RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !




Les jeux de l'été ! sont ouverts de Juin à Septembre
Les beaux jours sont là, l'été approche, le soleil, la place, le vacances ... le boulot, la routine ? Peu importe !
Venez vous amuser un peu avec nous, osez venir faire des rps complètements fous, lancer des défis, participer à des jeux
! Sortez vos maillots, vos lunettes de soleil et vos crèmes solaire !
Venez jouer !



Partagez|

I've been feeling pretty small sometimes #ASLYAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Ilyan Volkov

avatar

Bêta • Meute Sud



¤ AVATAR : Tyler Hoechlin
¤ CRÉDITS : Eden Memories
¤ MESSAGES : 88
¤ POINTS : 51
¤ MULTIS : Nope
¤ AGE : 28 ans d'apparence, il a en réalité 150 ans
¤ GROUPE : Bêta de la meute du Sud
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/04/2018


MessageSujet: Re: I've been feeling pretty small sometimes #ASLYAN Mar 12 Juin - 17:35


I've been feeling pretty small sometimes || ASLYAN


Passer par le bistrot de Natalia avait tendance à me faire me sentir comme un peu chez moi. Non, que je n'apprécie pas la vie aux côtés d'Aslan, mais je ne pouvais nier une certaine nostalgie de mes forêts sibériennes. De ma famille et meute. J'étais après tout un loup. C'était une part viscérale de ce que j'étais. Je savais néanmoins admettre que je remerciais d'être tombé sur Aslan, il amenuisait la solitude. La réduisant à néant avec sa simple présence. C'était la raison pour laquelle je montrais un réel enthousiasme soudain. Qui plus est, partager une part de moi avec le jeune journaliste n'était pas déplaisant. Certes, je ne pouvais pas lui offrir tout ce qu'il désirait, mais je pouvais lui offrir au moins des parts de moi que je ne tenais pas particulièrement sous silence. Le russe qui s'échappait de mes lèvres, une vieille habitude plus qu'autre chose. Son coup dans mes côtes, me faisant tourné la tête un instant, un sourire irrépressible sur les lèvres. Cet instant, ce moment, j'étais bien. Peut-être trop bien.

Je me laissais emporté, et ne me rendais pas compte que je faisais peut-être des projets pour lequel le jeune homme à mes côtés soit d'accord. Je n'avais même pas encore parlé à mon père de mes intentions de le courtiser. Mais si je faisais les choses dans les formes de l'art, il était inévitable que je désire le présenter à ma famille tôt ou tard. Je n'allais pas l'effrayer néanmoins. Pas en lui annonçant que si nous avions un réel futur ensemble, il me faudrait le convaincre de me suivre. Où peut-être pas, pensais je sombrement. Mon père avait encore une plus longue espérance de vie qu'Aslan. La pensée m'attristait, mais je refusais de m'y attarder. - Peut-être ... Pourquoi pas ? Enfin seulement si tu en as envie. Je restais vague, et je tentais de ne pas lui infliger la moindre pression sur le sujet. Parce que tout ca entre nous, c'était juste un balbutiement et je savais qu'il avait été un peu choqué par l'intensité dont mon espèce pouvait faire preuve. Je devais constamment me rappeler qu'il n'était pas comme moi. Je retournais à ma commande, choisissant entre mes plats préférés, l'incluant du mieux que je peux et passant du russe à l'anglais. Et rapidement nous finissons par sortir, notre trésor alimentaire entre les mains. Aslan finit par me sourire et reprendre la parole. Me demandant de lui enseigner le russe. Je me souviens avec une certaine malice de sa frustration à ne pas pouvoir me comprendre quand je le narguais volontairement dans ma langue natale. J'étais partagé entre l'amusement éprouvé et le désir de le voir s'imprégner de ma culture totalement. - D'accord ... Je veux bien t'apprendre le russe. Mais en échange, tu m'offres quoi ? Le ton est volontairement badin, parce qu'au final, je n'ai pas besoin de retour pour lui apprendre. Je veux juste le taquiner.

Pour réponse, je me retrouve avec un koala sur le dos, ou une imitation américaine et humaine en tous les cas. Je sens mes yeux roulaient dans leurs orbites, alors que je fais en sorte qu'il ne perde pas l'équilibre et moi non plus. Aménageant ses jambes de manière à ce qu'il enserre ma taille alors qu'il se justifie en me disant que c'est dû au manque de lait. Je secoue la tête légèrement. - Ou peut être que c'est l'inactivité de ses derniers jours ... Je suppose que faire autre chose que l'étoile de mer, ca doit vite fatiguer. Je ne le relâche pas cependant. À vrai dire, je savoure le poids de son corps tout contre mon dos. Et vraiment ? Ce n'est pas comme-ci je n'avais pas la force nécessaire pour le porter de la sorte. Merci les gênes de lycans. Je refusais de laisser mon esprit dérivé sur toutes les manières dont je pourrais le porter alors que je reprends la direction de notre appartement. - Tu sais que je suis un loup, pas une mûle ? Juste qu'on soit clairs. Je tourne légèrement la tête, de manière à accrocher son regard et lui asséner un sourire. Je ne suis pas vraiment en colère, et je râle plus pour le principe. Parce que je m'exécute et continue de le porter.

On finit par arriver à l'appartement, et même si j'ai grimpé les marches - hors de question de reprendre ce maudit ascenseur - avec ma charge sur le dos. Je ne suis pas vraiment essoufflé. Je me dirige vers la partie salon, posant les sacs de nourritures sur la table basse, avant de me débarrasser de mon colocataire en le laissant tomber sur le sofa. Je me retourne vers lui, tout en retirant ma veste. - On devrait manger ici, même si tu considères ta chambre comme un lieu convenable pour le faire, j'aime pouvoir être apte à manger avec une table. Parce que j'ai beau être un loup, j'aime mon confort. Ou le strict minimum de celui-ci en tous les cas. Qui plus est, une douche ne serait pas négligeable avant que j'aille m'affaler dans son lit pour regarder la télé. Même si l'idée de laisser mon odeur, encore plus importante à ce moment, est plaisante. Je sais que ce n'est pas le bon choix. Je me laisse tomber dans le canapé à ses côtés. Et si la distance est si minime que nos épaules et cuisses se touchent, il n'a qu'à bouger si ca le dérange. J'ai du mal à me défaire de son contact, et c'est encore pire depuis que j'ai eu une autorisation tacite pour le toucher si j'en éprouvais le besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Aslander Nightingale

avatar

Initié



¤ AVATAR : DYLAN O'BRIEN
¤ CRÉDITS : bramble heart (av) frimelda (sign)
¤ MESSAGES : 138
¤ POINTS : 52
¤ MULTIS : Laisse-moi l'temps d'arriver coco
¤ AGE : 25 années
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/04/2018


MessageSujet: Re: I've been feeling pretty small sometimes #ASLYAN Mar 12 Juin - 18:53

I've been feeling pretty small sometimes
Ilyan te surprend en te parlant de visiter son pays natal. Tu n’y as jamais pensé. Il te prend un peu de cours, mais quand il te dit que c’est seulement si tu en as envie, tu te contentes de hocher positivement la tête. Bien sûr que t’en as envie. C’est un moyen comme un autre d’en apprendre plus sur ton colocataire, une façon de voir un peu son habitat naturel. Puis, tu n’es jamais allé en Russie. Tu ne sais pas trop si tu comprends tout ce que ça implique. Peut-être pas, peut-être que tu t’en fiches aussi. Tu ne veux pas trop réfléchir, tu veux juste profiter du moment présent. Il commande tout ça, dans une langue que tu comprends pas et tu ne peux t’empêcher de trouver ça un peu frustrant. Toutefois, tu restes sage jusqu’à sortir de nouveau à l’air libre. Tu ne veux pas non plus t’afficher devant cette femme que tu ne connais pas et puis, tu as bien compris que c’était un endroit que Ilyan apprécie. Tu ne veux pas gâcher ça.

Le loup a l’air plutôt satisfait de ses acquisitions. Tu as hâte d’y gouter. Ça sentait très bon à l’intérieur, donc tu ne doutes pas de la saveur de ce qui se cache dans ce sac. Tu lui demandes de t’apprendre le russe. Tu as envie de comprendre ce qu’il peut raconter quand il se décide de passer dans sa langue natale. Puis, c’est aussi une façon d’apprendre à mieux le connaître. Quoiqu’il arrive, s’il refuse de t’apprendre, tu finiras bien par apprendre de toi-même. Il accepte et tu lui adresses un joli sourire. Tu hausses les épaules quand il te demande ce que tu lui offres en échange de ses cours particuliers. Tu te contentes de lui sauter dessus, tes bras l’entourent pour ne pas que tu retournes au sol. T’as bien envie de lui répondre qu’il peut te demander ce qu’il veut en échange ou même lui proposer des choses plus osées, mais tu te mords la lèvre inférieure pour t’en empêcher. Il a besoin de temps et tu ne veux pas lui forcer la main. « Ma reconnaissance ce n’est pas suffisant ? »  tes jambes se calent contre lui pour ne pas tomber. Tu peux sentir son dos contre toi. Sans surprise, il te porte sans effort. La lycanthropie ça a du bon, parfois.

Ton visage reste près de son cou. Tu aimes l’odeur qui s’échappe de sa peau. T’as presque envie d’y goûter. Ne serait-ce qu’y poser tes lèvres furtivement. Tu te retiens, mais tu en meurs d’envie. Vraiment. Tu te mords la lèvre quand il te dit que c’est peut-être le manque d’activité physique qui te fatigue rapidement et surtout, que faire autre chose que l’étoile de mer doit t’épuiser. Tu te mords la lèvre inférieure amusé. Il tend le bâton pour se faire battre. Tu ne peux pas faire autrement et tes lèvres s’approchent de son oreille doucement. « Tu veux aussi prendre en main mon activité physique ? » tu souris et tes lèvres effleurent doucement le haut de son oreille « Je serais ravi de te prouver que je suis loin de me contenter de faire l’étoile de mer. » tu déposes un léger baiser à l’arrière de l’oreille du loup, pour ponctuer ta phrase. Tu joues un peu avec le feu, mais c’est tellement tentant. Puis ça t’a au moins offert l’opportunité de goûter sa peau. Tu acquiesces quand il te dit qu’il est un loup, pas une mule. « Je le sais très bien, je sais aussi que tu peux me porter aussi facilement que ce sac. » tu ne te serais pas permis de lui sauter dessus si tu pensais qu’il n’aurait pas été capable de te porter. Tu n’aurais pas voulu le blesser ou te blesser toi.

Étrangement, le chemin pour rentrer passe très vite et tu t’amuses des regards de certains passants. Tu te contentes de leur tirer la langue, comme le gamin que tu es. Tu profites du contact de ton colocataire, sous prétexte d’être obligé de te coller à lui pour ne pas tomber à la renverse. Tu es surpris de le voir monter les marches avec une telle facilité, alors que tu es toujours sur son dos. Bien sûr, c’est un loup et il a certaines facilités, mais là tu dois bien avouer qu’il t’a épaté. Tu déverrouilles la porte, un bras toujours accroché à ses épaules. Il te laisse tomber sur le canapé et tu fais l’étoile de mer, avant de le regarder. « Je sais faire aussi, t’as vu ? » tu le taquines avant de te redresser et t’installer correctement. Tu l’observes enlever sa veste et un sourire amusé s’accroche à tes lèvres quand il te dit qu’il aime manger avec une table. « Tu ne sais pas ce que tu râtes, mon lit est très confortable, même pour les repas. » il vient s’asseoir près de toi. T’aurais pu râler, parce qu’il est juste à côté de toi, alors qu’il y a de la place, mais tu n’en fais rien. Tu lui souris alors que tu te penches légèrement pour mettre la main sur la télécommande et lancer la télé. Une fois fait, tu te redresses et frappes dans tes mains, les frottant l’une contre l’autre. « Alors, t’as l’intention de m’expliquer ce que tu as apporté ou je vais devoir manger à l’aveugle ? » tu tournes la tête vers lui, le sourire toujours aux lèvres. Décidément, t’as l’impression de ne pas pouvoir t’en débarrasser quand il est dans les parages.  
Revenir en haut Aller en bas
Ilyan Volkov

avatar

Bêta • Meute Sud



¤ AVATAR : Tyler Hoechlin
¤ CRÉDITS : Eden Memories
¤ MESSAGES : 88
¤ POINTS : 51
¤ MULTIS : Nope
¤ AGE : 28 ans d'apparence, il a en réalité 150 ans
¤ GROUPE : Bêta de la meute du Sud
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/04/2018


MessageSujet: Re: I've been feeling pretty small sometimes #ASLYAN Mer 13 Juin - 19:07


I've been feeling pretty small sometimes || ASLYAN


Aslan est impossible. Non pas parce qu'il me grimpe sur le dos ... Quoique peut-être un peu pour ça également. Non, il est impossible parce que malgré toute la bonne volonté du monde à ne pas essayer de partir sur un terrain dangereux qui pourrait se révéler trop vite, trop intense. Il ne peut s'empêcher de faire des allusions et de laisser ses lèvres s'égaraient sur ma peau, un court moment. Je pousse un grognement frustré à son petit jeu. Ce serait si tentant de se laisser aller, mais ce n'est pas aussi simple ... Quand bien même, je pourrais facilement me laisser séduire. C'était peut-être la raison, pour laquelle je propose qu'on mange dans le salon. J'ai comme dans l'idée qu'avoir accepté de regarder un film dans sa chambre est la pire idée en soit s'il se conduit de la sorte. Il avait promis de réfléchir pourtant. Je sais qu'il est impulsif et se laisse porter. C'est ce qu'il est, et une grande part de moi apprécie cet aspect de sa personnalité. Cependant, j'aurais vraiment aimé qu'il ne me pousse pas dans mes limites. Je cache mon désarroi devant un sourire complice, et m'autorise néanmoins de m'asseoir près de lui. Je fais semblant de ne pas entendre les sous-entendus qu'il me lance tout en restant agréable pour éviter de le blesser malencontreusement. Ces sentiments m'importent.

Il finit par me demander ce que j'ai apporté à manger, un sujet relativement neutre sur lequel je peux me lancer sans grande difficulté. Je prends les sacs pour présenter l'aliment tout en le présentant au jeune homme à mes côtés. - On a d'abord des Pirojki, de petits chaussons rempli de viande de bœuf et de fromage, pour ceux-là. Et ceux-là sont aux légumes. Je sors ensuite une autre boîte pour lui désigner - Ici on a des pielmeni au bœuf et à l'agneau, ce sont un peu nos raviolis à nous. Délicieux accompagnements. Je finis par sortir la dernière boîte. - Et pour le dessert, des syrniki. Ca se rapproche de vos beignets ... À part que c'est fait à base de fromage frais. Il y a avec assortiment de miel et d'autres à la confiture. Je prends quand même soin de sortir les deux bières de marque russe, mais au vu du contenant, je doute qu'il ne comprenne pas de quoi il s'agit sans l'explicatif qui va avec. Je décapsule facilement les bouteilles à mains nues. Avoir une force au-dessus de la moyenne à quelques avantages non-négligeables.

- Ce sont quelques-uns de mes plats favoris, enfin en tout cas, en ce qui concerne la nourriture de mon pays natal. J'espère que tu seras apprécié. Je lui offre un sourire en coin avant de lui tendre sa bière, et m'emparer de la mienne pour trinquer gentiment avec lui, avant de boire une gorgée. Je me détends maintenant que l'ambiance est bon enfant même si je ne prête pas forcément attention au programme qu'il a mis à la télé. Ce n'est qu'un bruit de fond pour moi. Non que je ne sois pas capable d'apprécier un film ou même un documentaire. Ce n'est juste pas ma préoccupation de l'instant. Pour le moment, je suis occupé à savourer la compagnie de mon colocataire de manière bon enfant. Je le laisse à sa contemplation, tout en me levant pour aller prendre une assiette et des fourchettes pour les pielmini. On peut être un loup et être bien élevé.

Je finis par revenir et pose les deux assiettes sur la table avant de piocher moi-même un pirojki. Je n'en ai pas mangé depuis trop longtemps à mon goût et c'est vraiment un pêché gourmand pour moi. J'évite de trop m'attarder sur ce qui me rappelle mon pays en temps normal, mais en compagnie du jeune journaliste, la nostalgie ne m'assaille pas temps. - prijatnava appétita. Je lance à son encontre, avant de préciser avec une certaine malice - Au cas, où tu te demandes ca veut dire bon appétit. La première leçon de russe. Je lui fais un clin d'œil avant d'enfoncer mes dents dans le délicieux chausson. Savourant l'explosion de saveurs sur ma langue, et exhalant un soupir de plaisir à ce goût délicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Aslander Nightingale

avatar

Initié



¤ AVATAR : DYLAN O'BRIEN
¤ CRÉDITS : bramble heart (av) frimelda (sign)
¤ MESSAGES : 138
¤ POINTS : 52
¤ MULTIS : Laisse-moi l'temps d'arriver coco
¤ AGE : 25 années
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/04/2018


MessageSujet: Re: I've been feeling pretty small sometimes #ASLYAN Sam 16 Juin - 2:56

I've been feeling pretty small sometimes
Tu ne sais pas vraiment ce qui t’a pris de lui sauter dessus comme ça, la plupart du temps, tu ne réfléchis pas trop. Tu préfères te laisser porter par tes envies. C’est parfois un peu dangereux, mais tu te dis que tu n’as rien à craindre avec Ilyan. Au pire, il te demandera de reposer les pieds par terre et puis c’est tout. Tu joues un peu avec le feu. Tu sais que tu ne devrais pas, mais il faut avouer que c’est bien trop tentant. Son cou t’es offert, alors tu le taquines un peu. Rien de bien méchant. Tes lippes effleurent son épiderme. Rien de plus. Une fois chez vous, tu te laisses tomber dans le canapé. Tu continues de le taquiner encore un peu. Après tout, ce n’est pas la première fois que tu joues à ce petit jeu avec lui. Tu lui souris et tu préfères te concentrer sur la nourriture qu’il a apporté. Ça a eu l’air de tellement le mettre en joie tout à l’heure, que tu as hâte de goûter tout ça. Tu l’écoutes attentivement quand il décrit ce qu’il a choisi. Tu ne connais pas vraiment ces trucs dont il te parle. Heureusement, ce n’est pas le genre de choses qui te font peur. Tu aimes goûter de nouvelles choses, ça met un peu de piment dans la vie et toi, on peut dire que tu aimes le piment. Il décapsule les bouteilles de bières à mains nues et tu lèves les yeux au ciel, en soupirant « Frimeur » que tu lâches, plus pour te moquer qu’autre chose. Tu ne te plains pas d’avoir un colocataire loup-garou, loin de là. Ça a certain avantage. Il a réussi à monter jusqu’ici avec toi sur le dos. Un humain n’aurait pas pu faire ce genre de chose ou il faudrait qu’il pousse de la fonte depuis des années. Pas que tu sois vraiment lourd, mais il faut quand même te porter. Pourtant, Ilyan a fait ça sans grand effort. Tu laisses ta bouteille venir tinter contre celle de ton vis-à-vis, le sourire toujours aux lèvres.

Le loup se lève et ton regard le suit. Tu apprécies le regarder se déplacer. Tu ne t’en lasses pas. Il part chercher des assiettes et des couverts, tu t’installes plus confortablement dans le canapé, tes jambes se replient en tailleur alors que tu te penches pour attraper un pirojki, dans lequel tu croques pendant qu’Ilyan revient vers toi. Tu sens son regard sur toi et tu hausses les épaules, simplement. « Je n’ai pas mangé de vraie nourriture depuis un siècle, j’ai faim moi » tu crèves la dalle, même. Il faut le dire. Tu ne t’en étais pas vraiment rendu compte jusqu’à maintenant, mais là avec les odeurs de nourriture et le fait que vous soyez posés tranquillement chez vous, ça te donne grave faim. Tu arques un sourcil quand il recommence à parler russe. Tu reconnais vaguement le dernier mot et tu acquiesces quand il te taquine en te disant qu’au cas où tu ne l’aurais pas compris, ça voulait dire bonne appétit. « Je crois bien que j’aurai pu le devenir tout seul. » tu n’es pas forcément le plus doué en langue étrangère, mais le dernier mot est presque compréhensible pour toi. Malgré tout, tu poses les yeux sur le visage que tu commences à bien connaître désormais, d’Ilyan. « Merci de prendre ton rôle de professeur au sérieux. » tu te dis qu’il n’y est pas obligé au fond. S’il n’a pas envie de t’apprendre le russe, tu ne peux le forcer. Pourtant, il accepte de t’offrir quelques brides de sa langue natale. C’est déjà pas mal. Un grand sourire aux lèvres tu répètes « Prijatnava appétita » bon, pour l’accent tu repasseras. Tu termines ta bouchée et tu laisses doucement le calme s’installer entre vous. Ce n’est pas si gênant que ce que ça pouvait l’être au début, quand vous veniez juste de commencer à vivre ensemble. Seulement, toi, tu ne supportes pas vraiment le silence. La télé n’est pas une source d’occupation assez importante. « Peut-être qu’un de ces quatre, j’te rendrai l’appareil en te faisant goûter ce que je préfère moi aussi » ce ne serait qu’un juste retour des choses. Tu n’es pas forcément un cuisinier hors-paire. Bien sûr, tu sais cuir des pâtes, des oeufs même si tu te concentres. Maintenant, t’es loin d’avoir le niveau pour faire top-chef. Carrément même. Toi, ce que tu sais faire le mieux dans une cuisine - et tu fais ça très bien - c’est foutre le bordel. À chaque fois que tu essayes de faire à manger, la cuisine se transformer en zone de guerre. « Quand j’étais petit et que je n’étais pas en forme, ma mère me faisait des pancakes à la myrtilles. » ton regard est accroché à l’une des boîtes sur la table basse, tu la regardes sans vraiment la voir. « Ça peut paraître tout bête, mais elle les faisant dans des formes bizarres et on cherchait à quoi ça pouvait ressembler en les mangeant. Ça me redonnait le sourire à chaque fois. »  tu ne sais pas trop pourquoi tu lui racontes ça. Tu te dis que c’est peut-être le bon moment pour lui livrer un morceau de toi. C’est ce qu’il a fait un peu plus tôt, tu ressens peut-être le besoin de lui rendre la pareille. « Comme tu vois, ça ne date pas d’hier, cette manie que j’ai de ne manger que des trucs du déjeuner quand je n’ai pas le moral. » c’est bien l’un de tes rituels ça, quand tu ne te sens pas très bien, quand ton moral décide de se faire la mal, c’est dans les produits pour le petit-déjeuner que tu trouves refuges. Des céréales, des pancakes, tout et n’importe quoi qui te fais penser au repas le plus important de la journée.  
Revenir en haut Aller en bas
Ilyan Volkov

avatar

Bêta • Meute Sud



¤ AVATAR : Tyler Hoechlin
¤ CRÉDITS : Eden Memories
¤ MESSAGES : 88
¤ POINTS : 51
¤ MULTIS : Nope
¤ AGE : 28 ans d'apparence, il a en réalité 150 ans
¤ GROUPE : Bêta de la meute du Sud
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/04/2018


MessageSujet: Re: I've been feeling pretty small sometimes #ASLYAN Jeu 21 Juin - 16:11


I've been feeling pretty small sometimes || ASLYAN


Je ne suis pas surpris de voir Aslan se conduire comme l'animal de nous deux quand il dévore sans prendre le temps de le faire avec délicatesse, un des pirojkis. Je prends ma tête sérieuse, arquant un sourcil comme pour traduire le sérieusement alors qu'il réplique qu'il n'a pas mangé depuis un siècle de vraie nourriture. L'information n'est pas fausse et je secoue légèrement la tête, accompagnant le tout d'un sourire avant de lui souhaiter bon appétit dans ma langue maternelle, le taquinant gentiment au passage. Gracieusement, je précisais qu'il avait le droit à sa première leçon de russe avec ses quelques mots. Il me remerciait et j'avais du mal à détourner le regard de son visage pour me concentrer sur ma propre pitance. Il écorchait les mots, mais je ne pouvais pas le blâmer, son accent ajoutait un charme certain à sa prononciation. Qui plus est, je savais que mon propre accent traînant et slave me poussait à faire des erreurs de prononciation quand je m'exprimais dans une autre langue. J'avais juste un bon nombre d'années d'apprentissage de plus que lui. Encore une fois, la différence entre nos âges me revenait, mais je refusais de laisser la honte coulait dans mes veines. Je refusais également de repenser à la signification fatale que cela pourrait prendre si je m'obstinais sur cette voie. Alors que je dévore mon chausson rempli de bœuf et de fromage. La télé en fond, mais n'attirant pas particulièrement mon œil, je sens mon colocataire s'agitait quelque peu. M'arrachant une bouffée d'amusement et d'affection. Il semble bien souvent incapable de rester tout simplement posé.

- Quoi tu veux dire que ta nourriture principale n'est pas juste ce qui sort d'une boîte de céréales ? Je le taquine alors qu'il me propose de me faire goûter ce qu'il préfère. Je savais qu'il ne se nourrissait pas uniquement de ce genre d'aliments mais je ne peux m'empêcher de le charrier un peu. Après tout, il a pris en art de vivre, l'art de me faire tourner en bourrique. C'est plutôt sympa de pouvoir inverser les rôles de temps à autre. Mais une part de moi, plus entiché du jeune journaliste se réjouit à l'idée de pouvoir partager ce genre de choses avec lui. Apprendre à se connaître. Réellement. Au-delà des apparences superficielles. Je le laisse donc poursuivre et il m'explique le rituel qu'il avait initié avec sa mère, alors qu'il n'était encore un enfant. Je note l'emploi du passé alors qu'il évoque la femme. Je sais de par son statut d'initié, qu'elle était probablement une sorcière. Et comme pour les humains, leurs espérances de vie sont désespérément courtes. Je m'abstiens néanmoins de m'aventurer trop sur le terrain. Je n'ai pas envie de lui faire perdre le sourire, même si une certaine odeur de nostalgie se dégage déjà de lui. Il ne m'apprend rien en me disant qu'il n'avait pas le moral, ce qui expliquait son régime alimentaire de ses derniers jours mais la pensée me brise toujours un peu le cœur.

Je finis par reposer le pirojki, et je n'ai pas vraiment d'espace à combler, au vu de la position que j'ai prise auparavant pour enrouler mon bras autour de ses épaules dans un geste de réconfort. Je sais qu'il n'est pas comme moi, mais je ne suis pas certain de savoir comment le réconforter autrement que par le contact comme je le ferais avec un autre loup. Ce sont des habitudes qui sont profondément ancrés en moi. Des instincts. - J'adorerais goûter à tes pancakes à la myrtille. C'était peut-être stupide de sortir ce genre de phrases alors que j'ai envie de pouvoir le faire sourire de manière brillante. Cette soirée n'a pas été un total succès comme je l'espérais mais je pense que j'ai quand même réussi à amortir les dégâts de mes propres erreurs. Je me suis montré bien plus vulnérable que je ne l'aimais, m'assurant qu'il ne doute pas de ma sincérité. Néanmoins, je dois encore me montrer prudent dans mes gestes et mes mots pour ne pas faire quelque chose de trop brusque. De trop incertain. Je ne peux décidément plus remettre cette conversation avec mon père encore bien longtemps. Je finis mon étreinte en déposant un baiser sur sa tempe, avant de le lâcher et de prendre le temps de scruter son expression. De laisser le son de son cœur berçait mes oreilles. Je ne mentirais pas en disant que les signaux positifs que je reçois ne font pas ronronner mon loup de plaisir. - J'aimerais pouvoir t'aider avec ce qui te chagrine, mais je ne sais pas quoi faire honnêtement ... Je sais que je ne suis pas beaucoup présent ces derniers temps ... Je baisse les yeux, honteux. Mes responsabilités en tant que bêta de la meute de Jack prennent beaucoup de mon temps libre mais je ne veux pas que ce soit au détriment de ma relation avec Aslan. - Avec tout ce qui est arrivé récemment, les choses sont plutôt mouvementées ... Mais si tu as besoin de moi, je serais là. Je te l'ai promis et je ne fais pas de promesses que je ne peux pas tenir, Aslan. Je penche ma tête juste ce qu'il faut pour poser mon front contre le sien. - Je sais que venant de moi, cela peut paraitre hypocrite mais ... Je ferme les yeux un court moment, avant de les ouvrir pour faire face à la couleur miel des siens. - Parle-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: I've been feeling pretty small sometimes #ASLYAN

Revenir en haut Aller en bas
I've been feeling pretty small sometimes #ASLYAN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» –› And I'm feeling so small, It was over my head ‹– [Livre II - Terminé]
» Pretty Little Liars [Drame]
» 04. Pretty little liars.
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» 05. It's a pretty little liars [PV Dakota]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Nord de la Tamise :: Le Nord :: The Guitar-
Sauter vers: