RSS
RSS



AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !



Partagez|

Le passé est toujours présent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Jodie Rowley

avatar

Humaine
Admin



¤ AVATAR : Candice Accola
¤ MESSAGES : 489
¤ POINTS : 223
¤ MULTIS : Aaron Davis - Hannah Johnson - Alex Blackwood
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE :

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 11/01/2018


MessageSujet: Le passé est toujours présent Lun 17 Sep - 20:02






Le passé est toujours présent


Seth & Jodie


Le jour est toujours le moment le plus calme dans son travail. Les vampires n'étant pas de sortie, il y a bien moins d'altercations qui pourraient lui emmener des clients. Jodie pourrait bien se passer de venir sur son lieu de travail dans ces moments-là, en laissant la surveillance à un employé qui n'aurait qu'à l'appeler en cas d'urgences. Mais c'est sans compter la paperasse et les commandes à faire pour le matériel qu'il faut renouveler. Franchement, ce n'est pas la partie de son métier qu'elle préfère. Pourtant, aujourd'hui, ça ne la dérange pas. En tailleur, au centre d'une petite remise, Jodie fait l'inventaire des stocks qu'il lui reste. Tout est retranscrit sur une feuille posée sur son genou. Elle compte. Elle compte et compte encore. Et c'est con mais, le fait de se concentrer sur quelque chose lui évite de réfléchir à la situation actuelle. Là, isolée dans du matériel médical, Jodie n'a pas à penser à l'arrivée de Seth en ville. Pas plus que les complications que cela apporte quand elle a apprit qu'il était le cousin de Nikolaj. Drôle d'ironie, hein ?

Quinze, Seize, Dix-sept... Non mais c'est vrai aussi : pourquoi Seth avait menti sur son nom ? Cela aurait évité bien des complications. Bien que, dans le fond, c'est peut-être une bonne-chose. Jamais de la vie, Jodie aurait envisagé de commencer une histoire avec un membre de la famille d'un de ses ex. Surtout de cet ex, en particulier. Si la petite blonde avait eu une sale tendance à se croire amoureuse à tous les coins de rue et, de ce fait, avoir des histoires aussi éphémères que ce sentiment faussé, Seth avait été bien différent. Les sentiments qu'elle éprouvait à son égard n'avaient pas été limités et éphémères. Ils avaient été sincères et fort. Il avait été le premier à compter. Vraiment. Jodie avait fini par se faire une raison et se dire qu'il ne reviendrait plus. Alors, elle n'a jamais pris le temps de se demander comment elle réagirait s'il revenait... Elle aurait pourtant dû parce que, là, elle n'en sait rien. Il a suffit qu'il débarque chez Nikolaj pour qu'un tas de souvenirs remontent sans qu'elle ne sache comment gérer tout ça. Est-ce qu'elle a vraiment fait le deuil de cette relation passée ? Honnêtement... Merde... Dix-neuf ? Vingt ? Elle en était où déjà ?

Elle soupire et s'apprête à reprendre ses comptes quand la sonnerie indique que quelqu'un vient d'entrée dans le hall qui sert d'accueil. Bien. Au moins, elle n'aura pas le choix de penser à autre chose. Laissant la feuille dans la pièce, le stylo sert à s'attacher les cheveux de manière rapide avant de sortir pour aller à l'entrée. Avenante, elle a un sourire collé au visage, bien qu'intriguée par une venue en journée. Elle pousse une porte battante pour entrée dans l’accueil.

« Bonj... » Elle se fige, le sourire s'efface. « Oh... » Ok, de toutes les personnes qui auraient pu passer cette porte, il fallait que ce soit Seth. Il y a quelqu'un qui doit vraiment lui en vouloir pour créer de telles circonstances. « Salut. »

L'inspiration qu'elle prend se veut discrète. Et elle l'aurait sûrement été si elle avait été face à un humain. Pour le coup, Jodie regrette l'absence d'un comptoir qui aurait été une barrière parfaite entre lui et elle. Mais la surprise de cette venue laisse bien vite place à une inquiétude. D'un regard elle l'examine rapidement pour s'assurer qu'il va bien, après tout, il aurait pu venir sans savoir qu'elle travaillait ici. Juste un hasard ironique. Sauf que non, il n'a pas l'air blessé. En tout cas, pas physiquement.

« A priori tu n'as pas besoin de soins alors... Si tu cherches Nik, il n'est pas là. »

Parce qu'elle est un peu naïve de croire qu'il est venu pour l'alpha. Ce ne serait pas la première fois que quelqu'un vient dans ce cabinet en cherchant Nikolaj, pourquoi ça serait différent cette fois-ci ? A aucun moment elle ne se dit qu'il est là pour là, évitant soigneusement le manoir pour, justement, ne pas tomber sur Nik. Comment aurait-elle pu envisager cette option ? Les retrouvailles au manoir avaient été brèves et pas vraiment des meilleures. Moins de deux minutes pour apprendre qu'il était un loup et qu'il s’appelait Keegan. Ça faisait bien assez de mensonges révélés en très peu de temps. Et on ne parle même pas de Tabatha. Adorable petite fille qui était la sienne... A lui et à une autre. Non vraiment, il n'y a aucune raison qu'il soit venue pour elle. Quand on se barre en apprenant qu'une personne est enceinte pour, en fait, aller faire un môme ailleurs : c'est qu'on s'en fiche de cette première personne.

« Mais, euh, si j'ai de ses nouvelles, je pourrais lui dire que tu le cherches. »

Elle lui en veut, sans être certaine de le détester. Un mélange assez complexe d'émotions et de sentiments qui se mélangent dans son cerveau. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle ne s'est pas avancée et que le regard ne le fixe jamais bien longtemps, se faisant plutôt fuyant.



par humdrum sur ninetofive


Revenir en haut Aller en bas
Seth Keegan

avatar

☽Loup-Garou☾
Meute du Nord



¤ AVATAR : Alexandre Ludwig
¤ CRÉDITS : Divers
¤ MESSAGES : 144
¤ POINTS : 23
¤ AGE : 53 ans réellement, 26 ans physiquement
¤ ZONE LIBRE : PDG de la Keegan Entertainments. ❦ Possède un club de combats clandestins nommé Au Zénith ❦ Véritable roi du nord ❦ Père célibataire, divorcé ❦ A vécu 10 ans à la Nouvelle-Orléans. ❦ Affilié à la meute du Bayou par mariage arrangé. ❦ Conduit une Bentley Continental GT

FicheLiensSujets
¤ GROUPE : Meute du Nord
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/08/2018


MessageSujet: Re: Le passé est toujours présent Lun 17 Sep - 22:44


( Le passé est toujours présent )
Sans trop comprendre pourquoi ni comment, je me retrouve devant le ‘cabinet’ médical pour surnaturel. Garé devant, je reste assis derrière mon volant, pesant le pour et le contre de cette idée saugrenue. Pourquoi Ô grand pourquoi suis-je venu jusqu’ici ?! Sans jouer les ex hyper jaloux et possessif, j’avoue ne pas avoir craché sur l’information quand un ami m’a parlé du centre de soin ‘clandestin’ pour lequel travailler Jodie. Et deux heures plus tard, me voilà devant la devanture, à m’interroger sur ce départ impulsif. Etait-ce une bonne idée ? Surement que non, mais qui s’en soucie ? Bon peut-être que je m’en préoccupe un peu plus que je le voudrais. Huit longues années sont passées depuis notre dernière rencontre. Une rencontre houleuse et douloureuse, pour l’un comme pour l’autre …. L’annonce d’un enfant à naitre et celle d’un départ sans possible retour … Finalement, je suis parti pour la Nouvelle Orléans ou je me suis marié. J’ai eu une magnifique petite fille et Jodie … He bien, elle a abandonné notre enfant à naitre et à refait sa vie dans les bras de mon odieux cousin. Quel ironie du sort … Jodie, pourquoi ne m’as-tu pas suivi lors de mon départ ? Qu’y avait-il de si important ici pour que tu m’abandonnes ? Qu’est ce qui était plus grand que nous et notre enfant pour que tu refuses de m’accompagner … Incertain, même nerveux, je tapote mon volant du bout des doigts, j’hésite. Et c’est bien la première fois de ma vie que je me sens si indécis. Entrer ? Partir ? Tiens j’aurais bien besoin d’un verre ! L’inaction titille mes nerfs et je me mets en branle.

Retirant ma ceinture de sécurité, je retire les clefs du contact, passe la portière et la referme. Un coup de clef, les phares clignotent deux fois et je m’éloigne de la bentley. En approchant, je tends l’oreille et renifle l’air. Un seul battement de cœur me parvient et me prouve que l’individu est seul. Si cela se trouve, ce n’est même pas elle. Ça m’arrangerait bien tiens. Vraiment ? Non. Les interrogations et l’ignorance vont finir par me rendre fou. Je veux, je dois savoir pourquoi les choses ont tournés ainsi. Peut-être même serais-je assez persuasif pour la convaincre de me laisser une seconde chance … J’y crois. J’en ai envie, vraiment … Et Nikolaj ? Au diable ce gosse et ses idées de grandeur. J’étais prêt à me battre bec et ongles, crocs et griffes si cela était nécessaire ! Le parfum délicat de fleur chatouille mes narines et je connais sans peine la senteur de sa peau. C’est elle …. Elle est là, et seule qui plus est. Une aubaine ? Ou un saut dans le vide … Peut-être un mélange des deux. Gardant mes clefs à la main, l’anneau principal autour de l’annuaire, je pousse la porte du cabinet. Aussitôt, l’odeur de médicament et de plante se mêlent à la fragrance féminine. Un carillon tinte à mon entrée et la … C’est le son qui sonne mon glas ! Plus moyen de reculer. Aller portes tes couilles, ce n’est qu’une femme. Non, c’est LA femme. Des bruits de pas approchent et je pose les yeux sur elle quand j’entends sa voix. Elle se coupe en constatant ma présence. Ahm … Ouais, désolé, ce n’est ‘que’ moi. Elle me salut platement et je la fixe d’une expression qui se veut neutre, mais teinté d’une pointe d’incertitude. « Bonjour…. » Je lui réponds. J’entends son souffle changer et son cœur s’affoler. Pendant un court instant, je balade mes prunelles sur elle et je dois dire que ce tailleur lui sied à merveille … Elle imite mon geste mais uniquement dans un souci professionnel. Elle constate que je suis ‘ en parfaite santé’ et me le fait remarquer. Je prends sa remarque comme un : T’a rien à faire ici, qu’est-ce que tu viens me faire chier. Elle m’annonce que Nikolaj n’est pas ici et là, c’est moi qui l’observe avec une pointe d’incompréhension. Et alors ? Sous prétexte qu’il est alpha, il doit être le centre du monde ? Entendre parler de lui à longtemps de temps me lasse. C’est dans ce genre d’instant que je regrette le ‘confort’ du Zénith, voir même la distance qu’impose le Bayou.

Depuis mon entrée, je n’ai pas bougé … Et elle non plus d’ailleurs. Finalement, je m’écarte de la porte en faisant quelques pas, observant la pièce d’accueil. Pas de comptoir, juste une salle d’attente comme tant qu’autre avec des chaises, des magazines, un ficus et un distributeur d’eau. « Qui te dis que je suis venu pour lui ? Désolé de te l’apprendre, mais ton Jules n’est pas le centre du monde. Ou pas du mien en tout cas …. » Je le précise car il semble être le centre du tien … Je prends une inspiration pour calmer cette colère sourde qui pointe le bout de son nez. Ce n’est pas le moment de hurler … Pour m’occuper les mains, je me plante devant le distributeur, tire un gobelet en plastique et presse le bouton pour faire tomber l’eau dedans. Je n’ai aucune soif, mais ça m’occupe le temps de trouver les mots. Je ne peux pas l’agresser de but en blanc et vider mon sac avant de me casser. Quoique si, je peux carrément. Comme elle me l’a fait si bien remarquer, je n’ai aucun tact. Je la sens fuyante et quelque part, j’imite son comportement. Vive les grandes personnes et les non-dits lourds de sens. « Ma baby-sitter s’intéresse à ma personne d’un peu trop près alors je l’ai congédié. » Je commence par annoncer. Pas ma faute, j’ai toujours plu aux femmes, même durant l’époque où nous étions ensembles. Cependant, je ne suis pas volage pour autant. « Tabatha te réclame comme tel, alors je suis venu  … » Bon … Ce n’était pas tellement le but de ma visite mais ça fait une bonne introduction, d’autant plus que c’est vrai …





( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
Jodie Rowley

avatar

Humaine
Admin



¤ AVATAR : Candice Accola
¤ MESSAGES : 489
¤ POINTS : 223
¤ MULTIS : Aaron Davis - Hannah Johnson - Alex Blackwood
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE :

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 11/01/2018


MessageSujet: Re: Le passé est toujours présent Lun 17 Sep - 23:57






Le passé est toujours présent


Seth & Jodie

Tout semble indiquer qu'il ne compte pas rester : de l'anneau de son porte-clé qu'il porte à l'annuaire – pourquoi est-ce qu'il faut que ça lui rappelle qu'il a sûrement une femme, la mère de son enfant – à sa façon de lui dire bonjour. Elle ne sait pas trop comment interpréter ce dernier point, le ton n'est pas aussi neutre qu'il devrait l'être. Jodie voit ça comme le signe qu'il n'a pas envie d'être là et qu'il veut en finir au plus vite. Et forte en déduction, elle l'aide dans cette démarche. Lui annoncer que Nikolaj n'est pas là, lui offrir la possibilité d'un message et mettre fin à cette entrevue. Mais ses certitudes commencent à se briser au regard de Seth alors qu'elle lui renvoie cette incompréhension qu'il affiche. Pourquoi d'autre, tu serais là? Et les certitudes s'effondrent quand il prend la parole. Jodie a fait fausse route en imaginant les raisons de sa venue, ce qui ne lui enlève pas son air interrogatif. La bouche s'ouvre quand elle veut lui demander la raison de sa présence mais, elle se ravise. Une erreur, pas d'eux.

Jodie ne sait pas ce qu'elle doit dire ou même demander. Nikolaj est le sujet à exclure, l'entente entre les cousins n'est pas ce qui saute au visage. Et, il y a ce sentiment de malaise qu'elle ressent en sa présence, cette impression que ce n'est pas bien qu'ils se croisent tous les deux. Le problème c'est que ce n'est pas le genre de malaise qu'on ressent quand on n'apprécie pas une personne ou quand on en a peur. Non, là, elle a vraiment l'impression d'être dans une situation qu'elle devrait éviter, comme une petite conscience qui lui dit que ce n'est pas une bonne chose. Fuis, trouve une excuse, n'importe laquelle. De toute façon, tu ne seras pas crédible. Au lieu de mettre ses conseils à exécution, elle laisse son regard se balader sur l'homme qui se sert de l'eau. Jodie le sent bien, ce sourire pointé sur le bout de ses lèvres quand des souvenirs commencent à remonter à la surface. Elle secoue la tête, les efface et se concentre sur la situation. Elle lui en veut. Elle doit lui en vouloir. Pour les mensonges et les non-dits. Parce que, des années en arrière, elle avait été prête à fonder une famille avec lui. Celui dont, au final, n'avait pas été aussi sincère que ce qu'elle avait imaginé. Celui qui avait fuit à l'annonce d'une grossesse pour, finalement, se retrouver avec une fille. Oui, voilà. Elle doit lui en vouloir et c'est sur ça qu'elle doit se concentrer. Jodie inspire lentement, forte d'une nouvelle volonté. Adulte, pourtant, elle décide de ne rien lui balancer et attend de voir pourquoi il est là. De là, elle trouvera bien une phrase bien placée à lui sortir pour lui faire comprendre qu'elle lui en veut. Mais, surtout, pour le faire partir avant de se retrouver à flancher.

De tous les scénarios envisagés, il n'a jamais été question d'une baby-sitter dans son esprit. C'est malgré elle qu'elle s'entend laisser échapper un petit rire quand il donne la raison du départ de cette dernière. Un rire qui n'a rien de moqueur, en fait, il est même plutôt nostalgique. Seth c'est ce genre de gars qui attire les femmes comme un aimant... Elle en comprend assez les raisons et, en vrai, elle n'a pas fait exception à la règle. Jodie n'avait pas eu tellement de mal à tomber dans les filets de son regard et de sa personne. Mais cet instant prend vite fin quand il poursuit.

« Hein ?! »

Elle lève une main pour lui demander deux secondes, le temps pour elle de rembobiner ce début de conversation. A quel moment elle a loupé un épisode ? Ça lui semble improbable alors qu'elle oscille entre deux sentiments bien distincts. Le premier est assez positif, appréciant l'idée que cette fille adorable puisse se souvenir d'elle. La rencontre a été brève et l'ambiance pas vraiment à son meilleur. Et le second sentiment est plus négatif. Elle prend ça comme une forme de torture : Allez, viens d'occuper de l'enfant que je n'ai pas voulu avec toi. Voilà, ce qu'elle entend dans la demande de Seth. Finalement, il lui faut deux secondes de plus pour ne pas répondre en rapport à ce dernier sentiment.

« Je ne suis pas certaine que ce soit une bonne idée. » Elle hausse les épaules, se veut neutre sans réussir à l'être totalement. « Elle est adorable. Vraiment. » Point qui ne semble pas être discutable. Les paroles sont sincères. « Mais, si c'est pour la mettre dans un climat comme l'autre jour. Ce n'est pas la peine. »

Enfin, techniquement s'il a besoin d'une baby-sitter c'est qu'il n'est pas là mais ça les obligeraient quand même à se croiser. Jodie n'a pas envie d'imposer à une fillette des problèmes d'adultes dont elle n'est pas responsable.

« Enfin, cela dit. En attendant que tu trouves quelqu'un, je peux te dépanner. »

Jodie reste Jodie, incapable de ne pas aider si elle peut le faire. Bien qu'elle se voit assez mal expliquer ça à Nikolaj. La discussion risque d'être houleuse mais, il ne s'agit pas de Seth et de Jodie. Juste d'une enfant de 4 ans qui ne va pas se garder toute seule. Et l'histoire aurait pu s'arrêter ici : elle qui donne son accord pour le dépanner et, éventuellement, fixer une date pour une séance de baby-sitting. Sauf qu'elle se retrouve à secouer la tête.

« En fait, non. Je comprends pas. » Oui, elle n'est pas si neutre que cela dans son timbre de voix. « Pourquoi tu me laisserais ta fille ? De toute évidence tu y tiens énormément. » Il avait suffit de le voir contrôler le livre qu'elle lui avait donné, de regarder ce qu'elle avait servi à boire et de voir Tabatha s'accrocher au cou de son père. « Tu ne la laisserais pas à n'importe qui. » Ce qu'elle semble être puisqu'il avait préféré fonder une famille ailleurs. C'est bien que, quelque part, il avait pensé Jodie incapable de s'occuper d'un enfant. « C'est pas juste de me demander ça. »

Jodie regrette cette dernière phrase qui s'est échappée avec un ton bien plus triste qu'elle ne l'aurait voulu. Et comme à chaque fois qu'elle est gênée, elle se retrouve à se mordre la lèvre inférieure. Geste inutile puisqu'il n'est même pas capable de remonter le temps de quelques secondes.



par humdrum sur ninetofive


Revenir en haut Aller en bas
Seth Keegan

avatar

☽Loup-Garou☾
Meute du Nord



¤ AVATAR : Alexandre Ludwig
¤ CRÉDITS : Divers
¤ MESSAGES : 144
¤ POINTS : 23
¤ AGE : 53 ans réellement, 26 ans physiquement
¤ ZONE LIBRE : PDG de la Keegan Entertainments. ❦ Possède un club de combats clandestins nommé Au Zénith ❦ Véritable roi du nord ❦ Père célibataire, divorcé ❦ A vécu 10 ans à la Nouvelle-Orléans. ❦ Affilié à la meute du Bayou par mariage arrangé. ❦ Conduit une Bentley Continental GT

FicheLiensSujets
¤ GROUPE : Meute du Nord
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/08/2018


MessageSujet: Re: Le passé est toujours présent Sam 22 Sep - 10:16


( Le passé est toujours présent )
Décontenancée, Jodie ne réalise pas tout de suite ma demande. Elle me demande un instant, que je lui accorde volontiers. Je réfléchis à ma propre approche. Est-ce de la fuite de noyer le poisson ? Ou juste une approche subtile avant de lâcher la bombe ? Le fameux calme avant la tempête. A vrai dire je n’en sais rien. Je ne me vois pas lâcher de but en blanc ce que j’ai sur le cœur. J’aimerai la pousser à faire ce premier pas en enfer, ainsi je pourrai l’accuser de mettre le sujet sur le tapis et me couvrir. Rien à voir avec le fait d’assumer ou non ses responsabilités, cela s’appelle tout bonnement de la stratégie. Nuance.

Observant Jodie, je m’interroge sur le fil de ses pensées. Que pense-t-elle de la naissance de ma famille ? De l’annonce de mon mariage suivant de mon divorce ? De cette proposition complètement inapproprié à notre passé et notre possible futur. Tu as abandonné notre enfant, je te présente ce que tu aurais pu avoir … Comment les choses auraient tournés si j’étais resté ? Le louveteau aurait huit ans, nous aurions probablement eu notre maison dans la banlieue, un possible autre enfant sur les bras et elle porterait mon nom. Actuellement, ça serait celui de Nikolaj, bien qu’ils soient semblables il y a une différence entre sa branche et la branche. L’honnêteté contre le mensonge et la tromperie. Je n’irai pas préciser quel est le mien. Finalement, Jodie m’annonce que ce n’est peut-être pas une bonne idée ? Et pourquoi pas ? Je ne lui demande pas la Lune, ni même de rester avec moi, juste de veiller sur une enfant innocente durant mes absences. A quel moment devrait-elle me rencontrer ? Que très rarement en vérité. Sans trop comprendre son refus, je la lorgne du coin de l’œil, terminant mon verre d’eau avec de jeter le gobelet dans la poubelle. Il n’y a rien d’autre de plus fort dans ce cabinet ? Genre scotch ou gnôle, pour se donner du courage et de l’entrain, c’est mieux quand même. Et l’excuse tombe : Ne pas mettre Tabatha dans un mauvais climat. De quoi parle-t-elle ? J’hausse les sourcils, incrédule, exprimant un : T’es sérieuse ?.... complétement muet.

Mais toujours un pied dans les bonnes actions, la blondinette me propose de me dépanner en attendant de trouver quelqu’un. Super ! J’ai un petit rictus quand je la quitte du regard. Nerveusement, je commence à faire quelques pas dans la pièce, plongeant mes clefs dans ma poche, avec ma main toujours autour. Et ….. Vient la demande d’explication. Pourquoi lui laisser ma fille ? Je retiens un haussement d’épaule qui pourrait une réponse négligée. Tu ne la laisserais pas à n’importe qui . Perche trop tentante,  et je saute dessus. « Il n’y a que toi qui arrive à te convaincre que tu n’es personne pour moi. » Qui a dit qu’elle était n’importe qui ? Jodie, cesses de te mentir à toi-même bordel. Et puis merde hein, si tu veux t’en convaincre, libres à toi, je n’ai pas envie de lutter. Sauf qu’elle me pousse à le faire et m’envoie dans mes retranchements.

Injuste ? Mes sourcils se froncent devant cette phrase et ce ton. Vraiment ? JE suis injuste ? Je la fixe un instant et finalement m’approcher d’elle. « Et toi ? Tu crois que c’est juste d’abandonner un enfant et de me reprocher d’avoir refait ma vie quand, visiblement, tu prends plaisir à te pavaner au bras de mon cousin ? » Mon ton se veut bien plus dur et acerbe que je le voudrais. « Pitié, arrêtes tu vas me faire pleurer. » Je passe à côté d’elle, les traits tirés par une vieille rancœur, qui d’ordinaire lancinante, m’éclater en pleine figure. Huit années de reproches et de rancœurs, accumulés, cultivés, nourris. C’était une mauvaise idée de venir ici … Mais je me sens incapable de partir. Alors je passe à côté d’elle pour la contourner, je franchis la porte de la salle d’attente pour rejoindre un couloir. De là, je le longe pour atteindre la cuisine du personnel. Une table, des chaises, réfrigérateur, évier, placards et cafetière. Comme chez moi, j’attrape une tasse propre au hasard et me sert un café. Je lui tourne le dos, attentif aux bruits sous sa chair. J’essaie de me calmer, de penser à autre chose, de me focaliser sur mon idée première mais rien à faire. Ce sont des vagues de réminiscences qui m’assaillent. Toujours tourné, j’observe ma tasse plus bas et soupire. « Pourquoi tu as fait ça Jodie ? Pourquoi tu ne m’as pas suivi quand je suis parti ? Qu’est ce qui était plus important que notre future parenté pour que tu restes à Londres ? Pourquoi tu as allé tuer cet enfant ? »






( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
Jodie Rowley

avatar

Humaine
Admin



¤ AVATAR : Candice Accola
¤ MESSAGES : 489
¤ POINTS : 223
¤ MULTIS : Aaron Davis - Hannah Johnson - Alex Blackwood
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE :

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 11/01/2018


MessageSujet: Re: Le passé est toujours présent Sam 22 Sep - 14:31






Le passé est toujours présent


Seth & Jodie

Bien sûre qu'elle est sérieuse dans son refus, elle ne comprend même pas qu'il soit surpris à cette annonce. Les moments où ils risquent de se croiser seront peut-être courts et peu nombreux mais, elle serait incapable de faire comme si toute cette situation est normale. Incapable de le croiser et de se dire qu'il n'est que le père d'une enfant qu'elle garde. Jodie ne bouge toujours pas parce que, honnêtement, elle ne sait même pas quoi faire de ses jambes, de ses bras et de son corps en général. Même son cerveau ne semble pas vouloir savoir ce qu'il veut, partagé entre une envie de voir partir Seth, de lui hurler dessus, de lui demander des explications et de continuer à le regarder comme une conne. La présence du loup lui rappelle tout ce qu'ils ont construits avant de le perdre. Et elle devrait s'en foutre parce que, ce qu'elle a aujourd'hui lui convient très bien, parfaitement même. Sauf que ce n'est pas le cas, la petite blonde n'arrive pas à rester aussi impassible. Ne pas bouger, finalement, c'est essayer de sauver les apparences et de garder ce semblant de neutralité illusoire.

Seth est dans la posture inverse, à faire les cent pas après avoir laissé passer un rictus qu'elle n'a pas envie d'analyser. C'est sûrement lâche de ne pas vouloir comprendre mais c'est tellement plus facile aussi.  La neutralité précaire de l'humaine s'envole à la première réponse. Un bref soupire/rire qui s'échappe alors qu'elle secoue la tête. Il se fout d'elle, il n'y a pas d'autres explications. Le mec n'a pas été fichu de lui donner un vrai nom et, n'a même pas cru bon de lui parler de sa nature de loup alors qu'elle était enceinte... Et là, il veut vraiment lui faire croire qu'elle n'est pas n'importe qui pour lui ? Très drôle ! Qu'est-ce que ça doit être quand les gens n'ont aucune importance à ses yeux ?!  Finalement, elle a ce sentiment de rancœur qui prend le dessus et cette injustice qu'il lui fait en lui proposant de garder sa fille. Fichue impression de le voir se pavaner pour lui agiter, sous les yeux, ce dont il n'a pas voulu avec elle.

Jodie se croit dans son bon droit. Ils n'ont pas la même version de leur propre histoire, s'en est presque triste. Alors quand c'est lui qui bloque après ce qu'elle vient de lui dire, l'humaine lève les yeux et soutien le regard qu'il lui lance. Cette certitude qui vacille à nouveau quand il s'approche pour parler d'abandon. Quoi ? Les sourcils se froncent parce qu'elle ne comprend pas. Se pavaner, elle ? Quand c'est lui qui vient agiter une enfant ! A quel moment il se croit légitime pour renverser la situation ? Bordel mais c'est comme lui qui s'est barré à l'annonce d'une grossesse. Il passe à côté d'elle pour entrer dans le cabinet et Jodie se retrouve à laisser passer un soupir en secouant la tête. Non, sérieusement, elle ne peut pas le laisser être une victime dans cette histoire.

La petite blonde tourne les talons, arrive dans la cuisine alors que la bouche s'ouvre pour lui répondre. Seth est le plus rapide et sa série de questions lui font refermer la bouche. Le cœur loupe un battement ou deux, pendant que son cerveau essaye de savoir s'il a bien entendu. « Tuer cet enfant ? » Le timbre est bas, incrédule. Ses bras s'enroulent autour de son ventre, geste inconscient d'une volonté protectrice qui n'a pas suffit quelques années auparavant.

« Alors c'est ça que tu crois ? » Question posée dans un rire nerveux et déçue à la fois, une pointe de tristesse dans le timbre pendant qu'elle tire une chaise pour s'asseoir. « J'ai jamais été fichue de tuer une araignée sur un plafond mais, j'aurais pu aller tuer un enfant sans le moindre problème ! » C'est ironique, le sujet ne devrait pourtant pas l'être. A quel moment Jodie à suffisamment déconnée pour qu'il puisse la croire capable d'une telle chose ? « J'étais prête à l'avoir cet enfant avec toi mais aussi sans toi. Je savais pas trop comment je m'en sortirai entre les études et tout mais, à ce moment-là, il y avait encore mes parents. »

Dont Jodie avait toujours été assez proche. Bien trop pour décider sur un coup de tête de les abandonner, avec le grand-père malade, alors qu'elle attendait un enfant dont elle ne leur avait même pas encore parlé. Finalement, elle se relève et porte le regard sur l'homme, qu'il soit de dos ou retourné vers elle. Sa lèvre inférieure vient se coincer entre ses dents quelques secondes avant de trouver le courage de reprendre.

« Est-ce que tu as la moindre idée, du temps que ça a pu me prendre d'arrêter de culpabiliser. » Ce qui n'est toujours pas gagné à 100%, surtout quand il débarque pour lui balancer qu'elle a tué leur enfant. « D'arrêter de me dire que j'aurais pas dû prendre cette garde qui se finissait trop tard, de ne pas avoir pris ce chemin qui était le plus rapide mais aussi le moins fréquenter. Et... » Elle déglutit, ravale l'humidité de ses yeux face à ce souvenir. « Et le fait de ne pas avoir su me défendre contre ces types et, surtout pas avoir su le protéger lui durant cette agression. » Sa main est venue se poser sur son ventre quand elle en est venue à parler de ce lui. « Seth, tu ne peux pas... » Les mots se décomposent quand elle porte un doigt accusateur en sa direction. « … Débarquer après huit ans et venir me balancer que j'ai tué cet enfant. Le notre. » Sa main retombe dans un soupir triste. « ce n'est pas ce que je voulais. »

Et elle en oublie de lui dire pourquoi elle ne l'a pas suivi. Oublier aussi les reproches sur les mensonges et les non-dits. Tout ça, dans le fond, ça lui semble tellement dérisoire quand il est là, en face d'elle, à lui reprocher d'avoir tuer un enfant à venir.


par humdrum sur ninetofive


Revenir en haut Aller en bas
Seth Keegan

avatar

☽Loup-Garou☾
Meute du Nord



¤ AVATAR : Alexandre Ludwig
¤ CRÉDITS : Divers
¤ MESSAGES : 144
¤ POINTS : 23
¤ AGE : 53 ans réellement, 26 ans physiquement
¤ ZONE LIBRE : PDG de la Keegan Entertainments. ❦ Possède un club de combats clandestins nommé Au Zénith ❦ Véritable roi du nord ❦ Père célibataire, divorcé ❦ A vécu 10 ans à la Nouvelle-Orléans. ❦ Affilié à la meute du Bayou par mariage arrangé. ❦ Conduit une Bentley Continental GT

FicheLiensSujets
¤ GROUPE : Meute du Nord
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/08/2018


MessageSujet: Re: Le passé est toujours présent Sam 29 Sep - 11:41


( Le passé est toujours présent )
Sans surprise, je l’entends me suivre et je ne prends pas la peine de la regarder, pas même par-dessus mon épaule. Je reste toutefois attentive à ses réactions. J’entends son cœur battre plus fort à mesure de notre rencontre, de nos aveux, de nos rancœurs et griefs respectifs. A quoi ça rime tout seul ? On joue à : qui a la plus grosse rancœur ? Et le vainqueur gagne le droit de s’en aller avec le cœur plus léger ? Si seulement les choses pouvaient être aussi simples. Je ne sais pas ce qui me passe par la tête à ce moment précis, je vide mon sac, tout en cherchant des réponses à nos multiples échecs. A quel moment les choses ont commencés à changer ? A quel moment tu as décidé que je ne serai plus dans ton cœur ? Rapidement je suppose. Le rythme cardiaque de Jodie me prouve sa stupeur. Elle reprend mes mots et pose les mains sur son abdomen. Armé de mon bouclier Tasse-à-café, je lui fais face et l’observe. Elle tire une chaise, s’y installe. Elle me répond sur un ton nerveux, déçu, peut être empreint d’une pointe de tristesse. Sa phrase se veut presque rhétorique et je me contente d’un haussement d’épaule détaché.

Sans soif, je prends une gorgée de café, l’écoutant juste sans réagir. Elle m’avoue avoir été prête à avoir cet enfant, avec ou sans lui d’ailleurs. Elle était prête malgré son train de vie et le peu de stabilité qu’apporter ses études. Petite furie, la blondinette bondit de sa chaise pour me faire face. Elle hésite … Rassemble tout son courage pour cracher son venin. Je croise son regard et ne m’en détache plus. Aller vide ton sac … Tu as en besoin, et moi aussi d’ailleurs. Finalement, elle entame son récit … Elle parle de culpabilité, du temps qu’elle avait mis à ne plus en être ronger. De quoi se sentait-elle coupable ? De ne pas l’avoir suivi ? D’avoir arraché un bébé à ses entrailles ? Ces mots se mêlent sans que je puisse tout saisir. Elle me parle d’une garde de nuit, d’un retour tardif sous le manteau de la nuit, d’un raccourci pour rentrer chez elle. Mais encore ? Ou veux-tu en venir ? Cesses de tourner autour du pot Jodie, ma patiente est limitée.

Le couperet s’abat sur le coin de ma nuque. Quels types ? Quelle agression ? Je vois rouge quand j’ai une vision très nette de la scène. Je ne remarque pas ses larmes tant la colère me gagne. Une colère d’abord sourde, qui très vite m’explose au visage. Ma main se serre autour de la tasse qui implose dans ma poigne. Le café me brule les doigts, le poignet, des fragments de céramiques se sont installés dans ma chair mais je ne sens rien pour le moment. J’entrevois encore cette rencontre … A des milliers de kilomètres de la … Chez Rousseau. Assis au bar avec une bière à la main, la charmante serveuse me parle de tout et de rien, de ses enfants qui lui font la misère, des investisseurs qui veulent racheter son affaire, des choses banales et des problèmes de vie – certes gênants- mais classiques. Puis Lester me rejoint, la mine basse, le regard grave. Il m’annonce la nouvelle. La mauvaise nouvelle d’un avortement. Avant de quitter Londres, il m’avait promis de laisser quelques hommes sur place pour garantir sa sécurité. Et maintenant, elle me parle d’agression ? Quand, comment, à quel moment j’ai perdu le contrôle de la situation ? Ai-je seulement tenu les rênes une seule fois dans cette foutue vie ? Les fils du Marionnettiste m’entravent la gorge alors que les pièces du puzzle s’assemblent peu à peu.

Furieux, je laisse un instant mon loup apparaitre. Mon regard change et se teinte de noir, mes iris ne sont plus ceux qu’un humain mais qu’une bête furibonde. « Putain d’enfoiré … » Je souffle entre ma mâchoire serrée. Je tourne le dos vers l’évier, prenant appui sur le rebord. Sans prendre garde, j’enfonce d’avantage les fragments de tasses dans ma main et je peste. La levant devant mon nez, le sang se mêle au café et je saigne presque abondamment. Le loup disparait et je commence à attraper les bouts les plus volumineux pour les retirer de ma chair, laissant choir les débris dans l’évier. « C’est mon père qui est venu m’apprendre la nouvelle de ton avortement. Ces individus, à quoi ressemblaient-ils ?... C’est un sacré effort de mémoire que je te demande, mais c’est vital. » Mon père a laissé plusieurs hommes derrière nous à notre départ …. Je dois savoir si la description des agresseurs leurs correspondent.






( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
Jodie Rowley

avatar

Humaine
Admin



¤ AVATAR : Candice Accola
¤ MESSAGES : 489
¤ POINTS : 223
¤ MULTIS : Aaron Davis - Hannah Johnson - Alex Blackwood
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE :

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 11/01/2018


MessageSujet: Re: Le passé est toujours présent Sam 29 Sep - 23:55






Le passé est toujours présent


Seth & Jodie

L'humaine est perdue dans un souvenir qui, en vue de la perte engendrée, ne pourra jamais devenir aussi lointain qu'elle le souhaiterait. Elle a appris à vivre avec, continué d'avancer parce qu'il n'y a pas vraiment le choix. Le souvenir a été enfouie, enfoncer aussi profondément que possible, pour ne laisser que cette ombre planant au-dessus de sa tête quand elle voit une mère avec ses enfants ou une femme enceinte. L'ombre de ce souvenir qui reste là, menaçant de la faire sombrer quand elle s'efforce de tenir debout. Et, en vrai, elle ne s'en sortait pas si mal... Mais il avait fallu que Seth débarque pour faire remonter tout cela à la surface et lui claquer qu'elle était fautive dans la perte de cet enfant. Et, elle ne peut pas, Jodie... Elle ne peut pas le laisser détruire cette carapace qu'elle a mit du temps à mettre en place. Cette armure créée qui, pourtant, montrait déjà bien des faiblesses avant que Seth ne réapparaisse. Parce que, quand on y réfléchit bien : les nombreuses relations qu'elle a pu avoir par la suite n'ont été qu'éphémères. Tout le monde, elle la première, mettait ça sur le côté girouette d'une grande amoureuse qui change d'avis comme de chemise. Un côté qui n'existait pourtant pas avant Seth. Dans le fond c'est elle qui a fuit toutes ses relations, sous le couvert d'un caractère, pour cacher cette peur de s'installer dans quelque chose de sérieux et de revivre une expérience dont elle ne relèverait pas si cela venait à mal tourner. Cette même peur qu'elle n'a pas su nommée quand Nikolaj lui avait demandé de s'installer avec elle la première fois, et qu'elle avait refusé dans un silence.

Elle en veut à Seth de foutre tout cela en l'air en lui rappelant sa culpabilité. Elle lui en veut parce que, sur le coup, elle trouve que c'est taper là où ça fait mal. Que c'est voulu, calculé et fait exprès. Une pensée qui est mise à mal quand la tasse explose dans la main de Seth, sortant Jodie de ses pensées dans un léger sursaut. Le premier réflexe est d'ouvrir la bouche pour lui demander si ça va parce que, de son côté, elle voit bien le sang qui commence à s'écouler de sa main. Sa question reste bloquée quand elle voit le regard de Seth qui change et, sans même s'en rendre contre, la respiration de l'humaine se bloque un instant. Désagréable sensation que quelque chose lui échappe, que la situation n'est pas sous contrôle et qu'il lui manque une information importante. Qui est l'enfoiré ? Qu'est-ce qui est en train de se passer ?

Jodie n'arrive plus à réfléchir correctement. Et, comme a chaque fois qu'elle ne sait pas quoi faire, Jodie se rabat sur ce qu'elle fait de mieux. L'humaine s'approche dans une inspiration, se postant à côté de Seth avant de tendre la main vers la sienne.

« Laisse-moi faire. » Ses yeux tombent sur la main du loup, alors que sa main libre vient ouvrir l'eau de l'évier. Elle se concentre sur les bouts de verre pour commencer à les enlever le plus délicatement possible, laissant son cerveau travailler sur ce que lui dit Seth. « Je ne comprends pas... c'est quoi le rapport avec ton père ? »

C'est une bonne diversion, une manière de gagner un peu de temps pour ne pas avoir à se replonger dans ses souvenirs pour aller chercher des visages qu'elle n'a pourtant pas oublié. Sauf qu'elle ne comprend pas le rapport, ni même ce que ça pourrait lui apporter de savoir qui sont ces agresseurs. Étrangement, la seule pensée logique qui lui vient à l'esprit c'est une envie de vengeance de la part de Seth et... Et, franchement, ces derniers temps, Jodie trouve qu'il y a bien assez de personnes – surtout des vampires – qui sont mortes par sa faute. Elle n'est pas certaine d'avoir envie d'allonger cette liste, même si une partie d'elle-même le voudrait bien. Partie qu'elle refoule parce que ça ne lui ressemble pas.

« Seth... » Elle ne le regarde pas, se concentre sur cette main où elle retire les derniers bouts de verre. « ça date vraiment et puis, j'ai pas pensé à faire un examen approfondi de la tête qu'ils avaient. En plus, je te l'ai dit, il était tard, du coup il faisait nuit. La rue était mal éclairée et... »

Et vas-y qu'elle trouve toutes les excuses du monde pour ne pas avoir à revoir cette scène pendant qu'elle pousse la main de Seth sous l'eau pour enlever le surplus de sang et d'examiner sa main pour voir s'il n'y a pas de bout de verre restant. Son regard se perd un instant sur le sang qui s'enfonce dans le siphon de l'évier avant qu'elle ne secoue la tête pour se sortir de ses pensées et que ses yeux se relèvent enfin sur le visage de Seth.

« En quoi c'est vital ? » C'est quoi l'information qui vient de lui échapper ? Parce que Seth semble déjà faire des relations entre les événements qu'elle ne comprend pas.


par humdrum sur ninetofive


Revenir en haut Aller en bas
Seth Keegan

avatar

☽Loup-Garou☾
Meute du Nord



¤ AVATAR : Alexandre Ludwig
¤ CRÉDITS : Divers
¤ MESSAGES : 144
¤ POINTS : 23
¤ AGE : 53 ans réellement, 26 ans physiquement
¤ ZONE LIBRE : PDG de la Keegan Entertainments. ❦ Possède un club de combats clandestins nommé Au Zénith ❦ Véritable roi du nord ❦ Père célibataire, divorcé ❦ A vécu 10 ans à la Nouvelle-Orléans. ❦ Affilié à la meute du Bayou par mariage arrangé. ❦ Conduit une Bentley Continental GT

FicheLiensSujets
¤ GROUPE : Meute du Nord
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/08/2018


MessageSujet: Re: Le passé est toujours présent Dim 7 Oct - 21:11


( Le passé est toujours présent )
Sans la regarder, ni même réfléchir, j’obéis et tend la main à Jodie. La douleur de ces débris est infime comparée à la colère qui m’assaille.  Non sans une once d’imagination, je vois les diverses scènes de ma vie défiler devant mes yeux. La bobine commence par une éducation sévère et stricte, baignée dans le mensonge et la colère. Viens la manipulation, le chant des sirènes et les doux espoirs. Puis des questions qui se veulent, d’apparence, bien avisées mais qui ne sont que du venin. Pour finalement finir par une confiance aveugle, non-justifiée et le besoin presque viscéral de faire la fierté de son géniteur. Voilà ma vie … C’est fait parce que c’est bien, ne fais pas cela parce que c’est mal, mens sur tes origines parce qu’ils le font. Aujourd’hui, à tout cela je réponds : fermes-la parce que tu me saoules. Aussi loin que remonte ma mémoire, Lester m’a toujours dicté ma conduite, mon avenir. Mes choix étaient les siens et j’ai eu foi en sa parole. Cette fois-ci, mon monde s’effrite alors que la vérité m’apparait progressivement. Plus jeune, sa croisade m’avait paru futile à un moment de ma vie, a ces moments où je vivais quelque chose d’unique avec Jodie. Le loup s’éloignait du troupeau et il fallait y remédier. Alors il me convainc de partir au nom dont ne sait quel besoin familial.  Comme un con, je l’ai cru et suit parti. Et plus tard, je l’ai à nouveau cru quand il m’a parlé de cet avortement. Et ici, dans cette cuisine, je me sens affreusement idiot. Le miroir se brise et le marionnettiste apparait avec le trait de Lester. Le fumier … Je ris jaune et je l’ai plus que mauvaise. A quel moment avait-il jugé bon de me priver de mon libre-arbitre ? A  quel moment m’avait-il arraché à un destin autre que celui qu’il avait tracé ? Bordel …

A mes côtés, j’entends Jodie m’interroger sur le pourquoi du comment, et j’accueille sa question avec un grognement de loup. Elle a le droit de savoir mais mettre le doigt sur ma bêtise, dévoiler ma stupidité sous ses yeux éveille un sentiment de pudeur, de honte que je ne suis pas prêt à assumer. Le doute aurait dû m’écraser, pourtant je sais déjà qui sont ses agresseurs. Je le sais, sans le deviner. Disons que je me doute. Mon instinct ne m’a que rarement trahi et je compte sur l’humain pour lever ce voile opaque. Si elle parle, peut-être trouverai-je le courage d’en faire autant. D’ordinaire il ne me fait pas défaut comme l’assurance, mais … Je ne sais pas. La défaite, l’échec et la faiblesse n’existent pas chez moi, alors devoir les citer  … Non. Je ne réagis toujours pas à ses gestes, ni à ses mots. Ah si, je grogne à nouveau qu’elle m’annonce ne pas se souvenir. Menteuse … Ton cœur bat plus vite à ces mots et toi-même, tu n’y crois pas. La fille aux fleurs met sa ‘perte’ de mémoire sur le coup de la fatigue, du faible éclairage de la ruelle. Pourquoi ne dis-tu rien ? Pourquoi cherches-tu à protéger des salopards qui t’ont fait du mal ? Le vague devant mes yeux s’estompe quand je sens de l’eau sur ma peau. Je vois alors qu’elle glisse mes blessures sous le léger jet d’eau. Je soupire et leve le regard sur elle, elle le croise et me demande en quoi cette information est vitale. « Si mes soupçons sont justes, ces individus travaillent pour Lester et il est le commanditaire de ton agression. » Ca fait très mafia maintenant que je m’entends le dire. Le vieux loup, parrain de la famille Keegan. Moche. Il ne finirait pas cribler de balles comme Al Pacino mais tourmenté de la pire des façons, j’y veillerai.

J’entrevois déjà la couleur de ma vengeance. Rouge vif ! Mon plan prend vite forme et je jubile intérieurement de sa finalité. Lester, au cœur du Purgatoire, tourmenté par ces infâmes et terribles gardiennes. Parmi toutes les sorcières de mon entourage, je suis persuadé que certaines peuvent me guider vers une gardienne … J’y tacherai. « Jodie, tu dois me le dire ! Pourquoi tu gardes le silence sur ça ? Pourquoi tu les protèges alors qu’ils nous ont volés notre futur ? »




( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
Jodie Rowley

avatar

Humaine
Admin



¤ AVATAR : Candice Accola
¤ MESSAGES : 489
¤ POINTS : 223
¤ MULTIS : Aaron Davis - Hannah Johnson - Alex Blackwood
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE :

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 11/01/2018


MessageSujet: Re: Le passé est toujours présent Lun 8 Oct - 14:44






Le passé est toujours présent


Seth & Jodie


La première question ne trouve qu'un grognement en guise de réponse, ce qui ne l'avance pas beaucoup. Elle fronce les sourcils, concentrée sur la main de Seth, en se demandant si elle doit insister ou non. C'est toujours un peu compliqué pour elle de savoir traduire les différents sons que peut faire un loup-garou et... Et c'est une partie de Seth qu'elle ne connaît pas, ce qui n'aide pas à une meilleure compréhension. Jodie aurait aimé dire qu'elle l'avait suffisamment connu en tant qu'homme pour réussir à déchiffrer ce qu'il ne dit pas mais les nombreux mensonges qu'elle n'a pas su voir lui ont enlevé cette certitude. Elle préfère ne pas insister pour le moment, répondant aux autres questions en se trouvant de fausses excuses. Le nouveau grognement émit par Seth, cette fois, elle le comprend bien. Elle ment et il le sait. Jodie préfère passer la main de Seth sous l'eau ce qui, au moins, à l'avantage de ne pas avoir à affronter son regard. Elle culpabilise malgré elle de ce mensonge connu, sans même réussir à revenir dessus.

Les premiers mots, parfaitement humains ceux-là, tombent. Ils s'écrasent dans l'esprit de Jodie qui en relâche la main de Seth pour venir agripper le borde l'évier, la tête baissée vers ce dernier. Les éléments se fracassent dans son cerveau qui commence à comprendre ce que vient de dire Seth, qui saisit que tout cela n'était pas un hasard. Si ce qu'il dit est vrai, Jodie aurait pu prendre n'importe quel chemin et finir à une heure complètement différentes : la finalité aurait été la même... Elle s'était toujours dit que si elle arrivait à se dire que rien n'était de sa faute, elle arriverait mieux à vire cette perte. Ce moment semble arriver et, pourtant, elle ne se sent pas mieux. Bien au contraire. Là où elle croyait que la perte de son enfant était la conséquence d'une agression par des hommes qui ne savaient rien de la vie qu'elle portait, Jodie comprend que c'était volontaire. Comment... Comment des gens pouvaient être capables de cela ? C'est sa vision du monde qui en prend un coup, elle qui a toujours su donner des excuses aux gens et à leur trouver un bon côté. Là, elle est incapable de le faire.

Son regard est incapable de regarder autre chose que le fond de l'évier, incapable de revenir sur Seth. Peut-être qu'elle n'a pas envie d'y voir les traits communs qu'il pourrait avoir avec son père. Peut-être qu'elle n'a simplement pas envie de l'affronter parce qu'elle ne sait déjà pas comment digérer cette révélation. C'est que ça commence à en faire beaucoup pour un loup qui vient seulement de revenir en ville. Ses yeux se ferment dans une longue inspiration, alors que ses doigts s'accrochent un peu plus au bord de lévier, quand Seth reprend une série de questions. Déglutir est difficile quand elle secoue la tête.

« C'est pas eux que je cherche a protéger. » La phrase n'est qu'un murmure en direction de l'évier.

Elle en veut à ces hommes et au père de Seth, s'il dit vrai. Elle en veut à tout ce monde de lui avoir enlevé un être aussi innocent qui commençait à peine à se former, en plus de cette relation qu'elle avait avec le loup. Mais... Si des hommes sont capables d'un tel acte, est-ce que donner une confirmation aux soupçons de Seth n'est pas lui attirer des ennuis ? Elle... Ils ont déjà perdu assez cher dans cette affaire pour ne pas y rajouter une perte supplémentaire. Puis c'est une nouvelle interrogation qui lui traverse l'esprit. Interrogation sous fond de la culpabilité.

« Admettons que ces types correspondent à l'image que tu en as, qu'il s'agit bien de ton père derrière tout cela... » Et il est difficile d'en douter parce qu'on n'accuse pas son père sans raison, surtout de telles accusations. « Seth ? » Elle délaisse l’évier et pour se tourner vers lui mais sans oser croiser son regard. « Qu'est-ce que ce je t'ai fais de si mal pour que ton père veuille à ce point voir son fils loin de moi ? »

Jodie reste Jodie, et elle ne peut pas concevoir qu'un père puisse agir de cette manière. Elle est obligée de penser qu'il a fait ça pour protéger son fils de quelque chose, d'elle en l'occurrence. Jodie a bien dû faire quelque chose, sans même s'en apercevoir et de manière involontaire, pour mériter une telle crainte de la part de Lester. Elle ne lui a jamais voulu de mal, à Seth, et ne lui en voudra jamais. Elle en serait bien incapable. Alors, quoiqu'elle est pu lui faire, est-ce que ça méritait une telle sentence avec toutes les implications qui en ont découlé ?



par humdrum sur ninetofive


Revenir en haut Aller en bas
Seth Keegan

avatar

☽Loup-Garou☾
Meute du Nord



¤ AVATAR : Alexandre Ludwig
¤ CRÉDITS : Divers
¤ MESSAGES : 144
¤ POINTS : 23
¤ AGE : 53 ans réellement, 26 ans physiquement
¤ ZONE LIBRE : PDG de la Keegan Entertainments. ❦ Possède un club de combats clandestins nommé Au Zénith ❦ Véritable roi du nord ❦ Père célibataire, divorcé ❦ A vécu 10 ans à la Nouvelle-Orléans. ❦ Affilié à la meute du Bayou par mariage arrangé. ❦ Conduit une Bentley Continental GT

FicheLiensSujets
¤ GROUPE : Meute du Nord
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 31/08/2018


MessageSujet: Re: Le passé est toujours présent Jeu 18 Oct - 19:22


( Le passé est toujours présent )
« Ce n’est pas eux que je cherche à protéger. » Allez savoir pourquoi je souris à cette phrase. Ai-je raison de croire qu’elle parle de moi ? Qu’elle cherche à me protéger d’on ne sait quoi avec ses moyens humains ? Voyons ma chère, ce n’est pas moi que tu dois babysitter. Cette sollicitude supposée me touche plus que je ne veux l’admettre, mais elle est malvenue. Je n’ai pas de protection. Je suis un loup –certes jeune- avec un parfait contrôle de sa partie bestiale. J’ai des relations, des ‘gardes du corps’ et un bras aussi long que celui de mon créateur. C’est triste à dire, mais son influence a eu un certain effet sur ma propre réputation. Pendant un temps, j’ai été le fils de …. Aujourd’hui, on me connait pour mon vrai moi, du moins en partie. Seuls mes véritables proches connaissent mes desseins, mon but, mes principes. Jodie en fait-elle toujours partit ? J’ai des doutes … J’ignore si je souhaite tellement trouver des réponses à toutes ces questions. J’aime juste à croire que Jodie se fait du souci pour moi. D’un côté, ça prouve que je ne suis pas : rien et sans importance, comme elle m’a décrit quelques jours plus tôt. Pourquoi ai-je ce besoin étrange d’être encore important à ses yeux ? Je manque à ce point d’affection pour me raccrocher à une chimère morte et enterrée ? L’est-elle vraiment ? Tabatha accepterait-elle seulement une autre ‘maman’ dans sa vie ? La sienne prend plaisir à se défaire de ses liens parentaux. Elle fait du yoyo avec les sentiments de ma fille. Jusqu’au jour où je serai las de la girouette … Quand ce jour arrivera, tous aux abris !

Le ‘admettons’ dans sa phrase ne me plait pas. Je ne veux pas de admettons, ni de peut-être ou de surement, pas d’hypothétiquement et surtout pas de : je ne sais plus. Jodie, dis-moi la vérité, c’est tout ce que je demande – en plus du service précédemment cité. Bref admettons que tout ceci soit vrai. Que vais-je faire ? C’est ça ta question ? Ma foi, je ne dirai pas grand-chose. Quelques coups de fil pour commencer. Puis j’irai rencontrer une Gardienne pour montrer un semi-bateau. Le vieux loup se ferait incarcérer dans la pire prison que le monde porte et je m’assurai des milles et un tourment qu’il subira. C’est tout. Au lieu de finir ces dernières années ‘à mes frais’, il aura chambre grand luxe avec cri des détenus et tous les supplices qui l’accompagnent. Je pourrai jubiler et me délecter de cette pensée si j’étais un tant soit peu mauvais et sadique. Mais je ne suis que le Juge et non le bourreau. Mon châtiment est sans-appel.

Voilà ce que j’aurai répondu si sa question avait été celle-ci. A la place, la fille aux fleurs m’interroge sur tout autre chose. Qu’ai-je pu te faire pour mériter pareil punition. Voilà son raisonnement. Déconfit par sa naïveté, je soupire. Quel mal m’a-t-elle fait pour qu’on exerce une vengeance aussi singulière. « Ta culpabilité n’a pas lieu d’être ». J’envie l’ignorance de Jodie. Elle ne sait pas ce que s’est de porter le nom : Keegan. Ce nom maudit est synonyme de malheur, de complot, de fratricide, de mensonge, de fourberie, de jalousie … Je baisse les yeux vers ma main ‘propre’ de bout de céramique, le sang ne coule plus, ne coagule quasiment pas que la plaie se referme déjà sous ses yeux. « Tu étais juste un pion indésirable sur l’échiquier de la conquête et du pouvoir. » Pas à mes yeux. Le sait-elle ? Ma phrase porte à confusion. Elle pourrait penser que cet avis est le mien. Elle doit comprendre. « Vois-tu … Dans ma famille, seule la réussite et la conquête importantes. Nous sommes des requins. » Je parle aussi bien pour moi que pour mon cousin. « ‘ Un dommage collatéral ‘ pour des envies purement égoïstes. L’animosité et la jalousie est le ciment de notre … famille. » Suffit de voir la relation que j’entretiens avec mon cher Alpha. Pourtant je ne me dis pas jaloux. Tout n’est qu’une question de temps et de timing. Tôt ou tard, tout me reviendra de droit, à moi le roi légitime. Mais avant de penser à cela, je dois être sûr. Alors j’ancre mon regard dans le sien. « Alors ? Ces hommes ?... » Ne crois pas que j’ai oublié le sujet principal.





( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
Jodie Rowley

avatar

Humaine
Admin



¤ AVATAR : Candice Accola
¤ MESSAGES : 489
¤ POINTS : 223
¤ MULTIS : Aaron Davis - Hannah Johnson - Alex Blackwood
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE :

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 11/01/2018


MessageSujet: Re: Le passé est toujours présent Dim 21 Oct - 0:37






Le passé est toujours présent


Seth & Jodie


Est-ce qu'elle s'inquiète pour lui parce que c'est dans son caractère ? Oui. Est-ce qu'elle s'inquiète pour lui comme elle s'en ferait pour une autre personne lambda ? Non. Jodie aimerait bien dire que c'est le cas et se dire qu'il est comme les autres mais, c'est Seth. Un prénom qui suffit à le rendre différent malgré les mensonges, les manipulations extérieures et les huit ans d'absence. Il aurait été tellement plus facile de faire une croix sur ce qu'ils ont vécu, de se dire qu'il ne représentait plus rien aujourd'hui. C'est même ce qu'elle a cru pendant qu'il était loin, certaine d'avoir tourné une page sur tout cela. Il avait fallu qu'il apparaisse à nouveau pour que tous les souvenirs remontent d'un coup et compliquer les choses. Les questions qu'il pose, les sons qu'il émet et, même la main qu'elle tient pour la passer sous l'eau... Tout le rend trop réel et bien présent. C'est perturbant mais pas plus que la conversation qu'ils sont en train d'avoir et qui laisse comprendre que, s'ils se sont loupés, ce n'est que la faute du père de Seth.

A quel moment leur histoire a cessé de leur appartenir ? Comment une personne peut s'octroyer des droits sur un enfant à naître ? Elle n'arrive pas à comprendre qu'on puisse en arriver, pas sans une bonne raison. Jodie se sent responsable parce qu'elle a besoin de trouver des explications aux comportements, elle a besoin de croire qu'il y avait quelque chose pour justifier une telle action envers eux. L'humaine a forcément fait quelque chose qui n'aurait pas été au goût du père de Seth, quelque chose de vraiment grave sans même s'en rendre compte. Les réponses commencent à tomber, non sans un soupir de la part de Seth qu'elle n'arrive pas à interpréter. Certains mots résonnent plus que d'autres dans l'esprit de la blonde : pion indésirable, réussite, conquête, requins, dommage collatéral, famille... Le problème c'est qu'il ne s'exclut pas quand il parle de cette famille, il se met dans le lot des « requins Keegan ». Et forcément, elle en vient à se demander si, lui aussi, il l'a vu comme une distraction passagère qu'il était préférable d'écarter pour poursuivre un autre but ? Jodie inspire et, appelez cela de la naïveté si vous voulez, mais elle ne peut pas se résoudre à croire une telle chose de la part de Seth. Pas en vue de sa réaction en apprenant qu'elle n'avait jamais avorté de manière consciente et volontaire. C'est presque ironique de voir qu'on l'a écarté d'une famille pour qu'elle y retourne, sans même le savoir...

Sauf qu'elle n'a pas le temps de réfléchir à tout ce qu'il vient de dire, pas le temps de se faire un avis qu'elle voudrait censé sur la situation. Seth revient déjà sur les hommes, il veut savoir. Le regard de l'humaine est bloqué dans celui de l'homme et, elle reste muette quelques secondes. Elle cherche à savoir les implications que pourrait avoir sa réponse.

« Seth... » Elle bloque, cherche comment dire les choses et comprendre comment s'organisent ses pensées. « Si je te donne une confirmation, tu fais quoi après ? Tu vas aller le voir, ton père ? Parce que si c'est le cas, si tu y vas, que tu lui dis, que... Enfin, s'il a vraiment été capable de faire ça, je suis supposée faire quoi ? Être sereine en te filant une description alors que là, en vrai, la seule chose qui m'inquiète c'est que ça peut dégénérer. Si tu y vas, si ça tourne mal. Et par « tourne mal », j’entends que ça se passe mal pour toi. Je suis censée le vivre comment après ? »

Pour la première fois de sa vie, elle s'en fiche pas mal de ce qui pourrait arriver à ces hommes ou même au père de Seth. Pour la première fois des vies humaines, ou celles de loups, n'a pas la moindre importance dans son raisonnement. Ce qui est plutôt perturbant, soit dit en passant. Mais, en étant parfaitement honnête avec elle-même, la seule chose qui l'inquiète ce sont les répercussions que cela peut avoir sur Seth.

« Je peux crier sur les toits que je te déteste pour être parti, que je t'en veux de m'avoir menti sur ta nature. Parce que, ça aurait quand même été bien de le savoir en sachant que... » Qu'elle était enceinte ? Ça ne veut pas sortir alors elle secoue la tête et chasse cette pensée. « Je peux le dire autant que je le veux, je peux même chercher en m'en persuader aussi fort que possible... ça reste un mensonge. » Elle est incapable de faire une croix sur ce qu'ils ont vécu, même si elle le voulait, même si elle essayait de toutes ses forces. « Tu ne peux pas me demander de te donner une information qui peut se retourner contre toi. »



par humdrum sur ninetofive


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Le passé est toujours présent

Revenir en haut Aller en bas
Le passé est toujours présent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le mal est passé mais le passé fait toujours mal.
» Le passé nous revient toujours quand on dors... [pv Seth Cooper]
» Le passé, l’avenir, ces deux moitiés de vie dont l’une dit jamais et l’autre dit toujours. [PV Nami]
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Sud de la Tamise :: CMAS-
Sauter vers: