RSS
RSS



AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !



Partagez|

I'm here baby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Salazar O'Sullivan

avatar

☽Loup-Garou☾
Meute du Nord



¤ AVATAR : Colin O’Donoghue
¤ MESSAGES : 13
¤ POINTS : 6
¤ MULTIS : Nikolaj, Andrew, April
¤ AGE : 237 ans, 30 physiquement
¤ GROUPE : Meute du Nord
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/01/2019


MessageSujet: I'm here baby Mar 8 Jan - 20:45



I'm here baby
Oriana & Salazar

Tout c’est compliqué depuis ce foutu bordel, pourtant je devrais être soulagé que Greg et Jenny me soient revenus, mais c’est comme si une part de moi s’était brisée cette nuit-là. Je me sens coupable de tout ce beau merdier et je sais que je ne devrais pas en vouloir à Oriana d’avoir buté ce connard à ma place, je devrais même être fier et soulagé puisque sans elle ils seraient peut-être morts plutôt que d’être dans le coma, mais c’est plus fort que moi. Gregory et Jenny sont sous ma responsabilité, c’est à moi de prendre soin d’eux et de les venger, sauf qu’au lieu de ça c’est moi qui les ai mis en danger. Putain ! J’arrive même plus à les croiser et les regarder dans les yeux. Ils doivent me détester et ils auraient raison. Alors plutôt que d’assumer mes erreurs bah cette fois je prends la fuite, ce n’est pas dans mes habitudes pourtant mais je ne supporte pas voir la douleur dans leurs yeux et ne rien pouvoir y faire.

Je suis au beau milieu du cambriolage d’une baraque de riches quand mon téléphone se met à vibrer. Je sais, on ne fait aucun coup tout seul, déjà parce que c’est risqué et aussi parce que ce n’est pas très fairplay, sauf que j’ai besoin de me vider l’esprit et rien de mieux qu’un petit vol pour ça. Je regarde rapidement mon téléphone. Encore Oriana qui essaie de me joindre, c’est qu’on ne s’est pas vraiment revu depuis l’hôpital et j’essaie de me convaincre que c’est mieux comme ça. Est-ce qu’elle me manque ? Putain ouais ! Mais ça je ne le dirais jamais à voix haute. J’ai besoin de croire que je peux totalement me détacher d’elle et l’oublier, parce que Greg me l’a demandé et que je dois le faire pour lui, pour ne pas le mettre en danger une fois de plus.

C’est là que mon regard se pose sur ce bijou, un putain de collier sur lequel pend un diamant topaze orné d’argent et je peux vous assurer que ce n’est pas de la camelote. La couleur me fait penser à ses yeux et je me mets à l’imaginer avec ce bijou autour du cou. Tu dérailles complètement Salazar. J’entends du bruit dans le couloir et une voix d’homme grave qui vient de se réveiller et qui demande à sa fille ce qu’elle fait debout. Parce que j’ai l’air d’une gonzesse maintenant ? Vous moquez pas, je suis sûr que même en femme j’aurais été bonne. Mais si j’avais été une femme, j’aurais sûrement hésité à foncer droit dans la fenêtre et passer au travers pour me barrer de cette maison. Aucune empreinte, aucun visage aperçu, aucune caméra qui m’aura filmé, j’ai sauvé mon cul sur ce coup-là et j’ai aussi récupéré le collier, en plus de quelques autres bricoles.

Le plus con de la situation se produit lorsque je me rends compte que j’ai un petit morceau de verre bloqué sous la peau du cul. Comment il a réussi à se fourrer là celui-là ? Il doit y avoir quelqu’un qui ne m’aime pas beaucoup là-haut, autrement ce ne serait pas possible. Mon téléphone se remet à vibrer et c’est un nouvel appel d’Oriana. Je ne sais pas pourquoi cette fois-ci je décide de décrocher, mais je sais juste que je le fais.

- Ouais ?

Pas de "salut poupée, je t’ai manqué ?". Mon ton est plus froid et distant malgré moi, peut-être parce que je sais que si je la revois, je n’aurais pas envie de repartir et ça je peux pas l’accepter. Sauf que le silence à l’autre bout du fil m’inquiète et j’entends ma belle renifler. Elle pleure et je sens ma gorge se serrer malgré-moi. Putain sérieusement Salazar ?!

- J’arrive.

Je raccroche sans lui avoir laissé le temps d’en placer une et c’est vers chez elle que je me mets en route, toujours avec mon morceau de verre coincé dans le cul au passage, c’est que je ne suis pas contorsionniste. Il me faut moins de quinze minutes avant d’arriver chez elle et je me rends compte que j’aurais même pas besoin de sonner à l’interphone puisqu’elle m’attend déjà en bas de son immeuble. Le simple fait de poser mon regard sur elle me donne une furieuse envie de la dévorer, lui déchirer ses fringues et la prendre ici et maintenant, contre le mur de son immeuble, mais je me donne une immense claque mentale pour garder Paul au repos. Je m’approche de quelques pas pour être en face d’elle, mais Oriana souhaiterait probablement que je sois plus proche encore. Si j’en ai envie, je sais aussi que ce n’est pas une bonne idée. Au final je me gratte nerveusement la barbe et me racle la gorge avant de prendre la parole.

- Tu voulais me voir ?

Honnêtement ça ne m’étonnerait pas qu’elle me retourne une baffe d’être un tel connard, elle peut bien se défouler en fait, si ça peut l’aider à aller mieux, peut-être que ça m’aidera aussi.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Oriana Lazario Danner

avatar

∞ Sorcière ∞
Nécromancienne



¤ AVATAR : Margot Robbie
¤ CRÉDITS : me
¤ MESSAGES : 187
¤ POINTS : 30
¤ MULTIS : Joshua & Gregory
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE : Blonde aux yeux bleus
1.68 m/57 kilos
Elle a quelques tatouages bien dissimulés
Elle est nécromancienne et peut asservir les vampires, ce qu'elle fait d'ailleurs avec un certain plaisir...Quand elle y arrive...
Elle a deux visages : un côté doux et innocent et celle qu'elle est réellement : une tête brûlée impulsive qui a un don pour avoir des ennuis.

Elle est la fille d'un EFL, elle est venue en Angleterre pour retrouver son père et apprendre à le connaitre.

¤ GROUPE : Sorcières
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/07/2018


MessageSujet: Re: I'm here baby Mer 9 Jan - 21:07


I'm here baby



feat : Salazar & Oriana


Cela faisait un peu plus d'un mois... Un mois qu'elle dormait mal après avoir vu cette scène digne d'un film d'horreur, un mois qu'elle avait sur la conscience la mort d'un homme, un mois qu'elle ne l'avait pas vu, lui...On lui a déjà dit mille fois qu'elle avait tendance à s'attacher trop vite, mais on pouvait bien l'avertir autant que l'on voulait, elle n'en faisait qu'à sa tête. En même temps, ce n'était pas comme si elle pouvait le contrôler. Lui, c'est un connard de loup qui a tenté d'échapper aux flics en la prenant en otage, il transpirait le danger et elle avait vite compris ce qu'il était au vu de la force dont il avait fait montre pour bloquer l'accès à l'entrée de l'église dans laquelle il les avait enfermés. Arrogant, bien trop sûr de lui et on ne peut plus agaçant avec sa façon de croire qu'elle lui succomberait en moins de temps qu'il n'en faudrait pour le dire. Et pourtant, elle lui avait donné raison ce jour là. Ça avait été très vite et ça n'aurait pas dû se renouveler. Une fois, avec un inconnu, dans une église, voilà ce que ça devait être, rien de plus. Et pourtant, ils s'étaient revus, encore et encore. Si Oriana pouvait aller très vite dans ses relations, elle n'en était pas moins fidèle, et elle, elle avait rapidement vu leur relation autrement que comme une attraction purement sexuelle, pourtant, Salazar n'était pas vraiment le genre de mec à être en couple, et ça, elle aurait du le sentir car après tout, à part des délires et du sexe, il n'y avait pas grand chose d'autre dans leur relation.

Elle était passée par tous les états le jour où elle l'avait cru mort sur cette table en argent et lorsqu'elle l'avait retrouvé à l’hôpital, elle n'avait eu qu'une envie : lui sauter dans les bras. Elle avait eu tellement peur, pour lui, pour elle, pour cette fille qu'elle ne connaissait même pas mais qui était dans un sale état. Elle aurait pu se faire tuer elle aussi au vu du malade face auquel elle s'était retrouvé, mais ce n'était pas ça qui l'avait effrayée le plus sur le coup, ça avait été de le croire mort lorsqu'elle avait entendu sa voix dans son téléphone alors qu'elle voyait "son" corps ensanglanté à quelques pas d'elle. Elle avait tenté de le rassurer lorsqu'elle l'avait revu à l’hôpital, mais il était en état de choc et elle n'avait sans doute pas pu faire grand chose. Pire, lorsqu'elle lui avait expliqué de quoi il retournait, il s'était détourné d'elle. Sans doute pensait-il qu'elle était responsable de tout cela, après tout, qui lui jetterait la pierre ? Elle même le pensait. Elle n'avait plus osé aller à l’hôpital même si elle se doutait qu'elle l'y trouverait. Elle lui avait laissé un peu de temps, puis lui avait envoyé un message, puis un second...Pas de réponse. Un appel pour tomber sur le répondeur. Elle ne laissa pas de message, au début. Puis elle intensifia ses messages et ses appels, en vain, jusqu'à cette soirée. Elle ne savait même plus pourquoi elle continuait de tenter de l'appeler, cela faisait des semaines qu'il gardait le silence.

Elle croyait vraiment qu'une fois de plus, elle tomberait sur le répondeur, et lorsqu'elle entendit les sonneries s'arrêter et sa voix se faire entendre, elle tenta de retenir ses larmes. Elle resta silencieuse, la gorge nouée, sans doute en grande partie parce qu'elle n'y croyait plus, qu'elle ne s'imaginait pas qu'il répondrait enfin. "J'arrive", voilà les seuls mots qu'il prononça avant de raccrocher. Elle ne savait plus quoi penser. C'est le cœur battant à tout rompre qu'elle avait attrapé son manteau et était descendue, l'attendant devant l'immeuble. Allait-il réellement venir ou attendrait-elle encore en vain ? Les bras croisés sous sa poitrine, resserrant son manteau contre elle alors que le froid s'insinuait doucement sous ses vêtements, elle finit par le voir. Il s'avançait vers elle, s'arrêtant à une certaine distance et la blonde se mit à soupirer lorsqu'il prit la parole. Elle était triste, dégoûtée et en colère à la fois, elle ne savait même plus comment se comporter et se contenait pour ne pas exploser, chose bien peu aisée, et sa façon de lui répondre assez vertement ne manqua pas de trahir son agacement.

C'est tout ce que tu as à me dire ?


Elle releva les yeux vers lui, sentant sa tension monter un peu plus alors qu'elle plantait son regard dans le sien.

Et toi, pourquoi tu es venu ? Pour me dire de ne plus t'appeler ? De cesser mes messages ? Et alors quoi ? Ça se termine juste comme ça ?! J'avais vite remarqué que tu pouvais être un connard mais putain, tu surpasses tout !


Au fur et à mesure qu'elle parlait, son débit devenait de plus en plus rapide, sa voix plus forte. Il aurait fallu être sourd ou aveugle pour ne pas voir l'état d'énervement dans lequel elle se trouvait à l'avoir ainsi inerte en face d'elle. Allait-il donc rester planté là à ne rien dire ? Prendre la fuite peut-être ? Oui, l'idée de le frapper la démangeait grandement, et plus elle parlait, plus cela devenait tentant.

Bordel, mais t'as quel age pour me laisser comme ça sans réponse, sans explication et m'ignorer comme si j'étais... Moins qu'une merde ! C'est ça que je suis pour toi ?!


Et là, la colère avait pris le dessus et elle n'avait pu s'empêcher de le frapper, cognant son torse de son poing, ce qui en réalité ne devait pas lui faire grand mal au vu de sa force et de sa nature, mais elle, ça la défoulait. Prise dans sa colère, elle recommença à plusieurs reprises, laissant les larmes, à la fois de tristesse et de colère, couler sur ses joues alors qu'elle s'acharnait sur lui, allant jusqu'à se faire mal.

T'es vraiment... t'es vraiment qu'un connard !!

Elle était dans un tel état qu'elle en avait le cœur au bord des lèvres. Elle aurait voulu être là pour lui, et qu'il soit là pour elle, car même si elle ne connaissait ni Gregory ni Jenny, ce n'était pas pour autant que cet événement n'avait pas été traumatisant pour elle aussi. Lui, il s'était fermé, et elle... Elle désespérait de voir une quelconque réaction de sa part...



©️ sobade.
Revenir en haut Aller en bas
Salazar O'Sullivan

avatar

☽Loup-Garou☾
Meute du Nord



¤ AVATAR : Colin O’Donoghue
¤ MESSAGES : 13
¤ POINTS : 6
¤ MULTIS : Nikolaj, Andrew, April
¤ AGE : 237 ans, 30 physiquement
¤ GROUPE : Meute du Nord
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/01/2019


MessageSujet: Re: I'm here baby Jeu 10 Jan - 0:48



I'm here baby
Oriana & Salazar

Est-ce que je ne fais pas une erreur d’aller la voir ? J’ai tenu mon silence radio pendant un mois et voilà que je craque maintenant. J’aurais dû baiser des gonzesses à droite à gauche, ça m’aurait aidé à l’oublier, à la chasser définitivement de mon esprit. Sauf que je ne l’ai pas fait et maintenant je rapplique chez elle comme un bon toutou, ce n’est probablement pas de cette façon qu’elle verra les choses mais moi oui. Je peux encore changer d’avis, faire demi-tour et me barrer avant d’arriver chez elle, ouais et lui briser le cœur un peu plus en miettes de la même façon. Putain pourquoi est-ce que j’ai décroché ce foutu téléphone ? J’aurais dû l’ignorer, raccrocher, la black lister, n’importe quoi qui m’aurait permis de ne pas me retrouver devant ce bâtiment à cet instant et donc devant elle par la même occasion. Et les mots qui quittent mes lèvres après un mois d’absence et de silence sont dignes du parfait connard, je le sais, je l’assume, Oriana aurait dû se douter de qui je suis depuis le début, ce n’est pas de ma faute si elle s’est mise des œillères.

Ou c’est peut-être à moi que je mens dans l’histoire. Pourquoi est-ce que je suis incapable de penser que je tiens vraiment à elle ? Pourquoi est-ce même le simple fait d’y penser me paraît ridicule ? Salazar O’Sullivan ne s’attache pas, jamais, à personne, pas dans ce genre d’amour. Alors je ne devrais pas être touché par les réactions d’Oriana. Comment est-ce que je réagirais devant une autre femme ? J’afficherai sûrement un sourire avant de briser ses rêves, lui dire qu’elle n’a jamais compté pour moi et que tout était dans sa tête. Pourtant je ne suis pas capable de lui dire ces mots à elle, alors je me fonds dans mon silence, je la laisse s’exprimer elle à défaut que ce soit moi qui le fasse, parce que de nous deux je n’ai jamais été le plus causant de toute façon.

Oriana a beaucoup de questions mais ne reçoit pas la moindre réponse. Elle se sent trahie, rejetée, mal aimée et elle me le fait comprendre. Elle m’insulte. Elle me frappe. Non elle ne me fait pas mal mais si ça lui fait du bien alors qu’elle continue. Qu’elle se défoule parce qu’on a tous besoin d’un exutoire, je n’ai pas réussi à trouver le mien, mais si je dois être le sien alors qu’il en soit ainsi. Les larmes coulent sur ses joues et j’essaie de me convaincre qu’une telle vision ne m’atteint pas. Des femmes en larmes j’en ai vu des tas, pourquoi est-ce qu’avec elle ce serait différent ? Elle m’insulte, encore, et lorsque son poing vole pour la énième fois vers mon torse, je l’attrape en cours de route. Toujours silencieux, je sais qu’elle va me frapper de son autre poing et c’est ce qu’il se passe, alors lui aussi je le rattrape et c’est ainsi que je la bloque, ses poings captifs de mes mains, je me retrouve à la faire reculer jusqu’à ce que son dos se retrouve collé au mur de l’immeuble. Et c’est à ce moment-là que je fais la pire connerie, lorsqu’au lieu de la repousser par des mots cruels et froids, je viens plutôt abattre mes lèvres contre les siennes pour lui voler un baiser. Il y a beaucoup de choses que j’aimerais lui dire pourtant, mais putain il n’y a que ça qui vient, un foutu baiser. Si je finis par libérer ses lèvres, je n’en fais pas de même avec ses mains.

- Je sais que je suis un poison pour toi, Oriana.

Je le suis probablement devenu aussi pour Greg et Jenny, mais j’y peux quoi moi ? Putain ils savent tous que j’attire les emmerdes comme la peste, c’est plus fort que moi et le pire c’est que j’aime ça, comme la pire des drogues dont j’ai besoin régulièrement d’une dose. Sauf que ça se complique à partir du moment où ça touche d’autres personnes que moi, où ça touche mes proches et que ça les empoisonne aussi. Ils ont failli y passer Oriana ! J’ai failli les perdre tous les deux et c’est à cause de toi, à cause de moi, à cause de notre foutue relation dont je n’arrive pas à me passer. Finalement je libère ses poignets, probablement serrés un peu trop fort sous ma poigne, je me contente de laisser retomber mes bras le long de mon corps.

- Et tu le savais aussi le jour où on s’est rencontré. Tu le dis toi-même, t’as vite remarqué que je suis un connard alors pourquoi tu t’accroches ? Et pourquoi est-ce que moi je m’accroche ? En fait je crois que j’ai envie de lui faire mal, pas physiquement, mais la blesser à l’intérieur pour ne pas être le seul à souffrir. Sauf qu’Oriana souffre elle aussi et le connard que je suis ne le remarque même pas, je crois juste que ses larmes sont dues à mon absence, pas à un autre traumatisme. T’es sexy, des mecs tu t’en trouveras des tas facilement. Bon peut-être pas aussi bien que moi mais ça je crois qu’il vaudrait mieux que je ne le précise pas.

Sauf qu’Oriana ne doit pas bien comprendre d’où est sorti ce baiser si c’est pour lui balancer de telles conneries derrière. Ce baiser exprime l’inverse de mes mots, enfin en partie, je ne vais pas nier que je suis un connard, tout le monde le sait, mais c’est pas pour autant que j’ai envie de la voir partir. Mais soyons honnête, ce serait mieux pour elle que je ne sois pas dans sa vie et ce serait mieux pour moi aussi, enfin d’une certaine façon, ou alors j’essaie juste de me convaincre de cette absurdité. Pourquoi est-ce que tout est devenu si compliqué ? C’était simple avant et beaucoup plus fun, on passait notre temps à s’amuser. Cette situation-là est nulle à chier.

- Garde donc tes larmes pour quelqu’un qui les mérite.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Oriana Lazario Danner

avatar

∞ Sorcière ∞
Nécromancienne



¤ AVATAR : Margot Robbie
¤ CRÉDITS : me
¤ MESSAGES : 187
¤ POINTS : 30
¤ MULTIS : Joshua & Gregory
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE : Blonde aux yeux bleus
1.68 m/57 kilos
Elle a quelques tatouages bien dissimulés
Elle est nécromancienne et peut asservir les vampires, ce qu'elle fait d'ailleurs avec un certain plaisir...Quand elle y arrive...
Elle a deux visages : un côté doux et innocent et celle qu'elle est réellement : une tête brûlée impulsive qui a un don pour avoir des ennuis.

Elle est la fille d'un EFL, elle est venue en Angleterre pour retrouver son père et apprendre à le connaitre.

¤ GROUPE : Sorcières
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/07/2018


MessageSujet: Re: I'm here baby Sam 12 Jan - 16:46


I'm here baby



feat : Salazar & Oriana

On pouvait tenir un long discours sur Salazar O'Sullivan, mais s'il y avait une chose de sûre, c'est que ce genre de mec ne pouvait pas laisser indifférent, et vu dans quel état la blonde se trouvait en sa présence, ou même lorsqu'il n'était pas là, il était alors évident qu'il avait un fort impact sur sa vie. Cela faisait plusieurs mois qu'ils se voyaient, et pour elle, même si aucune définition n'avait été donnée clairement quant à leur relation, ils étaient ensemble, elle ne pouvait le concevoir autrement. Certes, c'était bien plus physique qu'autre chose, car ces deux-là n'avaient jamais eu une conversation sérieuse hormis lors de ce terrible événement, passant plus de temps entièrement nus ou à s'amuser comme deux gamins. Lorsqu'il était arrivé, il avait balancé trois mots, agissant comme si de rien n'était, comme si tout cela n'avait aucune importance finalement. Pourquoi fallait-il donc qu'elle soit toujours attirée par des connards ?! La tristesse et la colère s'entremêlait en un mélange détonnant et la blonde ne manqua pas de lui montrer son exaspération, autant par les mots que par les poings. Elle se faisait mal sur lui tandis qu'il ne bougeait pas d'un pouce. Elle espérait vraiment qu'il ait une réaction ou que ses gestes lui feraient aussi mal que ce qu'elle même ressentait au plus profond de son âme ? Rien, il la regardait s'agiter,déverser sa colère sans un geste, sans un mot. Et soudain, elle sentit sa main entourer son poignet, l’immobilisant. Elle continua de l'autre, lui crachant au visage qu'il n'était qu'un connard, un terme qu'il devait avoir l'habitude d'entendre.

Il se passa alors une chose qu'elle n'aurait pas imaginée car il la plaqua contre le mur et si pendant un instant, elle s'interrogea sur ce qu'il allait faire, s'il allait lui coller une gifle pour la calmer, elle sentit son corps se presser contre le sien, ses lèvres happer les siennes...Elle l'embrassait comme si c'était la dernière fois, passionnément, désespérément. Il y avait tant de sentiments contradictoires qui l'étreignaient en cet instant. Elle avait envie de hurler sa colère, de le frapper jusqu'à épuisement, et pourtant, il l'attirait tel un aimant et si elle n'avait pas les mains bloquées ainsi de chaque côté de sa tête, elle aurait déjà enroulé ses bras autour de son cou, se refusant à le lâcher pour ne décoller ses lèvres des siennes que lorsqu'elle serait à bout de souffle. Oui, elle y tenait à ce connard, et peut-être même plus que ça sinon elle ne l'aurait certainement pas harcelé de messages et d'appels durant ces semaines de silence. Enfin il ouvre la bouche pour dire quelques mots, ne la lâchant cependant pas pour autant et l'italienne ferme les yeux pendant un instant. Pourquoi est-ce qu'elle s'accroche ? Oui, elle se le demande souvent. Parce qu'elle aime leurs délires, parce que ce que les autres voient comme des défauts chez lui, ça l'amuse, parce que son impulsivité et son côté dangereux l'excite plus que de raison. Elle s'éclate et se sent vivante, elle, la nécromancienne qui semble vouée à côtoyer davantage les morts que les vivants. Elle pourrait lui dire tout cela et plus encore quand il lui demande pourquoi elle continue comme ça, mais rien ne parvient à franchir ses lèvres, elle est comme anesthésiée. Il est venu, il l'a embrassée, et pourtant cette rencontre sonne comme un adieu. Il avait libéré ses poignets et c'est quand il lui balance qu'elle peut trouver des mecs facilement qu'elle relève la tête avec cette envie de lui dévisser la sienne. C'est d'ailleurs à ce moment là que le coup part et que sa main atterri sur sa joue. Et elle se répéta, puisqu'il n'avait pas répondu à sa question, se contentant de la rejeter sans lui apporter de réponse.

Pourquoi t'es venu si c'est pour faire ça ? C'est pas parce que ça a été vite avec toi que je me tape le premier venu !


Elle avait envie de le secouer, qu'il cesse de rester aussi ... Comment qualifier cela d'ailleurs ? Insensible ? Il avait fini par ajouter qu'il vaudrait mieux qu'elle garde ses larmes pour quelqu'un d'autre et elle eut un rire nerveux. Elle était venue en Angleterre pour retrouver son géniteur, et à présent, à part cet homme qui n'avait pas non plus un caractère très facile, elle n'avait plus personne, alors pour qui pleurerait-elle ? Il y en avait eu, des larmes, ces dernières semaines mais plus encore ce jour là, quand elle avait cru que c'était lui sur cette table, quand elle l'avait pensé mort, et quand elle avait vu Gallicano s'approcher d'elle. Il était bien trop obnubilé à croire qu'elle lui appartenait pour la tuer, mais il aurait pu lui faire bien du mal si elle ne l'avait pas poignardé, comme il l'avait déjà fait lors de leur première rencontre...Les yeux relevés vers lui, elle ne pouvait s'empêcher de repenser à tout ça. Elle essayait de se calmer, chose peu aisée et c'est avec une boule dans la gorge qu'elle avait fini par reprendre la parole.

Ce n'était qu'un jeu sans importance pour toi ?... Je...

Elle sembla hésiter un instant puis finit par reprendre, baissant le regard.

J'ai eu peur ce jour-là... Quand je t'ai vu..Enfin..Quand j'ai vu ton frère étendu sur cette table. J'ai cru que c'était toi et quand tu m'as appelé...J'ai cru que je déraillais, que tu me contactais d'un autre monde. J'ai totalement paniqué, j'ai cru que je t'avais perdu ce jour là, et finalement...même si c'est d'une façon différente, je me rends compte que c'est le cas.

Elle essayait de contenir ses larmes mais chaque mot qu'elle prononçait était de plus en plus dur à dire parce qu'au final, sans doute qu'elle ne réalisait vraiment qu'en le disant à quel point ils en étaient et elle voulait tout sauf ça. Elle aurait eu beaucoup de choses à lui dire, mais elle n'y arrivait pas, elle était à bout de nerfs, à bout de force au point qu'elle n'arrivait même plus à le regarder dans les yeux.






©️ sobade.
Revenir en haut Aller en bas
Salazar O'Sullivan

avatar

☽Loup-Garou☾
Meute du Nord



¤ AVATAR : Colin O’Donoghue
¤ MESSAGES : 13
¤ POINTS : 6
¤ MULTIS : Nikolaj, Andrew, April
¤ AGE : 237 ans, 30 physiquement
¤ GROUPE : Meute du Nord
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/01/2019


MessageSujet: Re: I'm here baby Aujourd'hui à 13:05



I'm here baby
Oriana & Salazar

Je crois que je déraille avec elle, ou en tous cas je ne suis pas très logique dans mes actions et dans mes mots. Je l’ignore pendant un mois pour me décider à lui répondre maintenant. Je l’embrasse pour finalement lui dire qu’elle se trouvera facilement un autre mec. Putain qu’est-ce qui débloque chez moi ? Sois un peu logique avec toi-même Salazar, ça fera du bien à tout le monde. Le problème c’est que j’ai envie de deux choses totalement incompatibles et il faut croire que mon cerveau a du mal à faire un choix. Je pensais l’avoir fait en ignorant les appels et messages d’Oriana, mais il faut croire que les bonnes résolutions ne tiennent jamais éternellement. Je ne sais pas vraiment lequel est l’ange et lequel est le démon au-dessus de mon épaule entre ces deux choix, je sais juste qu’il y a une voix qui me dit de reconquérir Oriana et de profiter à nouveau de ces moments à deux, puis il y a cette autre voix qui me dit de la laisser tomber et de me concentrer sur Gregory et Jenny, comme j’aurais dû le faire depuis le début.

Putain pourquoi t’as débarqué dans ma vie Oriana ? Même si mon cerveau était déjà tordu, au moins il était bien plus clair avant que tu ne viennes foutre le bordel dans mes idées. Le vent sous sa main qui claque contre ma joue alors qu’Oriana me demande à nouveau pourquoi je suis venu. Ce n’est pas agréable de se faire gifler et honnêtement j’ai très envie de l’attraper par les épaules et la plaquer plus violemment contre ce mur, mais je me contente de faire ces gestes dans ma tête et de ne pas bouger dans la réalité. Arrête de pleurer Oriana, en plus ça fait couler ton mascara et t’es plus sexy lorsqu’il tient bien en place. Les reproches continuent et c’est un soupire qui s’échappe de mes lèvres comme première réaction.

- En fait t’as raison, je sais même pas pourquoi j’suis venu mais c’était une erreur. Tourne la page Oriana.

Et voici un nouveau cours particulier de Maître Connard. Si je lui tourne le dos et commence à faire quelques pas pour m’éloigner, je finis pourtant par m’arrêter. Woh qu’est-ce que vous me faites mes jambes-là ? Allez on lève un pied après l’autre et on avance, c’est pas si compliqué, on fait ça depuis des siècles. Pourtant ils ne veulent pas, je ne fais plus le moindre foutu pas en avant et au lieu de ça je me tourne à nouveau vers Oriana.

- T’étais pas un jeu et c’est bien justement ça le problème.

La ferme Salazar ! Commence pas à lui dire que tu tiens à elle et qu’au plus profond de toi tu sais que ça t’effraies de pouvoir la perdre. On fait demi-tour et on dégage. On dégage putain ! Mais non, au lieu d’aller dans l’autre direction, c’est vers elles que mes jambes se dirigent, à croire que je ne contrôle plus rien. Franchement si j’avais été un vampire, j’aurais misé sur le fait qu’une nécromancienne me contrôle, sauf que je suis un loup et moi on ne risque pas de me contrôler de sitôt.

- Toi et moi c’est pas compatible Oriana, c’est même dangereux. Putain j’ai failli perdre ma seule famille à cause de notre histoire !

Et Jenny est incluse dans cette famille, elle et Gregory sont ma famille et je ne supporte pas d’avoir failli les perdre. Sauf que c’est injuste de lui dire ces mots, de remettre la faute sur elle alors que putain c’est moi le responsable de tout ce bordel. Enfin c’est nous... Si je n’étais pas le jumeau de Gregory, ce sale connard ne s’en serait jamais pris à eux, mais on peut aussi dire que si je n’étais pas aussi proche d’Oriana, rien de tout ça ne se serait produit non plus. Je nous en veux, à elle, à moi au putain de reste du monde. J’ai ce mélange de culpabilité et de rage qui me bouffe et que je ne parviens pas à évacuer, tout simplement parce que je n’ai ni été capable de les protéger, ni été capable de les venger. Et c’est frustrant.

- J’ai failli te perdre toi aussi...

Parce qu’Oriana aussi était en danger ce soir-là, en fait le seul qui n’avait rien à craindre dans toute cette foutue histoire, c’était moi. A quel moment est-ce que c’est censé être juste alors que c’était moi que ce connard voulait attraper ? Au final les trois en ont souffert et le seul qui s’en sort bien dans l’histoire c’est moi. Je ne dis pas que j’aurais voulu me retrouver dans le coma, mais si j’avais pu inverser les rôles avec Gregory ou Jenny, bon sang c’est sûr que je l’aurais fait ! Je les fous déjà assez dans les emmerdes comme ça pour pas avoir en plus à les envoyer à l’hosto à cause d’un foutu psychopathe.

- Viens pas me dire que ta vie n’était pas plus calme avant que je débarque et foute le bordel. Le mois dernier c’est un psychopathe qui a frappé. Ce sera quoi le mois prochain ?

Peut-être que la prochaine fois ce seront des vampires du Nord qui viendront la bouffer pour me faire regretter de faire partie de cette guerre des espèces. Il y aura toujours un truc de toute façon, je ne sais pas me contenter d’avoir une vie calme et quand on aime le danger autant que moi, mieux vaut avoir le moins d’attaches.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: I'm here baby

Revenir en haut Aller en bas
I'm here baby
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Baby Deoxys alias Deox
» P... de baby-boomers 68tards...
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Les Habitations-
Sauter vers: