RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !




Informations Moon's Spell

Nous manquons de Sorcières, d'Initiés & d'Et fratres luminis
N'hésitez pas à rejoindre ces groupes !


Partagez|

Are they kidding us ? [Feat Phoebe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Dante G. Wood

avatar

Loup • meute Nord



¤ AVATAR : Brock O Hurn
¤ CRÉDIT AVATAR : Bidibou **
¤ MESSAGES : 49
¤ POINTS : 30
¤ MULTIS : Arizona Sumners + Yuma Locklear
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 24/11/2017


MessageSujet: Are they kidding us ? [Feat Phoebe] Dim 17 Déc - 12:17






Are they kidding us ?
Phoebe & Dante


Te voici aujourd’hui foulant ces pavés, observant d’un regard aiguisé les piétons pressés qui se hâtaient, comme si le diable était à leur trousses. Le nez hélas penché sur leur cellulaire, indifférents à la destinée de tous ceux qu’ils pouvaient frôler ou même heurter, sans même penser une seule fois à s’excuser. Sauf peut-être lorsqu’ils te croisaient. Tu étais de ceux qui de par leur carrure savaient se faire remarquer et s’imposer, ceci sans même que tu n’aies un geste à effectuer. En cette journée tu étais blasé de constater combien l’humanité pouvait être si imbue d’elle-même et aveuglée. Smartphone en poche tu étais un des rares à demeurer bien loin de toutes ces us et coutumes modernes, ne te servant de cela qu’à des fins limitées. Toi tu préférais davantage de la neige qui tombait. T’éloignant ainsi de ces nouvelles mœurs sociales ne faisant qu’un peu plus te démarquer. Un soupire s’échappait de tes lèvres de manière blasée, la vérité étant que ce soir ta vision du monde était altérée. Pas que tu sois mécontent du rendez-vous qui étais programmé. Seulement c’était une histoire d’évolution et de deuil à effectuer, deux noms alors étant au cœur de cette bataille du cœur.

Abigaël qui t’avait relevé, soigné et montré ce qu’était un foyer était le premier nom désigné. Vous vous étiez rapidement liés, pour venir par former finalement un trio assez dynamique, ton meilleur ami y étant ajouté quelques semaines plus tard ? Abigaël avait été pendant longtemps le noyau autour duquel Elijah et toi aviez gravité. Tu avais perdu un astre qui te guidais toi aussi dans ta propre existence. Après tout tu avais eu une grande liste de premières expériences réalisées à ses côtés, choses anodines pour un tas d’individus mais qui pour toi avait revêtu un gout particulier. Toi qui avait été si longtemps enfermé et privé de tes souvenirs t’offrant une sorte de renaissance ta mémoire ayant été filtrée et effacée. Alors oui parfois tu cherchais encore sa présence mais tu veillais à l’honorer en vivant une vie de félicité comme elle te l’avais demandé. Nuance comme elle VOUS l’avait demandé.  Sauf que manifestement tu étais le seul à respecter cette demande finale et c’était bien ça qui en cette soirée soumettait à rude épreuve tes nerfs. Ou plus spécialement l’attitude de celui que tu considérais comme un frère qui avait tendance à te donner fortement envie de le secouer. Bon dieu, tu comprenais qu’il avait eu un deuil à faire, après tout vous aviez perdu tous les deux un être cher à votre cœur. Mais merde cela ne justifiait pas que Elijah eu mit en rogne Arizona pour une telle connerie ! Le lendemain en plus de ton arrivée ici, on applaudit ! Bien-sûr que tu soutenais ton meilleur ami, néanmoins ne lui devais-tu pas aussi la vérité ? Bien sûr que si bon sang, au nom de votre amitié, code fraternel blabla et d’Alpha à bêta.

Rha rien que d’y penser tu te retenais de ne guère cogner contre une des poubelles que tu croisais en continuant d’avancer, ton regard azur se révélant être une vraie tempête traduisant là dans quel état tu te trouvais. Heureusement que le logement de Phoebe se profilait. En fin de compte vous n’habitiez pas vraiment loin l’un de l’autre… Ouais enfin le loft était une garçonnière, tu avais aussi des quartiers au nord, logique vu ton rôle. Tu naviguais entre les deux habitations, préférant en un sens le loft car tu y étais libre comme l’air. Dire que cela faisait deux semaines que tu étais là et tu avais l’étrange impression d’avoir vécu déjà toute une vie. Tu prenais la peine d’inspirer à plusieurs reprises une fois devant sa porte, afin de quelque peu t’apaiser. Finalement tu te décidais enfin à frapper à sa porte. Tu n’arrivais vraiment pas à faire semblant et ton visage était bel et bien chiffonné, tes sourcils quelque peu froncés alors que tu arrangeais la sangle de la mallette de tatouage que tu te trimballais depuis quelques minutes. On sentait une légère tension dans tes muscles, un sac posé à tes pieds. Tu avais ramené de quoi boire, au tant faire les choses bien et puis tu en étais venu à apprécier la personne que ce soir tu allais tatouer. Vous au moins n’étiez pas en froid, pas comme ces deux là qui depuis déjà une bonne semaine refusaient de se parler. Qu’est-ce qu’ils pouvaient être obstinés ça s’était clair. Tu ne pouvais pas renier que ces deux-là étaient deux chefs de meute et en possédaient tout le caractère.

Ton regard se relevait lorsque la porte semblait enfin s’animer pour laisser apparaitre un visage qui à présent t’étais devenu familier. Malgré la tension qui était présente au sein de ton esprit un sourire en vint à se graver sur ton visage qui se fit un peu plus doux en la présence de la bêta du Centre. « Bonsoir chère compagne d’infortune. »  Une légère trace d’humour face à la situation que tous les deux vous subissiez. Arizona était-elle d’aussi mauvaise humeur que le chef de ta meute ? Tu émettais quelques doutes à ce sujet. En bon français que tu étais tu t’avançais pour déposer un baiser affectueux sur sa joue avant de très légèrement te reculer. Tu faisais fi du concept d’espace personnel et tout ça. Vous étiez des loups alors à quoi bon ? Puis tu n'étais guère menaçant, bien au contraire. « Comment vas-tu mon ptit pingouin ? » Tu te faisais légèrement taquin te décidant à attraper le sac à tes pieds avant de te décider à rentrer dans le vif du sujet. « Est-ce que toi aussi tu subis l’humeur de ta chère et adorée Alpha ? » Le sarcasme dégoulinait de ta voix sans que tu t’en caches réellement en fait. « J’ai cru que j’allais tuer le mien dix fois cette semaine, il a de la chance que je sois patient. » Tu grommelais un peu mais on sentait que jamais tu n’en serais arrivé à un tel extrême. Tu l'appréciais bien trop pour cela. Bien que cela faisait une semaine que ces deux étaient embrouillés et c’était un vrai enfer sur terre pour toi. « Profitons de cette soirée de détente, j’ai même ramené un peu à boire et à grignoter ! » Ta bonne humeur semblait un peu revenir, celle qui te caractérisait tant. Il était dur de demeurer sombre et fermé en présence de Phoebe. Tu ne pouvais nier que la « copine » d’Elijah avait fait un remarquable choix de bêta.


©️ Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Hawkins

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Àstrid Bergès-Frisbey
¤ CRÉDIT AVATAR : Joanne ♥
¤ MESSAGES : 75
¤ POINTS : 6
¤ MULTIS : Morgan E. Griffin
¤ AGE : Une jeune femme à l'apparence de 28 ans, mais qui en possède en fait 187.
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 01/12/2017


MessageSujet: Re: Are they kidding us ? [Feat Phoebe] Mar 19 Déc - 1:39






Are they kidding us ?
Phoebe & Dante

Tu en avais vécu des choses qui avaient mis tes nerfs à rude épreuve, mais certainement pas autant que celle-ci. Tu adorais Arizona, ton alpha, sauf que cette semaine, tu aurais bien voulu l'assommer plus d'une fois. Depuis qu'elle s'était querellée avec Elijah, elle était devenue - comment dire? - insupportable. Tu aurais bien voulu, d'ailleurs, remettre à sa place ce stupide mâle, mais tu te retenais, par respect pour ta meilleure amie, mais également pour le loup qui te rendrait visite ce soir. Au moins, contrairement à vos deux alphas, vous étiez toujours en bon terme. Et tu étais bien heureuse qu'il vienne, car cela te donnait une bonne raison pour ne pas appeler ou voir Arizona. Ce soir, tu n'auras pas un mal de crâne à force de l'entendre râler. C'était une bonne chose. Décidément, tu avais vraiment besoin de prendre une pause à propos de cette histoire.

Le boulot terminé, tu rentras immédiatement chez toi pour pouvoir prendre une bonne douche, mais surtout pour pouvoir retirer un tant soit peu les odeurs multiples d'animaux que tu ramenaient chez toi chaque soir. C'était cela, devoir travailler dans un zoo. Tu ne t'en plaignais pas, mais tu ne voulais pas non plus que le bêta ne soit gêné pas ces odeurs. Une fois sortie, tu enfilas simplement un jean et un débardeur noir. Pourquoi donc te mettre sur ton trente et un alors que tu allais te faire tatouer? Et puis, tu étais chez toi. Tu avais bien le droit de porter ce que tu désirais. Une serviette sur les épaules, tu te dirigeas vers la cuisine pour fouiller dans le réfrigérateur lorsque tu entendis frapper à ta porte. Un rapide coup d'oeil vers l'horloge te suffit à comprendre qu'il s'agissait de lui. Pile à l'heure. Tu avais terminé ta douche juste à temps! Tu laissas donc la porte du frigo se refermer doucement alors que tu te dirigeas vers l'entrée, ouvrant alors sur un Dante qui semblait avoir eu une semaine plutôt difficile également. Dès que tu le vis, un doux sourire s'étira sur tes lèvres tandis qu'il te saluait, toi, sa compagne d'infortune. « Bonsoir Dante. » Le pauvre avait sûrement dû subir la mauvaise humeur de son alpha. Vous étiez décidément dans le même bateau. Tu espérais simplement que vous parviendrez à vous détendre ce soir et à oublier ces deux têtes de mules. Le géant - car tu étais vraiment plus petite que lui - s'avança vers toi pour venir déposer un baiser sur ta joue. Un geste dont tu avais toujours du mal à t'habituer, bien que tu le laissas faire comme à chaque fois. Tout comme tu maudissais parfois qu'il soit le voisin d'Arizona. Il était au courant pour ta passion concernant les pingouins. Cela ne te dérangeait pas qu'il te surnomme ainsi, mais uniquement lorsque vous n'étiez que tous les deux. Tu avais déjà honte lorsque d'autres personnes l'apprenaient, tu ne voulais pas que ta réputation de bêta se détériore à cause de ta collection résidant dans ta chambre. « On va dire que ça va. J'ai simplement eu mal à la tête toute la semaine, je te laisse deviner pourquoi. Et toi? » Un léger soupire s'échappa de tes lèvres rien qu'en y pensant. « Ne m'en parle même pas. J'aurais bien voulu assommer la mienne plusieurs fois aussi. Heureusement que tu es là ce soir, je n'aurai pas à subir sa mauvaise humeur encore! » Tu n'allais pas jusqu'à dire que tu aurais voulu la tuer, mais tu comprenais très bien ce que le bêta du Nord ressentait. Après tout, vous étiez tous les deux dans la même situation. Ce soir, c'était le bon moment pour vous de vous soutenir. Tu t'écartas alors de la porte pour le laisser entrer, l'invitant d'un geste de la main. « Oui, tu as raison. Profitons-en! » Tu refermas alors la porte derrière lui avant de t'avancer dans le centre de la pièce. Il s'agissait d'un salon à aire ouverte, donnant accès à la cuisine et à la salle à manger. C'était la première fois qu'il venait dans ton appartement en y pensant. « Bienvenue chez moi. » L'endroit était assez simple, plutôt minimaliste en fait. Ce n'était pas vraiment le genre d'appartement que l'on pourrait s'attendre pour une femme. Il n'y avait que ta chambre qui reflétait un peu plus ta personnalité. Il fallait dire que tu préférais mettre de l'avant les trois instruments trônant dans ton salon, dont deux étaient plutôt imposants, un piano à queue et une harpe magnifiquement sculptée. Tu t'étiras alors avant d'un frisson ne parcourt ton corps, tes cheveux humides collant sur ta peau. « Hmm... Je ne sais pas où tu voudrais t'installer pour me tatouer? C'est la première fois que je m'en fais un, alors je ne sais pas trop comment ça marche... » déclaras-tu en passant une main sur ta nuque, un air presque gêné se reflétant sur les traits délicats de ton visage.

Il y a quelques jours, tu avais pris rendez-vous avez lui. Tu désirais faire recouvrir une cicatrice, souvenir désagréable d'un conte de fée se transformant en cauchemar. Il était temps pour toi de passer à autre chose, depuis le temps. Tu avais l'impression que tu devais le faire. C'était maintenant ou jamais. Sinon, tu ne parviendrais pas à l'oublier - ou du moins, à aller de l'avant. Depuis cet évènement, les hommes ayant fréquentés ton lit se comptait sur les doigts d'une main. Et ces relations ne duraient jamais très longtemps. Tu devais vraiment oublier cet humain, ton premier Amour. Tu posas, d'ailleurs, instinctivement ta main sur l'une de tes côtes, là où se trouvait la cicatrice. Tes yeux se fermèrent et tu eus l'impression de sentir à nouveau la chair se déchirer et brûler au contact de cette balle d'argent. Secouant la tête, tu plongeas ton regard dans celui de Dante. « On peut peut-être s'installer dans ma chambre. À condition que tu ne te moques pas de ma collection. » Ta voix était mi-sérieuse mi-amusée, car tu allais tout de même révéler une part de toi-même que tu ne montrais qu'à peu de personnes. Déjà que tu invitais peu de personnes ne faisant pas partie de ta meute.

©️ Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Dante G. Wood

avatar

Loup • meute Nord



¤ AVATAR : Brock O Hurn
¤ CRÉDIT AVATAR : Bidibou **
¤ MESSAGES : 49
¤ POINTS : 30
¤ MULTIS : Arizona Sumners + Yuma Locklear
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 24/11/2017


MessageSujet: Re: Are they kidding us ? [Feat Phoebe] Mar 26 Déc - 18:33






Are they kidding us ?
Phoebe & Dante


Ho tu savais qu’il avait été un pauvre con. Que monsieur Elijah avait osé la planter comme cela, sans daigner totalement s’expliquer. Dès fois tu avais envie de lui mettre ton pied au derrière pour qu’il daigne se bouger et utiliser ses neurones quelques instants à défaut de son égo de mâle ho combien démesuré. Un gay ! Ton maudit Alpha s’était monté le bourrichon face à un enchainement de maladresses verbales et il avait fait trinquer Arizona de part son caractère, disons-le, de merde. Puis il y avait aussi Arizona qui était du genre incendiaire, à n’en pas démordre, tu imaginais sans peine qu’elle l’eut envoyé brouter de l’herbe dans une prairie, enfin ceci étant dit d’une manière bien moins polie. Déjà qu’un Alpha c’était sacrément têtu alors deux ? Bon sang c’était l’enfer sur Terre. Fallait vous mettre d’accord sur la manœuvre à effectuer afin que cette situation cesse, parce que vos deux meutes en pâtissaient, or en qualité de Bêtas c’était de votre devoir de réagir. Pas que tu étais réellement un loup vindicatif, mais pour que toi-même tu en viennes à perdre patience était signe que oui les choses allaient vraiment mal. Puis tu te doutais que ça devait en être de même pour Phoebe qui était une seconde plus que dévouée à son Alpha et patiente avec elle, alors pour que la petite abeille se plaigne. C’était la preuve que ces deux là qui se plaisaient se retrouvaient à jouer aux cons pour des raisons plus stupides les unes que les autres. Ne se cherchaient-ils pas des excuses au final ? Bouarf qu’est-ce que tu en savais dans le fond. Eux-mêmes ne semblaient déjà pas percevoir qu’ils vous tapaient sur le système, alors analyser pourquoi cette tension était née relevait de l’imaginaire pur.

Un délicat grondement sortait de tes lèvres, tes yeux se levant au ciel : « Ces deux-là j’ai qu’une hâte c’est qu’ils craquent et s’envoient en l’air une bonne fois pour toute histoire que nous soyons tranquilles quelques jours durant. Mais surtout qu’ils communiquent bon sang, ils sont accros et refusent de l’admettre. » Voilà qui traduisait très fidèlement ta pensée quand aux réels enjeux de cette histoire. Te voici à toucher du doigt l’évidence que le couple Arijah se refusait à admettre, ouais le couple, ces deux-là s’appartenaient déjà mutuellement sans même le savoir, il DEVAIENT craquer, au diable leurs conneries d’excuse à deux livres sterling. « Je crois que je vais finir par pousser un coup de gueule en qualité de Bêta et ami. Ils propagent une sale ambiance. Explique-moi ce qui les empêche de se mettre réellement ensemble hein ? » Tes sourcils étaient froncés. « Enfin le mien je crois savoir pourquoi, mais il serait temps qu’après treize années il daigne tourner la page. » Ho ho pour sûr entre vous deux ça allait chauffer, tu allais devoir sacrément le secouer, par ailleurs un soupir dépité s’échappait de tes lèvres. « Je crois qu’il est sérieux dans sa démarche. De ce que j’ai compris Elijah a préféré se renfermer tout ce temps, or j’ai l’impression de revoir de nouveau celui d’autrefois. » Le regard se radoucissait sous la nostalgie des souvenirs que cette discussion engendrait. « Je ne veux pas qu’il replonge, pas après l’avoir revu ainsi, je ferai tout ce que je peux pour qu’il daigne faire le premier pas. La question étant : Penses-tu que ça soit réellement réciproque envers Arizona ? » Pas qu’il doutait de ses qualités de femme, mais Phoebe était mieux placée pour connaitre la représentante de l’ordre. « Heureusement que tu es bien plus civilisée mon ptit pingouin. » Cette fois c’était taquin et le tatoueur indiquait : « Tu sais quoi, je te laisse mon numéro personnel et si besoin je te servirai quand tu veux d’alibi pour avoir un moment de répit. Que se soit au loft ou à la boutique les portes te seront toujours ouverte. A l’étage il y a une sorte de mini studio si tu souhaites être au calme. » Puis si ça peut vous permettre de davantage vous voir, pourquoi pas ?

Doucement un sourire éclatant perce sur ton visage, il t’est facile d’être de bonne humeur au quotidien, alors avec Phoebe c’est tout simplement une évidence. « Merci de m’accueillir dans ton antre. » Le regard se fait scrutateur, pas critique mais juste curieux, tu veux apprendre à la connaitre et quoi de mieux que son habitation pour cela ? Délicatement tu t’approches des instruments de musiques, tes doigts effleurant avec respect ces derniers. Une note retentie et cela fait pétiller ton regard te retournant vers la propriétaire du lieu où ce soir tu exécuteras ton art. Tu t’apprêtais à la taquiner sur son premier tatouage mais tu en viens à te raviser. Ton regard s’adoucit d’un coup, percevant le mouvement qui eu été effectué et surtout la portée de ce dernier. Des cicatrices tu en avais recouvert, mais au-delà du côté artistique tu savais que c’était une véritable thérapie. Une étape importante pour beaucoup, les fondations nécessaires à une reconstruction, alors de nouveau tu t’approches tu veux te faire rassurant. « Tout ira bien je te le promets. » On sentait que tu ne faisais pas une promesse en l’air, que tu étais impliqué dans cette histoire qui était la sienne. « On va tous les deux t’aider ce soir à repartir sur de nouvelles bases d’accord ? » Ta voix se faisait douce et grave pour que la jeune femme se sente rassurée et guère jugée. « Tu as fait le plus dur, il est temps de classer cela dans la catégorie : passé. Peut-être craqueras-tu et ça sera parfaitement normal, ce qui se passe entre ces quatre murs y demeura je te le promets. Tu ne seras pas jugée et ma considération envers toi n’en sera pas altérée bien au contraire.» Tu ajoutais dans un souffle : « Je te comprends. » Vos histoires n’étaient pas les même et pourtant tu faisais prendre d’une grande empathie, cela se sentait.

De nouveau tu t’animais pour ne pas la gêner, tu t’étais retenu de toucher l’endroit où sa main s’était déposée, tu aurais souhaité le faire pour la rassurer mais peut- être l’aurais-tu brusqué ça aurait été idiot. Levant ta main droite tu pris un faux air sérieux : « Je le jure ma chère. » De nouveau le bras se rabaissait, un sourire mutin se glissant sur tes lèvres. « Mettons juste ce que j’ai ramené au frais et allons-y si cela te va ? D’ailleurs je passe d’un sujet à l’autre mais je n’ai pas capté ce que tu faisais exactement comme métier. » Ta tête se penchait alors que tu poursuivais : « Ta chambre devrait être adéquate tant que j’ai de la luminosité et que l’on puisse se poser. » Tu avais après tout tatoué dans des endroits assez atypiques alors le luxe d’une chambre c’était assez… Ouais luxueux quoi. « Et tant que tu n’as pas non plus de cadavres dans tes placards. » Fallait bien que tu la taquines quelque peu ! Qui aimait bien châtiait bien après tout. « En tout cas tu verras on se laisse facilement prêter au jeu du tatouages plus des trois quarts reviennent pour un second. Peut-être deviendras-tu accro. » Un clin d’œil et te voici prêt à la suivre indiquant. « Je vais jouer mon curieux mais comment tu as rencontré Arizona d’ailleurs ? Si ça ne te dérange pas de parler de cela. »


©️ Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Hawkins

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Àstrid Bergès-Frisbey
¤ CRÉDIT AVATAR : Joanne ♥
¤ MESSAGES : 75
¤ POINTS : 6
¤ MULTIS : Morgan E. Griffin
¤ AGE : Une jeune femme à l'apparence de 28 ans, mais qui en possède en fait 187.
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 01/12/2017


MessageSujet: Re: Are they kidding us ? [Feat Phoebe] Mar 16 Jan - 0:49






Are they kidding us ?
Phoebe & Dante

Arizona, cette chère et tendre alpha qui t’était si précieuse. Tu ne pouvais le nier, elle était tout pour toi depuis cette trahison, depuis que tu avais quitté les terres du nord de l’Angleterre. Elle était devenue ton pilier, ta meilleure amie, ta sœur et ta moitié. Elle avait su combler en partie ce vide qui s’était formé dans ton cœur. Néanmoins, tu n’étais pas aveugle. Tu voyais bien ce que ressentais Arizona envers l’Alpha du Nord et, tu devais l’avouer, tu n’aimais pas cela. Jalousie et possessivité? Peut-être un peu, mais tu ne voulais que son bonheur. Alors, si elle devait tomber dans ses bras, qu’il en soit ainsi. Tu ne t’y opposerais pas, mais à l’heure actuelle, cette histoire qui les unissait commençait à t’agacer. Ton alpha était insupportable depuis ce qui s’était passé et tout cela à cause d’Elijah. Et bien que cela ne te plaise pas, Dante avait raison. Un jour, ces deux-là allaient craquer et s’envoyer en l’air, et leurs Bêtas auront enfin la conscience tranquille. « Ce qui les empêche d’être ensemble? Je me le demande… Peut-être un peu d’orgueil, que sais-je? Moi et les histoires de cœur, ce n’est pas ma tasse de thé. » Tu n’étais pas la plus romantique et tu ne rêvais pas de conte de fée. Tu ne faisais que prier le ciel pour pouvoir l’oublier, passer à autre chose. Et c’était un peu pour cette raison que Dante était là, pour t’aider à aller de l’avant. Un doux sourire s’étira sur tes lèvres lorsqu’il te posa la fameuse question. « S’il y a une chose que je peux dire sur Arizona concernant ton alpha, c’est que c’est réciproque. Je ne l’ai jamais vu accro autant à une personne auparavant. Elle ne le voit tout simplement pas encore. » Peut-être qu’elle était aveugle, mais certainement pas toi. Tu la connaissais que trop bien. Au moins, toi, tu étais plus civilisée – enfin, selon le Bêta devant toi. Tu n’avais pas vraiment l’impression de l’être, mais peu importe, cela te fit sourire davantage. Petit pingouin, ce surnom, tu allais devoir t’y habituer apparemment. Il était d’ailleurs même prêt à te donner son numéro si tu avais besoin de te changer l’esprit et t’évader, ce qui était une bonne chose. Tu avais besoin de voir d’autres personne en dehors de ta meute et côtoyer Dante serait une bonne occasion pour toi d’en apprendre plus sur Elijah, car tu ne le connaissais que très peu. Arizona t’en parlais, certes, mais son jugement pouvait être perturbé par ses sentiments. Et puis, Dante était le mieux placé pour te parler de cet alpha. « Avec plaisir. Je te donnerai le mien, en échange, si jamais tu veux revenir ici un de ses jours. »

Il était rare que tu reçoives de la visite dans ton antre, comme il l’appelait. Cependant, même si tu le niais, tu étais au fond heureuse de le voir chez toi. Heureuse qu’il vienne te voir, même si c’était pour travailler. Tu appréciais Dante et sa bonne humeur, ses taquineries qui avaient le don de te faire sourire et réagir. Il était, si on peut le dire, une bouffée d’être frais dans ta vie. Tu l’observais attentivement alors qu’il s’approchait de tes instruments. Peut-être aimait-il la musique? En jouait-il aussi? Tu enregistras cette image dans ton esprit, te promettant alors un jour de jouer pour lui, s’il désirait t’entendre. Après tout, tu ne voulais pas le forcer à t’écouter s’il n’était guère intéressé. Maintenant qu’il était là, il était temps de passer aux choses sérieuses. Tu ignorais comment cela se déroulait lorsque l’on se fait tatouer, mais le simple fait d’y penser te fit porter ta main à ta cicatrice. Tu ne pus empêcher ce mouvement, tel un réflexe. Et si tes yeux se détournèrent, mélancoliques, ils se reportèrent bien rapidement sur le tatoueur qui s’était rapproché. Tes lèvres étaient entrouvertes, mais aucun son ne s’échappait alors qu’il te rassurait. Repartir sur de nouvelles bases…? Allais-tu seulement y arriver? À entendre sa voix douce et grave, tu avais envie d’y croire. Après toutes ses années, tu allais aller de l’avant. Tu allais effacer ce moment tragique de ton esprit pour être capable de rencontrer de nouvelles personnes et, peut-être comme Arizona, trouver quelqu’un qui deviendra ta drogue. Doucement, tu hochas alors la tête. Il n’avait encore rien fait, mais un doux murmure s’échappa de tes lèvres. « Merci… » Même ton alpha n’avait pu t’aider à oublier cet humain, ce chasseur qui transforma ton rêve en véritable cauchemar. Tous tes espoirs étaient donc sur lui. Peut-être ressentait-il cette confiance que tu avais pour lui lorsque ton regard plongea dans le sien?


Un sourire amusé étira tes lèves alors qu’il levait sa main droite, sérieusement, en te jurant qu’il y parviendrait. Tu avais bien hâte de voir cela. Attrapant ce qu’il avait ramené, tu te dirigeas aussitôt vers la cuisine, répondant par la même occasion à sa question. « Je suis vétérinaire au Zoo depuis que je suis revenue à Londres. J’aime m’occuper des animaux, j’ai l’impression qu’ils me comprennent mieux que les gens… Tu comprends peut-être mieux d'où vient ma folie des pingouins?» Avoir vécu de longues années sans meute t’avais rendue quelque peu solitaire et tu étais plus méfiante envers les autres. Sauf que Dante, il était une douce et étrange exception. Un mâle bêta d’une autre meute, il aurait dû être quelqu’un dont tu te méfierais grandement. Pourtant, à force de le croiser dans les couloirs menant au loft d’Arizona, de petits échanges par-ci et par-là, tu avais su l’apprécier et tu désirais en apprendre davantage sur lui. Toujours et encore. « Et t’inquiète pour le cadavre, je m’en suis débarrassée ce matin. Je ne voulais pas t’effrayer. » Ton sourire se mua en rire cristallin alors que tu ouvrais le réfrigérateur afin d’y glisser les boissons et les grignotent qu’il avait apporté. « Ah oui? On verra bien si je succombe aux charmes des tatouages. Dans tous les cas, si je deviens accro, ce sera plus à toi je pense. » Tu disais cela sans arrière-pensée particulière. Une franchise surprenante qui franchissait tes lèvres et qui te surprenait par moment lorsque tu t’y attendais le moins. Sauf qu’il était vrai que tu ne te lassais jamais de ses taquineries comme tu ne te laissais jamais des câlins d’Arizona. Une fois que le tout fut rangé, tu te levas pour te diriger maintenant vers ta chambre, là où tu pourras tourner une page de ta vie. « Je connais Arizona grâce à un ami, Orion. Il était comme un frère pour moi… » Tu fis une courte pause en pensant à lui, qui avait désormais rejoint les cieux. « C’est lui qui a trouvé Arizona, la réincarnation de mon ancienne alpha… Il m’a appelé et je suis immédiatement revenue à Londres. Je suis restée avec eux pour aider cette enfant à maîtriser la louve en elle. Je l’ai aidé à vaincre Mikael, surveillant ses arrières comme si j’étais déjà sa bêta. Arizona, elle est l’alpha que j’ai choisi dès le jour où je l’ai vu. » Et ce n’était pas parce qu’elle était la réincarnation d’une alpha que tu connaissais. Non, loin de là. Arizona avait son propre caractère, sa propre force qui t’avait fait succomber à son charme. Ce fut donc naturellement que tu vins vers elle pour la soutenir.


Ta main glissa sur l’interrupteur, allumant ainsi le plafonnier situé au milieu de ta chambre. La pièce était assez spacieuse et la décoration assez simple – du moins, si enlève la quantité phénoménale de pingouins qu’il y avait. Des peluches sur une tablette, un calendrier à côté de ton armoire, une tasse contenant ton café du matin était également en forme de pingouin, sans compter cette immense couverture de manchots impériaux sur ton lit. Tu devais l’avouer, cela te gênait quelque peu, car il était un des rares à pouvoir voir tous ces pingouins. « Ne t’en vante pas trop, mais tu es l’un des seuls à avoir vu ma collection. Et n’en parle surtout pas à personne, sinon t’es mort. » Étais-tu sérieuse ou tu le taquinais? Il y avait un peu des deux à vrai dire, surtout avec ce regard que tu lui lançais. Tu t’approchas alors de ta commode pour y attraper un élastique et rapidement, tu attachas tes cheveux en un chignon quelque peu lâche sur ta nuque. « Tu peux t’installer à côté du lit. Si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite pas, je suis là. »



©️ Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Dante G. Wood

avatar

Loup • meute Nord



¤ AVATAR : Brock O Hurn
¤ CRÉDIT AVATAR : Bidibou **
¤ MESSAGES : 49
¤ POINTS : 30
¤ MULTIS : Arizona Sumners + Yuma Locklear
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 24/11/2017


MessageSujet: Re: Are they kidding us ? [Feat Phoebe] Mar 23 Jan - 18:51






Are they kidding us ?
Phoebe & Dante


Comporte-toi comme tu espères que l’on puisse le faire avec toi, non pas par égoïsme mais par humanisme. Un credo que tu t’efforçais de suivre, au même titre que tu ne tentais de ne point juger. A quoi bon accabler davantage autrui sans lui apporter tout le soutien nécessaire pour l’aider à parcourir un meilleur chemin que celui emprunté ? Inutile, fallacieux et destructif. Parce que dans un sens, qui de l’individu avec lequel vous étiez perfide ou vous-même détruisiez vous le plus à travers ces failles que vous exploitiez ? Chaque action teintant votre âme d’une nuance déterminée par la portée de vos actes et la réelle volonté que vous y mettiez. Voici une croyance à laquelle tu croyais avec fermeté. Par la Sainte Lune, tu n’étais pas homme à croire au paradis et à l’enfer il fallait l’avouer, mais tu étais homme à croire cependant à la rédemption et au karma. Un jour tout était retourné à son expéditeur, ça tu en étais assuré. Parfois le chemin pour certain était juste un peu plus long, mais un jour tout finissait par se payer. Après tout Dieu lui-même l’avait évoqué au sein de son livre Saint. La loi du Talion ma chère : Œil pour œil dent pour dent.

Phoebe était de ces personnes douces et méritantes, de celles qui méritaient une bien meilleure destinée. Tu en avais vu des âmes écorchées passer entre tes mains. La première eux été presque la résultante d’un coup du destin, puis peu à peu les personnes t’avaient persuadé d’emprunter la voie du tatouage non pas par appât du gain mais dans un réel processus d’aide à la guérison. Qui de mieux qu’un blessé pour en comprendre d’autres ? Bref. En tout cas tu te devais d’admettre que la Bêta d’Arizona avait un sacré caractère au même titre que son Alpha, te tirant un rire léger. Ha toi aussi les histoires d’Amour n’était guère ton fort. Tu l’avais fui cette voie, celle que tu avais vu blesser Elijah, plaies encore ouvertes manifestement vu que le comportement qu’il se permettait d’adopter à ton plus grand désarroi. « Ce n’est ni orgueil ni vanité je dirai plutôt le passé. » Un sourire triste en vint à se dessiner sur ton visage barbu, tu peinais à toujours parler de ceci, mais tu savais que la confidente que tu avais trouvé en cette soirée était une personne de confiance. Ouverte de cœur et d’esprit, tu l’estimais. Ton instinct de dictant que la louve à qui tu parlais se devait de savoir de quoi il en retournait réellement parce que bon sang cette situation ne pouvait guère continuer encore longtemps ! Phoebe semblait avoir une certaine influence sur l’Alpha du Centre et dieu soit loué ça aurait certainement son utilité, celle de radoucir un peu le coup de cœur d’Elijah. Puis lui pourrait pousser son meilleur ami à enfin dévoiler ce morceau de passé. C’était tout un rouage à mettre en place pour qu’enfin la réconciliation se fasse. Ils avaient vraiment deux chefs butés hein qui les poussaient à devenir de fins stratèges.

« Elijah a aimé par le passé, une seule fois. Ce n’était pas l’histoire d’un soir, ça aurait dû être celle de toute une vie. Néanmoins la maladie ne l’a pas épargné, elle s’est toujours refusée à être transformée. Abigaël, ma sœur d’adoption. » L’azur de ton regard se fit plus triste, te rendant plus vulnérable. Voici pourquoi tu choisissais avec soin auprès de qui te confier. Cela pourrait être aussi un point faible qui pourrait exposer ton Alpha, mais aux grands maux les grands remèdes cette fois c’était pour son bien. « Il ne s’est jamais remis tu sais. Il donne cette image froide mais celui que je considère comme un frère, tout au fond de lui est solaire. Tout ceci a juste fait en sorte qui s’enferme dans cette carapace. Carapace qu’Arizona détruit. » Un esclaffement guère amusé sortait de tes lèvres alors que tu secouais la tête. « Elle le déstabilise je pense et je crois que c’est réciproque n’est-ce pas ? » Cette fois ton regard se faisait perçant. « Je suppose qu’ils tentent de se leurrer, de se protéger. En plus ils ont chacun une meute à gérer. Mais ça doit être effrayant de s’ouvrir de nouveau. » Tes sourcils doucement se fronçait. « Enfin je ne connais pas Arizona, je spécule énormément. » Ho tu étais loin de se douter qu’elle aussi avait subit un déboire amoureux portant le nom d’Elliot, sauf qu’à contrario lui était vivant.

Ton visage se fit moins grave, se teintant d’amusement. Tu n’aimais guère demeurer dans la gravité, autant profiter de chaque particule de bonheur à ta portée, qui savait quand sa vie allait s’achever. « Ho, je suppose que le cadavre tu as donc dû le balancer aux félins. Quoi de mieux pour nettoyer. » La blague était aisée, ho un peu d’humour noir mais ça prouvait qu’au moins tu te sentais à ton aise. Puis tu étais persuadé que Phoebe ne prendrait pas ceci au premier degré. En tout cas tes sourcils se haussaient sous la franchise assez rafraichissante de ton « projet » d’une soirée. Te radoucissant sous la confidence qu’elle osait alors te faire, passant avec aisance d’un sentiment à l’autre. Tu étais ainsi, entier. « Je suis sincèrement désolé pour Orion. » Vérité, le ton employé dévoilait l’absence complète de mensonge. « Etre réincarnée doit être assez bouleversant, on vous annonce du jour au lendemain que vous partagez votre corps, point de choix possible. Votre vie en est complètement chamboulée. Sans parler du passif de la louve qui l’a choisi. Un coup à tomber dingue. Je suis impressionné, vous avez vraiment du lutté pour obtenir la meute dont vous rêviez. Je comprends mieux pourquoi tu veilles à autant la protéger. Elle est chanceuse de t’avoir à ses côtés. Et…» Soudain tu fus coupé, prenant alors conscience pleinement de ton environnement. Tes yeux s’écarquillant sous la masse d’effets personnels à l’effigie des pingouins. Tu poussais même un sifflement impressionné, était-ce flippant ou charmant ? Impossible à savoir. Néanmoins un sourire franc vint accueillir cette révélation. « Bien madame je resterai sage et muet comme une tombe. Tu es carrément accro à n’en pas douter, je n’oserai donc guère te contrarier. Question stupide mais pourquoi les pingouins ? » Ton regard en tout cas pétillait alors que tu t’avançais avec révérence dans la pièce n’osant rien toucher : « J’ai l’impression d’être au sein de ce film avec Jim Carrey, tu sais M. Popper et ses pingouins, une référence ce film. »  Tu repris du poil de la Bête déposant tes affaires au sol, les déballant avec précautions, ton matériel tu en prenais soin. « C’est carrément cool comme passion. »


©️ Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Hawkins

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Àstrid Bergès-Frisbey
¤ CRÉDIT AVATAR : Joanne ♥
¤ MESSAGES : 75
¤ POINTS : 6
¤ MULTIS : Morgan E. Griffin
¤ AGE : Une jeune femme à l'apparence de 28 ans, mais qui en possède en fait 187.
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 01/12/2017


MessageSujet: Re: Are they kidding us ? [Feat Phoebe] Lun 5 Fév - 3:07






Are they kidding us ?
Phoebe & Dante

Il fallait croire que l'alpha du Nord et toi aviez un point en commun : une histoire d'amour qui avait mal terminé. Tu comprenais un peu mieux la réaction de cet homme envers Arizona, mais il fallait savoir aller de l'avant. Ce n'était pas évident d'oublier son seul et unique amour, tu en étais la preuve vivante. Toi qui cauchemardais encore à ce sujet, toi qui étais toujours célibataire par choix. La mort de cette Abigaël touchait cependant également Dante et tu compris bien rapidement que lui et son alpha se connaissaient depuis de nombreuses années. Probablement plus longtemps que tu ne connaissais Arizona. « Désolée, je l'ignorais... Mais les êtres humains sont des êtres si fragiles, la mort arrive tôt ou tard... » C'était un fait indéniable. Tu aurais également connu cet évènement avec ton histoire d'amour avait perduré. Tu aurais fait face à la mort de l'être aimé, soit de vieillesse soit de maladie, sans rien pouvoir y faire. Et c'était douloureux de s'imaginer ce genre de choses. Elijah ne s'était apparemment jamais remis de cette mort, d'où le pourquoi il semblait si froid, mais ton alpha était parvenu à le déstabiliser - chose qui était réciproque en soi. « Tu spécules seulement et pourtant, tu es si proche de la vérité. Ils ont tous les deux un passé qui ont créé ces carapaces qu'ils possèdent. Sauf qu'ils devront en sortir s'ils veulent faire avancer les choses. Enfin, ce n'est pas comme s'ils manquaient de temps. » Contrairement aux humains, vous, les loups, aviez bien des siècles encore à vivre. Ils pouvaient prendre le temps qu'ils désiraient. Enfin, tant qu'ils ne s'amusent pas à se prendre la tête trop souvent, car cela allait retombez sur leur deux bêtas une nouvelle fois et tu n'en avais pas très envie en fait.

Tu ne pus t'empêcher de rire en l'entendant. « C'est utile de travailler dans un Zoo, je peux me débarrasser des preuves plutôt facilement! » Quoi de mieux qu'un félin affamé pour dévorer un cadavre? Enfin, tu n'oserais pas nourrir tes pensionnaires avec de la viande de mauvaises qualités, ils devaient rester en santé, tout de même! Tu posas alors ton regard sur lui, un léger sourire aux coins des lèvres. « Ce n'était clairement pas facile pour elle, au tout début. Elle devait s'y habituer, mais au moins, elle n'était pas seule. Je l'ai vue devenir la louve qu'elle est aujourd'hui, il est donc normal que je la protège autant. Surtout qu'obtenir cette meute ne fut pas facile. C'était un chemin ardu, mais elle a su surmonter les épreuves. Une vraie alpha. » Ton alpha. Ton Arizona. Vraiment, tu te demandais parfois quels étaient les plans du Destin. De ce Dieu que vénérait les humains croyants. Si ce n'était pas pour elle, tu ne serais probablement par revenue à Londres avant de nombreuses années encore. Et au fond, tu remerciais les cieux de l'avoir mise sur ton chemin, car aujourd'hui, elle donnait un sens à ta vie. Un sens à ces nombreuses années qui s'accumulaient.

La gêne s'empara de toi lorsqu'un sifflement s'échappa des lèvres de Dante. Était-il impressionné ou effrayé? Tu ne saurais le dire. Après tout, c'était tout de même quelque chose de voir autant de pingouins réunis en un seul endroit. Il ne devait certainement pas s'attendre à cela. Sauf que tu te permis tout de même de le mettre en garde. On ne se moque pas de ta collection sans s'en prendre directement à toi! « J'avoue que c'est - hmm... - un peu excessif. Sauf que c'est plus fort que moi. » Tu ne t'attendais cependant pas à la question qu'il venait de te poser à en croire ton air surpris. Pourquoi les pingouins? Tu te mis à réfléchir, ne t'étant jamais réellement poser la question auparavant. « Je l'ignore en fait. C'est peut-être parce que mon premier patient fut un pingouin je suppose...? Il était vraiment adorable - et il l'est toujours d'ailleurs. Je ferai les présentations si tu viens au zoo un jour. » Pourquoi pas? Tu avais accès aux enclos assez facilement pour t'occuper des animaux. Tu pouvais donc lui présenter tes amis noirs et blancs, non? Enfin, peut-être pas en plein jour avec tous les superviseurs et les clients cependant. En entendant parler du film, tu te mis à rire. « Je dois l'avoir écouté au moins une bonne vingtaine de fois! Mais t'inquiète, je ne veux pas de pingouin pour mon tattoo. » Non, vraiment, tu étais plus qu'accro aux pingouins. C'était devenu une obsession, mais pas au point d'en vouloir ancré dans ta chair. Tu n'étais pas si folle que cela quand même. Tu désirais quelque chose qui te représentait davantage pour t'aider à avancer et à aller de l'avant. Cela te fit penser, d'ailleurs, que tu devais montrer ta cicatrice à Dante. Après tout, il devait savoir à quoi s'attendre. Sans gêne apparente, tu retiras ton haut, le jetant sur ta commode. Puis, tu vins t'asseoir sur ton lit, légèrement de biais au bêta pour lui montrer cette cicatrice située sur tes côtes gauches. Elle déformait ta chair là où cette balle d'argent l'avait perforée, déchirée. « Voilà la bête... » murmuras-tu tout bas la tête basse pour toi-même l'observer. Ton regard en disait long sur tes pensées. Et tu espérais simplement que Dante parviendrait à t'aider à passer au travers de cette épreuve. C'était d'ailleurs étrange de ne pas avoir Arizona à tes côtés dans un moment comme celui-ci, elle qui t'avait toujours soutenue lorsque tu traversais des moments difficiles. Visiblement, tu allais devoir compter sur ce loup et sur personne d'autres.

©️ Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Dante G. Wood

avatar

Loup • meute Nord



¤ AVATAR : Brock O Hurn
¤ CRÉDIT AVATAR : Bidibou **
¤ MESSAGES : 49
¤ POINTS : 30
¤ MULTIS : Arizona Sumners + Yuma Locklear
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 24/11/2017


MessageSujet: Re: Are they kidding us ? [Feat Phoebe] Jeu 8 Fév - 20:58






Are they kidding us ?
Phoebe & Dante


A tord et à travers les gens se faisaient une fausse opinion sur celui que tu considérais comme étant un vrai frère, pouvais-tu cependant leur en vouloir ou lui en vouloir ? Pas totalement. Ça l’arrangeait d’agir ainsi tu le savais. D’éloigner les gens de manière consciente et voulue. Ainsi Elijah pensait qu’en excluant l’élément «Relation sérieuse » de l’équation à la finalité le mot douleur en venait tout autant à disparaitre. Cependant n’excluait-il pas le mot « Bonheur » de la probable réponse de cette équation ? Probablement que si. Tu étais du genre à prôner le libre arbitre, mais dans ce cas-ci tu ne souhaitais plus enfouir ta tête dans le sable. Il t’avait choisi pour protéger son derch qu’il en assume toute la portée, tu comptais bien le stimuler le garçon et le pousser dans ses derniers retranchements si ile fallait. C’était de cela après tout qu’on distinguait les potes des vrais amis. Les premiers vous enchanteraient avec un mensonge bien servi juste pour vous aider à retrouver le sourire de manière temporaire, les autres vous massacrerait le derch, solution thérapeutique à long terme, douloureuse sur le coup mais qui aidait à se remettre. Il te suffisait d’observer Phoebe pour comprendre que la seconde d’Arizona était sur la même longueur d’ondes que toi à ce sujet, cela expliquait que tu daignais te confier. Ta confiance elle avait su la gagner la belle soigneuse. Tu n’aurais après tout pas conté votre passé à n’importe qui, tout était question d’arme malheureusement en guerre et en politique, ça tu l’avais bien vite compris. Les véritables alliés ont ne les comptaient que sur les doigts d’une main, alors à la finalité Elijah était encore bien plus con que de daigner jouer de sa « fierté » en refusant d’aller directement s’excuser. Un SMS pour s’excuser… Pas surprenant que la volcanique alpha du Centre n’ai même pas daigner donner suite à cela. Parfois la connerie de ton Alpha prenait de sacrées proportions, il avait un réel problème de communication le bougre.

« Tu n’as guère besoin de t’excuser, mais j’en suis touché. » Tu marquais un arrêt précisant : « Je pense qu’Elijah a été heurté quant au fait de devoir accepter de ne pas la mordre. Imagine avoir l’antidote en main mais que la personne que tu chéris le plus se refuse de se le voir administrer. La sempiternelle question de la Passion ou de la Raison se pose. Je ne sais pas si j’aurai son courage. « Un soupire s’échappait de tes lèvres, cela faisait mine de rien du bien d’en parler à quelqu’un. « Abigaël est et demeurera à jamais sa femme. Son premier Amour. Peut-être craint-il de déshonorer sa mémoire en acceptant qu’Arizona soit bien plus qu’une passade. Cependant point de peur sans danger. Donc ça signifie qu’en somme ton Alpha a toutes ses chances. Qu’elle le bouleverse assez pour remettre en cause toutes ses convictions. Bordel pourquoi sont-ils aussi compliqués ? » D’un coup cependant tu te mis à grommeler : « Je ne demande pas à ce qu’elle l’excuse sans explications, oh ça non, ce petit con il doit au bout d’un moment se secouer les puces. J’ai cependant une demande à te faire, de toi à moi, de Bêta à Bêta, de frère à sœur, bref t’as compris le truc. Dieu seul sait que d’habitude je ne me mêle pas de ce genre d’histoire mais penses-tu pouvoir ne serait-ce qu’aborder un tant soit peu le sujet avec elle ? » Tu étais désespéré et cela se sentait, se voyait, tu étais un loup assez entier. Tu ne cherchais pas à manipuler Phoebe loin de là, tu voulais juste que ton Alpha soit heureux et par la même occasion Arizona, parce que ça se sentait ces deux là dépérissaient mais refusaient de l’admettre à cause de leur fierté. « Nan parce qu’autant l’avouer, je n’ose pas lui en parler à elle, je risque de m’en ramasser une. » Tu grimaçais avant de rire. « Je suis sûr que ta chef elle doit avoir un bon direct. » Cette fois ton regard pétillait. « Ou alors on enferme ces deux parias dans une pièce ensemble. » A cette pensée tu te mis à rire, le pire c’est que cette solution se faisait de plus en plus tentante, néanmoins tu savais que vu leurs caractères ils seraient capable de ne pas décrocher un seul mot.

Tu adressais à clin d’œil à la demoiselle pour la rassurer : « Je n’oserai guère me moquer, je préfère voir une telle collection que certaines bien plus macabres ou féminines. »  Ton regard s’éclairait sous l’explication offerte et tu ne pouvais t’empêcher de la taquiner, montrant déjà qu’un lien existait entre les deux loups qui vous étiez. « Heureusement que tu n’as pas soigné un putois alors. » Oui parfois tu le reconnaissais sans peine tu pouvais être un vrai gamin, n’était-ce pas cette candeur et cette manière de sourire à la vie qui étaient tes principaux traits de charme ? Te voici faisait un signe de tête respectueux, tu étais parfois vieux jeu sur les manières gentleman envers les femmes, pas que tu les jugeais faibles bien au contraire cependant le respect et la politesse se perdaient en ce siècle : « Je t’avoue que ça serait avec grande joie que de rencontrer tes petits protégés. » Ton regard s’éclairait en t’exclamant : « Quand tu veux on se regarde, j’ai un projecteur à la maison et on pourra se faire du vrai pop-corn ! En tout bien tout honneur bien sûr ».

Tu levais les mains pour te laver de tous soupçons et en fait tu le fis vraiment usant de gel antibactérien pour cela avant de te radoucir prenant un air moins bravache et plus sérieux, presque plus « tendre » aussi. « Hey, je ne te promets pas que cela va résoudre tous tes problèmes, néanmoins à ainsi transformer cette cicatrice qui te fus infligée sans ton accord en ce que toi tu auras choisi ça sera le premier pas. La preuve que toi et toi seule décides de ce que tu juges être le mieux pour toi. Tu es forte Phoebe, je n’en doute pas et je suis sûr que nous sommes plusieurs à le penser, maintenant à toi d’y croire. Ce soir tu reprends la main et tu enlèves tout pouvoir à la personne responsable de cela. » Le regard azur se faisait perçant et dévoilait l’expérience de son propre vécu avant de se faire de nouveau plus chaleureux tendant doucement les doigts demandant tout de même la permission de toucher : « Puis-je ? » Tu devais estimer l’épaisseur de la peau cicatrisée pour savoir de combien d’aiguilles tu useras. Tu savais que ça serait épuisant pour la louve mais néanmoins salvateur. Libre à ton interlocutrice de te conter à un moment son histoire, tu savais que parfois certaines personnes le faisaient mais toujours de leur propre volonté. D’autres pleuraient, mais jamais tu ne jugeais ou ne te moquais. C’était une bien étrange thérapie tu le savais, néanmoins beaucoup l’affirmerait, passer sous les aiguilles c’était une expérience que jamais on n’oubliait. Alors forcément lorsque le projet revêtait cette importance c’était d’autant plus heurtant.



©️ Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Are they kidding us ? [Feat Phoebe]

Revenir en haut Aller en bas
Are they kidding us ? [Feat Phoebe]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» (F/LIBRE) PHOEBE TONKIN
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Les Habitations :: Au Centre de Londres :: Chez P. Hawkins-
Sauter vers: