RSS
RSS



AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !



Partagez|

Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Jenny Hoppe

avatar

∞ Sorcière ∞
Ether



¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 121
¤ POINTS : 39
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018


MessageSujet: Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas Lun 3 Sep - 13:32



"Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas"


feat. Noah Prescott




Ils sont sur le casse du siècle, dans la partie du plan la plus délicate. Cette toute petite partie qui demande de ne pas faire la moindre erreur et encore moins un faux pas. Pour une fois, les trois sont concentrés en même temps, c'est même étonnant qu'aucun n'en profite pour sortir une blague débile ou une réflexion à la con. C'est pourtant bien le genre de la maison. Jenny jette un regard aux jumeaux avant d'inspirer et se lancer pour attraper l'objet de leur convoitise. Les mains vont bientôt s’emparer d'un canard géant en plastique quand, derrière elle, les jumeaux se mettent à chanter à tue-tête I was made for lovin'you de Kiss. Dépitée par le choix stupide de chanson, elle se tourne vers ceux qui se mettent maintenant à inventer une chorégraphie sur ce refrain qui reste horriblement en tête. Tout part en vrille quand le canard en plastique fait la même chose, ainsi que les agents de polices qui arrivent sur place...

Jenny ouvre un œil pendant que sa main tâtonne sur sa table de chevet à la recherche de son portable crachant cette musique débile. Elle a comme une envie de meurtre sur celui qui s'est amusé à changer la musique de son réveil venue perturber le déroulement de son rêve. Les pupilles essayent de s'adapter à la luminosité de l'écran qui affiche indécemment 8h00 du matin. La gorge grogne quand les doigts stoppent l'alarme mise quelques heures plus tôt. L'espace d'un instant, elle plaint tous ces gens avec leurs horaires de bureau, devant vivre ce calvaire cinq matins sur sept pour les plus chanceux. Dans un soupir, elle se lève et enclenche le pilotage automatique quand elle file sous la douche. L'eau à l'avantage de la réveiller un peu et c'est un peu plus fraîche, le corps emballé dans un tailleur-jupe, qu'elle gagne la cuisine. Un petit dej est avalé rapidement sans qu'elle ne cherche les jumeaux du regard. A cette heure-ci, ils doivent encore avoir les yeux clos.

9H, elle est devant le bâtiment d'un cabinet de notaire du centre de Londres. A croire que ces gens, trop énervés de devoir commencer aussi tôt, se font une joie de filer des rendez-vous à une heure aussi matinale. Le boulot de Jenny nécessite souvent de travailler en pleine nuit et, se réveiller à l'heure à laquelle elle a l'habitude de se coucher, c'est un peu déphasant. Moins que l'appel reçu quelques jours plutôt. Un notaire dont elle a déjà oublié le nom l'avait informé du décès de sa mère et du testament qui avait été retrouvé dans ses affaires. Étonnement, ce qui avait le plus surpris Jenny c'était cette histoire de testament. Aux dernières nouvelles, sa mère n'était pas le genre de femme à s’embarrasser avec de la paperasse, encore moins quand ils sont officiels. Elle avait balayé l'appel d'un haussement d'épaules sachant qu'elle ne connaissait pas cette femme qui avait plus été une génitrice qu'une mère. N'empêche qu'elle est là, à pousser la lourde porte en bois de ce cabinet de notaire, intriguée par une dernière information donnée au téléphone : Jenny n'était pas la seule personne à hériter de sa mère.

Jenny arrive très vite dans un immense espace servant de hall d'attente, le regard parcourant naturellement les tableaux accrochés qui pouvaient paraître importants. En réalité, de simples reproductions ou des œuvres originales ne valant pas plus de quelques centaines de dollars. Déformation professionnelle, la jeune femme ne peut s'empêcher de toujours regarder ce qui est volable ou non dans un nouvel endroit. On n'est jamais à l’abri de bonnes surprises. Miss-Colgate, comme elle décide d'appeler la nouvelle arrivante, se pointe devant elle avec son sourire professionnel sur les lèvres.

« Bonjour, je peux vous aider. » Non, pas vraiment. Je préfère retourner me coucher. « Oui. » Qu'elle lance dans un sourire poli. « J'ai rendez-vous, je suis Jenny Hoppe. » Miss-Colgate regarde sur la tablette qu'elle tient dans les mains. « Ah oui, avec Monsieur Caplan. Si vous voulez bien me suivre, Mademoiselle Prescott est déjà sur place. » et c'est qui celle-là ? «  Parfait. »

Jenny suit docilement à travers un dédale de couloirs pour arriver devant une porte. La secrétaire frappe, attend qu'on lui réponde avant de passer la tête pour prévenir que Jenny se trouve ici. Deux secondes plus tard, la porte s'ouvre en grand et Miss-Colgate invite l'héritière à entrer dans le bureau spacieux. Il lui faut peu de temps pour aviser les deux cartons scellés se trouvant dans un coin de la pièce, le bureau massif  et ses quelques bibelots qui brillent pour se donner un genre. « Bonjour. » Le sourire de circonstance est toujours sur les lèvres de Jenny qui a toujours su apparaître comme la fille avenante dont on ne se méfie pas. Une poignée de main est échangée avec le notaire, avant de le tendre à nouveau vers ce qui doit être Mademoiselle Prescott. « Jenny Hoppe. » se présente-t-elle en se disant que si elle ne connaît pas cette femme, il y a de grandes chances que l'inverse soit aussi vrai.

« Très bien, si vous voulez bien vous asseoir, nous allons pouvoir commencer. » Il désigne une chaise, proche de celle de Prescott où Jenny prend place. « Tout d'abord, toutes mes condoléances pour votre mère. » Elle hoche la tête pour le remercier, plus par principe que réelle motivation. C'est qu'elle s'en fout un peu de cette perte. Ce n'est pas sa génitrice qui l'a élevé mais la palanqué de femmes qui vivaient dans le bordel où elle a vu le jour. Ce qui l'intéresse c'est de savoir ce que fait l'autre jeune femme dans cette histoire. « Madame, euh... » Il regarde ses notes pour être certain de bien lire. « Vanille Des-ïles ? » Jenny retient un sourire amusé pour hocher une nouvelle fois la tête. « C'était une originale, elle fait changer son nom quand elle était plus jeune. » Finalement, ce rendez-vous serait plus amusant que prévu. « Bien, bien... Donc Madame Des-Îles a laissé un testament où elle stipule que ce qui lui appartient devrait être redistribué de manière équitable entre sa fille. » Le regard se lève vers Jenny. « Vous et votre père biologique. » Et là, le regard se tourne vers Prescott. « Mais nous n'avons pas su retrouver votre père. »

Le sourire à toutes épreuves de Jenny vacille un peu sous cette annonce. Comment ça, son père biologique ? Aux dernières nouvelles personne ne savaient qui était ce client parmi tant d'autres. Une révélation qui en apporte une autre parce que, si tout cela est vrai, ça veut dire que la femme à côté d'elle est... Jenny pose un regard interrogatif sur ce visage qu'elle n'a encore jamais vu... Sa demi-sœur ? Quelque chose dans ce goût-là. C'est une blague ?



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Noah Prescott

avatar

☽Chamane☾
Meute du Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDITS : Shiya
¤ MESSAGES : 180
¤ POINTS : 90
¤ AGE : 32 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas Mar 4 Sep - 17:31


 
Les héritages c’est comme les chromosomes, ça se choisit pas
Jenny & Noah

     
« Vous devez vous tromper de personne. Ma famille n’est pas très … »
« Vous êtes Noah Prescott ? »
« Encore une fois, oui. Mais … »
« Alors, rendez-vous jeudi, à 9h00 au cabinet. Bonne journée Mademoiselle. »
« Nan, mais attendez, il y a sans doute d’autres … Allô ? Allô ? »

Noah raccrocha son téléphone avec agacement. Qu’est-ce que c’était que cette histoire encore ? Sa grand-mère était encore bien vivante. Et le reste de sa famille, elle n’en avait plus entendu parler depuis plus de vingt ans. Rien ne lui avait signifié qu’un parent à elle était décédé depuis peu. Sa communication avec ses ancêtres n’avait jamais été très simple. Même elle soupçonnait sa grand-mère d’avoir créé une espèce de par feu depuis longtemps pour l’empêcher de communiquer clairement avec eux. Encore cette obsession du contrôle, sans doute ... Mais la chamane osait espérer que si ce décès concernait l’un de ses parents directs, les esprits tenteraient de prendre contact avec elle. Et pour qu’on lui parle d’héritage, il fallait sans doute que cela en soit un, de parent direct.

Bien décidé à ne pas perdre son temps et ne pas en faire perdre à d’autres, elle se présenta tout de même au rendez-vous, sa carte d’identité bien en main. C’était évident qu’il y avait confusion. Noah tomba donc sur une jeune femme à l’accueil de l’immeuble qui l’impressionna par sa dentition absolument parfaite et certainement par mimétisme, lui rendit son sourire qui se voulait sans doute chaleureux.

« Bonjour, je suis Noah Prescott. J’ai rendez-vous pour une histoire d’héritage … C’est peut-être vous que j’ai eu au téléphone en début de semaine, je sais pas trop. Enfin, quoi qu’il en soit, j’ai essayé d’expliquer qu’il y avait sans doute confusion. » Et elle dégaina sa carte d’identité. « Ma date de naissance, mon lieu de naissance, tout ça … Je suis sûre que ça doit pas coller. »

Sans se départir de son sourire que Noah trouvait finalement assez figé, la jeune femme regarda la carte d’identité et la compara à un formulaire qu’elle sortit d’un des dossiers posés à côté d’elle.

« Je vous confirme qu’il s’agit bien de vous, Mademoiselle Prescott. Nos enquêteurs ont toujours fait un travail remarquable et se trompent rarement de personne. » Elle décela une petite pointe de fierté et d’orgueil dans cette explication qui lui fit levé un sourcil. « Si vous voulez bien me suivre, vous êtes la première arrivée. Maitre Caplan commencera lorsque tout le monde sera présent. »

Tout le monde ? Parce qu’elle n’était pas la seule à avoir l’impression de se faire avoir ? Pourtant, les locaux et les quelques personnes croisées dans les couloirs semblaient tout ce qui avait de professionnels. À l’invitation, Noah pris place dans un bureau et se retrouva seule quelque instant, avant que le notaire fasse son apparition.

« Mademoiselle Prescott ? »
« Ben … Il semblerait, oui. »
« Enchanté, Maitre Caplan. »

Noah bafouilla une réponse avant que la porte ne se rouvre sur une deuxième jeune femme qui se présenta comme étant Jenny Hoppe. Noah en fit de même avant de se rasseoir, s’obligeant à ne pas refaire son numéro de c’estpasmoic’estuneerreur. Elle lâcha tout de même un « Oh ! » compatissant lorsqu’elle comprit qu’il y avait tout de même bien un mort dans cette histoire et se tourna vers la jeune femme qui restait de marbre à ces condoléances. Elle afficha cependant un rictus à l’évocation du nom de sa mère. Noah, de son côté, les sourcils froncés en profita pour chercher dans sa mémoire si elle avait déjà croisé quelqu’un qui portait un nom pareil. Avant de se dire qu’elle s’en souviendrait certainement… Le mystère restait donc entier pour l’instant et semblait même s’épaissir.

Et c’est toujours les sourcils froncés et l’air concentré que Noah regarda le notaire poser les yeux sur elle. Elle semblait attendre la suite du speech qui ne vint pas. Elle mit donc un temps interminable à réagir en sursaut et de manière pas tout à fait cohérente.

« Oh ! Bien … Et ? Qu’est-ce que … Oui ? Non, je sais pas. » Son regard perdu passait successivement du notaire à Jenny. « Je m’excuse … Je suis désolée de ce qu’il vous arrive, mais je ne comprends toujours pas ce que je fais là. Je n’ai jamais connu une Madame Des Iles. Et votre père … Vous avez un nom ? Éventuellement, je … »

Et là, ca fit tilt. Noah s’arrêta net, se redressa, se tortilla un peu sur sa chaise. Visiblement, ça cogitait sévère. Jusqu’à ce qu’elle arrive à sortir un « Oh ! » de surprise.

« Mais … comment vous savez ? C’est-à-dire que … J’ai pas l’impression de le crier sur tous les toits. Vous êtes de mèche avec le Conseil ? C’est Joanne qui vous a parlé de moi ? Parce qu’elle sait faire aussi, hein ! Enfin, c’est pas comme si c’était une science exacte en même temps. Généralement faut connaître un peu la personne avant. Vous savez peut-être pas comment ça marche, remarquez … Et puis, on a le droit ? Parce que je pensais que c’était mal vu, ces derniers temps … »

Noah se tourna vers Jenny et la dévisagea sans vraiment de gêne avant de se pencher vers le notaire et de montrer la jeune femme d’un doigt qui se voulait discret, mais qui ne l’était pas du tout.

« Vous savez que ce n’est pas une louve, hein ? »

Bon, Noah ne comprenait rien à rien. Et du coup le notaire non plus. Pour la chamane, elle était là pour contacter les ancêtres de cette Jenny Hoppe et retrouver son père, dans une dimension ou dans l’autre. Il faut dire qu’elle avait plus à faire à ce genre de demande qu’à des situations dont le commun des mortels avait l’habitude. Maintenant que le monde du surnaturel était connu, tout devenait possible, non ? Le notaire, lui, était dans un monde beaucoup plus cartésien.
Revenir en haut Aller en bas
Jenny Hoppe

avatar

∞ Sorcière ∞
Ether



¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 121
¤ POINTS : 39
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018


MessageSujet: Re: Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas Mer 5 Sep - 11:22



"Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas"


feat. Noah Prescott




Jenny cogite sur des années à courir entre des jambes dénudées pour entendre toujours la même chose : personne ne savait qui était son père. Ni sa mère, ni la propriétaire des lieux, ni aucune autre femme travaillant dans cet endroit. On se sera bien foutu d'elle pendant tout ce temps et, étrangement, ça fait sourire la voleuse. Expression qui se mue en une incompréhension quand, sur l'autre chaise, la jeune femme s'agite dans un flot de paroles qui n'a ni queue ni tête. Il est question de conseil. De conseil de quoi ? D'une certaine Joanne dont personne ne semble avoir entendu parlé jusqu'à présent. Jusqu'à ce que, dans une discrétion toute relative, Jenny soit désignée comme une non-louve.

« Et moi qui comptais laisser planer le doute sur ce que je suis ! » C'est-à-dire : rien, hormis une humaine qui ignore qu'elle est une sorcière. Et c'est ce rien-de-particulier qui se relève pour se pencher un peu au-dessus du bureau, posant une main sur le document que l'homme tient devant lui. « Maître... » Le regard se braque sur l'homme, un sourire pouvant sembler équivoque quant à la manière d'utiliser cette distinction dans d'autres circonstances. « Vous permettez que je vous emprunte ça ? » Le doigt tapote le papier quand le regard de l'homme s'efforce de ne pas plonger dans un décolleté. « Je vous en serais très reconnaissante. » Le timbre de voix est plein de promesses quand il déglutit en oubliant sa précédente envie d'appeler sa secrétaire pour faire sortir la furieuse qui parle de loup. « O... Oui. » Brave homme. « Merci. »

Le document administratif entre les mains, Jenny jette un coup d’œil dessus tout en tirant sa chaise face à l'autre jeune femme. S'installant dessus, elle délaisse le papier pour poser son regard sur cette femme. « Noah, c'est ça ? » Sourire rassurant sur les lèvres, Jenny en oublie complètement maître Caplan dont les pensées doivent déjà être loin. « Vous allez nous le perdre avec ce genre de discours parce que, de vous à moi... » Elle se penche légèrement vers Noah, baissant la voix pour un aspect confidentiel. « … Il doit être bien trop protocolaire pour sortir des carcans administratifs. Les loups, si vous voulez mon avis, ne doivent pas encore être dans son protocole administratif. » Même s'ils étaient connus, la lenteur du service administratif pour se mettre à jour n'est plus à prouver. « Dites-moi Mademoiselle Prescott. » Jenny se repositionne droite sur sa chaise, tournant la feuille entre ses mains. « Est-ce que vous avez déjà entendu parler de la fidélité des hommes ? » La question est rhétorique. La bague de mariage, au doigt du notaire, étant un très bon exemple de l'idée qu'elle se fait de cette notion. « J'ai toujours pensé que c'est une idée surfaite, inventée pour rassurer toutes ses femmes qui s'inquiètent de l'heure tardive à laquelle rentrent leurs maris. »

Vivre dans un bordel où la plupart des clients sont soit-disant en couple n'aide pas à avoir une opinion favorable vis-à-vis de cette pseudo fidélité. Il y a bien des raisons à l'infidélité : l'envie d'évasion, de connaître de nouvelles choses, le goût de l'interdit, ... Elle en a même déjà vu venir pour se sentir plus « homme » alors que, chez eux, ils avaient l'impression d'être avec une femme castratrice qui leur avait enlevé tout sentiment de virilité. Jenny avait vu tellement d'hommes se glisser entre les cuisses d'une femme, qu'elle pourrait tenir une conférence de trois heures sur les différents profils se ramenant dans un lieu de débauche, comme certain disent. Jenny voit plus les bordels comme un lieu d'utilité publique mais, là, c'est encore un autre débat.

« Tout ça pour dire que personne ne vous demande de faire quoique ce soit. Le fait de pouvoir reconnaître une louve pourrait en dire long sur ce que vous êtes... » En réalité, ça ne dit pas ce qu'elle est. Ça réduit seulement les champs des possibles. On oublie le côté vampire, il fait bien trop jour pour cela. Il reste le fait d'être elle-même une louve ou une chamane. Vu le discours précédent, il est plus facile de pencher sur la dernière option. « Mais, ce que cet homme voulait surtout dire c'est que... » Elle tend la feuille à Noah. « Le nom de mon père biologique, apparemment, est aussi celui de votre père. »

Document administratif à l'appui où, noir sur blanc, est écrit le nom de ce père. Surprise! Et Jenny ne doit pas encore avoir pris conscience des conséquences de cette révélation. Dans son esprit ça ne change pas grand-chose, hormis une bonne histoire a raconter aux jumeaux quand elle rentrerait à la baraque. Parce que, sur l'instant, elle ne sait pas encore si c'est une bonne nouvelle ou une mauvaise. Jenny n'a jamais envisagé que les choses puissent se passer de cette manière.



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Noah Prescott

avatar

☽Chamane☾
Meute du Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDITS : Shiya
¤ MESSAGES : 180
¤ POINTS : 90
¤ AGE : 32 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas Mar 11 Sep - 17:30


 
Les héritages c’est comme les chromosomes, ça se choisit pas
Jenny & Noah

     
Finalement, la chamane et le notaire se regardèrent longtemps, tout aussi étonnés l’un que l’autre de ce qui était en train de se passer. La non-réaction de son interlocuteur n’aidait pas non plus Noah à comprendre la situation. Elle était sur le point de se dire que sa première supposition surnaturelle n’était peut-être pas la bonne lorsque Jenny décida de sortir le grand jeu. Les situations étranges s’enchaînaient certainement un peu trop rapidement pour que Caplan puisse réagir de manière adéquate et se laissa dépouiller de son dossier dans un bafouillement. Noah ne put s’empêcher de laisser passer un sourire amusé. Il leur en fallait peu, à certain, pour se laisser distraire…

La paperasse dans les mains, Jenny se tourna vers la chamane qui se redressa sur sa chaise.

« Non, j’ai finalement décidé de m’appeler Banana Hammock … »

Une moue un peu agacée sur le visage, Noah bougonna son sarcasme, un tantinet las de devoir répéter ou confirmer son identité à tout bout de champ. Ses derniers jours, elle avait dû le faire plus que durant sa vie entière.

« De toute façon, je crois qu’il est déjà perdu… J’avais bien senti un léger flottement… »

Une réponse faite sur le même ton confidentielle que venait d’utiliser Jenny, alors qu’elle jetait des regards vers le notaire. Des loups ou du numéro de charme de la jeune femme, elle n’aurait su dire ce qui avait marché le mieux. Un cocktail détonnant des deux, sans doute … Et ce n’est pas le discours sur la fidélité qui rendit les choses plus normales.

« Oui, vaguement… » Une nouvelle ironie de la part de la chamane qui était de plus en plus paumée dans ces changements de sujet. Mais elle s’accrochait. « Mais vous souhaitez vraiment en discuter maintenant ? J’ai pas prévu d’y passer la journée … »

Elle balança un sourire, parce que si Jenny semblait avoir un avis bien tranché sur le sujet, Noah, elle, était beaucoup plus vague dans ses opinions. Et le sujet de la fidélité était assez vaste. Voire carrément illimité. Et franchement, la tout de suite, la chamane ne se sentait pas pour se lancer dans un tel débat. En revanche, elle haussa légèrement les épaules avec une mine désolée lorsque Jenny lui fit comprendre que son délire sur les loups venait de la dévoiler. C’était pourtant ce qui lui avait paru le plus probable sur le moment. Si Aaron avait été là, il aurait certainement levé les yeux au ciel … La prudence n’était pas toujours évidente pour Noah.
En revanche, l’ironie et les blagues douteuses prirent fin lorsque Jenny lui expliqua de manière beaucoup plus explicite ce qu’elles faisaient finalement toutes les deux, ici, dans ce cabinet de notaire. Noah prit le document qui lui était tendu et le parcourut rapidement pour tomber sur le nom de son père, Satvick Prescott. Un nom qui rappelait ses origines indiennes de par sa mère et anglaise de par son père.

« Oh, je vois … Rien à voir, donc, avec … Enfin, avec une histoire de … »

Elle jeta un énième coup d’œil en direction de Caplan avant de lui lancer un sourire désolé. Bon, elle venait de s’afficher et de passer pour une dingue. Tout ça, devant… Devant quoi, du coup ? Une demi-sœur ? Son regard se refit un peu perdu, se demandant ce qu’elle était censée ressentir suite à cette nouvelle. Parce que là, pour l’instant, il n’y avait pas grand-chose. Elle se tourna de nouveau vers le notaire pour reprendre sa place initiale, maintenant que le malentendu était résolu.

« Ça fait vingt-cinq ans que je n’ai pas vu mon père. Je ne suis pas capable non plus de vous dire où il est. »

« Bien. Alors vous êtes la représentant légale de Monsieur Satvik Prescott. A ce titre, vous et Mlle Hoppe êtes bénéficiaires du testament de Mme Des Iles. » Le notaire posa avec toute la délicatesse du monde deux cartons devant les deux jeunes femmes sur lesquels il posa deux papiers. « Merci de parapher chaque page et de dater et signer la dernière. Mlle Prescott, vous avez à signer ces papiers en plus, pour officialiser votre statut de représentant. »

Noah regarda la vingtaine de pages qui lui était demandé de signer sans rien y comprendre, regardant Jenny pour voir si elle, y tiltait quelque chose. Toute cette paperasse pour un héritage, elle n’avait jamais vu et jamais eu l’occasion de le vivre. Les héritages chez elle, étaient beaucoup plus immatériels que ça.

« Mais … On ne peut pas tout donner à Mlle Hoppe ? Parce que franchement, je ne connais pas du tout Mme Des Iles et mon père, à peine mieux … Alors, en fait, je ne me sens pas spécialement concernée. »

Noah n’avait pas l’impression d’avoir la légitimité pour récupérer des affaires de personnes qui lui étaient totalement étrangères, au moins pour l’une.

« Vous avez peut-être envie de tout récupérer, non ? » La chamane s’était tournée vers Jenny. « C’était votre mère, après tout … »
« Je suis notaire. J’applique de ce fait les dernières volontés de Mme des Iles dans la légalité à laquelle vous ne pouvez vous dérogez … »
« Oui, mais … »
« Signer ces papiers, qu’on en finisse, ou je fais appeler la sécurité pour tentative d’intimidation surnaturelle pour vous et tentative de manipulation pour vous. »

Caplan montra successivement Noah et Jenny d’un doigt boudiné. Ces deux nanas commençaient à l’agacer, ce n’était clairement pas son plus gros dossier ni son plus rentable. Alors il n’avait pas du tout l’intention d’y passer plus de temps qu’il ne fallait.
Revenir en haut Aller en bas
Jenny Hoppe

avatar

∞ Sorcière ∞
Ether



¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 121
¤ POINTS : 39
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018


MessageSujet: Re: Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas Sam 15 Sep - 2:15



"Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas"


feat. Noah Prescott




Les sorcières sont des êtres étranges. Elles doivent vivre dans un monde complètement à part pour songer au surnaturel en premier lieu mais, être dépassées quand les sujets « normaux » s'enchaînent. Jenny ne compte pas vraiment parler de la fidélité, ce serait bien trop long. Non, c'est seulement une de ses transitions un peu étranges pour parler de l'éventuelle infidélité du père de Noah... Ou de Banana, c'est au choix. Il faut attendre que la chamane regarde le document par elle-même, qu'elle y trouve un nom connu pour comprendre qu'il n'est pas question de surnaturel. Jenny secoue la tête dans une moue « non, rien à voir. » Bienvenue dans la famille.

Jenny se repositionne de manière à avoir le notaire face à elle. Ça semble être plus poli quand l'homme essaye de reprendre les choses en main. Il s'en fiche de savoir si Mlle Prescott sait où se trouve son père, il veut se débarrasser de cette affaire. Au regard de Noah, Jenny hausse les épaules. Ce n'est pas elle qui sait comment se passe un héritage en temps normal. Dans le meilleur des cas, Jenny les facilitent en les volant avant qu'ils soient distribués. Ce qui simplifie grandement ces démarches à ne plus en finir. Le plus étrange dans cette histoire, c'est Noah qui s'interroge en demandant à Jenny si elle ne veut pas tout récupérer. La voleuse à surtout l'habitude de voir des gens sauter sur l'occasion de récupérer des choses, peu importe ce que cela peut être. Mais non, cette femme, elle est là à sembler ne pas être à l'aise à l'idée d'hériter. « Oui, enfin si ça peut vous rassurer, je ne me sens pas plus concernée. » Elle entend le notaire soupirer alors que ses yeux auraient bien roulés à l'arrière de leurs orbites. « Mamère m'a élevée au même titre qu'une vingtaine d'autres femmes. » Un ingénieux roulement de prostituées pour s'occuper d'une mioche afin de ne pas pénaliser le travail de la génitrice.

Jenny hoche la tête comme un accord donné à Noah pour qu'elle signe sans se soucier de ce qu'elle peut penser de la situation, si jamais elle a besoin d'une autorisation pour le faire. Parce que le notaire à l'air de ne pas avoir envie de perdre plus de temps. Assez pour se mettre à menacer les deux femmes d'intimidation ou de manipulation. « Moi ? » Air faussement outré et peiné « Je voulais seulement vous aider à faire comprendre la situation. Désolée. » Ce qu'elle n'est pas en plus de ne pas être crédible quand elle le dit. Et c'est avec une bonne volonté feinte qu'elle se lève pour aller signer les papiers qui la concernent sur le carton. Voilà, ce n'est quand même pas de sa faute si elle est obligée de se pencher légèrement pour parapher correctement toutes ses feuilles. « Excusez-moi » Lance-t-elle en levant son stylo comme une bonne écolière. « Je signe avec quel nom ? » Le notaire se passe une main sur le visage pour cacher une exaspération « Comment ça avec quel nom ? Avec le votre ! » Exaspération qui se sent très bien dans le timbre de sa voix. « C'est que techniquement, je ne m’appelle pas Hoppe. Elle a fait changer mon nom aussi... Une question d'espoir, un truc dans le genre, sauf qu'elle ne savait pas orthographier ce mot en anglais. » Jenny à cinquante versions différentes sur les origines de son nom de famille. Bon courage pour connaître l'histoire vraie. « Le nom inscrit sur vos papiers officiels. » Elle hoche la tête dans une exclamation débile, retenant son sourire en voyant l'homme qui semble déjà ne plus en pouvoir.

La femme signe avant de retourner s'asseoir le temps que Noah face de même avec tous les papiers qu'elle a en plus. Et ce n'est qu'une fois ces formalités remplies que le notaire souffle un peu. « Très bien, nous allons procéder à l'ouverture de ces boites et faire une distribution équitable. » Il regarde les deux femmes tour à tour. « Je suppose que ça devrait aller vite et que personne ne se battra pour le même objet, vu que vous semblez toutes les deux ne pas être très attachées à cet héritage. » Et dans cette affirmation semble pointer une question... Ou plutôt une supplication : Finissons en au plus vite, par pitié. Le notaire boudiné se lève, laissant apparaître une taille des plus petites alors qu'il doit se hisser sur la pointe des pieds pour enlever ce qui scelle le premier carton. Il ouvre les pans et, quand son regard se pose à l'intérieur, il prend soudain une teinte cramoisi. Sa bouche s'ouvre dans une exclamation muette, bloquant de longues secondes sur le contenu du carton.

« Un problème, Maître ? » Il ne sent même pas à quel point elle se retient de rire devant sa tête. Pas besoin d'être proche de sa mère pour que Jenny comprenne ce qui peut se trouver dans le carton et, rien que cette idée, demande un grand contrôle de soi pour ne pas exploser de rire. « Non, non... » Raclement de gorge. « Pas du tout... Bien, commençons donc... » C'est qu'il ferme presque les yeux quand il met la main dans le carton pour la ressortir avec... Et bien, avec un énorme pénis en silicone qui se dandine de droite à gauche. « Le premier objet est... Est... Un... Euh... » La main devant la bouche pour cacher son sourire grandissant, Jenny fait mine de tousser avant de désigner l'objet. « C'est Hector. » Prénom inventé pour l'occasion mais la tête du notaire est vraiment trop drôle. D'ailleurs, ça vaut peut-être le coup de regarder celle de Noah.



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Noah Prescott

avatar

☽Chamane☾
Meute du Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDITS : Shiya
¤ MESSAGES : 180
¤ POINTS : 90
¤ AGE : 32 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas Mer 19 Sep - 17:11


 
Les héritages c’est comme les chromosomes, ça se choisit pas
Jenny & Noah

     
Elle se tenait à carreau, à présent, la chamane. Du moins autant que possible. Les questions qu’elle avait eues depuis le coup de fil du cabinet avaient trouvé réponse. Même si elle aurait bien aimé savoir pourquoi on ne lui avait pas dit ça depuis le début. Quoi qu’il en soit, cela l’avait un peu calmé. Toutes ces réponses en avaient pourtant soulevé un tas d’autres. À commencer par l’histoire de Jenny. A priori, elles en avaient un bout en commun, d’histoire. Et pas le plus reluisant, puisqu’une fois de plus, leur géniteur n’avait visiblement pas souhaité assumer ses œuvres jusqu’au bout. Mais le reste ? Qu’est-ce que ça veut dire une vingtaine d’autres femmes ? Elle avait été mise en foyer ? Elle avait été élevée par des familles d’accueil ? Elle n’avait même pas de nom officiel ? Elle avait combien de noms, au total ? Noah continua à signer, signant les dernières pages d’une griffe de moins en moins lisible. Elle en avait marre de la paperasse. Elle faisait un effort pour la gestion de sa boutique. Mais franchement, ce n’était clairement pas la partie préférée de sa profession.

Elle rendit enfin le tout au notaire pour s’asseoir de nouveau sur sa chaise, soutenant sa tête avec sa main en attendant patiemment la suite des évènements. Noah ne put pourtant pas s’empêcher de soulever un sourcil à la remarque du bonhomme concernant leur attachement au contenu des boites.

« On est surtout là parce que Mme Des Iles vous l’a demandé. Comme vous l’avez dit, c’est la loi, vous l’appliquez. Je ne crois pas que vos commentaires fassent partie de la procédure. »

Sans agressivité, Noah ne retint pas sa remarque en réaction au ton sarcastique du notaire qui soupira d’agacement avant de poursuivre. Il semblait commencer à comprendre que de toute façon, il n’aurait pas le dernier mot. Le menton de Noah se décolla de sa paume de main lorsque Caplan les gratifia d’une nouvelle expression. Après l’incompréhension, l’amoureux transit et l’agacement… la gêne puissance mille ? Noah s’avança sur son siège pour voir d’un peu plus près ce qu’il y avait dans ce carton pour que le notaire vire au cramoisi ainsi. Mais c’est à la glorieuse apparition d’Hector qu’elle se recula au fond de sa chaise dans un sursaut. La chamane loucha un instant dessus avant d’éclater de rire.

« Madame des Iles faisait donc dans l’art contemporain ? »

Dans la tête de Noah, les héritages, c’était surtout des objets kitsch, des vieux machins chargés d'histoires ou au contraire, dont plus personnes n’avait souvenir. Au mieux, un peu d’argent. Mais pas des sextoys ! Toujours rigolarde, Noah avait fini par se lever pour aller elle-même fouiller dans les cartons. Et elle y mettait un sacré bordel.

« Non, attendez, ce n’est pas comme ça … »
« Mais il y en a tout un tas ! »

Et la chamane les sorti un par un pour les poser sur le bureau du notaire qui tentait de les remettre dans les cartons au fur et à mesure. Le rire de Noah et ses exclamations avaient fini par interpeller l’assistante qui se permit d’ouvrir la porte du bureau pour demander si tout se passait bien. Il y eu un léger flottement avant qu’elle dégaine sa dentition étincelante et s’excuse en refermant la porte. Le notaire finit par s’assoir dans son fauteuil en cuir et se massa l’arcade sourcilière. Noah, de son côté, se retrouva rapidement avec les mains occupées d’objets dont elle ne connaissait même pas l’utilité. Elle finit par se tourner vers Jenny, les protestations faiblardes du notaire ne lui arrivant même plus aux oreilles.

« Mais, elle faisait quoi votre maman ? Elle était vendeuse dans un sexshop ? Oh non ! Elle était une maîtresse ? Genre, celle qui attache, donne des ordres et tout ? »

Noah était plutôt classique dans ses relations. Un lit, deux personnes, point. Elle n’avait jamais ressenti le besoin de pimenter les choses. Elle n’en avait pas vraiment eu l’occasion non plus. Mais ça ne l’empêchait pas de se montrer curieuse. La chamane jeta un autre coup d’œil dans les cartons, toujours les mains pleines de silicone qui se dandinait joyeusement avant de lever les yeux vers le notaire avec un sourire amusé.

« Détendez-vous, je vois des trucs plus classiques, au fond, là. Ça ressemble à des papiers ou des bouquins. Ça devrais vous plaire… »

Le notaire se leva péniblement pour jeter un œil désespéré au fond des cartons et poussa du bout des doigts les différents encombrants.

« Il s’agit seulement de magazine Playboy … Oh, mais attendez, un Playboy de 63, ça a une certaine valeur… »

Et il le sortit de la boite pour l’ausculter. Le notaire commençait à se prendre au jeu … Noah, elle, n’arrivait pas à croire qu’il n’y ait que des objets aussi spéciaux dans l’héritage de la mère de Jenny. Il y avait-il au moins quelque chose dans ces cartons qui avaient une quelconque signification sentimentale pour la jeune femme ? La chamane était prête à croire qu’un vibromasseur pouvait être porteur de souvenirs heureux entre mère et fille sans qu’il y ait une quelconque glauquerie dedans, mais quand même … Elle finit par se rasseoir, les sourcils un peu froncés.

« Franchement, j’ai l’habitude de croire que les choses arrivent pour une bonne raison, mais là, je n’arrive pas à comprendre le message caché … »
Revenir en haut Aller en bas
Jenny Hoppe

avatar

∞ Sorcière ∞
Ether



¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 121
¤ POINTS : 39
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018


MessageSujet: Re: Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas Sam 22 Sep - 22:37



"Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas"


feat. Noah Prescott




La nouvelle demi-sœur commence doucement à lui plaire, avec ses répliques qu'elle place au bon moment. Un peu déphasée avec le monde réel mais drôle, ce qui n'est pas au goût du notaire. L'homme aurait quelque chose à raconter d'un peu nouveau à sa femme en rentrant ce soir, peut-être même qu'il ressortira toute cette histoire à un repas entre amis pour se faire mousser un peu. Le contenu de la boîte égayant un peu toute cette affaire même si, sur le moment, il vire pivoine le notaire. Noah éclate de rire, ce qui ne manque pas de faire sourire Jenny. « Oui, on peut dire cela. Elle était dans l'art. » Un art un peu particulier, pas toujours reconnu et souvent mal perçu. L'art le plus vieux du monde et qui n'a jamais connu la crise, en plus de permettre à certaine personne d'en profiter de leur vivant. Aussi étrange que cela puisse paraître, ces objets inhabituels étaient pourtant chargés d'une certaine histoire. Noah n'est peut-être pas la seule à vivre dans un monde un peu à part.

Les deux autres sont au-dessus du carton, le notaire protestant en vain avant d'abandonner la bataille. Jenny les regarde un instant, toujours assise sur sa chaise. L'information monte à son cerveau et est en train d'assimiler de façon plus réaliste. Devant elle se tenait deux inconnus qui fouillaient sans retenue dans les affaires personnelles de sa mère, qui avaient compté pour cette femme. La voleuse ferme les yeux un court instant en se demandant bien pourquoi elle ressent un petit pincement au cœur devant cette vision. Sa mère n'a jamais été importante, elle n'a jamais vraiment été une mère non plus. Ça ne devrait pas l'atteindre. Les liens du sang sont parfois un peu plus complexes. Ses pensées se font chasser par la porte qui s'ouvre sur une secrétaire dubitative qui finit par fuir les lieux.  Miss-Colgate n'est pas tout sourire en toute occasion !

Se redressant, Jenny décide de s'approcher du carton pour voir ce qu'il reste et qui n'a pas été posé sur le bureau. La manœuvre est interrompue par Noah qui se tourne vers elle, les mains remplies de sex-toys, qui balance toute une série de questions... Et de réponses aussi. « Hmm. » Elle lève les yeux faisant mine de réfléchir, la tête se balançant légèrement de gauche à droite avant que son regard se pose à nouveau sur Noah. « Elle pouvait l'être. Disons qu'elle était surtout ce qu'on lui demandait d'être. » Maîtresse, soumise, vulgaire, trop sage, infirmière, ingénue, … « C'était une pute. » Un hoquet se fait entendre de la part du notaire et Jenny penche la tête pour pouvoir le regarder. « Le terme ne vous plait pas ? Vous préférez quoi : prostituée, fille de joie, courtisane, tapineuse, catin, professionnelle, ... » Elle aurait pu continuer longtemps mais le notaire secoue les mains pour lui dire d'arrêter. Il a compris. « Mais je vous rassure, c'était tout ce qu'on peut faire de plus légal comme activité. » En tout cas dans le pays où elle exerçait. La jeune femme retrouve son sourire à voir la détresse du Notaire qui, soudainement, semble très intéressé quand Noah prononce le mot « papier ». Ah, les notaires ! Papier, chiffre, administratif... Les mots magiques qui les font se lever d'un coup.

Elle laisse l'homme s'extasier sur un magazine, lève un sourcil quand il parle de certaine valeur avant de hausser les épaules. Jenny, les mains dans le carton, fouille à travers diverses paperasses. Rien de bien intéressant, des astuces et des positions expliquées. La bible des prostituées. C'est sans se tourner vers la chamane que la sorcière qui s'ignore décide de lui répondre. « Les habitudes sont faites pour être changées. Il faut croire qu'il n'y a pas de message caché derrière tout cela. » Juste une confirmations que les putes sont de belles salopes, sans mauvais jeux de mots. Des sex-toys, des magazines, et pas un seul billet. Pas que Jenny compte dessus ou qu'elle en a besoin mais elle sait que sa mère, comme les autres femmes, gardaient pas mal d'argent dans leur chambre. « Mais c'est invendable ! » Le notaire affiche une mine dessus quand il tourne la page principale vers les deux femmes. Et entre les courbes d'une femme qui ne cache rien de son corps, une grosse inscription écrite au feutre rouge : tu es la prochaine !

Jenny lâche les papiers qu'elle avait dans les mains et se fige l'espace d'une courte seconde. Réaction non contrôlée face aux mots inscrits en anglais, histoire que tout le monde puisse le comprendre. Le notaire ne voit rien, trop déçu de ce gâchis. « Un client mécontent ? » On peut voir les choses ainsi. Jenny s’anime à nouveau, laisse un sourire passé qui n'est pas aussi naturel que les derniers. « Probablement. Les hommes peuvent être mauvais quand ils sont éconduits. » Elle referme le carton et va pour se rasseoir mais se ravise au dernier moment pour se tourner vers le notaire. « Dites-moi, simple curiosité, elle est morte comment ? » Le notaire s'étonne avant de secouer la tête. « Je n'ai pas ce genre d'informations. » Oui, bien sûr. Un sourire est balancé avant de revenir sur sa chaise et de s'attarder un peu sur Noah. « Vous vouliez un sens, je crois que je viens d'en trouver un. » Si le notaire n'a pas cette information, cette femme peut l'avoir. « C'est pas vous qui pensiez qu'on vous avait appelé pour essayer de rentrer en contact avec quelqu'un ? » Et voilà le notaire qui recommence à s’agiter en pensant comprendre de quoi il est question. Non, personne ne va invoquer d'esprits pour savoir comment est morte la mère de Jenny.



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Noah Prescott

avatar

☽Chamane☾
Meute du Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDITS : Shiya
¤ MESSAGES : 180
¤ POINTS : 90
¤ AGE : 32 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas Jeu 27 Sep - 17:34


 
Les héritages c’est comme les chromosomes, ça se choisit pas
Jenny & Noah

     
« D’accord… Ça peut aussi être une explication. Mais … C’est possible que ça soit légal ?! »

Pas en Angleterre, en tout cas. Ou pas à sa connaissance. Alors Jenny n’était pas anglaise ? Ça laissait à la chamane un autre indice sur qui était son père et comment il avait mené une double vie pendant ses quelques années avec sa mère. Elle ne le savait pas spécialement ambitieux, ni courageux. Ça n’avait jamais été quelqu’un de très confiant, non plus. Un type sympa, mais sans envergure et un peu paumé dans la vie. Mais elle n’aurait pas imaginé qu’il aille se perdre dans des bordels pour y faire des gamins. Aussi légales soient-ils…

La chamane haussa les épaules à la réflexion de Jenny. Effectivement, à force de vivre dans un monde de signes, de symboles et de messages cachés, elle devenait peut-être un peu parano. Tout ne prenait pas forcément sens et le hasard avait parfois son mot à dire. Mais quand même… Elle avait assez d’expérience pour trouver qu’il manquait un truc à cette histoire. A moins qu’il ne s’agissait que de retrouver une demi-sœur. Mais là encore se posait la question, dans quel but ? La famille, n’avait jamais été son fort, alors elle ne trouvait pas spécialement nécessaire qu’on lui en rajoute en cours de route, comme ça.

Mais le notaire, pris dans un élan de dévergondage, se mit à feuilleter un des magazines pour y découvrir un message un peu inquiétant. Ce qui eu pour effet de sortir Noah de ses pensées et de lui faire ouvrir, de nouveau, des grands yeux. Cela ne sembla pas surprendre plus que ça Jenny dans un premier temps avant qu’elle ne pose une question qui semblait confirmer le côté sinistre du message. Pour finir, elle se tourna vers Noah qui avait toujours les yeux ronds. La chamane dirigea ses soucoupes vers le notaire qui lui lança un regard effrayé.

« Mais attendez … Vous croyez qu’elle a été … Enfin, j’veux dire, qu’on l’a tué ? »

La fin de cette phrase avait été chuchotée, comme pour adoucir l’hypothèse qu’elle venait de formuler. Aussi détachée que semblait être Jenny sur le sort de sa mère … et bien, ça restait sa mère tout de même.

« Tu es la prochaine… Ca veut tout et rien dire à la fois. Genre, tu es la prochaine à faire la couv’ du magazine. Tu es la prochaine que j’vais sauter, tu es la prochaine à qui j’vais donner des vêtements parce que clairement, on voit bien trop de peau pour que ça soit décent… Nan, mais je vois bien le côté flippant du message, hein ! Mais c’est peut-être pas ce qu’on croit. Ils faisaient peut-être des soirées halloween dans le bor … L’endroit où elle travaillait. C’est peut-être juste un truc pour rigoler, quoi … Et puis il est vieux, ce truc, ça date peut-être de plusieurs années… »

Noah, elle ne voulait pas croire tout de suite que la mort de Mme Des Illes avait été violente et inopinée. C’était bizarre de penser à ça tout de suite, non ? A moins qu’il y ai des raisons de croire à des histoires glauques qu’elle ne connaissait pas et que Jenny soupçonnait ?

« Et puis comme j’ai essayé de l’expliquer tout à l’heure, les humains, c’est pas mon truc, je travaille mieux avec les l … »

« Je ne veux pas en entendre plus ! Mon travail a été fait. Les papiers nécessaires sont signés. Merci de vous êtes déplacées. Mademoiselle, toutes mes condoléance pour cette perte. Maintenant, je vous prierais de bien vouloir prendre vos … Affaires et de quitter mon bureau rapidement. »

Il eut un dernier regard un peu dédaigneux pour le contenu des cartons, reprenant ainsi son rôle de vieil administratif coincé qui s’était légèrement fissuré, il y avait quelques minutes encore. Il se rassit sur son fauteuil dans un crissement de cuir, attendant visiblement que les deux femmes évacuent les lieux. Noah se tourna vers Jenny et haussa les épaules.

« Il a raison, autant sortir d’ici avant qu’il nous dérange de trop … »

Le notaire jugeait qu’il avait clairement trop passé de temps. Cette petite succession ne méritait sans doute pas qu’on brosse dans le sens du poil les clients, en particuliers lorsqu’il s’agissait de deux nanas bizarre. De la bizarrerie, il n’en souhaitait pas. Noah remit tout en vrac dans les cartons, les referma comme elle put et en pris un dans les bras.

« Je ne vous sers pas la main, elles sont occupées. Belle journée. »

La chamane lui adressa une moue faussement déçue. Quel type de client devait-il avoir d’habitude pour ne pas faire au moins semblant d’être dans l’empathie, l’écoute et le conseil ? Gratte papier certes, mais il devait tout de même avoir en face de lui des personnes en difficultés, non ? La sorcière soupira.

« Jenny, on se fait un café ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jenny Hoppe

avatar

∞ Sorcière ∞
Ether



¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 121
¤ POINTS : 39
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018


MessageSujet: Re: Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas Jeu 4 Oct - 0:02



"Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas"


feat. Noah Prescott




Est-ce que cette activité peut être légale ? Jenny hoche la tête dans un sourire pour répondre par l'affirmatif. Elle aurait flatté le flanc d'un animal en lui glissant un brave bête que son expression faciale n'aurait pas été différente. Il devait être aussi normal pour Jenny de travailler et fréquenter dans une maison close, qu'il était normal pour Noah de songer à sa magie en premier lieu. Les réactions des deux femmes sont différentes pour chaque situation, comme quand le message est découvert sur une page centrale. Jenny inspire et hausse les épaules, ne trouvant pas que ce soit dramatique que sa mère se soit faite tuer. Mais ça pourrait le devenir si la personne qui a laissé ce message est celle a qui elle songe. Bien sûr, Noah estime que ce message peut être laissé pour un tas d'autres raisons. « Oui, les raisons peuvent être nombreuses. Mais si vos hypothèses ne sont pas bonnes et, si la mienne l'est, je préfère le savoir. » Parce que, si c'est ce à quoi elle pense, il y a des chances que la prochaine de ce mot soit elle. Ce qui risque d'avoir un tout petit impact de rien du tout sur sa vie. Autant être préparée.

Noah n'a même pas le temps d'aller au bout de sa phrase que le notaire préfère l'interrompre. Il en a marre, il ne veut pas entendre parler de loups, de sorcellerie, de meurtres ou même de postions possibles dans un lit. C'est un gratte-papier dont l'affaire la plus palpitante qu'il est eu est... Et bien, un carton rempli de sex-toys et ça ne lui convient pas du tout. Il se retient même de répondre à Noah qui estime que c'est lui qui dérange les deux femmes et non pas l'inverse, ce qui ne manque pas de faire sourire Jenny alors qu'elle attrape le deuxième carton. Jenny salue l'homme d'un mouvement de tête et, une fois sortie de la pièce, c'est un large sourire qu'elle offre à Miss-Colagte. « Un café me semble être une bonne idée. » C'est la tête penchée, par-dessus le comptoir, qu'elle répond à Noah avant de retrouver une posture un peu plus normal et de se diriger vers la sortie. Le nouveau sourire qu'elle a sur le visage est dû à une paire de clés accrochées sur un mur, côté personnel de l'établissement.

Le coude pousse la poignée de la porte de sortie et le pied de Jenny fini de la pousser pour laisser passer Noah et arriver sur le perron. Le regard de la femme scrute un court instant les environs avant de désigner une voiture. « On devrait déjà mettre tout ça dans le coffre. » Elle se dirige vers la voiture style berline de monsieur tout-le-monde. Celle qui peut paraître classe pour la population moyenne mais qui n'est pas non plus exceptionnelle. « Vous pouvez me tenir ça un petit instant ? » Elle n'attend pas la réponse qu'elle pose son carton sur celui de Noah, lui bouchant la vue par la même occasion. Petite manipulation rapide et le coffre s'ouvre avant que Jenny reprenne le carton et le balance dans le coffre. Opération répétée avec celui que la chamane tient dans les mains. Jenny referme le coffre et se frotte les mains un instant, avant de faire un mouvement de tête. « Je suis garée là-bas. ». Le notaire, quand il ouvrira son coffre, aura une surprise. Peut-être que ça lui donnera l'envie de pimenter un peu sa vie de couple avec sa femme. Peut-être qu'il va devoir trouver de très bonnes excuses à fournir à cette même femme. « Mais vous vouliez peut-être récupérer quelque chose ? » Jenny fronce le nez en secouant la tête. « Cela dit, je ne le conseille pas. Elle s'en est servit très longtemps alors, niveau hygiène ça ne doit pas être top. » Certaines choses ne se prêtent pas, surtout quand on ne sait pas dans l'orifice de qui cela a pu rentrer. Sinon c'est une autre sorte de transmission que cela risque de produire.

Sauf si Noah tient à récupérer quelque chose, Jenny délaisse la voiture pour marcher doucement vers celle qu'elle a désigné comme la sienne. Beaucoup plus chères, bien plus tape à l’œil aussi. Mais pourquoi se priver de belles choses quand on a les moyens de les avoir ? Elle ne s'amuse pas à voler et revendre des œuvres d'art pour rouler dans un tas de ferraille, ça n'aurait aucun sens. « Oh mais attendez ! » Elle se tourne soudainement vers Noah. « Vous êtes venue comment ? Parce que si vous êtes aussi venue en voiture, on peut essayer de se trouver un café dans le coin. » Elle regarde les rues autour d'elle et les éventuels établissements qui pourraient faire servir à les accueillir. « C'est que je ne connais pas trop ce quartier... En fait, je ne connais pas trop Londres tout court. On est arrivé il y a quelques mois et on a pas vraiment pris le temps de faire le tour de la ville. » Les emplois du temps étaient chargés et faire les touristes n'avaient pas encore été au programme. Quelques endroits sympas et divertissants avaient déjà été notés mais ils se situaient surtout dans le quartier Nord de Londres, là où elle vivait avec les jumeaux. « Ou peut-être que vous aviez une idée précise de l'endroit où vous voulez prendre ce café ? »



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Noah Prescott

avatar

☽Chamane☾
Meute du Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDITS : Shiya
¤ MESSAGES : 180
¤ POINTS : 90
¤ AGE : 32 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas Ven 12 Oct - 20:04


 
Les héritages c’est comme les chromosomes, ça se choisit pas
Jenny & Noah

     
Les bras chargés du carton, Noah, pensive, suivait machinalement le mouvement initié par Jenny. Pourquoi son hypothèse serait vraie ? Elle avait l’air d’une jeune femme tout à fait bien, alors pourquoi soudainement, il y aurait quelqu’un qui lui voudrait du mal ? Et puis qu’est ce qu’elle devait faire, elle ? Une demi-sœur… Elle ne savait pas bien quoi en faire, de ça ? Est-ce qu’il y avait une réaction logique à avoir ? Et elle n’arrivait pas à se faire à l’idée qu’un héritage pouvait être composé de sextoys. Et comment ils l’avaient retrouvé ? Elle n’a pourtant pas l’impression d’étaler son identité partout. Et son père, était-il toujours vivant ? Est-ce que cela avait une importance, finalement ? Noah s’arrêta en plein milieu du hall, alors que Jenny était penchée sur le comptoir d’accueil pour elle ne savait trop quoi faire.

« Il était pas un peu chiant, le notaire ? Le métier ne m’attirait pas des masses, mais maintenant que j’ai eu à faire à lui, j’me dis qu’ils doivent pas se marrer tous les jours ces gens, quand même … »

C’était peut-être un job un peu trop normal pour la chamane, aussi. Un métier tout à fait humain alors qu’elle avait d’avantage l’habitude que tout ce qui pouvait relever de l’administratif se traduisait bien souvent à l’oral ou pas des actes un peu plus surnaturels. Elle suivit Jenny jusqu’à la voiture sans trop se poser de question et vacilla un peu sous le poids du carton que la jeune femme lui rajouta.

« Je n’aurais jamais cru dire ça un jour, mais le sexe, ça pèse lourd … »

Les deux cartons dans la voiture et Jenny lui indiqua qu’elle était garée un peu plus loin. Noah fronça les sourcils et regarda la voiture dont elles venaient de fermer le coffre.

« Oh, non ! C’est comme les brosses à dents ce genre de choses. Ça ne se prête pas. Et puis franchement, j’pense qu’on peut trouver des trucs beaucoup plus modernes

Et Noah disait ça de manière tout à fait sérieuse, comme si elle faisait référence à un téléphone portable nouvelle génération ou des objets déco design.

« Il y a un p’tit magasin au centre de Londres qui propose tout un tas d’accessoires. On est loin du sexshop glauque à souhait et caché. La devanture était tellement mignonne que j’y suis rentrée l’autre jour … »

Par curiosité, parce Noah, tous ces gadgets, ça lui faisait un peu peur. C’est que ça pouvait être impressionnant un gros Hector. Elle ne saurait pas par quel bout prendre la chose … Alors les petits objets plus mignons et féminin, sans doute tout aussi efficaces, lui conviendraient sans doute plus, si un jour, elle franchissait le pas.

« Mais du coup … C’est pas votre voiture, ça ? »

Parce que ça la chiffonnait aussi, cette histoire d’avoir deux voitures. Elle se laissa pourtant traînée vers ce deuxième véhicule, beaucoup plus chic. Beaucoup trop chic. Noah, avec ses goûts un peu plus modestes, n’avait que rarement des choses clinquantes. Une vieille voiture qu’elle adorait, une vieille maison bancale, des bijoux discrets et sans prétention… Mais ça ne l’empêchait pas d’apprécier et de faire des gros yeux impressionnés. Parce que Noah, elle n’y connaissait rien en voiture, hésitant toujours entre essence et diesel, incapable de citer plus deux, trois marques ou de vérifier le niveau d’huile. Mais une chose été sûre, elle aimait conduire.

« Je suis venue en métro. J’habite et je travaille plutôt dans le nord. Mais je suis Londonienne. Alors je connais deux, trois coins sympas. »

Sympa pour elle. Des bars et des pubs typiquement anglais, des repères de surnaturels, des endroits parfois vieillots avec de la moquette verte à carreaux parterre et une vague odeur de bois imbibés d’alcool, mais dans lesquels ont servait les meilleures bières et des grands cafés avec un petit gâteau.

« J’ai cru comprendre que vous n’étiez pas anglaise, non ? Vous êtes venue avec votre copain ? »

Parce qu’il lui semblait avoir entendu un « on ». Et tout en posant ses questions, Noah faisait le tour de la voiture, l’observant, collant ses mains aux vitres fumées de la voiture pour voir à l’intérieur.

« Enfin, copain, mari, femme, famille … tout est possible, hein ! Dites … » Noah s’était redressé subitement et semblait hésitée. « Vous m’dites, mais … » Elle semblait un peu excitée et se triturait les mains. « J’peux la conduire ? Si je la conduis j’vous emmène dans un endroit où vous aurez Londres à vos pieds ! »
Revenir en haut Aller en bas
Jenny Hoppe

avatar

∞ Sorcière ∞
Ether



¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 121
¤ POINTS : 39
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018


MessageSujet: Re: Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas Lun 15 Oct - 13:18



"Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas"


feat. Noah Prescott



Le hochement de tête de Jenny est positif. « Il Faut croire que les gens deviennent comme leur métier. » Chiant, dans le cas du notaire. Étrange et dans un autre monde, pour Noah. Et, pour Jenny : est-ce que le fait de baigner dans l'illégal fait d'elle une menteuse ou une personne à qui il ne faut pas se fier ? Probablement, difficile de se juger soi-même. N'empêche que ça ne ferait pas de mal au notaire de se marrer un peu ou de sortir un peu de ses habitudes. Pas étonnant qu'elle ait cherché à savoir ce qu'il pouvait avoir comme voiture pour lui laisser un petit cadeau. Quand on peut rendre servir, il est important de le faire ! En attendant, c'est Noah qui hérite de tout ce qui se trouve dans les cartons. La réflexion de la chamane à de quoi faire sourire. « Oh, et encore là ça va, on est encore dans le soft. Y a du matériel bien plus lourd... Plus encombrant aussi. » Lourdeur donc relative dont Noah fut rapidement débarrassée pour être déposée dans le coffre du notaire avant que Jenny désigne une autre voiture.

Dire que certaines choses ne se prêtent pas reste une notion assez relative pour Jenny. Vivre avec les jumeaux depuis dix ans, enlevait un peu cette notion de propriété aux choses. Mais oui, il existe des équipements plus modernes : c'est un fait. Cependant, certaine pièce de la collection de sa mère avait encore une certaine valeur par leur manufacture. Bien que certains objets se modernisent, il reste des incontournables qui n'ont pas vraiment d'âge et qui traversent les époques. Jenny porte un regard à Noah qui explique être rentrée dans un magasin, sans vraiment savoir où elle mettait les pieds dans un premier temps. Ça fait sourire la voleuse née dans une maison close d'Amsterdam. « J'ai toujours trouvé amusant que des personnes puissent associer un sexshop à un endroit glauque. Il existe un tas de boutique sympas sur ce thème. Certaines proposent même de privatiser l'endroit pour une soirée entre amies afin de présenter les objets. » Une sorte de réunion tupperwares mais, dans la boutique. « Très instructif. » Information lâchée comme ça, juste pour dire... A Noah de faire ce qu'elle en veut.

« De quoi ? Ça ? » Il y a un certain mépris quand elle désigne la voiture du notaire, avant de secouer vivement la tête. « Non, ce n'est pas ma voiture mais celle de notre ami commun. » Vu qu'elles se connaissaient depuis que Jenny était entrée dans le bureau de l'homme, ça ne laissait que peu de possibilité sur cet ami commun. Elle hausse les épaules, faussement innocente. « Une façon de le remercier pour le long travail accompli. » Pas sûr qu'il voit cette intention avec le même regard bienveillant que Jenny.

Noah, en bonne londonienne, a pris le métro pour venir. Un choix qui lui appartient mais pas celui que Jenny aurait fait. Le métro était un bon terrain de chasse quand elle était enfant, avec toutes ses poches qui suppliaient presque qu'on vienne les délester de leurs portefeuilles. Aujourd'hui, elle a beaucoup de mal à entrer dans un mode de transport où elle ne voit pas le trajet défiler. Se positionnant côté conducteur, Jenny déverrouille la voiture d'une pression du pouce sur les clés alors que Noah sort tous les types de familles qui peut exister. « Effectivement, je ne suis pas anglaise. » De toute façon son accent trahi le fait qu'elle n'est pas native de ce pays, ni même d'un pays parlant l'anglais. « Et, en fait, je suis en colocation. » Elle ne précise pas un tas de choses : le pays d'où elle vient, le nombre de colocataire qu'il y a avec elle. Jenny ne s'en rend même pas compte, c'est devenu un réflexe. Si les jumeaux s'affichent à deux dans leur nouvelle meute, ils jouent aussi beaucoup – lors de virées illégales – sur le fait qu'ils ne sont qu'un. Et, par la force des choses, elle a appris à ne pas trop détailler le fait qu'elle vit avec des jumeaux.

Il n'est pas vraiment question de développer non plus, puisque Noah se lance bien vite dans une question. Le regard de Jenny se pose un court instant sur la chamane, semblant chercher une réponse sur le visage de cette demi-sœur à peine découverte. Si la sorcière vit un peu dans un autre monde, Jenny suppose qu'elle doit quand même savoir tenir un volant sinon elle ne demanderait pas à conduire... Bien qu'elle soit venue en métro. « Londres à mes pieds, hein ? » La formulation la fait sourire, avant qu'elle ne lance les clés à Noah. « Par contre c'est une boite manuelle ! » De plus en plus de personnes optaient pour des boites automatiques et se retrouvaient perdues quand il y avait trois pédales à gérer. « Et... » Celle de l'accélérateur part vraiment vite avec très peu de pression. Jenny secoue la tête. « En fait, vous verrez bien. » La femme se retrouve à refaire le tour de sa voiture pour aller côté passager. Ce qui est un fait assez rare pour qu'il soit un peu perturbant. « Noah, par contre ? » La main sur la poignée, elle se stoppe dans son élan pour regarder la chamane par dessus le toit de la voiture. « Si on en est au stade où je vous laisse conduire... On peut passer au tutoiement ? » Le vouvoiement n'est pas la forme de langage la plus naturelle chez Jenny. Comme le fait de parler sans caler des insultes en guise de ponctuation. Si elle veut bien continuer à faire des efforts sur ce deuxième point, peut-être qu'elle pouvait se montrer un peu plus laxiste sur le vouvoiement.



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Noah Prescott

avatar

☽Chamane☾
Meute du Nord



¤ AVATAR : Hannah Simone
¤ CRÉDITS : Shiya
¤ MESSAGES : 180
¤ POINTS : 90
¤ AGE : 32 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas Dim 21 Oct - 20:30


 
Les héritages c’est comme les chromosomes, ça se choisit pas
Jenny & Noah

     
« Notre ami commun ? »

Il fallut à Noah quelques instants de réflexion pour qu’elle comprenne qu’il s’agissait de Monsieur Caplan. Et sa compréhension fut ponctuée d’un « Oh ! » surpris, suivi d’un froncement de sourcil puis d’un levé, d’un léger sourire, d’une moue gênée et enfin, d’un haussement d’épaule.

« C’est donc ça que vous fabriquiez derrière le comptoir, tout à l’heure … »

Et cette histoire s’arrêta là, Noah ne demandant pas comment Jenny avait fait pour ne pas se faire pincer, ni même comment elle avait pu avoir cette idée un peu tordue. Piquer les clés de la bagnole de son notaire pour y mettre des cartons de sextoys, c’était bizarre, non ? De toute façon, l’attention de la chamane était déjà focalisée sur la voiture de Jenny. La vraie. Noah rattrapa maladroitement les clés de voiture que la jeune femme lui lança. Elle ne s’attendait pas à ce qu’elle lui dise oui aussi rapidement et facilement.

« C’est vrai, je peux ? » Demanda-t-elle avec des grands yeux pour bien s’assurer du consentement de la propriétaire du véhicule. « Oui, oui, pas de soucis. Et puis franchement, l’automatique, j’appelle pas ça de la conduite … »

Et là voilà qui file du côté conducteur, avec autant d’excitation qu’une enfant qui va essayer son nouveau vélo. Elle fut toute fois coupée dans son élan par la demande de Jenny.

« Je crois qu’on a effectivement passé ce stade. »

Ce qui aurait poussé Noah à tutoyer Jenny n’était pas spécialement le fait qu’elle lui laisse conduire sa voiture. Mais plutôt leur lien de parenté tout à fait inattendu. Mais peu importait, pour le moment… Elle ouvrit la porte, balança son sac à l’arrière et s’assit au volant. Elle était à l’opposé de ce à quoi elle avait l’habitude avec sa propre voiture.

« J’ai une vieille mini, dans laquelle il n’y a rien d’électronique. Tout se fait à la main, vous … tu vois ? Alors me retrouver là-dedans, c’est comme me retrouver aux commandes du Faucon Millenium ! »

Noah alluma le moteur qui devait faire cent fois moins de bruit que celui de la Mini. Tout semblait calme, grand, confortable et lumineux. Mais l’idée n’était pas qu’elle s’extasie sur la modernité de la chose …

« Quand j’étais au Canada, j’ai fréquenté un mec qui faisait des courses de dragster et adorait les Monsters Trucks … J’ai jamais rien compris à tous ces trucs de mécaniques du moteur, mais c’est lui qui m’a appris à conduire. »

Elle passa la première et habituée à ne pas y aller en douceur fit un bon en avant et cala. Un signe rassurant à Jenny et elle recommença pour sortir de la place cette fois-ci bien plus en douceur. Une douceur qui, après un petit temps d’adaptation, fit bien vite place à une conduite beaucoup plus dynamique. Voir carrément sportive, dans les rues de Londres. Parce que Noah ne savait pas forcément conduire autrement et malgré les risques qu’elle prenait, elle donnait l’impression de maîtriser la voiture. A se demander comment sa propre voiture tenait encore la route.

« Du coup, tu fais quoi comme boulot ? Parce que franchement, se payer une voiture pareille, c’est pas donné à tout le monde, non ? »

Oui, Noah entamait une discussion tout à fait banale entre deux coups de volants un peu brusques.

« Oh ! Attends, ne me dis pas que tu es de ceux qui bouffent tout leur fric dans leur bagnole, hein ? »

Un concept que Noah avait du mal à comprendre. Il y avait un certain jugement dans sa question et la gêne serait certainement palpable si Jenny répondait qu’elle faisait effectivement partie de cette tranche de la population. Mais ça, la sorcière ne l’avait pas du tout anticipé.

« Tu es venu pour ton boul … Ah ! Chiotte ! »

Et elle pila au feu qui venait de passer au rouge. L’orange bien mûre ne la dérangeait pas. Mais le rouge, non, elle ne le grillait pas. Une autre voiture vint se glisser à côté d’elles, un peu moins rutilante mais dont le vrombissement du moteur laissait supposer une puissance non-négligeable. Trois jeunes à l’intérieur, à peine sorti de l’adolescence s’étaient collés aux fenêtres et gloussaient. Le conducteur poussait son moteur en regardant Jenny et Noah d’un air de défi.

« Jenny … Tu crois qu’ils essaient de communiquer ? » Demanda la chamane un peu dubitative face aux trois couillons.
Revenir en haut Aller en bas
Jenny Hoppe

avatar

∞ Sorcière ∞
Ether



¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 121
¤ POINTS : 39
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018


MessageSujet: Re: Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas Ven 9 Nov - 0:20



"Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas"


feat. Noah Prescott



Est-ce que c'est cela qu'elle trafiquait derrière le comptoir ? Jenny se contenta d'un haussement d'épaules, l'air de ne pas comprendre la question avant de ponctuer le tout par un sourire. Maintenant que c'est fait, il n'y a pas besoin de s'attarder sur cette histoire. Jenny est bien plus concentrée sur le fait de prêter sa voiture, sur les recommandations à faire ou non. Elle marque un soupire de soulagement quand il est question des voitures automatiques. « Non mais ce ne sont pas des voitures, jouer à la playstation donne les mêmes sensations ! » Vous avez déjà testé de conduire une automatique sur l’autoroute ? Un régulateur de vitesse est enclenché et, toute la conduite se joue sur les boutons qu'on appuie pour augmenter ou baisser la vitesse demandée. Bref, aucun intérêt. Même une manette de console demande d'utiliser plus de deux boutons !

Jenny s'installe côté passager, une place qu'elle n'a pourtant jamais. Elle a presque l'impression de découvrir sa voiture sous un nouvel angle, quand Noah compare le bolide au Faucon Millenium. « Quand on voit dans quel état Han Solo l'a mit, je préfère éviter de la comparer au Faucon... » Parce qu'il a quand même passé le vaisseau tout beau, tout propre, à un vaisseau qui a quand même une mauvaise mise. « … Bien que la tronche cabossée du Faucon, je l'accorde, lui donne tout son cachet. » Mais, dans le cas présent, Jenny préfère garder sa voiture avec une peinture propre et sans accrocs. « Oh et ce n'est pas si compliqué tous ces trucs de mécaniques. Il y a quelques bases qui sont abordables et qui peuvent bien aider dans certaines circonstances. » Elle passe le fait qu'elle reste bien plus spécialisé dans la manière d'allumer un moteur sans avoir besoin de clés de contacts. « J'aurais adoré voir une course de Dragster, j'ai passé quelques temps aux États-Unis mais j'ai pas eu l'occasion d'en voir. »

Noah lui semble de plus en plus intéressante. Elle semble avoir voyagé, elle aime conduire et fait des références à Star Wars. Dommage qu'il y ait des liens de sang : draguer sa demi-sœur, ça fait mauvais genre il paraît. Enfin, cette pensée est intervenue avant que Jenny subisse un soubresaut quand la voiture fait un bond en avant pour se stopper. « ça change de la mini. » Le ton reste à l'humour quand Noah redémarre la voiture pour adapter sa conduite et prendre en main la voiture. La voleuse se détend un peu plus en voyant que la chamane s'en sort plutôt bien et prend de plus en plus ses aises.

La conduite commence à se faire plus sportive, ce qui est loin de déranger Jenny vu que la sorcière semble savoir s'y prendre. Elle arrive même à se concentrer sur des questions à poser, comme le boulot qui a permis à Jenny de se payer une telle voiture. C'est un sourire qui s'affiche sur le visage de la jeune femme. « Il y a un tas de boulots qui payent plutôt bien, le genre pas très légal dans ce pays et qui fait qu'il faut rapidement dépenser ces gains... » Elle hausse les épaules. « C'est d'ailleurs comme ça, qu'on se retrouve à léguer deux cartons remplis de sex-toys à sa mort. » Elle ne sait même pas pourquoi ça la fait marrer de laisser sous-entendre qu'elle peut faire le même boulot que sa mère. N'empêche qu'elle ne ment pas quand elle parle de boulot illégal. Tous les mensonges doivent avoir leur part de vérité, il paraît que c'est de cette manière que ça rend les choses plus crédibles. « Et toi, hormis croire que des gens vont de demander de communiquer avec des morts ? »

Elle compte bien passer sur les raisons qui l'ont fait venir à Londres. Heureusement pour elle, moins pour l'arrêt soudain qui la propulse en avant une courte seconde avant de la renfoncer dans son siège, Noah pile à un feu tricolore. Sa tête se penche pour regarder les habitants de la voiture qui vient d'arriver, avant de balancer son plus beau sourire aux gars qui se trouvaient dedans. Elle se permet un signe de main quand c'est à Noah qu'elle répond. « Tu ne parles pas le gloussement de jeune prépubère ? » Jenny fait mine de se concentrer sur les mouvementes des jeunes. « Ahahaha on va les laisser aux feux... Ohohoh, de toute façon une meuf devrait pas avoir le droit de conduire une voiture pareille... Ahohihah Grave, c'trop du gâchis mec ! » Elle se la joue traducteur l'espace d'un court instant, inventant l'intégralité des dialogues avant de se remettre bien sur son siège. « Attends... » C'est sur l'écran du tableau de bord qu'elle change quelque réglage alors quand le mot « mode sport : activé » s'affiche dessus. « Tu pourras pousser la première plus loin, et toutes les autres vitesse pour ne pas perdre de puissance pendant tes changements de rapports. Ça devrait les calmer un peu. » Les écologistes crieront au scandale et les bébés pingouins ne viendront pas la remercier mais, c'est l'histoire de quelques minutes. C'est à ce moment que l'un des jeunes se colle à sa vitre pour agiter sa langue entre son index et son majeur, séparé en forme de V. « Tu veux que je te traduise ça aussi ? »



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas

Revenir en haut Aller en bas
Les héritages c'est comme les chromosomes, ça se choisit pas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» les bugnes comme chez le patissier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Centre de Londres :: La City de Londres-
Sauter vers: