RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !




Les jeux de l'été ! sont ouverts de Juin à Septembre
Les beaux jours sont là, l'été approche, le soleil, la place, le vacances ... le boulot, la routine ? Peu importe !
Venez vous amuser un peu avec nous, osez venir faire des rps complètements fous, lancer des défis, participer à des jeux
! Sortez vos maillots, vos lunettes de soleil et vos crèmes solaire !
Venez jouer !



Partagez|

Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arthfaël Weidmann

avatar

Loup Solitaire



¤ AVATAR : Dooglas Both
¤ CRÉDITS : Avatar: Hiro Signa : Ajisai
¤ MESSAGES : 521
¤ POINTS : 112
¤ AGE : 27ans / 218 ans
¤ ZONE LIBRE : Taille : 1m92
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/01/2018


MessageSujet: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Ven 1 Juin - 18:55

Douce France, pays de mon enfance-euh. Comment ça on se trompe de registre ? Revenons à nos moutons ou à nos vaches comme notre histoire va parler de la Suisse. Avez-vous déjà quitter votre cher pays natal durant plus d'un mois ? Découvrir une nouvelle ethnie, repartir totalement de zéro ? Arthfaël a toujours eu une âme de voyageur et ce n'était pas quelque chose qui le dérangeait plus que ça par le passé, mais il arrive que parfois notre cœur s'emplit d'une lourde nostalgie. Et lorsque la petite demoiselle est à votre porte, il n'y a qu'une seule manière de s'en débarrasser. Retourner à vos sources.
A la suite d'une dispute purement puérile, le brun avait proposé à son compagnon de l'accompagner dans son cher pays, celui-ci avait accepté. De quoi ravir notre loup qui ne tarda pas à commander des billets d'avion. L'avion, fameux véhicule où tout le monde se demande comment il fait pour voler et d'autres qui pensent que les Hommes ne sont pas fait pour être dans les airs. Beaucoup diront que l'avion est très dangereux mais saviez-vous que l'on a moins de risque de mourir en avion qu'en prenant le bus ? Arthy avait réservé un vol du soir pour éviter que Ciarán vienne à finir en poussière dès qu'une personne penserait à ouvrir le volet du hublot. De toute manière, il ne fallait pas plus de deux heures de voyage depuis Londres pour rejoindre l'aéroport de Locarno. Puis une trentaine de minutes en bus de Locarno jusqu'à Ascona, très belle ville Italiosuisse. Notre histoire va débuter à la sortie de l'aéroport.

La tension était palpable dans les veines du loup-garou qui était heureux de pouvoir reparler dans sa langue maternelle mais pas que, il avait peur que son père vienne à péter une durite parce qu'il n'avait clairement pas eu la décence de lui envoyer un message pour l'informer de sa venue. Il savait d'avance que pour se venger de son comportement, il viendrait à lui mettre à la figure qu'il devrait penser à rapidement lui faire des louveteaux avant que la mort vienne à sonner à sa porte. En gros, ça devait bien être la première fois depuis que le vampire le connaissait, qu'il n'avait pas ouvert la bouche pour dire des âneries. Il était resté silencieux durant tout le voyage et avait fixer un point invisible tout le long.

« Il faut que l'on prenne le bus... Je crois...»

Il faut dire qu'il y a une centaine d'années, la ville était complètement différente de ce qu'elle est maintenant. Sa main alla chercher son portable qui se trouvait dans la poche arrière de son pantalon noir. Il pianota dessus pour chercher la meilleure manière de se rendre dans son village et trouva enfin le bus qui les amènera. Sa main pointa l'arrêt de bus.

« Il va arriver dans vingt minutes un peu près...» Ils allèrent à l'arrêt puis Arthy s'assit sur le banc tout en croisant les jambes. Il portait un costume noir avec une chemise blanche puis une paire de mocassins vernis bruns. Ses cheveux étaient coiffés en arrière avec du gel et sa barbe était parfaitement coupée. C'était très rare de le voir ainsi apprêté.

«Il n'y a qu'une seule meute de loup-garou dans toute la Suisse. Mon père est celui qui la commande avec une main de fer depuis très... très...très longtemps. Je n'ai même pas besoin de lui écrire un message comme quoi je suis dans le coin. Il le sait déjà. Soit parce que je ne dois sûrement plus avoir son odeur sur moi... Soit parce qu'un de la meute m'a vue et lui a signaler ma présence.»

ça lui rappelait cette époque où il n'avait même pas le droit de péter de travers sans que son père vienne à le savoir.

« Il est assez bourru, il ne faudra pas avoir peur de lui.»

Façon de parler, l'homme faisait plus de deux mètres et était aussi large que le disait la légende du grand méchant loup.

«Tu veux que je te fasse un rapide cours géographique de la Suisse ou tu t'y connais un peu ?»

Le doux silence avait finalement laisser place à une belle logorrhée.

«ça va ? Tu n'as pas trop chaud ? Il fait très chaud de ce côté là de la Suisse. Ça doit te changer de Londres ou de ton pays....»


[ En espérant que ça te va @CIARÁN O'REGAN]
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán O'Regan

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Will Tudor
¤ CRÉDITS : ©Miss Pie for signa
¤ MESSAGES : 557
¤ POINTS : 162
¤ MULTIS : Kylian the boss & Genki tigrou
¤ AGE : Transformé à 21, 46 ans âge vampire
¤ ZONE LIBRE : Profil - Liens - Rps

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 02/02/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Sam 2 Juin - 17:32

Svizzera

J'étais excité comme une puce. Je ne pouvais m'empêcher de regarder au hublot, demander à Arthy l'heure d'arrivée, fixer ce maudit écran qui montrait où était l'avion sans parler de ma gourde de sang qui se vidait peu à peu.
Je regardais au passage des magazines suisses et français laissés à disposition derrière les fauteuils. Bon, bien sûr, je ne comprenais pas un seul mot, mais les images étaient jolies. Il y avait plein de vache !

- Ca veut dire quoi "supplément" ? Et "rudesse" ? Oh et ça, c'est un mot suisse ou français ? Y a des langues différentes chez toi ? Et bla et bla et bla et bon sang, je n'arrivais pas à me la fermer ! Je m'énervais moi-même ! Mais c'était la première fois que j'allais ailleurs et c'était fou !

Bon, je ne cachais pas que j'étais totalement angoissé aussi, mais c'était de nouvelles aventures !
Arrivé à l'aéroport, je me rendais compte que le loup semblait encore plus flippé que moi. Il ne parlait pas et ne m'avait pas encore fait une blague drôle, ou pas drôle d'ailleurs... C'était moi qui avais fait la conversation, l'obligeant parfois à dire un mot voir même juste une sorte de syllabe ou un bruit partiellement humain.

Je le suivais sagement à travers les chemins jusqu'à l'attente du bus. J'espérais quand même qu'il a dit à sa famille que je ne mangeais pas et que je risquais d'être candidat pour un barbecue s'ils me foutaient au soleil... Hum, il n'aurait pas pu zapper ce genre de chose, si ? Je m'installe à ses côtés, en silence, le regardant un peu avant de fixer un point invisible comme lui. Je ressemblais à un sdf à côté. On avait l'impression qu'il allait à un mariage. Ou un entretien d'embauche. Ou pire, à son enterrement.
J'ai le réflexe de regarder partout avec un air inquiet lorsqu'il dit qu'on a sûrement été observé.
Brrr, flippant.

- Ha... En général, c'est quand on prévient quelqu'un de ne pas avoir peur d'une autre, que justement, on peut s'inquiéter non ? Je... Tâcherais de m'en souvenir, promis... Tu l'as prévenu ou pas ? Je veux dire... Pour mon espèce ? Et... Je dois jouer quel rôle ? Ton colocataire, ami, parasite qui te suit partout ? Je rigole à cette dernière, n'osant pas ajouter l'option "petit copain" à la liste. Mais oui, je veux bien une petite présentation, j'avoue que je n'y connais rien...

La géographie, j'en avais fait oui. De niveau collège quoi. Rien de fabuleux...
Je me tourne ensuite vers lui après un doux silence.

- Je ne sens pas vraiment la température à vrai dire... Bon, je sens qu'il fait un peu plus chaud, mais rien de... Par contre, tu es sûr que toi ça va ? Tu m'as l'air, disons... Légèrement anxieux. C'est le souci de température ou c'est autre chose ?

Et je pesais mes mots. Finalement, le bus finit par arriver et on s'installe au fond pour une trentaine de minutes. Je regarde alors les paysages défiler. C'était si différent de l'Irlande ou de l'Angleterre en général ! C'était vraiment magnifique. Et il y avait des vaches ! Oui, j'aimais bien ces animaux...

- On sera arrivé là où tu vis ensuite où il faut encore marcher ou quelque chose ? J'espère qu'il n'est pas trop tard quand même pour débarquer... Tu es sûr qu'ils acceptent les vampires hein... C'était à moi de stresser à présent... Y a des cochons chez toi ? Je ne sais pas, ils m'angoissent ces animaux avec leurs gros groins et... Leurs peaux à moitiés nues. Tu savais qu'un cochon ça pouvait manger un humain ?
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Arthfaël Weidmann

avatar

Loup Solitaire



¤ AVATAR : Dooglas Both
¤ CRÉDITS : Avatar: Hiro Signa : Ajisai
¤ MESSAGES : 521
¤ POINTS : 112
¤ AGE : 27ans / 218 ans
¤ ZONE LIBRE : Taille : 1m92
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/01/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Sam 2 Juin - 23:16

[ Quelle tête de caillera sur le gif de Arthy xD]

Comme si ce voyage avait inter-changé les personnalités des deux hommes mais cette différence pouvait se comprendre. L'un était préoccupé par ce qui allait se passer et l'autre, surexcité par un premier voyage. Les pupilles brunes du loup vinrent se poser sur son compagnon lorsqu'il vint lui demander s'il avait prévenu son père. Un faible sourire se dessina sur ses lèvres avant de croiser différemment ses jambes.

« Pas besoin, il le sait déjà. Que ce soit sur le fait que je sois là... Et que j'ai ramené un vampire inconnu sur son terrain » Et tant pis s'il allait en manger des grossièretés en pleine figure ou une nouvelle sentence. Son père connaissait très bien le caractère volage de son fils, il n'avait qu'à mieux l'éduquer s'il n'aurait pas voulu un tel gamin. Ses doigt se levèrent lentement pour venir effleurer la joue du blond puis monta sur son crâne pour ébouriffer ses cheveux. « Et si tu te contentais d'être Ciarán ? Pourquoi vouloir que je te mette une étiquette sur le front ?» Il ramena sa main vers lui. «Comment voudrais-tu que je t'annonce ? »

Se penchant un peu en avant tout en se collant un peu au vampire, il commença à parler avec l'aide de ses mains pour donner une image à ses paroles.

«Je te fais ça rapidement.... Mais la Suisse est un pays coupé en 4. Nous avons beau vivre dans le même endroit, nous parlons quatre langues différentes. Le français, l'allemand, l'italien et le romanche. Là où nous sommes actuellement, nous sommes dans la partie Italienne. Tu comprends maintenant pourquoi je parle beaucoup et que je sois un mauvais dragueur.» Il hoqueta un rire puis continua : « On est connu pour notre neutralité dans le monde entier. Mais intérieurement, on aime bien rigoler sur le fait que les romands n'aiment pas les suisse-allemands. Et vice-versa. La génération de maintenant n'est même plus fichue d'apprendre les quatre langues car trop fière. » Sa main passa lentement dans ses cheveux. « On est plutôt bien entouré entre L’Allemagne, la France, l'Italie, l'Autriche et le Liechtenstein... En gros, en cas d'attaque, on sera bien protégé. Même si notre protection militaire est très bonne... »

Voire très inutile pour un pays neutre mais il vaut mieux être prévenant. On ne sait jamais comment les choses peuvent tourner.

« Le service militaire est obligatoire pour les garçons et optionnel pour les filles. Ça apprend un peu aux garçons à devenir des hommes.  »

Il se retint de lâcher une boutade sur la France concernant leur service militaire. Un soupire s'extirpa d'entre ses lèvres lorsque le vampire vint à lui demander s'il se sentait bien. Arthy recula pour coller son dos contre la paroi en verre de l'arrêt de bus.

« Je vais toujours bien. » Fameuse phrase utilisée par Arthy nonante-cinq pourcent du temps. Le bus arriva pile à ce moment et sauva un peu le loup-garou. Ils montèrent dans celui-ci puis le brun s'obligea à parler de son anxiété. A quoi bon toujours tout garder à l'intérieur ? On finit par exploser à force et il n'était pas fait de pierre.

«ça doit bien faire plus d'une centaine d'années que je ne suis pas revenu ici. J'ai quitté ma famille sans rien dire et mon père m'en a voulu pendant très longtemps. Ma liberté a deux conditions. Et tu connais l'une d'elle. L'autre... c'est... Reprendre sa place d'Alpha le jour où il mourra.»

Ce qui voudra dire de quitter Londres pour vivre pour toujours en Suisse. Ne plus pouvoir voyager sauf lorsqu'il devra parler politique avec les autres meutes des pays voisins. Il détourna ses yeux de Ciarán pour fixer le paysage qui défilait.

« On aura pas beaucoup à marcher. C'est vraiment un petit village au bord du lac. Je pense que l'une de mes sœurs sera entrain de nous attendre à l'arrêt de bus.» Ses yeux revinrent se poser sur le blond qui lui demanda si son père acceptait les vampires. Artfaëél vint emprisonner sa main dans la sienne pour le rassurer. «Il y a très longtemps qu'il n'y a pas eu de guerre entre les races dans ce pays. Tous les chefs ont signé un accord pour préserver la paix et s'il y en a qui ne sont pas content, ils sont exilés. De qui crois-tu que j'ai ce caractère très passif et amical ? » Il se pencha pour coller sa joue contre celle de son ami puis s'amusa face aux bêtises qu'il pouvait bien lui raconter.

« Oui, sûrement. Si on monte dans les pâturages. Là, on va principalement dans le village. C'est assez touristique donc il y aura beaucoup de monde le soir mais c'est agréable. On pourra même aller se baigner dans le lac. Tu verras des mouettes, cygnes, des poissons etc... En Suisse, on fait très attention à la flore.»

A force de parler, le temps du voyage passa plus rapidement et la peur du loup s'envolait. Le nom de l'arrêt sonna dans le véhicule et Arthy appuya sur le bouton pour signaler qu'ils souhaitaient descendre. Une fois chose faite, il remercia le conducteur tout en lui souhaitant une bonne soirée. Mentalité des personnes vivants dans des petits coins. Le loup posa la valise sur le sol puis regarda autour de lui. Il sentait l'odeur d'une de ses sœurs, Charlène était dans le coin. La jeune femme était « légèrement » plus âgée que le loup mais leur entente était très fusionnel. Sa main se fit emprisonner par celle d'une jeune femme aux cheveux châtins clairs et au teint presque aussi pâle que celui du vampire et des lèvres rosées. Ses yeux étaient un magnifique mélange de bleu et de vert. Elle arrivait au niveau des épaules du jeune homme. Le loup abaissa son regard sur la jeune femme puis lui offrit un magnifique sourire avant de la prendre dans ses bras tout en allant déposer un baisé bruyant et bien baveux sur sa joue.


« Ciao bellezza»

Son coeur battait à tout rompre. Il tenait entre ses bras une personne importante à ses yeux. L'envie de pleurer comme un gamin se faisait sentir mais il se retenait. Ils détachèrent leur étreinte mais gardèrent leur main jointe.

«Je te présente ma troisième soeur. J'ai trois soeurs aînées et c'est elle la dernière. Elle s'appelle Charlène. Tu n'entendras sûrement pas sa voix car elle parle que si ça en vaut la peine. Par contre, elle est très expressive avec les gestes et le regard. Oh, et c'est elle la fille aux chats...»

La jeune femme offrit un doux sourire au vampire tout en levant sa main libre pour le saluer avant de lui tourner le dos et l'obliger son frère à la suivre. Arthy signala à son compagnon de venir tout en attrappant à la volée les valises. La marche ne dura même pas cinq petites minutes qu'ils arrivèrent devant un grand immeuble coloré à trois étages qui était proche de l'église. Ils entrèrent à l'intérieur puis elle lâcha la main de son frangin lorsqu'ils arrivèrent dans le salon de la maison.

«Les vieux sont pas là ?» Elle remua la tête négativement puis pointa du doigt une fenêtre où l'on pouvait voir le lac et les montagnes. « Tu as de la chance... On ne verra pas mes parents avant demain matin. Ils sont allés faire une virée en amour..... »

Il n'a pas vraiment le temps de terminer sa phrase qu'il sent une seconde présence connue dans la demeure. Ils peuvent entendre le bruit sourd d'une personne courant dans les escaliers puis la porte du salon claque pour laisser entre une jolie brune qui pourrait être prise comme la soeur jumelle du loup. Elle sauta dans les bras de son frère tout en enroulant ses jambes autour de sa taille. Arthy retint un petit cri de souffrance face au choc et se pencha en avant à cause du poids.

« Mon frère chéri est de retour ! On va enfin pouvoir se déchirer la gueule ensemble.» Elle pencha en arrière sa tête pour fixer Ciarán à l'envers. « Oh un blond.» Elle dirigea une de ses mains en direction du vampire. «Je suis Elodie, une des soeurs au gros. Tu es quoi pour lui ?» Elle arborait un sourire presque carnassier sur son visage tout en écrasant le visage de son frère entre ses seins. Elle voulait juste savoir si Arthy et Cia étaient ensemble. Une fois la réponse donnée, elle lâcha totalement le brun qui tomba en arrière sur les fesses. « Bah Arthy... Tu tiens plus debout ? C'est l'émotion ?» Une vrai pipelette. « La vieille peau va pas venir ce soir et tant mieux. Elle a dit qu'elle n'avait pas du temps à perdre pour voir un connard qui a abandonné sa meute pour vivre une petit vie égoïste.»

Le loup se redressa mais lorsque la brune vint à parle d'une personne, son visage se figea dans une expression fermée.

«C'est pas grave.. Je suis là parce que vous me manquiez. Je ne suis pas là pour me prendre la tête avec quelqu'un d'inutile.»

Et c'était rare qu'il vienne à dire ces paroles sur une personne.


[Je m'arrête là parce que... j'vais t'écrire un roman x.x]
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán O'Regan

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Will Tudor
¤ CRÉDITS : ©Miss Pie for signa
¤ MESSAGES : 557
¤ POINTS : 162
¤ MULTIS : Kylian the boss & Genki tigrou
¤ AGE : Transformé à 21, 46 ans âge vampire
¤ ZONE LIBRE : Profil - Liens - Rps

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 02/02/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Dim 3 Juin - 1:16

[Haha mais tellement x)]

Svizzera

JJe le regardais avant de me coller contre sa main. Me contenter d'être moi. Oui, c'était possible effectivement. Mais cela me rassurerait bien de savoir qui je devais être avec sa famille, histoire de ne pas trop angoisser le moment venu ni dire une big connerie qui pourrait me valoir un retour simple par un gros coup de pied au cul.

- Comme un ami très proche ? Très très proche même à mon avis... Je rigolais un peu alors que je l'écoutais me parler de son pays. On sentait tellement la passion dans sa voix que j'aurais pu devenir jaloux ! Cette pensée me fit sourire. Les Italiens ne sont pas censés être, au contraire, des bons dragueurs ? À moins qu'ils soient mauvais, mais énormément dragueur peut-être ?
Je levais les yeux au ciel pour réfléchir à mes propres paroles avant de penser au service militaire. Halala, moi, je l'avais vécu pendant toutes ma période humaine avec mon père. C'était largement suffisant. D'ailleurs, je ne savais même pas ce que ça donner ce service en Irlande à y réfléchir. Contrairement à Arthy, je ne connaissais rien malgré mes années passées là-bas.

Le bus arrive finalement et on s'installe avant de quitter la vitre des yeux pour poser mon regard sur le lycan. Je comprenais son angoisse. Je me demandais même s'il n'aurait pas dû venir seul pour sa nouvelle première fois ici. Mais j'étais là et on ferait les choses ensembles. Peut-être que ma présence le rassurait d'une manière ou d'une autre ? À moins que ce soit surtout lui qui me rassure. Je soupirais alors. Bon, son père acceptait les vampires. Mais la question était, est-ce que tous m'accepteraient moi ? Cia, stop. Tu es là pour le loup, pas pour stresser toi-même. Je l'enfermais dans mes bras alors qu'il me parlait de pâturage, d'animaux, de lac. Tout semblait presque paradisiaque. Pourquoi vouloir partir alors ? Surtout pour Londres, ville froide et grise comparée à ici où tout semblait vert.
On parlait alors pendant tout le trajet avant de descendre. Je ne remarquais pas au début la personne proche du loup, trop occupé à regarder le paysage sur toutes les coutures. C'était bien d'être un vampire pour ça. Voir la nuit jusqu'à observer le moindre changement de couleur dans une fleur.
Je vins enfin à m'approcher, reniflant alors discrètement la personne. Bon, même odeur, qui semblait proche... Une soeur j'imagine ? Et bingo. La troisième donc. Qui ne parle pas beaucoup, fille au chat. Je retenais toute histoire de ne pas trop me tromper. Je ne me souvenais plus combien il avait de frère et sœur, mais c'était un bon nombre dans mes souvenirs.
Je la salue timidement également avant de suivre les deux, continuant de tourner la tête dans tous les sens.
Arrivé dans la maison, je sentis alors un tas d'odeur avec la même base. J'aurais pu deviner tout seul qui habitait ici. C'était comme une molécule que représentait la famille dont chaque membre avait ensuite quelque chose de différent et unique.
Je levais le regard vers l'escalier. Je ressemblais à un animal à l'affût, vérifiant chaque bruit et odeur.
Et encore une soeur. Décidément, moi et les familles nombreuses. Ha merde, elle m'a vu (non sans blague ?) qu'est-ce que je fais ? Mon dieu. Qu'est-ce que je dis ? Trouve quelques choses Cia. Dis un truc, bouge, fais quelque chose !!!
Je finis par lui serrer la main. En tout cas, elle ne passait pas par quarante chemins hein.

- Euh, je... Un ami proche. Intime. Proche.

Non mais en vrai, elle me faisait peur celle-la. Elle avait un regard de prédateur. J'avais l'impression de fondre ou de rapetisser devant elle. Si déjà elle me faisait cet effet, ce serait quoi avec les parentss ? Je ne réagis même pas lorsque le loup tombe, finissant par le regardait au sol d'un coup. Ils parlaient de gens inconnus. Vieille peau ? Sa mère ? Sa tante ? Sa grand-mère ? Une cousine ou voisine ? Une jument même peut-être qui sait après tout !
C'est à ce moment-là que je suis censé sortir une connerie qui me mettra dans l'embarras pendant des heures non ? Non ? Bon, je ne dis rien alors.
Enfin, c'était sans compter cette même sœur qui finit par me tourner autour comme un chat pourrait tourner autour d'un oiseau blessé. Qu'est-ce qu'elle faisait, elle cherche à me dévorer ?

- Hum...
- Hum... Quoi ?

Elle ne me répond pas, continuant de m'observer comme si j'étais à vendre. C'était angoissant, terriblement.

- Je n'aurais jamais cru.
- ... Cru... Quoi ?

Je savais ce que ressentait la dernière chips dans un bol à présent. J'avais l'impression d'être un menu.
Chose sûre, c'est qu'elle n'était pas du genre à cacher son ressentit. Je ne devais pas être celui qu'ils attendaient. Ils attendaient déjà sûrement un "elle" et non un "lui". Ha, bah, c'est sûr que j'avais moins de facilité à lui donner des enfants. Surtout mort. Elle retourne finalement voir son frère tandis que je me fais cinquante scénarios dans la tête. Cru quoi ? Je veux savoir ! J'ai besoin de savoir !
Codage par Libella sur Graphiorum


[J'espère que ça t'ira ! Je ne connais pas trop les caractères de la famille XD]
Revenir en haut Aller en bas
Arthfaël Weidmann

avatar

Loup Solitaire



¤ AVATAR : Dooglas Both
¤ CRÉDITS : Avatar: Hiro Signa : Ajisai
¤ MESSAGES : 521
¤ POINTS : 112
¤ AGE : 27ans / 218 ans
¤ ZONE LIBRE : Taille : 1m92
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/01/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Dim 3 Juin - 12:13

Il n'en fallu pas plus pour que l'imagination débordante de la seconde sœur vienne à s'éveiller. Elle tourna autour du vampire comme si il allait être son prochain repas mais elle s'arrêta sur quelques mots laissant planer un certain mystère, avant de retourner vers son frère. Elle enroula son bras autour de son cou puis colla sa joue contre la sienne.

« Intime... hein... » Arthfaël savait déjà ce qui allait se passer. Il plaça l'entier de sa main sur son visage tout un lâchant un lourd soupire exaspéré. «Il faudra tout me raconter ! Tout ! Tout ! Du premier « je t'aime » à la première péné.... blblbl » La main qui cachait le visage du loup vint se placer sur la bouche de sa soeur pour qu'elle se taise. Son visage portait l'expression d'une personne déjà fatiguée alors qu'il était arrivé que depuis cinq petites minutes. Sa soeur commença à cogiter dans tous les sens pour tenter de retirer le rempare sur sa liberté d'expression.

«Ma soeur est une grosse fanatique de romance gay...» Son autre main se plaça derrière la tête de la brune puis il commença à appuyer très fort. «Donc ne te laisses pas avoir par sa gentillesse. Elle voudra juste soutirer quelques informations.»

Il lâcha son aînée qui se recula vers sa jeune soeur.

«Tu te rends compte... Fut un temps, il me racontait tout ! TOUT ! De son premier amour jusqu'à son petit acci..... dent» Elle évita avec facilité le coussin que lui envoya le loup. Elle se mit à rire de bon coeur avant de revenir vers le vampire et lui agripper le poignée. «En tout cas, c'est un plaisir de te rencontrer. Tu peux faire comme chez toi ici. On te considère déjà faisant partie de la famille. On va vous laisser car vous devez être tout de même fatigués avec un long voyage.»

Sa main caressa fraternellement le bras de Ciarán avant de se tourner et d'appeler sa jeune soeur qui la suivit à l'extérieur de la pièce.

«Ma famille est un peu pénible mais elle est très gentille... Il ne faut pas hésiter à me dire si tu te sens mal à l'aise ou simplement si tu as envie de me poser des questions...»

Après on verra bien sur laquelle le brun voudra bien répondre. Il invita son compagnon à le suivre dans les escaliers de la bâtisse qui menait à l'étage des chambres de la famille. Ils se rendirent au fond du couloir où sur la porte était écris le prénom de Arthfaël sur un rondin de bois. Il ouvrit la porte puis plaça les valises sur le grand lit. On pouvait remarquer très facilement que la chambre était souvent nettoyer et aérer. Comme si quelqu'un occupait la pièce en permanence, alors que ce n'était pas le cas. La pièce restait très sobre. Il y avait juste une armoire en bois qui occupait tout un mur, un bureau en bois ainsi que sa chaise et le fameux grand lit qui pouvait être très facilement occupé par trois personnes. Pas de poster, pas de photo. Rien. Comme si la chambre avait échappée aux différentes générations mais surtout aux différentes babioleries que l'on peut bien acheter en voyage.

«Tu veux dormir un peu ou aller te promener un peu ? »

Le loup retira sa veste noire pour la poser sur le dossier de la chaise puis soupira.

« Si j'avais sû... je me serai pas vêtu comme un pingouin...»

Il se dirigea dans l’armoire pour chercher des vêtements potables ou plutôt portable pour cette année. Il y avait de nombreux vêtements militaires provenant de pays différents, des vêtements d'une autre époque et finalement, ce que cherchait notre ami. Il extirpa un t-shirt blanc et un bermuda brun.

«A croire que ma mère avait pressenti que j'allais passer.. »

Il retira ses vêtements pour enfiler les tout nouveaux. Une fois chose faite, il s'accroupit pour chercher dans le bas de son armoire des chaussures qui pourrait convenir et trouva des tongs. Il avait à présent toute l'allure du bon vacancier.

«On peut même aller se baigner dans le lac si tu veux... Je dois bien avoir un maillot de bain en rab... ou j'irai t'en piquer un chez mon bof'... »

Il y avait bien une autre solution mais comme ses sœurs étaient dans leur chambre, il n'avait pas vraiment l'envie d'entendre les gloussements de sa sœur qui se ferait sûrement et simplement des idées tortues.

[Tu peux plus au moins voir dans le truc des liens de Arthy. /o/ ]
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán O'Regan

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Will Tudor
¤ CRÉDITS : ©Miss Pie for signa
¤ MESSAGES : 557
¤ POINTS : 162
¤ MULTIS : Kylian the boss & Genki tigrou
¤ AGE : Transformé à 21, 46 ans âge vampire
¤ ZONE LIBRE : Profil - Liens - Rps

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 02/02/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Dim 3 Juin - 20:24

Svizzera

Sa sœur continue de me tourner autour avant de retourner vers son frère. Tout lui raconter ? J'avais peur de comprendre, mais je préférais me laisser un léger doute. Cependant, le doute commençait à fondre en entendant la suite. Péné... Dites moi qu'elle souhaitait dire Pénélope... Ou pénétromètre... Voir même pénéplaner je m'en fous... Mais pas le mot que je pense, pitié.
Arthy finit par la faire taire avant de me dire qu'elle est fan de... Romance gay ? Pourquoi ? C'était différent des romances hétéros ? Parce que sincèrement, parler de ça n'avait rien de fabuleux. Enfin. Je ne crois pas. C'était comment d'ailleurs, les romances hétéros ?
Un léger "oh" sort de ma bouche lorsqu'il me dit qu'elle voudra sûrement choper des informations sur ce fameux mot en péné, voir plus. Je me verrais mal parler de ça avec la sœur de mon compagnon en réalité. En fait, je me voyais mal parler de ça tout court.
Et voilà que la pipelette continuait.

- Tout ? Accident ? Elle en savait largement plus que ma personne en tout cas. C'était donc moi qui allais devoir dénicher des informations ? Mer...ci. Enfin, je crois. Dis-je avec un air un peu perdu alors qu'elle me dit que je fais déjà partis de la famille. J'avais peur. C'était vraiment inquiétant faut le dire ! J'avais l'impression de vivre dans ce genre de film américain avec des familles totalement perché à la "Meet the Parents".

Finalement, le raz-de-marée féminin finit par quitter la pièce, me laissant seul avec Arthy. Mal à l'aise ? Noooon. Par contre des questions, bon sang que j'en ai !

- Ça tombe bien, j'en ai une petite dizaine...

Qu'est-ce qu'elle voulait dire par tout ? Quel accident ? A-t-il vraiment enduré ça des années ? Pourquoi était-il le seul garçon ? Avait-il un jour pensé à changer de sexe avant autant d'œstrogène dans son entourage ? Faire partie de sa famille est-il un métier à risque ? Quelles sont les différences entre une romance gay et une romance hétéro ? Qu'est-ce qu'elle n'a pas cru ? Pourquoi une ne parle pas et l'autre n'arrête pas ? Pourquoi cette chambre n'est-elle pas décorée ? Si c'est toujours le côté beurré de la tartine qui tombe au sol et qu'un chat retombe toujours sur ses pattes, si on colle une tartine sur son dos, qui arrive du bon côté ? Hein, quoi ?
Bref. Calmons-nous.
Je finis par poser mon sac, tout en regardant la pièce. C'était sobre, vide mais particulièrement propre pour une chambre inoccupée depuis des années.
Je ne répondis pas tout de suite à sa question, le laissant se changer. À vrai dire, j'étais bien crevé, mais j'avais envie de profiter encore un peu de la nuit. Se baigner au lac ? Non, c'était trop mouillé...

- Je préfère me balader un peu... Et au pire des cas, je n'ai besoin de rien pour me baigner... Au même moment, j'entendais très clairement quelques gloussements féminins. Tout bien réfléchis, effectivement, ce sera mieux un maillot de bain.

Mon dieu, j'avais l'impression d'être fliqué par des sortes de fan de yaoi en manque de manga ou quelque chose du genre. C'était flippant. Merci papa et maman de m'avoir fait fils unique finalement...
On sort alors de nouveaux dehors. Je prends une grande respiration avant de suivre le loup où il veut. Là encore, je ressemblais vraiment à un gros gamin qu'on emmenait pour la première fois à Disneyland.

- Et le bâtiment là-bas, c'est quoi ? Oh et cet oiseau qu'est-ce que s'est ? C'était un lapin, tu l'as vu ?!

Et encore blablablablabla. Je pense qu'il y en aura un qui sera ravi de me voir dormir...

- Bon. C'était quoi cet accident ? Et tu leur parlais de quoi en réalité, parce que d'après ce que tu m'as dit, il ne s'est pas passé grand chose avant moi... Tu as des secrets intimes ? Avec qui ? Une fille ? Et c'était qui la vielle peau ?

Cia ta gueule bon sang, on ne s'entend plus penser !
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Arthfaël Weidmann

avatar

Loup Solitaire



¤ AVATAR : Dooglas Both
¤ CRÉDITS : Avatar: Hiro Signa : Ajisai
¤ MESSAGES : 521
¤ POINTS : 112
¤ AGE : 27ans / 218 ans
¤ ZONE LIBRE : Taille : 1m92
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/01/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Dim 3 Juin - 22:30

Arthfaël déposa un regard plein de remord sur son ami lorsque celui-ci lui signala qu'ils pouvaient très bien faire sans maillot de bain. Sa bouche était entrouverte puis une de ses mains montra la direction où se trouvait la chambre de sa soeur aînée qui gloussait comme une dinde. Au moins ce petit « accident » permettait d'oublier celui dont sa soeur avait parlé.

« Et dire qu'elle a 400 ans... »

Les deux hommes s'extirpèrent enfin de la chambre, le plus grand en taille profita de frapper à plusieurs reprises sur la porte qui appartenait à la chambre de sa soeur. Un grand gamin jusqu'au bout mais au moins il s'amusait.
Une fois à l'extérieur, le loup pouvait remarquer que sa ville natale avait bien évoluée mais restait toujours autant dans le passé par l'architecture. Même l'odeur avait évolué. Son attention visuelle se porta sur le vampire qui lui posait plein de questions sur l’environnement, de quoi l'amuser.

« ça te changes à ce point de Londres, hein... »

Le fait que le blond vienne à vomir plein de questions ou à faire des remarques ne gênaient en rien de lycan. Il était à la base celui qui parlait le plus, alors entendre son compagnon être à ce point enjoué juste par un voyage, lui réchauffait d'une certaine manière le coeur. Ses mains se faufilèrent dans les poches arrières de son bermuda puis il s'approcha doucement d'un marchand des rues qui vendait des breloques en tout genre. Le genre de bijoux dont les touristes raffolent. Il attrapa un bracelet fait avec un fil de fer avant de le relâcher quand le blond lui redemanda pour le fameux accident. Il est sérieux ? Ses yeux se levèrent en direction du vendeur qui semblait ne pas comprendre une seule goutte de l'anglais, encore heureux. Il s'approcha de son compagnon avant de poser son bras sur ses épaules et l'obliger à continuer la marche.

« Pourquoi forcément pour une fille ? » Il se racla la gorge à deux reprises tout en continuant son voyage visuel. Il y avait de plus en plus de monde et pas que des humains. Arthy pouvait sentir la présence de ses confrères mais pas que, de vampires aussi. « J'ai toujours préféré les croques-monsieur au croques-madames... »

Ce vilain jeu de mot ! Mais alors très vilain et peut-être même d'un niveau très bas.

«Les soeurs sont des danger publiques. Je retiens que je dois me venger avant de retourner à Londres.»

Généralement, ça finissait toujours par la même manière entre le frère et la soeur. Il n'y avait que leur mère qui était capable de les séparer et ainsi arrêter leurs jeux complètement stupides.

«La vieille-peau, c'est notre sœur aînée. Elle 'a jamais vraiment supporté le fait que ce soit moi qui doive reprendre le flambeau de la meute. Je n'aurai pas dit non de naître fille pour échapper à ce calvaire mais... Les chromosomes ont décidé autrement.» Les traits de son visage devenaient plus dur ainsi que le son de sa voix. On pouvait ressentir une certaine haine envers cette femme. «Elle pense toujours valoir mieux que nous. Elle est toujours là pour nous blesser et se moquer de nous. C'est toujours à nous de nous excuser alors que c'est elle qui faute. Ce que je peux la détester !» Cracha-t'il sur ses dernières paroles mais ferma les yeux pour calmer la tourmente qui débutait dans son coeur. « Mais je l'aime aussi parce que nous sommes liés par le sang. »

Il est déjà arrivé à notre loup de penser qu'il aurait mieux valu que sa soeur vienne à disparaître à jamais. Il se mordit la lèvre inférieur avant de donner un petit coup de hanche au blond pour lui dire de tourner. Ils arrivaient tout doucement vers un port en forme de u.

« Je doute avoir des secrets intimes avec toi... Vu ce que tu as vu de moi. »

Sa main qui pendait sur l'épaule du vampire tapota légèrement sa joue. En y pensant, est-ce que le fait qu'il ait été voir ailleurs à deux reprises pouvait être compté comme étant un secret intime ? Ce genre de chose était classée dans une autre catégorie ?

«Tu veux vraiment savoir mon accident ?»

On aurait dit que Arthy régressait dans la mentalité d'un petit garçon en posant cette question. Il arborait une petite moue boudeuse tout en faisant claquer ses tongs contre la paume de ses pieds. C'était bête mais il adorait faire ça.

«Ado, on avait pour habitude d'aller jouer dans les montagnes car il y a des rivières ou dans le lac. On avait pas vraiment de maillot de bain. Alors une fois, il y avait ce mec.. Tu sais, celui qui te fait devenir complètement débile et qui éveille tes hormones sans ton accord... J'ai jamais eu autant honte d'être au garde à vous devant autant d'amis. J'ai déchanté et je suis rentré à la maison en pleurant....»

C'était surtout pas vrai... Il lâcha Ciarán pour placer ses mains derrière son dos puis se mit à rire.

«Je ne devrais pas rigoler sur ce genre de situation. Ça à sûrement dû arriver à quelqu'un.» Il s'arrêta net puis regarda autour de lui avant de continuer à parler. «ça reste entre nous... Même le jour où on viendra à se disputer.»

On sait tous comment les secrets terminent lorsque l'on vient à se disputer avec les amis. Après, si l'on souhaite que cela reste dans l'oubli, il vaut mieux ne jamais les raconter car ça finira toujours à l'oreille de quelqu'un.

«Tu es le premier pour beaucoup de chose mais...» Ah ce que c'est chiant ce genre de situation. «Tu n'es pas vraiment mon tout premier baisé. Mon tout premier... Je l'ai eu.... Avec mon reflet.» Sa main se posa sur son visage puis il étouffa un rire. « Je devais avoir neuf ans et j'étais tombé sous le charme d'un grand mais lui était amoureux de ma soeur. Le problème n'est pas là.... En m'entraînant avec mon reflet, ma sœur est rentrée dans la chambre avec lui et ils m'ont vu. C'est resté dans les anales pendant un petit moment... »

Arthy retira sa main pour laisser voir son sourire amusé sur ses lèvres.

«Depuis ce jour... Je vis une relation extraconjugal avec mon reflet... et j'évite ce mec comme le peste. Encore heureux qu'il vit de l'autre côté de la Suisse.»

Le loup colla son front contre celui de son amant.

«Je t'avouerai que je préfère le goût de tes lèvres à celui de mon reflet... »
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán O'Regan

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Will Tudor
¤ CRÉDITS : ©Miss Pie for signa
¤ MESSAGES : 557
¤ POINTS : 162
¤ MULTIS : Kylian the boss & Genki tigrou
¤ AGE : Transformé à 21, 46 ans âge vampire
¤ ZONE LIBRE : Profil - Liens - Rps

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 02/02/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Lun 4 Juin - 14:02

Svizzera

Tellement... Et ça n'a tellement rien à voir avec l'Irlande non plus... Je savais qu'au-delà de mes terres et de la mer, il y avait des tonnes de choses nouvelles à découvrir, mais je ne pensais pas voir ce genre de chose non plus... Surtout pas aussi proche de Londres.

C'était marrant. Tout semblait si paisible, si simple. On avait presque l'impression qu'aucun problème pouvait nous atteindre ici. Je soupirais à cette pensée avant d'aller rejoindre le loup à un étalage, profitant de l'occasion pour remettre cet accident sur le tapis. Quoi, il pensait vraiment pouvoir s'en tirer ou même, que je n'oublie ?
M'obligeant à continuer la marche, je l'écoutais tout en sentant également la présence de confrère et consœur ainsi que d'autres espèces.

- Tu aurais pu goûter la fraise avant de préférer le chocolat aussi...

Pourquoi toutes les meilleures comparaisons parlaient de bouffe ? Non mais vraiment, je vous défie de ne pas en trouver des parfaites...
Bon, en tout cas, ça concernait donc un monsieur. On progressait dans l'histoire. Mais avant, il y avait déjà l'histoire de cette fameuse vieille peau. Étais-ce un moyen d'éviter la question ou juste de répondre dans le désordre ?

Je n'aurais jamais pensé qu'ils parlaient de leurs sœurs. C'était difficile à croire qu'il y avait une telle mésentente après ce qui m'avait été permis de voir quelques minutes plus tôt. Une jalousie de pouvoir ? C'était triste de penser qu'une personne qui souhaitait cette place ne pouvait pas l'avoir alors que le lycan ne semblait pas vraiment pressé de l'obtenir.

- C'est obligatoirement le mec qui doit avoir cette place ? Ca ne peut pas être une louve alpha qui ensuite choisit un mâle ? Il n'y a pas, je ne sais pas, des dérogations ? Surtout, si votre meute est la seule...

La règle ça se changent non ? Même s'ils semblaient très friands des lois.
On tournait ensuite vers le port qui offrait une vue tout aussi magnifique. Décidément, je n'avais pas fini de m'extasier !

- On a tous nos secrets, j'imagine, et heureusement. Garder une part de mystère que l'autre souhaite découvrir... Et je sais que je devrais te sortir quelque chose du style "si tu ne veux pas le dire blablabla" mais... J'ai envie de connaître tes secrets du passée alors, oui... J'aimerais savoir ce qu'était cet accident...

Et sincèrement, je m'en voudrais de lui dire que ce n'était pas grave et ne pas avoir ma réponse. C'est comme ne pas accepter un cadeau ou de l'argent par politesse même si on le veut vraiment... Si la personne renonce, on la vraiment dans le baba.
Je l'écoute alors attentivement avec une mine un peu amusé. Je fronçais les sourcils légèrement à la fin. Quoi, tout ce secret pour ça ? Bon, certes, c'était bien embarrassant, mais c'était surtout bien drôle avec le recul.

- Très bien, je vais mettre cette anecdote dans un coin de ma tête et je ne la sortirais plus jamais ! Mais avoue, qu'en y repensant, c'est bien drôle ! Malheureusement, j'aimerais beaucoup te raconter des choses aussi histoire d'être quitte, mais... Je n'ai rien à dire. Je n'ai vu personne d'autre que mes parents en étant humain à part peut-être le boulanger et... Il ne me faisait vraiment pas bander !

Je n'étais pas du genre à ressortir forcément les vieux dossiers en dispute et encore moins parler dans le dos des autres de manière cruelle et vengeresse. Autant dire les choses en face non, ça reste plus efficace... Bon, je crachais sur mon père, mais il le méritait alors, ça ne comptait pas !

- Ton... Reflet. Toi-même ? Sur un miroir ? Je ne sais pas si je trouve ça très mignon ou carrément égocentrique ! Je vais rester sur le cute vue l'âge et la situation... Je me mets à rigoler légèrement. Bon. Allé, histoire, pour une fois, de dire un truc. Quand j'ai commencé à grandir et avoir des envies, forcément, je ne pouvais pas trop en parler avec mes parents... Du coup, j'ai voulu voir ce que ça faisait et... Je l'ai fait avec un gros marqueur... Sauf que. J'avais mis le bouchon direction... Voilà et. Il s'est débouché.

Le malaise de cette situation. J'avais tellement pris peur à ce moment. Peur de ne jamais le retrouver et surtout d'en parler à ma mère. Ça avait été un moment particulièrement horrible ! Je me voyais déjà à l'hôpital et dans les anales des dossiers. Dans tous les sens du terme.

- Et crois moi que je ne l'ai jamais plus refais avec ce genre d'instrument !

On avait tous les deux eu nos moments malaises et j'étais sûr qu'en trifouillant de nouveau ma mémoire, j'en trouverais d'autre.
Le lycan vint alors se poser contre moi, me faisant sourire.

- Et je préfère ton gros stylo... C'était rare quand c'était moi qui détruisais le romantisme de la situation. Et si on s'asseyait pour se tremper les pieds dans l'eau tout en racontant nos vies ?

Sans attendre sa réponse, je m'assois au bord, retirant chaussures et chaussettes avant de délicatement faire tremper mes pieds dans l'eau fraiche. Je poussais un soupire de soulagement.

- Parfait...

Un oiseau passait alors en piaillant, sûrement s'apprêtant à dormir.

- Quelque chose que je faisais aussi, c'était parfois piquer les vieux magasines de ma mère. Je fantasmais sur les hommes des pubs. Je les récupérais ensuite dans la poubelle et gardais les pages qui m'intéressaient en cachette... Je n'imagine pas la tête de ma mère quand... Après mon... Ma vente, elle a retrouvait toutes ces choses.

Est-ce qu'elle l'avait fait ? État-elle coupable ? Me pleurait-elle encore si elle était vivante ? Arg, je devenais nostalgique.

- Dis... Tu es sûr que tes parents vont... M'accepter ?
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Arthfaël Weidmann

avatar

Loup Solitaire



¤ AVATAR : Dooglas Both
¤ CRÉDITS : Avatar: Hiro Signa : Ajisai
¤ MESSAGES : 521
¤ POINTS : 112
¤ AGE : 27ans / 218 ans
¤ ZONE LIBRE : Taille : 1m92
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/01/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Lun 4 Juin - 20:10

Il n'y a rien de mieux que les sous-entendu pour rire. Ça permet très souvent de briser la glace et ainsi mettre à l'aise tout le monde. Le loup se mit à rire comme un bon enfant à la phrase de son ami avant de placer sa main derrière sa nuque et la gratter légèrement.

« Fort possible mais je n'ai aucun souvenir d'avoir eu une fois un intérêt pour les femmes. Et j'aurai été servi vu le nombre présent dans ma maison...»

Et encore heureux que ses parents ne l'avaient pas mal pris. Juste son père qui avait directement pensé à son idée tordue de l'obliger à au moins enfanter une femme pour faire perdurer la lignée. Il ne pouvait pas l'empêcher d'aimer quelqu'un, ni même le renier juste pour une attirance contraire à ce que souhaitait la société. C'était son fils et l'assumerait jusqu'à sa mort.

«J'aurai bien voulu. Crois-moi. Je ne suis clairement pas fait pour vivre en permanence au même endroit. Mais en vue de son caractère, je doute que je puisse lui laisser les rênes de notre famille. Je vais être obligé d'obéir et quand mes gosses seront assez grands, je les laisserai gérer. Comment disparaître en laissant les autres se démerder.»

Et comme le pensait le Suisse, son compagnon l'avait suivi aveuglément dans son mensonge.

« Je déconnais pour la première histoire. Si ça m'aurait arrivé pour de vrai. Je l'aurai entendu  durant tous les repas de noël.»

Et pas que, à la fête des mères, pères, des morts et je vous en passe.

«Rien ne t'obliges à me raconter quelque chose pour égaliser. On a tous un vécu un peu différent. Le mien a été de toujours me retrouver dans des situations des plus loufoques. C'est pour ça que je n'ai pas vraiment peur de me promener avec une bite en plastique sur mon front tout en hurlant que je suis une licorne.»

Avec ou sans alcool. Le brun se mit à rire en écoutant les paroles de Ciarán concernant l'histoire du reflet.

«Tu sais à mon époque... On avait pas vraiment d'autres solutions. On disait aux garçons et aux filles de ne jamais s'embrasser car c'était comme ça que les bébés se faisaient. Ou de ne surtout pas se branler car on pouvait devenir sourd. »

Les « on dit » disparurent avec les connaissances acquises grâce à la science. La bouche de Arthfaël s’entrouvrit légèrement et ses yeux se posèrent lourdement sur son amant. Un stylo ? Sérieusement ? Il ne savait pas si il avait le droit d'exploser de rire ou simplement taper le dos du vampire, de consolation.

«Mais..... Ce n'est pas un peu dur un stylo ? Ça n'a tellement rien à voir avec... Mais ça ne t'a pas fait un mal de chien ?»

Un frisson parcourra son échine quand il s'assit. Il avait étrangement l'image en tête et tentait de voir avec ses doigts la taille. Après, il n'oubliait pas que sa troisième jambe pour y entrer mais c'était plus élastique, plus chaud... Plus voilà quoi.. C'était étrange ce qui pouvait se passer dans la tête d'un humain lorsqu'il se découvre. Ses chaussures flottaient sur l'eau pendant que ses pieds tournaient doucement pour y faire des vagues.

« Pourquoi te préoccuper de quoi pense une personne qui t'a laissé ? Intéresses-toi plus à ceux qui sont à tes côtés maintenant. Ils sont bien plus important. On ne choisit hélas pas sa famille... Mais on choisit nos amis.»

Sa main se posa sur le crâne du blond puis débuta un mouvement de caresse jusqu'à la nuque. Il profitait par moment de faire rentrer ses doigts dans les cheveux pour masser le cuir chevelu. Le loup adorait qu'on le lui fasse alors il le faisait souvent aux autres.

« Je n'ai pas grand chose à te raconter vu que mes parents sont très ouverts. Ils ont fait très attention que l'on soit au courant des choses concernant la sexualité. Tu aurais dû voir ma mère quand elle m'expliquait comment draguer un mec. Ou ma soeur...» Il se mit à rire de nouveau avec une certaine nostalgie puis tourna son visage vers le blond. Il se pencha en avant tout en laissant glisser sa main sur le creux de ses reins. « J'aimerai t'offrir une bague pour sceller notre amour mais... Je t'avouerai préférer ta bouche autour de ma queue.»

Son front se colla contre l'épaule du vampire et il continua de rire. C'était sur qu'il n'aurait jamais dû compter sur sa sœur pour ça. Ses connaissances étaient très souvent prises des livres qu'elle lisait.

« Et pour continuer dans nos conneries d'ado. Tu as dû remarquer que dans cette maison voire même dans cette ville. Tu ne peux pas avoir la paix ? Il m'arrivait de me branler dans ma chambre ou dans ma salle de bain. Sauf que... J'ai découvert assez tardivement pourquoi mes soeurs se moquaient de moi le matin. J'ai fini par m'assouvir à l'extérieur. Pour ce qui est de magasine, pas besoin.. j'avais ce qu'il me fallait sous les yeux...» Vu la taille de la meute. Il réfléchit un petit instant mais ne trouva rien de plus à raconter. Sauf peut-être... «Il y a eu ce jour où j'ai rencontré quelqu'un. Je n'aurai jamais pensé qu'un truc purement innocent puisse tourner de la sorte. J'ai même perdu ma putain de virginité avec lui. Fallait le faire après deux-cent ans.....Tu dois sûrement le connaître... Il est blond, un peu penaud, et parfois un peu trop gentil.»

Il hoqueta un petit rire et se recula. Un cygne s'approcha pour voir si les deux hommes allaient lui balancer du pain. Arthy lui éclaboussa un peu d'eau pour lui faire comprendre qu'il s'en aille.

« J'ai l'impression qu'on parle d'une demande en mariage.... Ma mère est une personne très maternelle. Elle te considéra très rapidement comme son fils. C'est sûrement à cause de son rôle de luna. Pour ce qui est du vieux, je pense que oui. Il va principalement me faire chier avec ses blagues à deux balles comme : Gamin, je croyais que tu n'aimais pas faire du vélo ? En voilà une belle pédale...»

Combien de fois l'avait-il entendu durant son adolescence ? Son père ne le pensait pas en mal mais plus sur le fait qu'il fallait savoir rire de tout. L'humour du père déteignait beaucoup sur celui de son fils.

« Ne te prends vraiment pas la tête avec ces conneries. Mon père n'a jamais rejetté personne. Il dit que tout le monde à sa place dans sa vie. Ça vient, ça part mais c'est ce qui fait de lui ce qu'il est. Chaque personne lui sert d'enseignement. »
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán O'Regan

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Will Tudor
¤ CRÉDITS : ©Miss Pie for signa
¤ MESSAGES : 557
¤ POINTS : 162
¤ MULTIS : Kylian the boss & Genki tigrou
¤ AGE : Transformé à 21, 46 ans âge vampire
¤ ZONE LIBRE : Profil - Liens - Rps

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 02/02/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Mer 6 Juin - 19:36

Svizzera

Mais alors. L'accident déclaré n'avait toujours pas été dévoilé ? Il n'allait pas m'échapper aussi facilement, mais j'étais d'accord pour lui laisser un temps de répit, juste pour lui redonner confiance. Je raconte finalement une de mes anecdotes après l'avoir écouté pour cette histoire de reflet. Se branler rend sourd ? Je n'arrivais même pas à trouver ça logique au fond même en essayant de retourner cette phrase dans tous les sens. Mais maintenant je comprenais beaucoup plus le côté complètement taré de mon compagnon. Moi qui avait toujours vécu reclus et enfermé, forcément, je ne pouvais pas avoir la même évolution. Mais avec le temps et à force de vivre à ses côtés, peut-être que...
Je rigolais tout seul à ma déclaration. Cette histoire de marqueur m'avait marqué moi-aussi, mais étonnement pas vraiment pareil.

- Bah... Si, mais c'est plus petit alors ça allait. J'étais trop timide pour me mettre des doigts, mais pas un stylo... Chacun son délire comme on dit ! Mais crois moi, ce n'est pas une bonne expérience pour autant...

Il s'en souvenait encore... Le bouchon perdu et la panique de ne jamais le retrouver. Et on se demande après pourquoi les jouets ont un stop au bout...
Je pars ensuite sur un autre sujet, tapotant l'eau avec mes pieds, créant ainsi quelques ondes et clapotis. Je me préoccupai de pas mal de chose... Si quelqu'un dans mon passé à penser telle chose me concernant, qui me dit que d'autre ne le feront pas ?

- Pour connaître mes erreurs, ce que je peux améliorer, changer... Savoir, si c'est effectivement moi le fautif ou si ce sont les autres. J'ai toujours du mal à penser que quelqu'un peut avoir tord alors que j'ai aucun mal à croire que moi, je peux l'être. Du coup, oui, je me préoccupe de tout ça même si le présent compte plus que le passé, j'en ai conscience...

Je profite de ces quelques caresses, posant ma tempe sur son épaule en continuant mes ronds de jambe sur la surface de l'eau claire. Je me redressais un peu lorsque ce dernier se mit à rire avant de rigoler à mon tour en faisant un non de la tête, un peu blasé.

- La bague reste plus cher certes, mais ça dure aussi plus longtemps ! Mais les deux me plaisent ! Dis-je avec une moue innocente.

Les conneries d'ados. Ha ca, en étant aussi entouré, il devait en savoir, je n'en doutais pas un instant. Mon regard se pose alors sur lui lorsqu'il parle d'une certaine personne avant de comprendre que c'était de moi qu'il s'agissait. Je lui fais un sourire un peu emu. C'est vrai qu'on aurai jamais pu prévoir la suite à ce moment précis.

- Je crois que je le connais oui... Il est même souvent trop gentil... Et quand il boit, il raconte des choses étranges aussi, je crois !

Souvenir de cette soirée où je marchais sur les mains, dommage que je ne m'en souvienne pas totalement d'ailleurs...
Après les bêtises, le moment angoisse. Je l'écoutais, toujours en étant un peu inquiet, mais il les connaissait mieux que moi après tout.

- Je vais tâcher d'arrêter de m'inquiéter promis... On verra bien et puis... Comment ne pas m'aimer sincèrement ?

Je relevais le visage d'un air hautain qu'on ne me connaissait pas avant de m'étirer. Je me penche alors vers lui, retirant son portable de sa poche discrètement avant de faire pareil pour le mien.

- Bon, ce n'est pas tout, mais... Il fait chaud non ?

Sur ces mots, je lui choppe le bras pour le faire tomber avec moi à l'eau. Hé, je pouvais être imprévisible aussi parfois ! Je finis par le lâcher avant de remonter à la surface, fier de ma connerie tout en lui balançant un peu d'eau. Pas besoin de maillot de bain ou autre ! On dit bonjour au poisson comme ça !

- Dis-moi vraiment ce qu'est cet accident et je te laisserais en paix !
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Arthfaël Weidmann

avatar

Loup Solitaire



¤ AVATAR : Dooglas Both
¤ CRÉDITS : Avatar: Hiro Signa : Ajisai
¤ MESSAGES : 521
¤ POINTS : 112
¤ AGE : 27ans / 218 ans
¤ ZONE LIBRE : Taille : 1m92
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/01/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Jeu 7 Juin - 20:21

Une chose était sûre.... Arthy ne viendrait jamais à utiliser un stylo pour donner du plaisir à son compagnon. Et... Il ne verrait plus jamais cet ustensile de la même manière. Il pouffa encore une fois de rire avant de commencer à embêter le blond par ses caresses et ses bêtises.

« N'as-tu pas peur de perdre le plaisir de l'instant à vouloir tout le temps te poser ce genre de question ? » Il rattrapa à l'inextremiste sa chaussure qui était entrain de se faire la malle à cause des vagues. « Ma mère m'a très souvent dis de faire attention avec ma franchise car elle n'était pas toujours bonne à dire. Que je finirais par blesser mon entourage et ils me tourneraient le dos. Pourtant, c'est en disant ce que je pense, que j'ai construit de très beaux liens. Pourquoi changer pour ceux qui ne nous aiment pas comme nous sommes ? Alors qu'il est plus agréable d'être entouré par ceux qui nous aiment... Avec notre caractère de cochon ! » Le loup laissa pendre légèrement sa langue au bord de ses lèvres car il tentait de ne pas tomber dans l'eau pour récupérer sa tong. « Fais-toi plaisir au lieu de faire plaisir aux autres...A vouloir être un joli diamant poli que tout le monde veut... Tu finiras pas disparaître et te faire du mal. Tu seras malheureux, angoissé, peureux... Et je t'en passe des mots. Je trouve tellement plus joli un caillou avec des défauts qui ne plaira qu'à moi, que d'avoir un diamant autour du cou que les gens viendront à me jalouser.»

Combien même restait-il quelqu'un de très ouvert et entouré, il en avait perdu du monde sur son chemin de vie. Il lui arrivait parfois de regarder derrière lui puis sourire. Personne n'est mauvais sur le chemin de vie et qu'importe ce qu'on nous a fait enduré. Il faut être capable de prendre nos maux et les conseils de notre enroutage comme des pierres et les poser petit à petit en un tas puis de ce tas, traverser enfin le mur qui s'est érigé devant nous.

« Enfant, j'étais un peu comme toi. A force de me faire avoir à droite et à gauche. J'ai fini par m'endurcir un peu. Je suis perçu comme un idiot mais les gens qui se piquent à moi, remarquent bien vite que ce n'est qu'une façon d'être. »

Arthfaël éclata de nouveau de rire à la réponse de son ami concernant la bague. C'était quoi cette tête ? Il le poussa légèrement.

«Comment vais-je faire... La bague ou la bouche ? C'est moi qui devra être à genou pour offrir la bague. On va avoir l'air idiot à être les deux accroupis...»

Son rire se calma puis il décoiffa de nouveau Ciarán.

« T'as vu ! C'est un bon ami à toi aussi ? »

Il remua sa main pour faire comprendre au vampire qu'il avait compris. Il y avait intérêt qu'il arrête de se pourrir la tête pour des futilités. Il vaut mieux s'amuser dans la vie que de ce faire chier avec des valises. Et ce qui arriva, arriva. Les deux hommes se retrouvèrent dans l'eau. Pour le brun, ce n'était pas vraiment très profond, il avait pied. Il se redressa puis passa ses mains dans ses cheveux humides pour les plaquer en arrière puis fixa son assaillant.

« Le miroir, patate épilée... C'était l'histoire de la rivière qui était fausse.»

Mais quel sale gamin et pourtant, le narrateur a tenté de prévenir son personnage que ça allait sûrement arriver ce genre de chose. Le loup marcha lentement jusqu'à celui qui l'avait jeter dans l'eau puis cadenassa son bras autour de son corps, ainsi le petit cia n'aurait plus besoin de nager et se fatiguer inutilement en utilisant son compagnon comme bouée.

«Tu veux jouer à ce genre de jeu ?» Il se pencha pour que ses lèvres soient proches de l'oeil du blond et lui murmura : « Tu sais qu'il y a des requins dans le coin ? Tu devrais faire attention si tu ne souhaites pas te faire manger une jambe.  »

Arthy avança lentement en direction des eaux un peu plus profondes. S'éloignant ainsi des petits bateaux.

« Et ici, tu as les algues qui s'enroulent autour de tes pieds pour te garder sous l'eau toute ta vie. Tu seras capable de les combattre ?»

C'était fourbe mais ça l'amusait. Ses mains lâchèrent lentement le corps du vampire puis un sourire moqueur se dessina sur ses lèvres.

« ça ne doit pas être trop difficile pour un vilain garçon comme toi...»
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán O'Regan

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Will Tudor
¤ CRÉDITS : ©Miss Pie for signa
¤ MESSAGES : 557
¤ POINTS : 162
¤ MULTIS : Kylian the boss & Genki tigrou
¤ AGE : Transformé à 21, 46 ans âge vampire
¤ ZONE LIBRE : Profil - Liens - Rps

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 02/02/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Sam 9 Juin - 2:10

Svizzera

Je l'écoutais en gardant la tête baissée tout en fixant l'eau, l'éclaboussant avec mes pieds pour avoir le plaisir d'observer les ondes de choc. À la fin de sa tirade, je finis par lever les yeux vers lui en soupirant. Il avait raison. Surement raison. Mais c'était compliqué pour moi qui angoissé au moindre mot que je pouvais dire de travers. Arg pourquoi je me faisais autant de mal tout seul alors que je pourrais juste profiter et faire un gros doigt aux chieurs ?

- C'est vrai... Je devrais faire ça, qu'importe ce que les autres penses. Mais j'ai encore un peu de mal, j'avoue à ne pas stresser dès que je pense avoir dit quelque chose qu'il ne fallait pas.

Après, j'étais là "oh mon dieu, et s'il pensait ça ? ", "Et s'il me disait ça ? ", "Je n'aurais jamais du dire cette connerie..." Le bonheur, je vous dis, le bonheur !
Je rigole à sa remarque sur la bague.

- He bien, disons que tu me l'offres en premier et je te remercie en me mettant ensuite à genoux. Et de toute manière, être à deux au sol aura sûrement l'air moins idiot qu'une pipe en public ! Et encore, "idiot" semblait léger comme mot pour qualifier ce genre de pratique devant tout le monde.

Bon, et si je lui montrais ma spontanéité ?
À l'eau moussaillon et rapidement !
J'éclate de rire en continuant de l'asperger alors qu'il se rapproche finalement pour me bloquer contre lui. Je lui lèche ainsi le bout du nez alors qu'il me parle de requin.

- Je suis sûr qu'ils choisiront le meilleur morceau avant ! Lâche moi !

Je rigole de nouveau lorsqu'il me parle d'algue tout en gigotant comme un forcené. Je n'aimais pas les algues ! C'était mouillé, collant et affreusement visqueux ! C'était petit, Arthy, très petit !

- Non, je toucherais pas à ces trucs ! C'est dégoutant !

Heureusement que je n'avais pas besoin de respirer sinon je m'étoufferais tout seul à force de rire.
Le loup finit par me lâcher alors que je nage un peu plus loin sans le quitter des yeux.

- Moi vilain ? Absolument pas ! Je voulais juste en plus te prouver qu'on n'a pas forcément besoin de maillot de bain... Mais même comme ça, je déteste les algues...
Et je n'aurais jamais dû dire ça, car voila que je m'en prends une en pleine tête. Il me faut un moment avant de la retirer et la jeter plus loin. Ouh, il cherchait la merde !

- Alors ça... Mais alors ça ! Se faire manger par un requin, ce sera beaucoup moins douloureux !

Je fonce alors sur lui et essaie de grimper comme je peux pour le mettre sous l'eau. Cependant, je dois beaucoup trop rigoler pour réussir, car malgré ma force, je n'arrive à rien. C'était misérable et légèrement pitoyable mon affaire.

- Tu pourrais m'aider un minimum, saleté de loup crème !

Non mais c'est vrai quoi, il pourrait se noyer tout seul non ? Un peu de soutien quoi, bon sang !
N'empêche que ça faisait longtemps que je n'avais pas rigolé comme ça...
J'étais tellement trempé. Et c'était pire alors qu'il m'envoie finalement de nouveau dans l'eau. Je ne voyais quasiment plus rien à cause de mes cheveux, me secouant comme un chien pour m'en débarrasser, avançant un peu à l'aveuglette.

- Tu vas voir... Attends. Je remets juste tout ça en place et... Ne bouge pas hein !
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Arthfaël Weidmann

avatar

Loup Solitaire



¤ AVATAR : Dooglas Both
¤ CRÉDITS : Avatar: Hiro Signa : Ajisai
¤ MESSAGES : 521
¤ POINTS : 112
¤ AGE : 27ans / 218 ans
¤ ZONE LIBRE : Taille : 1m92
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/01/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Dim 10 Juin - 19:53

Faible sourire s’arquant aux lèvres du loup devant la réponse de son amant. Pourquoi sommes-nous si sensible face aux regards des autres ? La vie est déjà si compliquée, pourquoi se la compliquer encore plus ? Il détourna son regard pour fixer droit devant lui. Le temps lui avait fait oublier que dans sa ville, la pollution était peu présente et le ciel était ainsi décoré d’innombrables étoiles. Son rire ne resta pas silencieux très longtemps car il résonna très rapidement lorsque Ciarán lui parla d'une pipe en public.

« Tout dépend de laquelle on parle. Mon grand-père en fumait et tu savais toujours où il traînait. »

Ses paroles étaient suivis d'une tinte de tristesse. Arthfaël n'avait pas connu son aïeul et peut-être que c'était mieux comme ça. D'après les histoires comptés par son père et sa mère, c'était un homme au cœur de pierre qui ne laissait aucunes chances autres races. Combien même sa dureté, il aurait pu avoir d'autres connaissances pour son avenir. Le brun revint à la réalité de l'instant lorsqu'il put entendre son compagnon rouspéter d'avoir reçu des algues sur la figure. Il releva légèrement les yeux en l'air pour fixer une mouette qui se moquait sûrement de l'humain qu'elle venait d'embêter.

« Tu déconnes ? C'est super bon les algues. Je les aime bien séchées... »

Entendre rire le vampire était un des rares plaisirs qui l'égayait le plus. Il ne bougea pas vraiment lorsque son ami tenta de lui enfoncer la tête dans l'eau pour tenter de le punir. Le loup attrapa l'enfant de la nuit puis le lança de toute sa force plus loin dans l'eau. Ça faisait bien longtemps qu'il n'avait pas faire ce genre de jeu. Il avait l'habitude avec les enfants de la meute lorsqu'il était encore dans le coin.

« Et si on jouait à chat ?»

Jeu purement enfantin mais de quoi faire toujours rire un adulte. Sans même dire un mot de plus, il s'enfonça doucement dans l'eau du lac pour complètement disparaître. Il nagea facilement jusqu'au rebord du port puis émergea pour s'extirper par la force de ses bras. Il s'accroupit au rebord tout en continuant de parler.

« Tu n'as pas le droit d'utiliser tes pouvoirs vampiriques. Tu as juste le droit d'être Ciarán, un jeune homme qui s'amuse et qui va galérer pour me retrouver. Je connais cet endroit comme ma poche.» Faut-il encore que la ville n'ait pas TOTALEMENT été modifiée depuis 1900. La Suisse étant connue pour ne jamais démolir mais plutôt rénover pour préserver l'histoire et les déchets inutiles. « Tu peux t'aider des habitants qui traînent ici le soir. Mais méfie-toi, ils ne disent pas tous la vérité. »

Tel une magnifique diva quittant sa scène, le Suisse envoya un baisé avec sa main dans la direction de son ami, avant de partir en courant dans la ville. Qu'est-ce que ça pouvait être désagréable des vêtements trempent. Il retira son t-shirt puis l'essora dans un coin avant de le secouer un bon coup et l'étendre sur des cordages fait à cet effet. Il regarda rapidement qu'elle était la maison pour récupérer son vêtement demain dans la journée. Puis il reprit la course en secouant par moment ses jambes pour faire égoutter son bermuda. Et dire qu'en forêt, il aurait pu se foutre nu comme un ver sans que personne vienne à se soucier de quoi que ce soit. Un soupire s'extirpa de ses lèvres avant de s'écraser dans le lourd brouhaha de la foule. Arthy arriva enfin au niveau de la vieille église prêt de sa maison. Il poussa les lourdes portes en bois puis y pénétra en silence. Sa main glissa lentement dans une cuvette en pierre qui contenait de l'eau bénite puis il fit le signe de croix. N'allez pas croire qu'il est croyant mais c'était un geste de respect pour ce genre d'endroit religieux. Sa mère avait toujours pris pour habitude de venir ici pour avoir un peu de calme mais pas que, pour allumer des bougies pour tout ceux qui sont passés de l'autre côté et pour ceux qui sont encore là. Demander une protection pour les morts tout comme les vivants. Il alla s'asseoir sur une des vieux bancs en bois puis plaça ses jambes de manière indienne. Sa tête se renversa en arrière pour que ses yeux fixent les nombreux décorations du lieu saint. Aucun n'avait été modifié ou rénové. Est-ce que le petit vampire aux longues dents allait retrouver le vilain méchant loup ou viendrait-il à pleurer et râler dans son coin comme le ferait un enfant ? En tout cas, Arthy viendrait sûrement le chercher s'il prendrait trop de temps. Le soleil se levait beaucoup plus tôt durant les beaux jours, il ne voudrait pas que son compagnon devienne un nid de poussière sous un tapis.
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán O'Regan

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Will Tudor
¤ CRÉDITS : ©Miss Pie for signa
¤ MESSAGES : 557
¤ POINTS : 162
¤ MULTIS : Kylian the boss & Genki tigrou
¤ AGE : Transformé à 21, 46 ans âge vampire
¤ ZONE LIBRE : Profil - Liens - Rps

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 02/02/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Lun 11 Juin - 22:33

Svizzera

Au chat ? Qu'est-ce que ? Il était conscient que je n'avais jamais joué avec d'autres gens de ma vie ?
Je le regarde alors en penchant la tête tout en battant des bras pour rester à la surface. Je comprenais vite qu'il fallait donc que je le trouve. C'était étrange comme concept.

- Attends quoi ? La vérité ? Art ! Mais non. Monsieur était déjà partis. Je finis par rejoindre la surface également tout en me secouant pour me retirer le plus d'eau possible. C'était difficile de ne pas utiliser mes pouvoirs, ils étaient tellement naturels au fond...

Je sentais son odeur parmi les autres habitants avant de comprendre qu'il avait sûrement abandonné un vêtement quelque part pour me fausser. Bon. Trouver le loup. J'étais quand même capable de le faire... Même si je ne comprenais pas trop ce qu'il avait voulu dire en parlant des habitants. Il avait tellement l'habitude de jouer à ça que tous participaient ?
Je finis par avancer malgré mes habits toujours trempés pour chercher le lycan. Le village ne faisait pas non plus la taille de Londres, il ne pouvait pas être parti bien loin, tout de même !
Je m'autorise à renifler un peu l'air, mais il y a encore beaucoup trop d'odeur mélangé et indéterminé pour en capter seulement une. Je tourne la tête partout histoire de peut-être me faire un cadrage, mais il m'avait vraiment lâché dans l'inconnu.
S'il pensait que j'allais prendre peur ou autre, c'était mal connaître mon évolution. J'avais changé depuis la St Patrick. Je n'angoissais quasiment plus dans la foule, cherchant juste des solutions et des moyens pour trouver où aller et quoi faire.
Je me gratte l'arrière de la tête tout en continuant d'avancer, regardant au passage les boutiques et les marchants toujours présent malgré l'heure.

Où pouvait se cacher ce loup ? Dans une boutique ? Dans la forêt ? Dans... Dans une maison ? Je soupire un peu avant. En plus, les gens ne semblaient pas vraiment parler ou comprendre l'anglais... Mais finalement, je trouve quelqu'un qui arrive à peu prés à me comprendre, mais malheureusement pour pas-grand-chose. Ca faisait bien quarante minutes que je le cherchais, mais toujours aucune trace.
Bon. Réfléchissons. Où pouvait-il aller pour... Mon regard se pose alors sur l'église. Ce serait parfaitement ironique d'aller se cacher là. Et c'était tellement le genre du loup de vouloir m'obliger à rentrer dans un lieu sacré malgré mon espèce.
Mes pas me mènent jusqu'à la bâtisse dans laquelle je pénètre doucement et. Bingo. Saleté de touffe de poils !
Je m'approche alors et me pose à ses côtés.

- Tu n'aurais pas pu aller dans un cimetière histoire de pousser l'ironie à un niveau plus élevé ?

Je le regarde en souriant avant de moi-même regarder un peu partout pour observer les décorations. Je n'avais jamais été très croyant et maintenant je ne pouvais plus vraiment l'être. Mais j'avais toujours trouvé cela fascinant.

- Bien. Je suppose alors que j'ai gagné non ? Et promis, je n'ai pas utilisé mes pouvoirs vampiriques... De toute manière, je ne pouvais pas, y avais trop d'odeur pour que je te capte... Mais... J'ai réussi ! Et cela m'a permit de visiter aussi

J'étais fier en réalité. Je n'avais pas paniqué ou autre et je l'avais trouvé en moins d'une heure. C'était une belle réussite non ?

- Je sens que le soleil se lève, on ferait peut-être mieux d'y aller... Et puis, je rêve d'une douche et d'un lit... Et d'un gros câlin également...

Je lui souris de nouveau avant de finalement me lever.

- Malgré mon état, ce lieu a un côté rassurant, c'est étrange. Peut-être le silence...

On retourne alors chez lui tranquillement tout en continuant de discuter. Une douche. Mon royaume pour une douche. Et surtout un bon sommeil réparateur.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Arthfaël Weidmann

avatar

Loup Solitaire



¤ AVATAR : Dooglas Both
¤ CRÉDITS : Avatar: Hiro Signa : Ajisai
¤ MESSAGES : 521
¤ POINTS : 112
¤ AGE : 27ans / 218 ans
¤ ZONE LIBRE : Taille : 1m92
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/01/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Mar 12 Juin - 22:09

La tête reculant lentement puis un geste de récupération accompagné d'un faible ronflement. Ce n'était clairement pas le moment de s'endormir. Et dire que ce genre de lieux saints étaient connus pour leur calme et leur fraîcheur. Lors de vos voyages dans des pays chauds, n'hésitez pas à vous perdre dans une église. Vous aurez un havre de paix mais pas que, vous vous rafraîchirez très rapidement. Dans un unième mouvement de sauvetage de tête, il se pencha en avant tout en plaçant ses mains sur son visage. Le fait de se garder éveiller la moitié de la nuit ainsi que durant les journées entières pour travailler, finissait par avoir raison de notre gros loup. Un soupire de soulagement retentit dans l'espace de l'église au moment où le brun put sentir l'odeur de son compagnon. Il avait enfin trouver sa cachette et ils pourraient bientôt rejoindre leur bon vieux lit. Son regard alla se poser sur Cia lorsqu'il vit s'asseoir à ses côtés.

« Je n'y aie pas vraiment pensé... »

On pouvait souvent le prendre pour un idiot avec les bêtises qu'il sortait mais c'était une grande part d'innocence. Sa main se posa sur l'arrière du crâne de son ami pour le féliciter de l'avoir retrouver.

« Normalement, dans ce jeu.. Tu dois toucher celui que tu chassais pour lui dire : C'est toi le chat... Avant de partir en courant pour sauver tes miches. C'est le genre de jeu où tu pourrais y jouer toute la journée si vous êtes plusieurs. »

Il répondit par la suite positivement sur l'envie de rentrer du blond. Ils rentrèrent dans la maison des Weidmann où toutes les sœurs étaient entrain de dormir. Le parfum des parents d'Arthfaël n'étaient toujours pas présent. Ils aimaient se faire attendre. Une fois dans la chambre le loup lança au vampire un linge pour qu'il puisse se doucher et lui signala l'emplacement de la salle-de-bain qui se trouvait à l'étage inférieur. Arthy se posa comme une grosse larve sur le lit avant de se coucher de tout son long. La douche ? Plus tard. Quand le blondinet aura terminé mais en vue de sa fatigue, je pense qu'elle va lui passer sous le nez.

« Réveilles-moi quand tu auras terminé... »

Marmona-t'il mais en vue de sa relation très idyllique avec Morphée, il n'était pas aisé de le réveiller en règle générale. Lorsque l'Irlandais reviendra, il ne se rendra même pas compte de sa présence ou même de sa demande de câlin d'un peu plus tôt. En gros, c'était une grosse poupée fait de chair et de chaleur qui respirait.

Et si on avançait un peu l'histoire ? Ça vous dit ?

Il était quatre heure de l'après-midi lorsque le lycan ouvrit ses yeux. Il tourna par réflexe son regard sur le côté pour voir son compagnon endormi en boule près de lui. Comme à son habitude. Le brun leva sa main pour que ses doigts viennent à caresser les courbes du visage de Ciarán. Pourquoi était-il à ce point peureux ? Lentement, il se redressa dans le lit avant de le quitter et rejoindre à pas de loup les couloirs de la maison. Arthy ne souhaitait pas réveiller son ami qui dormait encore. De toute manière, il faisait encore jour alors ça ne valait pas la peine. Il se dirigea dans le salon pour voir que toutes ses sœurs étaient présentes dans la pièce mais pas que, il y avait aussi ses parents ainsi que ses neveux qui étaient les enfants de sa première sœur. Ils étaient âgés d'une dizaine d'années. Les embrassades ne tardèrent pas et furent assez festives connaissant cette famille. Seule sa soeur aînée était restée distante puis ne s'était pas gêner à envoyer des piques dominants sur son frère qui leva simplement les yeux au ciel. Il y avait de quoi rabaisser le loup en vu de son accoutrement, son odeur du lac mais aussi le fait qu'il était avec un vampire. Il n'y avait que sa soeur qui désapprouvait tout ça.
Sa mère enroula ses bras autour du cou de son plus jeune enfant et commença à le bercer. Ça devait bien faire une centaine d'années qu'elle n'avait pu le voir, le touche, le sentir. Elle était heureuse de savoir que son tout-petit était en bonne santé et semblait être très heureux de ses activités hors de la meute. Elle qui s'était fait un sang d'encre tous les jours. Le brun profita de ce geste rempli d'amour maternel avant de prendre du courage et s'approcher de son père qui était assis sur son fauteuil attitré. Il fixait son fils avec une certaine autorité avant de se lever et lui attrapa l'arrière du cou. Un sourire déchira son visage avant que l'entende son rire rauque dans toute la maison. Il était heureux de voir son gamin et qu'importe les conneries qu'il avait fait jusqu'à maintenant. Tant qu'il était en vie et pouvait encore gérer le futur de cette meute.

« P'tit merdeux, t'as retrouvé tes couilles pour venir ici ? » Dit-il en italien

Il tapa à plusieurs reprises sur la nuque de son fils avant de placer son bras dessus pour cadenasser son cou.

« ça te tente une petite partie de schwingen ?»

Le père ne laissa pas le choix à son rejeton qu'il ordonna à sa femme d'aller chercher les fameuses culottes en tissus. Le « Schwingen » ou plutôt, la lutte Suisse avec une culotte de tissu. Le but étant de tenir son adversaire au niveau de la ceinture. Il faut faire en sorte que le dos d'un des joueurs viennent à toucher le sol ou au moins les omoplates. Sauf que ce jeu était souvent plus coriace lorsqu'il était joué avec l'alpha et son enfant. Arthy n'eut même pas le temps de dire quoi que ce soit qu'il fut tirer par la peau du cou à l'extérieur où il pleuvait des cordes. Le sol était imbibé d'eau, créant ainsi d'énormes flaques de boue. Le jeu commença dès que les deux hommes eurent leur culotte autour de la taille. Le brun se retrouvait très souvent sur le sol dans une position de perdant, ou plutôt de dominé. Son père ne se gênait pas d'appuyer tout son poids pour faire comprendre à son rejeton qui était le plus fort des deux. Ciarán doit sûrement être réveillé à cause des nombreux cris provenant de Arthy qui souffrait le martyre à cause de son paternel. Était-ce un peu sa vengeance à cause de la fuite de son fils ? Sûrement !

«T'es faible gamin. Tu fais quoi à Londres ? Tu bouches plus le cul de ta blondasse que t'occuper à t’entraîner pour reprendre ma place ?»

L'homme maintenant le haut du corps du brun dans la boue. A la suite des paroles de son père, il usa de sa jambe pour lui donner un coup de pied dans le ventre et ainsi briser son emprise. Il se recula de quelques pas pour pouvoir avoir une distance de sécurité et reprendre son souffle. C'était vrai qu'il était devenu très faible mais ce n'était pas sa faute. Ce n'est jamais sa faute. Arthy fonça finalement contre son père puis ils choquèrent leur épaule tout en prenant les culottes pour tenter de se renverser. On pouvait sentir la rage du loup qui était entrain de s'éveiller chez les deux hommes.
Les soeurs étaient assises sous le perron à fixer les deux hommes se battre pour s'amuser. Seule la mère était restée au niveau de la porte au cas où si le vampire viendrait à sortir de sa tanière. Le jour avait bien vite laisser tomber son idée d'être présent. La nuit avait gagné grâce à la pluie. La femme avait préparé de quoi faire manger le blond. Bien évidemment que c'était du sang. Vous croyez vraiment qu'elle va venir à perdre du temps à cuisiner pour... un mort ? Elle s'était procurée les poches chez des connaissances du village qui étaient aussi des vampires. Les poches étaient présentes sur la table de la cuisine.

« Augustin, vas doucement avec le petit...» Cria-t'elle en italien la main sur la poitrine. Elle avait vraiment peur que son mari vienne à aller trop loin et finisse par blesser son bébé. Arthfaël était de nouveau au sol avec la tête enfoncée dans la boue. Des petites bulles remontaient à la surface.

«T'inquiètes, je vais pas le tuer. Je lui apprends juste à suivre les règles de la maison..» Cette fois-ci c'était en anglais car l'homme avait senti la présence du vampire. Sa femme se tourna pour saluer le jeune homme. Elle s'approcha de lui en posant ses mains sur ses joues puis l'embrassa de manière très maternelle sur le front.

[color=green «Tu as bien dormi, mon enfant ? Je t'ai laissé à manger juste ici... Je crois que mon mari va garder encore un petit moment ton amoureux.»[/color]

Elle le lâcha pour voir ce qui se passait à l'extérieur. Arthy se retrouva balancer contre le mur de la maison. Son corps choqua fortement contre celui-ci avant de glisser sur le sol. Le père se mit à rire avant de remarquer qu'il avait peut-être été un peu trop loin en faisant ça. Le brun était à présent sonné à cause du coup.

« Londres m'a rendu une vraie petite fiote Je suis sûr qu'il boit du thé tout les jours au lieu de boire de la vraie boisson !»

Il soupira pour renter dans la maison et faire à présent face au vampire. L'homme dépassait les deux-mètres, sa carrure était très imposante et le seul endroit qui était censé avoir des cheveux n'en avait plus. Ils avaient décidé de pousser au niveau de sa barbe. Il ne parla pas et tapote simplement sa main sur le tête du vampire avant de disparaître dans la salle de bain pour se laver. Sa femme s'occupait de son fils qui reprenait doucement ses esprits et se mit à rire tout en insultant son paternel de connard. Il était à présent blessé au niveau de la lèvre qui saignait, son corps était couvert à plusieurs endroits d'hématomes mais ça ne se voyait pas à cause de la boue. Il n'avait même pas remarqué la présence de son compagnon, ce fut sa mère qui le signala. Il se leva puis rentra dans l'appartement. Le loup aurait voulu le serrer dans ses bras mais il était bien trop sale.

« Tu vois que personne ne te rejette dans cette maison... Y a que moi qu'on fait voler ici.» Dit-il avec un ton d'humour. «Tu as assez dormi ?»


Revenir en haut Aller en bas
Ciarán O'Regan

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Will Tudor
¤ CRÉDITS : ©Miss Pie for signa
¤ MESSAGES : 557
¤ POINTS : 162
¤ MULTIS : Kylian the boss & Genki tigrou
¤ AGE : Transformé à 21, 46 ans âge vampire
¤ ZONE LIBRE : Profil - Liens - Rps

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 02/02/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Mer 13 Juin - 16:00

Svizzera

Ha, c'était ça le jeu du chat. Mais ça implique de courir et c'était la dernière chose dont j'avais envie là de suite. Tant pis, je passe mon tour ou je le mets en attente jusqu'à la prochaine fois. Je trouve à peine la force de me lever et regagner la maison avant de finalement prendre une longue douche histoire de me décrasser totalement de l'odeur des algues et de l'eau non filtré. Je me secoue la tête avant de me rincer de nouveau puis sortir pour me sécher et me foutre en tenu confortable pour un gros dodo réparateur.
Une fois dans la chambre, j'appelle Arthy avant de le voir totalement endormit comme une larve sur le lit. Je souris avant de le déshabiller un peu et me coucher contre lui. Le câlin attendra demain, j'imagine ? Je me contenterais de me frotter légèrement et me mettre en boule contre lui avant de fermer mon esprit pour rejoindre également Morphée.

Un bon sommeil. Un long sommeil. Un sommeil calme. Et. Un réveil agité. Je finis par me redresser d'un bon comme si on m'avait foutu une alarme dans les oreilles avant de comprendre que le grabuge venait de dehors. Heureusement, les rideaux étaient bien tous tirés tandis que je baille longuement, prenant un temps pour comprendre où j'étais exactement. Ha oui. La Suisse. Arthy. Maison. Sœurs. Parents. Lac. Église, ok. Tout me revient, je suis à jour. Par contre pour l'heure, je ne sais pas. Le soleil était encore pas mal au-dessus, on devait être en milieu, fin d'après-midi. J'avais dormi longtemps. Et... Arthy avait dû se lever bien avant moi. Mais pourquoi tout ce bordel en bas, ils font quoi, du catch ?
Lentement, je sors du lit en me frottant les yeux comme un enfant avant de descendre lentement en bas, zigzaguant parmi les traces de soleil légèrement présent sur le sol.
Une fois arrivé, je vois par la porte un Arthy la tronche dans la boue tenue par ce qui semblait être son père. J'espère que je n'aurais pas droit à ce genre de... Rappel de règle. God, les moeurs Suisse sont très étranges. C'est commun de noyer quelqu'un dans la boue ?
L'odeur du sang me parvenait rapidement aux narines alors que, la mère du lycan je suppose, s'approchait. Je fis un mini pas en arrière avant de sentir juste de la douceur venant de cette femme. Oh, c'est. Peu commun. C'est maternelle, c'est. Très agréable aussi.
Et du coup, j'étais un peu pris de court également.

- Oui mer... Merci. Je, vois voler Arthy alors contre le mur, fronçant un peu les sourcils, surpris. Je vais l'attendre sagement...

C'était, je suis persuadé, une façon totalement convenable d'accueillir son fils chez les loups. Ce n'est absolument pas illogique, moi aussi, j'aime envoyer des gens dans les murs, il ne faut pas croire !
Je prends alors une poche de sang avant d'entendre son père rentrer. Et moi, bêtement, je répond !

- Oui, je lui en prépare de... Temps... En... Temps...

Alors. Je pense que c'est là que j'aurais dû me taire non ? Je relève timidement la tête pour lui faire face avant de rapidement le comparé à un Viking. Ceux qu'on voit la, dans les dessins-animé. Les gens qui font très peur avec des casques à corne et des bracelets en cuir qui font ma cuisse. Oui, voilà, eux.
Et j'imagine que les coups sur la tête sont pour dire bonjour même si j'ai l'impression que je rapetisse en plus de perdre des vertèbres. Oh, mais. C'est les moeurs Suisse non ?
C'est marrant ça, je me sens paralysé soudainement. Si j'avais eu besoin de respirer bah... Je ne l'aurais pas fait. Whoua. Il me rappelle un peu Stoïck dans Dragon.

Je me tourne un peu finalement avant de continuer de boire mon sang et voir mon compagnon qui ressemblait surtout à une grosse meute de beurre brûlé venir vers moi. Je lui souris tendrement.

- Oui, d'ailleurs, c'était un... Très beau vol... Mais j'ai bien dormi, et j'imagine que toi aussi vue tes ronflements ? Tu devrais... Allé te laver, parce que j'ai du mal à te voir sous cette boue... Puis faudra que tu me dises le nom de ce catch ou autre... Je reste curieux vue... Ton état.

Je finis par m'installer à la table pour terminer mon sang avant de sentir des regards féminins sur moi. J'aspire de plus en plus lentement avant de relever la tête.
Ok, y en a une, je n'ai pas besoin de lire dans son esprit pour savoir à quoi elle pense.

- Non, nous étions trop fatigués hier... Elle semblait terriblement déçue, par contre ce matin... Dis-je en sachant très bien que ça allait la travailler. Je souriais d'ailleurs intérieurement à cette douce pensée.
- Tu sais, si tu me dis tout, je te trouverais plein d'anecdote sur notre frère en contrepartie.

Ha, le chantage commence dès maintenant ? On n'a pas le temps de se sentir délaissé ici.

- Tout ? Elle acquiesce. J'en ai pour des mois... Histoire de la faire jubiler un peu.

Elle continue d'essayer de me soutirer des informations jusqu'à ce que je me rende compte d'une autre présence que je n'avais pas calculé jusqu'à présent. C'était son autre sœur, la fameuse "vieille peau" ? Au vu de sa façon de me fixer, je pouvais difficilement me tromper. Il n'y avait rien de positif, loin de là. Je ne savais pas si c'était le fait que je sois un vampire ou peut-être juste le côté jalousie qui prenait le dessus de nouveau. En tout cas, c'était très malaisant.
Je tente un sourire amical, mais non. Non, définitivement non. Tant pis. Essayons plutôt de nous faire oublier tout en continuant de parler avec les deux autres.
Je sors quelques anecdotes plutôt mignonne pour le moment avant de sentir la mère d'Arthy demandait aux deux plus jeunes d'arrêter de m'embêter dès le réveil.

- Oh ne... Vous n'inquiétez pas, elles ne peuvent pas être pires que lui dès le matin...

Quoi ? Bah, c'est vrai...
L'odeur du mari était également présente et de nouveau, je sentais un courant électrique me parcourir la colonne vertébrale. A moins que ce soit mes vertèbres qui se remettaient de nouveau en place ?
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Arthfaël Weidmann

avatar

Loup Solitaire



¤ AVATAR : Dooglas Both
¤ CRÉDITS : Avatar: Hiro Signa : Ajisai
¤ MESSAGES : 521
¤ POINTS : 112
¤ AGE : 27ans / 218 ans
¤ ZONE LIBRE : Taille : 1m92
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/01/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Mer 13 Juin - 21:34

Les mains se perdant dans ses cheveux boueux. Il les secoua légèrement pour que quelques gouttes viennent à tomber sur le blond. C'était un peu son petit geste vengeur pour ne l'avoir pas consoler un peu. Il venait quand même de se prendre une belle dérouiller par son père.

« Schwingen » Dit-il avec un parfait accent allemand. «La lutte Suisse.... Autrement...» Il se pencha au niveau d'une oreille de son compagnon pour lui murmurer quelques paroles. « Mais ne viens jamais à y jouer avec mon père. Ça fini toujours dans des hors jeux...»

Ou plutôt juste pour entraîner le brun à un avenir qui aura besoin de sa force mentale comme physique ; Arthy s'en alla en direction dans la salle de bain pour retirer les nombreuses couches de boue présente sur son corps. Sa mère allait être heureuse de faire la lessive. Il savait déjà d'avancer que son paternel allait se prendre une bonne engueulade ce soir au couché. Pendant qu'il se lavait, ses sœurs ne purent s'empêcher de commencer à taquiner le vampire. Pour être le plus exact, c'était la deuxième sœur qui continuait à vouloir quelques informations pour son imagination perdue dans les méandres de la perversité. On pouvait presque l'entendre gémir d'excitation à chacun des mots du blond. La dernière sœur s'installa à côté de Ciarán avec son éternel silence mortuaire puis elle commença à joue avec le bas de sa jaquette. Ses grands yeux verts fixaient le compagnon de son frère comme si elle cherchait à voir à travers son âme. La sœur aînée vint s'asseoir devant tout en croisant ses bras et ses jambes. Si l'imagination aurait pu être une arme, le plus jeune de la maison aurait été transpercer de nombreux objets contondants.

« Les chats ne font pas des chiens..» Dit la mère en ricanant de bon cœur. «ça me rappelle cette époque où Arthy subissait les blagues stupides de ses soeurs et de son père. Je n'ai hélas pas de photos pour te les montrer. Tu es donc le nouvel hérité de ce traitement de faveur ? »

Elle quitta le salon pour aller chercher les vêtements sales de son fils et de son mari puis réapparu avec son mari qui colla son épaule contre le mur. Il restait ainsi caché derrière le dos du vampire en ayant les bras croiser sur le torse. Un lourd soupire s'écrasa dans la pièce avant qu'il ne se mette à parler. Il portait simplement un bas de pyjama. On pouvait voir sur son torse les nombreuses cicatrices dû aux combats.

«T'es un jeune vampire, gamin. Tu gères tes pouvoirs ? Hésites pas à m’appeler si tu veux que quelqu'un t’entraîne. Je me ferai un grand plaisir de t'écraser. »

N'allez pas croire que ces paroles étaient de la méchanceté. L'homme était une personne très bourrue et dominante. Il lui était très difficile de dire à quelqu'un qu'il l'appréciait ou même dire « je t'aime » à ses progénitures. En faites, il ne leur a jamais dit.

«Tu as fait comment pour avoir mon gosse dans ton lit ? Il a toujours fuit toutes responsabilités comme si c'était des balles en argent. Ce gamin a dû perdre ses couilles dans le ventre de sa mère en naissant ou ça ne doit pas être mon fil.... Ouch »

L'homme se prit un violent coup de poing dans le flanc droit de la part de sa compagne. Il n'y avait vraiment que elle pour réussir à calmer son époux qui grommela contre cette attaque. La sœur aînée profita de cet instant pour se permettre d'envoyer quelques piques en direction du vampire.

«Pourquoi fais-tu tant confiance à Arthfaël ? Papa.. Tu vois bien qu'il n'est même pas capable de prendre au sérieux son rôle de futur alpha. Il se ramène avec un homme et qui plus est, un vampire. Il n'est même pas Suisse. Te rends-tu compte des problèmes qui pourraient déchirer notre meute le jour où tu ne seras plus là ? Crois-tu vraiment que ce gamin sera capable de s'occuper de notre famille... alors qu'il n'est même pas capable de mettre en route sa promesse pour avoir eu droit à toute cette liberté ? »

La plus silencieuse des sœurs fit enfin entendre le son de sa voix. Il était très doux et presque inaudible mais on pouvait y sentir une certaine force.

«Attaques-toi à notre frère lorsqu'il est là. Tu es l'aînée mais tu es la plus immature de toute cette maison. Il ne faut pas s'attendre à ce que père donne sa place à une ordure comme toi...»

Ses mains qui trituraient le bas de sa jaquette se séparèrent pour venir se pendre au bas du vêtement supérieur à Ciarán. Sa voix ne sera plus entendue jusqu'à la prochaine attaque d'injustice où elle devra jouer l'avocate. Le père fixait le dos de sa petite fille qui venait enfin de parler. Ça lui faisait toujours un petit quelque chose d'entendre sa voix.

« La naine marque un point»

Les poings de l'aînée se serrèrent et son visage se refroidit encore plus sur le vampire.

« Ne jubiles pas intérieurement juste parce que ce gamin s'intéresse un peu à toi. Une fois qu'il aura assez jouer avec toi, il se débarrassera de toi comme on se débarrasse de vieux vêtements dans une poubelle. »

Son poing tapa sur la table. Ses rejetons tournèrent leur regard en direction de leur mère car ils sentaient l'énervement naître en elle. Ils se fixèrent un petit instant avant de partir en direction de la salle d'eau où se trouvait leur oncle. Il fallait qu'il revienne rapidement avant que la femme vienne à blesser encore une fois quelqu'un juste à cause de sa jalousie.

[color:48b6=yellow «Que vas-tu faire quand Arthy va devoir s'accoupler avec sa luna pour avoir des enfants ? Tu vas juste être le troisième roue du ca...»[/color]

Le loup crème débarqua en trombe dans le salon. Il avait juste eu le temps d'enfiler un caleçon blanc avec des flamants rose un peu partout. Son corps dégoulinait d'eau et ses cheveux n'avait pas été rincés. Il s'approcha de la table avant d'empoigner le col de chemise de sa sœur et l'obliger ainsi à se relever. Les yeux dans les yeux. L'odeur de la rage mais pas que, d'une haine fraternelle était présente et empestait gentiment la pièce. L'alpha se redressa d'un coup pour au cas où il faudrait intervenir en cas de dispute plus importante.

[color defaultattr=] «Le problème, c'est moi... Pas Ciarán. Tu t'attaques un peu à la mauvaise personne là. Ça te pose un problème que ce soit un vampire ? Je te signale que tu t'es mariée avec un humain. Ton humain va mourir dans quoi.... 20 ans ? Tes rejetons ne seront pas aussi fort que des pures races comme nous. La prochaine fois que tu voudras ouvrir ta grande gueule me concernant. Fais déjà mieux que moi. »

Ils collèrent leur front puis commencèrent à tenter de se faire tomber. Arthfaël était à deux fois de coller une à sa sœur mais il savait qu'il devait se retenir. Combien même les paroles blessantes de sa sœur aînée, elle restait son lien du sang.
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán O'Regan

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Will Tudor
¤ CRÉDITS : ©Miss Pie for signa
¤ MESSAGES : 557
¤ POINTS : 162
¤ MULTIS : Kylian the boss & Genki tigrou
¤ AGE : Transformé à 21, 46 ans âge vampire
¤ ZONE LIBRE : Profil - Liens - Rps

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 02/02/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Jeu 14 Juin - 15:48

Svizzera

Je me retirais les quelques gouttes de la main. Je te consolerais quand tu seras moins puant mon beau... Et pour le reste, bon sang, je priais pour ne jamais y jouer avec ton père. D'ailleurs, le mot "jouer" était vraiment le bon ? Je n'appelais pas ça un jeu à ce stade, mais une exécution !
Et c'est ainsi que je finis par être martelé de questions et d'affirmation qui n'attendaient que confirmation. J'avoue, je brodais un peu, je gonflais le reste, j'inventais légèrement des détails juste pour avoir le plaisir de la voir s'extasier. Je ne comprenais d'ailleurs toujours pas ces réactions. C'était si formidable que ça d'imaginer deux mecs ensembles ? À croire finalement. Faudrait que j'y repense la prochaine fois...
Je mis un moment avant de comprendre que la muette était à mes côtés, me fixant comme un vautour. Ce n'était pas agréable, mais elle me faisait un peu peur, elle et son silence.
Je rigolais légèrement aux paroles de la mère de famille. J'aurais parfois aimé avoir une famille plus nombreuse.

- Ca ne me dérange pas, je... N'ai jamais eu de frères ou de sœurs alors c'est une belle nouveauté.

On continue la discutions avant que je ne me fige de nouveau. Ces éclairs dans ma colonne me faisaient comprendre qu'il était derrière. Je fais quoi ? Je me retourne ? Je l'ignore ? Je lui souris ? Je m'excuse d'être né ?
Sa voix lourde retentissait dans sa pièce. Oh non. Il me parle. Si je ne lui réponds pas, je vais finir dans le mur moi aussi ? Voir pire ? Puis je ne veux pas porter ces habits étranges. Je finis par doucement me mettre face à lui comme si j'étais un robot un peu cassé, tournant sur ma chaise.

- Disons que. Je contrôle qu'une partie de moi-même... Mais.. Je n'ai pas vraiment envie d'être écrasé... Et... Disons que c'était plutôt dans son lit à lui et je peux affirmer qu'il en a toujours... Joke ! Blague ! Non ? Ce n'est pas grave... Sa femme avait finalement réagi plus vite et j'étais de nouveau content de ne pas être sous ses paluches. Même si je sentais que je n'aurais pas dû parler de ma deuxième partie non-contrôlable. Pourquoi j'ai fait cette erreur dites moi ?

Je me retourne finalement vers la plus grande sœur. Ha oui, je n'avais pas encore eu mon flot de paroles anti-vampire. Ca faisait longtemps ! Mais je n'allais pas non plus me laisser faire... Pas aussi facilement qu'avant.

- Je ne vois pas trop ce que mes origines viennent faire dans l'histoire, les Irlandais ne sont pas moins bons, ce n'est pas comme si j'étais anglais ! Quoi ? Autant charrier les Anglais non ? Bon, je ne relevais pas le côté de mon espèce cependant... Et puis je prenais ça à la rigolade.

Enfin, le plus étonnant dans l'histoire, c'était que la muette avait réussi à dire une phrase et en plus pour la rabaisser. C'était parfait !
La suite, cependant, n'était pas des meilleurs. Mais je ne la quittais pas des yeux. Oh non, je n'allais pas me laisser blesser par toi.
Faute est d'avouer que je ne trouvais rien à re-dire. Parce que je ne savais pas vraiment quoi répondre à part des flots violents, mais pas devant les parents. J'étais là pour me faire accepter, pas pour dégommer la vieille peau comme les autres l'appelait. Et je comprenais à présent pourquoi. Puis Arthy avait finalement prit le relais. Bon, l'accoutrement ne laissait que peu de place au respect, mais sa posture disait tout le contraire. L'honneur de la meute avait tellement plus de place ici que chez notre espèce. Nous, c'était plus "chacun pour soi" alors qu'ici, l'inverse était de mise.

Et c'est finalement leur mère qui intervient pour les séparer et demander à Arthy de retourner s'habiller tandis qu'elle fait sortir la grande sœur de la pièce. Elle a du mal à quitter le regard de son frère avant de revenir au mien. Je lui grogne légèrement dessus avant de la voir partir.
Je termine finalement mon verre de sang.

- Ne fais pas attention à ce qu'elle dit... Leurs rivalités ne prend malheureusement pas fin.

Oh non, je ne faisais pas attention. Malgré ça, elle avait raison sur un point. Un moment, il faudra bien que je m'efface pour que le loup fasse les enfants tant promis. Mais on n'en était pas là, n'est-ce pas ? Nous n'étions même pas clairement, officiellement ensemble... Même si tous les critères étaient rassemblés. En attendant, je sentais toujours l'alpha derrière, entendant ses pas lourds s'approchaient avant de le voir face à moi. Si je ne bouge pas, peut-être qu'il ne me verra pas. Peut-être que leurs visions se basent aussi sur le mouvement ? Arthy... Revient... Ton paternel me fait un peu peur. On dirait un éléphant face à une coccinelle. C'est pour l'histoire des couilles de tout à l'heure ? Je suis désolé. C'est sortit tout seul. Je le promets. J'ai l'impression d'être en pleine garde à vue.

- Arthy vous ressemble beaucoup en tout cas... Ok, c'était nul. Mais ses mains faisaient ma tête tout de même.

- Tu veux un autre verre ?
- S'vousplait.

Je fais un oui de la tête sans réfléchir. Oui. Un autre verre.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Arthfaël Weidmann

avatar

Loup Solitaire



¤ AVATAR : Dooglas Both
¤ CRÉDITS : Avatar: Hiro Signa : Ajisai
¤ MESSAGES : 521
¤ POINTS : 112
¤ AGE : 27ans / 218 ans
¤ ZONE LIBRE : Taille : 1m92
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/01/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Ven 15 Juin - 19:51

Le père de famille soupira par les voies nasales à la réponse du blond concernant sa maîtrise. Il ne fit pas vraiment attention à la réplique du gamin. Pour lui, le plus important était que son fils ne soit pas en danger et qu'il ne se fasse pas avoir par l'amour. Combien de soldats sont tombés à cause de ce frêle sentiment ?

« Détrompes-toi, gamin. En Suisse, on n'aime pas trop les français. Ils sont connus pour être des râleurs, pleureurs et de mauvais travailleurs. Ils espèrent toujours avoir moins pour gagner plus. » Ne pas aimer était un grand mot. On ne se gêne juste pas de leur mettre la vérité en pleine figure ou encore de se moquer d'eux. Comme eux se moquent de nous avec notre accent ou bien notre côté lent. « Pour les loups, être un pur race est assez important. »

C'était déjà pour éviter les boutades à longueur de journée mais pas que, la question de la force. L'histoire était assez similaire aux enfants ayant une double nationalité. Vous vous rendez dans votre pays maternel, on vous dit que vous n'êtes pas d'ici mais que vous êtes d'ailleurs. Puis vous allez dans votre pays paternel, l'histoire recommence. Finalement, qui sommes-nous ? Des bâtards ?

La dispute fraternelle se termina bien rapidement suite à l'ordre de leur mère qui invita sa fille à partir de la maison et ordonner à Arthy d'aller s'habiller. Où était le mal qu'il se promène en caleçon ? Son père était bien en bas de pyjama. C'était pas comme si il était à poil. Il fixa sa mère avec un air dédaigneux qui se retrouva très vite aux oubliettes lorsqu'elle lui frappa l'arrière du crâne. D'où il se permettait ce genre de regard ? Même si le brun était âgé de deux-cent ans, il devait respecter la luna de la meute mais aussi sa mère. Ce côté défiant n'était pas sa faute mais celui de son loup qui s'était éveillé face aux attaques de sa sœur aînée. Il n'avait pas vraiment réussi à se calmer.
Le père s'approcha finalement pour s'asseoir sur la chaise qui était à présent vide, bien en face de l'invité. Il croisa ses bras sur le torse tout en écartant les jambes sous la table. En vue de sa taille, il était obligé de trouver de la place où il pouvait pour ne pas déranger. Sa femme posa une grosse canette de bière sur la table puis donna les boissons demandées par les deux autres sœurs et le verre de sang à Cia. Ce fut à ce moment où l'homme posa son regard rude sur le vampire car celui-ci venait de lui dire que son fils lui ressemblait.

« T'entends ça Germaine, le gamin croit que Arthy est mon fils. » Il se mit à rire à plein poumon face à sa mauvaise blague. « Encore heureux qu'il me ressemble. J'aurai eu peur qu'il ressemble à quelqu'un d'autre. Et toi ? Ils ont l'air de quoi tes parents ? De qui as-tu hérité cette tête ?»

Il leva sa main pour prendre la canette puis en bu plusieurs grosses gorgées. Ce fut un peu près à ce moment où Arthfaël revint avec un débardeur blanc sur les épaules et une pair de jean déchiré. On pouvait lire sur son visage qu'il était fatigué mais il ne comptait pas aller dormir de si tôt. Le brun s'approcha de Cia et Charlène pour venir partager son siège avec la demoiselle. Son bras se posa sur le dossier du blond pour maintenir son équilibre.

«Vous restez combien de temps ici ? » Demanda-t'il en regardant son fils.
«Demain.... voire après-demain.» Tout dépend ce que son paternel viendrait à dire au courant de la journée. Ciarán avait sûrement assez pris dans la gueule depuis cet après-midi.
«Et vu le beau temps, vous allez pointer dehors ?»
« Tout dépendra son envie....» Dit-il en pointant du doigt le vampire. « Mais vous n'allez pas souper avec nous ? On ne t'a pas vu depuis si....longtemps. Et tu ignores la plus part des messages que l'on t'envoie...» La voix de sa mère était pincée par l'émoition.
« En même temps, ce sont toujours les mêmes demandes. Le vioc ne m'a pas donné de date limite. Je peux encore m'amuser un peu... non ? » Le loup se pencha en avant pour attraper la canette de son père. Il n'en avait pas bu depuis un petit moment à cause que son compagnon avait tendance à trop surveiller ce qui rentrait dans son estomac. Mais comme seule une fesse était posée sur le siège, il perdit l'équilibre. Le brun tenta de se rattraper sur la cuisse de son ami et cogna son front contre le sien.

[color=brown « Scheisse !!»[/color] Sa main se posa sur le front du vampire pour faire partir la couleur rouge sur sa peau.
« Pourquoi vous n'iriez pas au festival qui est à Locarno ? Il y aura beaucoup de monde comme c'est l'été. Il y aura sûrement tes cousins là-bas. Vous pourrez les rejoindre.»

Ou pas. Ils pouvaient très bien sortir tous les deux et s'amuser ensembles. Le Suisse savait d'avance comment ça finirait avec ses coussins. De la même manière qu'avec son père. Son corps n'était plus habituer à se bagarrer autant et ce soir, il serait comme un vieux tout courbaturé.

« Au pire, vous n'avez qu'à faire des galipettes. Ça passe le temps.» Dit la seconde soeur en riant. Sauf que cette blague n'était pas vraiment appréciée par le paternel qui ne tarda pas.
« Qu'il utilise ..... »
«AHHHHH !!! Mais ça te viens d'où cette passion de voir deux mecs s'enculer. » Comment noyer la bombe avant qu'elle ne vienne à exploser. Arthy avec les années, avait acquis comme s'échapper de son père mais ça ne fonctionnait pas toujours.
« Ils s'enculent pas, ils font l'amour ! Et le meilleur c'est quand ce sont des employés de bureau... Policiers... Serveurs.... Ahhh... Et puis tu peux pas comprendre. Les autres histoires sont si monotones. Là... Il y a tellement plus de passion...plus de... de...» Elle posa ses mains sur ses joues rougies car son esprit était déjà noyés par ce qu'il ne fallait pas. Arthfaël ne pouvait s'empêcher de rire car il avait réussi à mettre en route sa soeur en une seule phrase. Ça devenait trop facile. Charlène souria tout en levant les yeux au ciel. Leur mère pouffa avant et le père soupira tout en quittant la table. Ces gosses étaient impossibles.

«Tu veux aller faire quoi, alors ? » demanda t'il à Ciarán.



[ x.x j'suis fatigué. Désolé si c'est digne d'un suppositoire dans l'fion.]
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán O'Regan

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Will Tudor
¤ CRÉDITS : ©Miss Pie for signa
¤ MESSAGES : 557
¤ POINTS : 162
¤ MULTIS : Kylian the boss & Genki tigrou
¤ AGE : Transformé à 21, 46 ans âge vampire
¤ ZONE LIBRE : Profil - Liens - Rps

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 02/02/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Mar 19 Juin - 1:20

Svizzera

J'essayais tellement de me faire petit que j'aurais pu fusionner avec la chaise et le parquet. Son père semblait rude, pas dangereux, bien sûr, mais terriblement inquiétant. Et vampire ou pas, je ne faisais clairement pas le poids face à cette montagne de muscle. J'étais vraiment un poteau à côté du camion-benne. Et c'était loin d'être une insulte.
Je remercie la mère de famille avant d'en prendre une gorgée.
Il me demande alors comment était mes parents. Oula, que dire ?

- J'avoue qu'avec le temps, j'ai du mal à m'en rappeler complètement, mais je tiens un peu plus de ma mère que de mon père. C'était un soldat et une femme au foyer. Mon père était du genre costaud avant d'être fortement blessé pendant la guerre. Il... M'entraînait beaucoup au corps-à-corps... Enfin, pas comme vous en tout cas, je me suis jamais retrouvé la tronche dans la boue, pas dans mes souvenirs du moins. Il avait des techniques légèrement différentes... Légèrement.

Je bois de nouveau avant de sentir l'odeur du loup revenir pour se mettre à mes côtés. Je les laisse discuter avant de commencer à lui répondre pour finalement être coupé par la chute de mon compagnon. Décidément, il était encore plus maladroit que moi... Nous n'étions pas vraiment aidés à deux pour ça. On arrivait toujours à se rentrer dedans. Dans plusieurs sens du terme.
Je me secoue un peu en me frottant également le front avant de lui demander comment ça allait et s'il ne s'était pas fait mal. Je lui remets ensuite une mèche tout en lui caressant subtilement la joue.

- Le festival... Qu'est-ce que c'est comme festival ? À vrai dire je ne savais même pas ce qu'était un festival, mais je préférais garder ça pour moi. Ses parents ne savaient rien de mon passé et je ne voulais pas qu'il me prenne pour un vampire stupide qui ne connaît pas quelque chose qui semble clairement évident pour tout le monde.

Je reprends alors une gorgée avant de mal avaler et cracher quelques gouttes à cause de la réflexion de sa sœur. Je tousse un peu avant d'essayer rapidement la table, vérifiant qu'aucune goutte n'était tomber sur son père.

- Désolé... J'ai été un peu... Surpris.

J'écoute alors la sœur parler. Des policiers ? Serveurs ? Plus de passion ? Je ne comprenais vraiment pas pourquoi cela semblait si différent d'une relation hétéro. Je me gratte légèrement la tête avant de hausser les épaules tandis que la petiote se noyait dans ses rêves yaoiste.

- Je ne sais pas trop... Fait moi visiter ? À vrai dire, tout me va tant que je ne me retrouve pas la tête enfariné dans la boue... Dis-je alors plus doucement pour éviter que son père n'entende.

Pas que voler ne m'offre pas des opportunités intéressantes, mais je n'avais pas forcément envie de me casser le dos contre le mur. Et puis j'avais peur que ma seconde personnalité ne vienne à se réveiller. Je ne souhaitais pas faire mauvaise impression. Et bon, malgré quelques ratés et quelques mauvaises réflexions par la dernière sœur, je sentais que je ne m'en sortais pas trop mal.
Je termine alors mon verre, enfin repu avant de sortir une fois le soleil couché. J'aimerais découvrir cette ville en plein jour, ça devait être tellement différent.

- Du coup, tu veux aller voir tes cousins pour leur dire bonjour ou... ? On se balade juste tous les deux ? J'imagine que tu as aussi envie de revoir certaines choses, ça fait longtemps que tu n'es pas revenu ici... Dis-je en commençant un peu à marcher.
Codage par Libella sur Graphiorum


[T'inquiète c'était parfait ^^ C'est moi qui suis encore un peu crevé xD]
Revenir en haut Aller en bas
Arthfaël Weidmann

avatar

Loup Solitaire



¤ AVATAR : Dooglas Both
¤ CRÉDITS : Avatar: Hiro Signa : Ajisai
¤ MESSAGES : 521
¤ POINTS : 112
¤ AGE : 27ans / 218 ans
¤ ZONE LIBRE : Taille : 1m92
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/01/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Mar 19 Juin - 21:22

Un soldat, hein ? Le père de Arthfaël fixa le vampire avec un certain amusement. Finalement la loi d'attraction finissait toujours par approcher ceux qui se ressemblaient. La guerre lui avait retiré son fils car il souhaitait de la liberté. Et celle-ci avait plus au moins approcher les deux garçons. Mais étrangement, il sentait que le blond n'avait pas eu une éducation de tout repos. Sixième sens paternel ? Peut-être bien. Certains humains oublient leur humanité pour devenir de vrais démons avec leur progéniteur. Il espérait que combien même la rudesse de son éducation, Arthy ne viendrait jamais à le lui en vouloir. Un soupire s'échappa de sa bouche puis il quitta la pièce après que son fils lui ait coupé la parole.
Le béta de la meute perdit l'équilibre puis se cogna contre son compagnon. C'était vraiment une mauvaise idée de partager juste un bout de chaise avec sa sœur. Il ferma les yeux au moment où la main du vampire vint faiblement caresser sa joue. Geste qui ne resta pas caché aux yeux de la seconde sœur qui ne rata pas de lâcher un gémissement de joie. Elle avait étouffé son gémissement à l'aide de ses mains posées sur les lèvres. Le brun rouvrit les yeux tout en lui jetant un regard qui lui laissait bien vite comprendre que le jeu commençait à le saouler. Lui-même n'avait jamais compris le délire mais peut-on lui en vouloir ? C'était comme ces gens qui s’égosillent devant des films débiles où une nana découvre la fameuse chambre rouge. Et le jour où vous leur proposer un bon petit coup de fouet sur les fesses, vous les voyez décamper illico. Il y a parfois des questions qui n'auront pas de réponses.
Le Suisse se pencha au niveau de l'oreille de Ciarán pour lui murmurer quelques paroles qui restaient tout de même audibles pour sa soeur. Mieux vaut se méfier du loup qui dort.

«La Suisse est connue pour être un pays calme mais on sait faire plaisir à toutes les générations. Dès que les beaux commencent, tu as droit à un peu de tout comme fête. Il semblerait que cette semaine, il y a un festival à Locarno. Il y a de la musique, de la bouffe... Enfin, un peu comme la st-Patrick mais plus estivale.... et sans pertes de contrôle.» Il murmura les derniers mots pour que Elodie ne vienne pas à savoir ce qui s'était passé. Il avait même caché ses lèvres derrière la main. Un geste qui frustrait sa soeur car elle détestait plus que tout que son cadet vienne à lui garder des secrets. « Tu savais que la boue est très bonne pour la peau ? Et puis..... Après avoir passer sous les mains d'un autre Weidmann... Peut-être que tu apprendras à mieux gérer.... tes soucis....»

Il laissa filer son regard sur sa soeur. Là, c'était lui qui cherchait la petite bête et ça ne rata pas une seule seconde. La jeune femme tirait une tête pas possible en imaginant son père avec le « copain » de son frère. Elle se leva en faisant grincer la chaise puis pointa du doigt Arthy en lui disant qu'il était mesquin et dégoûtant. Elle quitta la pièce en tapant fortement les pieds contre le sol comme le fait un enfant en plein caprice. Le loup se mit à rire de bon coeur en voyant qu'il avait réussi à mater la jeune femme. Il ne perdait pas la main.

Le temps passa tranquillement jusqu'à notre ami le soleil vienne à quittancer la fin de son travail et que la lune décide de pointer.... sa lune pour commencer le sien. C'était le moment opportun pour que les deux jeunes hommes puissent sortir. Une fois à l'extérieur, Arthy rangea ses mains dans les poches puis tourna son regard sur son compagnon lorsqu'il parla.

« On passe... Tu sais le nombre de cousin que j'ai ? On s'amusait bien étant gamin mais... maintenant, on a tous évolués différemment. Et je pense que tu as eu ta dose de Weidmann pour la journée. » Il sortit sa main droite de sa poche puis la posa sur la nuque du vampire. « Mon pays changera toujours. Combien même que je vienne à chaque fois pour le visiter et puis..... Un jour, je serai forcé à y rester. Donc autant me laisser la surprise. Tu ne crois pas ? » Sa main glisse sur son épaule pour que son bras vienne se poser sur le cou. Il l’emprisonna tout en l'obligeant à faire des zig-zag avec la marche. «Je préfère perdre mon temps avec toi.»

Ils prirent un bus qui les amenèrent à Locarno. La ville a son charme tout comme Asccona. Elle est aussi au bord du lac et très connue de nombreux touristes. Plus le bus approchait de la ville et plus on pouvait entendre le bruit assourdissant de la musique. Il y avait un peu de tous les styles comme les musiques latinos, françaises, américaines. Tant que ça faisait bouger tout le monde. Une forte odeur de nourriture parfumait la ville mais pas que, il y avait encore plus de monde que dans la ville à Arthy.

«Je me rappelle étant gamin... On avait pas autant de trucs pour s'amuser. C'est marrant de voir tout ce qu'on les gamins de maintenant, tu ne crois pas ?»

Arrivé à l'arrêt de bus se trouvant à côté du festival, ils descendirent. Il y avait énormément de monde. Ça allait être difficile de se déplacer et facile de se perdre. Sans même attendre une seule seconde de réflexion, le loup agrippa la main de son ami puis s'engouffra dans la foule. Ça n'allait pas se passer comme à la Saint. Il ne voulait vraiment pas se prendre une bière dans la gueule. Arthfaël s'arrêta un petit instant au niveau d'un lampadaire pour pouvoir respirer. Sa mère aurait pu prévenir que ça allait être à se point rempli.

« Tu veux aller faire quoi ? Voir les stands de nourritures ? Il y a aussi des stands qui vendent un peu de tout... Voir les concert, danser.... Au pire quand il y en aura trop marre, on pourra rejoindre le bord du lac... Choisis un peu... Ne me laisses pas tout choisir. Je vais plus me sentir pisser, bientôt.»
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán O'Regan

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Will Tudor
¤ CRÉDITS : ©Miss Pie for signa
¤ MESSAGES : 557
¤ POINTS : 162
¤ MULTIS : Kylian the boss & Genki tigrou
¤ AGE : Transformé à 21, 46 ans âge vampire
¤ ZONE LIBRE : Profil - Liens - Rps

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 02/02/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Jeu 21 Juin - 1:43

Svizzera

Sa sœur n'était pas la seule à trouver l'image étrange. Alors, dans tous les sens du terme, sincèrement, je ne souhaitais pas passer sous les mains de son père. Même si, au plus profond de moi, je sentais que ce serait un bon moyen de comprendre mon autre entité sans risque. Son père n'aurait aucun mal à me maîtriser même en perte de contrôle. C'était à réfléchir. Peut-être. Je dis bien, peut-être !
Je finis par me lever pour passer le seuil de la porte et finir dans la cour, profitant de la douce température d'une nuit en approche. J'attends que le loup me rejoigne pour commencer à marcher sans but pour le moment.
Je souris à sa dernière phrase.

- C'est vrai... Et puis, je suis persuadé que tu apprécies autant que moi, perdre ton temps... Mais je serais curieux d'aller faire un tour à Loc... Loca... Oui voilà, Locarno. Rien que pour voir comment les Suisses font la fête !

On marche un peu en zigzaguant avant de prendre un bus en direction de la ville. Là encore, je ne peux m'empêcher de fixer le paysage tout en écoutant certaines conversations, même sans comprendre un traître mot. Et là encore, heureusement que le loup était présent pour me traduire certaines choses que je trouvais intéressant. J'aimais bien la sonorité et l'accent des gens d'ici. C'était un des nombreux avantages à avoir vécu reclus. Je m'intéressais à énormément de choses, tout étant nouveau pour moi. Même le concept de festival était une nouveauté. Ca faisait même que peu de temps que je savais ce qu'était un violon...

- C'est vrai, ils ont de quoi faire maintenant... Mais je ne sais pas si c'est toujours une bonne chose. N'oublie pas parfois l'essentiel finalement ? Dis-je en humant l'air. L'odeur de nourriture était de plus en plus forte et la musique battait son plein. Après, j'imagine que tout dépend aussi l'éducation que tu leur donnes... Les gamins ici semblaient beaucoup plus s'amuser naturellement que ceux de Londres, bloqués sur leurs téléphones et leurs applications.
Arrivé à l'arrêt, je suis le loup qui me prend directement la main. Cela me réchauffe mon cœur un peu mort. J'aimais bien ses élans de tendresse comme ça à peine réfléchis. Et on ne pouvait pas dire que j'en manquais.

- Très bien ! Alors suis moi... Dis-je en le tirant par le bras pour aller vers les stands et observer ce que les gens vendaient. Même si je ne pouvais pas manger ou autre, j'aimais observer la nourriture et sentir l'odeur qu'elle dégageait. Un des vendeurs me tend alors un bout de je ne sait pas quoi pour me faire goûter que je prends avec plaisir, simulant un orgasme culinaire. Quoi, j'étais sûr que c'était bon même sans savoir ce que c'était ni le sentir...

Je pars alors un peu plus loin pour regarder des musiciens. J'étais pire qu'un gamin à Disneyland pour la première fois. Tant de choses nouvelles, de découvertes, d'odeurs, de musiques !
Je m'arrête de nouveau à un stand de vêtements puis de cds et également de vieux de vinyles avant d'observer les gens danser devant une musique un peu plus romantique.
Je balançais juste la tête au rythme de la musique. La danse ce n'était pas trop pour moi et encore moins en public, mais j'aimais juste profiter du son.

- J'aime bien ce genre de musique, c'est reposant... Je posais alors ma tête sur son épaule, sa main toujours dans la mienne. Je repensais furtivement aux paroles de sa sœur. Je savais que je n'étais pas qu'un jouet pour Arthy et qu'il n'allait pas se débarrasser de moi comme un sac. Mais quand quelqu'un, qui connaît bien votre compagnon, vous dit ça, difficile de ne pas trop y penser... Tu veux qu'on aille se poser au lac ? Une petite pause vu le monde me fera du bien, je pense... Et peut-être que j'arrêterais de penser à ça. La musique pouvait me rendre trop pensif...
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Arthfaël Weidmann

avatar

Loup Solitaire



¤ AVATAR : Dooglas Both
¤ CRÉDITS : Avatar: Hiro Signa : Ajisai
¤ MESSAGES : 521
¤ POINTS : 112
¤ AGE : 27ans / 218 ans
¤ ZONE LIBRE : Taille : 1m92
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/01/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Jeu 21 Juin - 18:50

Comment font les Suisses pour faire la fête ? On pourrait dire comme tout le monde mais là, ce serait un peu mentir. Il y aura toujours des régions plus atypiques que d'autres. Il faut dire que la manière de s'amuser différait avec les générations. Après plus de deux cent ans de vie sur cette fabuleuse terre, Arthy avait un peu tout essayé. Que se soit dans la rue, chez les militaires ou encore en famille. L'alcool restait toujours sa petite passion et en même temps, comment ne pouvait-il pas être un fan de ce liquide alors qu'il descend d'une lignée de vignerons.
Pour sûr que les gamins s'amusaient plus facilement dans le coin qu'à Londres. En vue des nombreux lieux de verdures. Mais d'un certain côté, de plus en plus plongeait leur nez sur les cellulaires au lieu de bouquin. Le loup se souvenait de cette fabuleuse époque où il passait des journées entières à courir dans les champs, monter dans les arbres pour voler des fruits ou encore patauger comme un fou dans le lac ou rivière. Ses cousins étaient souvent de la partie mais maintenant c'était une autre histoire. Quand on vieillit, même les plus proches finissent par s'éloigner. Il ferma lentement ses paupières tout en soupirant. Est-ce que le reste de sa famille sera heureuse de savoir qu'il était là ou finiraient-ils par faire comme son paternel ? Eux aussi attendait à ce qu'il vienne à se fourrer avec une luna. Ah qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire chier.
Le brun finit par suivre son compagnon. Il lui imposait beaucoup de chose et le jeune vampire finissait toujours par le suivre en silence. Ils passèrent devant des stands de nourritures en tout genre. Il y avait de la nourriture chinoise jusqu'à la libanaise. Arthfaël s'arrêta devant un stand qui vendait des aliments frits. Il commanda une dizaine de churros au sucre et cannelle puis continua de suivre les nombreux chemins pris par Ciarán. Le voir ainsi excité l'amusait plus qu'autre chose. Il avait l'impression d'avoir un tout jeune chiot qui courait dans tous les sens et qui découvrait un nouveau lieu. Fameux instant où l'animal vient à renifler le moindre mètre carré. Ils finirent par se stopper vers un stand de musique. La nostalgie du loup le laissa se balader dans de vieux souvenirs. Il se souvenait de cette fichue époque où il devait savoir danser la valse ou encore plus près dans le temps, le fameux twist. Il hoqueta un rapide rire en se rappelant les fois où il avait du danser. Plus jamais. Et encore moins avec les danses de maintenant.

Lorsque le blond vient à poser sa tête contre l'épaule du béta. Celui-ci colla son menton contre le crâne. Il regardait autour de lui pour voir ce qui se passait. C'était intéressant de voir la différence avec Londres. Toutes les races s'entendaient parfaitement bien même si il y avait plus de soixante pourcent d’ignorance.

« T'aimes l'eau toi... »

Et ne comptez pas sur lui pour se faire de nouveau jeter dans l'eau. Une fois au lac, Arthy vint s'asseoir sur un banc en bois vert puis croisa les jambes. Il ouvrit le sac de churros sur le banc puis attendit un petit moment pour qu'ils soient complètement froids. Une fois prêt, il plongea sa main dans le sac en papier tâché par la graisse pour sortir un churros. Il déposa ses pupilles brunes sur son ami qui semblait être un peu bizarre depuis un petit moment. Le loup savait intérieurement la raison de ce mal-être mais d'un côté, il préférait se leurrer. Comme d'habitude. Il frotta le bout de son churros contre la joue de son compagnon pour l'embêter.

« T'es bizarre. Il y avait autant de monde que ça pour que tu te sentes pas bien ou c'est Londres qui te manque ?»

Il plaça le churros sous le nez de Ciarán pour lui faire un genre de moustache puis commença à dire des bêtises.

« Aie, Dios Mio... yé souis el mas guapo de moundo»

Le brun reprit son aliment pour commencer à le manger tout en rigolant comme un gamin. Soudain, un étrange bruit se fit entendre. Comme des coups de griffes sur du bois. Le Suisse tenait son churros juste avec ses lèvres puis tourna son regard en direction du bruit. Il put remarquer un petit chaton qui tentait de monter sur le banc pour chiper de la nourriture. Il leva sa main pour attraper l'animal puis le posa sur ses genoux tout en lui donnant un bout de son churros. Ça n'allait pas tuer l'animal. Hein ? Juste un micro bout. On voyait qu'il mourrait de faim et qu'il n'avait plus de maman pour le nourrir.

«Elle est où ta maman ?»

Le loup caressa le petit chat. L'animal était tout petit aux côtés de sa main. Il ne devait pas être plus âgé que de deux mois et demi. Il sauta sur le morceau de friture que lui tendait l'homme aux cheveux bruns, le mordant au passage avec ses petites canines. Arthy retira sa main tout en écarquillant les yeux. Ça fait mal ces morsures, bordel. Il fixa son doigt qui avait une goutte de sang. C'est la journée.

«C'est un vampire ce chat, il m'a mordu...»

Joua-t'il en mimant le visage d'une pauvre victime.
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán O'Regan

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Will Tudor
¤ CRÉDITS : ©Miss Pie for signa
¤ MESSAGES : 557
¤ POINTS : 162
¤ MULTIS : Kylian the boss & Genki tigrou
¤ AGE : Transformé à 21, 46 ans âge vampire
¤ ZONE LIBRE : Profil - Liens - Rps

¤ MEMBRE DEPUIS LE : 02/02/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Ven 22 Juin - 14:06

Svizzera

Est-ce que j'aimais l'eau ? Oui et non. Tout dépendait du contexte. Mais ce que j'aimais, c'était le silence qui s'en détachait. Je respirais alors l'odeur du lac tout en écoutant le brouhaha qui continuait derrière nous.
Je rigolais aux paroles du brun. On ne pouvait pas dire que Londres me manquait. À vrai dire, mon Irlande prenait une plus grosse place dans mon cœur malgré les mauvais souvenirs. Et pour ce qui était du peuple, je n'avais jamais aimé les endroits trop bondés. Non, là, le souci était tout autre, mais je ne souhaitais pas remettre ça sur le tapis actuellement.
Je sentais le frottement de son churro ainsi que son odeur sucré alors qu'il s'amusait avec sans que je ne dise rien. Je n'en avais jamais mangé tiens. Encore une chose que je ne connaîtrais pas. J'aurais aimé avoir un répit avec d'être transformé. J'aurais tout dévoré, je crois...
Le pire, c'est que même si les paroles de sa sœur me blessaient, je ne pouvais m'empêcher de rire aux bêtises du loup, oubliant alors ce mal-être.

- Je n'ai pas compris un seul mot, mais je suis sûr que c'est adorable ! Et non, je... Voulais juste un peu de silence et c'est toujours plus agréable pour grignoter non ? Et la vue est vraiment belle d'ici...

Il y eu un silence avant d'entendre des bruits de griffes. Je pensais au début que c'était mon compagnon, mais en fait, ce petit boucan venait d'une minuscule créature au pelage argenté.
C'était la plus belle chose que je voyais avec ces grands yeux et ses petites quenottes. Il semblait si jeune et si perdu et surtout vraiment affamé vue la vitesse d'exécution de sa mâchoire.

- Tu es trop adorabllllllle !!! Nyu vient là... C'est qui le bébé chat à son papa hein ? Bah, oui, c'est toi... Et... Tu es un petit mâle, c'est trop mignon... Tu as vu, les touuuuutes pititess bouboullesssss !? Hannnn tu es tellement choupinou, c'est fou !

Je le prends alors pour le mettre au niveau de mes yeux et l'observer tandis que la petite chose miaule doucement en essayant de m'aggriper le nez avec douceur. Comment on pouvait trouver ça moche ?

- Bah, alors, tu as fait bobo au loup ? C'est un mignon chat vampire ça... Bah oui ! Avec les deux petits crocs tout blanc !

Je le repose sur mes genoux avant de prendre le doigt du brun pour le lécher un peu et faire un bisou sur la blessure. Réparé ! Comme par magie ! Même si c'était vraiment juste un minuscule bobo...

- Il ne faut pas blesser papa loup petit monstre ! Faut être gentil avec les autres boules de poil, tu sais... Tu es vraiment trop cute toi... Mais on ne peut pas te laisser seul comme ça dans la nuit et le froid... Ce serait totalement inhumain et totalement... Indigne d'un loup hein... Dis-je en regardant Arthy avec une bouille toute triste. Tu pourrais avoir froid et... Te noyer et... Être affamé... Et...

Je m'arrêtais un instant en voyant la tronche du brun. Il fallait que je le convins mieux que ça, je crois.

- Bon, je te propose qu'on cherche sa maman avant et si on ne la trouve pas... Bah, on l'emmène chez le vétérinaire pour vérifier qu'il n'est à personne et s'il ne l'est pas... On verra. Ça te convient ?

Je me redresse alors, toujours avec le chat dans les bras en continuant mes papouilles avant de faire le tour pour chercher sa famille.
Le nez à moitié par terre, je fouinais sous les feuillages à la recherche d'une famille chat.
Après une bonne heure de recherche, je revenais au point de rendez-vous. Je n'avais rien trouvé. La boule de poil endormit dans mes bras, je me remettais sur le banc avant de comprendre que le brun n'avait rien vu non plus. Cette petite chose était vraiment seul aussi jeune ?

- Vétérinaire alors ? Avec un sourire bien sûr.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Arthfaël Weidmann

avatar

Loup Solitaire



¤ AVATAR : Dooglas Both
¤ CRÉDITS : Avatar: Hiro Signa : Ajisai
¤ MESSAGES : 521
¤ POINTS : 112
¤ AGE : 27ans / 218 ans
¤ ZONE LIBRE : Taille : 1m92
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 29/01/2018


MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia] Ven 22 Juin - 22:17

Comme quoi un animal peut vous changer un homme. Dès l'instant où Ciarán vint à poser son regard sur le petit animal, il se métamorphosa en quelque chose qui surpris Arthy. Il le fixa avec une expression d'étonnement suivit de près de moquerie. Il détourna lentement le regard tout en se mordant la lèvre supérieur pour ne pas rire. Heureusement que le blond ne lui a jamais fait ce coup là lorsqu'il était sous sa forme de lupin.
Le vampire vint à lécher le doigt du Suisse car il avait une bulle de sang. Il reposa son regard sur lui en ayant la bouche entrouverte. Il n'avait même pas l'air d'être dégoutté ou une connerie dans le genre. Lui qui avait toujours entendu que le sang de loup-garou était à faire vomir n'importe quel vampire. Il cligna à plusieurs reprises de yeux avant de ne plus y penser.
Un « brrrr » buccale s'échappa de l'homme aux cheveux bruns lorsqu'il entendit « Papa loup ». Il est pas sérieux là ? Il déposa son regard légèrement tremblant par la peur de savoir ce qui allait se passer par la suite. Posant son bras sur le dossier du banc, il se pencha en avant pour tenter de parler avec le blond mais celui-ci partait complètement dans des délires familiaux avec le chaton. Non mais... Mais... Il n'est pas indigne. Mais ils ne pouvaient tout de même pas prendre un petit chat dans la rue. Et puis la mère hein ? Il y pense ?

« Ah non ! Tu commences pas comme ça.»

Oh que non... Surtout pas. Il avait réussi à faire retarder le rendez-vous du refuge jusqu'à maintenant mais là, les responsabilités d'avoir un animal lui pendait au nez. Bon après c'était un tout autre niveau que d'avoir un enfant mais c'était presque pareil. Fallait les nourrir, s'en occuper, et puis veillez à ce qu'il reste en bonne santé. Oh Seigneur, faites que le jour où il aura des gosses, qu'il n'ait pas à s'occuper tout ça. Son autre main vint se placer sur le dessus de son crâne pour placer ses cheveux en arrière.

« Tu fais quoi si on trouve pas sa mère ? Mais qu'elle l'attend à sa cachette habituelle ? Et puis si il lui arrive quelque chose, ce sera la faute de la sélection naturelle.. On peut rien faire contre elle..»

C'était méchant mais assez réaliste. Arthfaël savait déjà d'avance qu'ils ne viendrait pas à retrouver la mère en vue des dégâts corporels de la petite chose. Il sentait aussi que l'animal ne dépendait plus vraiment du lait maternel et se débrouillait comme il pouvait depuis deux-trois jours. Heureusement qu'il ne souffrait pas de dysenterie. Quoi que, ça aurait de quoi le faire rire s'il venait à se lâcher sur Ciarán. Sa langue claqua contre le palais en voyant que le vampire s'attachait encore plus à la petite chose. Le karma s'était sûrement retourné contre lui pour avoir emmené ici son compagnon, ou une autre excuse bidon. Il se redressa pour commencer à chercher un peu partout la mère du chaton. Espérant qu'elle était dans le coin. Le brun reniflait l'air tout en fouillant par moment sur le pont des bateaux. Il se penchait parfois sur le rebord pour voir s'il la mère flottait sur l'eau. Ce ne fut que quand il arriva au niveau du sable de la plage, qu'il tomba sur un sac en plastique où se trouvait d'autres petites bêtes. Celui-ci flottait sur le sol et se faisait pousser par les vagues. Il se pinça les lèvres tout en plaçant ses mains derrière la nuque. Quelle merde. Qu'importe le pays, on tombe toujours sur des connards. Le lupin regarda autour de lui pour voir si son ami était dans le coin avant de prendre le sac plastique puis partir en direction de l'herbe. Il y creusa rapidement un trou avec ses doigts puis plaça les petits bébés chats morts dans le trou. Il le referma rapidement tout en ajoutant quelques feuilles du buisson. Un soupire s'échappa de sa bouche.

« Fait chier....» Dit-il dans sa langue maternelle.

Loin de là d'être fâcher parce qu'il se retrouvait avec un satané chat dans les pattes. Non, non. Il était énervé parce qu'un humain avait réussi à enfermer des animaux dans un sac plastique pour les jeter dans l'eau. Si c'était si pénible d'avoir un animal, pourquoi ne pas le stériliser ? Il allait essuyer ses mains sur son jean lorsque le blond arriva en lui demandant d'aller chez le véto. Restant accroupis, il releva son regard vert pour le fixer. Il fit un sourire forcé.

« Tu crois vraiment qu'il y ait un vétérinaire d'ouvert dans cette ville en pleine nuit ? Le morpion est juste affamé. Je ne sens aucunes anomalies. Mais si tu ne me fais pas confiance. Tu n'as qu'à le passer à ma sœur, Charlène. Elle saura quoi en faire.»

En vue du nombre de chats qu'elle se coltine. Ciarán et elle s'entendraient sûrement sur la protection des animaux et donc, les ramasser à chaque coin de rue. Il se redressa lentement tout en toussant un peu puis essuya ses mains sur l'arrière de son pantalon.

« Il doit sûrement avoir de quoi manger chez elle. Je sais où elle cache ses clés. Même si mes sœurs étaient chez les parents. Elles ne vivent pas tout le temps là. Elles ont leur propres habitations.»

Il montra le chemin à prendre pour aller jusqu'à l'appartement de sa soeur cadette. Une fois devant celui-ci, il se baissa pour relever le paillasson et y prendre la clé. Il ouvrit la porte tout en bloquant son pied sur le bas car il savait d'avance qu'il y aurait des petits fuyards. Dès que la porte fut ouverte, ça ne loupa pas. Trois chats pointaient déjà leur bout du nez mais étaient bloqués par le pied du loup. Il les força à retourner à l'intérieur pour tout en tirant Cia pour le forcer à rentrer. Il ferma la porte derrière lui.

« Il faut fouiller dans les armoires s'il y a quelque chose à manger. Il doit sûrement y avoir du lait pour chaton, ou de la poudre. J'sais pas. Ou même des boîtes de thon.»

Arthfaël se dirigea vers la cuisine mais un des chats eu la mauvaise idée de se mettre à courir à ce moment. Il s'encoubla avec et tenta de se récupérer avec une table qui traînait dans le couloir. Putain qu'est-ce que ça lui fait chier. N'allez pas croire qu'il n'aime pas les animaux mais il y avait toujours un certain dosage à ne pas dépasser. Là, il y en avait beaucoup trop.

« J'espère que tu ne comptes pas prendre celui-ci à Londres... Tu vas en chier pour le ramener...»

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia]

Revenir en haut Aller en bas
Il mio dolce paese che è la Svizzera [Cia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Aieuh ! Oh pardon,j'tavais pas vu ! [PV DOLCE]
» sometimes, all you need is a bit of adventure - SAGITTA&DOLCE
» Dolce Ysil [OUVERT]
» ♠ La Dolce vita ♠ Les liens de Léo
» Code d'éthique des DG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Ici et là :: Ailleurs sur Terre-
Sauter vers: