi… ? Stellan ne dit rien sur le moment. Non il bouillait trop à l’intérieur et craignait que les mots ne couvrent la fugue de la violence poison. Il serra la mâchoire. Lysander qui le connaissait bien, n’avait sans doute pas oublié comment il était. À l’inverse, lui non plus n’avait pas oublié. L’esprit inflexible avait gardé ça en lui malgré tout, oui. Un moment se passa sans qu’ils ne prononcent un mot, l’orbe voguant sur ce qui s’évoquait dans leur aura empreinte de la mémoire en revenante. Et finalement elle fit le choix d’en parler. Il se redressa un peu, lui dont la posture s’était légèrement mise contre le mur le temps d’une inconscience furtive, l’écoutant, sa question déguisée alors que la véritable intention se bouscula à la suite sur ses lèvres aux émotions latentes. Stellan releva légèrement le menton à ses excuses soudaines. Il ne s’y attendait pas vraiment. Et encore muet, il l’écouta, imperméable. Il n’aimait pas quand on était désolé, si tard qui plus est, et sans apporter un quelconque changement. Encore une parole déguisée sans doute, une pour faire passer la pilule. Lysander en serait venue aux faits que cela aurait été pareil, mais pourtant elle appuyait jag är ledsen plusieurs fois et le fit acquiescer automatiquement, d’un mouvement presque sec. Cela ne voulait pas dire qu’il était d’accord pour autant. À d’autres, il aurait fait subir sa colère. À d’autres qui auraient fléchi sous son regard écrasant. L’insolente avait au moins le mérite d’être sûre d’elle, sa tête blonde vissée bien droite sur son cou blafard. Il la dévisagea encore un instant, laissant le silence s’imposer de nouveau. Puis la lippe s’étira dans quelque chose de froid. « Blanda inte lögn med sanningen för att få mig att klara det. Du är inte ledsen. Du flydde utan att tänka, du låter känslor vägleda dig ... Som en människa. Döden av en herre bär inte den gåva han har gett dig. Ändå flydde du bort från den enda hjälp som kunde ha tagits till dig. Vi led alla, men vi hedrade hans minne, för att inte tala om vad han tog med till klanen ... Hur förstår vi denna handling? Hur ska jag förstå det? Har du avstått från din tillhörighet? För att du vet att Klan inte glömde dig. Du vill inte prata om det, du borde inte göra det då. Du borde inte känna dig skyldig att närma sig ämnet, jag kan fortfarande vänta dig, jag är inte så nära ... Då har du dessa styrkor nu? Skulle du återvända till jorden som är din? »

Il s’était approché un peu, faisant bien face à Lysander, sans plus de colère. Simplement le défi qu’il relevait, la partie qu’elle avait enclenchée sans le savoir, des années plus tôt, et qu’ils entamaient véritablement à présent. Finalement, Stellan secoua légèrement la tête. Il mit les mains dans ses poches, doigts crispés cachés dans le tissu coûteux. « Men prata inte om honom, om det är vad du vill ha. Håll ämnet så mycket som du tror att du kan ... Om du inte går in igen, gå ner, innan du ens inser det, reprit-il dans une inspiration agacée, avant de trainer les yeux sur le bitume, pour finalement revenir jusqu’à l’encre des orbes du vampire. Att se dig igen är att se över det här förflutna. Så vad ser du i mig? » Stellan tâta du bout de sa chaussure, l’humain inconscient, prit dans la réflexion comme on foulait une herbe ou le sable, avec indifférence. Cependant il revint bien vite sur l’œil de la suédoise qu’il fixa, lueur réfléchissante qui s’animait dans la pupille dilatée. « Mordaren du hittade... Du dödade honom, hoppas jag? Har du inte blivit den här gången? Att kompensera för oförsvar. » Parce que Niels méritait une vengeance, une qu'il aurait bien lui-même infligé pour son ami assassiné. Et ça l'avait foutu en rogne, ça aussi, de ne pouvoir comprendre ce qu'il s'était passé.

Et finalement il se calma, comme à chaque fois qu’il avait trouvé à évacuer l’inconfort d’une colère passagère. Stellan soupira lorsqu’il fut à même de jauger le pour et le contre. Il n’était pas très empathique… Voire pas du tout, en fait. Pourtant il avait dit que le Clan était toujours là pour elle et même si la suédoise connaissait son instabilité permanente, humeurs en équilibre dans une tête où régnait souvent l’imperfection alors même que les manières étaient amoureuses de l’ordre, le Roi se devait de départager. Sinon il n’était pas bon roi. Cette pensée lui déplut directement. Et maintenant il réalisait qu’il n’était pas véritablement en colère. Non, en vérité, il était plutôt déçu. Stellan releva un regard plus calme sur le vampire, l’air mieux posé. « Varför väljer du inte att möta? Du underskattar dig själv Lysander, du är stark nog. Jag ser det. » Il termina, plus sincère, tandis que des voix agitées grondèrent à quelques rues d’ici, rappelant la réalité du présent qu’il avait presque oublié en évoquant le passé.

Codage par Libella sur Graphiorum


Traduction:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: « Like fuel to Fire, like salt on my Wounds. » — ft Stellan

Revenir en haut Aller en bas
« Like fuel to Fire, like salt on my Wounds. » — ft Stellan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» Fear To Fire II
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]
» MILLA ♣ set fire to the rain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Nord de la Tamise :: L'Ouest :: Piccadilly Circus :: H & Co. Jewerly-
Sauter vers: