RSS
RSS



AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Moon's Spell ferme ses portes. Merci à tous et à toutes pour cette belle aventure.
Le forum devient privé, réservé à ses membres qui veulent encore y rp. Plus d'infos par ici.


Partagez|

Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ? - Jenny & Greg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Gregory O'Sullivan
Gregory O'Sullivan
☽Loup-Garou☾
Meute du Nord


¤ AVATAR : Colin O'Donoghue
¤ CRÉDITS : Tag - Shiya - Sigyn
¤ MESSAGES : 179
¤ POINTS : 28
¤ MULTIS : Oriana & Joshua
¤ AGE : Physiquement 30 ans, Réellement 237 ans
¤ ZONE LIBRE : Il a un frère jumeau complètement con, enfin, il est comme lui quoi. Ces deux là sont fusionnels et ne se quittent que bien rarement.

Greg a un tatouage sur le pectoral gauche lorsque Salazar en a un sur le poignet droit, c'est la seule véritable chose qui permette de les différencier lorsqu'on ne les connait pas car lorsqu'on les connait, on remarque quelques nuances dans le caractère. Ils ont chacun un bijou qui est censé les différencier, mais ils s'amusent bien souvent à les échanger.

Lorsqu'ils ont leur forme animale, il est par contre très facile de les différencier car ils sont opposés, l'un blanc avec une tache noire sur l'oreille droite et l'autre noir avec une tache blanche sur l'oreille gauche. Greg est le loup blanc.

Ils ont énormément voyagé et ont rencontré Jenny à Amsterdam, ce fut houleux au début mais ils finirent par l'intégrer à leur duo.

Ils sont arrivés en Angleterre depuis peu et ont rencontré Nikolaj, s'intégrant à présent dans sa meute.




¤ GROUPE : Meute du Nord
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018

MessageSujet: Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ? - Jenny & Greg  Dim 6 Jan - 0:43




Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ?
***


Comment leurs vies avaient-elles pu prendre un tel tournant ? A quel moment les choses avaient-elles déraillé à ce point qu'ils avaient la sensation de se perdre ? Il ne savait pas, il ne savait plus. Il avait souffert entre les mains de ce malade qui les avait torturés, physiquement bien sûr au vu de l'état dans lequel il s'était retrouvé, mais la souffrance psychologique avait été plus forte encore. Il en avait été malade de ne pas réussir à la protéger, de ne pas pouvoir l'aider, et même, d'avoir aggravé sa situation. Tous les trois culpabilisaient, il en avait bien conscience, il savait que son frère pensait que c'était lui qui aurait dû être sur cette table en argent, il se doutait que Jenny s'en voulait d'avoir été l'appât et lui il se détestait d'avoir été aussi faible. Il n'avait pas été capable de l'aider et elle s'était retrouvée à deux doigts de la mort. Lui même avait fini dans le coma et avait fait des rêves étranges, ou eu des visions, il ne savait pas trop, en réalité, à un moment donné, il avait véritablement cru que tout était fini. Il ne savait pas trop ce qui l'avait ramené, mais il était là. Il s'était régénéré en partie même s'il gardait quelques traces de cet épisode douloureux de sa longue vie. Un mois après sa sortie du coma, il conservait toujours quelques douleurs, mais c'était sa conscience qui souffrait le plus. Tout cela avait séparé le trio, ils s'étaient tous éloignés les uns des autres, et pourtant c'était en cet instant qu'ils auraient dû être unis plus jamais, qu'ils avaient besoin de la présence des autres et de se sentir entourés et soutenus. Salazar avait pété un plomb, culpabilisant à mort sur ce qu'il s'était passé, ce qui faisait qu'il ne restait que rarement à l'appartement ou même en leur compagnie. Quant à Jenny, elle avait trouvé un petit boulot, aucun d'eux ne se sentant de reprendre leur activité habituelle dans ces conditions. Il était soulagé de voir qu'elle sortait à nouveau et reprenait une vie aussi normale que possible même si leur relation semblait s'étioler. Il ne s'imaginait alors pas qu'elle travaillait pour un vampire car bien évidemment, il lui aurait dit sa façon de penser sur le sujet.

Des trois, aucun ne valait mieux qu'un autre quand il s'agissait de relations et de sentiments. Ils s'étaient tous renfermés, incapables de se retrouver, n'accentuant que davantage la douleur qui les étreignait. Cela faisait dix ans à présent que Jenny les avait rejoints et dix ans que son frère lui rappelait que c'était lui qui avait voulu intégrer Jenny à leur duo, persuadé qu'elle lui avait plu au premier regard. Il n'avait peut-être pas tort, mais le loup n'avait jamais voulu voir cela ainsi, et afin que les choses continuent de bien se passer, ils avaient érigé une règle simple : Jenny devait être considérée comme une sœur et jamais aucun des deux ne devait la toucher. Sans doute s'en était-il persuadé au fil des années, et sans doute qu'il en aurait été malade de voir Salazar l'approcher et puis, il y avait eu cette soirée où Salazar était terriblement en retard pour l'une de leurs missions, cette soirée où ils s'étaient embrassés. Ce ne devait être qu'une façon de détourner l'attention des flics, mais cet échange qui n'était censé être qu'une mascarade avait pris un tour bien plus profond, plus passionné. Gregory avait continué de nier bien que son frère lui reprochait sans cesse cet échange, et une fois encore, une dispute avait éclaté. Oh, elle n'avait pas duré bien longtemps. Ces deux-là avaient un don pour s'engueuler et revenir ensuite l'un vers l'autre comme s'ils ne s'était rien passé tant ils étaient incapables de mettre des mots sur ce qui pouvait les gêner réellement.

Toujours est-il que cet épisode avait malgré tout trotté dans l'esprit du loup, et si les remarques de son frère l'avaient poussé à s'interroger encore plus, ce fut ce moment traumatisant, chez Gallicano, qui lui fit comprendre à quel point il tenait à elle... Bien sûr, on aurait pu penser qu'il aurait réagi de la même manière pour son frère, mais il y avait une nuance qui avait son importance. Il lui avait fallu du temps, beaucoup de temps, mais il commençait enfin à le comprendre. Seulement, entre le comprendre et l'accepter, il y avait encore un monde et Gregory n'avait pas dit un mot sur le sujet. D'autres auraient profité de la chance qu'ils avaient d'être encore en vie, mais lui il s'était fermé encore davantage, sans doute parce qu'il craignait que sa présence ne la mette encore en danger. Quelqu'un de parfaitement objectif lui aurait dit que de toutes façons, ils avaient toujours eu une vie risquée, qu'elle les avait déjà suivis dans des missions où elle aurait pu être gravement blessée ou se faire tuer, mais les derniers événements, le fait qu'ils frôlent à ce point la mort les avait plus séparés que rapprochés.

Lui, il ne dormait quasiment plus, pouvant parfois rester enfermé pendant des heures. Lorsqu'il sortait, c'était pour aller se perdre dans les rues de Londres sans véritable but jusqu'à ce qu'il tombe sur un vampire qu'il prenait plaisir à tuer ou qu'il ne finisse dans un bar à boire jusqu'à ce que l'établissement ne ferme. Il ne buvait pas au point de ne plus tenir debout, mais juste assez pour espérer que l'alcool lui fasse oublier l'espace de quelques heures ce qu'il s'était passé. Parfois il rencontrait quelqu'un avec qui il discutait quelques instants, et pendant ce court laps de temps, il pensait à autre chose jusqu'à ce que la réalité ne le rattrape. Son frère avait pété un plomb, lui il était déprimé et ne faisait qu'attendre que les choses s'améliorent, qu'un jour il parvienne à s'endormir plus de deux heures et qu'il se réveille enfin en se sentant un peu mieux, en n'ayant pas refait ces cauchemars qui le hantaient depuis ce jour, le réveillant en sursaut et en sueur avant de réaliser qu'il était dans son appartement et que rien ne pouvait leur arriver là bas.

Ce soir-là, Salazar était parti dieu seul savait où et Gregory essayait de s'occuper l'esprit. Il avait beau ne pas être un grand intellectuel, il préférait passer son temps sur un livre que devant la télévision. Cela lui permettait d'imaginer, de visualiser les scènes et c'était bien plus facile de s'occuper ainsi que d'être passif devant un écran. Ce n'est qu'un bruit et une présence qui le sortirent de la lecture dans laquelle il s'était plongé. Un léger sourire bien trop furtif étira ses lèvres lorsqu'il vit qui était là. Il essayait de se contrôler, de faire comme si de rien n'était devant elle et son frère même s'il avait sans doute tendance à leur envoyer trop de messages et à s'angoisser dès qu'il ne recevait pas une réponse immédiate. Il essayait de se calmer, de prendre sur lui pour ne pas les harceler, ne pas leur faire ressentir cette peur qui l'étreignait dès qu'il n'avait pas de nouvelles pendant trop longtemps.

Tu es rentrée...Ça a été le boulot ?

Des banalités. En réalité, il ne savait plus quoi lui dire, comment lui parler. Il ressentait cette gêne, ce blocage depuis ce qu'il s'était passé. Il avait envie d'aller vers elle et vers son frère, de les prendre dans ses bras, de sentir qu'ils étaient bel et bien là, en vie, mais il était devenu encore plus réticent qu'avant aux signes d'affection. Il ne savait pas vraiment ce qu'il craignait en s'en empêchant ainsi, mais il n'avait dans tous les cas jamais véritablement appris à montrer son attachement, et en ces conditions, c'était pire encore...


⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas

Jenny Hoppe
Jenny Hoppe
∞ Sorcière ∞
Ether
¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 144
¤ POINTS : 60
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018

MessageSujet: Re: Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ? - Jenny & Greg  Dim 6 Jan - 1:51



Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ?


feat. GREGORY O'SULLIVAN



Elle ne sait pas vraiment pourquoi elle a pris ce boulot atypique. Elle dira fièrement que c'est pour avoir la liste d'une clientèle qu'il serait intéressant de voler. Elle dira que c'est parce qu'elle avait été intriguée par la méthode de recrutement et qu'elle n'avait pas envie qu'on lui efface ses souvenirs. Après tout, c'est un club secret alors, refuser l'offre d'emploi voulait aussi dire qu'on allait trifouiller dans sa tête. Et ça, elle n'en a pas envie. Jenny fait bien trop d'effort pour sourire, pour dire que tout va bien et pour maquer les cernes sous ses yeux. Elle passe trop de temps à se mordre la lèvre et l'intérieur de la joue pour ne pas pleurer quand elle s'enferme dans sa chambre, pour soi disant dormir. Un seul sanglot s'entendrait trop bien avec les jumeaux et leur ouïe. Définitivement, non. Jenny essaye de remontrer la pente, de faire comme s'il ne s'était rien passé, alors ce n'est pas pour qu'on entre dans sa tête et qu'une autre personne sache. Ce n'est pas tant la vision de ce qui s'est passée sur les tables en argent qui la dérange mais qu'on puisse savoir ce qu'elle a penser et ressentie à ce moment-là. La douleur physique était une chose mais, ça passe avec le temps. La douleur psychologique, en revanche... Quelle connerie !

Mais peut-être qu'elle pris ce boulot pour l'électro-choc. Elles sont rares les fois où Jenny ne dit pas ce qu'elle fait exactement pourtant, là, elle reste évasive sur depuis quelques jours. Elle n'a pas parlé du fait qu'elle bossait exclusivement avec des vampires, que les clients se nourrissaient directement sur des humains. Peut-être qu'elle a besoin de savoir s'ils vont le remarquer, s'ils vont lui dire quelque chose, s'ils tiennent toujours un peu à elle et qu'ils ne la détestent pas à ce point-là. Parce que, oui, Jenny s'en veut et se sent coupable. C'est elle qui est allée au rendez-vous proposé par celle qu'elle pensait être Oriana. C'est elle qui s'était laissée piéger et que Greg avait rejoint sans même réfléchir. Pas besoin de refaire la scène de ce qu'il s'est passé par la suite. Tout avait été de sa faute, Jenny aurait dû ignorer le message qu'on lui avait envoyé. Ou, à défaut, elle aurait dû être capable de se défendre pour s'en sortir toute seule plutôt que d'être le putain de ver de terre qu'on accroche au bout d'un hameçon. Oui, c'était de sa faute.

Ce boulot, ça se trouve, c'est juste parce que ça a été la première opportunité pour quitter l'appartement sur une grande plage horaire. Évitez ce grand loft où tout le monde s'évite soigneusement, où on se dit que tout va bien alors que ce n'est pas le cas. Sa culpabilité l’entraîne à penser que les jumeaux lui en veulent et qu'ils s'accordent pour lui offrir le strict minimum. Elle doit s'excuser et elle le sait mais, elle n'y arrive pas. Jenny n'a pas les mots et, surtout, elle n'est pas certaine d'y arriver sans craquer. Sauf qu'il y a des choses qu'elle tient à garder pour elle. Des choses qui concernent essentiellement Greg. Putain, elle ne sait même pas quand les choses ont commencé à merder avec lui. Pourtant ce n'était pas si compliquée comme règle : ne pas s'interposer entre les jumeaux, ne jamais s'accrocher à l'un plus qu'à l'autre, ne jamais les voir autrement que comme des frères, ou des compagnons de route. Jamais elle n'aurait dû l'embrasser, ce soir-là, pour éviter une patrouille de police. Ce baiser qui n'avait pas été aussi innocent que ce qu'elle a prétendue. Elle s'en était posée de question après ça, avant de tout mettre sur le dos de l'énervement pour le premier retard de Salazar.

Sauf que ces questions, elles avaient commencé à revenir doucement depuis la table en argent. C'est lui qu'elle avait voulu protéger, c'est pour lui qu'elle avait souffert le plus. C'est à sa place qu'elle aurait voulu être. Non, c'est aux deux places qu'elle aurait voulu être si ça avait empêché Greg de souffrir. Salazar aussi elle avait voulu le protéger, ce qu'elle avait fait sans dire qu'il y avait une erreur sur la personne. Mais ce n'était pas la même chose, elle ressentait une différence dans cette façon de vouloir les préserver. Sauf qu'en faisant cette différence, c'est sa règle première qu'elle foutait en l'air. Non seulement elle mettait Greg en danger en jouant les appâts mais, en plus... Non, elle ne voulait pas être un problème entre les jumeaux et puis, de toute façon, il n'y a pas à se poser de questions. Ce qu'elle peut penser, les questions qu'elle peut se poser, ce sont les siennes. Pas celles de Greg.

C'est en cherchant à se vider l'esprit qu'elle monte dans l'ascenseur. C'est en se disant que les jumeaux sont sûrement de sortie à cette heure-ci qu'elle ouvre la porte. Le plan est simple, toujours le même depuis quelques jours : rentrer avant eux, passer 20 ans sous la douche pour éviter les odeurs de vampires qu'elle peut avoir sur elle et récupérer un sourire de façade. Sauf que ce soir, ça ne se passe pas comme les autres fois. Elle ferme la porte, pose ses clés et arrive dans la pièce principale pour tomber sur Greg. « T'es déjà là ? » En vrai, c'est plus une exclamation spontanée qu'une réelle question. Bien sûr qu'il est là, puisqu'il est devant elle avec son livre entre les mains. Elle secoue la tête, replace ses idées convenablement et reprend avec un semblant de sourire. « Oui, ça c'est très bien passé. Rien de particulier. »

Il est peut-être là, le problème. Même le « rien de particulier », elle en parlait avant. Mais pas là. Jenny se contente de garder son manteau en main, préférant qu'il finisse dans sa chambre plutôt que dans cette pièce. Si elle ne s'approche pas trop, ce n'est pas qu'à cause de cette nouvelle pudeur qui s'est installée mais parce qu'elle sait l'odeur qui est détectable sur elle. « Juste un peu crevant, alors je vais aller prendre une douche. » Pourquoi elle désigne la direction de la salle de bain ? Aucune idée. Il sait très bien où se trouvent les pièces de l'appartement. « Et... » Et toi, qu'elle allait lui demander. Est-ce que ça va ? Est-ce qu'il a passé une bonne journée ? Ce sont les questions habituelles mais, elle s'arrête en songeant que le plus urgent est cette douche. « Euh... Je te laisse continuer ta lecture. » Et c'est la pièce qu'elle va pour quitter afin de poursuivre l'objectif principal.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Gregory O'Sullivan
Gregory O'Sullivan
☽Loup-Garou☾
Meute du Nord


¤ AVATAR : Colin O'Donoghue
¤ CRÉDITS : Tag - Shiya - Sigyn
¤ MESSAGES : 179
¤ POINTS : 28
¤ MULTIS : Oriana & Joshua
¤ AGE : Physiquement 30 ans, Réellement 237 ans
¤ ZONE LIBRE : Il a un frère jumeau complètement con, enfin, il est comme lui quoi. Ces deux là sont fusionnels et ne se quittent que bien rarement.

Greg a un tatouage sur le pectoral gauche lorsque Salazar en a un sur le poignet droit, c'est la seule véritable chose qui permette de les différencier lorsqu'on ne les connait pas car lorsqu'on les connait, on remarque quelques nuances dans le caractère. Ils ont chacun un bijou qui est censé les différencier, mais ils s'amusent bien souvent à les échanger.

Lorsqu'ils ont leur forme animale, il est par contre très facile de les différencier car ils sont opposés, l'un blanc avec une tache noire sur l'oreille droite et l'autre noir avec une tache blanche sur l'oreille gauche. Greg est le loup blanc.

Ils ont énormément voyagé et ont rencontré Jenny à Amsterdam, ce fut houleux au début mais ils finirent par l'intégrer à leur duo.

Ils sont arrivés en Angleterre depuis peu et ont rencontré Nikolaj, s'intégrant à présent dans sa meute.




¤ GROUPE : Meute du Nord
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018

MessageSujet: Re: Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ? - Jenny & Greg  Dim 6 Jan - 14:55




Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ?
***


C'était ça leur relation à présent ? Se lancer des banalités, s'échanger trois mots on ne peut plus évasifs ? Depuis cet événement, il ne savait plus rien de ce qu'elle faisait, où elle était et avec qui. Il ne posait pas trop de questions, et elle répondait d'une façon on ne peut plus vague. Et de son côté, c'était pareil. Que lui dirait-il de toutes façons ? Soit il restait enfermé, soit il sortait en espérant pouvoir passer ses nerfs sur un vampire, évacuer cette tension, cette colère qui l'habitait en faisant un massacre, et le reste du temps, il le passait dans un bar à attendre que le temps passe en s'anesthésiant l'esprit. Il avait du mal à sortir la tête de l'eau, pas tant pour ce qu'il avait vécu personnellement mais pour la façon dont elle avait, elle, été prise à parti dans cette histoire. Quelque part, il en voulait à son frère même s'il n'était pas responsable. Il en avait aussi après sa blondasse qui avait été la cause de tout cela, même si c'était bien malgré elle et qu'au final, elle leur avait sans doute sauvé la vie. Ces contradictions l'épuisaient, tout comme il était épuisé de cette situation, de la froideur et de la distance qui s'était instaurées entre eux. Ils s'évitaient tous, se lançant quelques mots par ci par là, et cette situation n'arrangeait en rien le mal être qu'il avait, ni les leurs sans doute. Il avait envie de changer ça, mais lorsqu'il se retrouvait en face de l'un ou l'autre, il y avait ce blocage, il avait un mal fou à parler.

C'était devenu rare qu'ils se croisent, et en y réfléchissant, sans doute n'était-il jamais tombé sur elle à la sortie de ce boulot si mystérieux. En la voyant arriver, il lui avait demandé si ça avait été, ignorant toujours ce qu'elle faisait en réalité. La réponse fut évasive, oui ça a été...Mais encore ? Avant, même pour peu de choses, elle aurait dit ce qu'elle faisait, elle aurait raconté une anecdote, comment un abruti l'avait draguée ou sa façon de se foutre de la gueule d'un pauvre type, n'importe quoi. Mais là, rien. Il ignorait s'il se faisait des idées ou si le fait qu'elle veuille aller aussi vite dans la salle de bain était pour l'éviter. Peut-être qu'il se montait la tête tout seul après tout, mais il ne savait plus vraiment quoi penser.

Tu ne m'as jamais dit ce que c'était ce boulot.

C'est lorsqu'elle commença à se diriger vers la salle de bain qu'il se mit à tiquer véritablement. Le déplacement d'air lui fit avoir une étrange sensation. Il connaissait l'odeur de Jenny par coeur, et là, il y en avait une autre qui se superposait, violente, froide, désagréable. Celle de la mort. Oh pas celle de cadavres en putréfactions, non, celle-là il la connaissait encore mieux, celle des vampires...Elle était bien différente et les loups la remarquaient aisément. Ils appelaient ça la mort simplement parce que les vampires ne pouvaient être considérés comme des êtres vivants, ni même comme des humanoïdes étant donné que ces créatures n'avaient pas d'âme. Ils valaient même moins que les animaux aux yeux des loups, ils étaient un fléau, une menace, une espèce à éradiquer.

Tu es sûre qu'il n'y a rien de particulier ? Tu empestes la mort.

Il lui semblait évident qu'elle lui cachait quelque chose, la question était : quoi ? Travaillait-elle avec des vampires ? Pour des vampires ? Avait-elle été attaquée en chemin ? Il ignorait totalement de quoi il pouvait retourner et son regard bleuté s'était posé sur elle, à la fois inquiet et interrogatif. Que se passait-il donc ? Où était-elle ? Allait-elle lui dire la vérité ? Tant de questions sans réponses. Il était également possible qu'elle élude la question et tente de fuir dans la salle de bain pour éviter d'avoir à lui répondre. Mais pour le coup, il était évident qu'il ne lâcherait pas l'affaire, elle pouvait bien faire ce qu'elle voulait avec qui elle voulait mais lorsqu'il était question de vampires, son instinct s'éveillait. Ils avaient frôlé la mort, lui échappant de justesse, ce n'était clairement pas pour aller l'accueillir à bras ouverts. Il avait reposé son livre et s'était levé, s'approchant d'elle et plus il était proche, plus cette odeur lui sautait au cœur.

Qu'est ce qui s'est passé ?

Il imaginait le pire, ne pouvant croire qu'elle était allée sciemment dans une antre de vampires, c'était impossible, illogique, inimaginable ! Il ne savait que trop bien que chaque personne réagissait différemment, que son frère aurait eu tendance à se jeter dans la gueule du loup, et il espérait vraiment qu'elle n'en fasse pas de même.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas

Jenny Hoppe
Jenny Hoppe
∞ Sorcière ∞
Ether
¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 144
¤ POINTS : 60
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018

MessageSujet: Re: Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ? - Jenny & Greg  Lun 7 Jan - 3:35



Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ?


feat. GREGORY O'SULLIVAN



« Tu ne me l'as jamais demandé. » Qu'elle décide de lui répondre, toujours aussi évasive mais peut-être avec une petite pique. Ce n'est pas qu'elle veut lui reprocher son manque de questions, elle n'est pas mieux de son côté. Aucun des trois ne l'est. Jenny, tout ce qu'elle veut, c'est le bloquer dans son élan et elle se déteste de lui faire cela. Pourquoi faut-il qu'il choisisse ce soir, en particulier, alors qu'elle n'a pas eu le temps d'effacer certaines odeurs ? Elle s'en veut parce que, dans d'autres circonstances, elle aurait sûrement profité pour se poser à côté de lui en lui expliquant deux ou trois choses sur son boulot. Peut-être pas tout mais un petit bout, juste pour relancer la machine, pour lui parler à nouveau. Au lieu de ça, elle balance cette phrase dans un automatisme en sachant qu'elle le fait pour éviter de trop l'approcher, tout ça dans le but de ne pas titiller son odorat de loup.

Elle savait que ça risquait d'arriver. Elle l'a même peut-être voulue cette situation en acceptant ce job. Sauf que Jenny ne s'y est pas préparée alors, quand elle le dépasse et qu'elle l'entend reprendre la parole, elle se fige. Dos à lui, elle inspire en fermant les yeux une courte seconde. Elle empeste la mort, voilà les mots qui résonnent à ses oreilles. « Mieux vaut la sentir que de la vivre. » La phrase lui échappe dans un murmure qu'elle ne voudrait que pour elle, tout en sachant pourtant que l'ouïe de Greg n'est pas la même qu'un humain. Jenny se tourne vers lui, prête à lui dire qu'elle est sûre qu'il n'y a rien de spécial à dire. Que tout est parfaitement normal... Sauf qu'il n'y a rien de normal. Autant dans la relation qu'ils entretiennent tous dans ce loft, que ce boulot qu'elle vient de prendre. Tout avait cessé d'être normal quand ils avaient fait la rencontre de Gallicano de la pire manière qu'il soit.

Les mots qu'elle veut lui dire, le mensonge qu'elle veut prononcé ne sort pas quand elle croise le regard de Greg. Elle sait dans quoi elle s'est embarquée et, forcément, elle sait de quoi il est question. Alors elle avait imaginé le voir énervé à cette idée, sauf que c'est de l'inquiétude qu'elle croise dans ce regard bleu. C'est comme si elle venait de se prendre une grande claque mentale. A aucun moment elle n'avait pensé à cette hypothèse, à celle qu'il puisse s'inquiéter de ce qui se passe. Jenny n'a pas réfléchit au fait qu'une odeur de vampire sur elle n’entraîne pas forcément à penser qu'elle bosse dans un club secret pour cette population. La voleuse s'en veut. D'habitude elle est plus maligne que cela, d'habitude elle réfléchit à toutes les hypothèses possibles. Comment a -t-elle pour ne pas avoir pensé à ça ? Greg abandonne son livre pour se lever et s'approcher. Jenny, à défaut de reculer, sert son manteau un peu plus contre elle. Fuir ? Bonne alternative mais seulement pour gagner quelques minutes. Mentir ? Il le verrait tout de suite. Du moins, elle le suppose.

Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Jenny ouvre la bouche, puis se pince les lèvres en secouant légèrement la tête. Elle ne sait même pas par où commencer. « Rien, promis. Il ne sait rien passé. » En tout cas, rien qui ne soit inhabituel dans le cadre de ce nouveau travail. « J'vais bien. » Sûrement la phrase la plus prononcée ce dernier mot et aussi le plus gros mensonge qui peut sortir de sa bouche. Mais, dans le contexte actuel, c'est surtout pour dire qu'elle ne craint rien. « J'suis désolée, en général je trouve le temps de virer cette odeur avant votre retour. » S'est en s'entendant qu'elle trouve cette phrase débile parce que, ça sonne un peu comme l'aveu qu'elle sait que ce n'est pas bien mais qu'elle le fait quand même... Avec quelques stratagèmes pour que ça passe inaperçu. « C'est seulement que... » Elle hausse légèrement les épaules. « … Je travaille dans une sorte de club et il y a quelques vampires qui le fréquentent. » Ce n'est pas tout à fait honnête dans la mesure où la clientèle est essentiellement vampirique mais, ce n'est pas vraiment un mensonge. Il y a bien quelques vampires où elle travaille. Elle passera sous silence le fait que le patron l'est aussi et qu'il n'est pas question de servir quelques coupes de sang.

« En fait c'est le genre d'endroit réservé à des gens riches. Vraiment, vraiment très riches. » Il lui aurait demandé pourquoi elle bosse dans un tel endroit alors autant prendre les devants. Au moins, elle peut contrôler ce qu'elle dit et les informations qu'elle donne. « Et c'est la liste de ces clients que je vise. » C'est temporaire, un boulot comme un autre qui demande de se plier à quelques tâches pour avoir accès à ce qu'elle veut. En tout cas, c'est comme cela dans son esprit actuellement. « Bref. Je gère, tout est sous contrôle. »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Gregory O'Sullivan
Gregory O'Sullivan
☽Loup-Garou☾
Meute du Nord


¤ AVATAR : Colin O'Donoghue
¤ CRÉDITS : Tag - Shiya - Sigyn
¤ MESSAGES : 179
¤ POINTS : 28
¤ MULTIS : Oriana & Joshua
¤ AGE : Physiquement 30 ans, Réellement 237 ans
¤ ZONE LIBRE : Il a un frère jumeau complètement con, enfin, il est comme lui quoi. Ces deux là sont fusionnels et ne se quittent que bien rarement.

Greg a un tatouage sur le pectoral gauche lorsque Salazar en a un sur le poignet droit, c'est la seule véritable chose qui permette de les différencier lorsqu'on ne les connait pas car lorsqu'on les connait, on remarque quelques nuances dans le caractère. Ils ont chacun un bijou qui est censé les différencier, mais ils s'amusent bien souvent à les échanger.

Lorsqu'ils ont leur forme animale, il est par contre très facile de les différencier car ils sont opposés, l'un blanc avec une tache noire sur l'oreille droite et l'autre noir avec une tache blanche sur l'oreille gauche. Greg est le loup blanc.

Ils ont énormément voyagé et ont rencontré Jenny à Amsterdam, ce fut houleux au début mais ils finirent par l'intégrer à leur duo.

Ils sont arrivés en Angleterre depuis peu et ont rencontré Nikolaj, s'intégrant à présent dans sa meute.




¤ GROUPE : Meute du Nord
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018

MessageSujet: Re: Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ? - Jenny & Greg  Dim 13 Jan - 19:07




Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ?
***


Il n'avait pas bronché à sa réponse. C'était vrai, il n'avait rien demandé et à voir sa réaction et la pique qui l'accompagnait, il n'était pas dit qu'il retente l'expérience en réalité. Les choses étaient devenues tellement compliquées...Ils se parlaient à peine, et quand c'était le cas, ils avaient tendance à se rejeter ou à couper court au plus vite de peur de...De quoi d'ailleurs ? Des questions ? De se laisser aller à un moment d'humanité ou de faiblesse ? Il n'en savait rien mais chacun d'eux avait enfilé sa carapace et ne semblait pas vouloir s'en défaire. Salazar faisait le con en allant cambrioler des maisons de riches en solo, Jenny traînait avec des vampires et lui...soit il restait dans son coin à essayer de se vider la tête soit à traîner les rues en espérant pouvoir se défouler sur un vampire qui ne serait pas trop fort. Il n'avait pas relevé ses mots, ne finissant par reprendre la parole que lorsqu'il remarqua l'étrange odeur qui était sur elle.

Sa mâchoire se serra à ses mots. La vivre...Ils n'en ont pas été loin, l'un comme l'autre. Il avait d'ailleurs eu d'étranges visions quand il était dans le coma,comme si on l'appelait de l'autre côté, et puis finalement, il était revenu, il ne savait pas trop comment étant donné que même les médecins étaient pessimistes. La magie ? Une chamane ? Une sorcière ? Autre chose ? Il l'ignore, on ne lui a jamais rien dit, et lui n'a jamais posé de questions, se renfermant totalement à ce moment là. En réalité, la seule chose qu'il ait demandé à son médecin était comment allait Jenny. Savoir ce qu'il avait et ce qu'il devait faire, il s'en foutait. Ce qui était fait était fait et s'il était réveillé, c'était qu'il allait survivre, même s'il avait encore mal. Il finirait bien par se régénérer, quitte à garder des traces de cette terrible journée. Greg, tout comme son frère d'ailleurs, avait cette terrible tendance à se fermer et rester silencieux lorsque quelque chose le touchait un peu trop, il faisait un blocage et devenait totalement incapable de s'exprimer. Un soupir et il finit par se lever pour s'approcher d'elle, elle ne recule pas, mais il ne sait pas comment interpréter son attitude et sas façon de serrer son manteau contre elle comme si elle cherchait un rempart entre eux. Oui, il est inquiet, il n'est pas "normal" qu'une telle odeur s'accroche à elle comme ça, comme si elle avait passé un peu trop de temps avec un vampire ou si l'un d'eux s'était collé à elle. Un frisson lui parcourut l'échine à cette idée. Il eut un léger rictus au coin des lèvres quand elle finit par lui dire que tout allait bien. Ouais...Ils disaient ça sans arrêt tous les trois, en était-ce vrai pour autant ? Il ne savait plus quoi penser lorsqu'elle lui fit cet aveu qu'elle tentait de leur cacher ce qu'elle faisait réellement en se hâtant de rentrer pour prendre une douche et virer cette odeur de mort qui émanait d'elle. Il était resté silencieux, la laissant parler mais au bout d'un moment, ce fut sans doute la goutte d'eau qui fit déborder le vase. C'est un rire sans joie qui s'échappa de sa gorge, un rire nerveux, un tantinet moqueur sans doute qui semblait vouloir demander à Jenny si elle le prenait pour plus con qu'il n'était.

Tu gères...Ouais...

Lui même n'arrivait pas vraiment à gérer, sinon ils n'en seraient pas là. Quant aux vampires...Il était évident qu'il n'y avait rien qui aurait pu l'agacer plus que ça et cela se sentit allègrement, tant dans le ton de sa voix que l'attitude qu'il adopta alors.

Tu cherches quoi exactement ? Tu crois vraiment que ces créatures vont se contenter de se faire servir un verre de sang de porc et que tout va bien se passer ? Qu'il n'y aura aucun dérapage ? D'ailleurs, ce n'est peut-être même pas du sang animal qu'ils servent dans ce club ! Mais merde, qu'est ce que t'as dans la tête ?

La colère commençait à monter au fil de ses mots et il finit par ajouter, ne parvenant plus à contrôler ce ressenti qui l'étreignait :

Tu cherches vraiment à te faire tuer ou quoi ?! Je m'en tape de tes pseudos raisons, de tes excuses, t'es devenu folle ou quoi ? Rien, RIEN ne justifie de s'acoquiner avec ces choses ! On a déjà pris bien des risques pour de gros coups mais jamais de traîner avec des vampires, jamais !


Quelque part, qu'elle traîne avec des vampires lui donnait une sensation de trahison, mais ce n'était rien à côté de la peur qu'il avait de découvrir qu'un jour, l'un d'eux pourrait lui faire du mal ou la tuer...


⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas

Jenny Hoppe
Jenny Hoppe
∞ Sorcière ∞
Ether
¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 144
¤ POINTS : 60
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018

MessageSujet: Re: Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ? - Jenny & Greg  Lun 14 Jan - 0:47



Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ?


feat. GREGORY O'SULLIVAN




Pourquoi cette réaction quand elle lui dit que tout va bien ? Jenny ressert ses doigts sur son manteau et ne dit rien. Pourtant, elle est quasi-certaine que c'est devenu une sorte d'accord tacite entre les trois : quand l'un dit que tout va bien, chacun fait semblant d'y croire. Tout le monde sait que c'est faux mais ils évitent bien ce sujet alors, franchement, pourquoi y réagir maintenant ? Jenny ne relève pas parce que c'est s'engager sur une pente bien trop dangereuse. Un mot, une phrase, une intonation de travers et elle n'est pas certaine de garder le contrôle de ses mots. Pourtant, elle le doit. La jeune femme se concentre, essaye de dire le strict minimum pour le rassurer sans pour autant que ça apporte d'autres questions. Elle sait bien que c'est naïf de croire que son discours va passer comme une lettre à la poste mais, Jenny compte sur cette politique de l'autruche qu'ils sont trois à employer ces derniers temps.

Le mot de travers, c'est elle qui le prononce apparemment. Elle gère... ça le fait rire et elle plisse les yeux quand il semble être septique. Ça va bien se passer, on reste calme. Elle inspire, essaye de se souvenir de tous ces trucs de yoga et de relaxation à la con qu'elle a pu entendre ici et là pour rester calme. Il faut bien que l'un des deux garde le cap pour ne pas se mettre à tout exploser dans la baraque parce que Greg ne semble pas prêt à s'arrêter en si bon chemin. Il passe des hypothèses en revues sauf que, Jenny, elle sait très bien que ce n'est pas du sang d'animal et que ce n'est pas dans un verre que c'est servi. Mieux vaut taire cette information parce que, de son côté, Greg continue de s'emporter. Sauf que cette fois, c'est lui qui franchi la ligne à ne pas dépasser. Est-ce qu'elle cherche à se faire tuer ? Sérieusement ? Il est réellement en train de lui poser la question ?

« Tu te fous de moi là ? » Elle secoue la tête, l'air un peu halluciné par les mots qu'il vient de prononcer. « Justement, j'essaye de ne pas devenir complètement barge en restant ici parce que, les gros coups, ou même les petits, c'est pas comme ça qu'on va en faire ! »

Vu le degré de communication, mieux vaut éviter de tenter le moindre coup. Ça serait les preuves suffisantes qu'il manque aux flics, jusqu'à présent, pour tous les mettre derrières les barreaux. Et s'ils en sortiront, d'une façon ou d'une autre, elle apprécie la liberté de ses mouvements du fait qu'aucune preuve n'existe pour l'instant.

« De toute façon, faut bien que je me retourne, c'est pas comme si on allait en faire d'autres des coups. En tout cas, pas avec moi. »

Ils vont l’évincer, de ça, elle en est certaine. Jenny avait déconné en répondant à ce rendez-vous, elle avait mit Greg en danger. Ni lui, et encore moins Salazar, n'allaient lui pardonner cela. Et puis, quand Greg semble ne plus croire en ses idées ou en ce qu'elle fait, vu la manière dont il réagit pour ce boulot. Alors comment il pourrait lui faire confiance sur un nouveau coup ? Elle sait très bien qu'ils vont finir par lui dire de partir et, si ce n'est pas encore fait, c'est seulement parce que cette rencontre avec Gallicano est encore trop récente. Peut-être qu'ils lui laissent seulement le temps de se remettre physiquement, à défaut de pouvoir le faire psychologiquement, par respect pour ces dix dernières années. Mais ça finira par arriver, ce moment où ils vont lui dire de partir.

« J'suis pas stupide... » Peut-être que si, en tout cas sur ce coup-là. « J'sais très bien comment tout ça va se finir, j'sais très bien que toi et Sal vous allez me demander de partir. Alors faut bien que je prenne mes dispositions. »

La vérité c'est que l'inquiétude et le ton colérique de Greg ne colle pas avec l'attitude de quelqu'un qui veut virer sa colocataire. Mais ça, elle a du mal à le comprendre pour l'instant. Dans le fond, elle croit peut-être qu'ils vont la virer parce qu'elle sait que c'est le mieux à faire pour leur sécurité à tous les deux. Peut-être qu'elle veut le croire parce qu'elle se sent incapable de prendre cette décision toute seule. Jenny est une contradiction à elle toute seule sur ce sujet. Une partie d'elle veut partir loin, le plus loin possible, pour ne pas risquer de remettre Greg en danger. Jamais elle ne pourra survivre à une deuxième journée comme cella-là, jamais elle ne pourra le regarder souffrir encore une fois. Et, de l'autre côté, elle se sent incapable de le quitter. Presque dix ans, putain. C'est presque un tiers de sa vie qu'elle a passé avec eux. Comment elle pourrait bazarder ça sans le moindre remord ? Mais comment peut-elle se montrer aussi égoïste en risquant d'en remettre un en danger ?

« Puis merde, de toute façon, qu'est-ce qu'on s'en tape de ce que je cherche à faire ou non. Ça va, hein. » Elle balance un bras dans une exaspération couplé d'un énervement. « Mon espérance de vie à côté de la votre est déjà bien assez ridicule alors un peu plus ou un peu moins, on s'en fou. »

Est-ce que Jenny est suicidaire ? Elle dirait qu'elle ne l'a jamais été. Mais peut-être qu'un peu, dans le fond. Faut être un peu barge et aimer le danger pour décider de faire des vols de l'ampleur qu'ils avaient l'habitude de faire. Pourtant, elle a toujours mit ça sur le fait d'aimer le risque et l'adrénaline. Jamais sur le fait d'être suicidaire. Mais si elle veut être parfaitement honnête, sa première tendance suicidaire a été avec Gallicano avec ce besoin de le provoquer, quitte à y laisser la vie, juste pour que Greg soit épargné. Joli fiasco. C'est nul. Même tenter de se faire tuer pour épargner Greg, elle n'avait pas été fichue de le faire.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Gregory O'Sullivan
Gregory O'Sullivan
☽Loup-Garou☾
Meute du Nord


¤ AVATAR : Colin O'Donoghue
¤ CRÉDITS : Tag - Shiya - Sigyn
¤ MESSAGES : 179
¤ POINTS : 28
¤ MULTIS : Oriana & Joshua
¤ AGE : Physiquement 30 ans, Réellement 237 ans
¤ ZONE LIBRE : Il a un frère jumeau complètement con, enfin, il est comme lui quoi. Ces deux là sont fusionnels et ne se quittent que bien rarement.

Greg a un tatouage sur le pectoral gauche lorsque Salazar en a un sur le poignet droit, c'est la seule véritable chose qui permette de les différencier lorsqu'on ne les connait pas car lorsqu'on les connait, on remarque quelques nuances dans le caractère. Ils ont chacun un bijou qui est censé les différencier, mais ils s'amusent bien souvent à les échanger.

Lorsqu'ils ont leur forme animale, il est par contre très facile de les différencier car ils sont opposés, l'un blanc avec une tache noire sur l'oreille droite et l'autre noir avec une tache blanche sur l'oreille gauche. Greg est le loup blanc.

Ils ont énormément voyagé et ont rencontré Jenny à Amsterdam, ce fut houleux au début mais ils finirent par l'intégrer à leur duo.

Ils sont arrivés en Angleterre depuis peu et ont rencontré Nikolaj, s'intégrant à présent dans sa meute.




¤ GROUPE : Meute du Nord
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018

MessageSujet: Re: Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ? - Jenny & Greg  Dim 20 Jan - 19:59




Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ?
***

Gregory, il était censé être le plus calme, le moins impulsif, le moins colérique, sauf lorsqu'il voyait quelqu'un qu'il aimait être en danger et s'y mettre volontairement ne pouvait que l'énerver davantage. Il s'était imaginé que, peut-être, elle s'était faite agresser sauf que la vérité a fini de le mettre hors de lui. Ce n'était pas comme si elle était avec eux depuis une décennie, comme si elle savait à quel point ces créatures les répugnaient et la haine qu'ils y avait entre leurs deux espèces, alors vraiment, il ne comprenait pas. Il ne savait pas ce qui était le pire, qu'elle traîne dans un club rempli de vampires ou qu'elle agisse comme si tout  était normal. Il s'était emporté, commençant à hausser le ton au fur et à mesure qu'il parlait, et la brune le rembarra, lui demandant s'il se foutait d'elle mais il avait plutôt l'impression que c'était l'inverse !

Et pour ça t'as besoin d'aller traîner avec des vampires ?! Des VAMPIRES ! PUTAIN !

Plus la conversation avance, plus il s'énerve. Ils en avaient vu de belles tous les trois, mais les vampires...Il n'y avait rien de plus écœurant au monde pour un loup et il ne pouvait pas comprendre ce qu'elle cherchait à faire en traînant avec eux. Gros coup ou pas, rien ne pouvait le justifier pour lui. Mais la colère avait laissé place à l'incompréhension lorsqu'elle avait fini par reprendre la parole, ses sourcils se froncèrent et il eut un mouvement de recul. Mais que racontait-elle ?

Quoi ?... Demanda t-il à mi-voix, cette question semblant cependant être plus proche d'une exclamation que d'une véritable demande. Et enfin, elle reprit la parole et le loup en fut décontenancé. Il ne savait pas vraiment s'il était blessé, attristé ou s'il le pensait tout simplement idiote en cet instant mais ses paroles l'avaient en tous cas un peu calmé.

Mais qu'est ce que tu as dans la tête ?... Il y avait bien un fond d'agacement dans cette question, car il se demandait comment elle pouvait penser cela, mais surtout, il était atterré.

Est-ce qu'on t'a déjà dit quoi que ce soit ou fait quelque chose qui puisse te laisser imaginer un truc pareil ?

Sauf que ce moment de presque calme passe vite et que son sang fait un tour lorsqu'elle lui dit qu'après tout, sa vie est de toutes façons plus courte que la leur, alors quelle importance ? Sa façon de répondre et balancer les bras comme si ce n'était rien, qu'on pouvait bien n'en avoir rien à foutre que ce serait pareil avait fini par l'agacer de plus belle. Cet instant de répit fut bien furtif face aux paroles dénuée de raison de la jeune femme. En cet instant, ça le démangeait de la gifler, de l'attraper par les épaules et la secouer comme un prunier. Il passa sa main sur son visage, frottant un instant sa barbe comme pour se donner une contenance et essayer de ne pas laisser les nerfs parler une fois de plus, sauf que même s'il était plus calme que son frère, il n'en restait pas moins un loup, et il pouvait être sanguin.

Tu cherches quoi ? T'as besoin d'un shoot d'adrénaline ? De te sentir proche de la mort pour exister ? C'est quoi ton délire ? Tu ne l'as encore sentie assez proche pour chercher à la retrouver de façon si inconsciente ?

Sauf que plus il parlait, plus il se sentait sur les nerfs, se prenant de plein fouet les souvenirs de ce jour là, ce jour où ils avaient bien failli mourir tous les deux et où il s'était senti si impuissant. Bon sang, ce qu'il s'en était voulu de ne pas avoir réussi à l'aider, et pire encore, il avait aggravé sa situation en déboulant comme ça et en provoquant ce connard.

Je le sais que je finirai par te perdre ! Mais je préfère plus tard que plus tôt ! C'est si difficile à comprendre que je puisse tenir à toi et que je ne suis pas prêt à ça ?! J'ai déjà cru que je te perdais une fois, je veux pas revivre ça !

Il n'avait pas dit "nous", il n'avait pas inclus son frère dans cette tirade qui aurait pu tout aussi bien le concerner. Non, il avait parlé en son nom uniquement, il avait lâché une part de ce qu'il avait sur le cœur, et ça c'était quelque chose de rare, voire exceptionnel. S'il était bien capable de balancer une gentillesse ou une pseudo émotion sous le couvert de l'humour, le faire en cet instant, d'une façon aussi sérieuse et désespérée était tout autre chose. Il avait fermé les yeux pendant un instant, ne parvenant à soutenir son regard davantage après cette scène. Il en avait gros sur le cœur et sans doute qu'il aurait pu continuer à parler pendant des heures mais il s'était arrêté là, ressentant une certaine gêne face à cette situation qu'il ne contrôlait absolument pas...

⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas

Jenny Hoppe
Jenny Hoppe
∞ Sorcière ∞
Ether
¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 144
¤ POINTS : 60
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018

MessageSujet: Re: Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ? - Jenny & Greg  Mer 23 Jan - 14:56



Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ?


feat. GREGORY O'SULLIVAN




Pas la peine de hurler à en rameuter tout l'immeuble, elle sait très bien que ce sont des vampires. Difficile de se voiler la face quand ils ne boivent même pas dans des verres ou dans des poches de sang qu'on leur aurait réchauffées. Sauf que ce n'est pas un club pour vampires qu'elle voit mais plutôt un lieu avec des gens vraiment très, très riches. Elle pourrait répondre calmement, expliquer un peu mieux les choses et dire le fond de sa pensée. Non, au lieu de ça, elle continue pour lui dire qu'elle doit bien trouver comment se refaire quand les jumeaux prendront la décision de la virer. Ça lui semble inévitable. Greg s'étonne et se calme en même temps. Jenny elle soupire quand il lui demande s'ils ont fait un truc en particulier pour qu'elle pense de cette manière.

« Tu me poses vraiment la question là ? » Elle secoue la tête comme si elle ne le croit pas une seconde. Il veut vraiment qu'elle lui fasse le topo de la situation où tout le monde s'évite soigneusement et où plus personne ne se parle ? C'est bien la première fois qu'elle vit cette situation avec les jumeaux en presque dix ans alors, oui, elle voit ça comme le signe évident que la fin est proche. Mais plutôt que de parler de ce qu'elle ressent, de cette culpabilité et de cette peur de devoir les quitter, Jenny parle de son espérance de vie. Ça sonne comme une fatalité. Se faire virer, après tout, c'est rapprocher une échéance qui ne représentera qu'une très courte période dans la vie des jumeaux. Inconsciemment et de façon déraisonnée, peut-être qu'elle cherche juste une raison pour facilité la décision des jumeaux. Ou simplement une raison pour qu'elle ne trouve pas injuste de se faire bâcher quand ils se rendront compte qu'elle est un fardeau plus qu'autre chose.

Ce qui est injuste pour le moment, c'est ce qu'il lui balance en pleine poire. Les montées d'adrénaline, Jenny en a toujours eu besoin et c'est bien pour cette raison qu'elle est devenue une voleuse. Oui, elle a en toujours eu besoin parce que, d'une certaine manière, ça la fait se sentir en vie. Mais jamais elle n'a voulu frôler la mort de cette manière. Jamais elle n'a souhaité souffrir autant. Et, bordel, jamais elle n'a souhaité vivre ça avec lui, à côté, qui se faisait aussi torturer. Greg il lui balance tout ça, lui crache des mots qui la renvoient à cette table en argent. Elle va pour lui hurler dessus, pour lui balancer qu'il peut aussi dire clairement qu'il la pense fautive de ce qui est arrivé. Qu'il peut lui dire que c'est à cause de ce besoin d'adrénaline, dont il se sert, qu'elle l'a mis en danger. Sauf que Greg il la coupe avant même qu'elle ne commence, il étouffe cette envie de hurler alors qu'elle n'a pas sortie le moindre son.

Jenny se fige, ses yeux clignent à plusieurs reprises pour être certaine de bien avoir entendu ce qu'il vient de dire. Greg, qui ne se cache plus derrière un « nous » et qui en oublie d'inclure son jumeau dans ses paroles. Elle ouvre la bouche pour la refermer en se rendant compte qu'elle se retrouve démunie face à ce qu'il vient de lui dire. « Putain, tu fais chier Greg ! » Elle balance son manteau sur le dossier d'un fauteuil et passe ses mains sur son visage. Oui, il fait chier. Il ne pouvait pas se contenter de lui hurler dessus ? Non, il fallait qu'il complique les choses. Il fallait qui vienne parler du fait qu'il tienne à elle et de ce qu'il n'avait pas envie de revivre. « Parce que c'est ça le problème. » Elle laisse ses mains retomber avant de secouer la tête dans un soupir. « Tu devrais être prêt à me voir partir, ça ne devrait même pas te poser de problème. » Elle serre les dents parce que, dans le fond, elle sait qu'elle voudrait que ce soit tout l'inverse. Mais on s'en fiche de ce qu'elle peut penser, pas quand la vie de Greg entre en jeu. « Malgré ce que tu peux penser de mon besoin d'adrénaline, il est hors de question. Tu m'entends, HORS DE QUESTION, bordel que je revive ça encore une fois. » et c'est là qu'elle agite un doigt dans la direction de Greg, qu'elle arrête de réfléchir à ce qu'elle dit et que sa voix se brise un peu sans qu'elle ne s'en rende compte.

« Combien de temps, tu penses, que ça va prendre à Salazar pour comprendre que ce qui s'est passé est de ma faute ? Et encore, si ce n'est pas déjà le cas. Si ça n'avait pas été moi, t'aurais pas foncé tête baissée comme ça, tu aurais cherché une autre solution. » Il aurait été plus réfléchi, il aurait peut-être même prévenu Sal pour qu'ils trouvent une solution à deux. « Je... J'peux pas continuer à faire comme si tout va bien en sachant très bien qu'il ne te serais rien arrivé si j'avais pas été à ce fichu rendez-vous. » Que Sal lui en veuille, au final, ce n'est pas son plus gros problème. Ce n'est pas ce qu'elle vit le plus mal. Se souvenir de Greg sur cette table, c'est ça qu'elle n'encaisse pas. C'est de ça qu'elle se sent coupable. C'est son regard qu'elle baisse pour regarder le sol et éviter celui de Greg. « J'ai juste l'impression d'avoir gravé moi-même cette croix sur ton torse. » Et, de cette pensée, elle n'arrive pas à se relever. Jenny a besoin que Greg lui en veuille de ce qu'elle lui a fait subir, parce qu'elle trouverait ça logique. Parce qu'elle le mérite. Et, si ce n'est pas pour ce qui s'est passé avec Gallicano, ce sera pour ce nouveau boulot qu'elle vient de prendre.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Gregory O'Sullivan
Gregory O'Sullivan
☽Loup-Garou☾
Meute du Nord


¤ AVATAR : Colin O'Donoghue
¤ CRÉDITS : Tag - Shiya - Sigyn
¤ MESSAGES : 179
¤ POINTS : 28
¤ MULTIS : Oriana & Joshua
¤ AGE : Physiquement 30 ans, Réellement 237 ans
¤ ZONE LIBRE : Il a un frère jumeau complètement con, enfin, il est comme lui quoi. Ces deux là sont fusionnels et ne se quittent que bien rarement.

Greg a un tatouage sur le pectoral gauche lorsque Salazar en a un sur le poignet droit, c'est la seule véritable chose qui permette de les différencier lorsqu'on ne les connait pas car lorsqu'on les connait, on remarque quelques nuances dans le caractère. Ils ont chacun un bijou qui est censé les différencier, mais ils s'amusent bien souvent à les échanger.

Lorsqu'ils ont leur forme animale, il est par contre très facile de les différencier car ils sont opposés, l'un blanc avec une tache noire sur l'oreille droite et l'autre noir avec une tache blanche sur l'oreille gauche. Greg est le loup blanc.

Ils ont énormément voyagé et ont rencontré Jenny à Amsterdam, ce fut houleux au début mais ils finirent par l'intégrer à leur duo.

Ils sont arrivés en Angleterre depuis peu et ont rencontré Nikolaj, s'intégrant à présent dans sa meute.




¤ GROUPE : Meute du Nord
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018

MessageSujet: Re: Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ? - Jenny & Greg  Dim 3 Fév - 19:19




Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ?
***


Il se retrouve dans un situation merdique, en fait...Tous les trois sont dans une situation merdique simplement parce qu'aucun n'est foutu de parler, et de s'ouvrir un peu. Ils sont tous aussi cons les uns que les autres à se planquer derrière une carapace qui, au final, ne leur apportera rien de bon, bien au contraire. Et finalement, même si on ne s'était pas imaginé que ça puisse se dérouler de la sorte, c'est Gregory qui finit par briser la glace, difficilement. Pas que ça lui demande un effort considérable d'aller vers elle, mais parler, c'est autre chose, surtout quand c'est un sujet aussi sensible. Il a l'impression d’halluciner quand elle lui dit qu'il vaut mieux qu'elle se démerde seule parce qu'ils vont la virer, et la colère monte quand elle parle de son espérance de vie. Non, il n'est pas prêt à ça et il sait déjà que même s'il y a de fortes chances pour qu'il lui survive et qu'il ait l'air d'avoir à peine vieilli quand ça arrivera, il ignore comment il le supportera. Son frère, c'est l'autre part de lui-même, ils se complètent et il leur a toujours paru évident qu'ils crèveraient ensemble, et Jenny...elle avait fait sa place entre eux, non pas dans l'optique de les éloigner, mais de les souder encore plus, et il ne supportait pas l'idée de la voir en danger, blessée ou agonisante comme ce jour là. Au final, les trois culpabilisaient de n'avoir pas fait ce qu'il fallait, ou du moins, ce qu'ils pensaient, a posteriori, devoir faire mais sur le coup...On ne peut pas réfléchir à tout ça, on ne peut même pas l'imaginer. Combien de chances y avait-il pour que dans leur longue vie ils rencontrent un type pareil ? Au final, il lui pose une question sans doute bête, parce que oui c'est le froid intersidéral entre les trois depuis cet événement, mais c'est simplement parce qu'ils sont incapables de se parler.

Parce que tu trouves qu'entre moi et Sal' ça a l'air mieux ?

Pas vraiment. Si Greg n'a rien à reprocher à son frère, lui, il sait qu'il s'en veut. Au fond, tout ça, s'il fallait trouver des coupables, c'était à cause d'un gars complètement cinglé et d'une nana qui ne l'était pas beaucoup moins et dont son frère s'était entiché. Sauf que...Voilà, pour ne rien faciliter, il ne pouvait pas réellement le reprocher à Oriana tout ça, elle n'avait pas demandé à se coltiner un taré prêt à tuer pour elle, et peut-être même prêt à la tuer, elle. Et au final, malgré tout, elle leur avait sauvé la vie, alors à vrai dire, il ne savait plus trop quoi penser de cette fille. Mais en l'instant, ce n'était pas ça l'important. En l'instant, ce qu'il voyait, c'est le fossé qui se creuse de plus en plus entre Jenny et lui, et même s'il est incapable de l'exprimer, ça lui fait mal. La colère l'a gagné quand elle lui a balancé que sa vie n'avait pas d'importance. Était-elle tombée sur la tête ? Se mettre ainsi en danger, il ne peut pas l'accepter, il n'a pas envie de se réveiller un jour et qu'on vienne lui annoncer qu'un vampire l'a tuée. Non, clairement pas. Alors il s'emporte, parce qu'il est dans l'incapacité de parler calmement quand un tel sujet est abordé, et au final, il finit par avouer à demi-mots à quel point il tient à elle car, non, il n'est pas prêt à revivre ça, à la voir souffrir, à la voir si proche de la mort au point de se mettre à prier un Dieu en lequel il ne croit pas. Et pour une fois qu'il s'ouvre un peu, il se retrouve face à une réaction qui le rend soudainement silencieux. Il ferme les yeux un instant quand elle lui dit qu'il devrait être prêt à la laisser partir, mais ce n'est pas le cas, il est loin de ça. En réalité, il avait même déjà songé à la mordre pour la garder auprès de lui, un geste qui pourrait sembler être un cadeau, qui lui offrirait plus de force, d'agilité, une plus longue vie, mais la réalité était bien plus égoïste que ça. Et là, c'est à son tour à elle de s'énerver, et lui, il la regarde, toujours silencieux, un peu rassuré peut-être quand elle lui dit que c'est hors de question de revivre ça. Elle avait levé un doigt vers lui, ne cachant rien de sa colère par ce geste alors que le ton baisse peu à peu et qu'à son tour, elle finit enfin par s'ouvrir. Il s'approche d'elle, prenant sa main tendue vers lui dans la sienne et il se plante devant la jeune femme alors qu'elle parle, sans la lâcher pour autant. Il la laisse parler, il l'écoute sans l'interrompre même s'il crève d'envie de lui hurler de cesser de se torturer, qu'elle n'y est pour rien. Oui, il a foncé tête baissée, et pour ça, il ne peut s'en prendre qu'à lui-même. Pour le reste, ce malade était mort, c'était le seul point positif de cette histoire. Il avait gardé sa main dans la sienne, la ramenant contre son torse alors qu'il lui relevait doucement le visage de sa main libre, caressant doucement sa joue. Il était rare de voir Gregory faire preuve d'un peu de tendresse, il fallait vraiment que la situation soit désespérée...

Comment aurais-tu pu le savoir ? Dis-moi ? Comment pouvais-tu t'imaginer que tu tomberais sur ce malade ? S'il y a quelqu'un à blâmer sur ce qu'il s'est passé là-bas, c'est bien moi. Tu l'as dit, j'ai foncé sans réfléchir, et quand je suis arrivé sur place, la colère m'aveuglait tellement que j'ai encore aggravé les choses. Je ne supportais pas l'idée qu'on te fasse du mal, j'ai déraillé quand j'ai vu cette vidéo, j'ai...

Il s'interrompit un instant, déglutissant difficilement en repensant à cette journée alors que sa main glissait derrière la nuque de la jeune femme, se frayant un chemin entre sa peau et ses cheveux pour l'attirer un peu plus contre lui.

Tu n'y es pour rien...Je refuse que tu portes ce poids, cette culpabilité qui n'est pas la tienne. Et je veux que tu restes avec nous, quoi qu'il arrive...

Il avait légèrement baissé la tête pour déposer un baiser dans ses cheveux avant de se reculer de seulement quelques centimètres, plongeant son regard dans le sien. Il se pencha alors un peu plus pour l'embrasser sur la joue avant que ses yeux ne tombent sur ses lèvres et qu'il s'ose à les caresser des siennes en un baiser d'abord timide mais qui se voulut rapidement bien plus passionné...Et désespéré.


⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas

Jenny Hoppe
Jenny Hoppe
∞ Sorcière ∞
Ether
¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 144
¤ POINTS : 60
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018

MessageSujet: Re: Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ? - Jenny & Greg  Dim 10 Fév - 1:57



Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ?


feat. GREGORY O'SULLIVAN




Non, bien sûr que non, elle ne trouve pas que ça aille mieux entre Salazar et Gregory. Mais, elle trouve ça parfaitement logique dans son mode de penser. C’est sa faute et on pourrait penser que, si c’est le cas, les jumeaux devraient être en phase. Mais on oublie un détail : c’est Greg qui a insisté pour que Jenny reste avec eux alors que Sal était contre cette idée. Alors finalement, c’est parfaitement logique que ça n’aille pas entre les jumeaux. Entre Greg qui doit culpabiliser de ne pas avoir écouté son frère et Sal qui doit avoir envie de balancer un « je t’avais bien dit que la garder était une mauvaise idée » ! Ce n’est pas étonnant qu’un froid se soit installé entre les deux loups. De toute façon, quand on se sent responsable, on trouve des explications à tout. C’est en tout cas ce que fait le cerveau de Jenny pour qu’elle ne puisse pas douter de sa culpabilité.

Greg devrait en vouloir à Jenny, il a toutes les raisons du monde de le faire : c’est par sa faute qu’il s’est retrouvé sur une table en argent, et encore de sa faute s’il est en froid avec Salazar pour une décision prise dix ans plus tôt. Et, en plus, elle lui en rajoute même en allant bosser pour et avec des vampires. Mais non, au lieu de lui en vouloir, Greg il laisse entendre qu’il tient à elle. Sauf qu’il ne devrait pas, pas à ce point-là. Ça pose trop de problèmes à cause de la longévité de Jenny, parce qu’il se met en danger pour l’aider, et puis parce qu’elle ne veut plus être un problème entre les jumeaux. Alors elle s’énerve la voleuse. Elle s’emporte pour lui dire qu’il ne devrait pas, qu’elle ne le veut pas. Il ne peut pas tenir à elle quand elle est responsable de ce qui lui est arrivé. Il ne peut pas le faire parce que… Parce que… Il ne peut pas, c’est tout ! Elle manque d’argument et finit par lui balancer cette culpabilité qui la bouffe quand, de son côté, Greg vient attraper cette main qu’elle agitait devant lui. Elle n’ose même plus le regarder, lui qui est maintenant si proche. Ce n’est pas du tout comme ça qu’il devrait réagir. Jenny aurait préféré qu’il hurle, qu’il claque la porte. Qu’il fasse n’importe quoi mais surtout pas cela. Jenny n’est pas aussi forte que cela, elle ne peut pas continuer indéfiniment à lui dire qu’il doit lui en vouloir. Elle devrait pourtant le faire pour qu’il la relâche et qu’il s’éloigne mais elle sent sa volonté s’enfuir. Il y a tout en elle qui hurle de se jeter dans ses bras, de s’excuser et de se blottir contre lui pour ne plus avoir à penser.

Jenny a toujours su gérer une certaine proximité sage avec Gregory, elle a toujours su garder une certaine limite. Il y a une règle essentielle à respecter dans ce trio : pas touche aux jumeaux, à aucun d’eux. Elle y avait même mis encore plus de volonté depuis l’épisode de l’embrassade pour détourner l’attention des flics qui, elle le sait très bien sans vouloir l’avouer, était bien plus que cela. Sauf qu’aujourd’hui, Jenny est affaiblie, qu’elle a dû mal à retrouver ce qui faisait d’elle une personne forte et de volonté. Une partie d’elle s’est envolée sur cette table en argent, sans savoir si elle va être capable de la retrouver un jour. Et là, ramenée contre le torse de Greg, Jenny ne sait pas comment gérer les choses. Elle n’est même pas certaine d’avoir envie de le faire. Ne pas croiser le regard du loup, c’est sa façon de se protéger et de ne pas faire ce pas en dehors des limites qu’elle s’est imposée. Une protection que Greg fait sauter en lui relevant le menton alors que les yeux de Jenny se font humides. Elle sait qu’elle doit lui dire de s’éloigner, qu’elle doit se dégager. Mais il y a cette main sur cette joue, cette tendresse dont elle a envie de profiter égoïstement. Greg reprend la parole, se nomme coupable de ce qui s’est passé à cause de son impulsivité. Merde, elle veut ouvrir la bouche et lui expliquer qu’elle n’aurait jamais dû accepter de voir cette personne qu’elle pensait être Oriana parce que ce n’était pas ses affaires. Elle veut lui dire que ce n’est pas sa faute, qu’elle avait été trop conne. Mais comment est-ce qu’elle pourrait aligner deux mots convenablement quand la main de Greg se pose sur sa nuque, que son cerveau se met à dérailler à ce contact et que la seule chose à laquelle Jenny pense c’est : ne fais pas Greg. Ne fais pas ça.

Il le fait. Les lèvres se rencontrent, s’effleurent, s’embrassent. Jenny lève sa main dans l’idée de la poser sur le torse du loup pour le repousser. Ils ne peuvent pas, ce n’est pas bien. Cette main ne trouvera pas de torse puisqu’elle remonte plus, passe par-dessus l’épaule de Greg pour venir se nicher sur sa nuque. C’est sur la naissance de ses cheveux que les doigts de Jenny se déplacent. C’est dans le contact de leurs lèvres qu’elle abandonne toute résistance pour profiter d’un instant qui était attendu, voulu et désiré, bien que toujours interdit. Elle cesse de réfléchir, profite sans savoir combien de temps elle s’abandonne dans un baiser qui se fait plus passionné. A cet instant, alors qu’elle a toujours refusé d’y croire, qu’elle s’est longuement voilée la face, Jenny elle comprend que si elle aime les deux jumeaux… ce n’est clairement pas le même amour qu’elle leur porte. Paradoxalement c’est aussi cette pensée qui fait qu’elle interrompt cet échange brutalement en le repoussant et se reculant dans la foulée. « Greg ! » Elle secoue la tête, s’efforce de faire taire cette envie et besoin de retrouver cette proximité. « C’est n’importe quoi. On ne peut pas faire ça, c’est… » C’est quoi ? Evident que ça arriverait ? C’est normal ? parce que, après tout, ça semble être une envie partagée. Sauf que ce n’est pas ces mots qui vont sortir. « Ok. On ne va pas bien, tout ce qui est arrivé ces derniers temps c’est juste compliqué à gérer et du coup, on réagit n’importe comment. » Trouver une excuse, n’importe laquelle pour justifier ce qui vient de se passer sans avouer une vérité qui fouterait trop la merde entre les jumeaux. « Oui voilà, c’est ça, nos cerveaux sont complètement retournés parce que, parce que… Parce qu’on ne peut pas. » Il n’est même pas question de vouloir ou ne pas vouloir, c’est seulement une impossibilité. Elle s’agite, cherche des solutions avant de se figer, de soupirer avant de relever les yeux sur Greg en secouant la tête. « Je ne peux pas faire ça. Sal et toi c’est trop important. » Elle ne veut pas qu’il y ait encore plus de problèmes entre eux. « Puis je ne peux pas te laisser faire ça parce que tu te sens coupable ou je ne sais pas quoi. Parce que ce n’est pas vrai. Rien de ce qui est arrivé est ta faute. Tu as seulement voulu m’aider, c’est tout. L’erreur ne vient pas de toi. »



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ? - Jenny & Greg  

Revenir en haut Aller en bas
Mais bordel...Qu'est ce qui nous est arrivé ? - Jenny & Greg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» . Nous croyons conduire le destin, mais c'est toujours lui qui nous mène .
» Ce n’est pas tant l’intervention de nos amis qui nous aide, mais le fait de savoir que nous pourrons toujours compter sur eux
» [RP Kaiyo Crozzia] « La plus grande tragédie de la vie n'est pas la mort…
» ce que nous faisons : les sauts en image
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: Au Nord de la Tamise :: La tanière ~ Les jumeaux O'Sullivan & Jenny-
Sauter vers: