RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !




Informations Moon's Spell

Nous manquons de Sorcières, d'Initiés & d'Et fratres luminis
N'hésitez pas à rejoindre ces groupes !


Partagez|

Never come back again ◊ Judas&Jodie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Judas St. John

avatar

Vampire • Représentant Alliance



¤ AVATAR : Chris Wood
¤ CRÉDIT AVATAR : Azra + XynPapple + Tumblr
¤ MESSAGES : 167
¤ POINTS : 17
¤ MULTIS : Hailey Faust
¤ AGE : 30 ans - 468 ans
¤ GROUPE : Représentant vampire de l'Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 14/01/2018


MessageSujet: Never come back again ◊ Judas&Jodie Lun 15 Jan - 13:40

Judas errait dans Westminster depuis quelques temps maintenant. Ce n’était pas forcément un quartier qui avait ses préférences, pour tout avouer… Il n’était guère friand des touristes qui pullulaient à toute période de l’année… mais il y avait découvert la douce et très étrange Ora, et son salon de thé. Il la convoitait, il ne fallait pas se voiler la face, mais la patience était aussi l’un des traits les plus marquants du caractère de Judas. Il n’allait pas se jeter sur elle comme un parfait goujat. D’ailleurs, il avait une sainte horreur de ces vagues d’agressions et de harcèlements sur les femmes ses derniers temps. Lui avait toujours tenu au consentement mutuel, même si avec son hypnose il aurait très bien pu s’en passer. Si Judas n’avait jamais porté la famille qui l’avait vu naître dans son cœur, il n’en avait pas oublié ses bonnes manières.

Aujourd’hui, Judas déambulait dans les rues, encore. La nuit était tombée, bien évidemment. Il n’était pas suicidaire. Pourtant, il n’avait pas l’intention d’aller rendre visite à Ora ce jour-là. Ce n’était pas le bon. Il avait son petit rituel qu’il commençait seulement à modifier, pour surprendre un peu la jeune femme. Peut-être que cette semaine, il n’irait pas la voir. Et il lui demanderait ensuite s’il lui avait manqué. Oui, ça pouvait être un bon plan. Il aviserait quand la date fatidique approcherait.

Les mains dans les poches de son costume taillé sur mesure, Judas avait décidé de reprendre le chemin de Whitechapel pour rejoindre son club. Il avait encore pas mal de boulot à faire… Enfin, du boulot… façon de parler. Il n’avait pas de mission en cours… ses yeux et ses oreilles en ville n’avaient rien remarqué de troublant en ville, personne n’enfreignait les règles pour l’instant… tout allait bien. Pas de quoi s’en faire. Il pouvait rentrer à l’Obsidian et se couler dans les bras d’une volontaire qui lui offrirait sa chaleur et son sang. Oui, c’était un bon plan. Il pivota sur ses talons pour se mettre dans la bonne direction et, manque de pot — et cruellement ironique pour un vampire aux sens surdéveloppés —, il heurta une jeune personne de plein fouet. Ses réflexes aidant, ses doigts avaient entouré le poignet de la belle pour éviter qu’elle ne s’écrase au sol sous le choc d’avec sa personne.

Il la regarda vaciller quelque peu malgré tout, mais elle se stabilisa avec son aide et… sous ses mèches blondes, il découvrit un visage qu’il n’aurait jamais cru revoir. Il en resta choqué pendant une poignée de secondes qui lui sembla durer une éternité — et il s’y connaissait en éternité — avant de lâcher le coude qu’il avait empoigné, comme s’il avait mis la main dans un truc visqueux. Sa surprise déserta vite fait son visage, jusqu’à ce que ses traits n’affichent plus qu’une moue contrariée. Qu’est-ce que tu fous là ? Quel langage fleuri, mon cher Judas. Bien en décalage avec ce que ta chère et tendre avait connu il y a près de quatre ou cinq siècles. Mais les temps et les mœurs évoluaient. Peu importe comment tu as fait, j’veux pas l’savoir et j’veux plus voir ta tête. Presque quatre cent ans sans toi, c’était l’pied. Il la fusilla du regard, et pivota à nouveau. Tous les chemins menaient à Rome disons. Il y aurait bien dans cette direction une bouche de métro pour l’emmener à Whitechapel. Avec tout ça, il n’avait même pas vu l’air interloqué de la jeune femme. En vérité, il s’en fichait. Il ne voulait plus la voir, ni subir sa compagnie affable. Car il était persuadé que même si elle avait traversé les siècles comme lui, elle n’en avait pas profité pour se cultiver un peu… ni même pour se forger un caractère digne de ce nom.
Revenir en haut Aller en bas
Jodie Rowley

avatar

Londonnienne



¤ AVATAR : Candice Accola
¤ MESSAGES : 102
¤ POINTS : 28
¤ MULTIS : Nastia Petrov - Aaron Davis
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 11/01/2018


MessageSujet: Re: Never come back again ◊ Judas&Jodie Mar 16 Jan - 11:55



>
Judas & Jodie
Never come back again





Jodie leva les yeux au ciel, après avoir fermé la boutique, un sourire un peu nostalgique sur les lèvres. Des fois, ça lui manquait la campagne française, se souvenant de ces nuits où aucune lumière n’empêchait de voir les étoiles. La ville avait de bons côtés, elle ne la quitterait même pas mais ça ne l’empêchait pas de resonger à une enfance qui semblait déjà bien loin. Un léger frisson lui rappela la période froide de l’année et elle resserra son écharpe autour de son cou, après un dernier regard vers le ciel, elle se décida à rentrer. Elle n’était pas pressée par le temps, son grand-père avait de quoi manger dans le frigo, pour une fois qu’elle avait pu préparer le repas en avance, elle décida d’en profiter pour flâner un peu.

Pour Jodie, tout avait un intérêt bien particulier même si elle regrettait les décorations de fin d’année qui avaient déjà été enlevé. Mais elle trouva son bonheur dans les rires sortant d’un bar, de l’agencement d’une vitrine d’objets de toutes sortes ou de l’odeur que dégageait un restaurant. Un rien suffisait à la faire sourire et à l’émerveiller, même si elle prenait le même chemin tous les jours. Les gens, les sons, les odeurs, tout était différent et ça suffisait à la rendre heureuse dans ce qui pouvait ressembler à un train-train quotidien. Et, apparemment, les situations aussi étaient différentes.

Alors qu’elle baissa les yeux pour réajuster un de ses gants, elle heurta quelqu’un. Ce n’était pas la première fois, elle était trop tête en l’air mais, c’était différent. L’impact d’abord, il était plus virulent que d’habitude assez pour qu’elle se sente basculer en arrière. Puis, la chute, celle à laquelle Jodie s’attendait dans de telles circonstances. L’espace d’une fraction de seconde, elle se sentit en équilibre sur ses talons et, alors qu’elle pensa sentir bientôt le sol, elle fut remise sur son axe par une main qui venait de la rattraper. Sacré réflexe. La jeune femme releva les yeux, dessinant un sourire sur ses lèvres, pour remercier ce rattrapage et féliciter cette réactivité. Elle ouvrit bouche mais avant qu’un son n’en sorte, elle s’étonna de la réaction de l’homme face à elle.

Sa façon de retirer sa main en la voyant. Est-ce que quelque chose clochait ? Même un bout de salade entre les dents n’amenait pas autant de dégout dans un geste. Bizarre. Et puis… Toutes les paroles qu’il prononça avant même qu’elle n’arrive à en placer une. Ça n’avait aucun sens. Le pire, dans tout ça, c’est qu’il s’apprêta à la laisser comme ça, sans la moindre explication, en lui tournant le dos pour repartir.

« Euh… Vous allez bien ? »

Peut-être qu’elle aurait dû le laisser partir mais, ses paroles prononcées n’avaient aucun sens. Forcément, elle s’inquiéta un peu. Il sortait peut-être d’un de ces bars où il avait un peu trop bu. Ou alors il avait fumé de ces herbes qui font rire, ou même abusé d’une poudre blanche. Enfin, il y avait forcément une explication allant dans ce sens parce que, de mémoire, les gens ne peuvent pas se réjouir de n’avoir pas vu quelqu’un depuis 400 ans… Humainement impossible ! Est-ce qu’il y avait un asile, duquel il aurait pu s’échapper, dans le coin ? Il ne ressemblait pas à un fou agitant les bras pour faire fuir des chauves-souris imaginaires mais, sait-on jamais. Il était tellement incohérent que rien n’était impossible.

« Parce que vous devez me confondre avec quelqu’un d’autre, je ne crois pas vous connaitre. »

Elle ne pouvait pas en être certaine même si elle ne voyait pas comment elle aurait pu oublier quelqu’un comme ça. En dehors du fait qu’il n’avait aucune notion du temps, il y avait quand même, chez lui, quelque chose qui donnait envie de ne pas l’oublier d’un clignement d’œil. Elle ne pouvait pas le laisser partir comme ça, manquerait plus qu’il se croit 400 ans en arrière et qu’il se mette à aller chasser le bétail dans les rues de Londres.

« Vous avez de la famille dans le coin, des parents, une femme ? » Dans son esprit c’était une question innocente pour essayer de le ramener à quelqu’un avant qu’il ne pense qu’un bus est une charrette créée par le diable. « Elle s’inquiète peut-être. » Dans l’hypothèse où il avait effectivement une femme.





©️ LILIE

Revenir en haut Aller en bas
Judas St. John

avatar

Vampire • Représentant Alliance



¤ AVATAR : Chris Wood
¤ CRÉDIT AVATAR : Azra + XynPapple + Tumblr
¤ MESSAGES : 167
¤ POINTS : 17
¤ MULTIS : Hailey Faust
¤ AGE : 30 ans - 468 ans
¤ GROUPE : Représentant vampire de l'Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 14/01/2018


MessageSujet: Re: Never come back again ◊ Judas&Jodie Jeu 18 Jan - 15:07

La sourire qui étira les lèvres de la jeune femme en face de lui déclencha une réaction viscérale. Sa défunte — elle devait l’être, n’est-ce pas ? Quoi que… il évoluait dans les ténèbres maintenant et elle pouvait très bien être devenue immortelle elle aussi — épouse avait ce même sourire. Ce sourire qui l’exaspérait au plus haut point. Ce sourire d’une tendresse infinie et d’une affabilité… GOSH… Judas n’avait jamais été violent avec elle à l’époque et il n’avait jamais violenté une femme pendant presque cinq siècles, sauf si ça faisait partie des fantasmes de ladite demoiselle, mais en cet instant, ses poings se serrèrent. Ses phalanges le démangeaient de frapper… mais la chose était qu’il avait presque 500 ans, justement. Il savait se contrôler. Il n’était pas comme ses pitoyables nouveau-nés incapables de résister à leurs pulsions.

Judas se contenta alors de retirer prestement sa main, comme s’il avait touché quelque chose de dégoûtant. La seule violence dont il fit preuve fut à travers ses paroles. Il ne savait pas si la blondinette était belle et bien son épouse dotée d’immortalité ou pas, mais il n’avait pas l’intention de subir son visage une seconde de plus. Il avait mis son humanité, sa mortalité, derrière lui, sans un regard, sans un regret. Il n’avait jamais été fait pour ça. Il avait fini par s’en persuader. Amalia avait été la seule à le voir vraiment pour ce qu’il était… et elle lui avait offert la vie qu’il méritait. Une éternité de plaisirs, de joies, de chasses. Et pourtant, il était là, avec sûrement le plus de responsabilités qu’on pouvait imaginer pour un vampire… face à une demoiselle dont les traits n’hantaient même plus ses songes tant il avait refoulé cette partie de son existence.

Il pivota donc sur ses talons pour s’enfuir. Oui, c’était littéralement ça : il s’enfuyait. Ah, si ces jeunes vauriens vampires le voyaient à cet instant. Le Grand Judas St. John fuyait devant une donzelle. Il n’aspirait qu’à trouver une bouche de métro pour s’y engouffrer, laissant la raille puante et étriquée l’emmener au loin. Euh… Vous allez bien ? La voix résonna derrière lui mais il ne s’arrêta pas. Si elle voulait discuter, elle allait devoir composer avec ses longues foulées. Car il ne pouvait pas fuir à sa vitesse toute surnaturelle. Pas alors que l’heure de pointe approchait et que les rues se remplissaient. Il était the représentant vampire de l’Alliance, celui qui, à Londres, avait le plus d’autorité pour maintenir le secret. Il n’allait pas tout remettre en cause pour fuir quelqu’un…

Parce que vous devez me confondre avec quelqu’un d’autre, je ne crois pas vous connaitre. Il faisait mine de ne pas l’entendre. Vous avez de la famille dans le coin, des parents, une femme ? Elle s’inquiète peut-être. Il finit par s’arrêter et lui refaire face. Autant mettre un terme à la chose ici et maintenant. Faire trainer n’arrangerait rien. Arrête un peu ton manège ! Je crois pas au coup de l’amnésie. Ça fait peut-être partie de ton plan pour traverser les siècles, mais pas de ça avec moi ! Franchement ! Tu crois vraiment que je suis stupide à ce point ? Si je me souviens bien, à l’époque, c’était toi l’idiote inculte. Laisse-moi tranquille. Même si nous n’avons jamais eu de divorce digne de ce nom, nos vœux nous liaient « jusqu’à ce que la mort nous sépare », et pas après. Bordel ! Il lui jeta un regard foncièrement mauvais, comme peu en apparaissaient aujourd’hui sur son visage. Je ne sais pas pourquoi tu t’es amusée à venir me trouver ici, mais j’apprécierais si tu retournais t’enterrer à York, ça correspond mieux à ton train de vie que la capitale.
Revenir en haut Aller en bas
Jodie Rowley

avatar

Londonnienne



¤ AVATAR : Candice Accola
¤ MESSAGES : 102
¤ POINTS : 28
¤ MULTIS : Nastia Petrov - Aaron Davis
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 11/01/2018


MessageSujet: Re: Never come back again ◊ Judas&Jodie Lun 22 Jan - 4:42



>
Judas & Jodie
Never come back again





Enfin, il s’arrêta !

C’est qu’elle était petite alors, il lui fallait bien deux foulées pour rattraper une seule de l’homme. Sans parler de la vitesse qu’il avait mise pour essayer de la fuir – sans qu’elle comprenne pourquoi – et qui, par conséquence, donnait à cette marche une allure de course pour Jodie. Un instant, elle pensa avoir fait mouche avec son argument de la famille, qu’il était revenu à la raison et que tout allait devenir enfin normal. Un instant qui, finalement, ne dura qu’une fraction de seconde. Il la détestait. Vraiment.

De part son caractère, Jodie ne comprenait pas comment on pouvait avoir un avis sur les gens sans les connaitre. Elle voulait bien entendre que les gens pouvaient avoir des aprioris, souvent basés sur des attitudes ou des traits physiques, mais rien ne pouvait justifier de détester à ce point quelqu’un. Elle l’écouta interloquée par tant de haine qu’il pouvait mettre dans ses mots et son timbre de voix. Il n’était pas forcément en train de hurler en pleine rue mais… Mais, il y avait ce regard qu’elle ne voyait que très rarement chez des gens, celui qui donnait envie de se terrer dans un coin et d’attendre que la tempête passe. Et, honnêtement, elle avait envie de se laisser à cet instinct qui lui disait de fuir vite et loin. Et, bordel, c’est ce qu’elle aurait fait si l’homme n’avait pas été aussi incohérent dans ses paroles. Si elle le laissait et apprenait, demain par les journaux, qu’un homme s’était jeté sous une voiture en se prenant pour un paysan voulant stopper une charrette, elle s’en voudrait.

Le problème c’est qu’elle se trouvait face à une situation inédite – encore heureux ! – et, elle ne savait pas comment y faire face. Apparemment, il pensait qu’ils étaient mariés – quelle drôle d’idée – mais, aussi étrange que ça puisse paraitre, ce n’était pas le pire. Loin de là. Non, ils étaient mariés depuis des siècles… En y repensant, Jodie se pinça les lèvres pour s’empêcher de rire devant l’absurdité de la situation. Déjà qu’une vie c’était bien long alors, des siècles… Il fallait aussi noter qu’elle était une femme idiote et inculte, ce qui était plutôt ironique quand on savait qu’elle touchait à tout, justement, par besoin d’apprendre des choses. Surdouée. C’est le mot qu’avait dit le médecin à ses parents quand ils cherchaient à comprendre pourquoi la petite fille, qu’elle était à l’époque, semblait s’ennuyer fermement quand on lui proposait des choses de son âge.

Que devait-elle faire ? Entrer dans son jeu pour ne pas le brusquer ? Ou, au contraire, le mettre devant les évidences même de la vie : on ne vit pas pendant des siècles ! Et, ô merci, qu’ils n’étaient pas mariés. Si elle devait passer ce cap un jour, elle espérait bien que ce soit avec une personne qui ne la considère pas comme la première des sottes. Bonjour le respect !

« Je n’ai jamais mis les pieds à York ! » Elle connaissait de nom parce que, une fois, elle s’était amusée avec son grand-père à faire leur arbre généalogique. En remontant loin, il y avait de la famille qui venait de là-bas. « Je ne sais pas à quoi vous tournez. Alcool, drogue, … Mais, de toute évidence, ça ne vous réussit pas. »

Ou alors il avait un sévère pète au casque pour être aussi allumé. Ce gars, c’était le type à traîner dans les classes de lycée et, le donner en exemple pour de la prévention anti-drogue. Il était tellement perché dans son délire que ça arrêterait quelques jeunes en recherche de sensations nouvelles. Et si… Et si, il n’était pas aussi allumé que ce qu’il voulait bien prétendre ? Jodie croisa les bras, une moue désapprobatrice sur le visage.

« Cela fonctionne comme méthode en général ? » Improbable. Autant que le discours qu’il tenait. « Je veux dire, faire croire à quelqu’un que vous êtes marié ensemble pour engager la conversation ? »  En plus d’être complètement con, c’était un fiasco. En même temps, quand on voyait la proportion de jeunes femmes/filles enclin à s’enticher du mec qui le repousse, peut-être que jouer le mari qui veut s’éloigner ça fonctionne sur quelques personnes. « Oh, non, je sais. » Et, sur le coup, elle était fière d’avoir trouvé la réponse à la plus probable à toute cette histoire. « Vous avez perdu un pari, c’est ça ? »

Oui, c’est ça. Ça ressemblait bien à des paris à la noix fait par une bande de types bourrés qui ne savent plus comment occuper leurs soirées.






©️ LILIE

Revenir en haut Aller en bas
Judas St. John

avatar

Vampire • Représentant Alliance



¤ AVATAR : Chris Wood
¤ CRÉDIT AVATAR : Azra + XynPapple + Tumblr
¤ MESSAGES : 167
¤ POINTS : 17
¤ MULTIS : Hailey Faust
¤ AGE : 30 ans - 468 ans
¤ GROUPE : Représentant vampire de l'Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 14/01/2018


MessageSujet: Re: Never come back again ◊ Judas&Jodie Dim 4 Fév - 12:09

Il était tellement aveuglé par les traits de visage de la jeune femme - de sa femme -, qu'il faisait à peine attention aux émotions qu'il voyait passer sur son visage. Et, même si ça avait été le cas, qui lui disait que son épouse n'était pas devenue une experte en manipulation avec les années ? Qu'elle ne l'avait pas été depuis toujours en vérité ? Il n'avait jamais cherché à la comprendre et à la connaître, elle qu'il trouvait si fade et si peu cultivée… Si affable et qui se complaisait dans le statut ingrat de la femme à l'époque où ils avaient vécu… Elle avait peut-être joué la comédie… ou pas. Franchement, il s'en fichait. Il avait refait sa vie sans elle. Une vie qu'il appréciait grandement… encore un peu plus depuis qu'il était tombé sur Ora. La petite sorcière la fascinait un peu plus que de raison, mais ça le distrayait agréablement de l'immortalité et de son travail pour l'Alliance… Après tout, l'éternité sans plaisir, c'était bien fade et du gâchis, non ?

Était-ce pour cela que sa blonde épouse réapparaissait soudain ? Parce que, peut-être, quelque part dans son cœur mort, dans son obstination à ne se lier à personne, Judas se sentait proche de la petite sorcière ? Était-ce la jalousie qui la poussait à se dévoiler enfin ? Ses yeux se plissèrent légèrement. Ils ne s'étaient jamais aimés, en quoi tout cela la regardait ? - Je n'ai jamais mis les pieds à York ! - Et voilà qu'elle continuait à nier. - Je ne sais pas à quoi vous tournez. Alcool, drogue, … Mais, de toute évidence, ça ne vous réussit pas. - Rien de cela n'a d'effet sur mon corps… depuis longtemps. - Oh, il pouvait y goûter s'il se nourrissait d'humains qui en avaient consommé mais ça n'allait pas au-delà. Et puis, il préférait le sang magique que le sang drogué.

Il secoua la tête et se demanda pourquoi il ne la plantait pas là, tout simplement. Pourquoi il ne plongeait pas dans ses yeux clairs pour l'hypnotiser et partir. Il était tellement perturbé qu'il ne se rendait même pas compte qu'elle ne sentait rien d'autre que l'humanité. - Cela fonctionne comme méthode en général ? Il fronça les sourcils. [b]- Je veux dire, faire croire à quelqu'un que vous êtes marié ensemble pour engager la conversation ? - Une lueur sombre illumina son regard. Il commençait à en avoir marre de cette comédie. Elle avait l'air de prendre son pied à se foutre de sa gueule en plus. - Oh, non, je sais. Vous avez perdu un pari, c'est ça ? - Un… pari ? J'aurais préféré ça à revoir ton visage. L'éternité aurait été plus douce sans avoir à te supporter à nouveau. -

Il passa une main dans ses cheveux bruns. Cette même main vint claquer contre le mur non loin du visage de la demoiselle. - Pourquoi tu es là, hein ? Tu as besoin d'argent ? Tu as tout dilapidé après ma " mort " ? Ou bien c'est parce qu'en quatre siècles, je… - Il s'arrêta. Il… quoi ? Il se permettait enfin de ressentir quelque chose pour quelqu'un ? C'était risible. Il n'y avait rien d'autre qu'une froide méthode dans sa cage thoracique. S'attacher était dangereux, s'attacher était douloureux. Il lui jeta un nouveau regard mauvais. - Crache le morceau, qu'on en finisse. J'ai pas que ça à faire. -
Revenir en haut Aller en bas
Jodie Rowley

avatar

Londonnienne



¤ AVATAR : Candice Accola
¤ MESSAGES : 102
¤ POINTS : 28
¤ MULTIS : Nastia Petrov - Aaron Davis
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE : Places libre pour RP : 0/4
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 11/01/2018


MessageSujet: Re: Never come back again ◊ Judas&Jodie Mar 6 Fév - 4:53



>
Judas & Jodie
Never come back again





Jodie se retrouve à froncer les sourcils, plus la conversation avance et moins elle comprend ce qui se passe. Elle a fait médecine, pas psychologie, et ne sait pas vraiment comment réagir dans ce genre de cas. En même temps, il faut la pardonner, ce n’est pas tous les jours qu’un type vient lui parler – hurler – pour lui dire qu’ils sont mariés et qu’il se passait très bien d’elle depuis des siècles. Franchement, il ne voit pas l’absurdité de ses propos ? Il doit être sévèrement atteint. Et voilà qu’il reparle d’éternité, Jodie va pour lâcher un soupir mais c’est un sursaut qui vient à la place quand la main de l’homme fonce sur le mur près d’elle.

Honnêtement, ça fait un flipper la française qui se fige un court instant. Puis ça lui revient comme un éclair de génie – ou pas – est-ce qu’elle devait agir, avec lui, comme on le ferait pour un somnambule ? Le truc de ne pas les brusquer ? Elle se souvient vaguement d’un article qui disait que, quand les gens sont dans leur délire, il ne faut pas chercher à les contrarier. Un truc dans le cerveau qui fait que la personne peut devenir violente si elle confrontée à la réalité alors que son imaginaire veut lui faire croire autre chose. Là, tout de suite, elle espère juste que la méthode fonctionne. Prenant son courage à deux mains, elle inspire et relève la tête vers ce type.

« Ok. Tu as gagné. » Elle est supposée lui dire quoi en même temps ? Elle essaye de se souvenir de toutes les petites informations qu’il a pu donner. « Faut que tu signes les papiers du divorce. » Sérieusement ? « J’ai trouvé quelqu’un d’autre et… »

Et quoi ? Elle a besoin d’officialiser le divorce d’un mariage vieux de plusieurs siècles. C’est vraiment crédible comme explication ? En même temps, y a rien qui n’est crédible. Jodie à l’impression d’avoir une conversation sortie d’un autre monde, ou d’un rêve complètement barré.

« Et j’ai juste envie de faire les choses bien maintenant. Alors même si sur un plan légal, on s’en fiche un peu que tu signes. Après tout, tu es supposé être mort. » De mieux en mieux cette conversation. « … Enfin, voilà, je veux vraiment faire les choses dans l’ordre avec cette nouvelle personne. »

Ce qui est certain c’est qu’il n’a pas envie de revoir sa femme. Du coup Jodie préfère aller sur l’excuse du divorce plutôt que sur une éventuelle reconquête. Ça le mettra peut-être un peu moins en colère. Elle en profite pour sortir son téléphone portable. Après tout, s’il parle de plusieurs siècles, c’est qu’il doit se situer dans la bonne époque.

« Attends, si tu veux je peux te transférer les papiers. » Elle baisse le regard sur son téléphone et commence à pianoter dessus. « Tu as une adresse mail, pour que je puisse te les envoyer ? »

En réalité, ce qu’elle recherche sur son portable c’est le numéro de l’hôpital psychiatrique le plus proche. Dans son esprit, elle va trouver un moyen pour passer cet appel et leur demander de venir récupérer ce qui semble être un de leur patient. Enfin, en fait, elle est certaine qu’il vient d’un asile. Si ce n’est pas le cas, il a grandement sa place.

« Ou mieux, je peux appeler l’avocat qui s’en occupe pour qu’il te passe directement les papiers du divorce. » Elle vient surtout de trouver le numéro qu’elle cherchait. Un petit click sur un bouton et l’appel se lance. « Oui, on va faire ça, c’est mieux. »

Le téléphone collé à son oreille, elle se retrouve avec une musique d’ascenseur et une voix féminine qui explique que le personnel de l’hôpital fait tout son possible pour répondre le plus rapidement possible. Ouais, ben, ils ont plutôt intérêt parce qu’elle n’est pas certaine que sa stratégie fonctionne. Pour faire patienter, elle affiche un sourire qui se veut confiant.




©️ LILIE

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Never come back again ◊ Judas&Jodie

Revenir en haut Aller en bas
Never come back again ◊ Judas&Jodie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Judas La Corde
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Centre de Londres :: Westminster-
Sauter vers: