RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !




Event Halloween L'event est ouvert !
Venez le découvrir !
Freak Show



Partagez|

This suffering never disappears

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Mary Thellier

avatar

☽Loup-Garou☾
Meute du Sud



¤ AVATAR : Olivia Wilde
¤ CRÉDITS : nonapbf
¤ MESSAGES : 155
¤ POINTS : 6
¤ MULTIS : Tamara S. Dunne
¤ AGE : 31 ans / 143 ans
¤ ZONE LIBRE :
¤ GROUPE : Gamma de la meute Sud
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 26/09/2018


MessageSujet: This suffering never disappears Mar 2 Oct - 7:41

Joanne & Mary ~ 15 Septembre 2018

Depuis quelques mois, l’atmosphère dans la meute était plutôt froide. L’origine était maintenant connue de tous. La chamane de la meute, Joanne Moore, avait enfin retrouvé son fiancé, du moins ce qu’il en restait. Le pauvre avait, semblait-il, été assassiné. C’était la déduction que Mary avait tiré des quelques paroles que Jack avait prononcé à ce sujet. Lorsqu’il avait accompagné la sorcière pour identifier le corps, tous les loups avaient ressenti cette atmosphère pesante, ce poids au fond de leurs entrailles. Sans savoir à quel point elle visait juste, la brune avait eu l’impression de connaître cette émotion, ce ressenti si écoeurant et éprouvant qui pouvait faire naître jusqu’à l’envie de disparaître chez un être. Toute la meute avait été affecté et continuait encore de l’être. Il est vrai que le lien entre un alpha et sa chamane était particulier. Et comme l’alpha était lié à tous les membres de la meute, cela avait eu un impact sur tous. Une telle douleur, un fait aussi horrible, ne pouvait être surmonté aisément. Seul le temps pouvait estomper la souffrance ou tout du moins en donner l'impression.

Une fois que Jack leur avait expliqué succinctement le problème, la jeune femme s’était réellement sentie mal. Ses vieux démons étaient réapparus et elle avait pris de la distance, encore plus que d’habitude, pour prendre le temps de balayer tout cela. Il lui était nécessaire de se recentrer pour ne pas plonger de nouveau dans sa souffrance et sa douleur marquées par l'absence de son époux. Elle était relativement bien placée pour comprendre la peine, la colère, le désespoir que devait ressentir Joanne suite à cette épreuve. C'est aussi la raison qui lui permettait d'être si compréhensive par rapport à l'absence de la chamane. Les loups nés loups connaissaient peu la perte d'un être cher, côtoyant majoritairement voir exclusivement leurs semblables. C'est aussi pour cela que les loups mordus étaient mal vus. Ils avaient les faiblesses des hommes comme certains disaient donc la peur de mourir ou de voir mourir l'autre. Mary mettait plutôt ça sur le compte de l'émotionnel qui était propre à chacun en fonction de son caractère.

Neko était restée silencieuse pendant un temps après cet événement. Elle n'avait pas vécu avec Mary ce fait qu'elle ressassait depuis que la sorcière avait connu le même destin. La louve avait donc préféré laisser la brune se dépatouiller comme elle voulait, la bourrant un coup de temps en temps pour qu'elle poursuive dans la bonne direction. Mais après ces quelques mois, Joanne se faisait toujours aussi absente. Jack n'en parlait pas à la meute. Le connaissant, Mary se doutait qu'il prenait ses nouvelles régulièrement mais était-ce suffisant ? Rien n'était moins sûr…

Étant donné que c'était samedi, premier jour du week-end, la jeune femme avait du temps devant elle et en profita pour faire des courses. Elle avait une envie de cuisiner qui ne l'avait pas prise depuis un long moment. Dans la petite épicerie, elle en profita pour faire le plein de courses mais également pour acheter de quoi faire un bon ragoût d'agneau et une tarte au citron meringuée. Mary cuisinait des choses relativement basiques pour elle seule. Elle avait perdu l'habitude de faire ses bons petits plats au quotidien à la mort de Joachim. Il lui était arrivé de cuisiner pour Jack aussi mais de manière ponctuelle uniquement.

De retour de ses courses, la louve se mit au travail rapidement. Le ragoût avait un temps de cuisson d'au minimum quatre heures. Découper la viande en dès après l’avoir désossée, couper tous les légumes en fines lanières, faire chauffer la base de la sauce et tout mélanger afin de mettre à mijoter à petits feux : Mary eut fini après une heure et demie tout cela. Elle pouvait maintenant passer à la tarte tout en remuant son ragoût régulièrement. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas fait ces recettes mais tout comme le vélo, cuisiner ne s’oubliait pas. Une fois la tarte fin prête, il ne restait plus que le coup de chalumeau qu'elle donnerait au dernier moment.

Quel prétexte allait-elle pouvoir inventer pour s'incruster chez la chamane ? Le but était de vérifier qu'elle arrivait à remonter la pente à son rythme. Même si elles se connaissaient, elles n'étaient pas des amies proches pour autant. Il fallait dire ce qui était, Mary avait de toute manière peu d'amis. D'un autre côté, avait elle vraiment besoin d'un prétexte pour rendre visite à Joanne ? Après tout, dans le pire des cas elle aurait juste l'air ridicule mais jusqu'à présent, personne n'était mort d'une overdose de ridicule. C'est ainsi qu'elle flamba sa tarte, mit un peu de ragoût dans un Tupperware et prit sa voiture en direction de l'appartement de Joanne. Une fois arrivée devant l'entrée de sa charmante maison, la louve flaira la présence de la sorcière et hésita un instant avant de frapper à la porte. Elle attendit patiemment que l'on vienne lui ouvrir réfléchissant à la meilleure façon de la saluer. Le soucis c'est qu'elle ne pensait pas la voir à l'état de zombie. Avait-elle était comme ça elle aussi à cette époque ?

Bonjour Joanne. J'espère que je ne te dérange pas, j'avais besoin de te parler.

Mary s’était retenue de dire “Wahou tu ressembles à un zombie”. Mais elle n’en pensait pas moins. Le souvenir d’elle au moment le plus critique de sa vie lui revint en tête et n’était pas si loin que ça de l’état actuel de la chamane. Cependant, il allait falloir qu’elle trouve quelque chose à quoi se raccrocher rapidement si ça n’était pas déjà fait. Pénétrant chez la jeune sorcière, la louve constata que les lieux semblaient être à l’image de leur habitant : simple, coquet et chaleureux. Elle tendit la tarte à son hôte lui adressant un petit sourire.

Etant donné que j’avais quelque chose à te demander, je trouvais qu’il était mal venu de te rendre visite les mains vides. Je voulais savoir si tu aurais des herbes à prendre en infusion par exemple pour tout ce qui est stress, angoisse, tristesse.

Cela pourrait convenir à Joanne mais la jeune femme pensait à Cassiopée en faisant sa demande. Contrairement à cette dernière, elle ne pouvait pas imposer une conversation du même acabit à sa chamane. Elles ne se connaissaient pas assez, Mary n’avait aucune idée de si elle allait réussir à prendre la température avec la sorcière. Mais n’étant pas à Londres depuis bien longtemps, la louve se doutait qu’elle n’avait pas forcément beaucoup de connaissances et encore moins d’amis proches permettant ce genre de conversation. Elle voulait lui ouvrir une porte, lui donnait l’occasion de potentiellement extérioriser.
Revenir en haut Aller en bas
Joanne M. Moore

avatar

☽Chamane☾
Meute du Sud • Admin


https://boite-a-idees.tumblr.com/

¤ AVATAR : Kat' Graham
¤ CRÉDITS : ©Lilie
¤ MESSAGES : 2683
¤ POINTS : 103
¤ MULTIS : Charlie - Nastia - Vassily - Ashanti
¤ AGE : 29 années se sont écoulées depuis son premier cri.
¤ ZONE LIBRE : • Son Animal totem est un Hibou nommé Isha. • Son prénom indien est Ashaisha. • Elle est originaire du Canada.


Fiche - LiensSujetsChrono
¤ GROUPE : Membre du Conseil de la Communauté de Londres • Chamane de la Meute du Sud
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/10/2017


MessageSujet: Re: This suffering never disappears Mer 3 Oct - 16:38



This suffering never disappears
Joanne ft. @Mary Thellier


54 jours. Autant de nuits et de journées à pleurer, à souffrir. Des heures, longues, à ne penser qu’à ce mardi 24 juillet 2018. En fermant les yeux, Joanne pouvait encore revivre cette soirée maudite, celle qui avait changé sa vie à tout jamais. Des morts, elle en avait pleuré beaucoup par le passé. Mais le dernier était celui qu’elle n’aurait jamais voulu pleurer, jamais voulu voir allongé, sans vie, immobile, froid. Lui qui dégageait toujours une chaleur si agréable… Joanne se rappelait de l’odeur de la morgue, du froid qui avait fait frissonner tout son corps. Elle se rappelait du tic-tac de la montre, du visage du médecin, de la voix de Charlie. Elle se rappelait la chaleur de Jack. Et la mort, de Yuma. Cette mort donc elle ne parvenait pas à se remettre. Cette mort qui, chaque jour, la faisait souffrir. Et rien ne semblait pouvoir réparer son cœur brisé, son âme détruite. Le 24 juillet 2018 avait marqué la fin d’une vie, la fin d’un espoir, la fin d’un amour. Grâce à Jack, la Chamane avait pu veiller son fiancé, lui offrir une cérémonie digne de ce nom, digne d’eux et de leurs traditions amérindiennes. Durant quatre jours, elle avait veillé la dépouille du loup. Pendant quatre jours, elle avait jeûné, n’avait pas dit un mot en dehors des prières psalmodiée dans la langue de ses ancêtres. Pendant toutes ces heures, elle avait veillé l’âme du défunt, lui permettant de rejoindre les anciens. La pluie était tombée sur son corps tremblant de froid. Mais la Chamane n’avait pas bougé. Rien, ni personne, n’aurait pu lui faire quitter cette veillée funèbre. Et puis au bout des quatre jours, le corps de Yuma avait été brûlé par la Chamane. Ce fut suite à ça, qu’elle s’était effondrée. Jack avait pris soin d’elle, durant plusieurs heures. Et le deuil avait pu commencer.

49 jours plus tard, Joanne ne parvenait toujours pas à surmonter la mort de Yuma. Le deuil, elle y était habituée. Et pourtant elle ne parvenait à dépasser certaines étapes, bloquée par la douleur et la culpabilité. Étape deux, sur les sept à traversée, selon les psychologues. Incapable de passer à la trois, celle de la colère. Étape deux donc, la plus chaotique, effrayante et douloureuse. Celle que Joanne compensait avec de l’alcool à défaut de se nourrir convenablement ; ainsi qu’avec quelques médicaments et plantes lui permettant de dormir. Culpabilités, remords, venaient submerger la Chamane. Elle s’en voulait et ne parvenait pas à changer sa façon de voir les choses. Même si ses Ancêtres et Jack disaient le contraire, Joanne était encore et toujours, persuadée d’être responsable de la mort de son fiancé. Elle ne parvenait pas à penser autrement, à voir dans tout ça un triste sort du destin, un signe. Comment pouvait-on y voir un signe ? Comment pouvait-on accepter de telles choses ? Joanne n’y parvenait pas. Elle n’acceptait pas qu’après sa meute, c’était son fiancé qu’elle avait perdu. Elle n’acceptait pas de n’avoir pas assez cherché, de n’avoir pas su le retrouver. C’était de sa faute. Du moins, c’était ce qu’elle se disait. La perte de Yuma était la pire chose qu’elle avait à vivre, à surmonter.

Elle savait, pourtant, qu’elle devait prendre sur elle. Alors, face à Jack, ses sourires étaient faux. Même si le vieux loup n’était pas dupe. Mais elle ne voulait l’inquiéter plus que de raison. En surface, Joanne portait le deuil, mais semblait forte, malgré le visage creusé par le manque de nourriture et les yeux cernés par le manque de sommeil. Elle continuait à travailler dans sa librairie, même si elle s’était accordée des heures en moins. Elle fréquentait moins la meute, mais chacun savait ce qu’elle était entrain de vivre et tous respectait son temps de deuil. La Chamane avait d’ailleurs eu bien des messages de condoléances, des petits plats, des étreintes sincères ou des coups de fil amicaux. Oui, sa meute la soutenait, mais ils n’étaient pas encore assez proches pour qu’elle puisse se reposer entièrement sur eux. Et puis ce n’est pas à eux de supporter ça. Ce n’est pas à eux d’endosser ma souffrance, de la porter pour moi. Pas à eux de souffrir. De toute manière, ils seraient certainement bien mieux sans moi, sans une Chamane incapable de protéger les siens... Joanne broyait du noir en permanence. Les heures passées à pleurer étaient bien plus nombreuses que celles à sourire. D’ailleurs, depuis 54 jours, les rires de Joanne n’existaient plus.

Ce jour-là, la Chamane s’était réveillée, comme bien souvent, en hurlant, après l’un des cauchemars qui rythmaient ses nuits trop courtes. Le 15 septembre était un jour particulier. Cela faisait exactement neuf années que sa mère était décédée. Une date à laquelle elle pensa en se réveillant en sursaut, les larmes inondant son visage. La souffrance fut insupportable ce jour-là. Les souvenirs se bousculaient. Yuma. Sa mère. La meute. Le sang. Les morts et l’odeur de la mort… À chaque seconde d’égarement, un nouveau souvenir venait la frapper. Et la journée s’écoula ainsi, entre crises de larmes et crises de nerfs. Même Isha, son hibou, ne parvenait plus à lui apporter le soutien nécessaire. Parce que Joanne gardait tout pour elle, qu’elle se renfermait dans sa douleur, dans sa culpabilité. Alors, ce jour-là, Joanne décida d’en finir.

Douée en plantes, elle se concocta un petit cocktail qui tairait les battements de son cœur. Elle pourrait alors rejoindre son loup et ses ancêtres, sans souffrance. Elle pourrait reposer en paix. Joanne passa le reste de la journée à écrire des lettres d’adieu. Une pour Jack, lui disant à quel point elle l’aimait et à quel point elle lui était reconnaissante. Une pour Katherine, pour la remercier de sa confiance. Puis il y avait Milo aussi. C’est alors qu’elle terminait sa lettre pour Jack qu’on sonna à sa porte. L’idée de ne pas ouvrir lui traversa l’esprit, mais elle sentit la présence d’un loup de l’autre côté du mur… Un loup de sa meute. Ce n’était pas Jack, mais il s’agissait bel et bien de l’un des siens. Alors elle se sentit obligée d’aller ouvrir. Ce fut Mary qui se trouvait derrière la porte que la Chamane entrouvrit, lui souriant tant bien que mal. Si Mary, tu me déranges. Tu tombes vraiment mal en réalité. Mais Joanne ne pouvait le lui dire pas vrai ?

- Bonjour Mary … Non .. Non, tu ne me déranges pas. Je …

Mais Mary pénétra déjà dans sa maison, relativement bien rangée malgré le chaos en elle. Et Joanne se sentit donc obligée de l’accueillir, espérant se débarrasser d’elle assez rapidement. Mais sa conscience de Chamane la poussait à aider la louve qui semblait en avoir besoin. Et puis, comment lui refuser quoi que ce soit, avec ce sourire lumineux et l’effort qu’elle avait fait en apportant une tarte ? Joanne la remercia en souriant.

- Merci Mary. En quoi puis-je t’aider ?

Même si Joanne voulait quitter ce monde, fatiguée par la souffrance et de la douleur qu’elle ressentait en permanence, elle ne pouvait abandonner ainsi Mary, se disant qu’elle l’aiderait pour la dernière fois. La louve lui demanda alors si elle pouvait l’aider, lui fournir de quoi soulager des maux qu’elle ne connaissait que trop bien.

- Oui j’ai ça, évidemment. Viens avec moi, je vais te préparer ça.

Joanne invita Mary à la suivre jusque dans sa cave, soigneusement aménagée. Sur le sol, un tapis beau et ancien servait aux rituels et méditations. Aux murs, de nombreuses étagères abritaient bibelots, pots d’herbes, bougies, objets sacrés, que la Chamane utilisait régulièrement. S’approchant de son petit établit, elle prépara un sac en toile, attrapant ensuite plusieurs pots dans lesquels se trouvaient ses herbes.

- La Mélisse et la passiflore, pour le stress… Valériane et Millepertuis, pour la tristesse, et un peu de safran. Avec ça, ça devrait vite aller mieux. Enfin, tout dépend pour qui et pourquoi, c’est utilisé. On sait tous que le mental joue beaucoup. dit-elle en préparant le sac qui lui permettrait de faire plusieurs infusions. À boire deux fois par jour. Une fois le matin, et une fois le soir avant le coucher.

Joanne tendit le sac à la louve, avec un sourire.

- Est-ce que tout va bien Mary ?

C’était du Joanne tout craché. Alors qu’elle souffrait au point de, parfois, avec l’impression de ne plus pouvoir respirer, elle parvenait à s’oublier un peu pour penser aux siens.

by Lilie




Write your own Fairy Tale my Love.
I walk alone, I'm everything. My ears can hear and my mouth can speak. My spirit talks, I know my soul believes.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Mary Thellier

avatar

☽Loup-Garou☾
Meute du Sud



¤ AVATAR : Olivia Wilde
¤ CRÉDITS : nonapbf
¤ MESSAGES : 155
¤ POINTS : 6
¤ MULTIS : Tamara S. Dunne
¤ AGE : 31 ans / 143 ans
¤ ZONE LIBRE :
¤ GROUPE : Gamma de la meute Sud
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 26/09/2018


MessageSujet: Re: This suffering never disappears Ven 5 Oct - 9:35

Joanne & Mary ~ 15 Septembre 2018

Le contraste entre l’intérieur de sa maison et l’apparence extérieure de Joanne était impressionnant. Il est clair que la chamane cherchait simplement à être polie. La présence de la louve semblait l’étouffer, l’envahir, l’emmerder quoi. Mary s’excuserait bien, mais elle préférait attendre la fin de leur entrevue. Le sourire qui se dessina sur ses lèvres illumina son visage. La sincérité était de rigueur de toute évidence. Malheureusement, cela ne dura pas. Chaque seconde que la brune passait à observer la jeune sorcière était une seconde de souffrance, douleur qui s’accentuait avec le temps. La louve se rendait compte que plusieurs années auparavant, elle aurait été en train de se regarder dans un miroir. Sa détresse était palpable. La descendante de la noble famille Blanc semblait s’enfouir dans un amas de souvenir qui ne datait pas d’hier. Mais la plaie était toujours présente, n’attendant que le bon moment pour se ré-ouvrir et faire souffrir sa porteuse. L’arrivée des vampires, les coups portés à l’homme de sa vie, leur séparation dans leur immense demeure, l’incendie : tout se ravivait dans son esprit comme si ce tragique événement avait eu lieu trois jours auparavant. Elle n’avait pas guéri de ses blessures, elle avait bien compris que jamais elle ne le pourrait. Le temps apaise les maux, mais en aucun cas il les guérit.

La louve se demandait sérieusement comment Jack avait vécu ce moment lorsqu’elle avait été à la place de Joanne. Evidemment chaque individu était unique et ressentait chaque chose à sa façon. Le caractère et la perception des choses influençaient grandement la façon d’interpréter, d’appréhender et de réagir aux événements de la vie. Mais cela ne rendait pas l’épreuve plus facile à surmonter. Une personne sensible pourrait presque pleurer la disparition de son pire ennemi. Alors la perte de son meilleur ami ou de l’amour de sa vie, pouvait détruire une vie entière. D’un point de vue extérieur, comment pouvait-on supporter de rester impuissant dans une telle situation ? Parce que c’est que Mary avait l’impression d’être, impuissante. Alors qu’elle connaissait la douleur d’un si tragique événement, la brune n’avait pas l’impression de pouvoir faire quoi que ce soit pour sa chamane que discuter. Ce sentiment faisait naître petit à petit une frustration en elle. Elle était déjà passée par là, mais ça ne lui permettait aucunement d’aider plus que n’importe qui. La cruelle vérité était qu’il n’y avait pas grand chose à faire à part laisser le temps agir.

Le deuil comportait sept phases, sept étapes que chacun franchissait à son rythme et à sa façon : le déni, la culpabilité, la colère, le blâme, la dépression, la reconstruction et enfin l’acceptation. Chaque personne traverse ces étapes à sa façon. Pour Mary, la plus difficile avait été la troisième. Sa récente transformation n’avait en rien aidé à canaliser toutes ses émotions évidemment. Cette étape avait été la plus longue et difficile à traverser parce que la jeune femme en voulait à ceux qui leur avaient fait subir ça, ses propres parents ainsi que ce groupe de vampires, mais aussi à tous les autres qui n’avaient rien fait. Aujourd’hui, elle était parfaitement consciente que sa colère envers tous était injustifiée. Avec le recul, elle s’en voulait surtout d’avoir éprouvé ce sentiment envers Jack. Il avait été aisé de lui reprocher de ne pas avoir sauvé son mari mais qu’elle seule à l’époque. Mais ce qui était sûre, c’est que sa vie, elle lui devait bel et bien. L’alpha était celui qui l’avait sauvé tant physiquement que psychologiquement. Revenant dans cette réalité où l’atmosphère pesante lui rappelait tant de souvenirs, la louve suivit sa chamane jusque dans sa cave où cette dernière avait installé ce qu’on pouvait dire être son atelier, son antre. Joanne était passive, elle semblait même morte à ce stade. Un android agirait probablement de la même façon qu’elle à vrai dire. Tous ses souvenirs et toutes ses pensées commençaient à se dépeindre sur le visage de la jeune femme. Elle compatissait, il n’y avait aucun doute là-dessus, mais cela n’aiderait en rien la sorcière à se sentir mieux, à avancer. La jeune fiancée en deuil tendit un sachet à Mary avec un sourire forcé alors qu’elle lui demanda si ça allait avec une pointe d’inquiétude. La louve ne put s’empêcher d’échapper un petit rictus, un petit rire faisant ressortir le comique ou plutôt le ridicule de la situation. Plantant ses prunelles vertes dans les yeux de sa chamane, elle reprit :

Ne trouves-tu pas qu’il serait mieux que toi tu répondes à cette question Joanne ? En fait non, je connais déjà la réponse. Merci pour ça en tout cas.

Attrapant le petit sachet, Mary fit demi-tour, faisant trois pas le temps de trouver ses mots. Qu’elle passe pour une intruse, une méchante ou quoi que ce soit d’autres, cela ne la dérangeait. Mais la jeune femme ressentait à nouveau cette douleur aiguë dans sa poitrine, Ce trou béant qui s’ouvrait à chaque occasion pour lui rappeler que Joachim était parti. Elle se tourna à nouveau de moitié, regardant les alentours plutôt que de fixer son regard sur la sorcière et triturant le sachet d’herbes qu’elle lui avait confectionné.

Je suppose qu’en tant que chamane il t’est facile de savoir quel loup est né, quel loup est réincarné et quel loup a été mordu. Mais comme tout le monde dans la meute, tu ne dois pas savoir ni comment je suis arrivée là ni pourquoi j’ai été mordu.

Prenant une nouvelle inspiration, les images de l’incendie et des vampires lui revenaient petit à petit en tête, comme si elle retournait à cette horrible époque où on lui avait arraché l’homme de sa vie. Mais ce souvenir cruel, elle avait appris avec le temps à le chasser de son esprit : se concentrer sur les bons souvenirs avec Joachim et après sa mort, aux côtés de Jack entre autres, et de Cassiopée également.

C’est Jack qui m’a transformé après m’avoir sauvé d’un incendie et d’une attaque de vampires. Cette nuit-là j’ai perdu tout ce que j’avais, y compris celui que j’aimais.

Mary avait fait court, le but n’était que de faire passer le message comme quoi elle comprenait, elle connaissait. Aujourd’hui c’était à Joanne de s’en sortir face à cette épreuve. Elle se tourna pour faire face à sa chamane, la regardant au plus profond de ses prunelles. Avait-elle le moindre impact sur cette coquille vide ? La louve n’en avait aucune idée. Mais elle méritait qu’on la tire vers le haut, ça elle en était bizarrement persuadée. Malgré le fait qu’elle ne la connaissait pas plus que ça, restant à l’écart de tous, Jack l’avait pris sous son aile et s’était suffisant aux yeux de la brune.

Cette souffrance Joanne, j’aimerais te dire que cela passe. Mais elle ne disparaîtra pas. Il faut que tu trouves à quoi te rattacher pour avancer et laisser le temps t’apprendre à vivre avec.

Mary guettait la moindre réaction chez la sorcière. Probablement ne s’attendait-elle pas à tant d'honnêteté de la part de la louve. Il faut dire qu’aux premiers abords, elle passait plus pour celle qui vivait dans son coin à se préoccuper uniquement de ses affaires. Mais la louve restait toujours prête à intervenir lorsqu’il y en avait besoin. Elle donnerait tout pour protéger les siens, et Joanne en faisait partie.
Revenir en haut Aller en bas
Joanne M. Moore

avatar

☽Chamane☾
Meute du Sud • Admin


https://boite-a-idees.tumblr.com/

¤ AVATAR : Kat' Graham
¤ CRÉDITS : ©Lilie
¤ MESSAGES : 2683
¤ POINTS : 103
¤ MULTIS : Charlie - Nastia - Vassily - Ashanti
¤ AGE : 29 années se sont écoulées depuis son premier cri.
¤ ZONE LIBRE : • Son Animal totem est un Hibou nommé Isha. • Son prénom indien est Ashaisha. • Elle est originaire du Canada.


Fiche - LiensSujetsChrono
¤ GROUPE : Membre du Conseil de la Communauté de Londres • Chamane de la Meute du Sud
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/10/2017


MessageSujet: Re: This suffering never disappears Ven 12 Oct - 19:12



This suffering never disappears
Joanne ft. @Mary Thellier


Joanne n’était pas connue pour être une femme faible, baissant les bras à a la première difficulté. Ceux qui avaient connu la Chamane, savaient qu’elle était une bonne vivante, une femme forte et déterminée, qui n’abandonnait pas facilement, voir pas du tout. C’était pour ça, aussi, qu’elle n’avait cessé de chercher Yuma depuis sa disparition. Pour ça qu’à une époque, elle n’avait cessé d’avertir sa meute sur les dangers qui pesaient sur eux. Mais cette fois, la Canadienne était fatiguée, lassée de se battre, de s’accrocher. Elle avait perdu tout ce qu’elle avait eu de plus cher : ses parents, sa meute, son amour. Bien évidemment, elle avait sa nouvelle meute, son nouvel Alpha et sa place au sein du Conseil des Sorcières de la ville. Mais elle se sentait seule. En réalité, elle ne s’était jamais sentie si seule durant toute sa vie. Pas même lorsqu’elle était partie en road-trip entre 2012 et 2015. La souffrance et la solitude pesaient sur ses épaules qui ne parvenaient plus à supporter ce poids, trop lourd pour elle. Joanne se sentait seule car elle n’avait personne à qui vraiment se confier. Elle n’avait pas de vrais amis, ni de meilleure amie à qui conter ses soucis, ses peines, ses doutes. Elle avait passé ces mois, à Londres, à vivre avec Yuma, à travailler, puis à chercher Yuma, encore et encore. Elle ne s’était liée qu’à très peu de personne et elle s’en rendait compte maintenant qu’elle avait inhumé son fiancé décédé. En dehors de Jack qui prenait de ses nouvelles, Joanne ne parlait qu’à peu de personnes. Quelques loups de la meute étaient venus, avaient eu besoin d’elle. Mais c’était tout. Et la belle s’était alors enfermée dans sa bulle de souffrance, ne parvenant pas à avancer dans son deuil.

Joanne, était-elle capable de mettre fin à ses jours ? Peut-être. Mais rien n’était certain. En réalité, la Chamane avait besoin de réconfort et de repos. Beaucoup de repos. Des nuits entières, sans rêves, pour apaiser son cœur, son corps, son âme. Elle avait besoin de dormir, sans cauchemars, d’oublier la souffrance, pour repartir à zéro. Joanne avait besoin d’évacuer sa peine, de tourner la page pour en écrire une nouvelle. Alors oui, la paix offerte par la mort l’attirait. Elle avait tout prévu. Mais aurait-elle le courage de franchir ce pas, d’avaler les substances qui mettraient fin à sa vie ? Rien n’était certain. Et de toute manière, Mary était arrivée, perturbant son petit programme qu’elle comptait reprendre rapidement une fois la louve partie de chez elle. Car, à aucun moment, Joanne n’aurait pensé que Mary était venue là pour elle, pour savoir comment elle allait réellement, pour lui apporter du réconfort. Les liens avec la meute étaient réels, mais Joanne n’était pas intime avec beaucoup de loups. Mary était très proche de Jack, ça Joanne le savait et le sentait. Mais les deux femmes ne s’étaient jamais laissé aller à de grandes conversations et la Chamane ne savait pas grand-chose de la louve. Mais peu importe, Joanne prenait son rôle à cœur. Si la louve avait besoin d’elle, alors elle se devait d’être là, de l’aider, de l’écouter. Elle pouvait, l’espace d’un instant, mettre sa propre souffrance de côté, pour soulager celle des autres.

Pourtant, rien ne se déroula comme Joanne l’aurait imaginé. Un rire, étrange, s’échappa des lippes de la belle brune qui planta son regard dans celui de la fille à la peau caramel. Plissant les yeux, Joanne écouta les mots qu’elle ne voulait pas accepter. Non, elle ne voulait pas se poser de questions et elle ne voulait pas qu’on lui en pose. Et alors que Mary semblait vouloir s’en aller, elle s’arrêta, observant autour d’elle avant de reprendre la parole. Joanne écouta sans rien dire, les mots de la louve mordue. Étrangement, la Chamane pu ressentir la douleur de la louve. Mary lui raconta, en partie, ce que Joanne savait déjà, ayant des liens particuliers avec les Ancêtres qui eux savaient tout. Oui, elle savait que Jack avait mordu Mary pour la sauver, mais elle ne connaissait pas grand-chose d’autre de son histoire personnelle. Joanne resta pudique, en retrait, ne voulant pas violer l’intimité des loups de la meute, ne posant que très peu de questions. La louve lui apprit donc que Jack l’avait sauvé d’un incendie, d’une attaque de Vampire. Elle apprit que Mary avait perdu l’homme qu’elle aimait. Et la douleur, vive, lui poignarda le cœur. Joanne ne voulait pas l’accepter, mais elle comprenait où Mary voulait en venir. Perdre l’homme que l’on aime. À cause de Vampire. Connaître la violence, la souffrance, liées à la perte.

La Chamane sentit les larmes pointer le bout de leur nez, humidifiant son regard fatigué. Les mots de la louve l’assommèrent, la mettant à nouveau face à cette souffrance qui la rongeait depuis la mort de Yuma. Retenant ses larmes, Joanne se mordit l’intérieur de la joue, sentant sa respiration se faire plus difficile, signe que les sanglots voulaient prendre le dessus. Haussement d’épaules lasse, Joanne se sentait perdue.

- Comment ? Comment tu as fait ? Pour surmonter ça ? demanda-t-elle d’une voix tremblante. J’ai réussi à surmonter la mort de toute ma meute… Mais je ne sais pas si … si je pourrais surmonter… sa… sa … Je n’peux pas.

Je ne peux pas accepter qu’il soit mort. Je ne peux pas le tolérer. Je ne peux plus le dire à voix haute. Je ne peux plus dire qu’il est mort. Le dire c’est l’accepter. Je ne l’accepte pas. Je ne peux pas l’accepter parce que je suis responsable. Parce que...

- C’est de ma faute... Lâcha-t-elle finalement alors que les larmes se mirent à couler le long de ses joues. Tout est de ma faute. Je n’ai pas… pas su le protéger. Mauvaise compagne. Mauvaise Chamane.

Honteuse, gênée, Joanne tourna le dos à Mary, posa ses mains sur son atelier, le corps secoué par les sanglots. Et soudain, dans un élan de colère, elle fit tout valser en hurlant. Les pots et ustensiles se mirent à voler et à se briser autour d’elles.


by Lilie




Write your own Fairy Tale my Love.
I walk alone, I'm everything. My ears can hear and my mouth can speak. My spirit talks, I know my soul believes.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: This suffering never disappears

Revenir en haut Aller en bas
This suffering never disappears
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Elena || Life is about pain and suffering
» Mad - I like suffering [Toxic]
» Why do I suffer ? I'm sick of suffering
» Comparaison de nos dégats sur les Seekers Suffering
» Kaliska ~ I did not bow down to you, I bowed down to all the suffering of humanity.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Les Habitations :: Au Sud de la Tamise :: Chez J. Moore-
Sauter vers: