RSS
RSS



AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !



Partagez|

En quête d’intérêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Kasparian B. Vasa

avatar

☠ Vampire ☠
Solitaire



¤ AVATAR : David Gandy
¤ MESSAGES : 585
¤ POINTS : 91
¤ MULTIS : Milo S.O'Conell
¤ AGE : 503 ans
¤ ZONE LIBRE : Fiche - Cobayes - Expériences - Portable - Chrono
***
◮ 1,91 m & 80 kg
◮ Brun & yeux bleus
◮ Particularités : Responsable du département médico-légal de Londres. Medecin-légiste. Prince de Suède.
◮ Maitre de l'hypnose et de la télépathie
¤ GROUPE : Qu'en ferais-je ?
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 18/07/2018


MessageSujet: En quête d’intérêt Mer 5 Déc - 19:10


“ En quête d’intérêt  ” Quel meilleur emplacement que la terrasse du Radio Rooftop Bar pour contempler les méandres nocturnes de Londres ? La pluie a fait fuir les moins téméraires aussi je me retrouve en tête-à-tête avec mon fond de Scotch. Un rideau humide cascade à quelques centimètres de mon visage et les gouttes rebondissent sur la pointe de mes souliers. Le froid de la nuit ne me gêne guère, pourtant je suis emmitouflé dans mon manteau de costume navy en cachemire. Seul le foulard me fait défaut mais je joue mon rôle sans la moindre imperfection, Maitre de la mascarade que je suis. Cette nuit, je laisse les cadavres en paix. Nul doute qu’ils sont entre les mains expertes de mon assistant, auquel cas ils le seront bientôt. Les crimes sont devenus monnaie courante et le travail ne manque pas. Contrairement aux sujets dignes d’intérêt. Le dernier en date est mort sur la table d’opération, que je n’entends parler de torture … Un malheureux incident, que je dis pour me dédouaner de ma responsabilité. Un hybride, ou jugé comme tel. Un sujet intéressant sous bien des coutures. Peut-être trop d’ailleurs. Ce serait un mensonge de dire que sa mort n’a pas ébranlée un minimum ma noble personne, mais la page est tournée et une nouvelle doit encore être écrite. L’encre est fraiche et prête à l’emploi, plus qu’à trouver quel en serait le sujet, le nom, le thème … Ma baisse de foi des dernières jours, que dis-je semaines, n’est que passager. J’essaie tant bien que mal de m’en persuader. Casey affirme qu’elle n’est dû qu’au choc de sa mort, j’aime à croire qu’il a raison. Finalement, j’en conclus qu’il est le seul être digne de ma présence, le seul à survivre à mes côtés. Pourtant j’ai été odieux avec lui. Pourquoi ? Des élans de sentiment tous plus écœurant les uns des autres. L’attrait de la nouveauté et l’excitation des possibles découvertes. Foutaise. L’expérience n’est plus, mais Casey lui perdure … Heureusement …

Ce soir-là, je ressens le besoin d’attention, la nécessité d’une passion pour faire vibrer le restant le cœur sous ma poitrine. C’est un besoin viscéral et primitif, une chose vitale à mon existence et dont je ne saisis pas tous les attraits. Mais je m’y abandonne volontiers. Quel sera l’issue de la soirée ? Une promenade nocturne sous le clair de lune jusqu’à sentir la menace de l’éveil solaire ? L’abandon dans la chair et la luxure avec ce beau jeune homme qui m’observe du bar depuis maintenant une demi-heure ? Je sens son regard sur moi, ces prunelles claires dévalées le tissu de mon costume tendu sous la pression de mes muscles. Cette envie naissante à longer ma silhouette comme un prédateur observerait sa proie. Le suis-je vraiment ? Puis-je accepter d’être la ‘victime’ une seule soirée de cette longue vie sans fin ? La question se pose mais la réponse reste inchangée : Non. Cher Chose, sans que tu le saches, tu es la souris et je suis le chasseur. Chasseur qui se met en branle pour un jeu qui, j’en suis convaincu, saura lui plaire.

D’un geste lent mais assuré, je porte mon attention à l’humain tout en portant le bord de mon verre à mes lèvres. J’hume le nectar auburn avant dans boire la dernière gorgée, ne lâchant par l’individu du regard. Certains y verront une quête de courage dans ce liquide brun, d’autres la dose nécessaire d’alcool pour lever les inhibitions. Sauf que je n’en possède aucun. Je me tourne quand mon attention se porte ailleurs, au-delà de ce toit humide et tristement fleuri. Une odeur succincte, à peine perceptible mais ô combien reconnaissable. Le sang. Mon instinct de tueur s’éveille légèrement et ma curiosité prend le dessus. Désolé Bel inconnu, une autre fois peut-être. Le battement de cils suivant et je ne suis plus là. Ignorant la pluie avec majesté, je suis l’odeur comme une hyène flairait l’odeur de la mort. L’allure souple et élégante, je traverse les rues sous mon apparat parfait d’humain, l’air tranquille et nonchalant, les mains dans les poches de mon manteau, mais je suis clairement un but et ce dernier me guide jusqu’au cimetière de Highgate. Je m’arrête un instant devant le lourd portail de pierre qui trône à l’entrée. Un léger sourire se dessine sur mes lèvres. Quel drôle d’endroit pour un meurtre … Bel ironie que celle-ci. Je me croirai presque dans un mauvais film ou le chasseur pousse le vampire à venir au cimetière pour tomber dans un guet-apens grossier. Mais soit, passons. Je m’engouffre parmi les tombes et les arbres imposants, silencieux comme un mort. Le sang m’emporte vers un caveau somptueux, le corps d’un homme repose à côté de la grille. J’entends son cœur battre, le sang bouillir sous sa chair alors que l’odeur me frappe de plein fouet. Mon âge me tient en respect de cette proie offerte. Sans compassion aucune, je me baisse et attrape le menton de l’humain, je dégage l’accès à sa nuque pour observer la morsure qui orne sa nuque et le haut de son épaule. Les traces de crocs ne trompent pas, une bête à fait de cet homme un animal sauvage, si toutefois il survit à cette nuit. Il doit survivre … Pour mon besoin de connaissance, il le doit …



 
code by solosands
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Williams

avatar

Unité 101
Soldat • Initié



¤ AVATAR : Dan Stevens
¤ CRÉDITS : Sign de Lilie
¤ MESSAGES : 67
¤ POINTS : 36
¤ MULTIS : Nikolaj, Gabriel, April
¤ AGE : 42 ans
¤ GROUPE : Initié de l'unité 101
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/09/2018


MessageSujet: Re: En quête d’intérêt Ven 7 Déc - 19:14



Un visage connu
Klara & Andrew

Une cible accrochée au mur, je me place de l’autres côté de mon appartement avec des lames en main et les lance droit vers la cible. Il s’agit d’un entraînement comme un autre après tout et j’ai besoin de m’occuper l’esprit. J’ai toujours ces visions qui m’obsèdent, des espèces de souvenirs dont j’ignore encore s’ils sont réels ou inventés. Il y a aussi elle qui me hante par moment, Aliana, je la revois dans sa forme d’enfant, incapable de me rappeler qu’il s’agit d’elle, la pauvre fillette tente vainement de me ramener à la raison mais elle ne sait pas sur qui elle est tombée. Depuis quand un homme raisonnable doit-il écouter une gamine que son imagination lui renvoie de toute façon ? Maudites sorcières et leurs sortilèges... Je trouverai bien le moyen de me débarrasser de ce sort. Mon dernier couteau est lancé et arrivé en plein centre de la cible.

« Bravo Andrew, tu l’as bien eu ! Est-ce que tu m’auras de la même façon ? »

- Je ne tue pas les humains.

« Qui a dit que j’en étais une ? »

Mon regard ancré dans le sien, je m’apprête à lui dire que je compte me débarrasser d’elle d’une autre façon mais c’est un appel téléphonique qui attire mon attention, alors je lui tourne le dos et décroche. Un cobaye relâché semble être porté disparu, voilà qui est bien fâcheux. C’est moi que l’unité décide d’envoyer régler ce mystère, m’envoyant les coordonnées de la puce qu’il est censé porter et qui n’a pourtant pas bougé de sa position depuis plusieurs jours, sauf qu’il s’agit d’un vampire alors il aurait forcément dû partir pour ne pas finir grillé. Cette mission tombe à merveille. Lorsque je raccroche, je tourne mon regard vers la gamine qui a disparu. Tant mieux.

Je choisis de ne pas emmener d’hommes avec moi, il s’agit après tout d’une enquête, pas d’une attaque. Du moins pour l’instant. Ça ne m’empêche pas de prendre quelques armes avec moi, mieux vaut être prudent après tout, nous ne sommes jamais à l’abri d’une mauvaise surprise. Je gare ma voiture un peu plus loin, constatant que la puce se trouve au beau milieu d’un cimetière. Charmant. J’attrape un sac que je balance par-dessus la grille du cimetière avant de l’escalader, me retrouvant de l’autre côté. Je tiens une arme dans une main et mon téléphone avec le mode lampe-torche activé dans l’autre. J’avance prudemment, après tout disparaître dans un cimetière n’est pas très commode tout de même, ce n’est pas comme si on pouvait s’y perdre, en général on retrouve bien vite la sortie de ces endroits-là.

Lorsque je gps m’indique que je suis arrivé à destination, j’arque un sourcil et regarde autour de moi. Est-ce qu’il ne se fouterait pas de moi ? Il n’y a pas de vampire ni de cadavres ou de cendres ici, à moins qu’elles n’aient été emportées par le vent mais il y aurait au moins eu des fringues. Non il y a un truc qui cloche. Je commence à investiguer un peu les lieux, à la recherche de cette puce, me disant que ce n’est pas impossible qu’ils aient pu la retirer et la balancer ici. C’est là que je finis par me rendre compte que la terre a été retournée à l’endroit où je me tenais. Vraiment ? Je lâche un soupire et me mets à genoux sur le sol pour commencer à creuser de mes mains. Je finis bien par trouver le corps en-dessous et il s’agit effectivement du profil que l’unité m’a envoyé. Affaire presque résolue, il me reste encore à découvrir comment le cobaye est mort. Soit il a perdu la vie dans une altercation face à quelqu’un de plus fort que lui, auquel cas l’affaire sera classée, soit quelqu’un s’intéresse de près à l’unité et dans ce cas il faudra mettre la main sur la dite personne.

Je récupère la puce au niveau de sa nuque et rebouche le trou avant d’entendre du bruit un peu plus loin. Je ne suis pas seul ici. Je me relève de là, désactive la lampe-torche de mon téléphone et m’approche des sons, Glock chargé de balles d’argent bénites en main. Je suis plein de terre mais m’en moque bien, quand on a traversé la guerre avoir des vêtements sales devient rapidement le cadet de vos soucis. Lorsque je trouve les deux délinquants, la première des choses que je constate est qu’un vampire se trouve parmi eux et semble se délecter d’un bon repas. Alors je n’hésite pas à braquer cet homme et tirer deux balles vers lui, visant directement le cœur.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Kasparian B. Vasa

avatar

☠ Vampire ☠
Solitaire



¤ AVATAR : David Gandy
¤ MESSAGES : 585
¤ POINTS : 91
¤ MULTIS : Milo S.O'Conell
¤ AGE : 503 ans
¤ ZONE LIBRE : Fiche - Cobayes - Expériences - Portable - Chrono
***
◮ 1,91 m & 80 kg
◮ Brun & yeux bleus
◮ Particularités : Responsable du département médico-légal de Londres. Medecin-légiste. Prince de Suède.
◮ Maitre de l'hypnose et de la télépathie
¤ GROUPE : Qu'en ferais-je ?
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 18/07/2018


MessageSujet: Re: En quête d’intérêt Ven 7 Déc - 22:26


“ En quête d’intérêt  ” C’est un œil purement médical qui se pose sur cette morsure saignante. Sauvage et urgente, cette plaie béante porte tous les aspects d’un acte précipité, peut-être non-prémédité. Aussi j’entrevois l’hypothèse d’un jeune animal prit par surprise par un besoin de chasse, prit en proie par un appétit primitif et viscéral. Un surnaturel dans sa face de nourrisson, sauvage, indomptable et imprévisible. Etre au mauvais endroit, au mauvais moment peut être rude. Dure fatalité de la vie. L’odeur du sang est puissante mais la pluie en dissipe rapidement les effluves. Seuls les oiseaux nocturnes au grand âge peuvent en percevoir le doux parfum. La scène manque de raffinement pour un homme de mon acabit mais nul doute que cela soit tentant pour tout autre chasseur de la nuit. Y toucher ? Saisir l’occasion pour me repaitre de cette pauvre chose ? Hors de question. Jadis, je me serai laissé tenter par cette senteur agréable de barbarie et de mort. Mais cela fait des siècles que mes repas sont jugés de luxe. Sans parler de caprice, ma nourriture est constituée de mes amants occasionnels et de gorges gracieusement offertes, pourquoi chasser ? La traque est une activité purement animale, lupine. Ce que je ne suis pas. Ou bien si … Mais pas de la même nature. Quoiqu’il en soit, l’homme affalé contre le caveau geint et gesticule faiblement. Son regard vitreux se pose sur moi. Il me lorgne, me dévisage, me supplie de ses prunelles de lui venir en aide, de faire quelque chose, quoique ce soit pour le soulager. Je ne prends guère de plaisir dans sa souffrance, mais je n’ai nullement l’intention de l’aider. Pas de répit pour cette âme tourmentée, je compte bien l’étudier jusqu’au trépas. Le futur loup, ou mort, attrape le pan de mon manteau avec sa main crasseuse. Un geste désespère que je lui accorde en silence, comme une dernière volonté.

Je soutiens son regard pendant un instant. Puis je raffermis ma prise sur son menton, tournant de nouveau son visage pour accéder à la morsure. L’attaque doit dater de quelques minutes à peine. Le processus de coagulation du sang commence tout juste et les minutes à venir scelleront le destin de cet individu. Survivre à la morsure est une chose, certes. Mais subir la première transformation en est une autre. Je me dois d’en être témoin. Alors je me pose déjà la question : Vais-je devoir la porter jusqu’à mon domaine ? Les kilomètres sont nombreux et je n’apprécie pas l’idée de me salir avec cette chose sur les bras. Le manque d’option et de solution m’accablent mais je n’entrevois pas d’autres alternatives. A la guerre, comme à la guerre, comme le dit l’adage. Je relâche son visage taché de sang et de boue et m’accorde un dernier regard. Je ne peux m’empêcher de songer au gâchis que représente cette ‘perte’. Sous cet amas de crasse, l’humain ne manque pas de charme. Son regard est d’un bleu profond. Deux saphirs qui toisent la topaze de mes yeux. Si expressifs … Son âme même apparait dans cet éclat furibond mais sans espoir. Ses cheveux blonds humides lui collent à la peau. Cette teinte et la fraicheur de son teint trahissent sa jeunesse, sa vigueur naguère. Un dernier coup d’œil et je sens que sa haine est palpable. Il me déteste de tout son être et son regard me foudroie sur place. Pourquoi tant de colère envers ma personne alors que je ne suis pas son assaillant ?

En parlant d’assaillant … Je me fige quand je perçois le cliquetis d’un barillet, l’odeur de la poudre puis un sifflement de l’air. C’est proche et dangereux. Misérables humains et leur folie des armes à feu … Le projectile approche à vive allure. C’est une brume sombre que la balle traverse. Celle-ci se loge dans l’épaule de l’humain mordu qui peste et cri sa douleur à qui voudra bien l’entendre. Le nuage sombre n’est déjà plus là, et moi non plus d’ailleurs. Sans le moindre bruit, je me reforme sur la droite du tireur, ni proche, ni loin. Je le fixe et en fait le détail. Humain. Plus d’une trentaine d’année. Son maintien et la dureté de ses traits laissent deviner une carrière militaire. Un chasseur de prime ? Un Frère ? Autre chose ?... Je m’interroge sur la nature de son intervention. A-t-il cru que je m’abreuvais de cette pauvre créature ? Grotesque … « Je n’apprécie guère que l’on me tire dessus. A plus forte raison que les causes sont nulles. » Quels sont ses motivations ? Oh, ma nature surement. « Maintes et maintes humains se sont tenus à votre place d’antan … » Et je suis toujours là. Eux, non. Mes paroles sonnent comme une invitation à venir me chercher, me chasser, mais ce n’est nullement le cas. Juste un constat accablant mais véritable. Finalement, je croise les bras sur ma poitrine et pose le derrière sur le bord d’une pierre tombale à l’épitaphe rendue illisible par le temps et les intempéries. Je ne quitte pas l’intrus des yeux. « Que puis-je pour vous ? » Ma foi, nous sommes des hommes civilisés, pourquoi tirer avant de parler ?...



 
code by solosands
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Williams

avatar

Unité 101
Soldat • Initié



¤ AVATAR : Dan Stevens
¤ CRÉDITS : Sign de Lilie
¤ MESSAGES : 67
¤ POINTS : 36
¤ MULTIS : Nikolaj, Gabriel, April
¤ AGE : 42 ans
¤ GROUPE : Initié de l'unité 101
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/09/2018


MessageSujet: Re: En quête d’intérêt Sam 8 Déc - 19:13



Un visage connu
Klara & Andrew

Les surnaturels sont partout, surtout à Londres, c’est presque à se demander s’ils ne sont pas plus nombreux que les humains, entre les meutes, les clans et les conseils rien ne va plus dans ce monde. Ne peut-on pas sortir un soir sans prendre le risque d’en croiser un ? Il semblerait que non, plus aujourd’hui. Même ce soir, alors que j’entre par effraction dans un lieu interdit au public de nuit, il faut quand même que je tombe sur des surnaturels. Puisque nous sommes dans un cimetière, autant en profiter, au moins je n’aurais pas de problème à me débarrasser des corps même si en général ce n’est pas moi qui m’en occupe. Lorsque je tombe sur ce vampire penché sur un autre homme, je n’hésite pas à le braquer et tirer, sauf que les balles n’atteignent pas la bonne cible.

L’homme disparaît sous un nuage de fumée, me rappelant un souvenir qui n’avait rien d’agréable. Une seule fois dans ma vie j’ai rencontré un vampire capable de se dissiper de la sorte, un vieux vampire, autant dire que même en étant plus nombreux et lourdement armé, peu de membres de l’équipe en sont revenus. Je suis l’un des rares à en avoir réchappé, sauf que la chance que j’ai eu cette nuit-là ne risque pas de se répéter à nouveau, d’autant que cette fois je suis seul et je n’ai pas autant d’armement. Mon regard se pose sur le vampire à ma droite et automatiquement je le braque de mon arme sans tirer pour autant, à quoi bon gaspiller des balles. Mon regard fixé dans le sien, je suis étonné qu’il n’ait pas déjà contre-attaqué et cherche même à engager la conversation. Un sourire se dessine sur mon visage à sa question.

- Voilà comment débute l’histoire de Faust, un lieu obscure, une rencontre fortuite et Méphistophélès qui se fait passer pour l’ami alors qu’il n’est autre que le diable.

Puisque c’est un vieux vampire, il doit forcément connaître cette histoire, même sans être vieux d’ailleurs, tout le monde connaît bien la tragédie de Faust. Mon regard se tourne sur l’humain qui grogne à côté, c’est seulement là que je remarque sa morsure. Humain il ne l’est plus, ou ne le sera plus, soit l’homme mourra de sa première transformation, soit il deviendra loup. L’unité serait ravie que je leur ramène cet homme pour étudier son cas mais il y a un vieux vampire qui me demande trop d’attention à lui accorder, alors plutôt que de me laisser bêtement distraire par cette autre présence, je me contente de pointer mon arme vers lui et tire une balle dans son crâne. D’un coup le silence revient enfin, paisible et calme. Je ne remets pas mon Glock dans son holster, je ne braque pas le vampire pour autant, je me contente de garder mon arme en main, le long de mon corps, prêt à tirer si besoin.

- La question serait plutôt : que puis-je pour vous ? Car un vampire qui n’essaie pas de répliquer face à son attaquant a forcément une idée derrière la tête.

Reste encore à savoir laquelle. Ferais-je affaire avec un vampire ? Probablement pas, à moins que cela ne me serve alors plutôt que de me jeter dans la gueule du loup et mourir bêtement, j’attends de voir, curieux de découvrir à quoi aboutira une telle rencontre. Soit mon corps tombera inerte sur le sol, soit nous aurons trouvé un compromis, mais je ne suis pas fou ni stupide pour croire qu’à moi seul je puisse tuer un vampire ayant de telles capacités, un vampire qui doit donc être vieux. Quelle stratégie vais-je adopter ce soir ? Quelle sera la sienne ? Pour l’heure je dois miser sur l’improvisation et autant vous dire que je ne suis pas un grand adepte de ce genre de choses, mais parfois il faut savoir s’adapter à ce qui nous pend au nez.

- A moins que je ne me trompe et dans ce cas nous pouvons reprendre là où nous en étions, je serais ravi de mourir en essayant d’éliminer une menace envers l’humanité.

Ce qui fait de moi un homme dangereux de ne pas craindre la mort. Comment pourrais-je avoir peur alors que je ne ressens pratiquement rien ? Je suis un soldat formaté pour tuer et je n’ai pas l’intention de m’éloigner de ma mission, à moins que je n’ai plus à y gagner en procédant autrement et dans ce cas je serais curieux d’en savoir plus.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Kasparian B. Vasa

avatar

☠ Vampire ☠
Solitaire



¤ AVATAR : David Gandy
¤ MESSAGES : 585
¤ POINTS : 91
¤ MULTIS : Milo S.O'Conell
¤ AGE : 503 ans
¤ ZONE LIBRE : Fiche - Cobayes - Expériences - Portable - Chrono
***
◮ 1,91 m & 80 kg
◮ Brun & yeux bleus
◮ Particularités : Responsable du département médico-légal de Londres. Medecin-légiste. Prince de Suède.
◮ Maitre de l'hypnose et de la télépathie
¤ GROUPE : Qu'en ferais-je ?
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 18/07/2018


MessageSujet: Re: En quête d’intérêt Sam 8 Déc - 21:32


“ En quête d’intérêt  ” Une fois encore, l’individu lève son arme, me mettant en joug. Cependant, il semble tirer leçon de son échec et ne tire pas. Pas encore en tout cas. Et quand bien même, ce serait un geste vain. Alors je le regarde juste, posé sans confort le bord de la pierre. La densité des arbres au-dessus de nos têtes nous protègent des torrents de pluie. Pourtant, les assauts des cieux sont plutôt furieux. Ce rideau humide ainsi que le souffle du vent dans les feuillages offrent une ambiance intemporelle à ce cimetière. Je dois dire qu’il ne manque pas de charme, avec cette verdure rare dans une ville aussi dense, une instance de calme et de sérénité dans un quotidien bercé par la mort et les élans de la maladie. C’est étrange de voir de genre ce chose au repos des morts. Finalement, le chasseur me braque et sourire à mon interrogation. Je reste stoïque face à ce faciès de dureté mais ne peut retenir un rire à sa remarque. Sa comparaison me flatte, tout comme cette pseudo-connaissance. Un barbare peut donc être un minimum cultivé ? Cet individu brise mes quelques préjugés qui se sont forgés au fil des siècles et des observations des créatures de son espèce. Je garde les bras croisés sur mon buste tout en affichant un sourire amusé. Le Diable … Moi … Pas vraiment. Ou peut-être que si, mais pas comme on l’entend généralement. Et puis, je ne suis pas si terrible que cela. L’humain est encore vivant que je sache. Mais le Diable s’amuse de ses victimes et de ses tourments avant d’y mettre un terme. Seul un détail me chiffonne, et je l’annonce comme tel. « Je n’ai aucune prétention à me faire passer pour votre ami. » Bien au contraire. Il me contrarie par sa présence et trouble l’activité qui s’annonçait intéressante. Ma frustration peut un autre tournant quand l’humain abat son semblable d’une balle silencieuse. Mes sourcils se plissent légèrement et mon regard se fait plus dur. Bravo … Tu as gâché l’entièreté de ma soirée. Pourquoi Diable n’ai-je pas céder aux avances du charmant jeune homme …

Son meurtre perpétré, le chasseur ne me cible plus, mais ne rengaine pas pour autant. Il n’est pas idiot et ceci est tout à son honneur. L’esprit plutôt alerte pour un humain, l’individu m’interroge sur la raison de ma présence. Il parle de comportement vampirique comme s’il connaissait son sujet. Je ne doute pas que cela soit le cas. Néanmoins, il est loin du compte. Je comprends qu’il fait l’amalgame entre tous mes semblables, pense nous connaitre, saisir notre philosophie comme si nous n’étions qu’une seule et même personne. Erreur. Un vampire qui n’essaie pas de répliquer face à son attaquant a forcément une idée derrière la tête. Je soupire. « Pensez-vous nous connaitre ? Car autant que vous soyez au courant. Vous êtes dans l’erreur. A vous entendre, nous ne sommes que des bêtes sauvages, assoiffés de sang, de carnage et de mort. Mais il suffit d’ouvrir les yeux. » J’écarte les bras comme pour l’inviter à observer la scène avec d’avantage de recul. « Qui est le monstre ? » Entre lui et moi. Lui qui tuer une âme innocente sous prétexte qu’elle a été mordue ? Ou moi qui tache de connaitre le fondement de nos transformations pour y remédier. Le choix est vite fait. Je n’en dis pas plus, le laissant à sa réflexion alors que mes bras retombent le long de mon corps. Des idées derrière la tête, j’en ai plus que je le souhaiterai mais cela ne le concerne en rien. Un humain ne peut comprendre le fond de ma pensée, mes projets, mes expériences. Me comprendre finalement.

L’humain affirme pouvoir se tromper. Auquel cas, on peut reprendre l’affrontement. Il se dit même ravi de pouvoir mourir en essayer d’éliminer une menace envers l’humanité. Et j’en ris malgré moi. « Menace envers l’humanité vous dites ? Je suis sur Terre depuis longtemps et je doute d’avoir fait autant de mal à ce monde que votre peuple est cent ans. » Véritable ! Les guerres ne sont que le fruit de la cupidité et l’avarice des hommes. La soif de pouvoir, la richesse, de gloire et de territoire, c’est un comportement purement humain. Et les quelques brebis galeuses à trop parler, trop agir ou trouver le chemin du Purgatoire par la main de l’Alliance. Je finis par me lever de mon siège de fortune et glisse les mains dans mes poches. « Mais je doute que ce soit nécessaire de discuter de faits et histoire avec la plèbe. Le plus âgé des humains ne restent qu’un enfant égoïste, incapable de voir autre chose que son profit et le bout de son nez. » Alors si le plus sage des hommes est ainsi, qu’en est-il du reste ? Je fais quelques pas pour m’approcher du cadavre encore chaud, je l’observe, ainsi que les impacts de balles tâchant son vêtement. Quel gâchis … J’attrape la main du mort, la regarde quelques secondes et la présente au chasseur. « Naguère un anneau ornait son annuaire. » Sa peau reste encore très légèrement marquée de cette bague. « Il devait être marié. Sa tranche d’âge laisse à penser qu’il peut également avoir des enfants. Bien évidemment, j’imagine que vous allez vous charger de trouver son identité et informer ses proches de sa mort. » Je fouille ses poches sans gêne pour attraper son portefeuille, je le balance à l’humain. « Voilà qui écourte votre enquête. Oh, bien sûr. Il faut omettre le nom de l’assassin quand vous irez jouer les vautours. » Et pas une seule seconde je songe au fait qu’il ferait vraiment cela pour son compatriote humain.




 
code by solosands
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Williams

avatar

Unité 101
Soldat • Initié



¤ AVATAR : Dan Stevens
¤ CRÉDITS : Sign de Lilie
¤ MESSAGES : 67
¤ POINTS : 36
¤ MULTIS : Nikolaj, Gabriel, April
¤ AGE : 42 ans
¤ GROUPE : Initié de l'unité 101
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/09/2018


MessageSujet: Re: En quête d’intérêt Hier à 23:20



Un visage connu
Klara & Andrew

Qui est le monstre de l’histoire ? Dans chaque rencontre, dans chaque histoire on peut effectivement se poser la question. On peut toujours tomber sur pire ou meilleur que nous, sur une proie ou sur un adversaire. On peut être celui qui tue ou celui qui se fait tuer. Chaque jour raconte une nouvelle histoire, cette nuit il y aura eu un mort mais en toute honnêteté j’aurais préféré qu’il y en ait eu deux, après tout ça ne m’arrange pas de laisser ce vampire repartir vivant mais actuellement je ne suis pas non plus en position de le tuer. Peut-être qu’un beau jour la situation s’inversera, lui deviendra l’agneau et moi le loup. Il tente de me faire passer un message, sans doute de me faire m’interroger sur mes propres choix, mes propres actes mais ça ne fonctionne pas. Pense-t-il être le premier homme à vouloir me faire croire que je suis un monstre ? L’enfant que j’étais autrefois l’aurait cru, oh il détesterait celui que je suis aujourd’hui mais il n’est plus là. On l’a effacé, on l’a laissé tomber dans un puits sombre et froid duquel il n’a jamais pu s’échapper. Duquel il ne s’échappera jamais.

Je me contente de toiser l’homme en face de moi, restant sur mes gardes, analysant chacun de ses gestes, de ses regards ou de ses pas. Le vampire affirme que le seul fléau de l’humanité est l’humanité elle-même. Il n’a pas complètement tort, pour avoir fait la guerre je vois plutôt bien de quoi il veut parler, mais les surnaturels commettent des horreurs eux aussi et il n’y a pas de guerre pour les en empêcher, il n’y a que nous, des hommes en noir dont personne ne connaît vraiment l’identité. Il y a les fratres aussi mais eux ne s’occupent que des vampires à mon grand regret. Quant à l’alliance... ce n’est qu’un ramassis de conneries si vous voulez mon avis. Je me terre toujours dans ce silence alors qu’il continue. Je l’observe se lever et avancer, je l’écoute prétendre que tous les humains sont égoïstes et c’est un sourire qui vient s’afficher sur mes lèvres en première réponse à ces mots.

- Et on dira que je suis celui qui fait des généralités après ça.

Ne vient-il pas de faire la même chose ? Si j’étais un homme égoïste, je ne serais pas là à vouloir aider mon prochain, en tuant certes, mais tuant des espèces qui ne devraient pas exister dans ce monde. L’homme qui va à la guerre pour protéger son pays est-il donc égoïste ? L’homme qui passe sa vie entière à arpenter les rues pour secourir des âmes en danger est-il un égoïste ? Enfant je pensais déjà aux autres avant ma propre vie, pourtant enfant je n’aurais jamais accepté être cet homme que je suis aujourd’hui. Malgré tout l’égoïste que je suis apparemment se contente bien du minimum, il ne cherche ni la gloire ni la richesse et sait pertinemment que le jour où il perdra la vie, tout le monde oubliera son nom. Pourtant l’égoïste que je suis continue son combat jour après jour, nuit après nuit sans relâche parce que l’humanité appelle à l’aide. Parce que les humains demandent à leur gouvernement de les protéger et c’est ce que nous faisons. C’est ce que j’ai toujours fait.

Je le regarde s’approcher du cadavre et se pencher vers lui pour attraper sa main. Il m’explique que cet homme devait être marié et peut-être même avoir des enfants. C’est une possibilité, tout comme il pouvait aussi être divorcé et avoir du mal à se défaire de cet anneau, symbole de son amour perdu. On peut imaginer beaucoup de scénarios avec des signes mais seuls ceux qui ont vécu l’histoire peuvent distinguer le vrai du faux. Un portefeuille est balancé à mes pieds, je me contente de le regarder sans l’attraper, sans y accorder plus d’attention. C’est plutôt sur le vampire que je reporte cette attention. Pense-t-il me faire culpabiliser avec ses beaux discours ? Il ne sait vraiment pas sur qui il est tombé, l’empathie et moi ce n’est pas vraiment ça. Quand on est ce que je suis, on ne peut pas être sentimental.

- D’autres hommes iront annoncer à sa femme que son mari est mort. Elle demandera les circonstances, peut-être même désirera-t-elle voir le corps et alors elle comprendra que son mari n’était plus humain. Si elle a effectivement des enfants, elle sera heureuse qu’ils soient protégés d’un tel danger.

Il a ses arguments et j’ai les miens, s’il s’intéresse tant que ça aux réactions de cette famille, il n’aura qu’à garder un œil dessus et voir qui de lui ou de moi a raison. Personnellement j’ai d’autres choses à faire que de perdre mon temps à ce genre de bêtises. En réalité cet humain devrait m’être reconnaissant que je ne l’emmène pas à l’unité pour devenir un cobaye et sa femme devrait s’estimer heureuse de connaître la fin qu’a subie son mari plutôt que de se demander pour le restant de ses jours pourquoi son mari a subitement disparu de la circulation. Comme je l’ai dit, à chacun ses arguments.

- Vous êtes observateur, non ? Alors réfléchissez une minute. Les jeunes mordus, loups comme vampires, sont les plus dangereux à moins d’avoir un Sire pour leur apprendre. Cette morsure a tout d’un accident, l’homme est donc seul face à sa propre misère. Il sera un paria des loups et un danger pour sa famille, famille vers qui il retournera automatiquement parce que l’Homme est ainsi, lorsqu’il a peur, il se tourne vers ce qu’il connaît le mieux pour y trouver du réconfort. Peut-être aurait-il pu tenir jusqu’à la première pleine lune sans faire de dégâts, mais cet homme laissé en liberté aurait causé des morts et vous le savez tout aussi bien que moi.

Sa fin aurait probablement été tragique, se suicidant après avoir arraché la vie de toute sa famille. Autant éviter un drame de la sorte. Evidemment ce n’est qu’une suggestion, mais une suggestion qui a facilement 85% de chances d’arriver. Alors, on continue de débattre sur la mort de cet homme ou on passe à autre chose ?

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: En quête d’intérêt

Revenir en haut Aller en bas
En quête d’intérêt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Projet de campagne Blitzkrieg pour personnes intéressées et intéressantes ;)
» 08. Un TP peut finalement se révéler intéressant PV Dakota
» Des idées pour faciliter l'intégration?
» réglement intérieur
» La drague ça ne m'intéresse pas (suite) [Ciel Etoilé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Nord de la Tamise :: Le Nord :: Le cimetière de Highgate-
Sauter vers: