RSS
RSS



AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !



Partagez|

Vous avez perdu quelque chose ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Jenny Hoppe

avatar

∞ Sorcière ∞
Ether



¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 121
¤ POINTS : 39
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018


MessageSujet: Vous avez perdu quelque chose ? Dim 26 Aoû - 0:52



"Vous avez perdu quelque chose ?"


feat. WILLIAM COREY



Il faut plusieurs éléments pour réussir un vol, plusieurs informations sur diverses choses. Parfois, il n'est pas forcément nécessaire d'en apprendre plus sur le propriétaire, savoir comment entrer et sortir d'un lieu est suffisant. Jenny aime se dire que, si elle ne se renseigne pas toujours sur les gens, c'est pour éviter une sorte de discrimination. Il serait tellement dommage d'avoir un profil type à voler systématiquement, c'est presque du racisme rapporter au domaine du vol. En réalité, si elle n'est pas obligée de se renseigner, elle ne le fait pas pour ne pas avoir un coin de sa conscience qui s'éveille afin de lui créer une peur. Depuis que son ancien mentor est mort pour avoir volé la mauvaise personne, elle évite de se dire que ça peut lui arriver pour ne pas se fermer trop de porte.

Il y a des fois où elle aurait peut-être du se renseigner un peu plus !

xXx xXx xXx

Ce soir-là, Un sac de sport sur l'épaule, Jenny ne pense pas aux vols qu'elle a pu commettre ces derniers temps. Sa séance de sport lui a bien occupé l'esprit, la douche qui a suivit a achevée de lui vider le cerveau pour marcher d'un pas léger sans se soucier des dangers de la nuit. La révélation du surnaturel n'a pas changé ses habitudes et ne l'empêche, encore moins, de continuer à se balader une fois la nuit tombée. Les surnaturels existent depuis bien avant le jour de la Saint-Patrick, si elle ne s'en est pas inquiétée plus tôt, il n'y a pas de raison de s'en préoccuper maintenant.

Son sac, contenant ses affaires de sport, tape sur ses hanches au rythme de ses pas. Les cheveux encore humides sont attachés à la va-vite sur le haut de sa tête alors que son regard est rivé sur l'écran de son téléphone. Les doigts pianotent un message rapide à l'attention des jumeaux pour les prévenir que, si elle vient de sortir, elle compte traîner encore un peu dehors avant de rentrer. Ils ne sont pas ses pères, elle n'est pas certaine d'avoir des comptes à leur rendre sur ses activités mais... c'est devenu une sorte d'habitude, peut-être pour ne pas qu'ils s'inquiètent, peut-être pour les informer qu'ils avaient le champ libre pour ramener qui ils voulaient à la baraque. Comme s'ils avaient besoin qu'elle s'absente pour cela ! Jusque là, ils ne se sont jamais privés de le faire, pas plus qu'elle.

Le message envoyé, elle surfe un peu sur le navigateur de son téléphone pour connaître les établissements qui se trouvent dans le coin. Londres, elle ne connaît pas par cœur, elle n'a pas eu le temps de visiter tous les endroits sympas qu'on pouvait trouver dans cette capitale. Son anglais est toujours tinté d'un accent qu'elle tient d’Amsterdam. Ville que, finalement, elle n'a pas eu de mal à quitter pour aller voguer avec les jumeaux. Elle ne sait même pas si c'est elle qui les a suivis, ou si c'est eux qui l'ont embarqué. A tous les coups, ils avaient tous une version différente de la naissance de ce trio. Les O'Sullivan diront sûrement que c'est elle qui n'a pas su se passer d'eux, parce qu'ils sont trop parfaits. Jenny dira probablement l'inverse ! Dans le fond, elle s'en fiche de comment se sont passées les choses. Elle est avec eux et, dix ans c'est assez marquant dans sa vie à longévité humaine pour qu'elle n'ait plus envie de les quitter. Ce que, bien sûr, elle ne dira pas à haute voix. Encore moins devant eux.

Les yeux trop rivés sur le téléphone associé à un vampire trop discret, Jenny voit sa progression stoppée quand elle se prend quelqu'un. Les yeux se posent sur un torse imposant avant de devoir se lever, se lever encore, sur un visage. « Désol... » Excuses spontanées, donnée dans un sourire, qui s'arrêtent brusquement quand son cerveau capte quelque-chose. « Ah... »

Ne pas se renseigner sur la personne qu'on vole, ne veut pas dire qu'on ne sait pas à quoi elle ressemble. Et, Jenny essaye de ne pas oublier ces visages. Statistiquement parlant, quelles sont les probabilités pour qu'elle croise un type qu'elle a volé – et dont elle n'a même plus l'objet récupéré – dans une ruelle déserte de Londres ? Cela dit, statistiquement, quelle est la probabilité pour qu'il sache qui l'a volé ? Jenny a bien appris, à ses dépends au début, que des êtres étaient capables de pister des gens à l'odeur. Donc ce n'est pas impossible mais, peu probable. Dans le doute, le mieux est encore de faire comme s'il ne savait rien, tout en se cassant le plus rapidement possible. Jenny inspire, se reprend et affiche un grand sourire.

« Désolée, je ne vous avais pas vu. » Quand on voit le type, on est quand même en droit de se demander comment on peut ne pas le voir. C'est qu'il est assez imposant. Elle agite son téléphone en guise d'explication. « Bonne soirée. »

Elle va pour le contourner, sa main s'accrochant à la bandoulière de son sac. Dans son esprit, Jenny se dit qu'au moindre mouvement suspect, elle lui enverra son sac au travers de la tronche. Pas de briques à l'intérieur mais, ça devrait être suffisant pour créer une petite surprise et pouvoir se barrer rapidement.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
William Corey

avatar

☠ Vampire ☠
Roi du Sud



¤ AVATAR : Travis Fimmel
¤ MESSAGES : 255
¤ POINTS : 58
¤ MULTIS : Richard Young et Samuel Westwood
¤ AGE : 35 ans physiquement, mais en réalité il a 432 ans
¤ ZONE LIBRE : Fiche ¤ Liens

Forgeron, il crée principalement des armes pour le clan mais est ouvert à toutes commandes. Il crée des armes depuis plus de 400 ans.
¤ GROUPE : In Tenebris
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/07/2018


MessageSujet: Re: Vous avez perdu quelque chose ? Jeu 30 Aoû - 14:37



"Vous avez perdu quelque chose ?"


feat. WILLIAM COREY



Si William aimait beaucoup de choses, il appréciait surtout l’art. C’était intemporel, il trouvait toujours cela fascinant. Bien sûr, comme beaucoup de personnes, il avait ses préférences. Certaines œuvres ne lui parlaient pas mais d’autres le ravissaient. Il pouvait parfois passer des heures à juste observer une toile, à se demander à quoi pensait son créateur lorsqu’il faisait glisser ses instruments sur la surface originellement blanche. Il y avait tant de formes d’art, tant d’artistes. Et tout ne se résumait pas qu’à une histoire de tableaux. William en possédait beaucoup mais il appréciait tout particulièrement les sculptures et les armes. Elles ne laissaient pas la place à la moindre erreur. Un tableau pouvait se corriger, être modifié. Une sculpture ou une arme ne pouvaient être changées si elles étaient ratées. L’un de ses biens les plus précieux était une dague qui était d’origine amérindienne. C’était la première arme qu’il avait jamais eu et qui lui avait donné envie de concevoir des armes à son tour, de forger et de modeler les éléments de la façon dont il le souhaitait. Elle était unique et il en prenait grand soin, lui ayant consacré une vitrine toute particulière.

Sauf qu’un matin, en rentrant de chasse, il avait retrouvé cette vitrine ouverte, vidée de son précieux contenu. William en avait presque fait une syncope. Si le jour n’était pas en train de se lever, il serait parti traquer immédiatement celui ou celle qui avait osé le voler. Malheureusement, il avait dû attendre et dormir en attendant de pouvoir commencer à enquêter. Il avait au départ soupçonné l’un des membres de l’hôtel mais dû reconnaitre qu’ils avaient tous trop peur de lui pour oser faire ça. Et ceux qui ne le craignaient pas étaient ses proches. Il savait qu’ils n’auraient jamais fait ça. Parfois ils se jouaient des tours mais on ne plaisantait pas avec les choses précieuses de l’américain. Le voleur aurait la main tranchée. Pour commencer.

Le voleur n’avait pas laissé de traces visibles pour un humain. Mais il avait laissé son odeur. William était bien heureux d’être un vampire et de voir et sentir l’invisible. Sans ça, il était à peu près certain qu’il n’aurait jamais eu la moindre chance de retrouver son bien. Il avait alors remonté la piste, cherché cette odeur presque imperceptible, remontant petit à petit vers l’auteur du larcin. Cela avait pris un peu de temps, étant limité par l’apparition du soleil. Mais avec un peu d’aide et quelques renseignements, il retrouva vite le coupable. Ou plutôt la coupable. Il voulait lui parler, lui faire cracher le morceau. Tout serait bon pour récupérer son bien précieux. Le vampire se renseigna sur ses habitudes, son train de vie. Et il se décida rapidement à aller la confronter.

Un soir, alors qu’il la suivait, il bifurqua dans une ruelle pour la devancer et se retrouver face à elle plutôt que derrière. La jeune femme était plongée dans l’éclat lumineux qu’émettait son smartphone et ne prêtait pas réellement attention à ce qui pouvait l’entourer. Elle n’avait même pas dû le voir ou l’entendre la suivre à sa sortie de la salle de sport. Se plantant sur son trajet, il ne tarda pas à la recevoir en plein torse, ne bronchant même pas. Il se contenta de la fixer sans un mot pour voir sa réaction. Bien entendu elle s’excusa mais il remarqua rapidement qu’elle l’avait reconnu. Vu sa réaction elle savait qui il était et sans doute pourquoi. Elle devait donc savoir plus ou moins qui il était si elle connaissait son visage alors qu’il était absent lors du vol. Sans doute ignorait-elle sa véritable nature mais elle n’allait pas tarder à le savoir.

La jeune femme ne demanda pas son reste et après de nouvelles excuses, elle dévia pour l’éviter et poursuivit sa route. William se retourna, fixant son dos.

« Moi je t’avais vue. » lança t-il d’un ton froid avant de se saisir de la bandoulière du sac de la jeune femme pour qu’elle s’arrête  « Ma soirée sera peut-être bonne, ça dépend de toi. »

Mais cela ne voulait pas forcément dire qu’elle serait bonne pour la jeune femme.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Jenny Hoppe

avatar

∞ Sorcière ∞
Ether



¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 121
¤ POINTS : 39
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018


MessageSujet: Re: Vous avez perdu quelque chose ? Ven 31 Aoû - 22:14



"Vous avez perdu quelque chose ?"


feat. WILLIAM COREY



Non, elle ne l'avait pas entendu. Pas plus qu'elle n'avait remarqué être suivie. Jenny se refuse de virer paranoïaque en regardant toujours derrière son épaule ou d'imaginer des ennemis qui n'existent pas. C'est peut-être l'arrogance de se croire assez douée pour ne pas qu'on remonte jusqu'à elle, ou peut-être l'envie de ne pas vivre dans une crainte. Après tout, si c'est pour flipper à tous les coins de rues, autant changer de boulot tout de suite. Pourtant, tout à une fin. Et, pour Jenny, c'est quand elle se retrouve face à l'homme qui ne bouge pas. Même quand elle s'excuse, quand elle fait comme si c'était complètement normal, il ne répond rien. Pas un sourire, pas un mot, rien. Ça n'annonce jamais rien de bon.

Alors oui, elle le contourne avec la folle idée de se barrer sans conséquence. Elle fait un pas, à peine, avant que la voix de l'homme ne résonne dans cette petite ruelle. Jenny se stoppe, de toute façon, la main qui vient d'agripper la bandoulière de son sac, ne lui laisse pas beaucoup d'autres options. De dos, les yeux de la voleuse se ferment dans une inspiration qu'elle bloque. Rester calme, réfléchir, trouver une solution. Elle expire doucement en rouvrant les yeux alors qu'il annonce déjà que la tournure de sa soirée va dépendre d'elle.

Jenny se retourne vers l'homme, en se penchant légèrement pour passer habillement sous la bandoulière de son sac afin de s'en extraire. Le sac pend au bout de la main de l'homme qu'elle a volé alors qu'elle lui fait face, un sourire sur les lèvres. Toujours garder le sourire, en toutes circonstances... Enfin, autant que possible ! Si la voleuse semble des plus calmes face à l'homme, son cœur peut la trahir par un rythme un peu plus élevé que d'habitude. Bien qu'elle préfère mettre ça sur le compte de sa séance de sport finie, plutôt que d'avouer être un peu inquiète. Question de fierté.

« ça dépend de moi ? » Un sourcil s'arque dans un faux air interrogateur mêlé à une pointe d'indignation feinte. « Ouais alors, je ne sais pas trop pour qui tu m'as prise mais, pour passer du bon temps avec une fille trouvée dans la rue, faut aller dans le quartier d'à côté. »

Feindre de ne pas comprendre lui semble être la meilleure option pour le moment, peut-être qu'elle peut régler la situation dans le calme. Jenny à l'espoir un peu fou de se dire qu'il n'est peut-être pas certain à 100% qu'elle est la personne qu'il cherche. Faire celle qui ne comprend pas, avec un peu de chance, pourra le faire douter et laisser tout le monde retourner à ses occupations sans le moindre heurts. Et, pour se montrer irréprochable, il faut toujours savoir faire preuve d'un peu d’aplomb. Alors, très rapidement, l'air sûr, elle tend sa main en direction de l'homme.

« Je voudrais récupérer mon sac maintenant. » Les doigts s'agite comme pour montrer une impatience en direction du sac. « Ce sont seulement des vêtements de sport et, franchement, je suis certaine qu'ils ne vont pas vous aller. Oh et, pendant qu'on y est... » Elle fait mine de réfléchir une petite seconde avant de bloquer son regard dans celui de l'homme. « Quand on voit une personne qui ne vous a pas vu, la politesse veut qu'on l'évite. Pas qu'on se laisse rentrer dedans. »

Faire une leçon de moral sur la politesse, ce n'est plus de l'aplomb, c'est carrément l'hôpital qui se fout de la charité. Parce qu'il n'est pas certain que les conventions sociales admettent qu'il est très poli d'aller chez des gens pour leur voler une arme en vitrine. N'empêche qu'elle essaye de ne pas se laisser démonter, ses yeux restant dans ceux de l'homme avec un petit air impatient sur le visage. Un peu plus, et Jenny en viendrait même à laisser son pied tapoter sur le sol en attendant son sac de sport. Dans la réalité des faits, Jenny n'est pas si sereine que cela. Heureusement, elle a appris depuis longtemps à ne pas laisser transparaître certaines émotions. Malheureusement, elle n'a jamais eu d'influence sur la cadence de son rythme cardiaque.



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
William Corey

avatar

☠ Vampire ☠
Roi du Sud



¤ AVATAR : Travis Fimmel
¤ MESSAGES : 255
¤ POINTS : 58
¤ MULTIS : Richard Young et Samuel Westwood
¤ AGE : 35 ans physiquement, mais en réalité il a 432 ans
¤ ZONE LIBRE : Fiche ¤ Liens

Forgeron, il crée principalement des armes pour le clan mais est ouvert à toutes commandes. Il crée des armes depuis plus de 400 ans.
¤ GROUPE : In Tenebris
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/07/2018


MessageSujet: Re: Vous avez perdu quelque chose ? Mer 19 Sep - 13:30



"Vous avez perdu quelque chose ?"


feat. WILLIAM COREY



Maintenant qu’il était face à la voleuse, William ne comptait pas la laisser filer si facilement. Il voulait récupérer son bien et il n’allait certainement pas la laisser s’en tirer. Il aurait pu l’assommer et la torturer à l’abri des regards indiscrets jusqu’à ce qu’elle crache le morceau, cela aurait été plus simple et facile. Mais il était en colère et il ne réfléchissait plus comme il en avait l’habitude, porté par ses émotions. Alors qu’il retenait la lanière du sac de la jeune femme pour qu’elle ne s’enfuit pas, il la fixait en observant avec attention ses réactions. Elle n’avait pas crié, elle ne l’avait pas insulté. Elle s’était retournée avec le plus grand des calmes. Pourtant, son cœur trahissait son stress. Pourquoi serait-elle donc bien stressée si elle n’était pas coupable ? Quoique d’un autre côté, une telle altercation pouvait rendre nerveux. Mais quoi qu’il en était, William savait très bien que c’était elle la coupable. Il n’avait pas besoin de preuve supplémentaire.

La jeune femme ne se démonta pas et répliqua comme si elle ignorait de quoi il lui parlait. Peut-être était-ce le cas mais il en doutait. Elle essayait simplement de se sortir du pétrin en espérant qu’il gobe ce qu’elle disait. C’était déjà trop tard mais elle ne pouvait pas encore le savoir. Le vampire la fixa de ses yeux froids.

« Ce n’est pas du bon temps que je veux passer avec toi. »

Il n’argumenta pas plus, laissant l’imagination et la déduction de la jeune femme finir le travail. D’un certain côté, lui passerait sans doute du bon temps. Elle, c’était moins sûr. Mais elle ne paniquait pas et voulait à présenter récupérer son sac. Elle se faisait pressante, directe. Et elle ne manqua pas de donner une leçon de morale par la même occasion. Une voleuse qui faisait la leçon. C’était paradoxal. William ne bougea pas, la fixant toujours en ignorant la main tendue et les doigts remuant.

« La politesse serait qu’on ne s’empare pas de ce qui appartient à d’autres… » lâcha t-il avant de baisser les yeux vers le sac « Ca… ça ne compte pas. C’est toi qui me l’a laissé en t’esquivant… »

Après tout, il n’avait rien à faire du contenu du sac, il avait juste voulu l’arrêter. Mais plutôt que de lui rendre, il le jeta derrière lui, sur le côté. Ainsi, elle serait obligée de repasser devant lui si elle voulait le  récupérer. Déjà agacé, le vampire n’appréciait pas l’effronterie de la jeune femme qui, en plus de faire comme si elle n’avait rien fait, osait agir et parler d’un air suffisant.

« Rends moi ce que tu m’as pris. Tu as cinq minutes. Crois moi, tu ne veux pas dépasser ce délai… »

Il fit un pas vers elle, lentement, se demandant quelle serait sa réaction. Peu importait ce qu’elle ferait car il ne comptait pas la lâcher tant qu’il n’aurait pas récupéré ce qui lui appartenait. Et si elle refusait, il savait qu’il parviendrait à la faire parler sans problème. Les humains étaient faibles….



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Jenny Hoppe

avatar

∞ Sorcière ∞
Ether



¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 121
¤ POINTS : 39
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018


MessageSujet: Re: Vous avez perdu quelque chose ? Dim 23 Sep - 0:10



"Vous avez perdu quelque chose ?"


feat. WILLIAM COREY




Jenny plante son regard dans celui du vampire alors qu'elle hausse un sourcil interrogateur. Elle peut avoir une imagination très fertile quand elle le veut mais, d'un autre côté, elle n'est pas le genre de femme à être impressionnable en une phrase. La voleuse vit avec deux loups sans compter les cadavres qui ont pu être laissés derrière eux. Des méthodes d'intimidation elle en a déjà vu et subies. Jenny c'est la femme qui, quelques jours plus tôt, était sur le point de se faire tuer à cause d'une vieille histoire mais qui a quand même trouvé le moyen de se moquer de son agresseur. Faut dire qu'il avait vraiment un prénom de merde et un cri de gonzesse ! D'ailleurs, si elle s'en est sortie c'est surtout grâce à l'intervention providentielle d'un loup qui passait par là et, d'ailleurs, elle ne s'est pas gênée pour le voler. Le problème de Jenny ce n'est pas qu'elle manque d'instinct de survie, c'est qu'elle a une chance insolente. Tout au long de sa vie, elle a réussi à se sortir de situations improbables. Pourquoi est-ce que les choses devraient changer maintenant ? Le vent finira bien par tourner un jour mais, elle ne préfère pas y penser.

Peu importe ce qu'il a en tête ou même ce qu'il veut. Jenny veut récupérer son sac, elle n'y tient pas spécialement mais c'est surtout pour le principe. Un léger rire, un peu moqueur, s'échappe de sa gorge quand il parle de ne pas prendre ce qui appartient aux autres. « Dit l'homme qui tient mon sac... » Mais, pour lui, ça ne compte pas. Il l'a dans les mains par sa faute à elle. Admettons. Un point pour lui, bien qu'elle n'aurait pas eu à lui céder s'il ne s'était pas emparé de la sangle. Le sac en question se retrouve au sol. « Hum... » le corps se penche légèrement sur le côté pour regarder son bien, par terre, un peu plus loin. « ça aussi, ce n'est pas très poli. » Jenny se redresse et le regarde. « Il y avait peut-être des choses fragiles dedans. » Il y a bien une petite voix à l’intérieur de sa tête qui lui demande de se taire mais... désolé, c'est plus fort qu'elle.

Les choses semblent devenir un peu plus sérieuses quand il parle de lui rendre ce qui lui appartient. En 5 minutes ! Un sourire en coin se pose sur ses lèvres et, quand il fait un pas en avant, Jenny en fait un en arrière en levant une main. « Attends ! » Sa langue claque plusieurs fois sur son palais lorsqu'elle secoue la tête de gauche à droite. « On n'est pas encore assez intime, je préfère garder une certaine distance de sécurité. » La bonne blague. Comme si la proximité de deux corps étaient quelque chose qui la dérangeait alors qu'elle passait son temps à en jouer ! « Maintenant, de manière très hypothétique : Si je devais prendre quelque chose à une personne, j'imagine que je ne garderais pas ça sur moi. » Elle fait mine de réfléchir. « En fait, je crois même que je l'aurais déjà revendu. Enfin, je suppose. Personne ne garde un objet pris à une personne, ça serait comme une preuve de sa culpabilité, non ? » Elle hausse les épaules. « En tout cas, dans les films et les séries, c'est comme ça que les voleurs se font prendre. Mais, bien sûr ce ne sont que des hypothèses... J'y connais rien. » Et elle trouve le moyen de balancer un large sourire à la fin de sa phrase.

Jenny n'est pas non plus complètement sotte. Elle a bien compris que le vampire savait qui elle était et ce qu'elle avait fait. Faire planer des hypothèses qui n'en sont pas et faire des gestes avec ses bras pendant qu'elle parle... Finalement c'est quelque chose de parfaitement voulu. Poche arrière de son jeans, sous un haut un peu long, une sorte de bombe au poivre. En réalité c'est un petit vaporisateur, comme ceux que l'on peut trouver avec des échantillons de parfums. Ça ne prend pas de place, ça ne se voit pas et le liquide transparent peut être confondu avec un parfum. Pourtant c'est de l'eau bénite. Les gestes qu'elle fait quand elle parle, n'est pas un toc, juste une façon de ne pas porter l'attention si elle vient à aller chercher ce vaporisateur. Le provoquer, c'est aussi pour la même stratégie : les gens énervés sont moins attentifs aux détails. Ça doit être pour cette raison qu'elle décide de finir, toujours dans un large sourire. « Surtout quand il s'agit d'une arme gardée dans une vitrine... C'est toujours hypothétique. »



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
William Corey

avatar

☠ Vampire ☠
Roi du Sud



¤ AVATAR : Travis Fimmel
¤ MESSAGES : 255
¤ POINTS : 58
¤ MULTIS : Richard Young et Samuel Westwood
¤ AGE : 35 ans physiquement, mais en réalité il a 432 ans
¤ ZONE LIBRE : Fiche ¤ Liens

Forgeron, il crée principalement des armes pour le clan mais est ouvert à toutes commandes. Il crée des armes depuis plus de 400 ans.
¤ GROUPE : In Tenebris
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/07/2018


MessageSujet: Re: Vous avez perdu quelque chose ? Jeu 27 Sep - 15:15



"Vous avez perdu quelque chose ?"


feat. WILLIAM COREY



Comme il s’y était attendu, la jeune femme ne manqua pas de lui rétorquer que c’était l’hôpital qui se fout de la charité. Mais ça aussi, il l’avait anticipé. Cela n’avait rien à voir. Mais cette femme était prévisible. Il avait commencé à comprendre comment elle fonctionnait. Compensait-elle la peur par cette effronterie démesurée ? Sans doute cela lui permettait-il d’avoir moins peur en répondant de la sorte. Le duel de mots était réservé aux personnes n’ayant principalement que peu d’autres moyens de défense. Pas de chance pour elle, William se défendait bien dans les deux. Avoir 432 ans aidait beaucoup. La jeune femme s’inquiétait visiblement pour son sac. A moins que ce n’était juste que pour avoir matière à répondre. William ne la quitta pas des yeux, se moquant bien de ce sac qu’il avait laissé derrière lui.

« Il ne fallait pas me le laisser dans ce cas. Agir sans réfléchir peut vite se retourner contre soi, n’est-ce pas ? »

Et il faisait aussi référence au vol qu’elle avait commis. Savait-elle ce qu’il était ? Il en doutait. Mais il ne comptait pas lui apprendre de la meilleure des façons. Pourtant, la jeune femme ne se débarrassait pas de son sourire en coin. Mais ce pas en arrière montrait bien qu’elle se méfiait, à raison. Toutefois, elle ne put s’empêcher de blaguer à nouveau. William n’avait pas vraiment envie de rire mais il resta où il se trouvait, attendant qu’elle finisse de parler. Ce qu’elle disait avait du sens mais il l’avait déjà pris en compte. Il aurait été idiot qu’elle se balade avec. Mais ça, il s’en fichait. Peu importait où se trouvait son bien, elle allait aller le chercher et rapidement. Petit à petit, la fille dévoilait ce qu’elle avait fait de son larcin de façon détournée.

« C’est vrai qu’il ne faut rien y connaitre pour laisser autant d’indices et de preuve de sa culpabilité derrière soi. »

Un humain n’aurait sans doute rien vu, rien retrouvé. Mais pas un vampire. L’humaine pouvait jouer, William ne s’en offusquait pas. Il comptait bien lui faire regretter chaque once de sourire qu’elle avait osé arborer. La voleuse porta un coup d’estoc en révélant sa culpabilité d’une certaine façon. William ne broncha pas. Après tout, il savait déjà très bien qu’il était face à la coupable. Pourquoi s’énerver donc davantage ? Le vampire ne bougea pas puis se mit à sourire légèrement.

« Tu es amusante… »

Il ne le pensait pas une seconde. Profitant du fait qu’elle le regardait, il l’hypnotisa pour la paralyser. Incapable de bouger, elle ferait moins la maligne. Pensait-elle vraiment qu’une humaine pourrait rivaliser avec un vampire de plusieurs siècles ? Elle allait vite comprendre qu’il n’était pas un simple humain condamné à se faire voler. Désormais figée, il creva la distance qui les séparait et se planta juste devant elle, son visage presque collé au sien.

« Seras-tu toujours amusante lorsque tu pendras la tête en bas en te vidant lentement de son sang par les divers orifices que j’aurais ajouté à ton corps ? »

Pour ajouter un peu de consistance à ce qu’il disait, il enfonça lentement son doigt dans son épaule jusqu’à la faire saigner. Son envie de la tuer était forte et trop présente. Ainsi, il poussa un bref soupir pour essayer de se calmer. S’il la tuait tout de suite, il ne retrouverait peut-être jamais son arme. Et ça, c’était hors de question. Mais il ne fallait pas qu’elle croit qu’il serait cordial avec elle et compréhensif. Surtout pas après cette comédie qu’elle lui avait servi.

« Où est mon arme ? » Il avait détaché soigneusement les mots, menaçants. « Non, ne me dis rien. Tu vas aller la récupérer, où qu’elle soit, quoi que cela te coûte et tu vas me la ramener. Ce n’est pas une demande mais un ordre. Tu as fait une erreur, ça arrive… Tu as de la chance, tu peux te racheter. Tu as compris ? »

Fatalement, il allait devoir la libérer pour qu’elle puisse aller récupérer l’arme. Mais il voulait qu’elle comprenne bien dans quoi elle s’était fourrée.

« Ce n’est pas un jeu. Rapporte moi mon bien demain soir, ici même. Si tu n’es pas là ou sans l’arme…. non, tu verras bien le résultat. »


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Jenny Hoppe

avatar

∞ Sorcière ∞
Ether



¤ AVATAR : Jessica Alba
¤ CRÉDITS : endlessly epic
¤ MESSAGES : 121
¤ POINTS : 39
¤ MULTIS : Katniss Michaels
¤ AGE : 27 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 22/08/2018


MessageSujet: Re: Vous avez perdu quelque chose ? Jeu 4 Oct - 0:01



"Vous avez perdu quelque chose ?"


feat. WILLIAM COREY



Agir sans réfléchir peut se retourner contre soi... Étrangement, c'est un vrai sourire qui se dessine sur ses lèvres à cette phrase. Dix ans avec les jumeaux, sans parler des années précédentes où Jenny n'avait pas toujours agir de la manière la plus raisonnée qu'il puisse exister. Bien sûr que tout peut se retourner contre soi mais c'est aussi cela qui donne un sens aux choses, qui les rend plus amusantes. Jenny doit avoir un sérieux problèmes avec les défis et les montées d'adrénaline. Alors c'est toujours avec ce sourire en coin qu'elle pose calmement son regard sur l'homme : « Mais ne rien tenter est particulièrement stupide. » Et très peu rentable dans le cas du vol de l'arme.

Peut-être un peu vexée, elle plisse les yeux dans une moue enfantine. Elle n'a pas laissé autant d'indices que cela, elle n'en laisse quasi jamais. Sauf celles qu'elle ne peut pas contrôler comme son odeur. Après tout, c'était comme cela que les jumeaux étaient remontés à elle quand elle les avait volé pour la première et la dernière fois. Sauf que cette histoire c'était fini par une association des trois qui perdurait depuis 10 ans et qui avait dépassé le stade de la simple association de malfaiteurs. Toute porte à croire que cela ne se finira pas de cette manière cette fois-ci. Elle ne répond pas, se contente d'une courbette ironique quand il lui dit qu'elle est amusante alors qu'il ne semble pas le penser une seule seconde. Et elle aurait aimé le remercier, toujours de manière ironique. Rien ne sort.

Pire... Elle ne bouge pas quand il approche. Pourtant l'envie de reculer s'était largement faite ressentir et, Jenny comprend qu'elle n'est plus libre de ses mouvements. Elle déteste les vampires et leurs hypnoses. Elle déteste encore plus ne rien pouvoir faire contre cela et de se sentir impuissante dans une situation. Ce n'est pas fair-play ! Elle sent bien son cœur qui s'emballe quand il est proche. Trop. Elle déteste tout autant ce cœur qui n'en fait qu'à sa tête, quand elle essaye de faire la femme qui n'est pas impressionnée. Trahie par son propre corps, ça aussi c'est déconné.

La suite n'a rien d'engageante. Si elle se force à le regarder pour ne pas donner l'impression de faiblir, elle se sent quand même moins en position de force. L'a-t-elle était ne serait-ce qu'à un seul instant ? Pas vraiment. C'est l'intérieur de sa joue qu'elle mord pour ne rien dire quand l'ongle s'enfonce dans son épaule. Créer une douleur secondaire pour ne pas se concentrer sur le sang qui s'écoule un peu, refusant de lui donner la satisfaction d'une douleur visible. Bien qu'il devrait bien s'en douter, Jenny s'est mordue assez fort pour créer une petite plaie sur l'intérieur de sa joue, laissant probablement une nouvelle odeur de sang monter aux narines du vampire.

Elle déglutie sans même s'en rendre compte et l'écoute. Ils allaient avoir un problème, bien qu'elle ne dise rien. Mais, là, tout de suite, elle ne sait pas où est cette arme. Elle l'a revendu à quelqu'un d'anonyme et, en fait, elle ne sait même pas si cette personne est l'heureux propriétaire d'une arme ou s'il n'est qu'un intermédiaire. 24h... c'est largement suffisant pour quitter la ville, non ? Mauvaise idée, pour une fois que les jumeaux arrivent à rester dans une meute, elle ne va pas leur demander de partir de Londres. Est-ce qu'elle peut refaire une réplique de son arme en aussi peu de temps ? C'est peut-être faisable, ça vaut le coup d'essayer. Jenny hoche la tête. « Toi, par contre, on t'a déjà dit que tu n'avais rien de marrant ? Être matérialiste à ce point c'est mauvais pour la santé... Remarque, les problèmes cardiaques tu dois t'en foute un peu. » Elle soupire et roule ses yeux, se mettant à réciter comme le ferait une élève devant son prof. « Demain, même heure, même endroit avec l'arme. » Nouveau sourire ironique. « Tu vois, j'ai tout pigé ! »

xXx xXx xXx

En réalité, elle a essayé de voir si elle pouvait retrouver la trace de l'arme. Mais, comme elle l'avait soupçonné, ce n'avait pas été possible. Pas en si peu de temps. L'avantage de travailler dans le milieu des œuvres d'art – dans la partie illégale en tout cas – c'est qu'elle connaissait pas mal de faussaires dont certains étaient très bons. C'était risqué mais elle n'avait pas d'autres options pour le moment. Elle a bien songé à ne pas se pointer mais, il pourrait quand même la retrouver. Pas le bon plan. Alors elle était venue avec l'arme qui n'était pas la vraie mais qui se voulait aussi identique que dans ses souvenirs. Elle avait aussi quelques sprays, de ceux que l'on peut trouver dans les parfumeries et qui servent d'échantillons. Sauf que là, ils étaient remplis d'eau bénite. Elle attend aussi tranquille que possible, essaye d'envisager toutes les possibilités tout en sachant que ce n'est pas possible avec un vampire. D'ailleurs ce dernier ne tarde pas à apparaître et elle retient une inspiration trop bruyante. Jenny se décolle légèrement du mur contre lequel elle était appuyée et fini par tendre sa main avec l'arme dedans. « Voilà, c'est ce qui était convenu. » Elle se garde de dire qu'elle est une personne de confiance, ça sonnerait beaucoup trop faux.



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
William Corey

avatar

☠ Vampire ☠
Roi du Sud



¤ AVATAR : Travis Fimmel
¤ MESSAGES : 255
¤ POINTS : 58
¤ MULTIS : Richard Young et Samuel Westwood
¤ AGE : 35 ans physiquement, mais en réalité il a 432 ans
¤ ZONE LIBRE : Fiche ¤ Liens

Forgeron, il crée principalement des armes pour le clan mais est ouvert à toutes commandes. Il crée des armes depuis plus de 400 ans.
¤ GROUPE : In Tenebris
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/07/2018


MessageSujet: Re: Vous avez perdu quelque chose ? Mar 30 Oct - 10:50



"Vous avez perdu quelque chose ?"


feat. WILLIAM COREY



La fille qui lui faisait face semblait parfaitement inconsciente du danger qu’elle encourait. Il ignorait si elle savait ce qu’il était mais malgré tout, elle continuait de sourire en coin et de répondre effrontément. William était à deux doigts de lui en trancher un, pour qu’elle comprenne. Et pourquoi pas le lui faire manger par la suite ? Des idées pour lui faire regretter ses actes, il en avait plein. Mais il les gardait en réserve pour plus tard. Afin qu’elle comprenne bien, il l’empêcha de bouger et s’approcha d’elle pour la menacer. Le son de son cœur qui s’emballait était une douce mélodie à ses oreilles. Bien qu’elle faisait tout pour rester impassible, son cœur la trahissait. Elle ne faisait que se donner un genre, voilà tout. Mais le problème était surtout que cela ne la rendait pas plus forte. En tout cas pas aux yeux de William. Il la trouvait juste encore plus agaçante à chaque minute qui passait.

Il ne se gêna pas pour lui donner un aperçu de ce qui l’attendait si elle le prenait encore pour un idiot. Une autre odeur de sang, bien plus légère se fit sentir. Cela ne venait pas de l’épaule meurtrie cette fois. En approchant son visage tout près du sien, il sentit un peu plus l’odeur. Cela provenait sans doute de l’intérieur de sa bouche. Se faisait-elle mal volontairement ? Il n’y prêta plus attention et se contenta d’exposer très clairement ce qu’il voulait. C’était non négociable. Irréalisable ? Peut-être. Mais il n’était pas connu pour être raisonnable. On ne vivait pas plus de 400 ans pour se laisser marcher sur les pieds par une vulgaire humaine. L’humaine continua son petit manège comme si elle n’avait peur de rien et qu’elle ne lui devait rien. William la fixa d’un air froid et dénué de sentiments. Pourtant il en avait pour elle : haine, colère, envie de violence.

« Etre une sale petite voleuse aussi, c’est mauvais pour la santé. Il arrive qu’on y perde des doigts. Ou carrément la vie. »

Elle agissait comme une enfant moqueuse et il la laissa faire. Pour le moment. Il lui laissait 24H et ne chercherait même pas à la suivre pour voir si elle obéissait. Après ces 24H par contre, il ne répondrait plus de rien. Et mieux  valait pour elle qu’elle ait obéi pour de bon.

xXx xXx xXx

Le lendemain, il préféra ne pas être là trop tôt. Il voulait arriver après elle. Heureusement pour elle, elle était déjà là lorsqu’il arriva. Elle lui tendit l’arme et il la fixa un instant avant de poser les yeux sur l’arme. Avait-elle vraiment réussi ? Après un instant, il attrapa enfin l’arme entre ses doigts et la fit tourner avec aisance comme s’il l’avait toujours fait. Il l’observa sous toutes les coutures, longuement, la soupesant, s’entaillant même le bout du doigt avec pour vérifier le tranchant.

« C’est bien. Bon travail. »

Puis il la plaqua contre le mur, glissant la lame de l’arme sous sa lèvre inférieure. Un pas de travers et il lui referait un joli sourire façon Joker. Il approcha son visage tout près du sien, la fixant de ses yeux clairs.

« C’est vraiment une belle imitation… Tu pensais vraiment que je serai assez stupide pour ne pas reconnaitre mon propre travail ? Je connais chaque millimètre de mon arme… et ce n’est pas celle là. En plus d’être effrontée tu me prends pour un abruti. Donne moi une seule bonne raison de ne pas te défigurer… »


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Vous avez perdu quelque chose ?

Revenir en haut Aller en bas
Vous avez perdu quelque chose ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Si vous avez besoin de quelque chose, appelez-moi. Je vous dirai comment vous en passer.
» Avez-vous quelque chose à ajouter ?
» Si vous voyez quelque chose tomber en poussière, sachez que la Lumière approche.
» Un lien c'est quelque chose d'unique, qu'il soit positif ou négatif. Alors, vous en voulez un avec moi ?
» Dans chaque femme il y a quelque chose de bien, mais vous devez l'introduire vous même !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Sud de la Tamise-
Sauter vers: