RSS
RSS



AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !



Partagez|

Mauvaise proie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Andrew Williams

avatar

Unité 101
Soldat • Initié



¤ AVATAR : Dan Stevens
¤ MESSAGES : 49
¤ POINTS : 19
¤ MULTIS : Nikolaj, Gabriel
¤ AGE : 42 ans
¤ GROUPE : Initié de l'unité 101
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/09/2018


MessageSujet: Mauvaise proie Mer 26 Sep - 20:07



Mauvaise proie
Samuel & Andrew

"Les hommes en noirs", de plus en plus de monde commencent à parler d’eux sans savoir qui ils sont, mais certains semblent avoir compris leurs motivations : la déchéance des surnaturels. S’en est presque amusant de se balader sur les réseaux sociaux et y lire les longs débats qu’il peut y avoir à leur sujet, certains les appellent des héros, d’autres les traites de criminels. Finalement les deux opinions ne sont-ils pas corrects ? En devenant les criminels des surnaturels, nous devenons les héros de l’humanité. Voilà qui me convient très bien. C’est dans cette optique que nous truffons de piège un vaste périmètre de la forêt, ce soir nous passons au tour des loups, à moins que ce ne soit quelques vampires qui croisent notre chemin mais ils semblent se faire plus rares dans le Nord de Londres. Muni d’un talkie-walkie, je regarde le plan étalé sur le capot de la voiture et active la communication.

- Zone A-32 ?

- R.A.S patron, les câbles sont fonctionnels.

- Zone B-09 ?

- Un renard est tombé dans l’un des pièges, vu qu’il se vidait de son sang on l’a abattu pour ne pas que ses cris alertent la cible. D’ici quinze minutes tout devrait être remis en place.


- Vous avez dix minutes. Zone A-15 ? Pas de réponse. J’attends quelques secondes et rappuie sur le bouton du talkie-walkie. Zone A-15 au rapport.

Rien. Peut-être avons-nous enfin déniché quelque chose. Je donne l’ordre à quatre hommes qui m’accompagnent de me suivre vers la zone en question. Dix minutes plus tard nous voilà arrivé sur les lieux où des coups de feu sont tirés. Un craquement de branche dans notre dos me fait me tourner et apercevoir quelqu’un s’enfuir au loin.

- Nettoyez la zone, je m’occupe du fuyard.

Et c’est ainsi que la traque commence. Muni de mon Glock 19, je tire quelques coups de feu à des moments précis, tout comme l’est la direction. Je ne cherche pas à toucher le fuyard, pas encore en tous cas, mais en tirant de la sorte je le mène tout droit vers la zone A-32 où un piège l’attend. Un dernier coup de feu et le voilà qui tourne à nouveau. Encore quelques pas et... Piège déclenché. Un filet d’argent soulève l’homme à 10 mètres de haut et l’odeur de chair en train de brûler commence déjà à se répandre telle une douce saveur de barbecue dans l’air alors que le loup tente vainement de se protéger la peau du contact de l’argent.

- Voyons voir ce que nous avons là.

Un signe de main et le filet commence à descendre jusqu’à ma hauteur alors que je sors de ma veste une seringue contenant du poison à base d’aconit que j’enfonce dans le cou de l’homme pour lui injecter le produit. La dose ne sera pas assez forte pour le tuer, après tout nous les préférons vivant et dans nos prisons que morts, mais au moins il ne risque pas de pouvoir se transformer et nous attaquer et ne risque guère d’apprécier les prochaines heures à venir. Un nouveau signe de main et le filet s’ouvre, libérant le loup qui s’écroule à mes pieds, sentant déjà les premiers effets du poison.

- A ta place je n’essaierai pas de fuir à nouveau, il y a quatre snipers pointés sur toi, au moindre mouvement sans mon autorisation tu te feras abattre.

Et comme pour appuyer mes dires, les snipers activent leur viseur et quatre point rouge bougent sur le corps du nouveau prisonnier, trois visent son cœur alors que le dernier point quitte cette zone pour remonter jusqu’à son cerveau. A moins d’être suicidaire il ne risque pas de se rebeller après ça. Je reprends finalement en main mon talkie-walkie.

- Zone A-15 au rapport.

- On compte deux loups blessés, l’un risque de mourir s’il n’a pas de soins rapidement, les autres se sont fuis. Il y a aussi des blessés de notre côté patron, il vaudrait mieux regagner la base.

- Affirmatif messieurs.


Je remets en place mon talkie-walkie avant de m’accroupir pour être à la hauteur du fuyard. Mon regard se plonge dans le sien lorsque je viens lui poser cette question.

- Sois mignon et dis-moi combien de loups étiez-vous ce soir. Si tu es coopératif peut-être qu’on ne te tortura pas trop là-bas.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Westwood

avatar

Unité 101
Soldat • Loup-Garou



¤ AVATAR : Tom Hardy
¤ MESSAGES : 21
¤ POINTS : 5
¤ MULTIS : William Corey et Richard Young
¤ AGE : 45 ans réels, 35 ans physique
¤ ZONE LIBRE : Il est infiltré dans la Meute du Nord depuis plusieurs mois.

Il est tatoueur comme métier de couverture mais il adore ça. Il possède d'ailleurs de nombreux tatouages.

Fiche
Liens
¤ GROUPE : Meute du Nord
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/09/2018


MessageSujet: Re: Mauvaise proie Mar 2 Oct - 15:39




Mauvaise proie
Samuel & Andrew

Aller en forêt. Quoi de plus naturel pour des loups ? Même si Samuel n’était pas né lycan, il ne rejetait pas sa nouvelle nature. Il l’était désormais alors à quoi bon le renier ? Il ne pouvait revenir en arrière, c’était comme ça. Alors, quitte à être un surnaturel, autant embrasser cette nature jusqu’au bout. Sortir avec quelques membres de la meute était devenu naturel pour lui. C’était appréciable de quitter la ville et de laisser parler son instinct. Il se sentait un peu libéré de cette façon. Accompagné de cinq autres loups, ils attendaient que d’autres les rejoignent, n’ayant pas encore laissé tomber leur forme humaine. Mais ils n’eurent malheureusement pas le temps de tous se réunir. Un des loups tomba au sol suite à un coup de feu, provoquant une panique générale. Samuel écarquilla les yeux, n’ayant encore jamais été pris pour cible réellement. Pas en plein milieu de la forêt sur leur territoire en tout cas. Par réflexe, il se jeta sur l’un des hommes qui firent irruption afin d’aider l’un des loups de la meute. Tout en lui décochant une bonne droite bien sentie, il remarqua l’accoutrement de l’homme. Il l’avait déjà vu. Il savait même  très bien ce que c’était. L’unité 101, elle était là. Il se retrouvait donc pris entre deux feux. Il était de leur côté évidemment mais il ne pouvait le dire. Pas quand des membres de la meute était là. Sa couverture ne devait pas être découverte, pas si tôt. Alors, pour éviter d’avoir à s’en prendre à l’unité, il préféra la bonne vieille méthode de la fuite. D’un côté, il était censé les aider mais il ne pouvait pas agir n’importe comment, pas sans avoir été prévenu à l’avance.

« Fuyez !! Dispersez vous ! »

Leur tenir tête était du suicide, il le savait. Alors que Samuel tentait de quitter les lieux, il crut reconnaitre une silhouette. Non, il devait rêver. Sauf que cette rêverie faillit lui couter son repli. Une branche craqua, faisant repérer sa position. Sans attendre, il prit la fuite à nouveau, courant comme si sa vie en dépendait. C’était un peu le cas mais il ne pouvait pas s’arrêter comme si de rien n’était alors que des membres de la meute pouvaient le voir. Un coup de feu le fit sursauter et il changea de direction. Heureusement, les arbres couvraient plus ou moins sa fuite. En bifurquant une nouvelle fois, Samuel eut un affreux doute. Il fonçait droit vers un piège. Cette tactique, il la connaissait. Pourtant, il le réalisa trop tard. Le piège se referma sur lui et il laissa échapper un cri de surprise avant de grogner de douleur. Le filet dans lequel il se trouvait était brûlant, lui rongeant la chair. En argent pour sûr. Etre loup garou n’avait pas que des avantages. Samuel remua pour essayer de protéger sa peau un maximum mais par chance –si on veut- le filet se baissa. Il crut qu’on allait le libérer. Ce n’était pas vraiment le cas. Il fut accueilli par une piqûre dans le cou et il sentit un liquide horrible ronger ses veines. Serrant les dents, il se tortilla, son corps n’appréciant pas du tout ce qui était en train de se passer. Ca, il l’avait déjà subi. C’était de l’aconite. Pas en assez grande dose il l’espérait. La douleur était une vieille et fidèle amie mais ce n’était pas pour autant qu’il l’appréciait. Enfin, le filet le libéra et il tomba au sol, gesticulant de douleur. Entre le filet et la piqûre, il était servi.

Un homme se tenait là, le responsable de sa capture et de la piqûre. Il le menaça et lui indiqua qu’il risquait de mourir à tout moment s’il se débattait. Samuel n’était de toute façon pas assez fou pour ça. Il connaissait les méthodes, il savait qu’ils ne plaisantaient pas. Mais ils étaient du même côté non ? A cause du poison, Samuel ne répondit pas tout de suite, occupé à serrer ses dents. Cela lui laissa l’occasion d’entendre la conversation au talkie walkie. L’homme s’agenouilla ensuite en l’interrogeant, le menaçant de torture. Ah ça non, ils l’avaient déjà assez torturé comme ça par le passé. Pendant toutes ces années. Mais au moins maintenant il savait que les autres loups n’entendraient rien et ne risqueraient pas de surprendre ce qui allait suivre.

« Y EN AURAIT EU BEAUCOUP PLUS SI VOUS AVIEZ PAS ATTAQUÉ SI TOT BANDE DE CONS ! » hurla t-il à cause de la frustration et de la douleur « Je suis de votre côté putain !!! Cobaye L-2235 ! Samuel Westwood !! » cracha t-il presque, de colère certes mais aussi à cause de ce qui rongeait ses veines.

Quel auto-sabordage. Si seulement il avait été au courant de cette attaque, ils auraient pu se coordonner et il n’y aurait pas eu de blessés côté unité. Tout aurait été mieux et surtout il n’aurait pas été blessé. N’avait-il pas souffert assez jusqu’à présent ? Il était fatigué de devoir se battre encore et encore. Pourquoi l’unité n’avait-elle rien prévu pour se distinguer ? Certes les soldats avaient leurs plaques mais il ne pouvait pas se permettre de les avoir sur lui. Pas en étant en infiltration. Samuel ne bougea pas trop tant que les lasers étaient braqués sur lui. Il attendait qu’ils se renseignent et le libèrent enfin pour de bon. Cela lui laissa tout le loisir d’observer son tortionnaire. Ses yeux s’écarquillèrent. Ce visage… Il avait pris un coup de vieux mais il l’aurait reconnu entre mille.

« Andy… » souffla t-il sous le coup de la surprise « Merde Andy, c’est toi ?? » ajouta t-il en se redressant sans pour autant se lever

Jamais il n’aurait cru le revoir. Il l’avait pensé mort. Suite à leur fuite foireuse, ils avaient été séparés et jamais ils ne s’étaient revus. Il avait bien entendu imaginé le pire. Mais il était pourtant là. Vivant. Et armé, vêtu de la tenue de l’unité. Pas comme un simple cobaye donc. Mais à ça, Samuel ne prêta pas attention, trop heureux de retrouver son frère de galère. Il eut un mouvement pour se lever et le prendre dans ses bras mais se stoppa. Il ne voulait pas se faire tuer parce qu’ils penseraient à une tentative d’agression. Il resta donc figé, les bras tendus vers lui.

« Andy, c’est moi ! Sam !! »

Peut-être ne l’avait-il pas reconnu sur le coup. Il avait vieilli, était barbu. Mais rien ne pouvait lui faire oublier leur lien. Non ?

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Williams

avatar

Unité 101
Soldat • Initié



¤ AVATAR : Dan Stevens
¤ MESSAGES : 49
¤ POINTS : 19
¤ MULTIS : Nikolaj, Gabriel
¤ AGE : 42 ans
¤ GROUPE : Initié de l'unité 101
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/09/2018


MessageSujet: Re: Mauvaise proie Mer 3 Oct - 17:55



Mauvaise proie
Samuel & Andrew

La traque suit son cours, déjà des loups sont tombés dans le piège et même si certains réussissent à en échapper, l’important est d’en ramener au moins quelques-uns à l’unité. De toute façon ils finiront tous par y passer et ceux qui ne deviennent pas prisonniers finiront avec une balle entre les deux yeux. Il semblerait que le fuyard ne va pas trouver la mort aujourd'hui, mais est-ce mieux ou pire pour lui ? Allez savoir... Ce qui est étonnant là-dedans, c’est sa manière de provoquer alors que clairement, il n’est pas en position de force. Je sais que les loups sont têtus mais de là à traiter de cons ceux qui ont la main mise sur eux ? Je m’apprête à lui flanquer un coup de genou dans le thorax pour lui apprendre les bonnes manières lorsqu’il poursuit et annonce son code. Je ne bouge pas et attends, mes hommes entendent la conversation, l’un d’entre eux doit déjà être en train de vérifier ses dires. Puis une voix se fait entendre depuis mon talkie-walkie activé.

- Code vérifié et correct.

Je sers ma main sur mon talkie-walkie, dévoré par l’envie de balancer le gadget pour l’exploser contre un arbre, ou contre le crâne de ce loup. Pourquoi l’unité ne m’a-t-elle pas fourni cette liste ? Un signe de main et les snipers cessent de viser le loup en face de moi. De toute façon s’il décidait de m’attaquer quand même je saurais parfaitement me défendre et vu le poison qui continue de circuler dans ses veines il ne fera pas long feu dans un duel.

- On remballe.

L’information circule auprès de toutes les unités postées et chacun s’active à obéir à l’ordre. J’aurais bien passé plus de temps à la chasse mais j’ai visiblement un rendez-vous à prendre avec l’unité pour leur rappeler que lorsqu’on libère un cobaye, il est préférable d’en informer les soldats. Quels crétins... Par moment je me demande s’ils ne font pas exprès, ou peut-être qu’ils se disent juste que ce n’est pas bien grave si on élimine un cobaye dans le feu de l’action, qu’il y en aura toujours d’autres pour les remplacer et ils ont d’ailleurs raison. Malgré tout, comme le loup l’affirme, on aurait pu avoir encore plus de proies si nous avions progressé ensemble dans cette traque. Je lâche un soupire un peu las de tout ça et arque un sourcil lorsque le loup prononce un tel surnom. Visiblement c’est bien à moi qu’il s’adresse. Andy... Personne ne m’appelle jamais comme ça et pourtant cette appellation résonne étrangement dans ma tête, presque... tendrement. Un soldat s’approche de nous pour récupérer Samuel et je l’arrête avant qu’il ne lui mette la main dessus.

- Je m’occupe du cobaye.

Le soldat acquiesce et retourne s’occuper d’autres affaires alors que je tire le loup par le bras pour le forcer à se relever, puis je commence à l’entraîner un peu plus loin... Et une fois suffisamment éloigné des oreilles indiscrètes, c’est mon arme que je sors et braque devant le front du loup qui m’est inconnu.

- Qui es-tu vraiment et que me veux-tu ?

J’ai cette étrange impression d’être... manipulé sans savoir encore par quoi ni pourquoi. Est-ce que l’unité l’aurait volontairement envoyé vers moi pour me tester ? On dirait qu’après toutes ces années de service ils ont encore besoin de preuves de ma fidélité, ce qui est assez contradictoire avec le fait de me laisser gérer plusieurs équipes de soldats. Non, il y a décidément quelque chose qui ne va, une information qui n’est pas à la bonne place, une information manquante.

- Tu ferais mieux d’être concis, si dans une minute je n’ai pas les réponses que je demande cette balle ira se loger entre tes deux yeux. Cobaye ou pas vous êtes tous remplaçable.

‘On’ est tous remplaçable, moi y compris mais ça il y a longtemps que je l’ai déjà saisi. Certains ne se font pas à l’idée que la vie puisse être éphémère, ce n’est pas mon cas. Tôt ou tard je finirai par mourir, probablement dans cette lutte contre les surnaturels mais au moins j’aurais la conscience tranquille après avoir éliminé tant de ces créatures du monde des humains. Ils ne sont pas à leur place ici, ne l’ont jamais été. Moi non plus, en tant qu’initié je ne suis pas à ma place, mais contrairement à eux j’en ai pris conscience.

- Tu as déjà perdu dix secondes.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Westwood

avatar

Unité 101
Soldat • Loup-Garou



¤ AVATAR : Tom Hardy
¤ MESSAGES : 21
¤ POINTS : 5
¤ MULTIS : William Corey et Richard Young
¤ AGE : 45 ans réels, 35 ans physique
¤ ZONE LIBRE : Il est infiltré dans la Meute du Nord depuis plusieurs mois.

Il est tatoueur comme métier de couverture mais il adore ça. Il possède d'ailleurs de nombreux tatouages.

Fiche
Liens
¤ GROUPE : Meute du Nord
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/09/2018


MessageSujet: Re: Mauvaise proie Mer 17 Oct - 13:27





Mauvaise proie
Samuel & Andrew

Oscillant entre colère profonde et interrogation, Samuel avait envie de comprendre ce qu’il se passait. Comment en étaient-ils arrivés là ? Comment avaient-ils pu se planter au point de manquer de tuer un de leurs agents ? Les techniques de l’Unité étaient encore à revoir visiblement. A quoi servait la puce qu’on lui avait collé de force sous la peau s’ils n’utilisaient pas le GPS associé pour savoir où se  trouvaient les agents infiltrés ? La douleur n’aidait pas Samuel à faire passer sa colère. Mais au moins, on le laissa en vie pour le moment. Tuer par ceux qui l’avaient formé aurait été plus que paradoxal. Une belle perte de temps, un vrai gâchis. Libéré des points rouges des snipers, Samuel se mit à bouger un peu plus naturellement, agité par la douleur de son corps. Il se redressa en soupirant, ayant envie de frapper quelqu’un pour se venger de cet affront. Oui il était un cobaye mais n’avait-il pas déjà assez souffert ?

Mais ces douleurs s’envolèrent lorsqu’il reconnut l’homme qui lui faisait face. C’était Andrew, pas d’erreur possible. Mais ce dernier n’eut aucune réaction. C’était comme s’il ne le reconnaissait pas. L’avait-il oublié ? Impossible. Il y avait forcément autre chose. Quelque chose de pas vraiment naturel qui angoissait Samuel. Il voulut en dire plus mais un soldat fit irruption, heureusement arrêté par Andrew. Peut-être se souvenait-il et faisait semblant de rien pour ne pas paraitre suspect ? Avait-il une autre idée derrière la tête ? Samuel joua le jeu et ne moufta pas, restant sagement sans trop bouger, suivant juste le soldat des yeux le temps qu’il s’éloigne. Andrew l’entraina à l’écart et Samuel était à peu près sûr d’avoir raison : il faisait semblant. Mais il changea rapidement d’avis lorsqu’il loucha sur l’arme pointé à à peine quelques centimètres de son front. Les mots d’Andrew résonnèrent comme une agression, comme des coups de poignards. Il ne savait plus qui il était.

Un sentiment d’abandon envahit soudainement le lycan. Ils lui avaient même pris ça aussi ? Son ami qu’il pensait mort ? Il était pourtant bien vivant. Mais au fond, c’était comme s’il était mort. Il n’était plus la même personne. Qu’avaient-ils bien pu lui faire subir ? Lui avaient-ils effacer la mémoire ? Ils avaient ce pouvoir là ? Cela ne l’étonnait même pas. Le visage de Samuel se mua en une expression de profonde tristesse. Il était triste pour lui. Quel était le pire ? Etre conscient de tout ce qu’on lui avait fait ou oublier jusqu’à son propre être ? Il était triste pour leur amitié oubliée. Pouvait-on seulement lui faire se rappeler qui il était ? Mais Andrew le menaçait de mort et cela remuait Samuel qui avait envie de le frapper pour ça. Cela l’agaçait de se sentir ainsi impuissant.

« Je… »

Sur le coup, il ne savait même plus quoi dire, quoi faire, comment agir. Il n’allait certainement pas le croire puisqu’il ne se souvenait de rien. Cela enrageait Samuel qui maudissait une fois encore cette organisation. Jusqu’où iraient-ils pour ruiner leurs vies ? Mais Andrew s’impatientait et commença à le menacer de le tuer. Le tuer ne lui ferait ni chaud ni froid. Le pire était que l’organisation semblait ne pas se soucier de perdre des cobayes qu’elle avait mis tant de temps à mettre au point. La tristesse fit place à la colère une nouvelle fois. Samuel serra les dents, se mordant l’intérieur de la joue pour ne pas lui sauter à la gorge et lui balancer son poing dans la figure. Peut-être que cela lui remettrait les idées en place. Au lieu de ça, il s’avança juste assez pour que le canon de l’arme touche son front.

« Et toi, t’as perdu combien d’années de vie au final ?  T’es plus à une minute près… Ce serait super malin de tuer un cobaye qu’ils ont mis des dizaines d’années à produire, à conditionner. Vraiment. Si vous étiez organisés, on en serait pas là. » Il soupira, essayant de garder son calme même si ses poings le démangeaient. Finalement, il s’apaisa. « Je te l’ai dit. Je suis Samuel Westwood. Ton ami, ton frère… On était enfermés ensemble… On était proches, Andrew. Et un jour, on s’est enfuis. Toi, moi et d’autres. On a perdu. Ils nous ont fait regretter notre tentative. On a été séparés et je t’ai plus jamais revu. J’ai cru qu’ils t’avaient tué… » Son regard était empli de peine mais il finit par sourire « Je suis heureux de voir que c’est pas l’cas… même si t’as perdu la boule. Qu’est-ce qu’ils t’ont fait… Tu te souviens vraiment pas de moi ? »

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Williams

avatar

Unité 101
Soldat • Initié



¤ AVATAR : Dan Stevens
¤ MESSAGES : 49
¤ POINTS : 19
¤ MULTIS : Nikolaj, Gabriel
¤ AGE : 42 ans
¤ GROUPE : Initié de l'unité 101
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/09/2018


MessageSujet: Re: Mauvaise proie Jeu 18 Oct - 22:45



Mauvaise proie
Samuel & Andrew

Je n’aime pas lorsque quelque chose m’échappe et clairement il y a une donnée que je n’ai pas dans cette histoire. Le loup ne peut pas avoir visé juste en me donnant un surnom qui colle parfaitement bien avec mon prénom qu’il n’est pas censé connaître. J’ai besoin de comprendre, c’est pourquoi je ne laisse pas ce soldat le récupérer, ni lui ni aucun autre. Etrangement cela semble rassurer le loup que j’entraîne avec moi, pourtant il ne devrait pas car la suite des choses ne joueront pas en sa faveur, et il le remarque bien vite lorsque mon arme vient se braquer devant son front et que je le menace de lui tirer une balle en pleine tête s’il ne me répond pas. La déception est parfaitement lisible dans son regard mais ses émotions ne m’intéressent guère. Encore une fois la seule chose que je réclame ce sont des maudites réponses, alors donne-les moi avant que je ne perde patience.

« Je... »

Les mots ne semblent pas parvenir à quitter les lèvres du loup, ce qui risque d’être problématique étant donné que je suis parfaitement sérieux dans ma menace. Espion ou pas je me moque bien d’assassiner un pion de l’unité, c’est de toute façon ce qui aurait pu se passer ce soir étant donné qu’ils ne m’ont pas encore fournis la liste de tous les cobayes du coin et trafiquer un rapport est largement faisable. L’unité serait alors responsable de sa propre perte. Les traits du loup changent, laissant place à la colère et à l’assurance alors qu’il vient coller son front au canon de mon Glock, visiblement toute source de peur l’ayant quitté. Je reste impassible à ses mots, même si je me demande ce qu’il peut bien vouloir dire avec sa première question. J’attends tout de même la suite, retenant une envie de lui dire d’abréger lorsqu’il me donne son jugement sur les actions de l’unité.

Puis vient la partie qui m’intéresse, celle qui nous concerne. Ami ? Frère ? Proche ? Je ne trouve aucun sens à ces mots qu’il semble pourtant penser sincèrement, à moins qu’il soit bon manipulateur. Pourtant il prononce mon prénom et je ne cesse de me demander où est-ce qu’il a pu le connaître s’il ne dit pas la vérité.  Il me parle d’une fuite dont je n’ai pas le moindre souvenir, du fait que nous ayons perdu et été séparé. Et je reste là à le regarder, mon arme toujours braquée vers lui, aucune expression visible sur mon visage. Je pense à ces mots, essaie de m’imaginer comment tout cela aurait pu se produire. L’aurais-je oublié comme j’ai oublié Aliana ? Toute cette histoire me paraît bien étrange. Mon corps réagit alors malgré moi, un faible tremblement à la main qui tient mon arme que le loup semble remarquer, et je lui tirerai bien une balle pour avoir été témoin d’un... quoi ? Moment de faiblesse ? Ce serait idiot de le tuer pour une raison qui m’échappe, alors je finis par remettre le cran de sûreté à moins arme avant de la glisser dans mon holster.

- J’ignore où tu es allé chercher une histoire pareille, mais je crois que si nous avions vécu tant de choses ensemble je m’en serais souvenu.

Pourtant... Pourtant je ne suis moi-même convaincu des mots que je prononce et cela se ressent. Je soupire et glisse ma main derrière ma nuque, frottant ma peau à l’endroit où se trouve ma puce, comme si ce geste allait me permettre de chasser le trouble qui m’envahit.

- Puisque tu appartiens à l’unité tu es libre de repartir... J’hésite un peu avant de reprendre la parole pour formuler cette demande. Mais si tu n’es pas pressé on pourrait aller boire un verre et tu m’expliquerais... qui est cet Andrew que tu sembles confondre avec moi.

Une manière de lui dire que je suis prêt à en entendre plus sans pourtant le croire sur parole. En même temps je ne serais pas un bon soldat si je croyais sur parole tout ce qu’une proie me dit, mais je n’en serais non plus un si je fermais volontairement les yeux sur des indices flagrants. J’ai besoin d’en savoir plus sur cette histoire et ça commence par mener mon enquête auprès de ce Samuel avant de la mener auprès de l’unité.

- Combien de temps est-ce que toi et... Andrew avez été enfermé ensemble ?

Je me demande si ce n’est pas stupide de lui poser ces questions, peut-être suis-je en train d’entrer dans son jeu auquel cas je le lui ferais amèrement regretter le moment venu. Ou peut-être... dit-il la vérité et dans ce cas je me dois de la connaître.

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Westwood

avatar

Unité 101
Soldat • Loup-Garou



¤ AVATAR : Tom Hardy
¤ MESSAGES : 21
¤ POINTS : 5
¤ MULTIS : William Corey et Richard Young
¤ AGE : 45 ans réels, 35 ans physique
¤ ZONE LIBRE : Il est infiltré dans la Meute du Nord depuis plusieurs mois.

Il est tatoueur comme métier de couverture mais il adore ça. Il possède d'ailleurs de nombreux tatouages.

Fiche
Liens
¤ GROUPE : Meute du Nord
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/09/2018


MessageSujet: Re: Mauvaise proie Mar 6 Nov - 15:43






Mauvaise proie
Samuel & Andrew

Depuis toujours, Samuel détestait être mis sous pression. Certains le géraient plutôt bien mais pas lui. Du genre impulsif, il avait tendance à sauter dans le tas et à dire ce qu’il pensait au lieu de tourner sa langue sept fois dans sa bouche. Et par le passé, cela lui avait attiré tout un lot d’ennui. Mais qui se préoccupait d’un orphelin après tout ? Et même lorsqu’il était enfermé au sein de l’Unité 101 en tant que cobaye, il n’avait jamais supporté et accepté ce qu’ils lui avaient fait. Seule la femme qu’il avait aimée avait réussi à l’aider à surmonter tout ça. Mais elle n’était plus là. Alors, face à cet ami, ce frère, qui n’était plus lui-même, Samuel avait juste envie de le frapper pour lui remettre les idées en place. Il avait envie de frapper contre toute cette injustice. Mais Andrew n’était pas le fautif dans l’histoire. Il n’était qu’une victime de plus. Tous deux avaient été puni différemment mais personne n’avait été épargné.

Samuel fit de son mieux pour faire la part des choses et ne pas se laisser submerger par des émotions contraires. La colère, la joie, la tristesse, tout cela se mélangeait et il ne voulait pas perdre son unique chance de parvenir à convaincre Andrew de sa bonne foi. Il se doutait bien que ce dernier n’allait pas retrouver la mémoire en un claquement de doigts mais il voulait au moins l’amener à se poser des questions. Les bonnes questions. S’il ne l’avait pas encore tué et lui avait donné une chance, c’était bien parce qu’il avait réussi à faire mouche un minimum. Tout cela l’avait au moins interpelé et il ne fallait pas perdre cette opportunité. Malgré tout, le discours du lycan ne sembla pas toucher Andrew. Il conserva son visage impassible comme s’il n’avait rien entendu du tout. Samuel ne savait pas vraiment à quoi s’en tenir. Cet homme ne ressemblait plus au Andrew qu’il avait connu. Pourtant, il désirait ardemment le faire revenir. Il ne cilla pas, le fixant avec détermination pour lui prouver qu’il ne disait que la vérité. Andrew dut se poser des questions car il n’appuya pas sur la détente. Mieux encore : Il eut un léger tremblement de la main. L’impassibilité n’était pas totale. Samuel se retint toutefois de sourire ou de faire une remarque. Tout était encore trop fragile et il savait que la moindre petite chose pourrait tout foutre en l’air. Ainsi, lorsqu’Andrew remit le cran de sûreté avant de retirer l’arme du front du lycan pour la ranger, Samuel laissa à peine échapper un petit soupir de soulagement. Trop réagir risquerait aussi de braquer son ami. Mais au moins ce dernier réagissait. Légèrement mais c’était mieux que rien. Il ne semblait cependant pas le croire mais si tel était réellement le cas, pourquoi n’aurait-il pas tiré.

« Je sais pas ce qu’ils t’ont fait… Mais clairement, ils t’ont effacé tous tes souvenirs. Peut-être même qu’ils les ont remplacés. Tu n’as pas de période de « trous » ? De moments dont tu ne te souviens pas ? »

Il ne pouvait faire que des suppositions mais il était en tout cas certain qu’il avait perdu la mémoire d’une façon ou d’une autre. Et il était à peu près certain que l’Unité n’y était pas étrangère. Samuel l’observa. Il semblait moins à l’aise que précédemment mais au moins il ne constituait plus une menace apparemment. Il lui indiqua même qu’il était libre de partir. Mais Samuel ne voulait pas partir. Pas comme ça. Pas après avoir retrouvé cet ami. Samuel n’eut pas le temps de répondre qu’Andrew fit un ajout qui le surprit au plus haut point. Il en haussa les sourcils avant de sourire, lui donnant une tape amicale dans le dos avec un grand sourire.

« Là tu m’fais plaisir ! J’en oublierais presque que je souffre le martyr avec tes conneries ! » fit-il en riant légèrement malgré la douleur qui agitait son corps. Après tout, la douleur était une vieille amie qui ne l’avait jamais vraiment quitté. « Je suis partant pour le verre ! Après toutes ces années sans te voir, je compte pas te laisser filer si facilement hein ! »

Il sentait bien qu’Andrew n’était pas non plus totalement prêt à le croire sur parole mais c’était un début. Peut-être qu’Andrew voulait juste être certain de la viabilité du cobaye qu’il avait en face de lui. Peut-être qu’il finirait par le tuer en voyant en lui un traitre à l’organisation. Mais c’était un risque qu’il était prêt à courir. Il ne pouvait pas le laisser ainsi, privé de sa personnalité et de son passé.

« Je sais pas trop. Longtemps… Environ dix ans j’dirais. Difficile d’avoir la notion du temps quand on est enfermés constamment. J’avais… dix neuf ans ou quelque chose comme ça quand on s’est connus. T’étais plus jeune mais pas beaucoup plus. Et on a voulu se tirer quelques années plus tard. On a été séparés après mais… des années en tant que voisins de cellule, ça renforce les liens ! Heureusement que t’étais là d’ailleurs… »

Samuel fit craquer sa nuque et marcha un peu, pas très vite, encore engourdi par la douleur et l’aconite qui parcourait ses veines. Il prit le chemin de la sortie sans une pensée pour ses supposés frères d’arme qui étaient morts ou capturés. Il n’était pas là pour faire de sentiments. Il voulait juste survivre, sauver sa fille… et Andrew si possible.

« Va au moins m’falloir une grosse pinte pour me remettre du machin que  tu m’as injecté là. J’ai la gueule grillée ? Avec ton filet c’est violent. Bon j’ai pas une tronche de beau gosse à la base mais là t’as pas dû m’arranger ! »

Il disait cela d’un ton léger, sans aucune nuance de remontrance dans ses propos.


Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Williams

avatar

Unité 101
Soldat • Initié



¤ AVATAR : Dan Stevens
¤ MESSAGES : 49
¤ POINTS : 19
¤ MULTIS : Nikolaj, Gabriel
¤ AGE : 42 ans
¤ GROUPE : Initié de l'unité 101
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 21/09/2018


MessageSujet: Re: Mauvaise proie Mer 7 Nov - 20:56



Mauvaise proie
Samuel & Andrew

Toute cette situation est très… étrange. Bien plus que ma rencontre avec Aliana, après tout nous étions bien trop occupé à nous entretuer plutôt qu’à évoquer le passé. J’aurais pu me contenter de le tuer lui aussi, une balle dans la tête et on en parle plus, je me serais débrouillé avec l’unité et je n’aurais pas tous ces doutes. Les doutes peuvent ravager un homme et j’en ai de plus en plus depuis mon retour à Londres. Samuel n’aide pas vraiment à arranger les choses, même s’il croit sans doute bien faire. Je range mon arme et il a l’air au moins soulagé, même s’il reste calme. Je le regarde, l’analyse et reste attentif à chacun de ses mots. Il me parle de souvenirs effacés ou remplacés, de choses qu’"ils" auraient pu me faire. Qui ça : ils ? Pas besoin de tergiverser longtemps, il parle forcément de l’unité. Est-ce son but ? Profiter de mes doutes pour me manipuler et me retourner contre eux ? C’est un cobaye après tout, il aurait tout à y gagner d’avoir un soldat dans son camp. Tellement de questions et de pièges possibles...

- Personne ne se rappelle vraiment de son enfance, de vagues souvenirs sans importance. J’ai passé le bac et me suis inscrit à l’armée après ça, je me cherchais encore. Visiblement j’y ai trouvé ma place.

Mais ces mots sonnent étrangement faux lorsque je les prononce, comme s’ils étaient mécaniques, comme s’ils ne venaient pas réellement de moi. J’entends presque la voix d’une femme me répéter ces mots avant que ce ne soit moi qui les prononce ensuite... Etrange. Et faux car je n’ai jamais eu le temps de passer le bac, pas même le brevet d’ailleurs, kidnappé à l’âge de quatorze ans durant un voyage scolaire, quelques mois avant les examens. J’étais jeune et je savais que plus tard je voudrais travailler dans la médecine, chirurgien ou quelque chose comme ça, je voulais sauver des vies, je voulais qu’aucune vie ne soit délaissée, pas même ceux qui n’ont pas les moyens de financer leur opération. Jamais je n’aurais été à l’armée, jamais je n’aurais tué. Mais ça c’était l’ancien Andrew, celui qui avait un libre-arbitre et une conscience.

Et Samuel, qui était-il dans mon ancienne vie ? Quelle place avait-il pris ? A quel point va-t-il me manipuler ? A quel point ai-je oublié ? Je fronce un peu les sourcils face à... cette tape dans le dos, comme si nous étions redevenus les meilleurs amis qui soient. Je me contente de rester silencieux, satisfait qu’il accepte ma proposition, un peu étonné de ses mots également. Il ne compte pas me laisser filer si facilement... comme s’il... tenait à moi, ou quelque chose comme ça. Je n’ai jamais été proche de qui que ce soit d’aussi loin que je me souvienne alors oui, c’est assez anodin pour moi. On avance dans la forêt et Samuel m’annonce qu’on a été voisin de cellule quelque chose comme dix ans. Dix ans... C’est toujours assez difficile de savoir s’il se moque de moi ou est sérieux. Dix ans c’est assez énorme comme chiffre, pourtant il a l’air sincère. Dix années oubliées et peut-être même plus. Qu’est-ce qui est vrai et qu’est-ce qui est faux ? Non, je ne peux pas laisser un inconnu semer autant le doute dans mon esprit, mais je peux en revanche prendre en considération ses propos et les vérifier.

J’essaie de m’imaginer ce que peuvent représenter ces dix années lorsque Samuel me rappelle le poison qui circule dans ses veines. Ses paroles m’arrachent même un premier sourire. Sa manière de parler, si décontracté, c’est amusant, simple, ça a un côté presque rassurant. Je sors une fiole de ma veste et la lance en direction du loup qui la rattrape au vol.

- Un antidote, l’effet n’est pas immédiat mais ça t’aidera à évacuer le poison plus vite. L’unité a encore quelques progrès à faire en matière d’antidotes, mais il paraît que les scientifiques se débrouillent de mieux en mieux... Il y a sûrement eu de nombreuses expériences pour en arriver là. Malheureusement ça n'aidera pas à guérir ta sale tronche. Je prononce ces mots d’un ton taquin, amusé, me surprenant moi-même d’être aussi léger et moqueur, comme autrefois.

Je me racle la gorge et reprends mon sérieux alors que nous quittons la forêt pour rejoindre la ville. Il y a tellement de questions que j’aimerais lui poser et l’impression que plus il va me répondre, plus je serais troublé. N’est-ce pas une terrible idée de discuter avec ce loup ? Probablement la pire que j’ai jamais eu, mais maintenant qu’on y est, autant ne pas faire machine arrière.

- J’ai une autre question à te poser. Rien qu’une ? Non, des tas en fait, mais celle-là est assez importante et urgente. Est-ce que je t’ai déjà parlé d’Aliana ? Ma sœur, mais je ne lui révèle pas cette information, s’il me connaît aussi bien qu’il le prétend il saura qu’Aliana n’est pas ma petite-amie ou quoi que ce soit d'autre qu'un membre de ma famille, enfin presque, nous n’avons pas les liens du sang mais nous avons grandi ensemble. Est-ce que... j’étais protecteur envers elle ?

Je sais, un bon soldat ne doit pas chercher à comprendre, un bon soldat doit se contenter d’obéir aux ordres, quels qu’ils soient. Mais lorsqu’on vous donne pour mission de tuer un membre de votre famille, n’avez-vous pas le droit de chercher des réponses ? Aliana m’était inconnue, alors même si je savais qu’elle est de ma famille j’ai foncé sans chercher à comprendre. Elle n'était qu'un nom de plus sur une liste, on m’a ordonné de la tuer et c’est ce que j’allais faire. Pourtant l’avoir revu m’a troublé sans que je ne sache réellement pourquoi, j’étais fier qu’elle échappe à la mort que je lui avais préparé, ravi d’avoir le droit à une seconde rencontre. Tout ça n’a aucun sens.

- Est-ce que je devrais réfléchir à ne pas la tuer ?

Code by Kah!an
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Mauvaise proie

Revenir en haut Aller en bas
Mauvaise proie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Sidney est une mauvaise fréquentation.
» Le chasseur est la proie du prédateur | Nuit d'Orage|
» Mauvaise journée... [PV Dorian!]
» Ma proie ne m'échappera pas. [PV Coeur Sauvage]
» Lorsque le piège se referme sur la proie idéale ... (PV Evy & Gabie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Nord de la Tamise :: Le Nord-
Sauter vers: