RSS
RSS



AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !



Partagez|

Comme un fantôme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Henrik Aslakson

avatar

Hybride
Agent Unité 101



¤ AVATAR : Alexander Dreymon
¤ CRÉDITS : Merci Klara !
¤ MESSAGES : 44
¤ POINTS : 23
¤ AGE : 482 ans (32 physiquement)
¤ GROUPE : Hybride
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/11/2018


MessageSujet: Comme un fantôme Lun 12 Nov - 15:36


Comme un fantôme

Je me suis pris une chambre dans un motel les premiers jours, avant que je ne cherche à comprendre ce que la clé qui se trouvait dans le sac à dos peut bien ouvrir. Une adresse était inscrite dessus et j’ai tourné pas mal de temps dans Londres avant de mettre la main sur cette destination, sur l’appartement que la clé ouvre. Je reste un moment figé devant les lieux. Est-ce que tout ça est à moi ? Etait à moi ? Je referme la porte derrière moi et ne perds pas de temps à fouiller, retourner l’appartement dans tous les sens à la recherche d’un quelconque indice, mais rien. Strictement rien, comme si cet appartement n’appartenait à personne, ou que quelqu’un était passé là avant moi pour rendre les lieux le plus impersonnel qui soit. Je lâche un soupire devant face au désordre provoqué et me laisse tomber sur un fauteuil avant de relever un sourcil devant la bouteille de rhum qui j’aperçois derrière une vitrine. Je me lève de ma place et attrape un verre, puis la bouteille pour me servir un peu de cet élixir et le goûter. Je ferme les yeux un instant, savoure ce moment de plaisir.

« Heureusement les Dieux ont créé le rhum. »

Je termine mon verre et ça me suffit pour être requinqué pour la soirée qui m’attend. Je cache le sac à dos dans un lieu sûr et quitte l’appartement, sans réelle destination en tête. Je sais qu’on attend de moi que j’intègre le clan d’Alex Blackwood, mais d’un je ne sais pas où le trouver, de deux j’ai besoin de comprendre un minimum ce qu’il se passe dans ma vie avant de me lancer dans une quelconque mission. C’est ainsi que j’erre une fois de plus dans les rues de Londres à la recherche d’une rue, d’une boutique, de quoi que ce soit qui pourrait trouver résonance dans mes souvenirs les plus enfouis.

Les heures s’écoulent, la nuit est déjà bien avancée et je me dis qu’il est temps de rentrer lorsque cette odeur éveille mes sens de chasseur. Je suis le gibier qui quitte un bar, fait un signe de main à ses amies pour leur dire au revoir avant de s’éloigner, seule. Puis une femme blonde sort de l’enseigne en criant son prénom : Amélia. Je me fige et c’est ma propre voix que j’entends prononcer ce prénom dans un lointain souvenir. En réalité ma mémoire me fait défaut, le véritable prénom que je prononce est Amalie, mais forcément lorsqu’on perd la boule on peut facilement confondre avec autre chose. La blonde rapporte le sac d’Amélia et lui souhaite de bien rentrer avant de retourner au bar.

Je regarde la jeune femme reprendre sa route, la suis en me faisant discret et me dis que je ne dois pas la laisser filer. Alors à la vitesse d’un éclair je me retrouve à lui barrer la route, apparais devant elle et fige mes yeux sur cette femme que je ne reconnais pas et que je suis pourtant certain de connaitre. Nos instincts nous jouent parfois des tours et d’ailleurs le mien m’ordonne de me jeter sur elle pour la dévorer, mais je ne dois pas l’écouter.

« Amélia... »

Elle a l’air un peu effrayée, recule même d’un pas. Elle ne me reconnaît pas ? Ce n’est peut-être pas elle... Ou alors on lui a fait oublier aussi, comme pour Klara. M’a-t-on effacé de la mémoire de tous ceux que je connais ? Je commence à y croire et si c’est la vérité alors ces hommes ont encore plus de pouvoir que je ne l’aurais pensé.

« C’est moi, Henrik ! »

Toujours pas de réaction qui indiquerait qu’elle me reconnait. Les Dieux ne sont pas si cléments tout compte, ils ont peut-être crée le rhum mais aussi la perte de mémoire et c’est tout de même un gros inconvénient d’avancer sans savoir qui on est vraiment. Lorsque je me rends compte que c’est de la crainte que je finis par lire sur les traits de cette femme, je détourne le regard et m’écarte un peu, lui offrant un passage pour quitter la rue sans la bloquer.

« Excusez-moi, je dois vous avoir confondu avec quelqu’un d’autre. »

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Amélia Reedley

avatar

☽Chamane☾




¤ AVATAR : Emilia Clarke
¤ CRÉDITS : moonlight roses
¤ MESSAGES : 79
¤ POINTS : 17
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE : → A abandonné sa meute de la Nouvelle-Orléans pour suivre Ace avec qui elle est en colocation.
→ Elle est infirmière et soigne régulièrement son coloc lorsqu'il se blesse.
→ Adore le thé.
→ Adore les animaux en tout genre, voudrait bien adopter un petit chaton.
→ On la surnomme Amy, enfin surtout Ace à vrai dire.
→ Travaille au CMAS pour Jodie

FicheLiensSujetsChronologie
¤ GROUPE : Chamane
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 10/11/2018


MessageSujet: Re: Comme un fantôme Mar 13 Nov - 19:16


Comme un fantôme






Amélia, même si elle aime son petit confort, son pyjama laid, son plaid et son chocolat chaud devant un film débile à la télévision, elle apprécie aussi quelques sorties entre amis, une bonne bière et de bonnes parties de rigolades. Surtout si Ace n’est pas à la maison et qu’il rentrera certainement amoché, encore une fois. Depuis qu’elle a donné son préavis à l’hôpital, Amélia s’est rapprochée de quelques personnes, de Jessie surtout, une autre infirmière envers qui elle n’a pas de secret. Faut dire que la brune ne va pas crier sur tous les toits qu’elle est une Chamane. Cela ne regarde qu’elle et n’est pas forcément ce qui la définie en priorité. Bien qu’en y réfléchissant, ça la définit quand même énormément. Bref, il ne lui reste plus qu’une semaine à tirer avant de rejoindre Jodie dans son centre médicalisé pour surnaturels. Une nouvelle vie qui commence en gros. Ce soir, après leur garde bien trop longue et mouvementée, la petite bande composée d’Amélia, Jessie et quatre autres infirmiers et infirmières, s’est réunie dans un bar du centre de Londres. Histoire de décompresser un peu, de rire aussi. Tous ont commandé quelque chose à manger. Amy, elle s’est descendue un énorme hamburger, bien gras, avec une grosse portion de frites et une bonne bière. Ses collègues l’ont regardé comme si elle était un OVNI, se demandant très certainement où elle peut bien foutre tout ça. Parce qu’elle n’est pas bien grosse la demoiselle et elle a de la chance de ne pas grossir. Du sport ? Très peu. Mais son métier, c’est du sport, faut bien l’avouer. Enfin bref, elle aussi, elle aime se détendre, s’amuser et profiter de la vie. De temps en temps. Pas tous les jours, faut bien être raisonnable.

La soirée s’annonçait plutôt pas mal et elle l’est. Amélia rit, à gorge déployée, et bat ses collègues aux fléchettes. Elle gagne des tournées, se fait un peu draguer, mais ne répond à rien. En ce moment ça ne la branche pas spécialement de se mettre avec quelqu’un, ni pour une nuit, ni pour plusieurs. Alors elle reste avec ses collègues, avec qui elle s’amuse vraiment beaucoup et ça lui fait du bien. Elle ne pense même pas à Ace, ce qui est étonnant, vu qu’il est souvent dans ses pensées. Surtout lorsqu’il se trouve Au Zénith, si un ring de combat, à se prendre des coups et à en mettre. Elle est même persuadée qu’il rentrera de nouveau cabossé. Mais cette fois, elle ne soignera pas. Ohhhh non, elle se le promet, quitte à faire semblant de dormir. En vrai, elle se demande ce qui fait le plus chier Ace : qu’elle le soigne ou qu’elle dorme. Elle n’en sait rien et refuse d’y penser.

Les heures passent et la nuit est bien avancée lorsque, un peu éméchée, elle décide de rentrer. Il faut dire que la journée a vraiment été longue et entre l’alcool et les heures de travail dans les pattes, Amélia commence un peu à fatiguer. Ses amis proposent de la raccompagner, mais elle se trouvera déjà un bus ou un taxi. Elle connaît encore mal Londres et elle a envie de se débrouiller un peu toute seule ici. Parce qu’elle est une femme indépendante ! Sauf quand elle a besoin d’ouvrir son pot de cornichons, là, elle a besoin d’Ace et de ses muscles. Bref, Amélia embrasse tout le monde, fait de grands signes de mains et décampe du bar. Mais la tête en l’air en oublie son sac à main que Jessie lui rapporte en courant, criant son prénom.

« Envoie-moi un message quand t’es rentrée. »
« Ouais, si je m’endors pas dans l’ascenseur   » qu’elle dit en riant.

Finalement, les deux nouvelles amies se séparent et Amélia prend la route qu’elle connaît pour rejoindre un arrêt de bus. Perdue dans ses pensées, elle sursaute lorsqu’un homme, bien plus grand qu’elle, lui barre la route. Il y a quelque chose d’étrange chez lui, qui la frappe quasi instantanément, mais elle ne parvient pas à dire quoi. La faute à l’alcool qu’elle se dit. Amélia dévisage ce type.

« C’est pour quoi ?   »

Faut dire qu’elle n’est pas rassurée. Surtout, lorsqu’il claque son prénom. Elle se demande comment c’est possible, comment il peut savoir alors qu’elle ne l’a jamais vu. Il se présente, mais clairement, elle ne sait pas. Et ça la fait flipper un peu plus encore, reculant d’un pas ou deux. En réalité, s’il n’a pas l’air bien méchant, il y a quand même quelque chose qui lui fait un peu peur. Elle ne sait pas si elle doit fuir, crier, se préparer à cogner. Déjà, elle s’en veut d’avoir refusé qu’on la raccompagne. Et l’homme se décale, arrêtant de bloquer le passage. Il s’excuse aussi. Amélia va pour partir. Elle s’avance, de quelques pas, avant de se retourner et de le dévisager.

« Comment vous connaissez mon prénom ? Désolée, mais je ne vous connais pas moi. C’est pas cool de débouler comme ça devant une femme. C’est flippant même !   »

En réalité, l’alcool n’aide pas Amélia se protéger suffisamment. En temps normal, elle se serait barrée en courant pour choper le premier taxi de passage. Mais il y a quelque chose d’intrigant chez lui. Elle a l’impression qu’il est loup. Mais il ne l’est pas. Elle plisse les yeux, reniflerait presque, mais elle n’a pas l’odorat des loups… Elle l’oublie parfois, qu’elle n’est qu’une Sorcière. En attendant, elle reste plantée là à regarder ce Henrik qu’elle ne connaît ni d’Adam, ni d’Eve.

« C’est Ace qui vous envoie pour me faire flipper, c’est ça ? Parce que c’est pas drôle hein.   »

Elle ne sait pas s'il en est capable, mais avec lui tout est possible.



Amélia ft. @HENRIK ASLAKSON

Revenir en haut Aller en bas
Henrik Aslakson

avatar

Hybride
Agent Unité 101



¤ AVATAR : Alexander Dreymon
¤ CRÉDITS : Merci Klara !
¤ MESSAGES : 44
¤ POINTS : 23
¤ AGE : 482 ans (32 physiquement)
¤ GROUPE : Hybride
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/11/2018


MessageSujet: Re: Comme un fantôme Sam 17 Nov - 12:45


Comme un fantôme

Sorti de l’ombre, sorti de nulle part, la jeune femme n’est en rien rassurée et doit se demander ce que je peux bien lui vouloir. Pas compliqué de voir qu’elle panique et si l’alcool l’aide à conserver un peu son sang-froid, il y a quelque chose qui la trahit, un petit son que seuls des êtres non-humains sont capables d’entendre aussi nettement : les battements de cœur. Lorsqu’Amélia ne me reconnaît pas, je comprends que soit ce n’est pas la bonne, soit on m’a effacé de son esprit. Quelle réponse est la bonne ? Pourquoi suis-je si convaincu de la connaître ? Il y a quelque chose qui se dégage d’elle... Une aura qui ne m'est pas étrangère. Un quelque chose qui me donne envie de l’attaquer, planter mes canines dans sa gorge et la laisser mourir au bord de la ruelle. Je vois très nettement l’image de son cadavre en train de geler dans le froid au fin fond d’une impasse sordide, mais je chasse cette image de mon esprit. Je ne suis pas venu faire du mal à cette femme, pas pour l’instant en tous cas, j’ai simplement besoin de réponses qu’elle ne semble pas en mesure de me donner. Encore une piste qui s’envole.

« J’ai entendu votre amie vous appeler et... »

La jeune femme me coupe pour me faire comprendre que ce n’est pas un comportement rassurant de débouler ainsi devant quelqu’un. En réalité je n’éprouve aucun remord à lui avoir fait peur, le seul regret que j’ai, c’est que cette femme ne puisse pas m’apporter de réponses. Puis elle me parle de quelqu’un d’autre : Ace. Je reporte mon regard sur elle. Qui est cet Ace ? Peut-être un ennemi à abattre. Peut-être quelqu’un qui saura m’offrir des réponses. Ou simplement personne, comme la plupart des habitants de Londres, il ne sera ni un ennemi ni un allié. Ceci dit il n’y a qu’en le rencontrant que je le saurais. Alors c’est un nouveau masque que je prends, un visage qui affiche un sourire gêné tandis que ma main vient frotter l’arrière de ma tête.

«  Ok vous m’avez eu. » Je la vois relever un sourcil face à cet aveu et histoire de crédibiliser un peu tout ça, je reprends avant que ce ne soit elle qui me pose tout un tas de questions. « Je lui avais bien dit à Ace que j’y arriverai pas parce que... Et bien on sait tous qu’il vaut mieux ne pas trop vous approcher même si c’est lui qui nous y autorise. »

Je ne sais absolument pas dans quoi je m’embarque avec ce mensonge, mais maintenant que j’ai commencé, autant y plonger les deux pieds dedans, faudrait pas que je commence à m’emmêler ou me contredire à cause d’une hésitation. Heureusement la manipulation faisait partit de mes points forts avant et on dirait que même sans la mémoire les traits de caractère ne se changent pas vraiment.

« Ceci dit j’aurais moins de mal à lui retourner le bâton si ça vous tente. Je parie que lui aussi on peut le faire flipper ! »

Et si cet Ace s’avère être un loup ou un vampire, je ne me contenterai pas uniquement de lui faire peur. J’ai une mission à accomplir après tout et même si l’unité me réclame en priorité le clan d'Alex Blackwood, je peux toujours négocier un souvenir par tête rapportée en attendant d’atteindre ce but. Oui, tout se négocie dans la vie, même avec ses bourreaux.

« Alors, vous en dites quoi ? On peut même faire ça ce soir si vous êtes d’attaque… »

Ce n’est pas de l’empressement mal placé, au contraire, ce soir Amélia est alcoolisée donc peut-être sera-t-elle encore d’humeur à ce type d’amusement et si elle se concentre sur un piège à lui tendre, ça évitera qu’elle pose trop de questions à mon sujet ou sur mon lien avec Ace dont j’ignorais jusqu’à son existence avant qu’elle n’en parle. Il ne reste plus qu’à être convainquant et l’entraîner dans ce nouveau jeu.

« Enfin c’est comme vous voulez, peut-être que vous êtes fatiguée après tout. »

Cette phrase, c’est juste pour lui donner l’impression d’avoir le choix, de contrôler la partie et donc d’avoir moins de doutes à mon sujet. Bon évidemment si elle refuse ça ne m’arrangera pas mais je trouverai bien de quoi rebondir, je ne manque pas d’idées.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Amélia Reedley

avatar

☽Chamane☾




¤ AVATAR : Emilia Clarke
¤ CRÉDITS : moonlight roses
¤ MESSAGES : 79
¤ POINTS : 17
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE : → A abandonné sa meute de la Nouvelle-Orléans pour suivre Ace avec qui elle est en colocation.
→ Elle est infirmière et soigne régulièrement son coloc lorsqu'il se blesse.
→ Adore le thé.
→ Adore les animaux en tout genre, voudrait bien adopter un petit chaton.
→ On la surnomme Amy, enfin surtout Ace à vrai dire.
→ Travaille au CMAS pour Jodie

FicheLiensSujetsChronologie
¤ GROUPE : Chamane
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 10/11/2018


MessageSujet: Re: Comme un fantôme Dim 25 Nov - 10:08


Comme un fantôme






Amélia pense que l’alcool lui joue des tours. Faut dire que si elle aime bien boire, elle n’a pas la condition de certains et a une résistance moins élevée que d’autres. Bref, elle croit que ce qu’elle ressent est dû à l’alcool et que ce type n’a rien d’anormal en dehors d’être sévèrement flippant à débarquer comme ça devant elle. Et puis, elle en vient à penser que c’est un petit tour d’Ace. Bon, il n’en est certainement pas capable, mais sait-on jamais, avec lui tout est possible. Mouhahaha !!! Démasquuuéééé !! Qu’elle se dit intérieurement en voyons la tronche du type. Elle se sent douée, intelligente et super enquêtrice lorsque le fameux Henrick dit qu’elle l’a bien eu et que c’est en effet Ace qui l’a envoyé. Et elle sourit, fière d’elle. Fière, aussi, parce qu'Ace a raison, on ne peut facilement approcher Amélia en temps normal, surtout quand Ace est dans les parages et, surtout parce qu’elle ne se laisse pas aborder facilement par le premier type venu. Et puis, quelque part, Amélia est flattée, parce qu’elle croit qu’Ace parle d’elle à ses connaissances et ça, ben ça lui fait plaisir ! Elle se dit alors qu’Henrick doit être un type du Zénith. Elle lève les yeux au ciel quand même, en souriant, se disant qu’elle se vengera, c’est certain.

« Mais quelle idiot celui-là ! Il va me le payer ça.   »

Le type propose alors à Amélia un petit retour de bâton pour faire peur à Ace. Bon, là, tout de suite, elle ne voit pas trop comment, mais elle a toujours des idées en stock au final. Parce que faire chier Ace, c’est un peu sa spécialité au quotidien. Henrick propose de faire ça le soir même, mais Amélia hésite. Premièrement, parce qu’elle ne connaît pas ce type. C’est sur, elle ne connaît pas toutes les connaissances d’Ace et certaines ne sont certainement pas fréquentables. Et puis, elle est fatiguée un peu, aurait préféré rentrer chez elle.

« Mhmhm … Je n’sais pas trop. Après tout, on ne se connaît pas hein ! Et m’a mère m’a appris à ne pas parler aux inconnus.   »

Mais au fond, elle sait aussi qu’elle va rentrer chez elle et qu'Ace ne sera pas là, qu’il rentrera tard et du coup, elle va s’emmerder, s’assoupir, s’inquiéter… Qu’est-ce qui est mieux du coup ? Rentrer ou rester ? Faire peur à Ace avec ce type, ou se venger en solo ?

« Y a qu’une seule façon pour vraiment faire flipper Ace… C’est que je ne sois pas à la maison lorsqu’il rentrera. Dooonnnc … ça risque de faire tard jusqu’à 3 ou 4h du matin.Mais on peut toujours aller boire un verre ou un truc comme ça ?   »

Parce qu’il est un peu hors de question qu’elle ramène se type chez eux. Amélia est prudente et elle n’a pas assez confiance en ce gars pour le ramener dans leur appartement. Même s’il est pote avec Ace, cela ne veut pas dire qu’elle lui fait confiance.

« Mais… Je peux savoir comment vous avez rencontré Ace? Parce que ça fait pas super longtemps qu’on est à Londres et Môssieur s’est déjà fait plus de potes que moi.   »

Et elle trouve que pour un type qui fracasse des têtes, c’est pas normal. C’est même injuste. Et en dehors de ça, ça lui semble important d’en savoir plus sur ce gars. Parce que ses sens de Chamane sont toujours un peu perturbés, qu’elle ne comprend pas ce qu’est ce type. C’est comme si sa conscience lui hurlait de réellement se méfier, même de déguerpir de là.

À cet instant une voix interpelle Amélia. C’est Jessie, qui revient avec la bande d’avant, et même d’autres personnes. L’infirmière s’approche du duo, un peu méfiante et protectrice.

« Tout va bien Amy ? » Qu’elle demande en dévisageant Henrick.
« Ouais, ouais ça va. C’est un pote à Ace, mandaté pour me foutre la trouille. Je cherche un moyen de me venger.   »
« On va a une petite fête privée dans l’appart de Ted, avec super vue sur Londres, un truc de fou. Vous avez qu’à venir avec nous, on dormira là-bas, Ace va flipper ? »

Amélia hésite, elle est vraiment crevée. Elle lance un coup d’œil à Henrick en haussant les épaules.

« T’en pense quoi ? Au pire, tu me raccompagneras au petit matin, ça le fera hurler. »

En vrai, Amy ne sait absolument pas ce qu’elle souhaite, si elle a envie d’aller à cette petite fête où si elle préfère rentrer au calme.



Amélia ft. @HENRIK ASLAKSON

Revenir en haut Aller en bas
Henrik Aslakson

avatar

Hybride
Agent Unité 101



¤ AVATAR : Alexander Dreymon
¤ CRÉDITS : Merci Klara !
¤ MESSAGES : 44
¤ POINTS : 23
¤ AGE : 482 ans (32 physiquement)
¤ GROUPE : Hybride
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/11/2018


MessageSujet: Re: Comme un fantôme Lun 26 Nov - 23:12


Comme un fantôme

Il semblerait que je me sois bien rattrapé de la situation plutôt embarrassante dans laquelle je me trouvais, merci à la belle perche qu’Amélia m’a tendu, de quoi détendre rapidement l’atmosphère et même de plaisanter. C’est donc un deuxième prénom que j’inscris dans mon esprit : Ace. Je suis curieux de savoir si je ressens les mêmes ondes étranges à ses côtés, curieux de savoir si elle me mènera à d’autres personnes comme elle. Voilà pourquoi je lui propose de prendre sa vengeance contre son ami ? Frère ? Petit-ami ? Allez savoir, si elle m’offre l’occasion de passer plus de temps en sa compagnie je finirai bien par le découvrir.

« Ma mère m’a appris à ne pas aborder les inconnus de manière flippante mais j’ai jamais été bon élève. »

Ma remarque semble amuser la belle brune, je crois. Quoi qu’il en soit elle réfléchit à une façon de rendre la monnaie de sa pièce à Ace et d’après elle, rien de mieux que de passer la nuit dehors pour le faire sortir de ses gonds. Peut-être qu’il s’agit de son père en fait ? A son âge elle devrait être assez indépendante pour avoir le droit de passer la nuit dehors quand même... Allez savoir, j’ai encore un peu de mal à comprendre toutes les mentalités de ce monde, d’autant qu’à mon époque les femmes étaient souvent mariées avant même d’avoir atteint la majorité, mais bon ce n’est pas comme si je me souvenais de tout ça.

« Je ne refuse jamais un verre à une belle femme, même à quatre heures du matin. »

Retour du grand dragueur, il faut dire qu’il n’a jamais été bien loin, ce n’est pas comme si je savais faire autrement de toute façon, même si mon comportement a tendance à agacer Klara et c’est tant mieux puisque tout ce qui l’agace m’amuse d’autant plus. L’expression être comme chien et chat vous connaissez ? Bah c’est nous. Je ne dirais pas qui est le chien et qui est le chat. C’est lorsqu’Amélia me demande comment j’ai rencontré Ace que je sens la tension monter. Trouver un mensonge simple et plausible maintenant. Maintenant comme tout de suite Henrik.

« En fait... »

« Tout va bien Amy ? »

Je me tourne vers la voix féminine dans mon dos qui interpelle Amélia, la fameuse amie qui lui a rapporté son sac. A partir de là s’engage une conversation à propos d’une soirée dans un appart avec super vue sur Londres suivi d’une proposition d’y assister, tout ça évidemment pour faire flipper Ace. Ce qu’il y a de bien avec cette proposition, c’est qu’Amélia en a oublié sa question et ça m’arrange complètement à vrai dire, parce que j’étais pas loin d’inventer une histoire débile à propos d’un haricot magique qui nous a poussé à nous allier contre des ogres pour s’en sortir. D’où est-ce que je sors ça moi d’abord ? Mes pensées sont étonnamment étranges parfois. Amélia me regarde pour me poser une nouvelle question à laquelle je peux parfaitement répondre sans inventer de charabia cette fois.

« Va pour la méthode qui le fera hurler. »

L’amie d’Amélia semble ravie de ma réponse et nous attrape tous les deux par le bras pour nous entraîner avec elle jusqu’à l’appartement de Teddy. Ted, pardon. La blonde se présente sous le nom de Jessie et se met à raconter pas mal de choses à son sujet sans nous laisser vraiment l’occasion d’en placer une sur tout le trajet. En fait elle essaie surtout d'attirer toute l’attention sur elle mais déjà ça m’embête qu’elle se trouve entre Amélia et moi, et ensuite je réalise que ne pas être en tête-à-tête risque d’être plus embêtant que je ne le pensais dans ma quête de réponses. Sauf qu’à ce moment-là je ne suis pas encore au bout de mes surprises. Lorsqu’on arrive enfin à l’appartement je me dis que je vais pouvoir souffler et pourtant je m’arrête net sur le seuil de la porte au moment où celle-ci s’ouvre, alors qu’une odeur de loup caresse mes narines. Combien sont-ils au juste ? Il n’y a qu’en entrant que je finirai par le découvrir.

« Tous des amis à toi ? »

Histoire de savoir si la présence de loups est habituelle pour la jeune femme. J’entre dans l’appartement et ne comprend pas ce qu’ont tous ces gens à vouloir faire la "bise" en se présentant. L’humain a un comportement étrange parfois… Ce n’est pas que la proximité me dérange, bien que je suis tout de même soulagé que les hommes préfèrent les poignées de main à la fameuse bise. Il y a certaines mains que je me retrouve à serrer plus fort que d’autres d’ailleurs, celles des loups, c’est plus fort que moi à vrai dire. A ce moment-là mes instincts me hurle de commettre un carnage mais il y a beaucoup trop d’humains dans cet appartement, alors je prends sur moi pour garder mon sang-froid.


Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Amélia Reedley

avatar

☽Chamane☾




¤ AVATAR : Emilia Clarke
¤ CRÉDITS : moonlight roses
¤ MESSAGES : 79
¤ POINTS : 17
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE : → A abandonné sa meute de la Nouvelle-Orléans pour suivre Ace avec qui elle est en colocation.
→ Elle est infirmière et soigne régulièrement son coloc lorsqu'il se blesse.
→ Adore le thé.
→ Adore les animaux en tout genre, voudrait bien adopter un petit chaton.
→ On la surnomme Amy, enfin surtout Ace à vrai dire.
→ Travaille au CMAS pour Jodie

FicheLiensSujetsChronologie
¤ GROUPE : Chamane
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 10/11/2018


MessageSujet: Re: Comme un fantôme Dim 2 Déc - 9:03


Comme un fantôme






Si Amélia est éméchée, Jessie l’est beaucoup plus. Déjà bavarde et délurée au naturel, l’infirmière se montre beaucoup plus loquace et drôle. Et ça fait sourire Amélia qui découvre sa collègue sous un autre jour. Les collègues… Voilà ce qui va lui manquer lorsqu’elle aura quitté définitivement l’hôpital pour rejoindre le cabinet particulier de Jodie Rowley. Faut dire que l’humaine n’emploie pas beaucoup de monde alors du coup ça limite les connaissances. Amy se jure cependant de garder contact avec ses collègues, de les voir aussi souvent que possible, pour ne pas se renfermer entre Ace et le cabinet de Jodie. Alors bon, même si elle a eu envie de rentrer chez elle, l’idée de continuer la soirée peut être sympa. Surtout si c’est pour emmerder Ace qui lui tend des coups foireux… Ah ça, elle va se venger, c’est certain ! Et puis Henrik est partant alors autant en profiter. Les trois jeunes gens se mettent donc en route, Jessie au milieu, accrochée aux bras d’Amélia et d’Henrik. Jessie parle. Beaucoup. Et Amélia se dit qu’elle finira par avoir la bouche trop sèche à force de parler comme ça.

Jessie est une belle blonde, drôle, amicale, terriblement serviable et professionnelle. C’est le genre de nana qu’il est bon d’avoir comme amie, parce qu’elle est toujours là, motivée. Alors être avec elle, ça rassure un peu Amélia. Parce qu’au fond, ce Henrik, même s’il dit être un ami d’Ace, Amélia ne le connaît pas. Non pas qu’elle ne fait pas confiance aux potes d’Ace, mais quand même… Ace n’a pas toujours que des bonnes fréquentations. Bon, au moins, ce n’est pas une greluche aux gros nichons qu’il lui a envoyé pour l’emmerder. Parce que là, elle n’aurait certainement pas hésité à cogner et lui péter le nez. Et on ne dira pas s’il s’agit du nez d’Ace ou de la bimbo…

Quoi qu’il en soit, Jessie parle tellement que le temps passe rapidement. En quelques grandes foulées, ils se retrouvent face à un grand building où, clairement, il n’y a que des riches qui y ont un logement. Ted est un Interne. Un fils à Papa mais vachement cool. Il est l’un des rares à bien traiter les infirmières, peut-être parce que sa mère et sa sœur en sont aussi. Ted, c’est le gars pas toujours sûr de lui, mais qui est vraiment sympa. Ted est un loup, un des rares qu’Amy a rencontré à l’hôpital. Il a su, lui aussi, qu’elle est une Chamane. Un des rares avec Jessie à connaître son secret.

« Rappelle-moi de ne jamais faire de fête chez moi… Après être venus ici, n’importe qu’elle endroit sera moins cool. Même l’ascenseur est cool !!   »

Amélia dit ça en regardant son reflet dans le miroir, observant son regard fatigué et Jessie qui fait des grimaces. La Chamane explose de rire, lance un regard amusé à Henrik. Finalement, la porte de l’ascenseur s’ouvre sur le dernier étage. La musique résonne déjà à travers les murs et Amélia plaint les voisins. Quoi qu’ils doivent certainement avoir l’habitude… À l’intérieur, la musique se veut un peu plus forte et Amélia distingue des auras de loups. Faut dire qu’elle ne s’attendait pas à en voir autant et elle est un peu surprise. Henrik semble un peu bizarre, peut-être mal à l’aise. Amélia l’est aussi, parce que s’incruster au milieu de gens qu’on ne connaît pas, ce n’est pas toujours évident.

« Nope, je connais Jessie, Ted et deux ou trois autres personnes qui travaillent avec moi. Mais les trois-quarts sont inconnus au bataillon !   »

Tous se claquent la bise, même ceux qui ne se connaissent pas. Amélia n’aime pas ça. En réalité, elle n’est pas si tactile que ça, surtout avec ceux qu’elle ne connaît ni d’Adam ni d’Eve. Mais elle s’adapte et se plie aux habitudes des autres. Amélia ne s’est pas rendu compte que Jessie s’était déjà éclipsée pour chercher à boire. Trois grands gobelets pleins d’alcool. Ted les retrouve rapidement, enlace Amélia en la charriant un peu avant de débarrasser ses invités de leurs vestes et autres affaires. Autant se mettre à l’aise non ?

« Amélia, je peux te parler en priver une seconde ? »

Alors Amélia s’excuse auprès d’Henrik qu’elle laisse en compagnie de Jessie qui lui lance des sourires amusés. Nul doute qu’elle essayera de le draguer… Bref, c’est dans un bureau que Ted amène Amélia.

« C’est qui se type ? »
« Henrik. Un pote à Ace, mon meilleur ami. Jamais vu avant, mais bon. Pourquoi ?   »
« Je n’sais pas, je le sens... »
« Différent ? Ouais, moi aussi, mais j’me dis que ça doit être un truc de meute si ça se trouve. »

Ted hausse les épaules. Il a du mal à dire si la Chamane dit vrai ou pas… Lui, il a une petite meute, dont son père est l’Alpha. Ils ont prêté allégeance à la meute du Centre, dirigée par une certaine Charlie, si la mémoire d’Amélia ne lui fait pas défaut. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas pour ça que Ted a pris Amélia à part, mais pour lui demander de lui fournir quelques plantes. N’ayant pas de Chamane dans leur meute, ils se sont toujours débrouillés sans, ou en demandant à d’autres. Maintenant qu’il connaît Amélia, c’est à elle qu’il demande. Et la Chamane n’hésite jamais à aider ses amis, encore moins s’ils sont des loups.

C’est dix minutes plus tard qu’Amélia retrouve Henrik et Jessie et le pauvre semble désemparé face au débit de paroles de la belle blonde.

« Faut excuser Jessie. Une vraie pipelette. Des fois, j’me dis qu’elle pourrait réveiller des morts rien qu’en leur parlant de trop.   »

Jessie et Amélia se mettent à rire, s’enlacent.

« Bordel, tu vas trop me manquer toi au boulot. »
« Hey ça va hein, on va pas pleurer !   »

Jessie sèche malgré tout ses yeux humides et s’excuse, s’absentant un peu. Trop d’émotions certainement. Il faut dire que ça touche Amélia qui, d’un signe de tête, invite Henrik à la suivre sur la grande terrasse. Même si l’air est frais, il fait du bien. Et Jessie n’avait pas menti. La vue est surprenante lorsqu’elle s’approche du bord.

« Whoua, c’est magnifique ! J’avais jamais vu la ville d’aussi haut.   »

Doucement, elle respire l’air frais avant de boire une gorgée de bière.

« Faut excuser Jessie. Elle est adorable, vraiment. On est collègue de travail pour quelques semaines encore et … ben c’est toujours dur de quitter des personnes qu’on aime…. Enfin bref. Ace et toi alors ? D’où ça sort ?   »

Parce qu’elle a beau avoir un coup dans le nez, elle n’oublie pas le principal : Ace !


Amélia ft. @HENRIK ASLAKSON

Revenir en haut Aller en bas
Henrik Aslakson

avatar

Hybride
Agent Unité 101



¤ AVATAR : Alexander Dreymon
¤ CRÉDITS : Merci Klara !
¤ MESSAGES : 44
¤ POINTS : 23
¤ AGE : 482 ans (32 physiquement)
¤ GROUPE : Hybride
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/11/2018


MessageSujet: Re: Comme un fantôme Mar 4 Déc - 21:55


Comme un fantôme

Tout le monde semble particulièrement s’extasier devant le bâtiment, l’appartement et même l’ascenseur, et bien que je ne comprenne pas vraiment pourquoi, je joue le jeu. D’accord c’est grand, d’accord c’est beau mais... Est-ce qu’il en faut si peu pour épater la galerie ? A mon époque c’était les grands guerriers qui fascinaient le plus de par leurs histoires, guerriers dont je faisais partis, aujourd’hui ce sont juste des ados avec de l’argent à ne plus savoir quoi en faire qui captent tout l’intérêt. A croire que tout est devenu trop superficiel dans ce monde. Ou alors c’est parce qu’ils ne sont pas humains qu’ils intéressent tant, mais ça tout le monde ne semble pas en prendre conscience. Il y a des loups dans cet appartement, plusieurs, et j’ai besoin de savoir si Amélia les connaît, si elle est habituée à fréquenter ce type de personnes. Visiblement elle ne connaît pas grand monde ici, mais Ted fait partit du lot et Ted n’est pas un humain.

« Au moins c’est rassurant de ne pas être le seul inconnu ici. »

Je prononce ces mots sur le ton de la plaisanterie, mais en réalité cette soirée ne m’inspire vraiment pas confiance. Trop d’odeurs autour de moi qui éveillent mes sens et me donnent envie de répandre le sang. La bière, c’est une bonne idée pour calmer ses pulsions, alors lorsque je me retrouve avec un verre en main, je n’hésite pas à le porter à mes lèvres, fronçant les sourcils lorsque le liquide glisse dans ma gorge. La bière a un goût étrange... mais ça fera quand même l’affaire. Très vite, trop vite, Amélia doit s’éclipser et je me retrouve seul avec Jessie et son grand sourire. Autant en profiter pour essayer d’obtenir des informations avant qu’elle ne me raconte une nouvelle anecdote de sa fabuleuse vie.

« Alors, tu connais Ace aussi ? »

« Moi ? Noon mais Amélia en parle souvent ! Si tu veux mon avis ces deux-là vont finir ensemble. »

Du coup elle ne m’est pas utile. Je relève la tête pour voir plusieurs regards sur moi, des hommes et des femmes, ou plutôt des loups qui doivent ressentir un truc pas très normal chez moi. Aucun n’ose approcher pour autant, au moins sont-ils un minimum raisonnables.

« Tu m’écoutes ? »

« Pardon, tu disais ? »

« Que si j’avais su qu’Ace avait des amis pareils, j’aurais demandé à Amélia d’organiser un rendez-vous bien plus tôt. »

Jessie prononce ces mots en se rapprochant de moi d'un air aguicheur, je remarque surtout que ses yeux sont injectés de sang. Si en temps normal Jessie aurait pu tout à fait être à mon goût, les femmes trop alcoolisées perdent bien vite de leur intérêt à mon goût. Alors lorsque je la trouve trop proche de moi, je me contente de lui retirer son verre des mains en lui adressant mon plus beau sourire.

« Je pense que tu as assez bu d’alcool pour ce soir, pas vrai ? » Sauvé par le gong, Amélia revient avant qu’elle n’ait le temps de répliquer et ça semble faire oublier à Jessie ce qu’il vient de se passer. Les femmes peuvent être flippantes par moment. « Espérons qu’elle ne réveille aucun mort tout de même. » Le pire c’est que je suis extrêmement sérieux dans ma réplique, à croire que je prends tout au premier degré, pourtant je connais bien le sarcasme.

Je regarde les jeunes femmes s’enlacer après que Jessie se soit plaint qu’Amélia va lui manquer au boulot. Manquer ? Soit ça signifie qu’elle change de travail, soit ça signifie carrément qu’elle déménage et si la première option ne me pose pas le moindre problème, le second en revanche risque de ne pas me faciliter la tâche. Après l’accolade, Jessie réalise qu’elle n’a plus de verre dans les mains, le pire étant sans doute qu’elle se demande réellement où il a bien pu passer et elle s’éloigne pour aller en chercher un nouveau. Cette femme est un gouffre d’alcool... Heureusement Amélia en profite pour qu’on s’éclipse discrètement vers le balcon, sous le regard insistant de Ted que je ne risque pas de manquer. C’est un sourire provocateur que je lui adresse avant de refermer la porte-fenêtre du balcon derrière nous.

« C’est vrai que c’est magnifique. »

Et je le pense, la vue est belle et c’est quand même plus logique de s’extasier devant un beau paysage que devant un grand appartement. J’inspire un grand coup l’air frais et si je me doutais que j’aurais dû lancer le sujet en premier, c’est pourtant Amélia qui me devance. Visiblement elle n’est pas assez alcoolisée pour en oublier ses interrogations, contrairement à Jessie.

« Honnêtement c’est assez puéril comme type de rencontre... Un bar, une bagarre et moi au milieu de tout ça qui décide d’aider le parti le moins avantagé en nombre, vu qu’il était seul contre quatre le choix était vite fait. » Est-ce que c’est crédible comme rencontre et mensonge ? Espérons parce que je n’aurais pas mieux en stock. « Faut croire qu’il a bien aimé mon crochet du droit. » Je lui offre un sourire avant de rapidement enchaîner, histoire que je puisse reprendre un peu la main sur la conversation quand même. « Et donc, c’est quoi le grand changement à fêter ? Nouveau job ou nouvelle ville ? Peut-être même nouveau pays ? »


Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Amélia Reedley

avatar

☽Chamane☾




¤ AVATAR : Emilia Clarke
¤ CRÉDITS : moonlight roses
¤ MESSAGES : 79
¤ POINTS : 17
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE : → A abandonné sa meute de la Nouvelle-Orléans pour suivre Ace avec qui elle est en colocation.
→ Elle est infirmière et soigne régulièrement son coloc lorsqu'il se blesse.
→ Adore le thé.
→ Adore les animaux en tout genre, voudrait bien adopter un petit chaton.
→ On la surnomme Amy, enfin surtout Ace à vrai dire.
→ Travaille au CMAS pour Jodie

FicheLiensSujetsChronologie
¤ GROUPE : Chamane
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 10/11/2018


MessageSujet: Re: Comme un fantôme Sam 8 Déc - 21:25


Comme un fantôme






Peu de personnes peuvent prétendre avoir un jour vu Amélia totalement ivre morte. C’est qu’elle aime garder le contrôle quand même. Alors oui, ça a certainement dû lui arriver quelques fois, mais la plupart du temps, Amélia se contente d’un coup dans le nez pour parvenir à s’auto-gérer et ne pas finir dans le lit du premier abruti un peu beau-gosse qui passe par là. Cette fin de soirée, elle n’était pas prévue. C’est vrai qu’Amélia aurait bien aimé rentrer chez elle, parce qu’elle est crevée. Mais y a ce Henrik qui connaît Ace, d’après ses dires et tout s’enchaîne pour se retrouver finalement là, ce sur balcon à la vue sublime. Oh ça ne vaut pas sa ville natale, sa région chérie. Mais c’est beau quand même. Amélia n’est pas superficielle et ça se voit tout de suite quand on la regarde. Pas de fringues de marque, pas de maquillage à outrance. Amélia, elle veut juste se sentir bien dans son corps, sa tête et ses fringues. Les talons ? C’est chiant et ça fait mal aux pieds. Oui, Amélia est une femme simple, naturelle, voilà tout. Une femme qui sait se contenter de peu et qui sait trouver la beauté là où elle se trouve. Et cette vue, elle est vraiment sublime. Henrik approuve d’ailleurs…. La chamane se sent bien petite face à la grande ville illuminée. Mais cette vue sur Londres ne lui fait pas oublier Ace et Henrik. Elle a envie d’en savoir plus, de comprendre comment ils se sont rencontrés. Parce qu'Amélia, au fond, est persuadée qu’Ace lui cache des trucs, pour pas trop lui faire peur. Parce que le loup sait qu’elle n’aime pas le Zénith, les combats, la violence… En réalité, Amélia est contradictoire, parce qu’elle cautionnera la violence envers leurs ennemis, les Vampires, mais ne cautionne pas celle d’Ace. Faut dire que ce ne sont pas les Vampires qu’elle soigne à 3h du matin, mais le loup !

Difficile pour Amélia de savoir que le prénommé Henrik est entrain de lui mentir. Parce qu’il tape vraiment en plein dans le mille. Sa version de son histoire est totalement crédible. Si bien qu’elle lève les yeux au ciel en soupirant, se demandant quand son coloc arrêtera de chercher les embrouilles. Sa bouille indique clairement qu’elle y croit à cette version.

« Je ne suis même pas étonnée !   »

Elle lâche ça, en soupirant, secouant la tête. Ace est capable de se mettre dans des situations pas agréables. Faut dire que c’est un peu comme ça qu’elle l’a rencontré pour la première fois. Avec Ace, faut croire que tout se résume toujours à une bagarre. Mais le sujet change bien vite quand Henrik pose des questions. C’est qu’il est curieux. Mais ça ne dérange pas Amélia qui n’est pas forcément secrète sur toute sa vie. C’est sûr que, même si les surnaturels ont été dévoilés au monde entier, elle ne hurle pas sur tous les toits qu’elle est une Sorcière. Donc s’il y a bien une chose qu’elle ne dira pas, c’est ça, cette nature profonde qui fait d’elle un être différent… que certains craignent ou méprisent. Donc non, ça ne la dérange pas quand Henrik lui demande quel est le changement à fêter. Elle trouve ça presque normal au final, vu qu’il en a entendu parler.

« Oh non, je ne quitte pas la ville. Ace et moi, on est arrivés ici y a pas longtemps. Non en fait je change de job. Je travaille dans un hôpital. Je suis infirmière, comme Jessie et plusieurs autres personnes avec nous. On est tous des collègues. À peine arrivée et je les quitte déjà… Ils s’en remettront   » qu’elle dit en souriant.

Amélia jette un coup d’œil à Henrik avant d’admirer à nouveau la vue de Londres. Elle espère vraiment se plaire ici, à long terme. Le Bayou lui manque parfois, la Nouvelle-Orléans aussi. Le vieux Carré lui manque, et bien d’autres choses encore. Mais elle a tout quitté. Elle a fait ce choix, important dans sa vie, pour se respecter et suivre ses instincts, ses envies. C’est pas pour autant qu’elle n’a pas envie d’y retourner un jour… Mais pas tout de suite. Tout lui semble encore trop frais. Seule sa sœur lui manque vraiment, comme personne physique. Sa ptite sœur chérie, qui a sur ses épaules de grandes responsabilités depuis qu’Amélia est partie…

C’est un coup de klaxonne, dans la rue, qui fait sortir Amélia de ses pensées. Un peu gênée, elle sourit à Henrik sans trop rien dire. Pas de suite en tout cas. Elle boit une gorgée d’alcool, se disant qu’elle va devoir passer à autre chose.

« Si tu veux, on peut retourner à l’intérieur… Je crois que tu plais à Jessie,   » dit-elle en souriant. « Perso, j’vais rester un peu ici encore… Tout ce monde et ce bruit, c’est pas forcément ce que je préfère.   »

Amélia se mangerait certainement la honte en disant qu’elle aime squatter son canapé, dans un vieux pyjama, avec de grosses chaussettes, devant un film débile et un peu de popcorn…

« Et toi, tu fais quoi dans la vie, Monsieur l'Homme à l’aura mystérieuse qui suit des nanas dans la rue.   »

Elle sourit, pensant toujours qu’il connaît Ace, qu’elle n’a rien à craindre de lui, même si elle sent bien qu’il y a un truc qui cloche chez cet homme. Un gros truc même !


Amélia ft. @HENRIK ASLAKSON

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Comme un fantôme

Revenir en haut Aller en bas
Comme un fantôme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Comme un fantôme du passé [Billy]
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Centre de Londres-
Sauter vers: