RSS
RSS



AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !



Partagez|

Hunt you down

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Andrew Williams

avatar

Unité 101
Soldat • Initié



¤ AVATAR : Dan Stevens
¤ CRÉDITS : Sign de Lilie
¤ MESSAGES : 108
¤ POINTS : 74
¤ MULTIS : Nikolaj, April, Salazar
¤ AGE : 42 ans
¤ GROUPE : Initié de l'unité 101
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/09/2018


MessageSujet: Hunt you down Mar 18 Déc - 21:10



Hunt you down
Jenny & Andrew

Mes maux de tête semblent s’intensifier de jour en jour, à croire que quelque chose est en train de déraper dans mon cerveau. Ma boite de médicaments est à renversée sur ma table basse, la moitié des pilules a été ingurgitée pour calmer cette douleur mais rien n’y fait. Alors je me défoule sur ce sac de frappe, comme pour diriger ma douleur dans mes poings afin de l’évacuer dans ce sac. Je cogne de plus en plus fort, de plus en plus précisément, on respire et on expire en cognant à nouveau. J’entends le rire de cette gamine mais je ne la vois nulle part et je frappe encore, comme pour la chasser elle aussi. Bientôt il n’y a plus rien autour de moi hormis ce sac que je cherche à mettre k.o. Ça marche au début, le silence revient, jusqu’à ce que mes oreilles sifflent et que c’est son hurlement de petite fille bien aigu qui me perce les tympans. Les mains plaquées contre mes oreilles, je me mets à hurler moi aussi, un grognement grave et bestial, comme si le but était de couvrir son cri du mien. Mon poing s’abat à nouveau dans le sac avec encore plus de force, assez pour que le sac finisse par se décrocher et s’écroule sur le parquet de mon appartement. Le bruit sourd du sac qui tombe arrête tout. D’un coup le silence revient enfin, il ne reste plus que le bruit de ma respiration rapide.

La douche brûlante qui coule sur ma peau me fait du bien, mais ce n’est pourtant pas assez. Il y a ces flashs qui me reviennent, des images qui s’enchaînent les unes derrière les autres et qui n’ont strictement rien à voir. Parfois je vois un enfant rire avec ses amis, d’autrefois je vois cet adolescent demander à des hommes en blouse blanche d’arrêter de le faire souffrir, et de temps en temps le visage de cette gamine qui me revient parmi toutes ces visions, ces souvenirs, ces cauchemars. Peu importe ce dont il s’agit, je veux que ces images cessent de m’envahir l’esprit. A peine le robinet refermé, j’enfile déjà des vêtements et me voilà dehors, muni de quelques armes, je décide de partir à la traque seul ce soir même si c’était ma nuit de repos. Je suis incapable de rester à ne rien faire de toute façon, c’est dans ces moments-là que mes pensées me torturent le plus.

Sauf qu’il semblerait que la chance ne joue pas en ma faveur ce soir. Plus d’une heure que je traîne dehors alors que la nuit est déjà bien avancée et rien, pas un chat ou plutôt pas un monstre. Pourtant les surnaturels courent les rues dans cette ville mais ce soir il n’y a rien, comme s’ils avaient su que ce n’était pas la bonne nuit pour s’aventurer dehors. Tous sauf elle. Mes instincts d’initié se déclenchent lorsque cette femme passe tout près de moi et poursuit son chemin, ce qui est bien pratique pour repérer les sorcières alors que la plupart des humains de l’unité n’ont aucun moyen de savoir s’ils ont sous les yeux une sorcière ou non à moins de les prendre sur le fait en train d’user de leur magie. Mon regard se tourne vers elle et je la suis, préférant être un peu à l'écart de la ville avant de la prendre en chasse. J’attends qu’elle s’éloigne assez pour sortir mon Glock et, une fois mis sous silencieux, je tire une balle qui érafle sa joue et la fait s’arrêter net. Evidemment le tir était parfaitement maîtrisé.

- Je crois que vous avez pris quelque chose qui m’appartient.

Voleuse en plus d’être sorcière, cette femme mérite la double peine mais elle a de la chance, je me contenterai de la tuer rapidement, sans trop de bavures.

- Si vous n’étiez pas une sorcière je vous aurais dit de garder la chevalière et de me rendre uniquement le téléphone, je vous aurais sans doute même félicité pour votre expertise mais… Dommage pour vous je ne traite pas avec votre espèce.

En soit la chevalière a beaucoup plus de valeur que le téléphone mais il y a des données sur ce portable qui ne doivent pas tomber entre n’importe quelles mains, ce n’est pas pour rien que nous changeons de téléphone régulièrement d’ailleurs, afin de détruire d’anciennes informations et de repartir sur du neuf tous les mois, ça évite qu’un voleur ou qu’un hackeur déterre trop de secrets. Mon arme toujours braquée sur la jeune femme, je ne la quitte pas un instant des yeux, prêt à réagir à la moindre attaque surnaturelle. Sauf que rien ne vient mais ce n’est pas pour autant que je ne compte pas l’achever. Alors je me contente de recharger mon arme, prêt à tirer avant de la voir lever les mains et lorsque j’ouvre la bouche pour lui dire que malheureusement pour elle je n’ai pas l’intention de la déposer à l’unité, je m’arrête lorsque mon regard se pose sur ce bracelet en or. Un bracelet que je suis persuadé de connaître sans pour autant savoir d’où il sort. Alors je ne tire pas. Trois bonnes secondes s’écoulent et je finis par prononcer ces mots d’un ton parfaitement calme.

- Où avez-vous eu ce bracelet ? Encore un autre vole je suppose.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Jenny Hoppe

avatar

∞ Sorcière ∞
Ether



¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 131
¤ POINTS : 49
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018


MessageSujet: Re: Hunt you down Sam 29 Déc - 20:41



"Hunt you down "


feat. ANDREW WILLIAMS



Elle fait encore des cauchemars, elle a encore des visions de ce qui s'est passé dans cette pièce chez Gallicano. Elle se souvient très bien de la douleur et surtout de ce qu'elle a ressentie quand c'était Greg qui se faisait torturer. Elle se rappelle avoir cru qu'ils ne ressortiraient pas de là-bas, que sa bonne étoile l'avait abandonnée pour la laisser mourir sur une table en argent. Sauf qu'elle n'est pas morte là-bas, en tout cas, pas d'un point de vue physique. Jenny respire, marche, et les stigmates des différentes tortures sont presque toutes effacées grâce à du sang de vampire. Mais, moralement, c'est une autre histoire. La voleuse s'est isolée en évitant le monde extérieur dont le moindre événement lui faisait peur sauf qu'elle sait qu'elle ne peut pas vivre de cette manière. Ce n'est pas elle. Jenny doit se bouger, se reprendre en main, affronter à nouveau l'extérieur en arrêtant de croire que tout va mal se passer. Après tout, si elle n'est pas morte, c'est que sa bonne étoile ne l'a pas totalement abandonnée.

C'est avec cette nouvelle volonté d'avancer qu'elle s'est préparée pour sortir en pleine nuit. Ça a toujours été son terrain de jeu et ça doit le rester. Les rues de Londres défilent sous ses pas et, les personnes qu'elle croise sont des potentielles victimes de ses vols à l'arraché. Elle sait comment s'y prendre, Jenny a toujours été douée pour cela. Pourtant, à chaque fois qu'elle veut mettre une main dans une poche inconnue, elle retient son geste pour abandonner. Ça la frustre, en plus de l'énerver profondément. Pourquoi ne pas réussir à être ce qu'elle a toujours été, seulement par peur de tomber sur la mauvaise personne. La jeune femme inspire pour calmer les battements de son cœur, refusant de se laisser diriger par une peur avec laquelle la voleuse ne veut pas vivre.

C'est comme tout, il suffit de se lancer pour que les habitudes reprennent. Alors quand elle voit cet homme arriver face à elle, avec une sensation étrange qu'elle ne peut pas définir, Jenny décide que c'est le moment de se remettre en selle. La jeune femme passe près de l'homme, ses mains s'engouffrant discrètement pour délester l'homme de quelques objets. Son corps semble vouloir sortir de sa poitrine avant de se calmer au fur et à mesure qu'elle s'éloigne. Le vol n'est pas parfait, elle est capable de beaucoup mieux mais... Enfin, elle a réussi à recommencer. Les mains tremblent un peu quand elle les ouvre devant ses yeux pour y voir un téléphone et une chevalière et, c'est un sourire qui passe sur ses lèvres avec l'impression de se retrouver un peu.

Tu vois, Jenny, ce n'était pas si compli... Sa main se referme, comme dans un automatisme, sur son butin alors que le reste du corps se fige. A l’exception de sa deuxième main dont les doigts viennent effleurer sa joue marquée d'une traînée écarlate. Du sang. Une balle. Le cœur recommence à s'emballer mais Jenny décide de prendre une inspiration avant de se retourner. Sa bonne étoile, elle doit l'avoir définitivement perdue pour tomber que sur des malades armés. Quelles étaient les probabilités pour qu'elle tente de voler le seul type armé à cette heure-ci ? C'est là qu'elle devrait se mettre à paniquer mais il faut croire que les habitudes ont la vie dure et que les réflexes reviennent plus vite qu'elle ne l'imaginait. A moins que ce soit le fait qu'il l'a prenne pour une sorcière qui permet à Jenny de se concentrer sur autre chose que l'arme braquée sur elle.

« Quoi ? » Le regard est un peu halluciné quand il parle de sorcière et de ne pas traiter avec cette espèce. Celle de Jenny. « C'est n'importe quoi ! » Si Jenny a l'air convaincu de ce qu'elle vient de dire, son expression semble montrer qu'elle se met à douter. Quelques temps en arrière, la jeune femme aurait affirmée, et traité de fou, n'importe qui la désignant comme une sorcière. Mais, à bien y réfléchir, il se passait de plus en plus de choses étranges autour d'elle ces derniers temps. Non, il y avait forcément une autre explication logique à ces manifestations. On n'apprend pas à son âge qu'on est une sorcière. Alors, elle secoue vivement la tête. « Si j'étais une sorcière, tu ne penses pas que je serais déjà en train de me défendre ? » En tout cas, à ses yeux, ça lui semble être un argument imparable. Si Jenny devait avoir des pouvoirs, c'est à ce moment-là qu'elle déciderait de s'en servir. Au moins pour défendre sa propre vie dans une situation qui n'est pas à son avantage.

Et rien ne va en s'arrangeant quand il recharge son arme. Toujours pas de pouvoirs en vue. Jenny fait la seule chose qu'elle peut faire à cette distance : lever les bras pour signifier qu'elle n'est pas hostile. Même à une époque ancienne, on coupait la main des voleurs mais on ne les tuaient pas pour une chevalière. « Attends... » Demande en désespoir de cause, à défaut de savoir quoi donner comme argument pour ne pas se faire tirer dessus. Sauf que, apparemment, elle n'a pas besoin d'en trouver. C'est l'homme qui lorgne sur un bracelet qu'elle porte au poignet depuis de nombreuses années. Ce sont les yeux de Jenny qui se plissent quand l'homme en vient à lui demander si c'est un autre vol. Comment il peut savoir que ce bracelet n'est pas à elle ?

« ça dépend de ce qu'on met derrière le mot vol... Est-ce que prendre quelque chose saisie par des flics, qui appartenait à un autre voleur, peut vraiment être considéré comme un vol ? » Techniquement, elle a seule récupérer un objet que des policiers avaient pris à un autre voleur. Selon Jenny, ce n'est pas un vol à proprement parlé puisque personne n'est jamais venu réclamer ce bien. Les mains de la jeune femme se baissent légèrement avec un air suspicieux sur le visage. « ça fait presque dix ans que j'ai ce bracelet alors je trouve assez étonnant que tu saches qu'il ne m'appartient pas. » A bien y réfléchir, c'est cet homme qui est encore plus étrange qu'elle. Il sait que ce bracelet ne lui appartient pas. C'est encore lui qui la traite de sorcière alors qu'elle n'est pas au courant de cela... « Je vais commencer à croire que c'est toi qui es doué pour la sorcellerie. » Ou, du moins, pour avoir des sortes de visions. Quelque chose dans le genre. Puisque, de ce qu'elle sait, les hommes ne sont pas des sorcières à proprement parlé. « Parce que là, c'est toi qui sait des choses que tu ne peux pas savoir. » Et, dans ce cas, ça serait déconné de dire qu'il ne traite pas avec des sorcières.



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Williams

avatar

Unité 101
Soldat • Initié



¤ AVATAR : Dan Stevens
¤ CRÉDITS : Sign de Lilie
¤ MESSAGES : 108
¤ POINTS : 74
¤ MULTIS : Nikolaj, April, Salazar
¤ AGE : 42 ans
¤ GROUPE : Initié de l'unité 101
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/09/2018


MessageSujet: Re: Hunt you down Mer 2 Jan - 20:02



Hunt you down
Jenny & Andrew

La proie du soir est toute désignée, venue d’elle-même jusqu’à moi, elle ne devait pas se douter que je serais son pire ennemi de la soirée, son assassin. Ce qui est étonnant est qu’elle m’ait volé alors qu’elle a bien dû sentir que j’étais un initié et généralement les sorcières préfèrent s’en rapprocher. Pas toutes apparemment. Mon arme braquée sur elle, je tire à longue distance, ce qui ne m’empêche pas d’atteindre ma cible comme je le voulais. Une simple éraflure pour la mettre en garde. J’aurais tout aussi bien pu l’abattre comme ça mais je n’aime pas tuer ma cible de dos, j’ai quand même quelques convictions. La sorcière me fait face, mes biens entre les mains, et tente visiblement de jouer la carte du grand n’importe quoi. Allons à d’autres, si les sorcières sont difficilement repérables pour les autres, en tant qu’initié j’ai malheureusement cette connexion qui me permet de sentir une sorcière lorsqu’elle se trouve à proximité. Cette femme en est indéniablement une.

- Vous ne seriez pas la première sorcière à ne pas savoir user de ses dons que je rencontre.

Dans de plus rares cas il y a même des sorcières qui ignorent ce qu’elles sont, peut-être est-ce son cas. Qu’importe de toute façon, il n’y a pas de si qui tienne avec moi, je sais ce qu’elle est et elle ne risque pas de me faire douter à ce sujet malgré tous les arguments possibles et imaginables. Alors je recharge mon arme et la braque à nouveau, ce qui la pousse à lever les mains en l’air. Je trouverais cela presque mignon si j’étais empathique, malheureusement pour elle je ne le suis pas. Pourtant je ne tire pas, pas parce qu’elle me demande d’attendre mais parce que ce bracelet qu'elle porte évoque quelque chose de bien trop familier en moi sans savoir d’où il vient. Alors je lui demande avant d’émettre l’hypothèse qu’elle l’a probablement volé et effectivement cet objet a bien été volé, il y a plus de dix ans par quelqu’un d’autre avant elle. Etrange...

Un nouveau mal de tête me frappe, puissant, et je regrette de ne pas avoir pris mes cachets avec moi mais de toute façon on ne peut pas vraiment dire qu’ils aient un jour été très utiles. Je plaque une main contre mon crâne mais bien vite je me concentre à nouveau sur la sorcière, ne voulant pas qu’elle y voit une quelconque faiblesse pour prendre la fuite.

- Je n’assassinerai pas des sorcières si c’était pour pratiquer moi-même la magie.

Pourtant plus d’une sorcière m’a déjà proposé d’être son initié, de m’allier à elles pour devenir plus puissant et maîtriser mes dons. J’ai toujours refusé ces propositions. Je ne m’allierai pas avec l’ennemi et je ne deviendrais plus monstrueux que je ne le suis déjà en appartenant à cette espèce. Il semblerait que Dieu ait mal fait les choses.

- J’ai déjà vu ce bijou, je ne me rappelle juste pas d’où... Mais sans doute en font-ils plusieurs.

Après tout il y a beaucoup de produits qui sont reproduits encore et encore pour plus de ventes, et ceci est un beau bracelet, il doit probablement bien se vendre. En réalité je ne me doute pas qu’il s’agit d’un produit unique, ni même que c’est moi, celui qui l’a volé en premier il y a des années de cela. Vingt-huit ans pour être exact. Et j’ai une nouvelle vision, celui d’un braquage. Je vois des garçons cagoulés et paniqués qui prennent dans leurs sacs tout ce qu’ils peuvent. Ce ne sont que des adolescents pas bien grands pour certains, ils ne savent pas vraiment ce qu’ils font et suivent pourtant un plan bien précis. Un plan que j’ai conçu.

- Qui a volé ce bracelet avant vous ?

Est-ce je suis sérieusement en train de poursuivre cette conversation avec elle ? On dirait bien. Le tout en continuant de braquer cette arme devant elle, toujours d’assez loin pour qu’elle n’ait pas la bonne idée de tenter de me prendre l’arme des mains. Je devrais l’abattre sur le champ et pourquoi pas mener mon enquête sur ce bracelet ensuite, mais le mieux serait d’oublier cette affaire et poursuivre ma soirée comme si je n’avais rien vu. Pourtant je ne tire pas cette balle et j’attends qu’elle m’offre une réponse. J’espère en savoir plus sur ce mystère alors qu’il n’en est qu’un parmi tant d’autres, mais il en est un sur lequel je peux peut-être lever le voile.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Jenny Hoppe

avatar

∞ Sorcière ∞
Ether



¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 131
¤ POINTS : 49
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018


MessageSujet: Re: Hunt you down Jeu 3 Jan - 1:21



"Hunt you down "


feat. ANDREW WILLIAMS



Comment ça, pas la première sorcière à ne pas savoir user de ses dons ? Jenny affiche un air de parfaite incompréhension. Peut-être bien qu'il a raison, elle doit être une sorcière dont le pouvoir est d'attirer tous les déglingués de Londres. Elle commence à les collectionner depuis qu'elle est arrivée en ville, à moins que les anglais aient une forte concentration de malades mentaux ?! Non mais faut être complètement siphonné du ciboulot pour vouloir tuer quelqu'un sous prétexte que c'est une sorcière – Salem, ça a commencé comme ça et bonjour les erreurs – pour, ensuite, venir l'interroger sur un bracelet. Mais putain qu'est-ce qui ne tourne pas rond chez lui ?!

Jenny a peut-être un élément de réponse quand l'homme vient plaquer sa main contre son propre crâne : un échappé de l'asile qui n'a pas suffisamment pris son traitement. Vue la situation, c'est ce qui lui paraît le plus probable à la native d'Amsterdam. Wahou... ça va être compliqué. Dans sa ville d'origine, où il est possible d'aller dans un bar pour fumer de l'herbe, autant dire que des dingues elle en a vue. Mais lui, sérieux, il dépasse de loin tout ce qu'elle a pu voir. Le fait qu'il soit armé, et qu'il semble savoir viser, doit être une bonne raison pour flipper. Elle veut bien entendre qu'il ne tuerait pas de sorcières s'il pratiquait la magie mais, d'un autre côté, Jenny n'est pas certaine qu'il soit très logique. De ce qu'elle sait, quand on se trouve face à un drogué en plein tripe, le mieux à faire est encore de ne pas les contrarier. Jenny hoche la tête dans un semblant de sourire qui n'a rien de crédible. Oui, oui, c'est ça.

Ligne de conduite qu'elle compte suivre jusqu'au bout pour ne pas mourir mais qu'elle ne tient pas quand il semble penser qu'il existe plusieurs bijoux de la sorte. « Vous voulez rire ! » Il y a des choses qu'elle ne peut pas laissé passer. « Non, c'est un modèle unique. » C'est d'ailleurs ce qui lui donne toute sa valeur, sauf qu'elle n'a jamais su se résoudre à le revendre. Elle en a pris des risques, à l'époque, pour récupérer ce bracelet avec le peu de dossier qui allait avec. A croire que quelqu'un était passé avant elle, déjà qu'il n'y avait plus de traces informatiques de ce braquage. Parce que c'est par là qu'elle avait commencé : embaucher un hackeur pour avoir plus d'information sur le jeune braqueur de l'époque. Rien n'était ressorti.

Jenny à l'impression d'être dans ce conte où la femme ne survit qu'en racontant une histoire tous les soirs. La balle ne part toujours pas, elle n'est pas à terre en train de se vider de son sang ou morte sur le coup. L'homme qui ne semble pas vouloir traiter avec les sorcières est pourtant en train de l'interroger sur le bracelet et, ça la surprend. Cela dit, Jenny ne va pas s'en plaindre. Si elle reste muette quelques secondes ce n'est même pas pour gagner du temps, c'est seulement qu'elle est un peu égarée par ce revirement. Heureusement qu'elle n'est pas du genre à perdre tous ses moyens et de paniquer complètement quand on la menace, sinon elle serait déjà en train de cafouiller des choses incompréhensibles. La voleuse doit quand même prendre une inspiration avant de se lancer.

« Oh, et bien, en fait... » Elle rebaisse les bras parce que c'est chiant de les garder relevé. « … A l'époque c'était un très jeune voleur. Il n'y a plus grand chose dans les archives mais, ceux qui étaient nés à cette époque en avaient entendu parlé. Un petit génie des braquages. »

Ce qui peut être amusant c'est que Jenny en parle avec un réel enthousiasme. Pour la gamine de trois ans qui avait fait ses premiers vols dans les pantalons des clients du bordel où elle était née, cette vieille histoire avait eu un intérêt pour elle. Même si ça c'était passé bien avant sa naissance.  C'est ce qui l'avait poussé à se renseigner un peu plus, à faire pas mal de recherches. La majorité à peine atteinte, Jenny avait fait son premier vol dans un poste de police pour avoir des fichiers qui semblaient tous avoir disparus des écrans. Finalement, garder ce bracelet c'est un peu comme une sorte de souvenir, devenu un peu un grigris dont elle ne veut pas se séparer.

« Enfin bref, tout ça pour dire que le premier voleur de ce bracelet était un certain Andrew Williams. »

Jenny se dit qu'elle ne prend pas trop de risques à donner un nom qu'il est impossible de retrouver. Ou alors elle serait bien vexée qu'avec les moyens qu'elle y a mit, ce gars puisse remonter ce nom facilement. Ce qu'elle ignore en revanche c'est l'ironie du destin. Faut quand même le vouloir pour se retrouver devant ce voleur dont elle parle, sans même le savoir. Il a bien grandi en même temps, difficile de reconnaître des traits de jeune adolescent et de celui d'un adulte.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Williams

avatar

Unité 101
Soldat • Initié



¤ AVATAR : Dan Stevens
¤ CRÉDITS : Sign de Lilie
¤ MESSAGES : 108
¤ POINTS : 74
¤ MULTIS : Nikolaj, April, Salazar
¤ AGE : 42 ans
¤ GROUPE : Initié de l'unité 101
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/09/2018


MessageSujet: Re: Hunt you down Dim 6 Jan - 22:29



Hunt you down
Jenny & Andrew

Et voilà comment je me retrouve à discuter avec l’une de mes proies au lieu de l’abattre, à cause d’un stupide bracelet qui m’évoque quelque chose. A croire qu’il en faut peu pour détourner mon attention, pourtant je ne suis pas du genre à me dissiper mais il y a certaines questions que je me pose, certains souvenirs qui me font défauts et je sais que l’histoire de ce bracelet en fait partie. De toute façon si cette femme ne maîtrise vraiment pas ses pouvoirs alors je ne cours aucun risque avec elle, finalement elle est presque comme une humaine lamda, sauf qu’elle a des informations à me fournir. Mon attention est d’autant plus captée par ce bijou lorsqu’elle m’annonce que le modèle est unique. Donc soit elle est très bonne manipulatrice et sait qu’une telle réponse lui permettra d’avoir la vie sauve au moins quelques minutes de plus, soit elle dit la vérité et dans ce il va falloir creuser un peu plus cette histoire de bracelet.

Alors je fouine en lui demandant qui a volé ce bijou avant elle et autant dire que sa réponse a de quoi être surprenante. D’abord la sorcière parle d’un jeune voleur, ce qui a de quoi me rappeler ces flashs d’un braquage fait par des adolescents. Mais le plus ironique vient ensuite, lorsque c’est mon prénom qu’elle me donne. La première chose à laquelle je pense, c’est que cette femme doit être une sorcière du mentale et qu’elle m’a menti sur le fait de ne pas savoir user de ses capacités. Peut-être que depuis tout à l’heure elle contrôle une part de mon esprit, en tous cas elle s’y est assez immiscée pour connaître mon nom sans que je n’ai eu besoin de le lui dire. Et c’est lorsque je constate que mon bras est redescendu le long de mon corps durant ses explications que je réalise qu’elle me manipule. Elle essaie de me contrôler. Alors je relève mon bras et la braque à nouveau, affichant un sourire qui n’a rien de sympathique.

- Bien joué sorcière, tu as presque failli m’avoir mais tu aurais dû deviner que balancer mon nom était une stratégie risquée.

Non mais sérieusement, elle ne s’attendait quand même pas à ce que je lui demande de me raconter ma propre histoire quand même ? Certaines personnes ont vraiment des stratégies étranges. Si j’avais commis un tel braquage, je pense que je m’en souviendrais, même si ma mémoire semble me jouer défaut je n’aurais pas pu oublier un truc pareil. Ou peut-être que si ? Peut-être que j’ai oublié mais que c’est parce que c’est moi qui l’ai volé que ce bracelet, en modèle unique apparemment, me parle autant. Bon sang elle est forte pour être capable de me faire douter sur de telles choses. Oui elle est douée parce que je prends même le risque de m’avancer jusqu’à elle, toujours en la braquant, et je viens coller le bout de mon canon contre son front.

- Je te déconseille de t’immiscer encore dans ma tête. C’est toi qui m’as envoyé ces flashs du braquage, pas vrai ? Tu as fait en sorte que je reconnaisse ce bracelet et t’interroge à ce sujet pour ne pas te tuer, sauf que manque de chance pour toi je ne me laisse pas berner aussi facilement.

Et c’est sans doute plus simple de croire que tout vient d’elle plutôt que de reconnaître que quelque chose ne va pas dans mon cerveau, pourtant je sais bien que c’est le cas, sinon je n’aurais pas tous ces maux de tête, ces images, ni cette proposition d’Ashanti qui me hante à propos de retrouver mes souvenirs perdus. Repenser à elle me donne de furieuses envies de meurtre, pourtant je détourne mon arme de son visage au dernier moment avant de tirer ces trois balles pour me défouler. Les balles sont silencieuses, le bruit n’attirera personne pour venir sauver la pauvre sorcière en détresse et il m’en reste encore trois à lui tirer dans la tête. J’inspire fort, épuisé par toutes ces questions qui tourmentent mes jours et mes nuits. J’ai besoin de savoir, mais j’ai besoin de connaître la vérité, pas des mensonges.

- Je te propose un marché, je te laisse repartir en vie si tu parviens à me prouver que j’étais bel et bien l’un des voleurs du braquage. Sinon crois-moi, je n’aurais pas besoin d’utiliser mes trois dernières balles pour t’abattre.

Une seule fera l’affaire. Cette ville est en train de me changer, c’est la quatrième personne avec qui je passe un deal alors qu’elle aurait dû être mon ennemie, la troisième sorcière à qui je propose de marchander. Je ne sais pas pourquoi j’accepte tous ces compromis... Ou plutôt si, je sais, ces marchés sont passés soit pour sauver des vies, soit pour connaître la vérité, parfois pour les deux raisons en même temps. Parviendras-tu à sauver ta vie ?

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Jenny Hoppe

avatar

∞ Sorcière ∞
Ether



¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 131
¤ POINTS : 49
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018


MessageSujet: Re: Hunt you down Lun 7 Jan - 3:36



"Hunt you down "


feat. ANDREW WILLIAMS



Jenny ne laisse rien paraître de cette part de soulagement qu'elle ressent quand l'arme ne la braque plus. Elle ne dit rien, ne soupire même pas de soulagement, pour éviter qu'il s'en rende compte. Elle continue seulement sa petite histoire en espérant que les réponses suffisent ou qu'elles en appellent d'autres. S'il faut finir par mentir parce qu'elle n'aura plus de réponses à fournir, Jenny le fera. Elle a toujours été douée pour mentir et pour s'adapter, faut dire qu'elle pratique l'exercice depuis longtemps. Alors quand elle termine, elle attend quelques secondes qui lui semblent être une éternité. Elle attend comme on attend un verdict tombé. Sauf que celui qui arrive n'est pas ce qu'elle voulait. Le bras est de nouveau levé dans sa direction et l'homme la traite encore de sorcière. « Putain. » qu'elle souffle entre ses dents en se demandant comment elle va pouvoir lui faire comprendre que ce n'est pas une sorcière.

« HEIN ?! » Là c'est elle qui est égarée, elle en oublie presque l'arme pendant une poignée de seconde. Son nom, à lui ? Il y a plusieurs choses qui ne vont pas. La première c'est qu'elle ne comprend pas comment il aurait pu oublier ce braquage qu'il a mis en place. Impossible, c'était bien trop du génie pour que ce soit zappé d'un esprit. La deuxième... Merde, elle s'était fait toute une image de ce jeune braqueur, l'avait même idéalisé, pour se retrouver face à un barge. Bonjour la déception. Elle comprend maintenant pourquoi certaines personnes disent qu'il ne faut jamais rencontrer une star qu'on adore parce qu'on finit par être déçue.

Toutes ses pensées se figent dans son cerveau quand elle louche sur le silencieux plaqué contre son front. Et c'est là qu'elle commence à sentir qu'elle part en vrille. Elle est passée à un cheveux de la mort il n'y a pas assez longtemps à son goût. Le souvenir de son coma, de ses blessures, de la douleur, sans parler des flash qui venaient l'empêcher de dormir, tout ça était amplement suffisant. Mais il faut croire que non, il avait fallu que le destin – ou quoi que ce soit d'autre – la mette sur le chemin d'un autre détraqué qui la prenait, encore, pour ce qu'elle n'était pas. Jenny sans ses mains se serrer sur le portable et dans la paume de sa main. Elle se sent bouillir et prête à exploser si une putain d'arme n'était pas braqué sur son foutu front.

Il parle mais elle ne comprend toujours pas de quoi il parle. Elle va pour ouvrir la bouche, pour laisser un flot de mots en sortir mais se retrouve interrompue. Un sursaut la traverse alors qu'elle ferme les yeux instinctivement. Trois coups caractéristiques d'un silencieux se font entendre. Jenny ne s'est même pas rendu compte que, en sursautant, elle a relâché le portable et la chevalière. Pourtant, ils ne sont pas tombés au sol, restant à mi-hauteur d'homme, en lévitation. Elle rouvre les yeux quand il décide de lui proposer un marché. Ça doit être à ce moment-là qu'elle comprend qu'elle n'est pas morte. Il lui faut un petit temps pour que le marché qu'il lui propose monte à son cerveau. Lui prouver qu'il était l'un des braqueurs ?

« Mais putain de bordel de merde ! » Elle écarquille les yeux complètement égarée et énervée à la fois. « Comment tu veux que je fasse ça ? » Il y a son accent qui lui vient d'Amsterdam qui remonte dans le timbre de sa voix tellement elle cesse de faire attention à sa façon de parler. « Je ne sais pas ce qui débloque complet dans ta putain de tête gars, mais une chose est sûre : même si je pouvais y aller, je ne prendrais pas le risque de le faire. Parce que, sérieux, tu as l'air complètement allumé. » Les bras s’agitent quand elle lui parle avec un débit assez impressionnant. « Je sais pas depuis combien de temps tu n'as pas pris tes médocs mais, ça doit pas tourner rond dans ce qui te sert de tête pour pointer une arme sur la première venue en lui balançant que c'est une sorcière. Et encore plus barge pour venir d'approprier le nom que je viens de donner. Parce que, c'type, tu vois, c'était un putain de génie quand, toi, t'es qu'un putain de détraqué. »

Avec le recul, si elle doit repenser à cette situation, elle dirait que son énervement n'est pas uniquement dirigé contre lui. Il doit y avoir une partie de frustration de tout ce qu'elle n'a pas pu balancer face à Gallicano. Et l'autre partie de tout ce qu'elle n'a pas su dire depuis qu'elle est sortie du coma. Faire l'autruche, sourire et dire que tout va bien, c'est une bonne chose... Mais un jour ou l'autre, tout explose sans qu'on s'y attende. Il fallait que ça tombe sur lui mais, la braquer, tirer des balles, c'est pas fait pour la rendre très sereine.

« Je commence sérieusement à en avoir marre des barges de ton genre. C'est quoi le truc, j'ai un aimant à psychopathe ? » Elle s'arrête qu'une fraction de seconde. « Non, en fait, j'ai encore une meilleure question : comment est-ce que je peux agiter les mains comme ça alors que j'avais... » Elle s'arrête, baisse le regard pour voir les effets personnels de l'homme en lévitation. « … ton téléphone. » Le ton est retombé direct, en même temps que les objets qui s'écrasent sur le sol. C'est un regard accusateur qu'elle lance en direction de l'homme. « Et après tu vas me dire que tu n'uses pas de magie ?! »


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Williams

avatar

Unité 101
Soldat • Initié



¤ AVATAR : Dan Stevens
¤ CRÉDITS : Sign de Lilie
¤ MESSAGES : 108
¤ POINTS : 74
¤ MULTIS : Nikolaj, April, Salazar
¤ AGE : 42 ans
¤ GROUPE : Initié de l'unité 101
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/09/2018


MessageSujet: Re: Hunt you down Jeu 10 Jan - 16:51



Hunt you down
Jenny & Andrew

J’offre la possibilité à cette sorcière de s’en sortir vivante, ce qui n’arrive pas dans énormément de cas même si dernièrement ça commence à devenir un peu trop récurrent à mon goût. Quoi qu’il en soit elle ferait mieux de profiter de cette chance pour m’offrir mes réponses et se tirer de là, car je pourrais bien changer d’avis à son sujet et la prochaine balle ira se loger tout droit dans sa cervelle. Je pense qu’elle aimerait mieux éviter ça alors le mieux serait de commencer à parler maintenant, et dire autre chose que des insultes serait plus probant. Je roule des yeux lorsqu’elle me demande comment elle doit faire pour me prouver un truc pareil. Honnêtement ce n’est pas mon problème, à elle de se débrouiller, quand notre vie est en jeu on finit toujours par trouver la solution miracle, consciemment ou parfois malgré nous. Cela dit je note ce nouvel accent dans un coin de mon cerveau. Pays-Bas ? Oui, je crois bien que c’est ça, en tous cas il s’agit pour sûr d’un pays du nord de l’Europe. Remercions mon cerveau qui retient beaucoup trop de choses.

La sorcière continue de s’énerver, sans doute dû à la panique de mourir qui continue de peser sur ses épaules. Sauf que m’agacer de la sorte ne l’aidera pas à s’en sortir vivante, c’est même plutôt l’inverse. Elle me prend pour un fou et ça m’amuse parce que finalement elle ne doit pas se douter à quel point elle peut être proche de la vérité. Non je ne suis pas l’un de ces psychopathes de tueur en série, bien que faire partie de l’unité s’en rapproche un peu, mais au fond ne suis-je pas un peu fou ? Comment peut-on perdre toute une partie de ses souvenirs tout en étant persuadé que ce n’était pas important, que mon cerveau a effacé de lui-même ces données pour ne pas s’encombrer avec des futilités. Si je ne suis pas fou, comment on explique tous ces maux de crâne, ces flashs, ces hallucinations ? Pourtant les médecins me le certifient, mon cerveau est en parfaite santé, il fonctionne même mieux que la plupart du commun des mortels. Cette situation a de quoi faire perdre la tête, n’est-ce pas ?

Je commence doucement à perdre patience et suis sur le point de me convaincre de l’abattre, ici et maintenant. C’est ce qu’il se serait passé si mon regard ne s’était pas posé sur mon téléphone et ma chevalière en pleine lévitation à côté d’elle. Télékinésie ? Alors ce n’est pas une sorcière du mentale, ce qui signifie qu’elle n’a pas pu m’envoyer ces visions et qu’elle n’a pas pu non plus infiltrer mes pensées pour connaître mon nom. Alors ce qu’elle dit serait vrai ? Je fronce les sourcils, l’air perplexe, l’esprit ailleurs. Je n’écoute même plus la sorcière qui se plaint, jusqu’à ce qu’elle finisse par se rendre compte par elle-même de ce qui est en train de se passer. Ainsi la sorcière n’a pas menti, elle ne sait pas contrôler sa magie et a d’autant moins conscience de ce qu’elle est vraiment, ou alors elle est dans le déni le plus complet.

- Les initiés ne savent pas faire ce genre de choses et il n’y a que des femmes qui puissent être sorcières.

Et puisque nous sommes seuls dans cette ruelle, cela ne peut signifier qu’une seule chose, c’est elle qui vient de faire ça. Je me moque bien qu’elle l’accepte ou non, ses problèmes de non-acceptation ne me concernent pas. Au lieu de ça je me contente de ranger mon arme dans son holster et me baisse pour ramasser mon téléphone et ma chevalière.

- Félicitations, tu n’es plus en danger de mort mais tu n’es pas libre pour autant.

J’ai toujours des questions à poser et des réponses à trouver. Visiblement elle a l’air de s’être bien renseignée sur cet Andrew, celui qu’elle prend pour un putain de génie. Dois-je lui dire qu’à l’unité aussi on m’appelle le génie ? Il n’y aurait aucune utilité à partager une telle information.

- Dis m’en plus sur cet Andrew Williams. Comment as-tu eu des informations à son sujet ? Où puis-je en trouver ?

Ai-je au moins une chance que des dossiers existent encore ? Beaucoup d’années se sont écoulées depuis ce braquage et il est bien possible que l’unité ait effacé toutes ces traces pour ne pas que je découvre la vérité.

- Dis-moi tout ce que tu sais à son sujet et je te laisse repartir. Tu n’entendras plus parler de moi.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Jenny Hoppe

avatar

∞ Sorcière ∞
Ether



¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 131
¤ POINTS : 49
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018


MessageSujet: Re: Hunt you down Ven 11 Jan - 22:09



"Hunt you down "


feat. ANDREW WILLIAMS




Les initiés, les sorcières, mais qu'est-ce qu'elle s'en fout de ça. Elle ne voit même pas pourquoi il lui explique ça parce que ça n'a aucun rapport... Comment ? Que les femmes qui peuvent user de ce genre de magie ? Jenny ouvre la bouche pour protester et la referme en préférant se taire. Son cerveau tourne à une vitesse folle pour lui remettre en image toutes les petites choses étranges autour d'elle ces derniers-temps. Toutes ces manifestations qu'elle ne peut pas expliquer mais que Jenny a préféré mettre sur le compte de la fatigue, ou toutes les autres excuses trouvées sur l'instant. Pendant combien de temps elle peut se voiler la face sur ce qui se passe ? Combien de temps est-elle capable de faire l'autruche ? Ça ne peut pas toujours être la faute des autres et ça ne peut pas toujours être la fatigue non plus. Jenny ferme les yeux le temps d'un long soupir alors qu'elle se demande pourquoi il faut que ça tombe sur elle. Les derniers événements sont assez bordéliques pour ne pas venir rajouter... [i]ça[/]...

Les pensées s'envolent quand il lui dit qu'elle n'est plus en danger de mort et qu'il range son arme. Elle aurai bien profité de cet instant, quand il s'est baissé, pour lui foutre un coup de genoux dans les dents. Jenny était trop occupée par ses pensées pour réagir à temps. Elle n'a même plus envie de dire quoique ce soit pour montrer son énervement. Elle n'est plus en danger alors, dans sa tête, Jenny se voit déjà partir de cette ruelle. Un plan qui s’efface avant même que son corps n'ait pu faire un mouvement allant dans ce sans. Plus en danger mais pas libre de partir... Elle soupire. Ça ne finira donc jamais. Elle lance sur l'homme un regard lassé, soutenu par un nouveau soupir. D'accord, qu'est-ce qu'il veut, qu'ils puissent en finir. Sans surprise, c'est sur Andrew Williams qu'il pose des questions. Jenny n'a aucune idée de ce qui peut l'intéresser chez ce braqueur parce que, sans vouloir être offensante, elle n'arrive pas à croire que le gars face à elle et Andrew sont la même personne.

« Bon courage pour trouver des informations sur lui. » Ce n'est même pas de la mauvaise volonté, c'est une réalité. « J'avais déjà tentée de faire des recherches sur lui, il y a moins de dix ans, mais rien ne ressortait. » Et, quand Jenny dit avoir fait des recherches, ce n'est pas seulement taper un nom dans google. Non, elle avait embauché un hackeur pour qu'il puisse aller fouiller dans des bases de données, même chez les flics et les autorités un peu plus haute. Rien. Bien sûr, personne n'a songé à fouiller dans une division secrète du gouvernement. C'est le principe même du secret, difficile d'aller chercher dans un endroit dont on ignore l’existence. « C'est sous l'absence d'information que j'avais décidé d'aller voir à l'endroit où il avait été arrêté. Déjà que, de nos jours, certains flics ont du mal à passer à l'informatique alors, il y a dix ans... » Jenny avait misé sur le fait qu'un dossier serait resté, là où toutes les informations informatisées avaient déjà disparues.

« Il y avait bien un petit dossier le concernant, ainsi que ce bracelet lui appartenant. » Est-ce que ça veut dire qu'elle a braqué un commissariat ? Oui, c'est tout à fait ça. A partir de là, Jenny se retrouve face à deux solutions. Dire à Andrew qu'elle ne peut pas lui en dire plus, parce que ça remonte et qu'elle n'a plus tous les détails en tête. Ou alors, lui monter tout un bateau pour raconter une jolie histoire qu'il sera obligé de prendre, à défaut d'avoir des preuves du contraire. Cette solution est tentante car elle lui assure une certaine tranquillité. D'un autre côté, s'il vient à savoir qu'elle a menti... C'est dans ce genre de moment que Jenny regrette d'être devenue aussi frileuse sur les problèmes qu'elle peut se créer. Quelques temps en arrière, la jeune femme n'aurait jamais hésité à mentir en se disant qu'elle verrait plus tard pour les éventuelles conséquences. Entre temps, elle a appris que les conséquences pouvaient être lourdes et ne pas la toucher qu'elle.

« Je suis désolée mais je n'ai plus tous les détails en tête de ce que peut contenir ce dossier. Comme je l'ai dit, je l'ai depuis un long moment mais je ne m'amuse pas à l'ouvrir tous les quatre matins pour me souvenir de ce qu'il contient. » C'est là où elle se foire sans même s'en rendre compte. Parce que, dans cette phrase, Jenny laisse clairement entendre qu'elle possède toujours le dossier. D'un autre côté, si elle a été capable de garder le bracelet, il y a aussi de grandes-chances pour qu'elle ai aussi conserver les informations concernant ce type. « Mais, franchement, je ne comprends pas en quoi ça peut vous intéresser. » Même si c'était pour le coincer maintenant, il y a prescription sur le braquage. Ça ne servirait donc à rien.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Williams

avatar

Unité 101
Soldat • Initié



¤ AVATAR : Dan Stevens
¤ CRÉDITS : Sign de Lilie
¤ MESSAGES : 108
¤ POINTS : 74
¤ MULTIS : Nikolaj, April, Salazar
¤ AGE : 42 ans
¤ GROUPE : Initié de l'unité 101
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/09/2018


MessageSujet: Re: Hunt you down Aujourd'hui à 13:42



Hunt you down
Jenny & Andrew

Il y a quelque chose à laquelle l’unité n’a pas dû penser en me relâchant, qu’un jour la vérité finit toujours par se savoir. Ils seront parvenus à tenir longtemps, mais cette nouvelle année sera celle où les mystères seront résolus. Je continuerai d’être un bon soldat, de leur ramener des proies pour qu’ils ne se doutent de rien. Je continuerai de faire mon rapport tous les soirs, sauf que j’omettrai toutes les parties concernant mes recherches à mon sujet, car il est temps que je prenne la peine de penser un peu à moi et à tous les secrets qui pèsent sur mon passé. Cette sorcière m’offre l’occasion parfaite de mener mes recherches, elle connaît visiblement certaines choses sur l’ancien Andrew et pourrait m’aider à obtenir quelques informations. Quelque chose me dit que pour sauver sa vie elle acceptera de me donner ces réponses.

Sauf que la première phrase de la sorcière n’est pas très encourageante. Bon courage ? D’après elle je devrais abandonner avant même d’avoir commencé ? Hors de question. Tant pis si tout semble jouer contre moi, si tout semble indiquer que je n’obtiendrais aucune réponse à ce sujet, je ne peux pas juste me contenter de baisser les bras comme ça alors que j’ai ce besoin presque viscéral d’en savoir plus sur lui, sur moi... Mais Jenny continue et parle d’un dossier trouvé chez les flics, au même endroit où elle a trouvé le bracelet. Ainsi ce sont les flics qu’elle a volé, la jeune femme a du culot, il faut bien l’admettre. Mais du coup je ne peux m’empêcher de penser que la sorcière a dû voler le dossier également, vu comme elle a l’air fasciné par cet Andrew, elle n’aurait pas laissé derrière elle le seul truc capable de lui donner des informations à son sujet, pas alors qu’elle menait des recherches à son sujet.

C’est là que ça devient intéressant, quand elle laisse sous-entendre qu’effectivement elle a bel et bien ramené le dossier avec elle et si je suis sur le point de lui demander ce qu’elle en a fait, je comprends alors qu’elle possède toujours ce dossier. Si je ne détestais pas les sorcières, je crois que je la prendrais pour mon ange gardien. Quelles étaient les chances pour que je croise une femme, qui plus est ma proie, et que celle-ci possède un rapport à mon sujet près de vingt-huit ans après les faits ? Croyez-moi les chances étaient très faibles.

- Tu as toujours ce dossier...

Je regarde la chevalière remise à mon doigt. Je pourrais la forcer à me donner ce dossier en échange de sa survie, ce serait suffisant et je n’aurais pas à sacrifier le seul objet un tant soit peu sentimental en ma possession. Pourtant lorsque je relève mon regard dans le sien, ma décision est prise.

- Je te donne cette chevalière en échange du dossier.

Cette chevalière a appartenu à l’un de mes camarades de guerre, celui dont j’ai été le plus proche et c’est rare que je me lie de la sorte à quelqu’un. Il avait été blessé trop gravement pour s’en sortir, se vidait de son sang sous mon regard alors que je tentais vainement d’appuyer sur la plaie, espérant pouvoir l’aider à s’en sortir. Puis il a retiré cette chevalière et a attrapé ma main pour me la remettre, me demandant de ne pas l’oublier. Cet homme n’avait pas de famille et pas vraiment d’amis non plus, sa plus grande peur était que personne ne se souvienne de lui après sa mort, mais moi je me souviens de lui et cette chevalière est censée me rappeler à sa mémoire et à ce que nous avons partagé. Sauf que je n’ai pas besoin de cette chevalière pour me souvenir de lui, et je sais qu’il l’aurait lui-même donné si ça me permettait d’obtenir des réponses.

- Mais je le veux ce soir.

Et ce n’est pas négociable. Je lui ai dit, elle sera complètement libre de moi une fois que j’aurais eu les informations à mon sujet alors le dossier suffira amplement, ce sera au moins une bonne piste à exploiter, pour débuter mes recherches.

- Je te l’ai dit, après ça tu seras libre de moi et je n’ai qu’une parole, alors on ferait mieux de se mettre en route tout de suite.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Hunt you down

Revenir en haut Aller en bas
Hunt you down
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» The Hunt for Gollum
» Slotz : Hunt Survie
» kathleen ; tears don't fall
» W E N D Y • Let me hunt you, darling.
» Artémis ø Goddess of the Hunt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Ici et là-
Sauter vers: