RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !




Nouveautés les hommes en noirs sont de retour
Soldats d'une unité secrète, qui sont-ils réellement ? Quels sont leurs buts ?
Venez les découvrir !
L'annexe du groupe & les PV's du groupe



Partagez|

We are a pack now - ft. la meute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Charlie Michaels

avatar

Bêta Centre • Alliance



¤ AVATAR : Phoebe Tonkin
¤ CRÉDITS : by lilie
¤ MESSAGES : 247
¤ POINTS : 94
¤ MULTIS : Joanne / Vassily / Ivana / Ashanti
¤ AGE : 220 ans / 30aine physiquement
¤ ZONE LIBRE :
• Membre de l'Alliance depuis 1981, devenue Chefs d'Unités pour en 2018. Charlie possède donc la marque Or de l'organisation sur son poignet droit.
• Elle est mère, en couple, de 4 enfants : 3 loups (Peter 174 ans, Cassiopée 81 ans et Katniss 18 ans) et mère adoptive d'une Sorcière qui travaille pour l'Alliance (Pandora, 26 ans).
• Elle est gérante du pub The Moon Tavern, qui se trouve dans la City.



ChronoLiensFicheMeute Centre
¤ GROUPE : Loup-Garou, nouvelle Alpha de la meute du Centre
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: We are a pack now - ft. la meute Lun 13 Aoû - 20:07

We are a pack now. We are a family. Always and Forever, family above all.


Précédemment.

Charlie a disparu un soir et ce pendant cinq jours. Son retour se fait la nuit de la pleine lune. Durant son absence, prévenu par Cassiopée et Katniss, Kenneth a prit le clan en main avec l'aide de la fille aînée de Charlie. L'appartement de la Louve est devenue une sorte de QG où tous les loups furent les bienvenus. Malgré les recherches entreprises, Charlie resta introuvable.

La Louve devint Alpha durant cette période. Certains des loups de la meute ont certainement pu sentir quelque chose, une sorte de connexion nouvelle mais incompréhensible pour eux.

La pleine lune s'imposant aux Loups, Kenneth prit encore fois les choses en main et dirigea le clan à l'extérieure de la ville, dans le zone de forêt. A leur retour, les lumières dans l'appartement leur annoncèrent le retour de Charlie.

Le clan actuel compte une vingtaine de têtes.





Elle courait, le souffle court, les côtes douloureuses. Elle courait dans les sous-terrains, pieds nus, vêtue de vêtements qui n’étaient pas les siens. Charlie avait quitté Nikolaj dans cet entrepôt situé quelque part dans le Nord de Londres. Heureusement, grâce à son job dans l’Alliance, elle savait se repérer dans les souterrains de la ville, dans les égouts parfois nauséabonds où grouillaient les rats. Mais Charlie se moquait des odeurs, elle se moquait des bestioles, de l’humidité et de la crasse. La seule chose qu’elle voulait à cet instant, c’était de rentrer chez elle, de retrouver ses filles, les serrer dans ses bras. L’espace d’un instant, alors que minuit semblait se rapprocher, Charlie sentit quelque chose d’étrange en elle, stoppant sa course. Ses yeux brillèrent du rouge de l’Alpha et elle les sentit, ses loups, ceux qui en ce moment-même venaient de se transformer pour courir après la Lune. Elle sentit la transformation douloureuse de Katniss, celle de Cassioppée. Mais, n’ayant pas encore prêté allégeance réellement, ses filles ne parvinrent certainement pas à la sentir elle… Ou alors ne pouvaient-elle pas comprendre, ni les autres membres, ce petit truc en plus qui les reliait maintenant. Se remettant de cette émotion étrange, Charlie reprit sa course. Au bout d’un peu plus de deux ou trois de marche, elle se repéra comme étant dans les quartiers de sa zone, au plus proche de son habitation dans le quartier d’Islington. Trempée, sale, blessée, Charlie grimpa à la première échelle venue, poussa la bouche d’égout et se repéra. Par chance, elle n’était qu’à quelques rues de chez elle. C’est en arrivant devant son immeuble qu’elle se rendit compte qu’elle n’avait plus rien : plus de papiers, plus de téléphone, plus de clés. Heureusement, le gardien de l’immeuble la reconnu, un peu effrayé par son état. Il lui proposa d’appeler la police, mais Charlie se voulait rassurante. Rassurez-vous Monsieur Hopkins, tout va bien, j’ai juste hâte de rentrer chez moi. Alors l’homme, en toute discrétion, lui annonça qu’il y avait eu beaucoup de monde chez elle durant ces dernières journées et cela la fit sourire. Oh, évidemment, sourire en de telles circonstances était déplacé, mais elle était heureuse de savoir qu’on s’était réellement inquiété pour elle. Son double des clés en main, Charlie grimpa dans l’ascenseur et regagna le dernier étage où se trouvait son nouvel appartement.

À l’intérieur du logement, le calme régnait. Même la télévision n’était pas allumée en bruit de fond. Rien. Pas âme qui vive. Même si elle s’en était douté, Charlie fut triste de se retrouver seule ici. Elle s’avança, constata les nombreuses boites de pizzas vides, les bouteilles de bières laissées dans la cuisine, le lave-vaisselle plein à craquer. Oui, son appartement avait été vivant et Charlie comprit bien vite que, heureusement, Katniss n’avait pas été seule durant ces journées et nuits d’absence. Attrapant une bière encore fermée, Charlie se dirigea vers sa chambre où les vêtements volés finirent sur le sol. Courbaturée, épuisée, elle vida la bière, grimaçant sous l’effet de l’alcool, son ventre criant clairement pour demander d’être rempli. Mais ce fut à la douche qu’elle se dirigea en premier. Pour retirer le sang, la crasse et l’odeur de la mort qui s’incruste dans mes chairs. L’eau brûlante se mit à couler sur la peau nue et malmenée. Des marques de coups étaient encore bien visibles, des hématomes parcouraient ses côtés et son dos. La lèvre, encore fendue, avait peiné à se rétablir, tout autant que l’arcade sourcilière. Et Charlie se mit à pleurer. Des sanglots, incontrôlables, se mirent à secouer son corps fragilisé. La tension, le stress, la colère qu’elle avait en elle s’échappèrent ainsi, par les larmes roulant sur ses joues, se mêlant à l’eau qui venait purifier son corps. Et elle se mit à se laver, à frotter sa peau jusqu’à la faire rougir, pour retirer les restes de sangs, de chairs et de viscères… Ceux de ses ennemis, de ceux qu’elle avait massacrés sans l’once d’un remords. Elle se lava, trois fois de suite, corps et cheveux. D’ailleurs, lorsqu’elle quitta la douche, lorsque son regard croisa son reflet dans le miroir, Charlie se trouva changée. Alors, sans réfléchir, elle attrapa la paire de ciseau qui traînait dans son tiroir et coupa sa longue crinière sauvage, se retrouvant avec une coupe au carré plus ou moins approximative. Charlie 2.0 dit-elle en souriant à son reflet avant de s’enrouler dans une serviette. Rapidement, elle se sécha, enfila quelques vêtements. Tranquillement, elle se rendit dans la chambre de Katniss, y reconnut l’odeur de ses filles, celle de Kenneth aussi. S’allongeant sur le lit de son enfant, elle s’empara de son oreiller, y fourrant son nez, respirant son parfum qui lui avait tant manqué.

La louve s’assoupit légèrement, bercée par le tic-tac de la montre de sa fille, réconfortée par les odeurs familières.

MAMAN !!

La voix de Katniss retentit dans l’appartement, suivie bientôt par plusieurs autres qui appelaient la Louve. Les lumières allumées dans les pièces ainsi que son odeur prouvaient sa présence ici. Et Charlie se réveilla, douloureuse et amochée, quitta la chambre, pieds nus, cheveux encore légèrement humides. Se stoppant dans son avancée, elle tomba nez à nez avec Katniss qui, les larmes aux yeux, lui sauta dans les bras. Charlie réceptionna sa fille, la serrant contre son cœur, reniflant l’odeur boisée dans ses cheveux. Désolée de ne pas avoir été là pour ta seconde pleine lune ma chérie. Et Katniss pleurait, sanglotant dans les bras de sa mère. Relevant les yeux, elle les vit tous. Cassiopée, Kenneth, Neal, Cara, Ted, Eddy et d’autres encore. Ses loups. Ses fidèles. Charlie pouvait lire dans leurs regards, le soulagement, la peur, l’incompréhension… L’Amour. Je vais dire bonjour aux autres, tu veux bien ? Se délaissant doucement de sa fille, Charlie se dirigea en premier vers Cassiopée, la serrant dans ses bras avec amour. Tous y passèrent, sans aucune exception. Le dernier fut Kenneth, qu’elle embrassa sa gêne.

« Putain Charlie, qu’est-ce qui t’es arrivé ? » Kenneth, imposant par sa carrure, semblait si déphasé, si apaisé de la revoir et à la fois tellement nerveux… Moi aussi j'suis contente de vous revoir Kenneth, dit-elle en souriant. Quelqu’un commande des pizzas ? Je suis certaine que vous avez tous faim après cette pleine lune. Ensuite, on parlera.

À nouveau, Katniss revint vers sa mère, se lovant dans ses bras, incapable de la lâcher. On a eu tellement peur maman. Moi aussi ma chérie, si tu savais.

(c) Pando



FAMILY ABOVE ALL
And I was running far away. Would I run off the world someday? Nobody knows, nobody knows. And I was dancing in the rain. I felt alive and I can't complain. But now take me home. Take me home where I belong.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Neal Doherty

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Ed Westwick
¤ CRÉDITS : (c) ECK (c) miss pie
¤ MESSAGES : 164
¤ POINTS : 48
¤ MULTIS : R.I.P Megan
¤ AGE : 25 ans bientôt
¤ ZONE LIBRE :
- 1m73 | 70kg
- Désespérément célibataire
- Infographiste 3D et webdesigner
- A des marques de lacérations et de piqûres récurrentes sur les avants-bras
- Réincarnation de la Louve Cynan, alpha mineure ayant prêté allégeance à Nalya
- Groupe Sanguin : O-
- Accroc à son iphone + instagram
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/04/2018


MessageSujet: Re: We are a pack now - ft. la meute Lun 13 Aoû - 22:33


T'es venu comme d'habitude au Moon Tavern. Et comme d'habitude, t'es resté dans ton coin, à gribouiller, à boire ton whisky, à croiser des regards parfois, esquisser un sourire, sans oser aller entamer une conversation avec qui que ce soit. Il y a de plus en plus de gens qui te disent bonjour, mais faut dire que ça va bientôt faire deux mois que tu viens presque tous les jours. Peu ont entendu le son de ta voix, mais ton visage et ton odeur, on les connaît, maintenant. Il y a que Cara qui vient s'imposer dans ton périmètre, et Kenneth parfois. Et Charlie, mais la question se pose pas. Et puis il y a Katniss, même si tu la vois principalement en dehors du bar, quand tu l'invites dans ton appart miteux pour jouer à tes consoles, ou que tu squattes un peu chez elle, ou encore quand vous allez vous faire un fast-food bien gras comme elle les aime et qui a au moins le don de caler ton estomac qui crie famine beaucoup trop souvent.

Mais d'habitude, il y a Charlie dans le bar. Et ce jour-là, tu ne l'as pas vue. C'était pas si inquiétant que ça, au départ, mais le lendemain non plus, et t'es à peine entré que la tension palpable t'as hérissé les poils sur le dos, et que t'as senti l'inquiétude te gagner. Bien vite, t'as compris que quelque chose n'allait pas, et le bar a été fermé, à ton grand désarroi, mais t'as squatté l'appart' en contrepartie, un peu pour pas laisser Katniss toute seule - même si elle avait sa soeur, Ken et les autres - et un peu pour pas rester loin des autres loups toi non plus. T'as tellement squatté là que t'as presque fait partie des murs, faut croire, et comme personne t'as demandé de partir, t'es resté. T'as pas dit grand chose à grand monde, mais t'es resté. T'as gribouillé dans ton coin, mais même Cara a pas trop commenté tes croquis cette fois, parce qu'il n'y avait pas vraiment besoin de beaucoup de commentaire : c'est l'inquiétude pour Charlie qui y transparaissait, et ça se passait bien d'étude de texte. Et t'as serré Kat dans tes bras tu sais pas combien de fois, comme si ça pouvait suffire à la rassurer, même si tu sais bien que c'est loin d'être assez.

Toi aussi t'es inquiet, terriblement. La Lune approche, et vous savez rien de ce qui a pu arriver à celle qui vous guide. Et toi qu'a vécu qu'une seule lune, enfin une seule dont t'aies souvenir, tu flippes copieusement à l'idée de traverser ça sans la mère de la jeune fille auprès de toi. T'imagines parfaitement que son ressenti à elle est pire encore.

T'as côtoyé sa grande soeur, Cassiopée, et la chamane, Decima, t'as retenu leurs noms, griffonné leurs visages dans ton coin, mais t'as jamais trop passé le cap de leur parlé. T'observes, tu ressens aussi, autant que tu le peux, mais tu t'immisces pas dans les conversations ni les liens existants. Quand Kat' est avec sa soeur, tu restes dans ton coin, mais ça t'empêche pas de l'accueillir avec un sourire si ce n'est radieux, chaleureux tout au moins quand elle s'approche.

- C'est demain...

Tu sens l'inquiétude dans sa voix, et t'as pas besoin qu'elle en dise plus pour savoir que passer sa deuxième Lune sans sa mère l'angoisse. T'as pas besoin de dire grand chose pour qu'elle sache que t'es dans le même cas qu'elle. Instinctivement, vous avez passé votre première Lune ensemble, parce que c'était une première - ou tout comme - pour tous les deux, et tu sais parfaitement que tu seras près d'elle demain. Mais t'aurais jamais imaginé que ça soit sans sa mère, et plus les heures passent, moins tu vois comment il pourrait en être autrement.


T'as poussé un long cri, comme une plainte, mêlé à celui de Kat', quand vos corps ont muté et que comme la fois précédente, la douleur a enveloppé tout ton être. T'as fait la connaissance de la Chamane pour la peine, mais t'as eu toutes les peines du monde à lui accorder ta confiance, comme t'es méfiant avec tout et tout le monde en permanence. Pourtant tu sais bien que tu devrais le faire, mais t'en es juste incapable, et tu te promets qu'un de ces prochains jours tu prendras le temps de faire réellement connaissance avec elle. Charlie t'a pourtant dit dès le départ que ça pourrait t'aider... Et aujourd'hui, t'en es toujours là, et bordel que tu souffres ! Il t'a fallu quelques instants pour retrouver un souffle normal, sous ta forme de Loup, et le contact du museau de Kat' cherchant à t'apaiser - ou du réconfort ? - un instant avant que tu puisses suivre les autres et courir avec eux, sous le couvert des vieux arbres de cette forêt  que vous avez arpentée déjà la dernière fois.

Et pour un peu, t'en oublierais presque l'absence de Charlie. Presque. Pourtant tu te surprends à la chercher du regard, parfois, mais tu sais bien qu'elle n'est pas là. Tu renifles parfois à la recherche de son odeur, mais tu sais pourtant que ton odorat est pas encore assez aguerri... et qu'elle n'est de toute façon pas là. Et là, d'un coup, tu te retrouves à hurler à la Lune, sans trop savoir pourquoi. T'as le coeur qui saigne, presque, parce que tu la sais loin de vous, et ça te tue. Il y a pas beaucoup de gens dans ta vie, mais elle en fait partie, et t'es mort de trouille à l'idée qu'elle en soit définitivement sortie.


Un autre cri déchirant, et quelques minutes d'hébétement, le temps que la douleur reflue, des larmes plein ton visage. La main de Kenneth sur ton épaule, pour t'inciter, comme les autres, à récupérer tes affaires et grimper en voiture pour prendre le chemin du retour. C'est le petit matin quand vous arrivez à l'appartement de Charlie, que vous avez quitté en groupe la veille, et t'as envie d'un whisky, et d'une tonne de burgers. Un regard à Katniss, que t'embarquerait bien dans un fast-food matinal, mais tu suis le mouvement, comme un automate. T'as encore du mal à revenir à toi-même, et t'as presque l'impression que ta Louve te berce par moment, comme le ronflement du moteur.

- MAMAN !!

La voix de Katniss résonnant dans l'appartement de sort de ta torpeur, et tu réalises que tu te sens soudain plus apaisé que ces derniers jours. T'as pas reconnu son odeur, comme les autres, parce que ton odorat est pas encore assez aguerri, mais tu sens bien que quelque part, tu savais qu'elle était là. Et si les autres s'approchent tandis que Kat' se jette dans les bras de sa mère, toi tu restes en retrait à la regarder, amochée et les cheveux coupée, mais vivante et bel et bien là devant vous. Il y a de nouveau des larmes sur tes joues, de soulagement cette fois.

- Désolée de ne pas avoir été là pour ta seconde pleine lune ma chérie.

T'as croisé un bref instant son regard, avant qu'elle le baisse à nouveau sur sa fille et... et soudain tu te sens de trop. Pas vraiment de la famille, pas membre d'une meute... Tu sais bien qu'ils t'ont tous accueillis à bras ouverts, mais t'as le sentiment de pas être légitime.

- Je vais dire bonjour aux autres, tu veux bien ?

Un autre que toi se serait sans doute approché pour la serrer dans ses bras, mais malgré l'envie de le faire qui te prend aux tripes, t'es resté en retrait. Jusqu'à ce qu'elle vienne à toi, et que tu finisse par murmurer, de façon presque inaudible : je suis content de te revoir. C'est un euphémisme, mais même ces mots-là ont du mal à sortir de ta gorge. Et puis elle a rejoint Kenneth, et t'as détourné le regard, par pudeur.

- Putain Charlie, qu’est-ce qui t’es arrivé ?
- Moi aussi j'suis contente de vous revoir Kenneth. Quelqu’un commande des pizzas ? Je suis certaine que vous avez tous faim après cette pleine lune. Ensuite, on parlera.
- On a eu tellement peur maman.

T'as saisi l'occasion de faire quelque chose pour t'occuper au vol, passant une commande témoignant des habitudes prises ces derniers jours : les pizzas choisies par un peu tout le monde les fois précédentes et celle qu'il te semble te souvenir être la favorite de Charlie en prime rapidement énumérées au téléphone. Et t'as fini par te laisser tomber dans le premier siège à ta portée, tes jambes refusant de te porter davantage de toute façon. Tes doigts tremblent, et t'as besoin d'un verre, définitivement. Mais même si ici, c'est ce qui se rapproche le plus pour toi d'une famille, tu passes pas le cap de le réclamer.
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée Spencer

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Meghan Ory
¤ MESSAGES : 643
¤ POINTS : 21
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: We are a pack now - ft. la meute Mar 14 Aoû - 21:07

5 jours et tout autant de nuits à vivre dans la crainte et l'angoisse, d'abord toute seule lorsque les choses étaient encore plus ou moins gérables et ne semblaient pas encore être si catastrophiques et graves que cela, puis à deux entre sœurs lorsque la tension a commencé doucement mais surement à monter. Enfin...en meute alors que nous n'étions encore qu'un groupe, un clan lorsque les choses sont devenues tout à coup ingérables et si angoissantes que nous n'en serions pas ressortis indemnes si nous avions toutes et tous vécus l'évenement chacun de notre côté. Moi qui ne peux pas cacher le fait d'avoir eu besoin de quelques jours de réfléxion avant de me décidé à enfin rejoindre le clan de ma mère ces derniers jours je n'ai pu que comprendre que j'ai pris la meilleure des décisions lorsque j'ai dis oui et que j'ai fait mes bagages pour migrer au centre de Londres. Vivre à nouveau en groupe me faisait peur après la fin tragique de notre dernière expérience en meute et la peur qu'une telle chose se produise à nouveau ne pouvait que me faire mais une telle réaction n'aurait pas pu exister si j'avais pris le temps de me souvenir à quel point nous nous venons en aide lorsque nous sommes en meute nous autre les loups.

Et cette expérience traumatisante des derniers jours n'a pu que me rappeler cette réalité. Sans le reste de la meute et finalement sans ces personnes que je n'ai pris que trop peu le temps de connaître avant aujourd'hui m'a au moins permis de me souvenir de tout cela. Que serait il advenu de Katniss et moi s'ils n'avaient pas été présents auprès de nous ? Comment aurions nous réussi à se sortir de cette situation ? Oh je ne m'en fais en fait qu'à moitié nous en avons vu d'autre la petite sœur et moi,  ces journées et nuits d'angoisses ne nous auraient sans doute pas tuées mais nous n'en serions pas sorties totalement indemnes surtout qu'elle et moi avons toutes deux été fragilisées par les événements de la saint patrick. Mais n'en parlons plus, n'ayons plus peur de ce qui ne s'est de toute manière pas produit. Les choses se sont déroulées à merveille et tous ensemble nous avons presque réussi à contenir nos angoisses respectives afin de ne pas perdre pied. Oui presque parce que même si je ne l'ai avoué à personne pour ne pas rajouter du stress ou de la déprime à la situation de mon côté j'ai craqué alors que j'avais quitté quelques heures l'appartement familial laissant Katniss aux bons soins de Kenneth, Neal et quelques autres membres de la meute.

J'avais alors appris que Charlie n'était pas la seule à avoir disparu puisqu'alors que j'avais cherché à trouver un peu d'aide du côté de mon ancien amant et toujours client et ami Nikolaj, j'avais au fur et à mesure de mes investigations découvert que lui aussi semblait avoir disparu dans la nature. Ca avait été la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase et pendant toute la route qui me ramenait de chez Jodie, la nouvelle compagne de Nikolaj à l'appartement de ma mère et ma sœur j'ai laissé les larmes couler le long de mes joues autant que possible afin de tarir celles ci pour être d'attaque une fois revenue auprès des miens. Et une fois là bas les choses ont repris leur cours, les repas, les appels, les mots rassurants, les moments d'angoisses, les sursauts d'espoir parfois avant que ceux ci ne soient finalement déçus. Les heures puis les jours passaient alors que notre angoisse ne cessait de grandir et que la pleine lune n'avait de cesse de se rapprocher inévitablement, faisant peur à quelques uns d'entre nous.

Mais nous ne pouvions pas y couper et nous avons donc quitter l'appartement en groupe lorsque le jour à commencer à diminuer doucement nous rendant toutes et tous ensemble dans l'un des lieux que nous avions jugé le plus « sain » pour une telle nuit. Puis la lune a fait son œuvre, nous poussant chacun de notre côté à nous transformer, à laisser nos loups et nos louves prendre le contrôle avec plus ou moins de difficultés pour certains d'entre nous. Neal et ma sœur par exemple ont fait l'objet de mon attention durant les premiers moments après leur transformation, avant que je ne me rende compte que je n'étais pas seule à les surveiller du coin de l'oeil et qu'ils ne s'en sortaient finalement pas trop mal. Enfin rassurée j'ai décidé de profiter de cette nuit pour laisser ma louve s'exprimer pleinement et ainsi tenter de me libérer et nous calmer elle et moi. Et cette lune que je redoutais, cette transformation que je ne pouvais pas m'empêcher d'appréhender m'a finalement fait un bien fou. Une fois nos formes humaines regagnés nous sommes donc enfin rentrés à l'appartement tous animés de l'espoir que les choses aient changées et que le lieu ne soit plus aussi vide que nous l'avions laissé.

Et plus nous nous approchions de notre destination plus cet espoir était grand en moi comme si je sentais quelquechose sans toutefois oser en parler à qui que se soit histoire que cet espoir ne soit déçu que pour moi si je me trompais. Nous sommes rentrés de façon quasi automatique à la maison comme si nous nous étions toutes et tous trouvés en mode pilote automatique, poussant la porte et ne pouvant tous pas nous empêcher d'appeler Charlie de toutes les façons dont nous avons l'habitude de le faire les uns les autre. Et comme un miracle, alors que nous suivons Katniss nous finissons par nous trouver nez à nez avec notre chère disparue qui est à présent face à nous, certes amochée mais bel et bien en vie. Je la laisse retrouver ma petite sœur et rassurer celle ci même si je meurs d'envie de lui sauter au cou moi aussi tandis que je peine à retenir mes larmes. Puis viens enfin mon tour de profiter des retrouvailles, venant serrer ma mère dans mes bras comme si on allait me l'enlever à nouveau tandis que j'en profite pour venir lui glisser quelques mots.

- Je sais que c'est toi la mère responsable qui sais faire les gros yeux et la morale, mais je m'en fout je vais le dire quand même...ne me refait plus jamais ce coup là j'ai cru que j'allais mourir d'inquiétude et que toute la meute allait être entrainée avec moi. Ce n'est pas parce que je n'ai pas d'enfant que c'est à toi de me faire pousser des cheveux blancs hein.

Je n'ai pas pu m'empêcher de tenter de mettre un peu d'humour dans ma phrase, pour me détendre, pour la détendre elle, pour nous détendre tous. Je la laisse tant bien que mal quitter mes bras pour mieux aller se perdre dans ceux des autres dans de nombreuses retrouvailles, sachant bien que nous nous retrouverons certainement bien plus dans quelques jours lorsque tout cela sera retombé. En attendant je cherche à m'occuper, voulant appeler le livreur de pizzas mais pas assez vite puisque Neal s'est déjà saisi de son téléphone tandis que je viens lui glisser quelques mots pour le détendre lui aussi, et oui je suis en mode grande sœur ce matin.

- Tu pourrais presque leur demander de nous faire un prix, je crois qu'on dois être leurs meilleurs clients, l'angoisse c'est bon pour le commerce hein.

Je viens lui ébouriffer les cheveux comme je l'aurais fait avec Katniss, agissant instinctivement sans vraiment tenter de contrôler quoi que ce soit. J'espère que je ne vais pas le déranger ou le gêner et encore moins le faire fuir au quel cas je ferais tout mon possible pour essayer de réparer mon erreur. Mais pour le moment je me décide à me reconcentrer sur Charlie que Katniss ne lâche plus.

- Assied toi maman, je suis certaine que tu en as besoin et pour ce qui est de nous raconter prends ton temps, ça nous intéresse mais tu es là vivante en chair et en os et c'est le plus important, les détails on peut les voir plus tard si tu as besoin de te remettre.

Je sais qu'avec mes mots je ne vais peut être pas mettre tout le monde d'accord certains voulants sans doute savoir tout de suite tout ce qui s'est passé pendant l'absence de Charlie mais tant pis pour le moment c'est elle qui compte et ce même si je ne doute pas qu'elle doit voir dans mon regard se bousculer toutes les questions que j'ai en tête sur son absence et sur celle de Nikolaj aussi alors qu'une part de moi se retient de lui demander au moins si lui aussi est vivant ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Decima L. Giaccherini

avatar

Chamane • meute City



¤ AVATAR : Rose Bertram.
¤ CRÉDITS : (c) Lilie.
¤ MESSAGES : 831
¤ POINTS : 84
¤ AGE : 25 ans.
¤ ZONE LIBRE :
+ Détective au LPD +
+ Agent de l'Alliance +
+ Nécromancienne réincarnée +
+ Chamane de la meute du Centre +
+ A pour animal totem : Mamba Noir +
+ Tutrice de sa petite-soeur de 11 ans +
+ A une tâche de naissance sur le coeur +
+ Maman improvisée +
- Liens -
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: Re: We are a pack now - ft. la meute Mer 15 Aoû - 13:56

C’était un cauchemar. Un cauchemar éveillé. Charlie avait disparu. Et personne ne savait où elle était. Decima avait eu un mauvais pressentiment, comme elle en avait souvent. Depuis qu’elle était au contact des loups, sa magie se développait à vue d’oeil, et ce qu’elle ressentait, ce qu’elle faisait, ce dont elle était capable… Tout était décuplé. Decima avait eu un mauvais pressentiment, mais l’avait balayé d’un revers de main, comme à son habitude. Rien de grave, probablement une fausse impression due à la fatigue, et qui ne voulait rien dire. Entre son travail de flic, les affaires surnaturelles qui s’enchaînaient et dont le dénouement était interminable, et puis la meute, son apprentissage de la magie, et ses problèmes personnels… Elle ne chômait pas. Alors oui, la fatigue, seulement la fatigue, uniquement la fatigue.
Jusqu’à ce que Cassipée et Kenneth finissent par la mettre au courant. Charlie avait disparu. Ce n’était pas juste une impression, ce n’était pas la fatigue, c’était, très probablement, sa nature de chamane qui avait fait ça. Charlie n’était pas encore l’Alpha, ils ne formaient pas « réellement » une meute, mais le fait qu’ils soient en groupe depuis tout ce temps avait suffi. Cela avait suffi à Decima pour ressentir que quelque chose clochait. Et maintenant, elle ne savait plus quoi faire. Où donner de la tête, par quoi commencer. La pleine lune approchait, et si Cassipée tout comme Kenneth pouvaient se débrouiller seuls, elle n’en était pas certaine en ce qui concernait les deux plus jeunes, Neal et Katniss. Et puis… Katniss… Comment allait-elle vivre cette pleine lune sans sa mère à ses côtés ? Decima ne connaissait que trop bien le manque et le vide laissés par l’absence des parents, elle qui n’en avait jamais eu… Et puis, où était Charlie, tout simplement ?

Elle passa les jours et les nuits suivantes à sa recherche. Faire des rondes, essayer de trouver des informations, délaissant toutes les autres affaires en cours. Ce qui importait le plus était la meute. Ce qui importait le plus était Charlie. Et il fallait retrouver Charlie, tout en essayant de donner un semblant de stabilité, même apparente et feinte, aux autres. Ne pas montrer son inquiétude, ne pas montrer son appréhension et chercher Charlie. Decima ne pouvait pas se permettre de laisser paraître son stress, pourtant grandissant à l’approche de la pleine lune. Jamais elle n’avait vécu une pleine lune, encore moins en tant que chamane, censée aider les loups à mieux vivre leurs transformations. Elle n’avait jamais utilisé sa magie dans une telle situation, novice qu’elle était, et l’idée de ne pas être à la hauteur, l’idée que ça puisse dégénérer, ou de se retrouver impuissante face à la souffrance de certains, la terrorisait. Mais elle ne pouvait pas le montrer, elle ne devait surtout pas le laisser filtrer. Joanne lui avait dit d’être confiante, et que tout irait bien. Intuitif, qu’elle saurait quoi faire le moment venu. Et le moment venu, elle fit de son mieux, essayant d’apaiser les uns et les autres, se montrant présente tout en restant suffisamment en retrait pour qu’ils ne se sentent pas étouffés par sa présence. Fort heureusement, pour Neal tout comme Katniss, ceux dont la transformation l’inquiétait le plus, tout se déroula pour le mieux. Et elle les laissa alors partir, restant dans la voiture quant à elle, attendant leur retour. Elle était incapable de rentrer chez elle l’esprit tranquille en les sachant ici. Surtout en les sachant sans Charlie.

Charlie… Quelle ne fut sa surprise lorsqu’elle la retrouva, comme tous les autres, en rentrant à l’appartement. Elle était là. Dans un piteux état, mais elle était là. Et Decima ne se souvenait pas s’être sentie aussi soulagée et heureuse depuis très longtemps. Elle laissa ses filles la saluer, avant de s’avancer vers elle pour la prendre dans ses bras, l’espace de quelques secondes à peine. Elle pouvait déjà voir Katniss guetter du coin de l’oeil le moment où elle pourrait revenir se blottir contre sa mère. « Il t’a fallu cinq jours pour revenir avec une coupe pareille en plus ? » Qu’elle lança sur le ton de la plaisanterie, essayant de détendre l’atmosphère. « Tu nous as fait tellement peur… Ca va ? Tu as mal quelque part ? Tu veux que je te soigne ? » C’était son rôle après tout. Elle relâcha Charlie pour laisser la voie libre à Katniss, s’éloignant pour aller se servir un verre, soufflant un peu. Enfin c’était terminé. Enfin c’était réglé. Du moins, le plus dur était fait. Au passage, elle jeta un coup d’oeil discret à Neal. Bien qu’elle ne le connaissait pas vraiment, elle avait remarqué qu’il était très silencieux, et souvent en retrait. Alors, en plus de son verre, elle en servit un pour lui, qu’elle vint lui tendre en lui adressant un sourire. « Tiens, ça te fera du bien. » Elle l’avait deviné. Habitude de grande-soeur, sûrement. Après avoir grandi dans une fratrie aussi nombreuse que la sienne, bien que fratrie d’adoption, elle avait pris le coup de main. Garder un oeil sur les uns et les autres, même les moins bavards. « Quelqu’un veut boire quelque chose ? » Puisqu’elle en était à faire le barman, autant servir tout le monde d’un coup, histoire de fêter le retour de Charlie.
Revenir en haut Aller en bas
Katniss Michaels

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Danielle Rose Russell
¤ CRÉDITS : noralchemist.
¤ MESSAGES : 28
¤ POINTS : 18
¤ MULTIS : Jenny Hoppe
¤ AGE : 18 ans, apparence 18 ans
¤ GROUPE : meute du centre (Charlie)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/08/2018


MessageSujet: Re: We are a pack now - ft. la meute Mer 15 Aoû - 21:46


--- Cinq jours plutôt ---

La gamine tourne en rond dans l'appartement. Elle a fait un peu de violon avant de comprendre qu'elle n'arrivait à rien tellement elle angoissait. Le repas a été préparé et disposé sur la table en se disant que ça ferait revenir sa mère, comme des fêtards sortirait l'apéro pour attirer leurs potes. Son portable avait déjà envoyé des tas de textos, à Kenneth, à ses employés au bar, à Aaron et à ses sœurs. Ne pas s'inquiéter, Charlie avait probablement pris du retard ou s'était arrêtée quelque part pour faire un truc. Ne pas s'inquiéter. Ils sont drôles les gens, Katniss elle ne sait pas se gérer émotionnellement alors, bien sûr qu'elle panique !

L'adolescente enfile un jogging, enfonce ses écouteurs dans ses oreilles et sort courir. Elle veut arrêter de penser et d'imaginer le pire pourtant, ses pas la traîne sur le trajet qu'aurait pu emprunter sa mère. Espoir inconscient de la retrouver dans les rues de Londres. Rien. Quand elle rentre, c'est pour s'écrouler dans le lit de Charlie, l'avoir près d'elle dans une certaine mesure, le portable en sonnerie juste à côté de son visage. Ne pas s'inquiéter, qu'ils disent.

--- Quatre jours plutôt ---

C'est Pandora et son parrain qu'elle harcèle, parce qu'ils sont de l'Alliance et qu'ils peuvent avoir des informations. Ils doivent en avoir ! Une journée entière à se bouffer les ongles, à faire les cent pas et à voir défiler un tas de personnes dans l'appartement. Beaucoup de personnes s'inquiètent pour Charlie mais, Katniss, elle soupçonne aussi le fait qu'on ne veuille pas la laisser seule. Elle s'emporte quand on lui dit trop souvent que tout va bien se passer, elle chiale quand on lui demande de se rappeler de certains détails. Impression désagréable de ne servir à rien, de ne pas filer d'informations intéressantes et d'être parfaitement inutile quand tout le monde semble s'affairer dans tous les sens.

Katniss apprécie tous les gens qui sont présents, pour certain elle peut même dire qu'elle les aime. Mais là, elle ajuste envie que tous ces gens dégagent de chez elle pour les échanger contre sa mère. C'est d'elle dont elle a besoin, c'est elle qu'elle veut retrouver. Charlie c'est son point de repère, le rocher sur lequel se raccrocher quand elle commence à couler. Charlie ce n'est pas seulement sa mère et son sang, c'est sa bulle d'oxygène qui lui est vitale pour continuer à avancer dans la vie. Katniss n'est pas toujours facile avec sa mère, surtout dans cette période de transition entre l'adolescence et l'âge adulte mais bordel, elle l'aime.

--- Les jours précédents ---

Rien ne va plus. Katniss veut être forte, à l'image de sa mère mais elle ne sait pas comment faire. Elle voudrait que sa mémoire ne lui repasse que les bons moments mais non, au lieu de ça, elle lui repasse les fois où Katniss a été injuste avec Charlie. A chaque fois elle sent ce picotement dans les yeux et, pour éviter de trop pleurer, c'est dans les bras de Neal qu'elle se réfugie. C'est contre lui qu'elle se blottie quand il dessine, quand ils se foutent devant la console pour chercher à faire passer le temps ou réfléchir à autre chose. Sauf qu'il ne faut pas rêver, une console ne lui fait pas oublier que sa mère a disparue.

Le soir, quand elle le peut, c'est dans les bras de Cassiopée ou de Pandora qu'elle dort. Katniss a besoin de sa famille plus que tout quand le membre fondateur est manquant. Elle ferme les yeux en priant alors qu'elle n'est pas croyante. Tout ce qu'elle veut c'est que toute cette histoire ne soit qu'un mauvais rêve, une mauvaise manipulation mentale et que, à son réveil, tout revienne dans l'ordre.

--- Aujourd'hui ---

La lune va se lever. C'est presque ironique de voir comment 5 jours peuvent paraître à la fois trop rapide parce qu'ils rapprochent d'une transformation qui fait angoisser Katniss. Et, en même temps, paraître une éternité à cause de l'inquiétude qu'elle a pour sa mère. L'adolescente ne veut pas quitter l'appartement, elle ne veut pas risquer de manquer le retour de sa mère ou un appel qui pourrait être décisif. Elle hurle, elle crie pour faire comprendre qu'elle ne partira pas de cet appartement. Katniss se cramponne au canapé, à défaut de pouvoir s'y enchaîner pour faire comprendre sa décision.

C'est Kenneth qui arrive à la raisonner pour qu'elle lève ses fesses d'elle-même. Personne n'aura à la traîner de force dans un bout de forêt qu'elle n'a pas envie de voir. C'est qu'elle a la désagréable sensation que tous les regards sont braqués sur elle alors qu'elle se cramponne à la main de Neal. Katniss interprète mal ces regards à cause d'un manque de fatigue. Elle croit que tout le monde la regarde pour la voir échouer alors que, en réalité, on veut juste l'encourager.

Elle hurle la gamine quand l'appel de la lune ne lui laisse pas le choix. Elle déteste la sensation de ses os qui se brisent pour prendre une forme lupine. La transformation s'achève dans un soulagement, soutenue par Neal qui est aussi devenu loup. C'est auprès de lui qu'elle ira courir tout en comptant les minutes qui la séparent de son retour sous forme humaine. Elle veut rentrer chez elle. Ce qui aurait dû être un bon moment pour créer une harmonie avec son loup, se transforme en une éternité d'attente jusqu'à ce que, enfin, la transformation se faire dans l'autre sens. Katniss presse tout le monde pour retrouver l'appartement familial avec l'impression d'avoir loupé quelque chose.

Ce sont les lumières allumées qui la font courir pour pousser la porte en hurlant pour appeler sa mère. Ça ne peut-être qu'elle. Il faut que ce soit elle. Alors, quand elle la voit, Katniss s'en fout de sa coupe de cheveux approximative. Tout lui va, du moment qu'elle est là. La gamine saute dans ses bras, incapable de retenir ses larmes. Étreinte qu'elle trouve bien trop courte mais elle doit bien apprendre à partager... Enfin, pas trop longtemps parce qu'elle finit bien vite par retrouver les bras de sa mère.

« On a eu tellement peur maman. » Elle a eu peur.

Sauf qu'elle comprend bien que tout le monde a envie de profiter un peu de ce retour. Alors elle lâche sa mère une seconde fois alors que Neal s'occupe de commander des pizzas et que Décima finit par lui servir à boire avant de se proposer à jouer les serveuses.

« Moi. » Elle lève sa main bien haut. « S'il te plait. » Elle aussi elle aimerait bien demander une bière ou quelque chose d'autre qu'un jus d'orange. Sauf qu'elle est tellement contente de retrouver sa mère qu'elle a envie d'être la petite fille parfaite. Celle qu'on aura plus jamais envie de laisser. « J'veux bien un verre d'eau. Merci. »

c'est à côté de Neal qu'elle s'écroule, la tête posée sur l'épaule du loup. Sa façon à elle de le remercier pour la présence qu'il a été ces derniers jours, pour le soutien apporté. Et tout ça, sans même avoir besoin de prononcer un seul mot.
Revenir en haut Aller en bas
Kenneth Cash

avatar

Alliance • Loup-Garou •  Bras droit Centre



¤ AVATAR : Brock O'Hurn
¤ CRÉDITS : Muscade
¤ MESSAGES : 29
¤ POINTS : 15
¤ MULTIS : Gallicano G. Fidanza
¤ AGE : Âge Physique: 37 ans, âge réel: 313 ans
¤ GROUPE : Bêta de la Meute du Centre
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/08/2018


MessageSujet: Re: We are a pack now - ft. la meute Ven 17 Aoû - 2:57

"Écoutez-les donc, ces enfants de la nuit. N'est-ce pas la plus belle des musiques... ? " (Enter Shikari → The Last Garrison)We are a  pack nowHorreur, désolation, tristesse...Kenneth affrontait ces différentes émotions comme un cauchemar duquel il était incapable de se réveiller. Charlie...sa Charlie avait disparue, ne laissant aucune trace derrière elle. L'Américain était un excellent traqueur, mais ceux qui étaient à l'origine de la disparition de la belle louve étaient des professionnels du camouflage, de toute évidence. Le géant aurait tant aimé quitter l'appartement de la femme qui ne quittait plus ses pensées obsédantes, mais il ne pouvait pas, car le clan avait besoin de lui...sa famille avait besoin de lui. Oui, ces personnes étaient siens et il ne pouvait pas les laisser à leur triste sort, surtout qu'il avait juré à sa partenaire de l'aider à diriger la famille. Bien qu'il était aussi désoeuvré qu'eux, l'homme intériorisa sa peine, sa colère et sa terreur pour montrer un flegme confiant et s'assurer que chacun avait tout ce dont ils avaient besoin. Lorsqu'il terminait de réconforter le clan et qu'il s'assurait que chacun dormait, il quittait l'appartement de Charlie et parcourait les ruelles et les forêts, à la recherche de son odeur. Il devait la retrouver, pour Cassiopée, Katniss, Neal et même Decima. Ils avaient besoin de leur chef...il avait besoin d'elle. Le manque de la femme était si criant, si urgent...si transcendant que Kenneth ne pouvait s'empêcher de la chercher, même lors des rares minutes où il trouvait le sommeil. Cette sensation de sevrage sembla s'accroître de façon exponentielle plus la pleine lune approchait. Cash voyait la détresse de la petite Katniss qui vivrait sa deuxième pleine lune sans sa mère à ses côtés et il était incapable de la réconforter de façon adéquate. Lui le géant d'acier était aussi seul et perdu qu'un gamin parmi une mer d'étrangers. Pourtant, le soir de la pleine lune, il prit ses responsabilités à deux mains et organisa les troupes avec l'aide de Cassiopée, sans montrer sa crainte face à ce qui les attendaient. Oui, il était le bras droit de Charlie, mais il n'était pas Charlie. Ils n'étaient même pas une meute, il n'aurait aucun ascendant sur les loups qu'ils deviendraient. Il devait seulement compter sur le grand respect que lui vouait les enfants pour avoir l'autorité sur leur volonté d'écouter leurs instincts et partir à la chasse de n'importe quelle bestiole sauvage. Seulement, il s'était inquiété pour rien; la peur de perdre un autre des leurs convainquit tout le monde de rester ensemble, soudé, comme une meute l'était. Kenneth eut un long frisson indescriptible qui lui parcourut l'échine à cette pensée alors qu'ils hurlaient ensemble au clair de lune. Quelque chose d'étrange planait dans cette nuit beaucoup trop magique et mystérieuse pour être complètement normal.



Au moins, leur balade en forêt eut l'avantage de faire oublier aux plus jeunes leur immense tristesse pendant quelques heures. Kenneth veillait sur eux tout en tentant de sentir la présence de Charlie, mais malgré son pressentiment et les petites pulsions éclectiques qui parcouraient ses pattes, jamais la louve n'apparut avec eux. Ce fut épuisé, abattu, mais avec une posture confiante qu'il fit signe au clan de le suivre. Personne ne demanda où ils allaient, la réponse était si évidente : Ils retournaient à l'appartement, tenter de se rappeler que la chef du clan était toujours vivante. Neal et Katniss avaient besoin de soin, de réconfort et de comprendre ce qui venait d'arriver. L'américain n'avait jamais connu la joie d'être père, puisque son propre gamin avait été assassiné alors qu'il n'avait que quelques semaines de vie, mais il espérait être capable de bien soutenir ces enfants. Ils étaient sa famille, même s'ils ignoraient l'ampleur de son sentiment d'appartenance à leur égard. Épuisé, mais décidé de retourner à la recherche de cette obsédante disparue, Kenneth ouvrit doucement la porte de l'appartement et fit entrer les trois petits loups avant lui. Il les regarda se trainer avec fatigue dans cet endroit où les cartons de pizza régnaient en maître avant de fermer les yeux et inspirer profondément. Son odeur, il avait besoin de sentir son odeur chaque fois qu'il entrait dans cet endroit qu'il était le sien... « Charlie? » Murmura-t-il presque silencieusement en ouvrant les yeux brusquement. Ces deux derniers jours, c'était à peine s'il parvenait à trouver son parfum parmi celui de Decima, Katniss, Cassiopée et Neal, mais maintenant...c'était comme si elle était là. Cherchant partout autour de lui, il ne la trouva pas. La fatigue devait sans doute lui jouer un mauvais tour. Il sentit ses épaules s'affaissé sans pouvoir s'en empêcher, incapable de cacher son désappointement aux autres...qui avaient disparu. Se traitant mentalement d'idiot, il se traîna les pieds jusqu'au réfrigérateur et était sur le point de l'ouvrir lorsqu'il entendit le hurlement de Katniss. Maman? Elle avait dit Maman? Retrouvant la force de courir jusqu'à la chambre de la petite louve et s'immobilisa sur le seuil de la porte, incapable de parler face à l'image qu'il avait maintenant devant les yeux. Sa Charlie serrait Katniss dans ses bras tout en s'excusant de ne pas avoir été présente pour sa seconde pleine lune. Chacun passa pour serrer la jeune femme dans leur bras et il fut le dernier à se présenter à elle.



Dévorant son visage du regard, il ne voyait pas les blessures, la fatigue ou l'angoisse; il voyait seulement cette femme forte qu'il avait terriblement eue peur de perdre. Incapable de réfréner ses pulsions qu'il avait trop longtemps bâillonné pour favoriser le bien du clan, il ne put s'empêcher de se saisir de sa partenaire et de l'embrasser avec une passion dévorante et brûlante. Il voulait lui faire sentir que malgré l'assurance qu'il afficherait, il avait eu peur pour elle...il avait eu peur de la perdre. « Putain Charlie, qu'est-ce qui t'es arrivé ? » Eut-il la force de lui dire d'un ton moqueur alors que tout dans sa posture montrait son incertitude et son état d'épuisement avancé. L'homme géant se laissa glisser au sol alors que Charlie demanda à ce que quelqu'un commande une pizza et que Neal s'empressait de répondre à cette demande en se saisissant d'un téléphone. Cassiopée, toujours aussi prévenante, fit asseoir la maintenant-plus-si-disparue Charlie et lui demanda ce qui s'était passé. Toujours assit sur le sol, l'homme à la longue chevelure emmêlé enfonça ses deux mains dans sa tignasse et soupira de fatigue. « Decima...as-tu besoin d'aide? » Proposa-t-il tout de même, étant mal à l'aise de rester auprès de Charlie alors que Katniss, Neal et Cassiopée avaiten besoin de toute son attention. Il l'avait cherché comme un désespéré pendant cinq jours, il pouvait bien attendre quelques heures de plus avant de sentir sa chaleur et son coeur battre contre sa peau...et comprendre l'aura de puissance qu'elle dégageait maintenant.



Il se releva difficilement et chancela légèrement avant de redevenir stable. Il y avait clairement quelque chose qui ne fonctionnait pas avec lui. « Je suis heureux de te voir de retour à la maison, à ta place parmi nous...j'étais...nous étions tous perdus sans toi » Déclara-t-il en direction de la femme qui partageait son lit avant de tenter de quitter la pièce d'un pas digne, à la recherche d'une bière, d'un whisky, de chlorhexidine...bref, de n'importe quoi de buvable contenant une bonne dose d'alcool.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Michaels

avatar

Bêta Centre • Alliance



¤ AVATAR : Phoebe Tonkin
¤ CRÉDITS : by lilie
¤ MESSAGES : 247
¤ POINTS : 94
¤ MULTIS : Joanne / Vassily / Ivana / Ashanti
¤ AGE : 220 ans / 30aine physiquement
¤ ZONE LIBRE :
• Membre de l'Alliance depuis 1981, devenue Chefs d'Unités pour en 2018. Charlie possède donc la marque Or de l'organisation sur son poignet droit.
• Elle est mère, en couple, de 4 enfants : 3 loups (Peter 174 ans, Cassiopée 81 ans et Katniss 18 ans) et mère adoptive d'une Sorcière qui travaille pour l'Alliance (Pandora, 26 ans).
• Elle est gérante du pub The Moon Tavern, qui se trouve dans la City.



ChronoLiensFicheMeute Centre
¤ GROUPE : Loup-Garou, nouvelle Alpha de la meute du Centre
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: Re: We are a pack now - ft. la meute Ven 17 Aoû - 9:51

We are a pack now. We are a family. Always and Forever, family above all.
Cassiopée, Kenneth, Neal, Cara, Ted, Eddy et d’autres encore. Ils étaient là, chacun l’accueillant à sa manière, la serrant contre leurs corps éprouvés par la pleine lune et la fatigue ; par les émotions aussi. Les regards en disaient long, autant sur l’horreur endurée durant son absence que sur le soulagement éprouvé en la voyant. Ils étaient là, souriants, soulagés. Certains, comme Decima eurent même la force de faire quelques blagues, pour détendre l’atmosphère. Charlie avait un peu de mal à réaliser. Assise, elle les observait évoluer dans son appartement. Se rendaient-ils compte qu’ils étaient bien plus qu’un clan ? Qu’ils étaient une famille ? Jamais jusque-là, Charlie ne s’en était aperçue, voyant chacun séparément, les pleine-lune ayant été trop rares ensemble depuis la St-Patrick. En les regardant, elle comprit qu’ils n’auraient pas de mal à former une vraie meute. Elle les observait et avait envie de se perdre dans chacun de leurs bras, de leur dire à quel point elle les aimait. De dire à Cassiopée qu’elle était une femme formidable, dire à Katniss qu’elle était merveilleuse, dire à Neal qu’il avait géré. Elle voulait dire à Kenneth qu'il était bien plus qu'un amant à ses yeux, qu'il était le seul à pouvoir faire battre son coeur ; dire à Decima qu’elle était une Chamane parfaite dans son rôle. Je veux bien… Un truc avec tes plantes, pour soulager un peu, merci. Lui avait-elle tout de même répondu lorsque la jeune Chamane s’était proposée pour la soigner. Oui, Charlie avait mal et, en plus d’un peu d’alcool, des plantes étaient les bienvenues. Assise, elle continuait à les regarder, comme extérieure à cette scène qui se déroulait. Si chacun semblait vouloir l’embrasser, tout le monde s’écartait d’elle, comme pour la laisser respirer. Son regard se perdit sur Katniss, lovée contre Neal, son ami. Puis elle releva les yeux vers Cassiopée. Cassie, il faut prévenir Pandora. Dis lui que je vais bien, qu’elle peut venir si elle veut. Car Pandora n’était pas là. La jeune Sorcière était peut-être à l’Alliance, à travailler de manière compulsive pour oublier ses craintes loin de sa mère adoptive. Malheureusement, elle ne parvint à se libérer, jurant de venir voir sa mère dans la journée.

Les pizzas furent commandées, les boissons furent servies. Katniss demanda un verre d’eau, ce qui fit sourire Charlie. Je crois que tu as le droit à un peu plus fort ce soir, ma chérie. Finalement, la louve se retrouva avec un verre d’alcool à la main, installée dans l’un des fauteuils. Ptite question … Est-ce que vous payez tous un loyer ? Parce que j’crois que vous avez bien profité ici en mon absence ! Charlie s’essayait à l’humour, faisant d’ailleurs rire Eddy de son rire gras. Une gorgée d’alcool fut avalée. La louve attendit que tout le monde soit de retour autour d’elle pour prendre la parole à nouveau, se raclant légèrement la gorge.

Je vous dirais bien que j’ai eu honte de rentrer après une coupe de cheveux un peu approximative … Mais ce n’est pas le cas. Certains le savent peut-être, mais j’ai disparu en même temps que Nikolaj Keegan, l’alpha du Nord. Son regard se tourna alors vers Cassiopée, sans jugement, juste maternelle. Nous allons bien, tous les deux. L’un ne s’en serait pas sortit vivant sans l’autre. Il fallait qu’elle rassure sa fille. Si elle ne savait pas quelle était encore aujourd’hui la relation entre sa fille ainée et Nikolaj, elle se doutait qu’elle avait besoin d’avoir de ses nouvelles à lui aussi. Je ne vais pas vous raconter en détail ce qui s’est passé, mais en gros, des Vampires censé être géré par Calista Ives nous sont tombés dessus, un vrai guet-apens. Ils voulaient prendre le dessus sur le Nord et le Centre, obtenir plus de terrain… Ils ont menacé mes filles. Et quand on me connaît, on sait que c’est une grossière erreur de faire ça. Elle souriait, regardant ses filles avec un regard plein d’amour et de fierté. Ils étaient bien armés, beaucoup d’argent, ce qui a empêché nos loups de prendre le dessus et de cicatriser. On a pas mal morflé, je l’avoue. Mais il n’en reste plus un seul, au moment où je vous parle, pour en témoigner. Nikolaj a été plus qu’efficace. On peut critiquer cet Alpha autant qu’on voudra, mais sans lui je ne serai certainement plus là aujourd’hui. La Louve n’était pas avare en compliment, même pour Nikolaj.

La partie la plus simple venait d’être dévoilée. Difficile de reprendre la parole, il fallait bien l’avouer, mais Charlie devait le faire.

Je sais que vous êtes tous épuisés, éreintés par cette pleine lune et ma disparition. Alors, je vais faire au plus vite pour vous expliquer certaines choses… Je ne sais pas si certains d’entre vous, on ressentit quelque chose de particulier cette nuit...

Son regard se tourna vers ses louves, vers Kenneth, ceux avec qui le lien était le plus fort. Alors elle ferma les yeux, sa respiration devint un peu plus rauque, laissant la louve remonter à l’orée de sa conscience, prendre suffisamment de place pour que, lorsque ses yeux se rouvrir, la teinte rouge de l’Alpha se mit à briller dans son regard. À en voir la tête de l’assemblée en face d’elle, la surprise était de taille.

Vous devriez voir vos têtes… Je vous jure que ça mériterais une photo, dit-elle en riant, se tenant ses côtes douloureuses, son regard redevenant normal. Surprise … je suis Alpha. Je vais vous épargner les détails, encore une fois, mais Nikolaj a réussi à faire ressortir ça en moi. Et il a pris cher pour ça le pauvre. Mais voilà… Je suis Alpha. Apte à être chef de meute. J’ai envie de dire : qui m’aime me suive… Mais je ne forcerais personne  et personne n'a de réponse à donner aujourd'hui. Vous serez tous et toutes toujours importants à mes yeux, ma famille. Mais s’en est fini du clan de solitaires, fini de ceux dont on se moque parce qu’ils ne sont pas une meute. Sans s’en rendre compte, Charlie se releva, regard un à un ses loups. Je me suis battue pour vous, pour notre sécurité, pour notre territoire. Je veux être l’Alpha que vous méritez d’avoir. Je veux vous guider, vous protéger.

- Oh putain que oui !

C’était Cara, la belle tatoueuse qui venait de lâcher ça de manière très spontanée, s’étonnant elle-même, faisant rire à nouveau Charlie.

- Pardon … j’veux dire… Évidemment que je te suis Charlie. T’es mon Alpha. Tu l’as toujours été !

Et la magie prit place, fragile, délicate. Charlie sentit déjà le lien se faire et le regard de Cara se mit à briller d’une teinte blanche.

Ding-dong... les pizzas étaient là. Arrivant un peu pour sauver le moment, pour détendre les choses.


(c) Pando



FAMILY ABOVE ALL
And I was running far away. Would I run off the world someday? Nobody knows, nobody knows. And I was dancing in the rain. I felt alive and I can't complain. But now take me home. Take me home where I belong.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Neal Doherty

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Ed Westwick
¤ CRÉDITS : (c) ECK (c) miss pie
¤ MESSAGES : 164
¤ POINTS : 48
¤ MULTIS : R.I.P Megan
¤ AGE : 25 ans bientôt
¤ ZONE LIBRE :
- 1m73 | 70kg
- Désespérément célibataire
- Infographiste 3D et webdesigner
- A des marques de lacérations et de piqûres récurrentes sur les avants-bras
- Réincarnation de la Louve Cynan, alpha mineure ayant prêté allégeance à Nalya
- Groupe Sanguin : O-
- Accroc à son iphone + instagram
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/04/2018


MessageSujet: Re: We are a pack now - ft. la meute Dim 19 Aoû - 17:06


La distinction entre une meute, un clan, un groupe, c'est assez flou pour toi. Peut-être que dans ton esprit, tu fais déjà partie de sa meute. Peut-être que dans celui de Cynan, elle retrouvera sans doute un jour les siens, ou se recréera une meute, mais qu'elle sera toujours liée à celle de Charlie, qu'elle voit déjà comme une alpha. Toi tout ce que tu sais, c'est que tu les vois comme une famille, les autres loups, le reste, c'est des nuances qui te parlent pas. Pourtant tu le ressens, ce lien entre vous. Parce que t'as jamais été proche de grand monde, et que là, il y a réellement quelque chose. Tu serais pas resté auprès de Katniss et sa soeur, si c'était pas le cas, même sans rien dire ou faire d'extraordinaire, juste pour être présent, pour prendre la petite dans tes bras tout en griffonnant, ou pour détourner vos pensées sombres à tous les deux dans des jeux vidéos bruyants.

T'aurais pas trouvé la présence de Kenneth si rassurante, si c'était pas le cas, comme on se raccroche à une image paternelle, même s'il se doute pas forcément de ce qu'il représente pour toi, et que t'es loin d'imaginer la réciproque. T'aurais pas trouvé le regard bienveillant de Cassiopée et Decima, aussi, lorsque la petite et toi, vous avez lutté pour vous transformer, quand la Lune a commencé à monter. T'as eu le coeur en vrac en la voyant hurler pour pas quitter l'appartement, t'aurais voulu trouver les mots pour l'apaiser, mais t'en étais tout bonnement incapable. C'est Kenneth qui l'a raisonnée, et toi t'es resté tout proche, sans rien dire, au cas où, sur le trajet comme dans la forêt. Sa main a trouvé la tienne, elle s'y est cramponnée, et tu l'as serrée en retour, pour manifester ta présence. T'es pas sûr de pouvoir faire grand chose de mieux, mais t'es là, c'est ce que tu voulais manifester. Après tout, vous êtes dans la même galère, tous les deux, et c'est le même cri qui s'est échappé de vos gorges quand la Lune a opéré et vous a transformés. Et c'est auprès d'elle que t'es resté toute la nuit, et encore sur le chemin du retour.


- Charlie?

T'as pas senti avant tout le monde qu'elle était là, tu l'as pas vue tout de suite non plus. Pourtant il y avait quelque chose au fond de toi. Mais tu sais pas t'écouter à ce point, tu sais pas l'écouter encore, comme il faut. Cynan devait sentir quelque chose, parce qu'à bien y réfléchir, t'avais cette sensation diffuse et inexplicable, mais t'as mis ça sur le compte de l'après-lune. Et t'es tellement soulagé de la voir ! Mais tu dis rien, comme d'habitude, tu sais même pas trop bien lui montrer comme t'es heureux qu'elle soit revenue, tu restes dans ton coin, les yeux brillants, et la laisses embrasser tout le monde. Mais tu la quittes difficilement du regard, comme si tu craignais qu'elle disparaisse à nouveau, si elle s'effaçait un seul instant de ton champ de vision.

- Putain Charlie, qu'est-ce qui t'es arrivé ?
- On a eu tellement peur maman.
- Il t’a fallu cinq jours pour revenir avec une coupe pareille en plus ? Tu nous as fait tellement peur… Ca va ? Tu as mal quelque part ? Tu veux que je te soigne ?
- Je veux bien… Un truc avec tes plantes, pour soulager un peu, merci.

Toi tu sers à rien, et t'es pas de la famille. Alors tu dis rien. Mais bon sang que t'as flippé toi aussi !

- Je sais que c'est toi la mère responsable qui sait faire les gros yeux et la morale, mais je m'en fous je vais le dire quand même... ne me refais plus jamais ce coup-là j'ai cru que j'allais mourir d'inquiétude et que toute la meute allait être entrainée avec moi. Ce n'est pas parce que je n'ai pas d'enfant que c'est à toi de me faire pousser des cheveux blancs hein.

La meute.

Il y a Cynan qui valide dans ton esprit, mais toi tu te sens juste pas légitime d'avoir été aussi inquiet de sa disparition et soulagé qu'elle soit de retour. Cassiopée en a tous les droits, c'est sa fille. Katniss aussi, d'autant plus vu son jeune âge. Mais toi... toi...

Toi, faut que tu t'occupes ou tu vas tourner barge, et tu profites de la perche tendue en appelant le livreur de pizzas. Tu sursautes cependant à l'approche de Cassiopée, tu t'attendais pas à ce qu'on vienne vers toi, tu t'attends jamais à ce qu'on vienne vers toi.

- Tu pourrais presque leur demander de nous faire un prix, je crois qu'on doit être leurs meilleurs clients, l'angoisse c'est bon pour le commerce hein.

T'esquisses un sourire comme elle ébouriffe tes cheveux. T'es un gamin à ses yeux, à leurs yeux à tous, et tu le sais bien. Mais ce geste, il te fait un bien fou.

- Assieds-toi maman, je suis certaine que tu en as besoin et pour ce qui est de nous raconter prends ton temps, ça nous intéresse mais tu es là vivante en chair et en os et c'est le plus important, les détails on peut les voir plus tard si tu as besoin de te remettre.
- Cassie, il faut prévenir Pandora. Dis lui que je vais bien, qu’elle peut venir si elle veut.

Une deuxième maman. C'est comme ça que tu la vois à cet instant, Cassiopée. Tout comme ça fait quelques temps maintenant que tu vois le visage de Charlie quand tu penses à ce que c'est qu'une maman.
Toi qu'en as plus depuis longtemps, ou en tout cas c'est tout comme.

Un verre apparaît sous ton nez, comme si on avait lu dans tes pensées, et tu lèves le regard vers la chamane. Tu sais qu'elle a veillé sur Katniss et toi pendant la transformation, tu sais pas l'expliquer, mais c'est comme si tu l'avais ressenti. Et t'esquisses un sourire.

- Tiens, ça te fera du bien.
- T'as pas idée...

Il t'en faudrait plus qu'un, mais tu gardes ça pour toi, la laisses proposer à boire aux autres.

- Quelqu’un veut boire quelque chose ?
- Moi. S'il te plait. J'veux bien un verre d'eau. Merci.

Elle est venue s'écrouler près de toi, et tu passes instinctivement le bras autour de ses épaules. Tu peux pas t'empêcher de songer qu'elle a bien mérité un peu plus qu'un verre d'eau, mais t'es pas un bon exemple à suivre avec tes addictions, et si ta première idée a été de lui proposer ton verre, tu te retiens tant que t'as pas l'avis de sa mère sur le sujet.

- Je crois que tu as le droit à un peu plus fort ce soir, ma chérie.

T'esquisses un sourire, te lèves finalement en prenant soin de rassurer la petite d'un regard - non tu ne l'abandonnes pas - pour aller lui chercher une bière.

- Decima... as-tu besoin d'aide?

Il prend sur lui. Tu le vois, tu le sens, tu le sais. Et tu sais pas quoi faire pour le soulager.

- Je suis heureux de te voir de retour à la maison, à ta place parmi nous... j'étais... nous étions tous perdus sans toi.

Il s'est levé et dirigé vers la cuisine, et tu fronces les sourcils. T'as même pas encore touché à ton verre, et t'as presque l'impression qu'il en a encore plus besoin que toi. Alors tu le rejoins, lui colles ton verre intact dans les mains et t'empares sans rien dire de deux bières que tu décapsules pour en tendre une à Katniss quand tu reviens t'installer près d'elle. Le contact de la jeune louve te fait du bien, t'as le sentiment de pas être complètement isolé, différent des autres quand t'es avec elle, parce que vous vous comprenez plus que vous pouvez le dire.

- Ptite question … Est-ce que vous payez tous un loyer ? Parce que j’crois que vous avez bien profité ici en mon absence !

Le rire d'Eddy retentit dans la pièce, toi tu te sens rougir, un peu embarrassé. C'est vrai que t'as squatté ici presque non stop depuis qu'elle a disparu. Tu t'es même pas posé la question, et t'as beau savoir que c'est une blague, dans les faits tu lui devrais presque une semaine d'hébergement et t'en es gêné. T'as tellement été tout le temps là que tu sais où trouver une bière, un whisky, un verre, un décapsuleur, des couverts... Comme si t'étais chez toi.

Mais la gêne, elle change d'objet quand Charlie reprend la parole. Parce que tu sens bien où elle va en venir.

- Je vous dirais bien que j’ai eu honte de rentrer après une coupe de cheveux un peu approximative … Mais ce n’est pas le cas. Certains le savent peut-être, mais j’ai disparu en même temps que Nikolaj Keegan, l’alpha du Nord.

Tu l'écoutes avec la plus grande attention, et une appréhension certaine aussi. Elle est pas revenue indemne, tu le vois bien, et t'aimes pas l'idée que quelqu'un ait pu vouloir lui faire du mal. Cynan encore moins que toi.

- Nous allons bien, tous les deux. L’un ne s’en serait pas sortit vivant sans l’autre. Je ne vais pas vous raconter en détail ce qui s’est passé, mais en gros, des Vampires censés être gérés par Calista Ives nous sont tombés dessus, un vrai guet-apens. Ils voulaient prendre le dessus sur le Nord et le Centre, obtenir plus de terrain… Ils ont menacé mes filles. Et quand on me connaît, on sait que c’est une grossière erreur de faire ça.

Elle sourit. Toi tu resserres un peu ton étreinte autour des épaules de Kat'. Tu ressentirais une pointe de jalousie, à voir comment une vraie mère défend ses enfants becs et ongles, toi qu'as été abandonné par la tienne, mais t'apprécies trop les filles autour de toi pour leur en vouloir pour ça.

- Ils étaient bien armés, beaucoup d’argent, ce qui a empêché nos loups de prendre le dessus et de cicatriser. On a pas mal morflé, je l’avoue. Mais il n’en reste plus un seul, au moment où je vous parle, pour en témoigner. Nikolaj a été plus qu’efficace. On peut critiquer cet Alpha autant qu’on voudra, mais sans lui je ne serai certainement plus là aujourd’hui.

Tu sais rien ou presque de l'alpha du Nord, mais à cet instant, il a toute ta sympathie. Sans lui, Charlie ne serait plus là. Ca peut être le pire des connards, rien que pour ça, tu pourras jamais totalement lui en vouloir, tu le sais.

- Je sais que vous êtes tous épuisés, éreintés par cette pleine lune et ma disparition. Alors, je vais faire au plus vite pour vous expliquer certaines choses… Je ne sais pas si certains d’entre vous, ont ressenti quelque chose de particulier cette nuit...

Tu fronces les sourcils. Tu sens bien que Cynan essaie de se manifester, mais t'es incapable de savoir pourquoi, de comprendre où elle veut en venir, et ça te fait mal. Tu sens tes doigts trembler, sur ta bière, comme elle tente de se faire comprendre, et tu en bois une gorgée pour te donner contenance, et, peut-être, éviter à Kat' de le ressentir. Et puis Charlie s'est tue, et ses yeux ont pris une teinte rouge qui fait d'autant plus réagir la Louve en toi.

Alpha.

T'as pas tous les tenants et les aboutissants des meutes en tête, mais tu sais ce que ça veut dire. Et ça réveille ta Louve, instinctivement.

- Vous devriez voir vos têtes… Je vous jure que ça mériterait une photo. Surprise … je suis Alpha. Je vais vous épargner les détails, encore une fois, mais Nikolaj a réussi à faire ressortir ça en moi. Et il a pris cher pour ça le pauvre. Mais voilà… Je suis Alpha. Apte à être chef de meute. J’ai envie de dire : qui m’aime me suive… Mais je ne forcerai personne et personne n'a de réponse à donner aujourd'hui. Vous serez tous et toutes toujours importants à mes yeux, ma famille. Mais s’en est fini du clan de solitaires, fini de ceux dont on se moque parce qu’ils ne sont pas une meute. Je me suis battue pour vous, pour notre sécurité, pour notre territoire. Je veux être l’Alpha que vous méritez d’avoir. Je veux vous guider, vous protéger.

Elle avait pas encore fini de parler que t'avais la bouche ouverte, tu t'étais redressé sur ton siège, te détachant légèrement de Katniss sans pour autant rompre complètement le contact avec elle. Mais les mots te manquent, et t'as pas eu le temps de réagir que...

- Oh putain que oui !

T'as ri. T'es pas le type le plus expansif du monde, mais le naturel de Cara t'as toujours fait du bien, et à cet instant plus que d'ordinaire, peut-être.

- Pardon… j’veux dire… Évidemment que je te suis Charlie. T’es mon Alpha. Tu l’as toujours été !
- Tu m'ôtes les mots de la bouche...

T'es pas du genre à vraiment te mettre en avant, et tu sens les regards sur toi, ce qui te met pas très à l'aise, mais t'es plus déterminé que jamais quand ton regard croise celui de Charlie. Tu sens que quelque chose n'est pas comme avant, tu sens Cynan au fond de ton esprit, différemment de ce que t'as l'habitude de ressentir, même si t'as aucune idée de comment le définir.

Ding-dong...
Les pizzas sont arrivées et comme t'as été préposé à leur commande tout à l'heure, tu te lèves automatiquement, presque d'un bond, pour aller les chercher. Mais t'es loin d'imaginer ce que tout ça implique pour toi et pour ta Louve.
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée Spencer

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Meghan Ory
¤ MESSAGES : 643
¤ POINTS : 21
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/01/2018


MessageSujet: Re: We are a pack now - ft. la meute Dim 19 Aoû - 21:28

Les retrouvailles qu'est ce que ça fait du bien et l'angoisse qui s'en va presque d'un seul coup aussi. Enfin pas sûre qu'elle s'en aille totalement cette saleté du moins pas aussi vite qu'elle n'est venue et pas sans nous laisser tous grogys une fois que la situation sera pleinement revenue à la normale. Mais je sent déjà que je vais mieux et cette peur que j'avais en laissant ma louve s'effacer à la fin de la nuit, cette peur que l'humaine ne soit pas aussi forte que la louve et laisse l'angoisse reprendre totalement le contrôle de la situation semble avoir disparut. A présent plus rien d'autre ne compte que le moment présent, que le fait d'être là, ici, maintenant avec eux...avec tous ces gens qui ont été prêt de moi durant ces dernières heures, ces heures d'angoisses. Ces personnes que je considère à présent comme une véritable famille alors que je ne connaissais certains que de vue avant la disparition de Charlie. Ces gens que j'ai qualifié de meute en m'incluant avec eux sans même m'en rendre compte lorsque j'ai ouvert la bouche pour m'adresser enfin à nouveau à ma petite maman autrement qu'à travers son foutu répondeur. Tiens d'ailleurs il faudra que je lui dise de le vider celui là si elle veut encore pouvoir avoir des messages vocaux...

Je suis si bien et si contente de la retrouver que j'en ai oublié Pandora qui pourtant est passé quelques fois nous voir et partager notre angoisse, en coup de vent toujours surement pour mieux aller se perdre dans le travail à l'alliance afin de ne pas céder à la panique. Oui je l'ai oublié et je m'en veut presque instantanément lorsque notre mère me demande d'appeler ma sœur adoptive pour qu'elle nous rejoigne ce que je fais sans attendre après avoir pris le temps de remercier Charlie de m'avoir fait remarqué mon oubli. Je compose le numéro et en moins de temps qu'il ne faut pour le dire voilà que j'ai ma sorcière de sœur à l'autre bout du fil, preuve qu'elle a dû sauter sur son téléphone aussi vite que nous l'aurions certainement tous fait à sa place. Tout aussi vite qu'elle m'a répondu voilà que je me lance dans un monologue histoire de lui expliquer la situation en gros et de lui dire de ramener ses fesses parmi nous.

- Coucou soeurette...tu sais quoi ? On va pouvoir arrêter de se demander combien ça coute des séances chez le psy en groupe, maman vient enfin de rentrer à la maison et en un seul morceau en plus.Du coup comme on tous réunis vu qu'on revenait de notre sortie pleine lune entre loups tu viens quand tu veux, ordre de Charlie....Ah ok ben écoute prends ton temps pour finir et viens dès que tu pourra.

La plupart des gens a certainement entendu la conversation mais comme je ne suis pas certaine que tout le monde ai été bien attentif je décide de procéder à une petite session de rattrapage revenant au beau milieu de l'agitation avant de venir m'adresser à ma mère mais aussi finalement à toute l'assemblée.

- Mademoiselle Pandora est occupée et ne peut pas se libérer pour le moment mais elle embrasse tout le monde et toi doublement maman et elle passera dès que possible dans la journée.

Et voilà une bonne chose de faite, une erreur de réparer, à présent je peux me concentrer à nouveau pleinement sur le moment présent et sur les gens autou de moi mais aussi et surtout sur notre chère disparue revenue parmi nous. Comme tous les autres je veux tout savoir mais je ne veux pas brusquer qui que se soit, surtout pas ma mère alors je lui laisse le temps, lui disant d'ailleurs qu'elle ne doit pas se presser pour qui que se soit, me mentant ainsi à moi même. Parce qu'une part de moi a envie qu'elle se presse pour venir me donner des nouvelles de quelqu'un d'autre, d'un quelqu'un qui je l'espère était auprès d'elle durant ce qu'elle a subit. Sans ces nouvelles une part de moi ne parvient pas à laisser filer l'angoisse la gardant bien prisonnière dans un coin de mon être. Mais je ne peux pas la forcer à me donner des nouvelles de Nikolaj alors que je ne sais même pas si elle en a ni même si elle sait pour lui et moi. Alors pour le moment je laisse le temps passer un peu et saute sur l'occasion que m'offre Decima de tenter d’apaiser mon angoisse avec le boisson.

- Avec plaisir Decima mets moi ce que tu veux tant que c'est un minimum fort je crois que ça me fera du bien.

Je veux oublier certes mais on va quand même éviter de passer pour l'alcoolo de service. Se reconcentrer sur les autres, sur les gens présents et en bonne santé autour de moi, sur leur aura bienveillante sur les mots qui sont prononcés autour de moi. Ma mère qui fait de l'humour, Eddy dont le rire empli la pièce et me procure une sorte de bouffée d'oxygène supplémentaire. Puis enfin le récit de ces fameuses journées et nuits d'absence commence. Me voilà alors suspendue aux lèvres de ma mère afin non seulement d'en savoir plus sur ce qui lui est arrivé mais aussi d'avoir des nouvelles rassurantes. Fort heureusement pour moi et pour ce qu'il me reste de santé mentale après toute l'angoisse subie celles ci ne tarde pas à venir. Charlie confirme ce dont je me doutais, elle et Nikolaj étaient ensemble durant leurs absences respectives, mais aussi et surtout elle m'apprends qu'il va bien du moins tout aussi bien qu'elle, qu'il est sauf. Je ne peux alors pas m'empêcher d'emmetre un petit soupir de soulagement tout en venant lui adresser à demi mot presque dans un souffle un petit :

- Merci

Elle va sans doute être la seule à comprendre, les autres ne sachant pas quel lien nous unissait l'alpha du nord et moi. Ils vont d'ailleurs sans doute se poser des questions mais je m'en fiche pas mal. J'avais besoin de la remercier pour cette nouvelle mais pas que, je voulais lui dire merci également pour ce jugement qu'elle n'emet pas à mon propos pour le moment, pour ce regard maternel qu'elle pose sur moi en cet instant, pour tout... Je n'ai plus de raison d'angoisser mais voilà que d'un seul coup, comme si l'angoisse partant d'un seul coup était difficilement supportable, mes jambes semblent me lâcher sans que je ne finisse à terre, la belle Cara venant me rattraper au vol pour m'aider à me poser sur une chaise toute proche. Pour la discrétion on repassera Cassie mais finalement lorsque les mots continuent d'être déroulés et que nous en arrivons au moment de la grande nouvelle je suis bien contente d'être déjà assise alors que je dois faire une tronche sacrément drôle ou pathétique comme tous les autres d'ailleurs, ce qui ne manque pas de faire rire la matriarche. Alors la voilà Alpha, nous voilà meute ou presque puisqu'il ne nous restera plus qu'à prêter allégeance à celle qui nous a défendu et désire nous guider et qui l'a certainement fait à plus d'un titre durant ces jours et ces nuits où elle se trouvait loin de nous. Je suis fière d'elle, fière qu'elle s'en sorte si bien après ce qu'elle a vécu, fière de ce qu'elle est devenue aussi. Et au passage je suis fière de Nikolaj au point que si Charlie me fait tout de même un jour la morale sur la relation que j'ai entretenue avec lui je pourrais lui rappeler que le mauvais garçon que j'avais pour amant n'était pas si méchant et nul que ça. D'ailleurs je ne lui en veut presque plus à celui là maintenant que je connais Jodie et que je sais tout ce qu'il a fait pour moi, pour ma mère, pour les miens, il faudra que j'aille le lui dire un de ces jours avant de le sortir de derrière les barreaux une nouvelle fois.

Mais ce n'est pas le plus important, non, ce qui compte c'est notre alpha et ce qui va suivre, ce qui va se passer maintenant que tout est dit, que la grande nouvelle est annoncée. Les premières voix s'élèvent, Cara, Neal...tous deux suivent Charlie en quelques mots, puis le livreur de pizza vient nous couper dans notre élan offrant au jeune ami de ma sœur une échappatoire qui l'arrange bien, lui qui ne semble pas aimer être mis en avant. J'attends qu'il revienne à nos côtés et decide de me lancer  à mon tour voulant que la belle alchimie du moment perdure tout en désirant balayer d'un revers de la main au plus vite les doutes que pourrais avoir ma mère quand à mon engagement auprès d'elle et d'eux tous, moi qui me suis bien souvent montrée réticente à la vie en meute ces dernières années.

- Tu sais a quel point j'étais méfiante quant au fait de rejoindre une meute à nouveau après ce qui nous est arrivé la dernière fois. Mais aujourd'hui après les jours et les nuits d'angoisse que nous venons de vivre tous ensembles durant ton absence je ne me verrais pas ailleurs qu'avec tous ces gens pour vivre les moments difficiles de nos existences à tous. Et toi...je ne verrais pas meilleure alpha pour veiller sur nous, nous rassembler, faire de nous une véritable famille. Alors oui maman je te suis et pas parce que je suis ta fille mais bien parce que j'en ai envie et parce que je crois qu'aucun autre choix ne serait le bon.

Et oui une Cassie qui détresse et qui se laisse aller dans une envolée pleine de bon sentiments ça donne ça et avant qu'on ne tombe dans le mélo et les pleurs je décide de mettre une nouvelle petite pointe d'humour dans tout ça histoire de relancer une atmosphère plus détendue.

- Par contre si mon alpha pouvait aller chez le coiffeur avant de se mettre à nous diriger ça serait sympa, elle est sympa ta coupe mais tu ne ferais pas fortune dans la coiffure petite maman.

Bon les gens à vous maintenant je crois que si je continue je vais dire des conneries alors autant laisser les autres s'exprimer histoire de ne pas être la seule à dire des conneries ou des trucs à faire pleurer dans les chaumières. D'ailleurs pour bien leur faire comprendre que je leur laisse la place je viens aider Neal, allant l'aider à ouvrir les cartons de pizzas pour que tout le monde puisse venir se servir et se rassasier comme il se doit.
Revenir en haut Aller en bas
Decima L. Giaccherini

avatar

Chamane • meute City



¤ AVATAR : Rose Bertram.
¤ CRÉDITS : (c) Lilie.
¤ MESSAGES : 831
¤ POINTS : 84
¤ AGE : 25 ans.
¤ ZONE LIBRE :
+ Détective au LPD +
+ Agent de l'Alliance +
+ Nécromancienne réincarnée +
+ Chamane de la meute du Centre +
+ A pour animal totem : Mamba Noir +
+ Tutrice de sa petite-soeur de 11 ans +
+ A une tâche de naissance sur le coeur +
+ Maman improvisée +
- Liens -
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: Re: We are a pack now - ft. la meute Ven 24 Aoû - 1:43

Pour Decima, ce n’était pas simple. Rien n’était simple, dans le fait d’être en meute. Parce qu’elle n’y était pas habituée. Parce qu’elle n’avait jamais vécu ainsi. Parce qu’elle ne savait pas, en fait. Elle ne savait vraiment pas. Charlie était son amie, et elle avait promis d’être à ses côtés. Katniss, Cassiopée, Pandora… Elle les connaissait bien, parce qu’elles étaient souvent à la maison lorsqu’elle venait voir Charlie, et qu’elle ramenait avec elle Linda, sa petite-soeur. Elles étaient un peu sa famille « miniature », famille d’adoption, mais depuis, la famille s’était agrandie. Elle s’était agrandie avec beaucoup d’autres loups. Qu’elle connaissait, soit assez bien, soit de vue, mais voilà le problème : tous des loups. Elle était la seule chamane, elle était la seule « non-louve » et… Et même si son rôle était primordial dans la meute, elle peinait encore à trouver sa place. Elle peinait à trouver sa place parce qu’elle n’en avait jamais eu une dans une meute, jamais une avant maintenant. Elle n’avait jamais fait partie d’une meute, encore moins en tant que chamane. Alors elle tâtonnait. Elle ne savait pas quoi faire. Elle n’osait pas trop s’imposer, notamment lors de la pleine lune, par exemple. Ils semblaient tous partager quelque chose d’incroyable, mais elle avait l’impression de ne pas pouvoir la partager avec eux. Pas de la même manière. Et… Non pas que ça la dérangeait, elle ne savait simplement pas comment faire, ou quoi faire. Probablement que cela viendrait avec le temps. Assurément même. Ce n’était qu’une question de temps. De temps, pour trouver sa place, la consolider, s’habituer. Joanne lui avait dit que tout viendrait à qui sait attendre, intuitivement. Decima peinait encore, mais oui, ça viendrait. Alors Decima essayait de faire comme elle le pouvait, en attendant que ça vienne.

Elle faisait ce qu’elle pouvait, à son niveau, comme par exemple proposer à Charlie de la soigner. De la soigner avec des herbes, quelque chose qu’elle savait faire depuis peu. Ou peut-être depuis toujours. Les herbes, la belle les connaissait d’instinct, ne restait qu’à être rodée en fait. Alors tout en allant servir de l’alcool aux autres membres de la meute, elle commença à préparer une sorte d’infusion pour Charlie, avec les herbes qu’elle avait pris pour la pleine lune, afin de soigner les membres de la meute, au cas où. Fort heureusement, elle n’en avait pas eu besoin, tout s’étant bien passé. Tous étaient éprouvés psychologiquement, mais pas physiquement. Pas trop, du moins.
Elle avait tendu un verre à Neal. Peut-être par instinct de chamane, ou celui de grande-soeur, bien qu’ils avaient sensiblement le même âge, par expérience qui sait… Elle avait senti qu’il y avait une certaine fragilité chez le jeune loup, qui se fondait le plus possible dans la masse. Alors elle essayait, à sa manière, de l’aider comme elle le pouvait. A aller mieux, à être plus à l’aise. Lui montrer qu’il faisait partie intégrante de la meute, au travers de cet acte si banal, puis de lui montrer tout court qu’il existait. Au tour de Katniss maintenant, qui demandait un verre d’eau. Chose qui fit rire Decima, d’ailleurs. C’était presque mignon, elle n’osait rien d’autre que de l’eau, alors qu’elle buvait probablement pire en soirée. Decima aussi avait été adolescente, un jour. « Une bière pour Katniss alors ? Et de la vodka pour toi Cass ! » Rien de trop fort, et qui passait facilement pour la cadette. Aussitôt dit, aussitôt fait, puisque Neal qui était aux petits soins vint en chercher une pour elle. Kenneth vint proposer à Decima de l’aide, et elle hocha la tête, le laissant prendre la relève pour aller terminer quant à elle la petite infusion pour Charlie, le temps que les pizzas arrivent. « Je te laisse faire le barman à ma place, ma mission de chamane d’une très haute importance m’attend. » Qu’elle lança au loup sur le ton de la plaisanterie. Ce n’était rien de sorcier, mais elle se sentait utile, en faisant de telles choses. Sauf qu’elle dut bien s’arrêter dans le processus parce que… Parce que Charlie. Quelque chose était en train de se passer. Tout le long, elle avait écouté ses explications, avant de se retourner juste à temps pour entrevoir ses yeux rouges. Elle était l’Alpha. Elle était désormais Alpha, de la meute. Qui m’aime me suive. Mais Decima le lui avait promis, qu’elle la suivrait, quoi qu’il arrive. Et ça ne changerait pas. Alors qu’elle revenait avec le verre, elle le lui tendit, un sourire confiant sur les lèvres. « Je t’ai promis que je resterai à tes côtés quoi qu’il arrive. Ca ne changera pas. Que serait une Alpha sans sa chamane, hein ? Par contre, Cass a raison, je ne peux pas être la chamane d’une Alpha aussi mal coiffée. Il n’y en a qu’une seule qui peut avoir une crinière à la place d’une coiffure ici et c’est moi, car de base mes cheveux sont indomptables. Toi, Charlie, tu n’as aucune excuse. » Elle rit un peu, s’amusant à ébouriffer ses cheveux, avant d’aller s’asseoir pour prendre une part de pizza. « C’est tellement bon, je pourrais en manger tous les jours. Servez vous, allez allez, avant que ça refroidisse ! » Elle avança le carton vers les autres. La meute. C’était étrange, tellement étrange, mais plus ça allait, plus… Plus elle se sentait incroyablement bien, dans ce petit microcosme. Elle n’avait encore jamais su jusqu’ici que c’était si agréable d’être dans une meute.
Revenir en haut Aller en bas
Katniss Michaels

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Danielle Rose Russell
¤ CRÉDITS : noralchemist.
¤ MESSAGES : 28
¤ POINTS : 18
¤ MULTIS : Jenny Hoppe
¤ AGE : 18 ans, apparence 18 ans
¤ GROUPE : meute du centre (Charlie)
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/08/2018


MessageSujet: Re: We are a pack now - ft. la meute Ven 24 Aoû - 2:22

Elle devrait se lever, aider, bouger, prendre des choses à distribuer à chacun. Elle devrait faire autre chose que de se blottir contre Neal. Elle devrait montrer qu'elle peut faire des choses et qu'elle est aussi forte que tout le monde. Elle devrait... Être un peu plus comme Charlie. Mais, Katniss ne l'est pas. Elle a besoin de laisser la pression redescendre. Besoin de se mettre en pause et prendre pleinement conscience du retour de sa mère. Besoin que son cerveau comprenne que, enfin, elle peut respirer. Le seul moment où elle bouge, c'est pour laisser passer un regard inquiet quand Neal se relève. Il rassure l'adolescente sans avoir besoin de prononcer le moindre mot et, elle se renfonce dans le canapé. Une bière, ce n'est pas si mal. C'est un bon début.

La jeune louve à l'impression de regarder la scène de loin. L'appartement est devenu une sorte de fourmilière ou chacun prend son rôle : l'infusion à préparer, les pizzas à commander et récupérer, les bières à sortir, les cheveux à Charlie à critiquer avec humour. Katniss regarde tout le monde. Quelque chose cloche sans qu'elle n'arrive à savoir quoi. Quelque chose n'est pas comme d'habitude. Quelque chose à changer et, Katniss, ce n'est pas une grande adepte du changement. C'est Charlie qui décide de prendre la parole pour donner des informations alors que, de son coté, Kat retrouve sa bulle de sécurité avec Neal. Charlie elle explique pour Nikolaj, qui fait encore un bond en avant dans l'estime de la gamine. Il a aider sa mère à s'en sortir, il y a de quoi le remercier encore et encore. Katniss se tend soudainement quand elle voit sa sœur perdre pied, prête à bondir pour l'aider. Comme à son habitude, la louve n'est pas assez rapide. Toujours un train de retard sur les autres. Cara est la plus rapide. Assez d'émotions forte pour les 15 ans à venir, s'il vous plaît. Katniss ne pas y survivre sinon.

Cassiopée à l'air d'aller bien. Les nerfs qui se relâchent, sûrement. Alors l'adolescente continue d'écouter sa mère donner des explications. Et l'explication tombe enfin dans le reflet de ses yeux rouges. Alpha. Et quand des voix s'exclament pour assurer à Charlie qu'ils vont la suivre dans cette meute, Katniss se ratatine un peu dans le canapé. Elle a toujours été une louve, même si elle en retard sur tout. Elle a toujours eu une famille avec des louves, sauf pour Pandora – ce qui ne change rien à l'amour qu'elle lui porte. Kat n'a jamais vécu en meute parce que, à ce qu'il se disait, la famille est importante et qu'on peut vivre sans meute du moment qu'on est là les uns pour les autres. C'est peut-être égoïste et pas réfléchit comme façon de penser mais, si le clan devient une meute alors le clan devient la famille. Ils le sont déjà plus ou moins mais, là, c'est quelque chose d'officiel. Comment elle fait pour trouver sa place là-dedans ? Comment elle doit partager sa mère quand cette dernière continue de prendre des responsabilités ?

Elle boit dans sa bière. Elle boit pour refouler ce rejet de la meute qui monte en elle. Faut qu'elle arrête de réagir sur des émotions, il faut qu'elle regarde la situation avec plus de recul et de manière plus raisonnée. Elle en est incapable. C'est au tour de Cassiopée d'accepter, sous prétexte que les jours qui viennent de passer prouvent que Charlie est l'Alpha qui faut à tout le monde. Dans le fond, elle est d'accord avec sa sœur mais elle n'arrive pas à faire émerger cette idée. Charlie, alpha ? Faut vraiment qu'on reparle de tous les alphas qui ont disparus lors de la Saint-Patrick ? Et si ce n'était qu'un début, ça veut dire que tout le monde trouve logique que Charlie est encore plus de dangers sur le dos ? Katniss, elle ne le peut pas. Elle ne voit que la peur et l'angoisse que peut porter ce nouveau statut sur Charlie. Sur sa mère !

Decima suit le mouvement et Katniss se lève. Direction la cuisine pour se mettre un peu plus à l'écart parce qu'elle ne dira pas, parce qu'il est hors de question qu'elle accepte ça. Elle sait bien que ça ne change rien, que ça laissera Charlie Alpha mais c'est plus fort qu'elle. Qu'ils se jettent tous sur les pizzas pendant qu'elles sont chaudes, elle s'en tape. Elle aurait bien été prendre l'air si elle n'avait pas besoin de se rassurer en ayant sa mère dans son champ de vision. Plus envie de la quitter du regard, plus une seule seconde. Surtout maintenant que c'est une alpha. Et c'est Nikolaj qui l'a aidé à faire ressortir ce statut ? Finalement, il perd des points le gars du nord de Londres. Une action qu'il aurait pu retenir. Et, bordel, elles sont passées ou les bouteilles de whisky ? Tant pis pour l'image de la petite fille sage !
Revenir en haut Aller en bas
Kenneth Cash

avatar

Alliance • Loup-Garou •  Bras droit Centre



¤ AVATAR : Brock O'Hurn
¤ CRÉDITS : Muscade
¤ MESSAGES : 29
¤ POINTS : 15
¤ MULTIS : Gallicano G. Fidanza
¤ AGE : Âge Physique: 37 ans, âge réel: 313 ans
¤ GROUPE : Bêta de la Meute du Centre
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 15/08/2018


MessageSujet: Re: We are a pack now - ft. la meute Ven 24 Aoû - 12:40

"Écoutez-les donc, ces enfants de la nuit. N'est-ce pas la plus belle des musiques... ? " (Enter Shikari → The Last Garrison)We are a  pack nowLa peur était quelque chose qui rapprochait les gens beaucoup plus que la joie et les événements heureux. Pourquoi fallait-il passer par les tremblements, la terreur, l'angoisse et les larmes pour se rapprocher et espérer un peu de bonheur? Kenneth venait de passer ces cinq derniers jours à tenter de garder le calme au sein du clan, à apaiser les tremblements incessants de chaque membre et à chercher comme un fou celle que son coeur réclamait avec urgence lorsque finalement tous les petits s'endormaient au bout de leurs tristesse. Oui, il avait pris la décision d'accaparer l'appartement de celle qui avait été leur chef, mais c'était simplement parce que l'odeur encore présente de la louve rassurait les gamins...ainsi que lui-même. Maintenant, elle était là, encerclée de sa famille à expliquer par quelles sortes d'épreuves qu'elle était passée...il se sentait seul. Seul et avec une impression de vide infini qui lui emplissait ses veines. Pourtant, il était plus qu'heureux de la voir! Il en était si heureux qu'il pensait que son être allait se désintégrer de bonheur, mais si malheureux parce qu'elle venait de lui échapper à jamais. Elle était une Alpha, elle transformait leur clan en une meute qui serait soudée plus que jamais et il n'y aurait certainement plus sa place. Souriant tristement en tentant de ne pas grogner son désarroi face à cette fatalité qui lui tombait sur les épaules, Kenneth observa une dernière fois la sublime femme qui souriait en consolant ses filles avant de suivre Decima et Neal dans la cuisine. Il était évident que la femme voulait réconforter les autres, mais il était aussi évident que le gamin qui s'était donné comme mission de commander les pizzas n'allait pas bien. Seulement, il ne se laissa pas approcher outre mesure avant de retourner vers le salon, le laissant seul avec son verre et sa solitude. « Eh bien, ça aura été agréable le temps que ça aura durée » grogna-t-il à lui-même, incapable pourtant de penser un mot de ce qu'il venait de dire.



Il ne pouvait pas se résoudre à laisser ces gens qui étaient devenus sa famille derrière lui, mais il savait déjà que sa conscience et son loup n'accepterait jamais de devenir ordinaire aux yeux de cette femme qu'il adorait plus que tout. Lentement, le Texan sortit de la cuisine sans pourtant rejoindre les autres aux salons et les écouta prêter doucement allégeance à cette si charismatique louve courageuse, bien que terriblement coiffé. D'abord, il y eu d'abord l'exubérante Cara qui accepta Charlie comme chef sans aucun problème et avec son langage si coloré. Ensuite, le timide et renfermé Neal surpris tout le monde en s'engageant aussi joyeusement. Kenneth eu un sourire attendrit face à ce jeune homme qui apprenait lentement à faire confiance aux gens du clan. Il était bon qu'il apprenne à ainsi s'ouvrir aux autres, il aurait plus confiance en lui lors de sa prochaine transformation. Cassiopée donna également son appui à la nouvelle Alpha, venant ainsi grossir ses troupes tout en plaisantant sur la coiffure de Charlie. Oui, ses cheveux auréolaient de façon désordonnés et sauvages son harmonieux visage, mais c'était ce qui lui convenait le plus. La tempête correspondait plus à sa louve que la force tranquille. Le regard toujours aussi triste et empli de nostalgie, Cash regarda Katniss se tendre de plus en plus alors que Decima approuvait toutes cette cérémonie, affirmant qu'elle serait toujours présente pour la Meute. Les pizzas arrivèrent et tous se ruèrent sur la nourriture. Personne ne semblait remarquer son absence ou l'état de panique de la petite louve qui venait de vivre sa deuxième pleine lune. Comme pour confirmer les observations du géant Américain, il vit celle qu'il considérait comme sa fille se diriger vers la cuisine, là où il les observait. Oui, il comprenait sa peine et sa terreur, il pouvait sentir tous les questionnements...il avait les mêmes. Il sortit un peu plus de la cuisine pour faire connaître sa présence à la toute nouvelle meute qui se formait et leva l'une de ses énormes mains en direction de Charlie. « Reste avec ta meute, je me charge de rassurer ta fille » Dit-il simplement, le regard triste, alors que tous devaient s'attendre à son serment d'allégeance. Non, il ne ferait pas son serment ce soir et peut-être même jamais. Il ne voulait pas devenir un parmi les autres. La perspective de perdre la femme lui avait fait comprendre la totale ampleur de ses sentiments. Il était plus qu'attaché à celle avec qui il partageait une parfaite harmonie charnelle...c'était plus fort, de l'amour...



De son pas lourd, il alla rejoindre la petite louve qui semblait avoir besoin de quelque chose de plus fort que l'eau ou la bière. Il la regarda tristement chercher et la saisit dans ses bras pour la serrer contre lui. « Ma petite louve, ta mère est là et elle va bien. Tu peux te reposer, prendre le temps de reprendre ta respiration...de pleurer. Peu importe ta décision, ta mère restera ta mère et t'aimera même si tu ne te joins pas à sa meute » Lui murmura-t-il doucement en lui caressant doucement la joue de sa grosse patte. Il pouvait comprendre la peur du rejet, il la vivait en ce moment même, mais il fit passer Katniss avant sa propre terreur. Katniss passerait toujours avant lui, peu importe la situation. « Un Alpha existe pour protéger sa Meute, mais une meute existe pour protéger son Alpha. Les événements de la St-Patrick ont certainement décimés nos frères et soeurs, mais Charlie a quelque chose qu'ils ne possédaient pas; sa meute est sa famille. Ne laisse pas ta peur contrôler ta vie et t'empêcher de connaître le bonheur d'une telle unité, ma petite peste » Continua-t-il doucement de lui susurrer, tentant d'apaiser les craintes les plus profondes de la pauvre gamine. Il faisait attention de bien choisir ses mots, de ne jamais s'inclure dans les pronoms qu'il utilisait. Il ne faisait pas partie de cette meute, c'était son clan, mais pas sa meute. Pas s'il devait dire adieu à Charlie pour y entrer. « Tu sais, lorsque j'étais dans mon ancienne meute...j'ai vécu des moments merveilleux. C'est une unité qui respire, qui bouge et qui vit dans un seul souffle. C'est...indescriptible comme sensation, mais la chose qui est sûre c'est que tu sentiras toujours les battements de coeur de ta mère, de tes soeurs, de Neal, Cara et d'Eddy juste ici... » Rajouta-t-il en posant son index à l'endroit où était situé le coeur de la jeune femme avant de terminer : « ...et ainsi, tu sauras toujours si ta mère ou les autres ont besoin de toi. Ça sera ta plus belle confirmation de la sécurité de chacun des membres auxquels tu tiens ».Il était conscient que tous ceux du salon avait entendu ses propos, sa voix portait loin même lorsqu'il murmurait. Il ferma les yeux face aux paroles qu'il venait de prononcer et qui sonnait étrangement comme un au revoir.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Michaels

avatar

Bêta Centre • Alliance



¤ AVATAR : Phoebe Tonkin
¤ CRÉDITS : by lilie
¤ MESSAGES : 247
¤ POINTS : 94
¤ MULTIS : Joanne / Vassily / Ivana / Ashanti
¤ AGE : 220 ans / 30aine physiquement
¤ ZONE LIBRE :
• Membre de l'Alliance depuis 1981, devenue Chefs d'Unités pour en 2018. Charlie possède donc la marque Or de l'organisation sur son poignet droit.
• Elle est mère, en couple, de 4 enfants : 3 loups (Peter 174 ans, Cassiopée 81 ans et Katniss 18 ans) et mère adoptive d'une Sorcière qui travaille pour l'Alliance (Pandora, 26 ans).
• Elle est gérante du pub The Moon Tavern, qui se trouve dans la City.



ChronoLiensFicheMeute Centre
¤ GROUPE : Loup-Garou, nouvelle Alpha de la meute du Centre
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: Re: We are a pack now - ft. la meute Ven 24 Aoû - 18:03

We are a pack now. We are a family. Always and Forever, family above all.

La surprise était de taille, bien évidemment. Et comme souvent, Charlie n’était pas la plus douée pour annoncer les choses importantes. Elle était un peu maladroite, ne choisissait pas toujours les bons moments, bien que celui-ci lui semblait le plus approprié, après les journées et les nuits d’angoisses ; après la souffrance et les larmes. Chacun avait réagit, à sa manière, au récit de Charlie. Cassiopée avait été bien évidemment plus que soulagée, autant de revoir sa mère vivante que de savoir Nikolaj en vie. Et pour la mère, il lui avait semblé important de le lui dire, de soulager l’esprit de son enfant. Cassiopée qui, d’ailleurs, pour le plus grand plaisir de sa mère, accepta de rejoindre la meute. Malgré la méfiance et les craintes, malgré leur passé commun en matière de meute, sa fille acceptait de la suivre et Charlie soupira de soulagement, sentant une nouvelle fois la connexion se faire avant d’exploser de rire au sujet des nouvelles remarques sur ses cheveux. Je pensais vraiment que vous alliez trouver ça sexy, dit-elle surtout en regardant Kenneth… Quelque chose clochait, elle le sentait. L’homme qu’elle aimait fuyait et elle ne pouvait pas le retenir. Pas comme ça, pas ici, pas après tous les scénarios qu’elle s’était imaginé. Pas avec cette peur, qui lui rongeait les tripes. Merci ma chérie, dit-elle à Cassiopée. Je sais à quel point tu as pu douter et à quel point nous en avons souffert par le passé. Merci de me faire confiance et de me suivre. Car Cassiopée avait longtemps douté avant de rejoindre le clan, elle fut donc surprise de la voir si facilement accepter de rejoindre la meute. Mais elle en était tellement heureuse et soulagée. Mais pendant ce temps, si Kenneth semblait mal, Katniss semblait l’être aussi.

Bientôt, Eddy et Ted prêtèrent à leur tour allégeance à la nouvelle Alpha. Les pizzas arrivaient et commençaient à circuler autant que l’alcool donc personne ne semblait pouvoir se passer, pas même ses filles. Decima arriva finalement avec un verre contenant certainement quelques plantes magique. Charlie le vida, d’une traite, prouvant ainsi la confiance qu’elle avait en sa Chamane qui, à son tour, promettait de rester à ses côtés. Je pensais vraiment que les yeux rouges auraient plus d’effets que ma nouvelle coupe… Merci Decima. En effet, une Alpha n’est rien sans sa Chamane préférée. Et puis au moins, on débute toutes les deux là-dedans. Une part de pizza fut attrapée, un peu d’alcool fut avalé. La meute se connectait, le lien naissait entre eux et Charlie pouvait sentir cette force, ce lien, bien qu’encore fébrile. Mais il était là, il existait, s’étendant d’un individu à l’autre, les connectant à elle, les connectant entre eux. C’est à cet instant que Katniss quitta le canapé. Charlie voulut se lever, mais Kenneth, de sa grosse voix rassurante, lui annonça qu’il s’en occupait. Doucement, elle lui souffla un merci. Qu’est-ce que je ferai sans toi hein ? Dans le salon, tous parlaient, certains riaient aux blagues de Ted et d’Eddy. Les parts de pizzas semblaient partir à la vitesse de la lumière et Charlie, épuisée, éreintée, observait tout ce petit monde… L’inquiétude la rongeait. Deux loups manquaient à l’appel : Katniss et Kenneth, les deux seuls à ne pas avoir prêté allégeance. Deux des personnes les plus importantes à ses yeux… Et puis, au milieu des rires, les loups captèrent les mots de Kenneth. Ceux qu’il avait pour la fille de Charlie, ceux dits pour la réconforter. Si certains continuaient à parler, d’autres écoutèrent. Les larmes montèrent aux yeux de Charlie. Si certains étaient touchés par les mots du loup, par ce comportement paternel, Charlie y voyait autre chose. Son cœur se serrait dans sa poitrine, lourdement.

Lorsqu’il termina, Charlie se releva doucement, posant son verre d’alcool et sa part de pizza sur la table. D’un pas encore un peu douloureux, elle alla rejoindre le géant et sa fille qui se lovait contre lui.

Personne n’a à me prêter allégeance aujourd’hui même. Personne n’a à le faire tout court, pas même mes propres enfants. Ma chérie, je respecterais toujours tes choix, quel qu’ils soient. Mais saches qu’avant d’être Alpha, je serais toujours ta mère. Tu seras toujours ma priorité, toi et tes sœurs. Kenneth a raison, la meute est une grande famille et le lien qui unis les loups d’une meute est terriblement puissant, grisant même. Mais le lien d’une mère et de ses enfants l’est encore plus et jamais nous ne perdrons ça. Personne ne prendra ta place.

Dans un geste incertain, Charlie alla caresser le bras de loup, celui de sa fille.

Prenez le temps qu’il vous faut pour réfléchir… Votre décision ne changera rien à mes sentiments pour vous.

Mais la Louve était bien incapable de dire au loup qu’elle l’aimait et cela lui tordait le ventre. Un baiser fut déposé dans les cheveux de sa fille avant qu’elle n’aille cueillir les lèvres du mâle. Un baiser avec un arrière-goût de trop peu… Quelque chose clochait. Mais elle ne parvenait pas à dire quoi.

Je vous remercie, tous et toutes, d’avoir été là, de me faire confiance. Je sais que Kenneth et Cassiopée ont du jouer un rôle très important dans la tenue du clan et que vous avez tous été là pour veiller sur Katniss. C’est ça aussi une meute, une famille, des amis. Je sais que vous êtes tous épuisée et je crois qu’on a tous besoin d’une bonne nuit de sommeil. Je suis fière de vous, de vous tous.

Charlie les regarda, l’un après l’autre, terminant par Katniss et Kenneth. Pouvait-il sentir cet amour qu’elle lui portait ? Ou était-elle trop handicapée des sentiments pour lui montrer qu’elle tenait sincèrement à lui ?

Si ça ne vous dérange pas, je pense qu’on va terminer les pizzas et que vous pourrez rentrer chez vous… Je vais vous avouer que j’ai bien besoin de repos et je crois que ma plus jeune fille a besoin de sa mère. En tout cas moi j’en ai bien besoin, dit-elle en souriant.

Ted se leva et s’approcha du trio avant d’enlacer Charlie

Tu m’as manqué Boss… et t’as raison, ta ptite a besoin de toi. Et puis c’est pas pour dire, mais j’ai ton bar à faire tourner moi. Prends ton temps pour revenir. Repose toi.
Merci Ted, j’vais finir par t’augmenter toi, tu bosses bien.

Ils riaient ensemble et puis finalement, Ted pris congés, saluant tout le monde, remerciant Kenneth d’avoir pris les choses en main.


(c) Pando




Note : je pense qu'on va se diriger vers la fin du sujet, inutile d'en faire trop, tous ont besoin de repos et Charlie a besoin de se retrouver seule avec Katniss ^^



FAMILY ABOVE ALL
And I was running far away. Would I run off the world someday? Nobody knows, nobody knows. And I was dancing in the rain. I felt alive and I can't complain. But now take me home. Take me home where I belong.




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Neal Doherty

avatar

Loup • meute Centre



¤ AVATAR : Ed Westwick
¤ CRÉDITS : (c) ECK (c) miss pie
¤ MESSAGES : 164
¤ POINTS : 48
¤ MULTIS : R.I.P Megan
¤ AGE : 25 ans bientôt
¤ ZONE LIBRE :
- 1m73 | 70kg
- Désespérément célibataire
- Infographiste 3D et webdesigner
- A des marques de lacérations et de piqûres récurrentes sur les avants-bras
- Réincarnation de la Louve Cynan, alpha mineure ayant prêté allégeance à Nalya
- Groupe Sanguin : O-
- Accroc à son iphone + instagram
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/04/2018


MessageSujet: Re: We are a pack now - ft. la meute Dim 16 Sep - 18:27


T'es là, au milieu de cette meute à laquelle t'aurais jamais cru pouvoir appartenir ne serait-ce que quelques jours auparavant, et t'es paumé, perdu entre les sensations approbatrices de ta Louve, la retombée de stress, l'amour, clairement, qui te lie à la petite Louve qui s'est lovée contre toi - fraternel, certes, mais amour tout de même, et si t'es pas tellement capable de le dire, t'es tout à fait conscient que tu le ressens - et cette putain d'impression de ne pas être légitime dans ce besoin d'appartenance et ce lien qui se crée qui te colle éternellement au corps. T'observes les allées et venues de tout un chacun, et tu peux pas t'empêcher de songer que Charlie, Cassiopée, Katniss - et Kenneth aussi - sont déjà une famille et que t'as pas à t'imposer parmi eux. Que même si tu viens de prêter allégeance - et tu sais pas trop si c'est normal que ta Louve, pourtant alpha à l'origine, le fasse aussi naturellement - t'as cette idée que tu en fais moins partie que les autres, de cette meute. Moins que Ted et Eddy qui ont toujours été aux côtés de Charlie. Moins que Cara dont la présence est presque aussi naturelle que celle des Micheals/Spencer à tes yeux. Moins que Decima dont le rôle de Chamane lui assure une place presque inévitable. Et toi... Toi t'as rien de si légitime, au fond, quoi que Cynan puisse grogner au fond de ton esprit.

T'as tout suivi comme extérieur à la scène ou presque, parce que tu te poses toujours en retrait, et tu réalises à peine que Katniss se pose de la même manière que toi, tant vos naturels concordent. T'as entendu Cassiopée appeler leur soeur, accepter un verre des mains de Decima, Charlie tenter de faire de l'humour et Eddy se laisser aller à son rire envahissant. T'as accepté le verre de la chamane à ton tour, plus reconnaissant que t'es capable de lui dire. Ton esprit a enregistré quelque part tout le discours de Charlie, ne serait-ce que parce que c'était ce que ta Louve attendait depuis le départ, mais t'as pris part à rien, parce que comme d'habitude, tu te sentais pas légitime de le faire.

Sauf de soutenir Katniss comme tu le pouvais, et de coller ton verre dans les mains de Kenneth.

Et la meute s'est créée, son existence avérée par les yeux rouges de Charlie et l'allégeance initiale de Cara, suivie de la tienne. Tu te surprends toi-même à te montrer si affirmatif en prêtant allégeance, mais tu doutes pas une seconde que ça vienne en grande partie de ta Louve. Mais pas que... qu'elle suggère dans ton esprit, et tu restes perplexe tandis que les autres prennent le relais.

- Tu sais a quel point j'étais méfiante quant au fait de rejoindre une meute à nouveau après ce qui nous est arrivé la dernière fois. Mais aujourd'hui après les jours et les nuits d'angoisse que nous venons de vivre tous ensembles durant ton absence je ne me verrais pas ailleurs qu'avec tous ces gens pour vivre les moments difficiles de nos existences à tous. Et toi...je ne verrais pas meilleure alpha pour veiller sur nous, nous rassembler, faire de nous une véritable famille. Alors oui maman je te suis et pas parce que je suis ta fille mais bien parce que j'en ai envie et parce que je crois qu'aucun autre choix ne serait le bon. Par contre si mon alpha pouvait aller chez le coiffeur avant de se mettre à nous diriger ça serait sympa, elle est sympa ta coupe mais tu ne ferais pas fortune dans la coiffure petite maman.
- Je t’ai promis que je resterai à tes côtés quoi qu’il arrive. Ca ne changera pas. Que serait une Alpha sans sa chamane, hein ? Par contre, Cass a raison, je ne peux pas être la chamane d’une Alpha aussi mal coiffée. Il n’y en a qu’une seule qui peut avoir une crinière à la place d’une coiffure ici et c’est moi, car de base mes cheveux sont indomptables. Toi, Charlie, tu n’as aucune excuse.

Tu t'attendrais à voir Katniss faire de même, mais tu la sens plus distante encore à cet instant, ratatinée dans le fauteuil alors que tu t'es avancé pour prêté allégeance, puis levé pour récupérer les boîtes de pizzas. Et puis tu la vois prendre la direction de la cuisine, et l'inquiétude s'infiltre dans ton coeur. T'as les bras chargés des pizzas que tu ramènes à tout le monde, mais tu voudrais presque tout laisser tomber pour aller rejoindre la jeune fille. Tu te retrouves immobile à pas savoir quoi faire, et c'est Kenneth qui s'élance à la suite de Kat'.

- Reste avec ta meute, je me charge de rassurer ta fille.

Dans d'autres circonstances, t'aurais renchéri à l'exclamation de la chamane concernant les pizzas, mais à cet instant, tu l'as entendue que de très loin.

- C’est tellement bon, je pourrais en manger tous les jours. Servez vous, allez allez, avant que ça refroidisse !

Tu suis seulement le mouvement, poses ton fardeau au milieu de tous, et regagnes ton fauteuil et ta bière, embarrassé, l'estomac aussi noué qu'il crie famine, et désespéré de ne pas avoir quelque chose de plus fort à mettre dans ton gosier. Quelque chose ne va pas, tu le sais, tu le sens. Ta meute. Et ce regard triste. Tu réalises que pas un instant, tu n'as imaginé que tous, ici, ne feraient pas comme Cara et toi, Cassiopée et Decima. Pourtant rien ne les oblige, et tu sens bien, à cet instant, le fossé qui se creuse entre les deux loups dans la cuisine et ceux du salon. Et tu le vis pas bien, clairement. Parce que Kenneth et Katniss, plus que nombre de ceux qui se trouvent physiquement plus près de toi à cet instant, c'est eux la meute à tes yeux, et que tu peux pas concevoir de faire partie de ce truc s'ils n'y sont pas. Et t'as beau être dans le salon, ton attention est toute tournée vers la cuisine et ce qu'il s'y dit.

- Ma petite louve, ta mère est là et elle va bien. Tu peux te reposer, prendre le temps de reprendre ta respiration... de pleurer. Peu importe ta décision, ta mère restera ta mère et t'aimera même si tu ne te joins pas à sa meute. Un Alpha existe pour protéger sa Meute, mais une meute existe pour protéger son Alpha. Les événements de la St-Patrick ont certainement décimés nos frères et soeurs, mais Charlie a quelque chose qu'ils ne possédaient pas; sa meute est sa famille. Ne laisse pas ta peur contrôler ta vie et t'empêcher de connaître le bonheur d'une telle unité, ma petite peste. Tu sais, lorsque j'étais dans mon ancienne meute... j'ai vécu des moments merveilleux. C'est une unité qui respire, qui bouge et qui vit dans un seul souffle. C'est... indescriptible comme sensation, mais la chose qui est sûre c'est que tu sentiras toujours les battements de coeur de ta mère, de tes soeurs, de Neal, Cara et d'Eddy juste ici... et ainsi, tu sauras toujours si ta mère ou les autres ont besoin de toi. Ça sera ta plus belle confirmation de la sécurité de chacun des membres auxquels tu tiens.

Mais pas lui. Il ne s'est pas cité lui-même, et tu sens ton coeur se serrer. D'autres ont prêté allégeance, mais tout ce que tu retiens, c'est l'absence de Katniss et Kenneth, et ces mots qui sonnent comme des adieux. Et tu te sens mal à l'aise, gauche, et moins légitime que jamais. Pourquoi t'as prêté allégeance, toi, si les deux loups de la cuisine ne le font pas, hein ? Charlie les a rejoints, et tu te sens soudain comme déraciné, arraché à la présence à laquelle tu te raccrochais plus que tu ne t'en rendais compte.

- Personne n’a à me prêter allégeance aujourd’hui même. Personne n’a à le faire tout court, pas même mes propres enfants. Ma chérie, je respecterais toujours tes choix, quel qu’ils soient. Mais saches qu’avant d’être Alpha, je serais toujours ta mère. Tu seras toujours ma priorité, toi et tes sœurs. Kenneth a raison, la meute est une grande famille et le lien qui unit les loups d’une meute est terriblement puissant, grisant même. Mais le lien d’une mère et de ses enfants l’est encore plus et jamais nous ne perdrons ça. Personne ne prendra ta place. Prenez le temps qu’il vous faut pour réfléchir… Votre décision ne changera rien à mes sentiments pour vous.

Charlie est revenue, et toi t'as les larmes aux yeux, ta bière vide entre les mains, et l'estomac dans les talons mais si noué qu'aucune bouchée n'a franchi tes lèvres encore.

- Je vous remercie, tous et toutes, d’avoir été là, de me faire confiance. Je sais que Kenneth et Cassiopée ont dû jouer un rôle très important dans la tenue du clan et que vous avez tous été là pour veiller sur Katniss. C’est ça aussi une meute, une famille, des amis. Je sais que vous êtes tous épuisée et je crois qu’on a tous besoin d’une bonne nuit de sommeil. Je suis fière de vous, de vous tous. Si ça ne vous dérange pas, je pense qu’on va terminer les pizzas et que vous pourrez rentrer chez vous… Je vais vous avouer que j’ai bien besoin de repos et je crois que ma plus jeune fille a besoin de sa mère. En tout cas moi j’en ai bien besoin.

Ted s'est levé pour se diriger vers Charlie, et toi t'es déjà à la porte, sans un mot. Parce que tu sais pas quoi dire, parce que t'es perdu entre les remerciements que tu voudrais faire à tous ceux qui ont été là auprès de toi ces derniers jours sans peut-être même imaginer le bien que ça a pu te faire, et cette impression déchirante que t'as pris la place de Katniss auprès de sa mère. Parce que t'arrives pas à concevoir de faire partie de la meute si Kenneth et Kat' ne le font pas. Parce que t'es de trop, une fois encore, ou en tout cas est-ce ce que tu n'arrives pas à t'ôter de l'esprit.

- Tu m’as manqué Boss… et t’as raison, ta ptite a besoin de toi. Et puis c’est pas pour dire, mais j’ai ton bar à faire tourner moi. Prends ton temps pour revenir. Repose toi.
- Merci Ted, j’vais finir par t’augmenter toi, tu bosses bien.

T'es déjà de l'autre côté de la porte, parti pour regagner ton appartement miteux pour pas imposer tes questions existentielles à tout le monde.


- Je suis trop con.

Ca fait mille fois que tu te fais cette réflexion, tout du long du trajet jusqu'à chez toi, et maintenant que tu tournes en rond dans ton salon désordonné. T'aurais pas dû partir, sans doute. Mais t'arrivais pas à rester non plus. T'as envie d'être près d'eux, et l'impression que t'as pas trop le droit de le faire. Et t'as peur, tellement peur des réactions de Katniss et Kenneth, de ce que tout ça implique. Ca fait mille fois que tu prends ton téléphone et le repose, sans savoir quoi texter à l'ado que tu t'en veux d'avoir laissée comme ça, même si elle était loin d'être seule et abandonnée.

- Pardon Kat'...

Que tu murmures au vide. Mais elle peut pas t'entendre, et tu sais pas quoi lui dire de mieux. Il est tôt, t'as pris une douche brûlante comme si ça pouvait te changer les idées mais rien n'y a fat, et t'as l'estomac qui gargouille tellement que tu vas devenir fou. Les mots de Kenneth la première fois que vous avez discuté te reviennent en mémoire, et tu ressors de chez toi pour gagner le fastfood le plus proche où tu commandes à baffrer pour un régiment, que t'engloutis en un éclair. Mais tu passes pas le reste de la journée sobre, et la bière du petit matin semble dérisoire à côté des bouteilles de whisky que tu vides dans ce bar pas loin de chez toi qu'a vu ta rencontre avec Jesse.

Demain, promis.
Demain tu retourneras vers Kat' et vers la meute. Quand t'auras désaoulé, quand t'auras digéré, un peu, tous les événements de ces derniers jours. Quand t'auras trouvé quoi leur dire, à tous.
Peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: We are a pack now - ft. la meute

Revenir en haut Aller en bas
We are a pack now - ft. la meute
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Pack de dé
» Nouveau super pack de clan !
» Ma meute!
» Pack Kaka'
» Aurélien Rougerie [ASM] Pack !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Les Habitations :: Au Centre de Londres :: Chez les Michaels-
Sauter vers: