RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !




Nouveautés les hommes en noirs sont de retour
Soldats d'une unité secrète, qui sont-ils réellement ? Quels sont leurs buts ?
Venez les découvrir !
L'annexe du groupe & les PV's du groupe



Partagez|

Family Portrait - ft. Katniss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Charlie Michaels

avatar

Bêta Centre • Alliance



¤ AVATAR : Phoebe Tonkin
¤ CRÉDITS : by lilie
¤ MESSAGES : 247
¤ POINTS : 94
¤ MULTIS : Joanne / Vassily / Ivana / Ashanti
¤ AGE : 220 ans / 30aine physiquement
¤ ZONE LIBRE :
• Membre de l'Alliance depuis 1981, devenue Chefs d'Unités pour en 2018. Charlie possède donc la marque Or de l'organisation sur son poignet droit.
• Elle est mère, en couple, de 4 enfants : 3 loups (Peter 174 ans, Cassiopée 81 ans et Katniss 18 ans) et mère adoptive d'une Sorcière qui travaille pour l'Alliance (Pandora, 26 ans).
• Elle est gérante du pub The Moon Tavern, qui se trouve dans la City.



ChronoLiensFicheMeute Centre
¤ GROUPE : Loup-Garou, nouvelle Alpha de la meute du Centre
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: Family Portrait - ft. Katniss Sam 18 Aoû - 10:39

Family portrait - feat. @Katniss Michaels

« Coucou ma chérie. Soirée à deux aujourd’hui ? Je rentre plus tôt du bureau, j’apporte les pizzas ! Y aura que nous  Wink  À plus tard. Je t’aime. »

Charlie déposa son téléphone sur son bureau, observant la pile de dossiers devant elle. Des agents, ou plutôt futurs agents à recruter, tester, former… Des cas, à étudier, des missions à commencer, à donner, à répartir. La louve soupira, fatiguée. La journée n’en était qu’à sa moitié et elle en avait déjà marre. Il fallait avouer que la paperasse, ce n’était pas ce qu’elle préférait. Charlie était une femme de terrain. Depuis sa malheureuse aventure avec Nikolaj, la louve n’était pas retournée en mission. Par peur ? Non. Du moins pas d’après elle. La peur était une chose qu’elle avait du mal à ressentir. Du moins avant. Tout avait changé. Depuis son kidnapping, la louve avait ouvert les yeux sur sa vie, sur les dangers qui flirtaient avec son quotidien. Elle aurait pu mourir. Elle aurait pu laisser derrière elle des orphelines, un clan, un homme. Certes, elle était revenue plus forte que jamais, plus puissante aussi, avec cette lueur rouge qui brillait dans son regard lorsque l’animal se montrait et s’imposait. Alpha. Voilà ce qu’elle était devenue. Le clan était désormais une meute, encore un peu fragile, mais une meute quand même. Charlie avait été si heureuse de retrouver les siens, de serrer sa fille dans ses bras. Quelques semaines s’étaient écoulée depuis la fin mai et pourtant elle avait l’impression que l’émotion était encore là, palpable. Et il y avait Kenneth, avec qui les choses étaient devenues bien plus sérieuses, bien plus officielles. L’homme était devenu son Bêta lors d’un échange passionnel. Leur amour crevait les yeux, mais Charlie peinait encore malgré tout à l’avouer. Et puis quelques semaines plus tôt, début juillet, cet abruti de Max Madden avait déboulé dans son bureau, au bar. Venu pour réclamer la protection de la Louve ; venu pour exiger un test de paternité. Charlie avait fait la plus grosse erreur de sa vie en pensant qu’il était le père de Katniss. Si elle avait su dès le début, la vie de sa fille aurait été si différente. Car elle était persuadée, la louve, que Joshua aurait accepté cette grossesse tout de suite. Mais dix-huit ans après, les choses devenaient un peu compliquées. Charlie lui était tombée dessus, comme un cheveu sur la soupe, lui annonça qu’il était père. Un choc. Voilà ce que cela avait été pour lui. Quoi de plus normal après tout.

Charlie soupirait. Katniss lui répondit, heureuse de pouvoir passer une soirée en tête-à-tête avec sa mère. Du moins d’après le sms. Avec les jeunes, on ne savait jamais s’ils le pensaient réellement. Mais Mère et fille avaient une relation particulière, fusionnelle. Elles ne passaient plus assez de temps ensemble et, ce soir-là, Charlie avait des choses à lui annoncer… Surppriiisse je t’ai trouvé ton vrai père ! Comment la gamine allait-elle le prendre ? Difficile à dire. Elle avait grandi en se disant que son père était un homme incapable de s’occuper de sa progéniture. Elle avait passé dix-huit années à vivre sans une figure paternelle. Ou presque. Aaron était devenu son parrain, passant du temps avec la gamine, à se goinfrer de trucs bien gras et à rire bêtement. Et puis il y avait eu Kenneth, qui rapidement avait fait sa place auprès des filles de la Louve. Elle pouvait dire qu’elles le considéraient toutes comme leur beau-père. Et lui ? Comment réagirait-il en découvrant que Joshua était le père de Katniss ? D’autant plus que les deux hommes se connaissaient...

La journée passa finalement rapidement. Charlie s’occupa de la formation physique de ses recrues. Elle tenait à ce que chacun reste en forme. Certains étaient sur le terrain, comme Kenneth et Blodwyn. D’autres, plus nouveaux, méritaient un petit entraînement. Autant dire que la Louve s’était faite plaisir et n’avait pas retenu ses coups. Elle se défoulait autant qu’elle apprenait à ses agents à se battre et se défendre. À la fois sous forme humaine et animale, Charlie s’était montrée impitoyable et pédagogue. Tous étaient sortis de l’entraînement épuisés, mais bien plus performants qu’avant. Dans son bureau, Charlie découvrir le paquet qu’elle attendait depuis plusieurs jours, un cadeau pour Katniss. Elle l’avait commandé bien avant d’apprendre pour Joshua et espérait que lui offrir ce soir ne passerait pas pour un cadeau pour se racheter… Après une douche, la louve quitta les bureaux de l’Alliance et roula directement jusqu’au supermarché pour faire le plein de bière. Même si elle n’aimait pas toujours voir sa fille boire, elle était en âge de le faire et nul doute qu’elle en aurait certainement besoin pour leur repas en tête-à-tête. La course faite, elle se dirigea vers la pizzeria qui commençait à vraiment bien connaître la louve et sa famille. En souriant, elle revoyait le nombre de cartons vides étalés dans son appartement lorsqu’elle était revenue de ses cinq jours d’absence.

Ce fut finalement vers dix-neuf heure trente que Charlie arriva à l’appartement, affamée par l’odeur de pizza chaude qui chatouillait ses narines. Claquant la porte du pied, ses mains étant prises, elle gueula comme à son habitude.

Je suiiis rentrééeee !

Pizzas et pack de bières furent posés sur la table basse. Hors de question de manger à table. Affalées sur le canapé, c’était ainsi que les soirées mère-filles se passaient. Lorsque Katniss déboula, Charlie l’embrassa, comme toujours, la serrant contre elle. Les femmes de la famille n’étaient pas avares en tendresse et en signes d’affection. Elles s’aimaient, se respectaient, s’engueulaient parfois. Mais elles assumaient leurs liens, leur amour.

Ça va ? Tu as passé une bonne journée ?

Sur le canapé, une boite allongée attendait. Charlie le montra à sa fille d’un signe de tête. Dans la boite, un violon. L’un de ceux au prix exorbitant qui faisait rêver la jeune artiste.

Je voulais te l’offrir plus tôt, mais y a eu des galères de livraison… J’espère qu’il te plait. C’est ton cadeau pour ta première transformation.

Charlie avait toujours offert un cadeau à ses louveteaux lors de leur première transformation en Garou. À chaque fois selon ses moyens, selon l’époque. Cette fois, c’était à Katniss d’être célébrée. Charlie avait eu une promotion en devenant Chef d’Unité et la louve avait pas mal économisé depuis toutes ces années. Katniss méritait ce violon. Plus que n’importe qui.


(c) Pando



FAMILY ABOVE ALL
And I was running far away. Would I run off the world someday? Nobody knows, nobody knows. And I was dancing in the rain. I felt alive and I can't complain. But now take me home. Take me home where I belong.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Katniss Michaels

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Danielle Rose Russell
¤ CRÉDITS : noralchemist.
¤ MESSAGES : 28
¤ POINTS : 18
¤ MULTIS : Jenny Hoppe
¤ AGE : 18 ans, apparence 18 ans
¤ GROUPE : meute du centre (Charlie)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/08/2018


MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss Sam 18 Aoû - 16:47



"Family Portrait"


feat. Charlie Michaels



Il y a un type bien glauque qui s'approche dans une ruelle trop sombre. Katniss assiste à la scène en sachant très bien que ça va mal tourner, surtout quand il sort un couteau pour s'approcher de l'innocente jeune femme qui passait par-là. La pauvre est pétrifiée quand elle tente de hurler pour rameuter quelqu'un. Personne ne vient l'aider et elle se fait hachurer par des coups de couteau, tous plus sanglants les uns que les autres.

« Trop cool ! » Elle sautille presque quand sa voix s'est faite trop enthousiaste.
« Kat, putain ! »

L'étudiante se reconnecte et voit que plein de personnes se sont tournées vers elle, un regard désapprobateur sur le visage. Elle essaye d'afficher un sourire navré dans un « désolé » qui se veut des plus discret. Note pour plus tard : ne plus jamais lire un texto de sa mère en plein séance de cinéma, surtout quand c'est un vieux film d'horreur et que tout le monde est à fond dans une scène de meurtre. Mais, maintenant, Katniss est bien loin de ce film qu'elle était en train de voir. Son cerveau est déjà en train de tourner pour savoir ce qu'elle va préparer pour ce soir. Sortir plein de chouchou et faire des coupes improbables à sa mère ? Noooon, elle n'a plus quatre ans et puis, de toute façon, Charlie avait bien perdue en longueur de cheveux depuis son retour. Ça lui va bien d'ailleurs.

Elle trépigne l’adolescente en attendant que le film sonne le générique de fin. A peine terminé, qu'elle est déjà debout à traîner Inès par la main en dehors de la salle obscure. Son amie proteste en disant qu'elle voulait voir les crédits, qu'il y avait peut-être une scène additionnelle à la fin.

« ça va Inès, ce n'est pas un Marvel, c'est un vieux film des années 60. »
« Mais qu'est-ce qui t’arrive ? On dirait que tu as eu la nouvelle du siècle. » Inèse se stoppe soudainement, arrêtant ainsi la progression de Katniss. « Oh attend, tu sais quelque chose, c'est ça ? C'est Scott, il a enfin largué Clarisse ? »
« Hein ? »
« Oh, non, c'est le prof de philo qui a enfin compris qu'il était hétéro ? »
« Mais non, c'est ma mère. On passe la soirée toutes les deux. »
« Ok chérie. Tu sais que, à ton âge, ta mère est supposée être ta pire ennemie, que tu dois la détester et tout le bordel ? »

Katniss apprécie beaucoup son amie. Elles ont un tas de choses en commun mais, il faut bien avouer qu'Inès est le stéréotype de la fille de 18 ans. Encore en étude, pas d'emploi, pas d'appartement, rien de vraiment important à gérer dans sa vie. Alors à défaut de ces choses-là, son monde s'est construit autour des garçons et de soirées. Inès elle se veut avec des airs des rebelles seulement parce que ça fait bien alors Katniss la regarde avec un sourire amusé.

« Avec un peu de chance, je ferais ma crise d'adolescence sévère d'ici trois ou quatre ans. »

Inès ne comprend pas trop cette référence que fait Kat sur sa prodigieuse capacité à tout faire en retard. C'est quand même dommage, pour une musicienne, d'être toujours à contre rythme et dans le mauvais tempo de sa propre vie. Son amie baisse les bras estimant que Katniss était irrécupérable quand il s'agissait de sa famille.

Il est 19h quand Katniss revient à l'appartement après avoir quitté Inès avec qui elle a passé la journée. Passage rapide sous la douche... Enfin, qui devait être rapide avant de se rendre compte qu'elle avait figée sous l'eau chaude. C'est qu'elle s'y sentait bien dans cette douche, comme une sorte de petite bulle que personne ne peut venir envahir, ou personne ne viendra la voir. Cette petite bulle où elle se recentre pour faire évacuer les petites frustrations du quotidien qu'elle ne sait pas vraiment comment elle doit gérer. Sa façon à elle de tout remettre à plat et, ainsi, pouvoir profiter pleinement de sa soirée avec sa mère. Katniss oublie un peu la notion du temps et, ce qui devait prendre que quelques minutes s'avéra durer une bonne demi-heure. C'est la voix de Charlie qui lui fait éteindre l'eau pour se sécher rapidement et enfiler un t-shirt cinq fois trop grand pour elle. Oui, ça lui arrive d'aller prendre des fringues bien trop grandes pour elle, juste pour s'y sentir à l'aise chez elle.

« Coucou M'man. » Câ ?lin et embrassade pour les deux, comme un rituel... Une nécessité. « Ouep, j'étais avec Inès aujourd'hui. Session matage de vieux film d'horreur, y a un cinéma de la ville qui se fait un marathon vieux film. » Le rétro, ça revient trop à la mode. « Et toi ? »

On note une petite baisse d’enthousiasme dans cette dernière question. Ce n'est pas parce que Katniss n'est pas intéressée par le boulot de sa mère, bien au contraire mais... C'est un peu compliqué de l'imaginer dans un truc dangereux alors qu'elle a disparu durant plusieurs jours pour revenir toute amochée. Katniss aimerait pouvoir se contrôler et faire taire ses peurs et ses doutes mais, elle n'a jamais su faire cela.

« C'est quoi ? » Qu'elle lance quand son regard tombe sur le paquet. Regard qui pétille quand elle l'ouvre pour tomber sur... « Putain ! » Désolé, c'est sortit tout seul mais... « Mais t'es complètement folle. » Elle se tourne vers sa mère, le violon dans une main. « Tu sais combien ça coûte ? » Elle réfléchit à sa propre question avant de frapper sa main de libre sur son front. « Évidemment que tu sais, tu viens de me l'offrir. » Question conne, sauf si Charlie l'avait volé mais c'est quand même peu probable. « Il est... » Génial. Super. Grandiose. Magnifique. Dommage que ce ne soit pas comme un doudou et qu'on ne puisse pas dormir avec. « Merci beaucoup. »

Un remerciement sincère qui se finit par un câlin à trois, parce qu'elle n'a pas lâché le violon. Sa mère, elle la sert aussi fort que possible avant de se décoller pour remettre le violon dans son étui. Hors de question de l'essayer maintenant, il va falloir qu'elle l'accorde, qu'elle fasse un tas de choses qui prendraient une bonne partie de la soirée. Katniss aura toute la journée du lendemain pour l'essayer. Vive les vacances scolaires.

« Bon, tu as quoi à me demander ou à m'annoncer. Parce que un cadeau pareil, c'est pas que pour une transformation. »

Surtout quand cette dernière n'a rien de spectaculaire vue l'heure tardive à laquelle est apparue. Quoi que, Katniss a peut-être battue un record. Sauf qu'elle dit ça un peu en rigolant, pas vraiment sérieuse, alors qu'elle s’affale sur le canapé pour attraper une part de pizza.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Michaels

avatar

Bêta Centre • Alliance



¤ AVATAR : Phoebe Tonkin
¤ CRÉDITS : by lilie
¤ MESSAGES : 247
¤ POINTS : 94
¤ MULTIS : Joanne / Vassily / Ivana / Ashanti
¤ AGE : 220 ans / 30aine physiquement
¤ ZONE LIBRE :
• Membre de l'Alliance depuis 1981, devenue Chefs d'Unités pour en 2018. Charlie possède donc la marque Or de l'organisation sur son poignet droit.
• Elle est mère, en couple, de 4 enfants : 3 loups (Peter 174 ans, Cassiopée 81 ans et Katniss 18 ans) et mère adoptive d'une Sorcière qui travaille pour l'Alliance (Pandora, 26 ans).
• Elle est gérante du pub The Moon Tavern, qui se trouve dans la City.



ChronoLiensFicheMeute Centre
¤ GROUPE : Loup-Garou, nouvelle Alpha de la meute du Centre
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss Dim 19 Aoû - 9:29

Family portrait - feat. @Katniss Michaels


Malgré les semaines écoulées, les cinq jours de disparitions planaient encore au-dessus de la famille Michaels, comme une ombre dont Charlie ne parvenait à se débarrasser. Dès qu’elle oubliait de prévenir d’un retard, dès qu’elle ne répondait pas au téléphone, la famille s’inquiétait. Elle regrettait presque l’époque de leur vie normale, celle d’avant la St-Patrick, lorsque ses filles n’étaient pas au courant pour l’Alliance, lorsqu’elle n’était encore qu’une louve solitaire.

Si tu veux tout savoir, j’ai foutu la raclé à de nouvelles recrues. Je peux te dire qu’ils ont morflé et moi, même pas mal ! avait-elle répondu fièrement, espérant rassurer sa fille, mais doutant que cela suffise. Une journée tranquille quoi.

Charlie n’était pas encore réellement retournée sur le terrain, pas en grosse mission dangereuse en tout cas. Non pas qu’elle n’était pas prête, loin de là. Elle en crevait d’envie. Mais elle se freinait, pour ses filles, pour la meute, pour ne pas les inquiéter si elle partait plusieurs nuits d’affilées sans pouvoir leur donner de ses nouvelles. Maintenant, c’était elle qui s’inquiétait lorsque Kenneth sortait en mission… Le monde à l’envers, à croire qu’elle devenait une mère de famille modèle. Métro, boulot, dodo. Tout ce qu’elle avait toujours refusé de faire. Mais sa vie lui plaisait et elle avait compris qu’elle devait temporairement lever le pied. En attendant, elle savourait les moments passés avec les siens ou dans son bar. Et puis, pour rien au monde, elle n’aurait échangé cet instant contre une mission. Lire le bonheur de Katniss dans son regard et partout sur elle était le plus beau des moments possibles. Sa fille était heureuse et Charlie souriait, naturellement, heureuse elle aussi. Que pouvait-il y avoir de mieux que ça. Cet instant précis valait toutes les missions pleines d’adrénaline. Il n’y avait rien de plus pur et de plus sain que le bonheur de sa gamine. Rien de plus magique que ce câlin en compagnie du précieux violon qu’elle venait de lui offrir. Au moins, elle savait que le cadeau faisait plaisir à sa fille. Mais elle n’en avait pas douté en l’achetant.

S’installant sur le canapé, s’ouvrant déjà une bière, Charlie laissa Katniss remballé le précieux avec soin. Nul doute qu’elle s’en occuperait dès que possible, le réglant, le bichonnant. Charlie, elle, n’y connaissait rien en musique. Elle n’était pas l’artiste de la famille. C’était elle qui réparait les voitures, changeait les robinets, réparait les choses cassées. Mais la musique, le dessin ? Non. Elle n’était pas spécialement douée pour ça et, définitivement, Max’ non plus, encore une preuve qu’il n’était pas le père de Katniss.

« Bon, tu as quoi à me demander ou à m'annoncer. Parce que un cadeau pareil, c'est pas que pour une transformation. »

Charlie cligna des yeux, surprise. Bon, il fallait bien avouer qu’un tel cadeau pouvait présager quelque chose d’autre derrière. De base, les choses n’auraient pas dû se passer ainsi mais là encore, Charlie n’était pas douée pour bien choisir les moments.

C’est un rituel. Chacun de mes enfants a reçu un cadeau lors de sa première transformation. C’est sûr que Peter n’a pas eu de violon, ni Cassiopée. J’ai toujours fait selon mes moyens et selon vos passions. J’aurais aimé que ma mère fasse ça pour moi… Je trouve ça important moi, cette première vraie transformation. C’est un passage de fou dans notre vie de loup.

La louve attrapa une part de pizza elle aussi, croquant dedans en réfléchissant. Il fallait qu’elle fasse les choses bien. Elle s’était totalement plantée dans sa manière d’annoncer les choses à Joshua. Katniss, elle, était si émotive que la mère de famille devait prendre des gants pour ce qu’elle avait à lui annoncer. Trouver les bons mots, la bonne tournure… Ne pas la brusquer surtout.

Au fait, je me demandais… Ça ne te dérange pas que ça soit… plus sérieux et officiel entre Kenneth et moi ? Il risque de passer plus de temps ici, de dormir à la maison des fois… J’irai dormir chez lui aussi. Je ne voudrais pas que ça te dérange, que tu puisses penser qu’il cherche à devenir ton père … Une part de pizza, une gorgée de bière. Est-ce que tu souffres, de ne pas avoir de vrai père à tes côtés ? J’veux dire, s'il voudrait te voir, tu voudrais toi ? Tu peux tout me dire, tu sais. Je ne le prendrais jamais mal… Mais je réfléchis beaucoup en ce moment… À toi, tes sœurs, à Kenneth, à moi … À l’évolution que tout ça pourrait prendre...

À cette vie qui prendrait place en elle… Charlie voulait être certaine que sa fille soit épanouie. Elle voulait savoir ce qu’elle pensait de Kenneth, bien que cela semblait évident. Elle voulait surtout savoir si elle éprouvait le besoin de connaître son père. Alors la louve tâtait doucement le terrain, pour voir, avant de lui annoncer que le connard qu’elle pensait être son père ne l’était pas … Mais qu’elle avait hérité d’un géniteur plutôt sympa quand on le connaissait un peu, vivant à Londres et pote avec Kenneth. Putain, à lui aussi va falloir que je lui dise... Nouvelle gorgée de bière.


(c) Pando



FAMILY ABOVE ALL
And I was running far away. Would I run off the world someday? Nobody knows, nobody knows. And I was dancing in the rain. I felt alive and I can't complain. But now take me home. Take me home where I belong.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Katniss Michaels

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Danielle Rose Russell
¤ CRÉDITS : noralchemist.
¤ MESSAGES : 28
¤ POINTS : 18
¤ MULTIS : Jenny Hoppe
¤ AGE : 18 ans, apparence 18 ans
¤ GROUPE : meute du centre (Charlie)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/08/2018


MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss Dim 19 Aoû - 22:27



"Family Portrait"


feat. Charlie Michaels



Elle laisse passer un sourire, la gamine, quand sa mère explique avoir fichue une raclée à des nouveaux sans avoir eu mal. Ça l'impressionne toujours, se demandant des fois comment elle peut être la fille d'une femme pareille. Charlie c'était Wonder Woman, quand Katniss était la retardataire. Mais, ça ne l'impressionne plus vraiment comme avant. Katniss sait que les gens ne sont pas éternels, qu'on peut être une femme forte et ne pas réussir à se sortir d'une situation un jour. Il va lui rester quoi, à Katniss, si elle perd sa mère ? Bien sûr, il y a toujours ses sœurs, il y a Kenneth aussi. Bien que, bien qu'elle aime vraiment ce dernier, elle n'est pas si sûre qu'il reste sans Charlie pour tous les unir. Et ses sœurs ? Elles ont aussi leur vie et n'ont pas besoin d'avoir une adolescente à charge. Oui, elle sourit l'adolescente mais ça ne l'empêche pas d'avoir peur parce qu'elle sait très bien que sa mère ne se contentera pas d’entraînements. Elle va finir par avoir besoin de plus et de retourner sur le terrain. Il y a une part de Katniss qui aurait souhaité que ce soit sa mère qui prenne une raclée par des petits nouveaux, ça l'aurait gardé plus longtemps dans des bureaux plutôt que sur le terrain. Et elle s'en veut de penser de cette manière qui est trop égoïste.

Kat n'a pas envie de penser à ses angoisses, elle veut profiter de cet instant avec sa mère. Le violon aide beaucoup à passer à autre chose. Pas qu'elle soit matérialiste mais, merde, c'est le violon de ses rêves ! Elle ne peut pas s'empêcher de serrer sa mère fort pour la remercier, même si cette action lui semble dérisoire à côté de ce qu'elle vient de recevoir. Mais elles sont là pour passer une bonne soirée alors, Katniss la relâche pour faire – ce qu'elle pense être – de l'humour en s'installant. Une part de pizza dans les mains, elle choppe une bouteille de bière dans l'autre main. Son pouce est suffisant pour décapsuler la bouteille, à croire qu'elle a un peu de la force de loup même sans se maîtriser complètement.

Elle boit une gorgée en écoutant sa mère, là, posée en tailleurs sur le canapé. Ouais, et autant dire que pour Katniss elle avait eu le temps d'économiser vu le temps qu'elle avait mit à se transformer ! La jeune louve chasse cette pensée de sa tête. Elle n'a pas envie de parler de ses transformations et, dans le fond, elle s'en tape pas mal de savoir qui a eu quoi pour ses transformations. L'intention compte, pas le budget qui est mit dedans. Katniss aurait été très heureuse avec une boule-à-neige de la boutique à souvenir du coin. Sa mère lui offrait quelque chose pour la féliciter malgré son retard. C'est tout ce qui compte réellement pour Katniss qui, en ça, sent que Charlie n'est pas déçue par sa fille.

C'est la suite qui est bien plus intrigante. Enfin, que Charlie s'interroge sur Kenneth semble assez légitime. Pas nécessaire mais légitime. Par contre, pourquoi elle venait à lui parler de son père. Et quand on parle de père, on parle surtout de géniteur. Aux dernières nouvelles, il n'avait pas jugé bon de rentrer dans la vie de Katniss. Apparemment la seule personne dans laquelle il avait voulu rentrer, c'était Charlie. Katniss elle n'a jamais rien dit, elle a toujours laissé entendre qu'elle s'en foutait. Des paroles pour se cacher derrière la culpabilité parce que, pendant trop longtemps, elle a pensé que c'était de sa faute s'il n'avait pas voulu rester. Ce n'est pas logique, elle n'était même pas née, elle n'avait rien pu lui faire... Sauf le fait d'être en construction bien au chaud dans le bide de sa mère. Et pour Katniss, qui ne fonctionne pas à la logique, c'était un élément assez perturbant pour s'en vouloir à elle, pour se demander ce qu'elle a fait de mal pour être rejetée, pour se dire qu'on devait la savoir mauvaise pour ne pas vouloir la connaître.

Et la gamine si elle parle de beaucoup de choses avec sa mère, même si elles sont très proches, il y a des choses qu'elle garde pour elle. Si elle se sent coupable du départ de son géniteur, ou de sa non-arrivée, elle ne veut pas que Charlie connaisse ce même sentiment. Katniss ne veut pas que sa mère pense avoir loupé quelque chose, qu'elle s'en veuille pour quelque chose qu'elle pense avoir mal fait ou qu'elle n'aurait pas assez essayé de faire. Charlie n'a pas fait d'erreur, elle fait ce qu'elle fait de mieux : prendre une situation, s'y adapter et faire avec. Et, dans ce domaine, elle assure sa mère. Alors Katniss veut lui épargner une remise en question inutile. Évidemment que le manque d'un père se faire sentir. Une figure paternelle, elle ne sait pas ce que c'est réellement. Bien sûr, il y a Kenneth mais ce n'est pas pareil comme rien n'avait jamais été vraiment officiel entre eux deux. Mais Kenneth ce n'était pas son géniteur, ce n'est pas en lui qu'elle verrait d'où elle vient.

« Franchement, M'man... » Elle porte son regard sur sa mère. « Il était peut-être temps que ce soit plus officiel entre vous deux. » A croire qu'ils étaient les seuls à ne pas voir qu'il y avait plus que de la simple attraction. Elle secoue la tête dans un sourire amusé. « Il peut passer autant de temps qu'il veut ici. » Petit haussement d'épaules. « Je l'aime bien, tu sais ? Et j'espère bien qu'il ne cherche pas à devenir mon père. » Parce que ça voudrait dire prendre la fuite pour ne pas avoir à connaître Katniss un peu mieux. « D'ailleurs, on peut peut-être commencer à parler de géniteur, plus que d'un père. Parce que, clairement, Max n'a rien d'un père. Kenneth a été bien plus présent que lui. » Ce qui est loin d'être compliqué en même temps. « Il serait temps, m'man que tu arrêtes de cogiter et de te poser un tas de questions. Pandora et Cassio, elles s'en sortent très bien et ne vivent même plus ici. » Et elle dit cela avec tout l'amour du monde pour ses sœurs. « J'fais peut-être tout à retardement mais je ne vais pas rester à la maison éternellement non plus. » Tous les enfants sont faits et éduquer pour qu'ils puissent prendre leur envol un jour. C'est con mais, on fait des enfants pour les voir partir, parce que c'est là qu'on comprend qu'on a réussi en tant que parents. « Alors il serait peut-être grand temps que tu penses un peu à toi, à ta vie, à ce que tu veux et surtout à QUI tu veux. » Elle lance un sourire attendrissant à sa mère. « Ce n'est pas à nous de te bloquer dans tes envies, faut que tu vives pour toi aussi. Et Kenneth, si vraiment tu veux mon avis, c'est un très bon choix. »

Katniss elle veut juste qu'elle soit heureuse et qu'elle avance dans sa vie de femme. Faut que Charlie apprenne à ne pas être uniquement une mère. Elle est tellement d'autres choses aussi. Et pendant que Katniss reprend de la pizza, parce que le reste de son discours lui semble bien moins important.

« Et on s'en fiche un peu de savoir si je voudrais voir Max ou pas. » Qu'elle ne peut pas appeler un père. « La question s'est réglée quand c'est lui qui a décidé de ne pas me voir. »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Michaels

avatar

Bêta Centre • Alliance



¤ AVATAR : Phoebe Tonkin
¤ CRÉDITS : by lilie
¤ MESSAGES : 247
¤ POINTS : 94
¤ MULTIS : Joanne / Vassily / Ivana / Ashanti
¤ AGE : 220 ans / 30aine physiquement
¤ ZONE LIBRE :
• Membre de l'Alliance depuis 1981, devenue Chefs d'Unités pour en 2018. Charlie possède donc la marque Or de l'organisation sur son poignet droit.
• Elle est mère, en couple, de 4 enfants : 3 loups (Peter 174 ans, Cassiopée 81 ans et Katniss 18 ans) et mère adoptive d'une Sorcière qui travaille pour l'Alliance (Pandora, 26 ans).
• Elle est gérante du pub The Moon Tavern, qui se trouve dans la City.



ChronoLiensFicheMeute Centre
¤ GROUPE : Loup-Garou, nouvelle Alpha de la meute du Centre
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss Lun 20 Aoû - 20:20

Family portrait - feat. @Katniss Michaels


Charlie n’était pas une mère comme les autres. Non pas parce qu’elle était louve, ça non. Mais parce qu’elle ne faisait pas partie de ces clubs de mère qui organisaient des trucs caritatifs, des kermesses, des spectacles. Oh non, elle n’était pas de celles qui passait des heures à fonctionner des cupcakes pour aller jaser avec quelques mères de bonne famille en mal de sensation forte. Non. Sa fille avait beau étudier dans de bonnes écoles, Charlie ne se mêlait pas à ces gens-là. Par manque de temps et de compatibilité… Voir Charlie débarquer en rangers et débardeur au milieu des mères à la jupe jamais trop courte ou froissée, ça détonnait un peu. Mais elle s’en foutait. Alors, forcément, Charlie ne faisait jamais les choses comme les autres. Aux yeux de tous ces gens, elle était la mère célibataire un peu rebelle, qui tenait à un bar. Rien de fréquentable pour certaines mères de famille. Et puis maintenant, il y avait Kenneth. Depuis son kidnapping, ou plutôt depuis son retour, pas mal de choses avaient changé. Déjà, elle était devenue Alpha. Et puis elle avait avoué ses sentiments à Kenneth, qui était devenu son Bêta. Entre eux, les choses devenaient de plus en plus sérieuses, et même si ça faisait flipper Charlie, il fallait avouer que cette relation prenait de plus en plus de place dans sa vie et donc, forcément, dans celle de Katniss. Même si Charlie savait que ses filles aimaient terriblement Kenneth, il était important pour elle de savoir si tout ça ne dérangeait pas sa plus jeune gamine. Mais comme ses deux autres filles avant elle, Katniss n’avait rien contre cette relation, bien au contraire. C’était un soulagement.

Puis vint le sujet du paternel. Katniss n’avait jamais réellement appelé Max ‘papa’. De toute manière, il n’avait rien d’un père et n’avait jamais vu sa gamine en dehors d’une ou deux photos envoyées par Charlie pour se donner bonne conscience. Il n’était qu’un géniteur. Enfin… Il ne l’était pas finalement. Mais c’était ce qu’ils avaient toujours pensé. Pourtant, Charlie avait toujours parlé de Max comme étant le père, pour ne pas le dénigrer, pour ne pas influencer le jugement de Katniss. Mais elle avait raison la jeune femme, Kenneth avait été plus père que Max lui-même. Heureusement putain … Heureusement ! Tu as raison, avait-elle simplement répondu à ça, croquant dans sa pizza. Et puis là, Katniss fit preuve d’une maturité incroyable qui scotcha sa mère. Sa fille se mit à parler d’avenir. Pas vraiment du sien. Mais de celui de sa mère. De cette vie qu’elle aurait une fois toutes ses filles envolées du nid ; de cette vie qu’elle devait songer à se construire, avec qui elle voulait, comme elle le voulait. Elle approuva d’ailleurs le choix de Kenneth comme compagnon de vie… Charlie clignait des yeux, la bouche légèrement entrouverte. Ok, le but de cette conversation n’avait pas été d’en arriver là. Depuis quand mon bébé n’en est plus un ? Bordel...

Qui êtes-vous ? Où est passé mon bébé ? RENDEZ-MOI MON BÉBÉ ! Et Charlie abandonna bière et pizza, sautant sur sa fille pour la couvrir de baisers, de chatouilles, riant comme une débile, finissant par la câliner et lui plaquer un gros baiser sur le front. Bordel, qu’est-ce que je t’aime toi ! Promis, je pense à moi. Avec Kenneth, c’est du sérieux maintenant.

La mère relâcha sa fille, remettant de l’ordre dans le bordel, épongeant un peu la bière tombée à terre. Elle rattrapa sa part de pizza, bue une gorgée de bière. Malgré tout ça, malgré les rires, les chatouilles, il fallait que Charlie prenne son courage à deux mains, qu’elle avoue à sa fille cette vérité découverte.

Je ne sais pas trop comment te dire les choses, mais clairement, tu es une vraie jeune femme alors je vais y aller franchement. Max a débarqué en ville y a quelques semaines… Avec sa nouvelle nana. Il voulait que je les protège. Et il a voulu un test de paternité. J’ai refusé la première demande et accepté la seconde. Charlie marqua une pause, pour que Katniss encaisse, doucement. Le test est revenu négatif. Max n’est pas ton père. (…) Ma grossesse a été confuse, je dois bien l’avouer, je n’ai jamais réellement su quand je suis tombée enceinte et je n’ai jamais réellement sûre de combien j’étais enceinte quand je l’ai découvert. Bref, je ne me cherche pas d’excuses. Parce que Charlie assumait toujours ses choix et ses actes. Mais du coup je sais qui est ton père et crois moi, entre lui et Max y a pas photo. Je suis allée le voir, il y a quelques jours. Je lui ai parlé de toi.

Encore une fois, Charlie abandonna tout, se rapprochant de sa fille, attrapant l’une de ses mains.

Personne ne te forcera à quoi que ce soit. Après dix-huit ans, ça serait normale que tu ne veuilles rien savoir. Mais j’ai toujours été franche avec toi ma chérie et je le suis aujourd’hui. Je sais qui est ton père. Il est paumé face à cette nouvelle, il a peur, mais … il a envie de te rencontrer, si tu es d’accord… Je sais que c’est un gros chamboulement et encore une fois, personne ne te forcera ma chérie.

Charlie marchait un peu sur des œufs. Elle ne pouvait prévoir les émotions et réactions de sa fille. Elle espérait surtout qu’elle ne lui en voudrait pas, qu’elle ne la prendrait pas pour une ‘marie couche toi là’, car ce n’était pas ce qu’elle était. Charlie avait peur, que ça fille puisse la voir différemment ou même lui en vouloir de lui avoir fait perdre toutes ces années. La mère de famille n’était pas toujours douée pour ce genre de chose et préserver Katniss n’était pas toujours une bonne chose. Elle était une jeune femme, une presque adulte malgré son adolescence particulière. Ce choix, qu’elle ferait, Charlie le soutiendrait. Elle l’accepterait. À vrai dire, elle préférait blesser Joshua plutôt que de blesser ça fille.


(c) Pando



FAMILY ABOVE ALL
And I was running far away. Would I run off the world someday? Nobody knows, nobody knows. And I was dancing in the rain. I felt alive and I can't complain. But now take me home. Take me home where I belong.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Katniss Michaels

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Danielle Rose Russell
¤ CRÉDITS : noralchemist.
¤ MESSAGES : 28
¤ POINTS : 18
¤ MULTIS : Jenny Hoppe
¤ AGE : 18 ans, apparence 18 ans
¤ GROUPE : meute du centre (Charlie)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/08/2018


MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss Lun 20 Aoû - 23:46



"Family Portrait"


feat. Charlie Michaels



Katniss s'inquiète un court instant en voyant la tête de sa mère. Merde qu'est-ce qu'elle a pu bien dire pour se retrouver face à des yeux clignant et une bouche ouverte ? Pourtant Katniss pensait avoir dit les bonnes choses. En tout cas, ce qu'elle pensait réellement de la situation entre Charlie et Kenneth et de celle de sa mère seule. La gamine elle pensait qu'en parlant sincèrement, ça ne pouvait être qu'une bonne chose. Sauf qu'elle en doute devant la réaction de sa mère... Elle commence même à flipper un peu. Putain, elle n'aurait pas dû être une louve mais une sorcière du mental capable d'effacer une conversation pour mieux recommencer. Il y a ces fichus quelques secondes où Katniss à l'impression que son cœur va exploser à attendre la réponse de sa mère. Tout s'emballe et elle songe déjà à la manière dont elle va devoir rattraper ce qu'elle a pu dire de travers et... Charlie lui saute dessus.

Le soulagement de l'adolescente se traduit par un éclat de rire. « Mais arrête, j'ai plus cinq ans ! » Phrase qu'elle arrive à dire entre deux rires, sans pour autant se dégager de l'étreinte de sa mère. Cinq ans, dix-huit ans, trente ans. Katniss elle aura toujours besoin de ces moments-là. Ils n'ont pas besoin d'être long, juste d'être présents. Ça la rassure quelque part, elle sait qu'elle compte et elle en a besoin. Sa mère la relâche avec une promesse qui fait sourire la fille. Katniss aussi elle l'aime, on ne peut pas en douter même s'il y a des passages un peu plus difficiles que d'autres. Parait que c'est la période qui veut ça.

« Promis ? » Elle pose deux doigts sur sa propre bouche. « Vraiment, tu penses à toi ? » Le deux doigts sont tendus vers sa mère. Un geste qui peu paraître con mais c'est devenu comme un code, le signe qu'elles se font une promesse qu'elles n'ont pas le droit de rompre. Toutes les familles ont leurs propres codes et gestes. « J't'aime aussi. »

Petit instant de pur bonheur. Petite bulle qui semble vaciller quand Charlie reprend la parole. Commencer en disant « je ne sais pas trop comment te dire les choses », ça part déjà mal. On ne prend pas cette formulation pour annoncer un séjour à Disney World en famille. Dommage, Katniss aurait très bien imaginer Kenneth poser à côté de Raiponce pour comparer leurs chevelures. Continuer en la responsabilisant, en lui rappelant qu'elle est une adulte... Non, ce n'est vraiment pas bon. Est-ce que Katniss peut simuler une crise cardiaque pour éviter d'avoir la suite parce que, elle en est certaine, elle ne va pas du tout aimer. Le truc c'est que si elle simule une crise cardiaque, elle risque d'en filer une vraie à sa mère. Ce qui serait encore pire.

Les yeux de Kaniss se plissent. Max ? En ville ? Nouvelle nana ? Test de paternité ? OULA doucement ! Y a déjà trop d'informations pour le cerveau de Katniss qui ne sait pas vraiment ce qu'elle doit penser. C'est quoi le but de toute cette conversation ? Et, là, ça tombe. Sans prévenir. Il y a un truc qui vient de s'abattre sur sa tête et Katniss se fige. Commence ça, le test est négatif ? Franchement, la gamine elle décroche un peu du reste des explications. Elle s'en fiche de savoir que sa mère a couché avec plusieurs types dans la même période. Elle s'en fout de savoir que Charlie n'était pas certaine de la date de conception. Tout ce que Katniss sait c'est que, justement, elle ne sait plus rien. Être la fille d'un parfait connard, ça ne fait pas plaisir mais, au moins, elle savait d'où elle venait.

Se construire sans père est une chose difficile mais que Katniss a essayé de passer en se disant que, au moins, elle avait la chance de savoir d'où elle venait. Si elle n'avait pas cherché à le voir – essentiellement parce qu'il ne le souhaitait et qu'elle ne voulait pas s'imposer – elle savait qu'il existait quelque part. Elle savait que si elle voulait des réponses, elle pourrait tenter d'aller les chercher. C'est du détail mais c'est sur ces petits détails qu'on se construit. Déjà qu'elle avait du mal à se trouver mais si, en plus, on lui enlevait ça...

Katniss elle reconnecte quand Charlie lui dit qu'elle sait qu'il est son père. OK. Forfait. Elle abandonne. Katniss relâche pizza, garde sa bière et se fout dans le fond du canapé avec une envie furieuse de fusionner avec ce dernier. Devenir un meuble, ne plus avoir d'émotion. Putain, ça serait tellement bien ! Une gorgée. Deux. Trois. Haussement de sourcil, un peu ironique, qui semble vouloir dire « ah ouais, et t'es sûre de toi cette fois ? ». On est loin de Charlie lui sautant dessus en demandant où est passé son bébé. Parce que son bébé, là, il vient de se faire la malle. Son bébé, il ne sait même plus qui il est parce qu'on vient de lui enlever tout ce en quoi il croyait. Katniss elle retire sa main de celle de sa mère, se redresse et finit par se lever pour aller jeter sa bouteille de bière. Blablabla, personne ne la force, blablabla, il est paumé. Bah tu m'étonnes qu'il doit être paumé le pauvre type. Y a une meuf qui débarque chez lui pour lui dire « Salut, j'savais pas où j'en étais dans ma grossesse mais, du coup, c'est toi le père. » Étonnant que, après ça, le gars soit juste paumé. La réaction logique aurait été de virer Charlie et de se barrer loin. Après tout, c'est un peu le seul exemple qu'elle a puisque c'est ce qu'a fait Max.

Elle fouille dans des placards, sort un verre et du whisky. Tant pis pour la bonne image. Tant pis pour les bières qui ont été ramenées pour l'occasion. Katniss a besoin de quelque chose d'un peu plus fort que la bière. De toute façon, elle est majeure ! Un fond de verre avalé, elle se ressert mais n'y touche pas. Son regard se porte sur sa mère alors qu'elle ne regagne toujours pas le canapé.

« Et t'es sûre cette fois-ci. Tu as fait un test de paternité. » Putain, elle fait des tests de ce genre sans même venir lui en parler ? C'est déconné. Qu'est-ce qu'elle a fait ? Voler un cheveu sur sa brosse ? Lui piquer une mèche pendant qu'elle dormait ? « M'man, à quel moment tu trouves que c'est une bonne idée de débarquer chez un type pour lui annoncer ce genre de choses. » Surtout que le tact, contourner les choses, ce n'est pas toujours ce qu'elle fait de mieux. « Remarque si, lui aussi, tu voulais le faire fuir. C'est probablement la meilleure chose à faire. » C'est injuste de lui faire porter le chapeau pour la  fuite de Max mais, là, Katniss elle est en colère... Elle est surtout bien paumée et, les choses sortent comme elles viennent. « Et tu sais tout ça depuis quelques jours. Super. » Elle fait partie des principaux concernés mais c'est elle qu'on vient voir quelques jours après. « Dire que c'est un gros chamboulement, c'est... Waouh, t'es à mille lieux de la vérité. » C'est un putain de Big-Bang dans son cerveau là. On est loin du simple chamboulement. « J'arrivais un peu près à vivre avec l'idée d'avoir un abruti de géniteur. Je me passais assez bien qu'il ne soit pas dans ma vie parce que, j'avais une idée de qui il était. » Re-boire dans son verre, ça lui semble être le bon moment. « Et là, tu débarques en me disant que ça fait 18 ans que je plante et que j'ai un autre père dans le coin. Génial, j'en ai jamais eu maintenant, j'en ai limite trois. » Max le fuyard. Kenneth celui qui fait comme il peut pour s'intégrer. Et l'inconnu qui vient d'apprendre la nouvelle. « A sa place, franchement, je t'aurais envoyé chier ! »

Et ça monte à sa petite tête. Y a un type quelque part qui vient d'apprendre qu'il a une fille et qui, au lieu de se barrer, veut bien la voir. Ça la perturbe. Pas habituée à ça. Elle a du mal à admettre que ça puisse être vrai. Peut-être qu'il veut la voir juste pour, lui aussi, faire un test de paternité et prouver qu'il n'est pas le père. Ça fait flipper l'adolescente. Elle n'a pas envie d'aller voir quelqu'un, juste pour se faire jeter par la suite. Déjà qu'elle a toujours mal vécue la fuite de Max, là, on lui demande de revivre les choses une deuxième fois. Katniss n'est pas certaine de le supporter. Elle secoue la tête en finissant son deuxième verre.

« T'aurais dû rien dire à personne. Ça aurait éviter de foutre la vie en l'air de plein de gens, à commencer par ce gars qui n'a rien demandé. » Hormis s'introduire dans sa mère il y a plus de dix-huit ans. « Et prends des cours sur la contraception, ça évitera de faire des gamines que personne ne veut. »»

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Michaels

avatar

Bêta Centre • Alliance



¤ AVATAR : Phoebe Tonkin
¤ CRÉDITS : by lilie
¤ MESSAGES : 247
¤ POINTS : 94
¤ MULTIS : Joanne / Vassily / Ivana / Ashanti
¤ AGE : 220 ans / 30aine physiquement
¤ ZONE LIBRE :
• Membre de l'Alliance depuis 1981, devenue Chefs d'Unités pour en 2018. Charlie possède donc la marque Or de l'organisation sur son poignet droit.
• Elle est mère, en couple, de 4 enfants : 3 loups (Peter 174 ans, Cassiopée 81 ans et Katniss 18 ans) et mère adoptive d'une Sorcière qui travaille pour l'Alliance (Pandora, 26 ans).
• Elle est gérante du pub The Moon Tavern, qui se trouve dans la City.



ChronoLiensFicheMeute Centre
¤ GROUPE : Loup-Garou, nouvelle Alpha de la meute du Centre
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss Mar 21 Aoû - 20:49

Family portrait - feat. @Katniss Michaels


Charlie avait posé une bombe chez Joshua, en lui annonçant qu’il était père. Elle n’avait pris que très peu de gants, ne sachant pas qu’elle était la bonne manière de le dire. Avec Katniss, elle venait finalement de faire exactement la même chose. Alors qu’elle aurait voulu faire mieux. Elle avait cru faire mieux. Mais bien évidemment, elle ne s’était pas attendu à ce que sa fille saute de joie, bien au contraire. Charlie était une mère et si elle n’était pas à l’aise avec ses propres sentiments, elle avait toujours su gérer en tant que maman. Elle savait prédire, plus ou moins, les réactions de sa fille. Ce n’était pas l’arrivée d’un chien qu’elle annonçait ou l’achat d’un poisson rouge. Non, elle lui annonçait un chamboulement dans sa vie. Charlie venait de retourner toutes les croyances de sa fille au sujet de son paternel. Elle passait d’un père connard et inexistence, à un père qui acceptait de la rencontrer. Elle passait de rien du tout, à un début de quelque chose. Après dix-huit ans à se dire que son géniteur ne voulait rien savoir d’elle… Et à certainement se torturer à ce sujet. Charlie ne s’était donc pas attendu à des éclats de joie, de bonheur, de câlins. Elle s’était attendue aux doutes, aux cris, aux reproches. Elle était prête à ça, prête à encaisser, à assumer cette responsabilité. Car c’était elle la seule et unique responsable, elle qui n’avait pas été assez prudente et prévoyante, elle qui l’avait très certainement privée d’un père. Parce que si j’avais su de suite, si je ne m’étais pas trompée, peut-être que Joshua et moi serions en couple aujourd’hui, ou peut-être qu’elle aurait toujours connu son père, sans souffrir de son absence. Mais avec des si, on pouvait refaire le monde. Et le fait était que Katniss n’avait pas connu son père, que Joshua ne l’avait pas connu non plus et que la mère de famille avait envie de leur offrir cette chance, malgré les années perdues. Pour qu’au moins, Katniss puisse savoir d’où elle venait, connaître toutes ses origines.

Silencieuse, elle observa Katniss se relever, ressentait son trouble. La jeune fille s’empara d’une bouteille de Whisky. En temps normal, Charlie ne la lui aurait pas laissée entre les mains, considérant que c’était trop fort pour elle… Mais elle n’allait pas l’infantiliser. Alors elle la laissa faire. Mère et fille étaient nerveuses, peut-être pas pour les mêmes raisons. Charlie avait peur. Peur que sa fille la juge, la traite de salope. Peur qu’elle lui en veuille. Même si elle doutait fortement que sa fille puisse la traiter ainsi, elle avait peur. Peur de la perdre aussi, de devoir la partager avec Joshua. Mais elle ne pouvait être égoïste. Après une gorgée d’alcool, après un silence qui semblait interminable aux yeux de la mère, Katniss prit la parole. Les premiers mots lui firent l’effet d’une claque, violente, dont la brûlure vive résonna en elle, en plein cœur. Non. Je n’ai pas eu à en faire un pour lui... Pas la peine de se justifier ou d’expliquer plus. Katniss n’était pas apte à entendre quoi que ce soit de plus. Elle devait vider son sac, cracher sa colère et ses peurs sur sa mère. Alors la gamine continua encore et encore. Elle prit même la défense de Joshua, le pauvre gars sur qui une bombe tombait. Charlie encaissait. Les mots de Katniss n’étaient que la pure vérité. Et enfin elle déballait ce qu’elle avait sur le cœur au sujet de tout ça, de cette absence de père, du fait qu’elle n’avait finalement pas totalement accepté le fait que Max’ n’ait jamais voulu d’elle. Cela ne confirmait que les doutes de la mère dont le cœur se serrait lourdement dans sa poitrine. Elle avait mal, Charlie. Pas pour elle. Mais pour sa fille. Pour cette gamine qui n’avait rien demandé à personne.

Lorsque Katniss termina de parler, sur des propos que sa mère n’aurait pas toléré en temps normal, elle quitta le canapé, s’approcha de sa fille avant de la contourner pour se prendre un verre elle aussi. Le whisky, finalement, c’était une bonne idée. Son verre fut rempli et presque vidé d’une traite avant qu’il ne vienne claquer, un peu trop brutalement, sur le comptoir.

Ta colère est légitime. Tes peurs aussi. J’accepte tout ce que tu as dit. Mais je ne suis pas une pute Katniss. J’ai eu des hommes dans ma vie, mais je n’ai pas changé de gars toutes les nuits. De 1981 à ta naissance, j’ai eu très peu de compagnons. Alors oui, Il y a eu Joshua et Max. À quelques mois d’intervalles. Mais je n’ai pas besoin d’un nouveau test pour savoir si Joshua est ou non ton père. Elle soupirait, remplissant à nouveau son verre. J’aurais du t’en parler plus tôt. J’aurais dû te demander ton accord pour le test. Mais je ne voulais pas que tu rencontres Max. Il t’a déjà déçu en refusant de t’assumer, il t’aurait déçue encore plus si tu l’avais vu (…) Je ne suis pas une mère parfaite Katniss et je n’ai jamais prétendu pouvoir l’être. Je fais de mon mieux. J’ai toujours fait de mon mieux, pour toi et les autres.

Le verre fut vidé, une seconde fois. La voix de Charlie était à la fois pleine d’amour, mais aussi un peu dure, ne sachant pas comment bien doser. Elle ne criait pas sur sa fille, elle n’était pas autoritaire à cet instant précis. Mais elle voulait que Katniss comprenne qu’elle faisait au mieux.

Le fait est, Katniss, que Joshua ne m’a pas envoyé chié, qu’il ne m’a pas foutue à la porte et rien que ça, ça mérite d’être pris en compte. Il est ton géniteur. Et il accepte de te voir si tu en as envie. Oui, il est choqué. Qui ne le serait pas ?

Cette fois, Charlie se fit plus douce, cherchant le contact avec sa fille, caressant rapidement son bras.

Il aimerait te voir Katnis… Pas pour soulager sa conscience, mais pour te connaître, pour t’aider à savoir d’où tu viens. Vous ne pourrez pas rattraper ces dix-huit années perdues et peut-être que vous n’allez pas vous entendre… Mais tu sauras d’où tu viens (…) Je ne sais pas toujours faire les choses bien et … je crève de peur que tu finisses par le préférer lui à moi… C’était ridicule, elle le savait bien, mais c’était la peur d’une mère qui aimait sa fille, plus que tout au monde. Je suis prête à te perdre un peu si c’est pour que tu sois un peu plus heureuse. C’est tout ce qui compte à mes yeux. Déteste-moi si tu veux, mais laisse lui une chance. Laisse vous une chance. Tu es… Tellement formidable, talentueuse et belle. Tu ne t’en rends même pas compte. Tu m’as toujours rendue fière, quoi que tu aies pu faire ou ne pas faire… Je t’aime telle que tu es, parce que tu es ma merveille. J’aimerais te garder égoïstement pour moi, ne pas te laisser grandir, t’enfermer ici et ne jamais te perdre. Mais tu mérites tellement de t’épanouir, de savoir d’où tu viens et qui tu es.

Charlie vint remplir, cette fois, le verre de sa fille.

Tu peux crier et m’en vouloir. J’accepte. Tu peux boire à en vomir, je te tiendrais les cheveux. Mais Katniss … il y a un homme, en ville, qui est ton père et qui a envie de te voir. Même s'il a peur. Même s'il doute de lui. Un homme qui ne fait pas ça pour le fric. Mais parce qu’il a envie de connaître sa fille. Sincèrement. Je crois que ça mérite réflexion… Même si ça fait peur. Et je t’interdis de dire que personne ne veux de toi. Parce que JAMAIS je ne regretterais d’être ta mère. Parce que Kenneth t’aime comme si tu étais sa fille. Et que Joshua accepte de te rencontrer alors qu’il pourrait s’en foutre. Tu es aimée, va falloir l’accepter ma chérie.

Et elle le lui dirait, encore et encore, à quel point elle était aimée, par ceux qui l’entouraient.


(c) Pando



FAMILY ABOVE ALL
And I was running far away. Would I run off the world someday? Nobody knows, nobody knows. And I was dancing in the rain. I felt alive and I can't complain. But now take me home. Take me home where I belong.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Katniss Michaels

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Danielle Rose Russell
¤ CRÉDITS : noralchemist.
¤ MESSAGES : 28
¤ POINTS : 18
¤ MULTIS : Jenny Hoppe
¤ AGE : 18 ans, apparence 18 ans
¤ GROUPE : meute du centre (Charlie)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/08/2018


MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss Mer 22 Aoû - 20:54



"Family Portrait"


feat. Charlie Michaels



Non, pas besoin de test de paternité cette fois. Katniss, entre deux gorgées, laisse courir un sourire ironique sur ses lèvres. Ça fait 18 ans que Charlie n'a pas estimé bon d'en faire un pour Max et serait restée dans cette certitude si l'autre abruti de Max ne s'était pas pointé. Katniss estime être dans son droit quand elle doute des paroles de sa mère. Après tout, ça commence à dater toute cette histoire. Un peu moins de 20 ans. Charlie a peut-être oublié un coup d'un soir, juste une histoire sans lendemain qui ne méritait pas de rester dans la mémoire de la louve. Elle s'en fiche Kat que Charlie ait pu avoir deux, six ou quinze amants sur une courte période. Elle est belle sa mère, à ce petit côté sauvage et rebelle, son allure grande gueule. Faudrait être con pour être un mec et ne pas se sentir attirer par elle. Faudrait être conne de refuser un peu de bon temps. On ne vit plus au moyen âge, les femmes ont aussi le droit d'avoir des aventures d'un soir sans être qualifiées de salopes. Vraiment, Katniss s'en fiche de tout cela. Elle veut juste être sûre. Elle veut que Charlie soit sûre et ne pas apprendre, dans dix ans, que son géniteur est encore une autre personne.

Elle ne dit plus rien la gamine, se contente de regarder sa mère bouger pour se servir un verre. Inspiration un peu trop forte quand Le verre de sa mère vient claquer sur le comptoir fortement. Est-ce que Charlie est en colère ? Sur le moment, Katniss s'en fiche pas mal. Elle se sent légitime dans sa propre réaction. Une pensée qui fait écho aux premières paroles de sa mère. Un sourcil se hausse quand sa mère dit ne pas être un pute... A quel moment Katniss a suggéré une chose pareille ? Ce n'est pas ce qu'elle fait de son cul le problème, c'est la certitude qu'elle a pu avoir pendant 18 ans et celle qu'elle pense avoir maintenant. Le problème c'est de faire des choix pour Katniss alors qu'elle est fait partie des principaux intéressés. C'est Charlie qui a décidé qu'elle ne devait pas voir Max alors qu'il demandait un test de paternité. Pourtant, cela aurait put être une bonne chose pour que Katniss comprenne que c'était un con fini et, pas seulement un type qui avait eu peur des responsabilités. Que c'est encore Charlie qui a fait un test de paternité sans demander l'avis de Katniss alors qu'on parle des gênes de la gamine. Et c'est encore Charlie qui a décidé que le nouveau père devait être au courant, que Katniss devait voir ses croyances s'envoler.

« J'avais peut-être besoin d'être encore plus déçue par lui » Qu'elle glisse quand elle parle de Max. Sauf que ça, Charlie ne l'a pas pris en considération. Kat sait très bien que Charlie ne lui veut pas de mal, qu'elle ne cherche pas à la faire souffrir. C'est même tout l'inverse. C'est difficile d'en vouloir réellement à Charlie de faire des choix pour Kat quand, cette dernière, ne sait même pas ce qu'elle veut pour elle. La petite louve, elle aurait aimé pouvoir faire ces choix-là sans qu'on vienne lui imposer en lâchant une bombe dans sa vie.

Un prénom est balancé pour son géniteur et, Kat, elle boit encore dans l'espoir vain que ce prénom ne s'accroche pas à son cerveau. Elle ne sait pas, la gamine, ce qu'elle veut savoir de lui ou non. Sauf que Charlie, elle semble bien décidé à lui dresser un portait de l'homme qui ne l'a pas envoyé chier, qui voudrait voir Kat, qui... Elle est sérieuse quand elle flippe que Katniss puisse apprécier quelqu'un plus qu'elle ? Charlie elle a quand même 18 ans d'avance sur cet inconnu-géniteur. D'accord, ce n'est peut-être pas de sa faute à lui mais c'est un fait. Elle finit par soupirer la môme. Parce que ça la saoule. Parce qu'elle voudrait en vouloir à Charlie. Parce qu'elle en est incapable. Comment elle peut en vouloir à cette mère qui, même maladroitement, essaye de faire au mieux pour sa fille ? Katniss se trouve même un peu injuste de lui parler des vies qu'elle a bousculées sans penser à celle de Charlie quoi doit être chamboulée aussi. Et... Oh putain !

« Attends. » Elle dévisage sa mère alors que cette dernière vient de dire plein de choses sympas sur le véritable géniteur de Katniss. « T’envisage pas de... » Elle secoue la tête. « ça ne change rien pour Kenneth et toi, n'est-ce pas ? » C'est que, à force de dire que son géniteur veut faire les choses bien, Katniss commence à se demander si ce n'est pas Charlie qui veut rattraper le temps perdu. « Parce que, je veux pas qu'il parte. »

Katniss essaye d'être lucide et, tous ses raisonnements arrivent à la même conclusion : elle n'est pas certaine que Kenneth reste, même dans la meute, si Charlie décide de passer à quelqu'un d'autre. Alors, ouais, peut-être que Kat est aimée... Elle n'est pas certaine que ce soit quelque chose de définitif, c'est tout. Après un soupir, Katniss elle tend son verre rempli vers celui de sa mère. Un geste de paix, la gamine étant capable de passer d'un état à un autre en moins de deux secondes.

« On trinque... A tes peurs infondées ? » Elle laisse passer un sourire. « Parce qu'il est impossible qu'une personne débarque et devienne plus importante que toi. T'es ma mère, y a personne qui peut enlever ça. Même quand tu m'énerves, même quand je t'énerve, tu restes ma mère. » Elle a besoin de digérer les choses mais, Charlie reste la personne la plus importante dans son univers. « Et enfermer quelqu'un, même sa famille... ça reste de la séquestration. C'est moyen comme idée. » Le ton est amusé avant de revenir sur quelque chose de beaucoup plus sérieux. Elle boit encore un peu, trahissant peut-être que ça peut lui arriver à l'extérieur vu qu'elle n'est pas encore en train de vomir partout. « Je ne sais pas pour... Enfin pour lui. » Ne pas donner de prénom c'est une manière de se protéger encore, de ne pas lui donner trop de vie dans son esprit. « Il n'y a pas que moi, ou nous trois, dans cette histoire. Je ne sais pas, je crois que j'ai envie d'en parler avec Kenneth avant. »

Kenneth, le seul dans cette histoire qui n'est aucun gène commun avec Katniss. Pourtant, c'est aussi le seul homme qui n'est pas parti à cause d'elle. Il est entré dans la vie de Charlie en sachant qu'elle avait des gamines et, faut être honnête, le gars a toujours été présent. Le genre Chamalow caché derrière trois tonnes et de mi de muscles... et de cheveux.

« Je veux pas aller rencontrer quelqu'un sans en avoir parlé avec lui. » Elle hausse les épaules. « Je veux qu'il ait son mot à dire, en quelque sorte. Que tout ne soit pas fait dans son dos et qu'on lui annonce les choses après coups. » Il y a une petite moue qui apparaît sur le visage de Katniss, un peu gênée. « Kenneth, c'est la famille. Peut-être pas par le sang mais, c'est lui est présent. Enfin, apparemment, ça aurait pu aussi être le cas de celui que tu as vu s'il avait été au courant mais... Mais c'est pas le cas dans l'immédiat et j'ai pas envie de blesser Kenneth. » Elle ne veut pas non plus qu'il flippe. « Je verrais ce que je fais quand j'aurais vu avec lui. »

Bien sûr que Katniss a envie de rencontrer Joshua. Elle croit, sûrement naïvement, qu'il sera la réponse à bien des questions. L'espèce de petite pièce manquante à sa vie pour qu'elle se comprenne. Sauf qu'elle ne veut pas perdre le seul qui n'a pas encore prit ses jambes à son cou.

« ça te va, si on fait comme ça ? » Parce que, de toute façon, elle n'est pas capable de lui donner une réponse concernant Joshua. Trop de paramètres à prendre en compte et, surtout, la peur de se planter en allant le rencontrer.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Michaels

avatar

Bêta Centre • Alliance



¤ AVATAR : Phoebe Tonkin
¤ CRÉDITS : by lilie
¤ MESSAGES : 247
¤ POINTS : 94
¤ MULTIS : Joanne / Vassily / Ivana / Ashanti
¤ AGE : 220 ans / 30aine physiquement
¤ ZONE LIBRE :
• Membre de l'Alliance depuis 1981, devenue Chefs d'Unités pour en 2018. Charlie possède donc la marque Or de l'organisation sur son poignet droit.
• Elle est mère, en couple, de 4 enfants : 3 loups (Peter 174 ans, Cassiopée 81 ans et Katniss 18 ans) et mère adoptive d'une Sorcière qui travaille pour l'Alliance (Pandora, 26 ans).
• Elle est gérante du pub The Moon Tavern, qui se trouve dans la City.



ChronoLiensFicheMeute Centre
¤ GROUPE : Loup-Garou, nouvelle Alpha de la meute du Centre
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss Ven 24 Aoû - 18:07

Family portrait - feat. @Katniss Michaels

Être parents était le métier le plus difficile du monde, ça Charlie pouvait l’avouer. L’Alliance était une chose, le bar une autre. Mais mère ? Bon sang, elle n’avait jamais rien vu de plus compliqué et complexe. Mais bon sang qu’elle aimait ça. Elle avait beau râler parfois, jurer que plus jamais elle ne serait enceinte, elle aimait ses enfants plus que tout. Katniss était arrivée à un moment de la vie de sa mère, à un tournant même, alors qu’elle vivait pour elle-même, pour la première fois loin de tous ses enfants. Et elle n’avait pu se résoudre à avorter, à l’abandonner. Parce qu’au moment où elle l’avait senti bouger en elle, elle fut émerveillée et sue qu’elle l’aimait déjà. Katniss était son bébé d’amour, même si la gamine devait certainement détester de se faire appeler ainsi à son âge. Et Charlie s’en était souvent voulu de ne pas lui offrir une vie plus simple et plus heureuse, comme celle de la majorité des enfants. Elle avait beau être entourée et aimée, parfois cela ne suffisait pas. Charlie avait beau faire tout ce qu’elle pouvait, cela n’était parfois pas assez. Et ces dernières semaines, leur vie n’avait ni été rose, ni facile. Entre la St-Patrick qui avait traumatisé tout le monde, le kidnapping, la meute, le statut d’Alpha … Charlie avait souffert, mais Katniss avait souffert beaucoup plus et elle le savait. Elle s’en voulait pour ça. Alors c’est vrai, elle s’y prenait mal, n’avait certainement pas fait les choses dans le bon ordre. À y repenser, oui, elle aurait du d’abord en parler à Katniss avant de faire quoi que ce soit et sa fille le lui fit bien comprendre. Mais la peur de la voir être déçue, lui était insupportable bien plus que l’idée de la perdre pour un géniteur qu’elle pourrait finir par trop aimer. Et avec tout ça, une nouvelle panique s’installa chez la fille Michaels, celle de voir Kenneth et sa mère se séparer.

Quoi ? Non ! Noon ! Certainement pas ! Je l’aime, hors de question que ça change quelque chose. Sauf s’il m’en veut et décide de se barrer… Mais je ferai tout pour éviter ça. Je ne peux pas supporter l’idée de le perdre.

Il était impensable qu’elle et Kenneth puisse se séparer. Si telle était la peur de sa fille, c’était également la sienne. A croire que comprendre ses sentiments l’avait rendu plus que paniquée à l’idée de voir son homme s’éloigner d’elle. L’idée même de le perdre, de le décevoir, lui était insupportable. L’amour qu’elle éprouvait pour cet homme était différent de celui que l’on éprouve pour ses enfants, mais il n’en était pas moi immense. Et quelque part, en disant ça, Charlie essaya de se rassurer elle-même, se montrant convaincante et convaincue.

Et finalement, Katniss enterra la hache de guerre, trinquant avec sa mère, lui déballant des mots qui lui firent monter les larmes aux yeux. Sa fille était son bijou, son précieux, un peu comme Gollum et l’anneau, mais la rendait moins hideuse quand même. Un peu moins folle aussi… Cette fois, c’était à la fille de rassurer la mère, entre deux gorgées de cet alcool qui leur brûlait la gorge. Je suis de l’Alliance, ta séquestration passera inaperçu, avait-elle répondu en plaisantant avec que les choses redeviennent plus sérieuses. Parce qu’elles ne pouvaient pas plaisanter avec cet avenir qui se dessinait, ni avec les réactions de Kenneth, parce que c’était presque les siennes que Charlie appréhendait le plus.

Encore une fois, Katniss fit preuve de beaucoup de maturité et son amour pour Kenneth la toucha du plus profond de son cœur. Un jour, la belle s’était imaginé quelle aurait pu être leur vie, bien avant qu’elle ne s’avoue ses sentiments… Elle avait imaginé un mariage, arrosé à coup des meilleurs bourbons, elle avait imaginé porter le nom de Kenneth … Elle l’avait imaginé adoptant Katniss, pour qu’elle ait enfin un père digne de ce nom. Est-ce que tout ça s’envolerait au moment où il apprendrait pour Joshua ? La place de l’homme était devenue si importante, nécessaire et à la fois naturelle, qu’elles ne pouvaient imaginer une vie sans lui. Et Charlie comprenait que sa fille souhaitait avant tout en parler avec lui, avant de prendre une décision. Dans un sens, elle ne voulait pas qu’elle fasse son choix en fonction d’eux, mais elle comprenait que Katniss ne voudrait pas prendre le risque de perdre Kenneth. En même temps, Charlie espérait que son homme puisse comprendre et que, malgré la peur ou la colère qu’il ressentirait, il la laisse voir son géniteur.

Kenneth est, pour toi, ce qui se rapproche le plus d’un père. J’ai confiance en lui, je sais qu’il veillera toujours sur toi et c’est ce qui me rassure au quotidien. Alors c’est d’accord, c’est toi qui lui annonceras. C’est courageux, tu sais… Mais stratégique… Il le prendra peut-être mieux si ça vient de toi… Elle se dégonflait la mère de famille, haussant les sourcils en buvant une gorgée d’alcool. J’ai peur de le perdre, de te perdre. C’est égoïste certainement, mais… tes sœurs sont grandes, c’est pas qu’elles n’ont plus besoin de moi, mais elles ont leurs vie. Et toi, tu seras toujours mon bébé à mes yeux. Mon bébé qui grandit tellement vite. Je respecterais toujours tes choix Kat’ et Kenneth le fera aussi. Nous serons là pour t’épauler, t’aider et t’aimer. Elle percuta la mère, à ses propres mots. Tu notes, quand même, que je parles en tant que couple, plus en tant que mère célibataire. J’aurais aimé le rencontrer avant, qu’il soit ton père, ton vrai père. Il aurait été tellement parfait dans ce rôle.

Charlie soupira, déçue de n’avoir pas pu offrir ça à sa fille, puis vida son verre d’une traite.

Désolée d’avoir gâché la soirée mère-fille. Je comprendrais si t’avais envie de rester un peu seule… Mais … on a pas mal de pizza qui est entrain de refroidir… Et pas mal de bières à vidée. Promis, si tu vomis, je ne dirais rien.

Elle souriait, la louve, donnant un petit coup d’épaule à sa fille avant de la serrer dans ses bras, déposant un baiser dans ses cheveux.

Je t’aime ma chérie et je te fais la promesse de ne plus jamais te cacher quoi que ce soit. Et promets moi de vivre pour toi, de faire tes choix, pas pour nous, pour toi. La mère, comme sa fille plus tôt, déposa son index et son majeur sur ses lèvres avant de les tendre vers sa fille. Promis ?


(c) Pando



FAMILY ABOVE ALL
And I was running far away. Would I run off the world someday? Nobody knows, nobody knows. And I was dancing in the rain. I felt alive and I can't complain. But now take me home. Take me home where I belong.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Katniss Michaels

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Danielle Rose Russell
¤ CRÉDITS : noralchemist.
¤ MESSAGES : 28
¤ POINTS : 18
¤ MULTIS : Jenny Hoppe
¤ AGE : 18 ans, apparence 18 ans
¤ GROUPE : meute du centre (Charlie)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/08/2018


MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss Lun 27 Aoû - 0:41



"Family Portrait"


feat. Charlie Michaels





Des fois, il y a de tous petits mots calés dans une phrase. Pas grand-chose, ils ne prennent même pas la majorité d'une tirade. Non, ils sont juste glissés comme ça, souvent sans y réfléchir. Et ces petits mots, ils ont le pouvoir d'être rassurants pour la jeune Katniss, surtout quand ils disent que Charlie aime Kenneth. La petite louve ne veut pas revenir dessus, ne veut pas insister en montrant à sa mère ce qu'elle vient de dire à voix haute. Kat se contente seulement de sourire, contente et rassurée de voir que l'arrivée d'un nouveau père ne change rien pour ce couple récemment officiel. La gamine a besoin que Charlie comprenne qu'elle tient à cette stabilité, nouveau père ou non. Surtout avec un nouveau père. Bien sûr, elle ne forcerait pas Charlie et Kenneth à rester ensemble si ça ne collait plus entre eux mais... Mais ils font partie de sa vie et elle en a besoin. Comme ce besoin de faire comprendre à sa mère que personne, vraiment personne, ne pourrait prendre sa place. A la limite, Katniss peut apprendre à faire entrer une autre personne dans sa vie mais, jamais de la vie, cette place empiéterait sur celle de sa mère. On ne divise pas un amour quand quelqu'un entre dans une vie, on apprend seulement à en distribuer plus. C'est probablement comme les enfants. L'arrivée d'un nouveau ne fait pas qu'une mère aime moins le premier. Là, c'est un peu la même chose au final.

Katniss secoue la tête dans un soupir, faussement exaspérée, quand sa mère lui parle de séquestration inaperçue. Le ton est à l'humour et, pour le coup, Katniss le prend bien de cette manière. Mais, dans le fond, elle espère bien qu'une séquestration ne passe pas inaperçue. Y a bien des gens qui s'inquiéteront pour elle, il n'y a pas que sa mère dont elle est proche ! Cela dit, cette petite parenthèse humoristique ne dura pas bien longtemps. Katniss elle a besoin de parler avec Kenneth de tout cela, de lui apprendre la nouvelle, d'avoir son avis. Demande qui lui est accordée par sa mère. Une mère qui, finalement, parle de cette épreuve à passer à plusieurs. Il ne s'agit plus d'elle qui va aider la gamine mais, d'un duo présent pour l'épauler. Nouveau sourire chez Katniss, oui, elle bien noté ce changement. La gamine est peut-être en retard sur plein de choses mais elle note plein de choses, souvent trop d'ailleurs. Cela dit, elle en vient vite à secouer la tête de manière négative.

« Je ne suis pas d'accord, c'est bien qu'il n'ait pas été mon père... Enfin, au sens biologique du truc. » Et comme ça peut paraître étrange, après ce qu'elle vient de dire sur Kenneth, elle cherche à s'expliquer bien rapidement. « Si c'était lui le père, ça ne serait pas moi. Alors, je suis pas parfaite, y a pleins de choses que je pourrais améliorer. » Comme un caractère trop émotif, une façon trop personnelle de prendre les choses. « Mais c'est cette absence qui fait ce que je suis. » Une absence et des gènes aussi. « Alors, je ne crois pas qu'il ait besoin de regretter ce genre de trucs m'man. C'est peut-être pas parfait mais c'est très bien comme ça. »

Sa relation avec Kenneth. Celle qu'elle a avec sa mère. Tout ça découle d'un abandon à la base. Vouloir changer ça, serait vouloir changer l'équilibre précaire que Katniss essaye de trouver, ce serait changer son rapport aux autres. Elle n'a pas envie de ça. Surtout, elle n'a pas envie de penser à ce qu'aurait pu être sa vie si, comme beaucoup, elle avait eu un père dès la naissance. Commencer à mettre des « si » partout, pour elle, c'est commencer à regretter sa propre vie en l'espérant différente. Kat ne veut pas de ça. Trop fragile pour l'encaisser.

La louve regarde vers le boites à pizza et les bières sur la table basse, avant de reporter son regard sur sa mère. Un sourcil se hausse. « M'man, j'ai dix-huit ans. Tu crois qu'on fait quoi dans nos soirées entre amis ? » Un petit sourire en coin fait son apparition avant de secouer la tête. « J'vais pas vomir. Ou si je le fais faudra qu'on change de pizzeria. » Si elle doit vomir c'est plus à cause d'une indigestion qu'un trop plein d'alcool. Cela dit, pas la peine de partir dans un concours de beuverie avec Charlie... Sa mère tient un bar depuis bien trop longtemps pour que Kat est une chance de gagner.

N'empêche, vu le nombre de câlins dans cette soirée, on ne peut pas vraiment dire qu'elle soit gâchée. C'est un peu compliqué parce que les nouvelles sont déstabilisantes mais... Mais c'est sa mère, Kat ne peut pas lui en vouloir très longtemps. Alors, l'adolescente, elle fini par poser deux doigts sur ceux de sa mère.

« Promis. »

Direction la table basse. Il serait dommage de gâcher le travail d'un mec qui s'est probablement fait chier à faire de la pizza. Du coup, faut bien la manger la pauvre. Katniss s'installe à nouveau sur le canapé, ayant abandonné son verre vide dans la cuisine pour revenir à une boisson bien plus soft qu'est la bière. Si elle pouvait éviter de faire une danse ridicule, sur la table, devant sa mère... C'est quand même mieux !

« N'empêche que c'est fou tout ça. Tu vois, les événements pourraient quand même arriver au compte-gouttes. Mais non, faut croire que c'est vachement plus marrant, quand tout tombe d'un seul coup. » Ou, en tout cas, à intervalles très rapprochées. Cela dit le ton est posé, amusé. Il n'y a pas de critique dans ce qu'elle dit. C'est une constatation. « Hey, au fait. » Elle finit un bout de pizza croqué dans une part. « Neal, il a vraiment été au top pendant ton absence. C'était vraiment cool qu'il soit à la maison. » et aussi présent à la dernière transformation. Parce que, clairement, ce n'était toujours pas une partie de blessure pour Kat... Ni pour lui d'ailleurs.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Michaels

avatar

Bêta Centre • Alliance



¤ AVATAR : Phoebe Tonkin
¤ CRÉDITS : by lilie
¤ MESSAGES : 247
¤ POINTS : 94
¤ MULTIS : Joanne / Vassily / Ivana / Ashanti
¤ AGE : 220 ans / 30aine physiquement
¤ ZONE LIBRE :
• Membre de l'Alliance depuis 1981, devenue Chefs d'Unités pour en 2018. Charlie possède donc la marque Or de l'organisation sur son poignet droit.
• Elle est mère, en couple, de 4 enfants : 3 loups (Peter 174 ans, Cassiopée 81 ans et Katniss 18 ans) et mère adoptive d'une Sorcière qui travaille pour l'Alliance (Pandora, 26 ans).
• Elle est gérante du pub The Moon Tavern, qui se trouve dans la City.



ChronoLiensFicheMeute Centre
¤ GROUPE : Loup-Garou, nouvelle Alpha de la meute du Centre
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss Mar 28 Aoû - 12:08

Family portrait - feat. @Katniss Michaels


Les disputes, ou les mésententes, entre mère et filles, prenaient toujours fin assez rapidement. Elles ne pouvaient rester fâchées bien longtemps. Parce que Charlie avait des relations particulières avec ses enfants. Avec ses filles surtout. Même si elle avait aimé ses garçons du plus profond de son cœur, même s’ils avaient été câlins et proches d’elles, tout ça, c’était déroulé à une autre époque. Charlie avait appris à être mère, comme toutes les femmes d’ailleurs. Mais elle l’était devenue à une période ou l’amour ne se montrait pas. Avec ses trois filles, les choses avaient été bien différentes. Proche et fusionnelle de Cassiopée, elle l’avait été encore plus avec Katniss, petite dernière si particulière. La venue de Pandora n’avait pas changé tant de choses et le fait qu’elle soit Sorcière n’avait en rien dérangé la petite famille. Celle qui était maintenant une jeune femme, avait demandé beaucoup d’attention, d’amour, de temps et de tendresse, occupant pas mal Charlie qui avait tout fait pour que Katniss ne se sente jamais rejetée. Et tout c’était toujours, ou presque, passé à merveille. Évidemment, comme dans toutes les familles, il y avait eu des cris, des portes qui claquent, des larmes et des punitions. Mais ces moments étaient rares en comparaisons aux moments magiques. Charlie était une mère cool, avec un look jeune et une attitude bien éloignée de celle de beaucoup de bonnes mères de famille. Charlie était ouverte, compréhensive et privilégiait le dialogue. Elle ne voulait rien cacher à ses filles et elles souhaitait que ses enfants aient le courage de tout lui dire, les bonnes choses comme les pires. Il y a une solution à tout, avait-elle dit plus d’une fois à ses filles. Et l’amour qu’elle leur portait prouvait à ses enfants qu’elles pouvaient lui faire confiance. Mais Katniss faisait partie d’une génération très particulière, où le sexe et les réseaux sociaux entraient dans les vies des gamins sans prévenir, à un âge où ils étaient certainement incapables de savoir réellement ce qui était bon pour eux. Heureusement, Katniss n’était pas une gamine à problème. Charlie n’avait pas à se plaindre là-dessus et voir qu’elle buvait si facilement du whisky ne la choquait pas. Comme pour chacun de ses enfants, Charlie avait pris soin de parler des choses importantes. Avec Katniss, ce fut le sexe, l’alcool, la drogue. La gamine savait qu’elle pouvait absolument tout confier à sa mère qui préférait clairement savoir qu’elle buvait plutôt que de la retrouver en coma à l’hôpital parce qu’elle avait avalé des saloperies. Mais il fallait l’avouer, Charlie avait beaucoup de mal à voir sa fille grandir, à l’imaginer faire des concours d’alcool et draguer des types. Pire, elle ne pouvait imaginer sa fille avoir des rapports intimes avec de jeunes hommes ou de jeunes femmes. Non, sa fille était son bébé. Elle n’était pas prête à ça.

Pourtant, elle venait d’avoir la preuve que Katniss avait une maturité peut-être supérieure à celle des jeunes de son âge. C’est vrai, elle peinait parfois à gérer ses émotions, mais cela ne faisait pas d’elle une incompétente ou une immature. Elle était juste plus sensible que la moyenne. Et même si la louve ne savait pas de qui sa fille tenait ça, elle était fière d’elle comme elle était. Katniss parlait de Kenneth, de la paternité, de la vie, avec une maturité impressionnante. La gamine avait raison, elle s’était construire avec cette famille maladroite, avec la présence d’un homme qui n’était pas son père, avec l’absence de son vrai paternel. Elle s’était construite, à sa manière, sans que rien ne soit parfait. Et c’était tant mieux ainsi. Charlie était loin d’être parfaite et n’en demandait pas autant à ses enfants.

Tu seras toujours parfaite à mes yeux, juste parce que tu es toi, comme t’as envie de l’être. Et Charlie se montrerait toujours fière de sa gamine, même si elle tombait, trébuchait, pleurait ou échouait. Parce qu’elle saurait, la gamine, se relever. Et la mère de famille avait bien conscience que, même s’il avait été possible de changer les choses, rien n’aurait pu rendre les choses parfaites. Elle, qui rêvait d’une vie merveilleuse pour ses enfants, ne pouvait espérer mieux au fond.

Heureusement, mère et fille parvenaient toujours à se détendre, s’aimant certainement trop. Et l’humour refit vite sa place entre elle, faisant écarquiller les yeux de Charlie. Laisse moi croire que pendant vos soirées vous vous faites des tresses et buvez du chocolat chaud. Je ne suis pas prête à te voir grandir. Même si elle savait, la louve, que sa fille buvait et s’amusait. Mais elle avait confiance en elle. Assez pour la laisser faire. Et finalement, les doigts se collèrent, promesse entre elles qu’elles tiendraient. Elles feraient tout pour en tout cas. Charlie ferait tout pour ne plus rien cacher à sa vie. Mais elle voulait aussi que sa gamine vive, pour elle, pour son bonheur. Elle voulait qu’elle ne fasse pas les choses pour faire plaisir à sa mère, à Kenneth ou à qui que ce soit. Toujours, Charlie accepterait les choses de sa fille, comme elle avait accepté son doute à rejoindre la meute.

Mère et fille retournèrent sur le canapé, retournant à la bière et à la pizza. L’estomac de Charlie grondait à nouveau, signe que l’angoisse était tombée. Oh, tout n’était pas terminé, la prochaine étape serait certainement la plus grande et la louve savait pertinemment que Kenneth allait s’énerver et lui en vouloir. Quelque part, il aurait raison de le faire, mais il savait que Charlie n’était pas douée pour les relations à deux.
Boh … tout d’un coup, si c’est pour être tranquilles après, ça devrait aller. Et je ne vois pas ce qui pourrait ennncoore nous tomber dessus. Parce que clairement, elles avaient eu leur dose !

La conversation dériva alors sur Neal, que Katniss appréciait énormément. Les mots de la gamine firent sourire la mère. S’il n’avait pas été gay, Charlie aurait bien vu sa fille se caser avec lui. Cela ne l’aurait pas dérangé en tout cas !

Je suis contente que vous vous entendiez si bien. Vous évoluez ensemble et chacun se sent moins seule dans ces nouvelles expériences. Il est le bienvenue ici quand vous en avez envie, tu le sais hein ! Charlie termina sa part de pizza avant de reprendre. Kenneth et Cassiopée m’ont dit que vous avez vraiment bien géré la nuit de mon absence et je l’ai constaté aussi la dernière fois. Ce sera de plus en plus facile, il faut juste vous abandonner et accepter la douleur... Bientôt ta quatrième pleine lune … Tu appréhendes ? Comment tu te sens par rapport à tout ça ? Ta louve, la meute ? Tu te sens à l’aise, à ta place ?

Mère et fille ne parlaient peut-être pas assez souvent de tout ça et il fallait avouer que Charlie, même si elle ne disait rien, veillait toujours sur sa fille, guettant ses réactions, ressentant sa Louve aussi. Il était important qu’elle sache si sa fille se sentait à l’aise, si son rapport avec la meute lui convenait. Si elle était heureuse, tout simplement...

(c) Pando



FAMILY ABOVE ALL
And I was running far away. Would I run off the world someday? Nobody knows, nobody knows. And I was dancing in the rain. I felt alive and I can't complain. But now take me home. Take me home where I belong.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Katniss Michaels

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Danielle Rose Russell
¤ CRÉDITS : noralchemist.
¤ MESSAGES : 28
¤ POINTS : 18
¤ MULTIS : Jenny Hoppe
¤ AGE : 18 ans, apparence 18 ans
¤ GROUPE : meute du centre (Charlie)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/08/2018


MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss Mer 29 Aoû - 23:15



"Family Portrait"


feat. Charlie Michaels





Oui, il fallait savoir parler de tout dans cette famille. Charlie avait instauré un climat de confiance pour que les choses soient dites, et non gardées comme une sorte de rancœur. Pourtant, mère comme fille, n'avaient pas toujours été honnête sur l'entièreté de leurs vies. Il avait fallu attendre les événements traumatisant de la Saint-Patrick pour apprendre que sa mère bossait pour l'Alliance. Une organisation découverte au même moment. D'ailleurs, au début, Katniss imaginait que sa mère était une sorte de James Bond au féminin. Il avait fallu encaisser la nouvelle qui, sur le moment, avait été difficile à comprendre. Surtout que, L'alliance, c'est presque une histoire de famille : sa mère, sa sœur, son parrain. Mais... Elle avait pris le temps d'y réfléchir la gamine avant de se dire que, le boulot n'avait pas autorisé d'en parler. C'est compliqué à comprendre sur l'instant mais, le choc de l'annonce passé, il n'y avait plus de problème. Et puis... Et puis Katniss était la première à ne pas parler de tout avec sa mère. Bien que compréhensive et attentive, Kat gardait son jardin secret... Peut-être pas pudeur, peut-être par honte.

Sa relation avec le sexe opposé n'est peut-être pas ce qu'on fait de plus sain. Difficile d'appeler ça des relations quand on sait que Katniss ne se fixe pas. C'est con, elle a ce besoin de plaire aux autres, comme une volonté de se prouver qu'elle peut être intéressante – surtout quand on parle de garçons. Et ce même besoin de partir aussi, avant l'attachement ou avant qu'on ne l'abandonne. Ne font-ils pas tous ça, les hommes, partir quand les choses deviennent sérieuses ? Finalement, Kat ne fait que prendre les devants pour s'éviter de souffrir. Un psy irait sûrement dire que c'est le traumatisme de son père qui fait réagir Katniss de cette manière, ou un autre truc dans le genre. Elle n'en sait rien. Elle ne veut pas savoir mais, dans le fond, elle doit savoir que ce n'est pas l bonne méthode... Sinon, elle en aurait probablement parlé à sa mère. Bien que cette dernière, parfois, semble avoir du mal à la voir grandir. Mais là, encore, un psy dirait probablement que c'est normal. Une espèce de syndrome du dernier enfant, celui qu'on a envie de garder près de soi, qu'on veut encore petit et dont on a du mal à se séparer. Soyons honnête, Kat et son manque de confiance, est loin de se plaindre de cela. Et pour preuve, Charlie laisse vite entendre qu'elle trouve sa fille parfaite, qu'elle veut croire qu'elle fait encore des soirées pyjama innocentes avec des amies. Franchement, pourquoi venir briser ses illusions ? Katniss, elle se contente de laisser passer un sourire amusé. Toutes les deux savent très bien que les soirées ne sont pas que des batailles de polochons et du chocolat chaud. Pas besoin de venir l'exprimer à haute voix.

Retour sur le canapé, une part de pizza rapidement dans les mains. Elle hoche la tête, espérant vraiment que plus rien ne viendrait leur tomber sur le coin de la tronche. Pourtant, dans le fond de cerveau, plane toujours cette crainte de voir sa mère Alpha. La Saint-Patrick a laissé bien des séquelles, même quelques mois plus tard. Des fois, Kat se dit que sa mère aime avoir une vie compliquée et dangereuse. Sinon pourquoi avoir ce boulot à l'alliance ? Pourquoi se décider à prendre la tête d'une meute ? Charlie n'est juste pas faire pour avoir un boulot de bureau comme tout le monde. Katniss n'a pas à critiquer ou douter des choix de sa mère, surtout quand elle lui demande de vivre pour elle et d'arrêter de penser à ses filles.

« Ouais, je sais. » Pour le fait que Neal était le bienvenue.

En même temps, Katniss n'avait pas vraiment attendu cette bénédiction. Faut dire qu'elle est celle qui se met en retrait des loups de son âge, bien plus avancés dans leurs transformations qu'elle ne l'est. Neal, au final, c'était celui dont elle se sentait le plus proche pour ces changements d'humain en loup, avant de comprendre qu'un tas d'autres choses les rapprochaient. D'ailleurs il est rapidement question de ce côté loup et, sur le coup, Katniss s'étonne assez des paroles de sa mère.

« Ah ouais, ils ont dit ça ? » Ils ne devaient pas avoir vécu la même nuit alors. « Kenneth, il t'a dit aussi que j'voulais pas y aller et que j'ai hurlé à tout le monde que je bougerai pas de ce canapé. » Elle laisse passer un sourire bien que, pas très fière de cette phase-là. « C'est bien beau de dire qu'il faut abandonner la douleur, franchement, j'sais pas comment vous faites. » Eux tous là, à se transformer naturellement comme si c'était tout à fait normal. Elle hausse les épaules. « J'aime pas l'idée d'avoir une date butoir en fait. De savoir que c'est la lune qui décide que je vais devoir me transformer. » ça ne sera pas toujours le cas mais, pour le moment ça l'est. « C'est comme m'imposer un truc qui me fait complètement flipper. Je sais pas... » Elle attrape la bouteille de bière. « Je me sens pas à la hauteur. » Elle tourne la tête vers sa mère avec un regard interrogateur. « Peut-être que c'est pas fait pour moi... C'est possible ça ? »


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Michaels

avatar

Bêta Centre • Alliance



¤ AVATAR : Phoebe Tonkin
¤ CRÉDITS : by lilie
¤ MESSAGES : 247
¤ POINTS : 94
¤ MULTIS : Joanne / Vassily / Ivana / Ashanti
¤ AGE : 220 ans / 30aine physiquement
¤ ZONE LIBRE :
• Membre de l'Alliance depuis 1981, devenue Chefs d'Unités pour en 2018. Charlie possède donc la marque Or de l'organisation sur son poignet droit.
• Elle est mère, en couple, de 4 enfants : 3 loups (Peter 174 ans, Cassiopée 81 ans et Katniss 18 ans) et mère adoptive d'une Sorcière qui travaille pour l'Alliance (Pandora, 26 ans).
• Elle est gérante du pub The Moon Tavern, qui se trouve dans la City.



ChronoLiensFicheMeute Centre
¤ GROUPE : Loup-Garou, nouvelle Alpha de la meute du Centre
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss Sam 1 Sep - 12:58

Family portrait - feat. @Katniss Michaels


Être loup était une chose exceptionnelle aux yeux de Charlie. Louve pure-race, elle était issue d’une lignée dont le sang avait toujours été ‘pur’. Mais Charlie n’aimait pas faire de différence entre les loups nés et les loups mordus. À ses yeux, peu importait la manière de devenir loup. Après tout, Kenneth n’était pas un loup né et il s’en sortait extrêmement bien. C’était l’une des rares choses qu’elle connaissait du passé du Texan qu’elle aimait. Ils avaient toujours été assez discrets sur leurs passés. Être le loup, c’était plus que se transformer à la pleine lune, c’était quelque chose de plus fort. Une façon de vivre, de ressentir les choses. Une façon d’exister. Mais elle savait aussi que certains ne géraient pas les choses et en avaient peur. Katniss faisait partie de ces personnes. Et maintenant qu’elle savait la vérité sur le géniteur de sa fille, Charlie comprenait mieux certaines choses. Katniss était émotive, à la frontière de l’hypersensibilité. Elle avait toujours voulu faire de son mieux et avait cette crainte permanente de décevoir et de mal faire les choses. En gros, elle se collait une pression pas possible pour satisfaire les autres, sa mère en particulier. Alors oui, Charlie savait que sa fille avait redouté la fameuse pleine lune qui avait eu lieu durant le kidnapping de sa mère. Elle savait comment elle s’était comportée, qu’elle avait hurlé. Et la mère de famille n’avait pas honte de sa fille et n’était pas déçue. Personne ne l’avait été, car tout le monde, dans ce qui était à cette époque un clan, était bienfaisant et pleins d’empathie. Aujourd’hui, la meute était plus forte et le lien ne pourrait qu’aider Katniss et Neal à mieux-vivre leurs transformations.

Charlie aurait pu mal vivre le fait que sa fille appréhendait tant d’être louve, de se transformer, de gambader dans les bois. Mais non. Ou alors si. Elle le vivait mal pour sa fille, car en bonne mère, elle ne pouvait supporter de voir sa fille souffrir, de la voir malheureuse.

Je sais comment les choses se sont passées pour toi ce soir-là. Et tu n’as pas à avoir honte de ça. Personne ne t’a jugé et je ne laisserai personne le faire. Moi ce que je retiens, c’est que tu y es allée, que tu t’es transformée. Que malgré la peur et la douleur, tu as affronté ça et tu le fais encore. Je sais que ce n’est pas drôle d’être soumis à la lune, mais quand tu auras appris à gérer ça, tu prendras un plaisir fou à te transformer, à sentir la terre sous tes pattes, à humer l’odeur de la forêt, à courir comme une folle… Ce sentiment de liberté, rien d’autre au monde n’a su me le faire sentir.

Oui, Charlie aimait sa nature de Louve. Elle n’avait aucun mal à se transformer, même si parfois la douleur se faisait encore sentir.

Il n’y a pas que des loups nés dans la meute. Il y a aussi des mordus. Chacun gère à sa manière. Chacun apprend, à son rythme. Et puis … J’ai toujours cru que ton père était un loup né. Mais maintenant qu’on sait qui il est réellement … Je peux te dire que ce n’est pas le cas. Joshua a été mordu. Alors je crois que ça pourrait expliquer tes difficultés. Tu es le mélange d’une louve née et d’un loup mordu alors forcément ce n’est pas aussi évident pour toi que pour Cassiopée. Mais Joshua gère extrêmement bien son loup alors je ne me fais pas de soucis pour toi.

La bière fut vidée, un sourire tendre fut offert. Charlie était maintenant persuadée que ne pas être une pure race rendait peut-être les choses plus difficiles pour Katniss. Du moins, cela pouvait être une raison. Mais bien évidemment, cela ne changeait rien aux yeux de la mère de famille. Elle aimait sa fille plus que tout.

Arrête de te mettre la pression Katniss. Tu n’as pas à être comme les autres, t’imposer des délai et des objectifs. Accepte ta louve, c’est une force, pas une malédiction. Quand j’étais jeune, ma mère voulait m’imposer le calme, alors que j’étais une louve fougueuse et bagarreuse. On m’a freiné sans cesse alors que je rêvais de courir dans les bois, de chasser. Même si je gérais ma Louve, mes transformations étaient douloureuses parce que ma mère ne me laissait que me transformer à la pleine lune… Mes frères avaient tous les droits et se transformaient à volonté. Et mon mari aussi. Et malgré mon mariage, malgré mes grossesses, ma mère m’imposait encore toutes ces choses. Puis je suis partie. J’ai embarqué mes garçons et j’ai pris la route. C’est là que j’ai compris le réel bonheur d’être libre, d’être louve à plein temps et pas juste quand la Lune me l’imposait. Nous n’avons pas à être loups qu’à mi-temps. Nous sommes loups. L’animal est en nous au quotidien. Nous sommes plus forts, plus rapides, nos sens sont plus aiguisés que ceux des humains et ça même sous notre forme humaine. Nous sommes différents et la différence n’est pas un mal ma chérie.

La mère caressa la joue de sa fille, tendrement, en lui souriant encore.

Alors si ma chérie, tu es faite pour être louve. Mais tu le seras quand ça sera le bon moment. Quand tu parviendras à accepter ce que tu es. La normalité ça craint Katniss. Tu n’as jamais été normale et moi non plus. Nous sommes uniques. Et tu seras à la hauteur, tu l’es déjà. Et je suis fière de toi. Je le serais toujours. Un haussement d’épaules. Sois toi-même, ne cherche pas à ressembler à qui que ce soit. T’es bien trop géniale de toute façon. Et je ne dis pas ça parce que tu es ma fille !


(c) Pando



FAMILY ABOVE ALL
And I was running far away. Would I run off the world someday? Nobody knows, nobody knows. And I was dancing in the rain. I felt alive and I can't complain. But now take me home. Take me home where I belong.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Katniss Michaels

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Danielle Rose Russell
¤ CRÉDITS : noralchemist.
¤ MESSAGES : 28
¤ POINTS : 18
¤ MULTIS : Jenny Hoppe
¤ AGE : 18 ans, apparence 18 ans
¤ GROUPE : meute du centre (Charlie)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/08/2018


MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss Lun 3 Sep - 15:07



"Family Portrait"


feat. Charlie Michaels




Elle ne comprend pas pourquoi personne ne la juge, n'est pas certaine d'y croire, quand elle la première à le faire pour toute la meute. Katniss sait bien qu'elle doit être un peu parano quand elle a l'impression que tous les regards se tournent vers elle à la pleine lune. Qu'elle se fout trop de pression juste parce qu'elle est la fille de Charlie. Elle aime sa mère, ce n'est pas le problème mais, des fois, elle se dit que ça serait plus facile si elle n'était pas la fille de l'Alpha. C'est elle qui se fout la pression en s'interdisant l'échec pour ne pas mettre sa mère dans une situation délicate. C'est elle qui tourne trop de choses dans sa tête, laissant sûrement trop peu de place à sa louve et ses instincts plus primaires. Mais ça la saoule un peu quand on lui dit : tu verras, tu aimeras ça quand ça se passera bien. Ça aussi ça lui fout une pression pas possible. Et si ce n'était pas le cas ? Et si elle n'est vraiment pas faite pour cela ? Si elle ne se sent pas bien avec des instincts de louve ? Lui dire des choses comme ça, au final, c'est comme si on lui disait ce qui était bien pour elle ou non. L'impression d'être une gamine a qui l'on dit : mais si, mange encore, tu n'as pas assez mangé. Alors que le ventre hurle qu'il ne peut plus rien avaler.

A croire que rien ne dépend d'elle. Si elle a des difficultés c'est à cause de la nature de son père biologique. Du coup, ce n'est pas aussi simple que pour Cassiopée mais, faut pas s'en faire... Joshua, lui, il maîtrise bien son loup. Et elle, dans tout ça, elle est où ? C'est facile de lui dire de ne pas se mettre la pression parce qu'elle n'est pas comme les autres. En attendant, on lui trouve des excuses par rapports à ces autres, en plus de la comparer.

« M'man, s'teuplait. » Elle pose un regard sur sa mère. « Arrête de me parler de lui et de ce qu'il est. »

le ton n'est pas critique, elle n'est même pas énervée. Mais elle semblait avoir déjà fait part de sa volonté de ne rien savoir sur ce géniteur. Elle ne veut pas de ces petits détails le concernant, elle ne veut pas savoir qui c'est avant d'avoir pris une décision. Alors, sans répondre au reste, tant que sa mère n'aura pas fini, elle préfère glisser cette information dans la conversation pour que le sujet de son géniteur soit clos dans l'immédiat. Elle laisse sa mère poursuivre sur le fait qu'elle avait été brimée plus jeune, la situation inverse de Katniss au final. A ne pas en douter, Charlie aime sa nature de louve et ne l'échangerait pour rien au monde. Et Kat, bah elle aimerait bien être comme sa mère et la rassurer en lui disant qu'elle est d'accord avec tout cela. Mais ça serait lui mentir. Peut-être que c'est qu'une sale période à passer, peut-être que ça se passera comme Charlie l'annonce... Mais si ce n'est pas le cas ? C'est cette possibilité qui fait flipper Katniss. Pour l'instant, l'enfant n'est pas une honte pour sa mère parce que cette dernière croit dur comme fer que les choses vont s'arranger avec le temps. Qu'en serait-il si, un jour, elle comprend que ça ne sera jamais le cas ?

« Et si ne pas chercher à ressembler à qui que ce soit, veut dire ne pas vous ressembler non plus ? » Regard inquiet qui se lève sur sa mère. « Si j'y arrive pas. Enfin, je veux dire, si j'aime pas être une louve et lui laisser de la place ? Peut-être que je suis le genre de personne à préférer marcher sur deux pieds plutôt que sur quatre pattes. » Ce sont des interrogations parce que, s'il elle doit être honnête, elle ne sait pas ce qu'elle apprécie le plus. « ça se trouve, je suis le genre de personne à préférer me poser des questions, quitte à ce que ça m'inquiète pour rien, plutôt que de laisser ma louve agir de manière plus spontanée. »

Finalement, le problème ce n'est peut-être pas tant la douleur des transformations. Le problème vient peut-être de son incapacité à lâcher prise, à laisser sa louve un peu plus aux commandes de ce qu'elle estime être sa vie. Si on lui décrit la relation humain/loup comme une sorte de cohabitation sympa, Katniss voir plus cela comme un fardeau que la lune lui impose. La normalité, elle trouve pas que ça craint tant que ça. Elle aime ses soirées entre potes, les après-midi entre amies et le temps qu'elle passe en cours. Katniss elle est, quelque part, trop vraie pour réussir à cacher une double nature face à des amis parfaitement humains. La dualité dans son esprit a du commencer à ce moment-là.

« J'attends avec plus d'impatience une soirée avec des amis que les soirs de pleine lune. Et c'est ce genre de petits détails à la con qui me font douter sur ce que j'apprécie le plus. Peut-être que c'est pas bien d'être une louve à mi-temps, pourtant c'est ce que je suis. » Peut-être qu'elle fait trop de dissociation entre sa vie en meute et sa vie universitaire. « Et, au final, je crois que ce qui m'inquiète vraiment c'est... Si j'ai pas envie d'être une louve à plein temps, est-ce que tu m'en voudrais ? »

Il est peut-être là, le début de déclic qu'il lui faut. Savoir qu'on s'en fiche qu'elle aime courir dans l'herbe ou préférer les bancs universitaires. Peut-être qu'elle se fouterait moins la pression si on lui disait qu'elle n'était pas obligée d'aimer sa nature. Elle se forcerait peut-être moins à essayer de satisfaire tout le monde.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Michaels

avatar

Bêta Centre • Alliance



¤ AVATAR : Phoebe Tonkin
¤ CRÉDITS : by lilie
¤ MESSAGES : 247
¤ POINTS : 94
¤ MULTIS : Joanne / Vassily / Ivana / Ashanti
¤ AGE : 220 ans / 30aine physiquement
¤ ZONE LIBRE :
• Membre de l'Alliance depuis 1981, devenue Chefs d'Unités pour en 2018. Charlie possède donc la marque Or de l'organisation sur son poignet droit.
• Elle est mère, en couple, de 4 enfants : 3 loups (Peter 174 ans, Cassiopée 81 ans et Katniss 18 ans) et mère adoptive d'une Sorcière qui travaille pour l'Alliance (Pandora, 26 ans).
• Elle est gérante du pub The Moon Tavern, qui se trouve dans la City.



ChronoLiensFicheMeute Centre
¤ GROUPE : Loup-Garou, nouvelle Alpha de la meute du Centre
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss Sam 8 Sep - 17:57

Family portrait - feat. @Katniss Michaels

Katniss avait toujours été différente. De part sa sensibilité, même si Cassiopée l’était aussi, bien que pas au même niveau que sa jeune sœur. Katniss était l’artiste de la famille, celle qui avait cette fibre particulière. La musicienne. L’enfant douée. Charlie n’avait jamais voulu la brider dans ses passions et ses envies, s’habituant aux passions des jeunes de cette génération. Entre les musiques particulières, les jeux vidéos, les tenues et les cosplays. Charlie n’y connaissait pas toujours grand-chose, mais elle s’amusait volontiers durant une soirée jeux vidéos. Pas mauvaise perdant, mais aimant les défis, elle trouvait ça amusant. Katniss était l’enfant à part et Charlie en venait à se demandait si elle ne tenait pas plus de son père que d’elle-même. Et même si sa fille ne voulait pas trop entendre parler de Joshua, Charlie ne pouvait s’empêcher de trouver des points de comparaison avec lui. Lorsqu’elle observait sa fille, comme elle l’avait fait avec Joshua lors de l’annonce, elle se focalisait sur les traits du visage de son enfant. C’est ainsi qu’elle vint à trouver une ressemblance, toute bête, entre le nez de sa fille, et de celui de son géniteur. Et cela la fit intérieurement sourire. En réalité, Charlie semblait presque plus enthousiaste que Katniss. Peut-être parce qu’à ses yeux, Joshua pouvait être un meilleur père, qu’il n’avait pas hésité longtemps pour accepter de rencontrer sa fille. Peut-être parce qu’elle voulait que son enfant puisse se construire, s’épanouir, et ce, malgré les craintes que pouvait éprouver une mère de famille. Et parce que Katniss était particulière, Charlie voulait le meilleur pour elle et ne souhaiter en rien la forcer à aimer sa nature. Elle voulait simplement qu’elle n’ait plus peur, qu’elle puisse vivre ses transformations sans souffrir. Chaque chaque hurlement de douleur qu’elle lâchait, détruisait le cœur de Charlie. Elle souffrait en même temps que sa fille. Et n’importe quelle bonne mère ne pouvait accepter la souffrance de son enfant. Alors rien que pour ça, elle souhaitait plus que tout la voir embrasser sa nature de louve.

Mais les craintes et les doutes de Katniss étaient nombreux. Elle avait cette peur, permanente, de ne pas répondre aux attentes de ceux qui comptaient pour elle. Elle avait cette crainte de ne pas satisfaire sa mère, de ne pas la rendre fière. Mais Charlie ne pouvait pas ne pas être fière d’elle. Et les mots de l’adulescente prouvèrent une nouvelle fois qu’elle craignait de ne pas être comme les autres, de décevoir. La mère de famille laissa sa fille exprimer ses doutes, posant sur elle un regard bienveillant alors qu’elle engouffrait une nouvelle part de pizza. Oui, chez les Michaels, même les conversations importantes étaient accompagnées de bouffe. Parce que la bouffe avait quelque chose de sacré… Truc de loup.

En fait, le problème n’est pas de savoir ce que moi je considère comme étant bien ou non, c’est ce que toi tu estimes être bon pour toi Katniss. Ce n’est pas à moi, ou à qui que ce soit de décider comment tu dois vivre ta vie de louve et de femme. Charlie cherchait les bons mots. Elle n’avait jamais eu ce souci auparavant avec l’un de ses enfants, tous ayant accepté avec facilité leur nature. La seule chose qui compte pour moi, c’est que tu sois heureuse et que tes pleines lunes ne soient pas source de terreur et de douleur. Te voir souffrir est la pire chose à mes yeux. Être loup ce n’est pas vouloir gambader toute la journée. Même si certains adorent ça, je peux te dire que me lécher les fesses c’est pas ce que je préfère hein, dit-elle en souriant, amusée, cherchant à détendre un peu sa fille. Je veux dire par là que oui, j’aime être louve et ce que cet état animal m’apporte… Mais j’aime encore plus être femme, serrer ceux que j’aime dans mes bras, manger des pizzas, boire de la bière, te voir grandir et devenir une jeune femme magnifique. J’aime ma vie de femme et je ne l’échangerai pour rien au monde. Ma louve fait partie de moi, elle est là. Je suis elle. Nous ne formons qu’une seule et même personne, la plupart du temps en tout cas.

Charlie ne voulait pas que sa fille ait un choix à faire. Elle ne voulait pas qu’elle s’imagine devoir en faire un. Elle était louve. C’était un fait. Elle n’avait pas demandé à l’être, comme d’autres ne demandaient pas à naître noir, roux, Sorcière ou homosexuel. C’était ainsi et il fallait l’accepter, pour mieux vivre. Et c’était ça que Katniss devait comprendre.

Être louve ne définit pas qui tu es. Tu es Katniss Michaels. Une jeune femme talentueuse, drôle, passionnée et magnifique. Tu dois être toi telle que tu le souhaites. Et tant que tu es heureuse, chacun de nous acceptera ce que tu désires faire de ta vie. Tu n’as pas à aimer courir dans les bois et chasser le gibier. Tu dois juste accepter cette part de toi, une fois par mois. Ce doit être naturel, comme Neal accepte qu’il soit gay. C’est en toi. Tu n’as pas demandé à l’être, tu n’as pas à en souffrir. Juste accepter. En fait… Tu as juste envie d’être une jeune femme comme les autres. Et tu en as le droit. La seule chose que je souhaite, c’est qu’une fois par mois, on puisse être en harmonie, que tu puisses te vider l’esprit, ne plus penser.

La main de Charlie caressa la joue de sa fille, plaçant une mèche de cheveux derrière son oreille.

Je t’aime Kat’. Louve à mi-temps ou à plein temps, je m’en moque. Je veux juste que tu sois heureuse. Et tu le seras, lorsque tu arrêteras de te poser des questions sur ce qui est bien ou non, sur ce qu’on attend ou pas de toi. Vis ta vie ma chérie. Soi celle que tu veux être, pas celle que tu penses qu’on voudrait que tu sois. Je donnerais tout pour t’arracher cette peur, ces doutes et ta souffrance à chaque pleine lune. Mais il n’y a que toi qui puisse le faire. Et quand tu y parviendras, tes doutes s’envoleront et tu vivras ta vie, simplement, comme bon te chante. Aimer qui tu veux, rire, pleurer. Tes sœurs, Kenneth et moi t’aimerons toujours. Peu importe les choix que tu pourrais faire pour toi. Et nous serons toujours là pour t’épauler. Toujours.

Comment pouvait-elle mieux dire les choses à sa fille ? Comment Charlie pouvait-elle lui arracher ses doutes et la rendre heureuse. Parfois, l’avenir de sa fille lui faisait peur, juste parce qu’elle savait qu’elle doutait toujours d’elle, qu’elle cherchait toujours à combler les envies des autres avant les siennes. Ce n’était pas à Katniss de se soucier des autres, de sa mère, mais à Charlie de le faire, de veiller sur elle.


(c) Pando



FAMILY ABOVE ALL
And I was running far away. Would I run off the world someday? Nobody knows, nobody knows. And I was dancing in the rain. I felt alive and I can't complain. But now take me home. Take me home where I belong.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Katniss Michaels

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Danielle Rose Russell
¤ CRÉDITS : noralchemist.
¤ MESSAGES : 28
¤ POINTS : 18
¤ MULTIS : Jenny Hoppe
¤ AGE : 18 ans, apparence 18 ans
¤ GROUPE : meute du centre (Charlie)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/08/2018


MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss Lun 10 Sep - 14:47



"Family Portrait"


feat. Charlie Michaels




Elle sait bien que le problème vient d'elle. Ça vient toujours d'elle, de sa faculté à se poser trop de questions, de cette sensibilité trop prononcée et de son envie de ne pas décevoir les gens. Surtout sa famille. Encore plus sa mère. Katniss voudrait être plus confiante mais comment l'être quand, dans le fond, elle pense ne pas avoir été assez bien pour qu'un père ne veuille pas entendre parler d'elle ? Les traumatismes liés à cet abandon sont nombreux et elle ne s'en rend pas toujours compte. C'est inconscient et vicieux, s'insinuant dans ses pensées et dans des façons de faire en laissant croire que le problème est ailleurs. La jeune louve bloque sur des détails, en fait des montagnes de problème quand le réel soucis est bien plus profond. Elle ne le sait pas encore, elle n'imagine même pas les répercussions que cela peut avoir mais... Finalement, avoir un autre géniteur et le rencontrer, c'est sûrement une bonne chose. Ça ne réglera pas tous les problèmes liés à un mode de fonctionnement ancré depuis 18 ans mais, cela l'aidera sûrement à avancer dans une meilleure direction.

Et, dans tout ça, il y a Charlie. La mère, l'amie et la confidente. Celle qui est restée, qui est toujours présente et qui fait comme elle peut pour gérer une gamine un peu particulière. Les mots ne sont pas toujours les bons, les actions non plus. Mais la volonté reste la même : celle d'aider sa fille. Et ça, en vrai, ça efface les mauvais pas involontaires. Katniss n'a pas été livrée avec un mode d'emploi expliquant comment réagir à toutes les situations qui peuvent se présenter. Charlie elle y va, avec sa volonté de bien faire et ses instincts de mère. L'imperfection, dans le fond, c'est la définition d'une mère. Et la sienne, de mère, elle s'en sort vraiment bien quand on voit le nombre de choses qu'elle peut avoir à gérer. Les paroles maladroites ou même interprétées sont toujours rattrapées. Elle l'aime cette mère qui cherche à la rassurer et qui ne veut pas la voir souffrir, même à cause d'une lune bien ronde. Katniss elle ne veut pas que sa propre mère vive mal les douleurs de sa vie et, même si Katniss doit faire ses choix pour elle, la gamine est incapable de le faire réellement. Elle veut faire des efforts, elle veut enlever le poids de ses propres souffrances à sa mère.

Katniss aime tellement sa mère. Ascenseur émotionnel, qui passe du fait de lui en vouloir de lui dire pour son vrai géniteur, à un amour inconditionnel quand elle essaye de la rassurer. Ça pique dans ses yeux et, ça n'a rien à voir avec sa part de pizza qu'elle a aspergé de sauce piquante. Ça s'humidifie dans ses yeux parce qu'elle voit bien les efforts de sa mère, parce que le discours la touche, parce que... Parce qu'elle est trop émotive et que, de toute façon, elle chiale devant une pub un peu trop portée sur les sentiments. La part de pizza est balancée dans sa boite et les bras viennent s'enrouler au cou de Charlie. Elle la sert fort, cette mère qu'elle a eu peur de perdre. Elle s'y cramponne, à cette mère dont la nature de louve lui cause pourtant bien des dangers dans sa vie. Elle s'y colle, à cette mère dont le travail n'est pas sans risque.

« Merci. » Je t'aime... t'es la meilleure... Un simple remerciement qui cache beaucoup plus de choses derrière un seul mot. Et elle finit par libérer Charlie, passant le revers de sa manche sur ses yeux. Katniss est loin d'être triste, c'est même l'inverse en réalité. « Je vais essayer de lui laisser un peu plus de place. » A sa louve. « Après tout, je ne perd pas grand-chose à essayer de voir comment ça se passe si elle a un peu plus de liberté. » Au moins les soirs de pleines lunes, quand son appel se fait douloureux et que Katniss ne peut pas luter contre elle. « Je ne promets pas d'y arriver. Juste d'essayer. » Ce qui sonne déjà comme un premier pas en avant.

A l'âge où on n'est pas supposé écouter les conseils de sa mère, parce qu'on pense être adulte et mieux savoir que les autres, Katniss préfère ne pas faire honneur à cette règle de l'adolescence. Elle n'a jamais été du genre à entrer dans le conflit juste pour le principe. Et, dans le cas présent, elle ne perd rien à essayer de lâcher un peu de mou à sa louve. Katniss se remet en tailleur en reprenant sa part de pizza.

« Pff, par contre, je vais investir dans 50 tubes de dentifrices. » Un regard amusé vient se poser sur sa mère. « Si j'dois passer ma soirée à me lécher les fesses, autant dire que je vais passer trois heures à tout nettoyer derrière. » Le ton est léger pour reprendre le ton d'humour que sa mère a fait un peu plus tôt. « hey, tu sais quoi, on devrait acheter une borne d'arcades. Tu sais, celle où on peut danser en appuyant sur des carrés lumineux au sol. Ça doit être un peu près le seul jeu auquel on doit pouvoir jouer sous forme de loup. » Bien qu'elle ne soit pas vraiment sérieuse, elle s'imagine assez bien avec Neal en train d'essayer de jouer alors qu'ils sont sous forme animal. « Ou alors faut développer une société qui invente des jeux vidéos pour les loups. J'ai un ami, il a fait la rééducation de son pouce en jouant. Il avait tellement envie de jouer, qu'il a commencé à retrouver les sensations de ce pouce en s'acharnant sur une manette. » Ne jamais sous-estimer la volonté d'un gamer à bouger un putain de joystick sur une manette de console. « Bah là, ça serait le même concept. Donner envie à la nouvelle génération, portée sur les jeux vidéos, de se transformer pour avoir accès à des jeux qui seraient sympas en plus d'être ludique et d'aider à la motricité. Et... » Elle s'arrête un instant, réfléchit deux secondes. « J'me suis encore laissée emporter par un délire, hein, c'est ça ? »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Michaels

avatar

Bêta Centre • Alliance



¤ AVATAR : Phoebe Tonkin
¤ CRÉDITS : by lilie
¤ MESSAGES : 247
¤ POINTS : 94
¤ MULTIS : Joanne / Vassily / Ivana / Ashanti
¤ AGE : 220 ans / 30aine physiquement
¤ ZONE LIBRE :
• Membre de l'Alliance depuis 1981, devenue Chefs d'Unités pour en 2018. Charlie possède donc la marque Or de l'organisation sur son poignet droit.
• Elle est mère, en couple, de 4 enfants : 3 loups (Peter 174 ans, Cassiopée 81 ans et Katniss 18 ans) et mère adoptive d'une Sorcière qui travaille pour l'Alliance (Pandora, 26 ans).
• Elle est gérante du pub The Moon Tavern, qui se trouve dans la City.



ChronoLiensFicheMeute Centre
¤ GROUPE : Loup-Garou, nouvelle Alpha de la meute du Centre
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss Jeu 13 Sep - 21:48

Family portrait - feat. @Katniss Michaels

Charlie n’avait jamais été une grande émotive. Elle était sensible à bien des choses, mais ne pleurait que très rarement. C’était donc un réel défi, pour elle, de comprendre Katniss et de parvenir à l’aider à s’épanouir pour devenir celle qu’elle avait envie d’être. Enfant, la petite Katniss avait eu bien des peurs et des nuits de larmes ; bon nombre de chagrins et de doutes. Charlie avait toujours été là pour elle, la rassurant avec tout l’amour qu’elle était capable de donner. Mais la mère de famille avait si souvent eu peur de se tromper, de dire le mauvais mot, la mauvaise phrase ; d’avoir le mauvais geste, ceux qui feraient que sa fille n’aurait plus confiance, ni en elle, ni en personne. Elle avait peur d’échouer et de rendre sa fille malheureuse. Heureusement, le corps de la jeune fille vint se lover contre celui de sa mère. Charlie serra sa fille contre son cœur, inspirant, plus légère, yeux fermés pour savourer cette étreinte pleine d’émotion. Mère et fille s’aimaient plus que tout au monde. Cette relation était particulièrement et avait longtemps été fusionnelle durant la tendre enfance de Katniss. Mère et fille s’aimaient, d’un amour sincère, véritable. Et même si Charlie aimait tous ses enfants, Katniss restait unique, particulière. Après elle, la louve n’aurait pu imaginer pouvoir offrir d’amour à un autre enfant, se sentant incapable d’aimer plus qu’elle n’aimait sa fille ; ne voulant aimer quelqu’un d’autre que sa petite dernière. Pourtant, l’avenir lui jouerait bien des tours et à cet instant précis, la vie grouillait déjà en elle, bien cachée. Mais à cet instant, seule Katniss comptait. Seul son câlin et son merci soufflé, avaient de l’importance. Un merci qui voulait dire tant de choses. Mais les mots étaient inutiles quand les deux femmes s’observaient, les yeux humides. Car oui, même ceux de Charlie l’étaient pour une fois. Et sa main vint caresser la joue de son enfant. Le plus important, c’est d’essayer. Tu n’as rien à me promettre ma chérie.

Et au fond d’elle, Charlie était persuadée qu’un jour, sa fille saurait ne faire qu’un avec sa louve ; qu’elle prendrait plaisir à l’être. Qu’elle comprendrait que sa louve ne pourrait que lui faire du bien, l’aider à grandir et à s’affirmer. Mais chaque chose en son temps. Katniss n’était pas du genre à tout faire comme les autres et avait son propre rythme de vie, d’évolution. Et maintenant que tout ceci était dit, Charlie sentit sa fille un peu plus légère. D’ailleurs, la conversation prit une toute autre tournure. Charlie ne put s’empêcher de rire aux mots de sa fille, recrachant presque la gorgée de bière qu’elle venait d’avaler. Et puis la jeune adulte se perdit dans ses ‘délires’ que Charlie écouta, amusée et fascinée à la fois. Katniss était une jeune femme créative, pleine d’une imagination terriblement débordante et fertile. Elle se lança donc dans la vision de jeux pour loups. Et lorsqu’elle s’arrêta, demandant à sa mère si elle venait à nouveau de se laisser emporter par cette imagination trop grande, Charlie haussa les épaules en souriant.

Je te promets que si un jour tu prends plaisir à être louve, on l’fera ce truc du tapis de danse. Je te jure qu’on se fera une soirée loup… On verra laquelle de nous deux à le plus beau déhanché. Elle riait, la mère de famille, mais lorsqu’elle jurait, elle tenait toujours ses promesses. Mais au fond, je suis sûre que ça pourrait être marrant de devoir se transformer pour faire quelques trucs sur vos jeux vidéos. Tu sais que moi, à part les jeux de voiture et Mario, je ne suis pas la plus experte… Mais on ne sait jamais. Tu sais … j’ai envie de dire qu’aujourd’hui tout est possible. La révélation du surnaturel ça ne doit pas qu'être quelque chose de négatif. Faut en tirer profit et se faire plaisir. Garde l’idée en tête, on ne sait jamais !

Non, elle ne se moquait pas de Katniss. En réalité, grâce à sa fille, Charlie se rendait compte que tout n’était peut-être pas perdu et qu’un jour, chacun pourrait peut-être vivre sans avoir peur de dévoiler sa vraie nature. Qu’il pourrait y avoir des jeux pour loups ; des vêtements spéciaux pour Vampires afin qu’ils puissent sortir sans brûler au soleil. La science et les technologies pourraient peut-être évoluer, sans ce que cela se fasse dans l’unique but d’exterminer les créatures surnaturelles.

C’est agréable de t’entendre parler comme ça… Moi ça me donne du courage pour l’avenir. Je pense que la vie pourra être belle et meilleure dans les années à venir. Je pense que les gens finiront par ne plus avoir peur de nos différences. Et je suis sûre que ce sera grâce à des personnes comme toi que les choses changeront.

Charlie vida sa bière, attrapa une nouvelle part de pizza. En regardant sa vie, elle reprenait confiance en cette vie difficile qui s’abattait sur eux depuis la St Patrick.

Bon alors dis-moi, qu’est-ce que tu as envie de faire ? Regarder un film ? Sortir ? Ciné, concert, balade ? Maman allonge les billets, profite en. Quand je serais vieille ça sera à toi de payer pour moi.

Charlie se mit à rire. Il fallait dire qu’elle ne faisait pas son âge, alors qu’elle avait déjà deux cent vingt ans au compteur.


(c) Pando



FAMILY ABOVE ALL
And I was running far away. Would I run off the world someday? Nobody knows, nobody knows. And I was dancing in the rain. I felt alive and I can't complain. But now take me home. Take me home where I belong.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Family Portrait - ft. Katniss

Revenir en haut Aller en bas
Family Portrait - ft. Katniss
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Sky&Elya | family portrait
» Family Portrait -Venise, ITALIE- [R. ♥]
» portrait de personnages illustres
» Portrait chinois
» le portrait de Dorian Gray

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Les Habitations :: Au Centre de Londres :: Chez les Michaels-
Sauter vers: