RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !




Les jeux de l'été ! sont ouverts de Juin à Septembre
Les beaux jours sont là, l'été approche, le soleil, la place, le vacances ... le boulot, la routine ? Peu importe !
Venez vous amuser un peu avec nous, osez venir faire des rps complètements fous, lancer des défis, participer à des jeux
! Sortez vos maillots, vos lunettes de soleil et vos crèmes solaire !
Venez jouer !



Partagez|

London love- Chroniques de l'amour - Trisha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Jesse Klein

avatar

Humain



¤ AVATAR : Alexander Calvert
¤ CRÉDITS : (c) Miss Pie | (c) Hannah
¤ MESSAGES : 1051
¤ POINTS : 228
¤ MULTIS : Naoki le mini vampire
¤ AGE : 24 ans
¤ ZONE LIBRE : Informations :
- 1m74 |65kg
- Déprimé
- Mannequin /Hacker / [ex escort boy]
- À un papillon tatoué à l'intérieur de sa cuisse
- Ex membre des ''Et Fratres Luminis" - Vampire Killer
- Groupe Sanguin : O+
- A le tatouage des EFL sur son torse et la marque de bannissement sur ses côtes à gauche

InstagramLiensFicheSujetsChrono
Tatouages
Papillon - Symbole EFL

¤ GROUPE : Humain | Ex EFL
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: London love- Chroniques de l'amour - Trisha Mar 22 Mai - 17:46



London love- Chroniques de l'amour  

BSkyB - 8:15 PM - Monday May 15th

Pour une fois depuis quelques mois j'avais été convié à une petite séance de promotion à la télévision anglaise. Mon actualité a été un peu en berne depuis ces dernières semaines et après que je l'ai relancée grâce à quelques postes sur les réseaux sociaux de nombreuses invitations radios et télévisions se sont faites mais je n'ai choisi qu'une seule émission pour le moment. C'est en se faisant désirer un minimum que l'on attire l'attention et c'est exactement mon objectif. Je commence à maîtriser ma communication mine de rien. Un talkshow plutôt connu et suivi en Angleterre et dans différents pays était selon moi un très bon argument pour montrer ma bouille. J'étais toujours assez stressé de cet exercice même si l'on pouvait douter du contraire vu ma proximité avec les fans qui me suivent notamment sur Instagram. Depuis les loges j'entendais le public applaudir et rire aux blagues un peu idiotes des chroniqueurs invités pour le moment. Une fois mon nom annoncé une espèce de déferlante de cris féminins devait avoir fait exploser le compteur du pauvre ingénieur du son. Désolé mec! Je pris une grande inspiration avant de finalement arriver sur le plateau par le grand escalier, me confrontant directement avec tout le public. Bordel je ne m'y ferais jamais. Je faisais des petits sourires avant de me faire accompagner par la présentatrice principale de l'émission sur le plateau, prenant ainsi place sur un tabouret avec les autres invités et chroniqueurs.

Bonsoir et bien cela fait longtemps que l'on ne vous avez pas vu. Dites nous tout! On veut tout savoir nous. je souriais un peu timidement avant de sentir la caméra prendre le focus sur moi. Bonsoir, je prenais simplement un petit peu de temps pour moi. Mais à ce que je vois on pense toujours à moi. Alors mon actualité reprend un petit peu. Je serais le mois prochain en tournage en Espagne pour un clip mais je n'ai pas le droit de donner des informations supplémentaires et ensuite et bien comme toujours un peu de photos et des campagnes publicitaires   je trifouillais nerveusement les fiches qui étaient devant mon nez tout en faisant un sourire le plus calme et naturel possible. Oh une petite information pour ce projet ? Promis ça reste entre nous. J'eus un rire franc avant de me tasser dans mon siège   Entre nous et quelques millions de téléspectateurs, je suis certain que le secret sera bien gardé oui. Tout ce que je peux vous dire c'est que c'est une nouvelle collaboration rien de plus - Oui j'étais têtu en interview et je n'avais aucun droit pour divulguer des informations supplémentaires sur ce projet. Les questions s’enchaînaient à un rythme calme avec une ambiance bonne enfant. Que pouvez vous nous dire sur votre défilé très apprécié à New York durant la dernière Fashion Week? - J'étais pas vraiment heureux de repenser à ces trois jours, notamment pour les problèmes personnels que ça a entraîné par la suite   Que j'espère ne plus porter cette veste! Elle grattait c'était horrible la touche d'humour avait finalement fonctionnée vu la réaction du public. Parfait.

Et maintenant la rubrique que tout le monde attends! Lundi parlons coeur parlons amour, C'est l'heure du “Love Moment” présenté par la charmante Trisha Cieslak ! Je relevais un sourcil. Je ne la connaissais pas vraiment,  j'avais lu son nom sur un magazine sûrement ou entendu parlé en fond à la télévision mais ce n'était clairement par le type d'informations et de rubriques que je suivais. Mon regard se portait alors sur ma presque voisine de table qui avait prit ses quartiers avant moi. J'espérais ne pas être sa cible, il y a une jolie romancière à côté de nous je suis certain qu'elle à beaucoup de choses à dire sur sa vie de couple. Pitié foutez moi la paix avec ça. Je sentais déjà les cris de l'audience me déchirer les tympans pour un oui ou un non alors clairement je voulais juste m'en aller vite vite.

(c) Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas
Trisha Cieslak

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Ksenia Solo
¤ CRÉDITS : Avatar : Lilie - Signature : Miss Pie
¤ MESSAGES : 7
¤ POINTS : 4
¤ MULTIS : Elena Shatterleaf
¤ AGE : 30 ans (6 mois vampiriques)
¤ GROUPE : Indépendante
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/05/2018


MessageSujet: Re: London love- Chroniques de l'amour - Trisha Dim 3 Juin - 0:20





London love~ Chroniques de l'amour

J’étais tranquillement en train de lire les lettres des petits cœurs délaissés ou brisés –ou les deux, parfois- pour faire un tri et sélectionner les trois petits speechs qui apparaîtraient dans le Time Out, le journal où je travaille depuis quelques années déjà. Comment je fais pour y travailler encore ? Oh, j’ai sorti un magnifique bobard qui est passé comme une lettre à la poste : j’ai dit à mon patron que j’avais été gravement malade et que je garde des séquelles qui m’empêchaient de sortir au soleil sous peine de devenir aveugle et de ressortir avec des cloques et la peau suintante de partout… Bon, j’enrobe un peu, mais l’idée était là, et ma plume était tellement appréciée des lecteurs qu’il a préféré me garder, malgré mes six mois d’absence.

J’étais donc en train de rédiger mes réponses, mes livres de psychologie de l’amour ouverts à côté pour les cas que je ne parvenais pas à résoudre, parce que ce n’était pas tout, mais quand j’étais bien payée, je mettais du cœur à l’ouvrage ! Mon nez était d’ailleurs plongé dans une zone encore très peu explorée de ces bouquins quand mon téléphone sonna.

*Mais qui peut bien m’appeler le soir ?...*

« Allô oui ?... Ah, patron ! Comment allez-vous ? Bien ?... Oui, je vais bien aussi, tant que je ne sors pas à la lumière du jour, haha… Bon, sinon, vous m’appelez pour quoi ? Parce que j’ai fait mon petit tri, là, et j’étais en train de rédiger les réponses qui apparaîtront dans ma rubri… ah, vous le saviez. Okay. Et donc c’est pour ? … Une émission de télé archi-connue qui tourne le soir veut que j’aille là-bas ? Mais pourquoi faire ? … Pour une… interview love d’un mannequin ultra-célèbre ?... Mais ils ne peuvent pas lui foutre la paix, à ce pauvre garçon ? Je veux pas y… Quoi ?? Je suis payée double ? Bon okay ! C’est quand ?... Dans trois jours ? Ah ouais, c’est short quand même… Triple ?? Je vous prépare ça de suite, patron ! »

*Aaah… Ce que l’argent ne fait pas faire…*

J’étais une fille vraie, vivante malgré ma condition tenue un peu secrète, mais j’étais vénale, et ça, depuis le temps, mon patron le savait, et cette interview ferait aussi une très bonne pub pour ce journal. Vu que j’étais une chroniqueuse du Time Out, je ne manquerai pas d’en faire la promotion, et il le savait également. Laissant de côté mes réponses qui pouvaient attendre jusqu’à la fin de la semaine, je commençais à préparer des questions à la noix qui, je le savais, ferait fureur auprès des midinettes qui allaient regarder cette émission. Non mais sérieusement, par quoi j’allais commencer, moi ?... Mon coca Cherry… j’ai besoin de mon coca Cherry. Il n’avait plus de goût pour moi, mais continuer à en boire avait l’étrange capacité de me calmer et de me détendre, comme le geste de poster la cigarette à la bouche chez les fumeurs. C’était exactement pareil, c’était une gestuelle rituelle. Voilà, j’étais une droguée du coca Cherry.

Je reçus par mail les indications de mon intervention dans ce talk-show, et je pris note du temps qui m’était accordé pour tirer les vers du nez de ce pauvre gars qui n’avait rien demandé. Bon, je pouvais placer au mieux deux questions s’il était coopératif, au pire… je pouvais en placer quatre ou cinq. Je n’avais vraiment pas envie d’aller lui demander des trucs trop intimes, mais je me devais de répondre à l’attente des animateurs et des téléspectateurs… Dur dur, le compromis… Je construisais mes questions en prévoyant ses potentielles réponses, en faisant découler d’autres questions différentes selon le type de réponse que j’aurais en retour. Si ça ne correspondait pas, bah… je n’aurais plus qu’à improviser. J’étais plutôt douée à ce jeu-là, et j’avais le pressentiment que j’allais avoir besoin de ce « don », sur le plateau.

Le jour J, je me rendis sur les lieux, guidée par mon GPS qui, parfois, n’était pas vraiment infaillible. Je fus bien vite mise entre les mains des maquilleuses professionnelles, qui me trouvaient évidemment blanche comme un linge.

*Si vous saviez, les filles, vous ne vous amuseriez pas à être aussi proches de moi…*

« Mais ma pauvre, vous êtes vraiment pâlichonne ! Il faut prendre un peu le soleil, vous savez ?
-Je ne peux pas, j’ai attrapé une maladie non contagieuse qui m’empêche de sortir au soleil, sinon je risque d’en mourir, et ce ne sera pas beau à voir, avec toutes ces cloques suintantes qui apparaîtraient… J’aimerais beaucoup, mais je ne peux plus, c’est à vie, cette merde, qu’il m’a dit, le docteur… »

Je fermai les yeux, faisant mine de me détendre sous les coups de pinceaux et les couches de peinture qu’elles m’étalaient sur le visage, alors que c’était uniquement pour ne plus poser les yeux sur leur jugulaire palpitante. Autant éviter de tenter le diable, hein… Je mimais aussi à la perfection un mouvement de respiration alors que je retenais ma respiration, pour éviter toute effluve de sang coulant sous cette peau qui semblait si tendre.

*Coca Cherry. Pense au Coca Cherry. Et à l’argent. C’est bien aussi, l’argent… Connard. Puisses-tu pourrir en enfer et souffrir mille agonies, de là où tu es !*

Je détestais ma situation, et si j’avais pu, je serais bien volontiers retournée en arrière pour éviter de tomber sur ce psychopathe dégénéré qu’était celui qui m’avait transformée, me faisant passer de l’état d’humaine à celui de monstre pas foutu de se contrôler correctement. Mais bon, c’était la vie… enfin… façon de parler.

Une fois qu’elles eurent terminé leur petite affaire sur moi, me rendant plus présentable aux yeux des caméras, elles me firent installer directement sur le plateau, juste avant que le tournage ne débute. Puis les petites lumières hors caméras « on air » s’allumèrent, et ce fut le début du faux-semblant. Et là, ce fut le drame pour moi : la victime de cette émission n’était ab-so-lu-ment pas coopérative.

*Eh ben… je sens que ça va être long…*

Faux sourire collé sur mon visage, j’attendais mon tour avec une certaine appréhension, que je cachais à merveille. Puis, bien trop vite à mon goût, mon tour était arrivé.


[Ce questions-réponses a été construit à l’avance, les blancs correspondant aux réponses de Jesse]

« Alors alors alooooooors ! Déjà, merci beaucoup d’avoir choisi le journal Time Out, dont je suis la représentante en ces lieux ! (et hop, promotion de ma boîte, check) Ma cible ici ce soir est, comme vous vous en doutiez tous, ce bel Apollon qui fait fantasmer je pense la très grande majorité d’entre nous, Jesse Klein ! *se tourne vers lui, une mine malicieuse affichée sur son visage* Bienvenue parmi nous jeune homme… Nous sommes ici ce soir en la présence de trèèèès nombreux téléspectateurs, et tous sont pendus à vos lèvres, alors dites-nous un peu, côté cœur, comment ça se passe, en ce moment ? (désolée gars, je suis payée triple pour te demander des conneries pareilles…) »


« D’autres choses comme le tournage de ce clip et vos séances de photo shooting, je présume ? Mais n’avez-vous donc pas… d’à-côté, entre tout ça ? (bien sûr que si, seul un coincé obsédé par son travail n’en aurait pas.) Parce que je suppose que vous devez avoir beaucoup de demandes, par exemple des jeunes femmes qui voudraient bien vous avoir dans leur lit ne serait-ce que pour une nuit… » (cacher l’agacement, sourire à tous les propos, qu’ils viennent de lui ou de moi… surtout de moi. N’oublie pas la caméra, ni l’argent. Souris, joue la comédie.)


(Là mon gars, tu viens de lâcher le pavé du siècle dans la mare, mais quelque part ça fait ta pub. Bien joué !) « Noooooon… vous préférez les hommes ? Là vous venez de briser des millions de cœurs *porte sa main droite à sa poitrine à l’endroit du cœur, puis se tourne vers la caméra* dont le mien… (t’inquiètes, gars, c’est du fake, le prends pas pour toi hein.) *se retourne vers Jesse* Ceci dit, vous venez peut-être de faire chavirer de très nombreux hommes, avec cette déclaration. Qu’avez-vous à leur dire, si vous deviez leur passer un message ? »


« Quoi, comment ça, soi-disant ? Bien sûr que oui, vous avez du charme ! (et là c’est pas des blagues, gars, crois en toi un peu.) Vous n’êtes pas mannequin pour rien, vous savez… (Bon, je vais essayer de calmer un peu le remous que tout ça aura causé, parce que mine de rien, on va en pâtir tous les deux !) Bien ! *se tourne de nouveau vers la caméra* Messieurs, je suis suffisamment bien placée pour dire qu’il ne s’agit pas là d’une invitation ouverte, alors calmez vos ardeurs… *se retourne encore vers Jesse* J’arrête de vous ennuyer avec mes questions, et… *se tourne vers l’animatrice de l’émission* …je rends la parole à notre charmante présentatrice, qui y a échappé ! *envoie un clin d’œil à cette dernière, pour clore son intervention* »

La demoiselle en question fit semblant d’être chamboulée par ce que l’on venait de raconter, ajouta sa petite couche histoire de clore à son tour et de lancer le moment publicité, où nous en profitions tous pour nous éclipser. Je savais que ce serait un départ définitif pour moi, à cette émission, et j’espérais que ça le soit également pour ma cible forcée. Le pauvre, quel sale exercice il venait de subir…

Je le rejoignis d’un pas un peu paresseux, avec un air sur mon visage qui exprimait ce que je m’apprêtais à lui dire :

« Hey… excuse-moi pour l’interrogatoire que je viens de te faire subir… j’ai essayé de faire au plus soft, tout en essayant de correspondre aux attentes de cette foutue émission, je t’avoue que ce n’était pas facile… »

Mon regard sur lui était compatissant, peiné d’avoir eu à faire un truc qui, d’ordinaire, m’exécrait. On touchait pas à la vie privée des gens. Foutu pognon, pourquoi en avais-je tant besoin ?...
(c) Lliewelyn

Revenir en haut Aller en bas
Jesse Klein

avatar

Humain



¤ AVATAR : Alexander Calvert
¤ CRÉDITS : (c) Miss Pie | (c) Hannah
¤ MESSAGES : 1051
¤ POINTS : 228
¤ MULTIS : Naoki le mini vampire
¤ AGE : 24 ans
¤ ZONE LIBRE : Informations :
- 1m74 |65kg
- Déprimé
- Mannequin /Hacker / [ex escort boy]
- À un papillon tatoué à l'intérieur de sa cuisse
- Ex membre des ''Et Fratres Luminis" - Vampire Killer
- Groupe Sanguin : O+
- A le tatouage des EFL sur son torse et la marque de bannissement sur ses côtes à gauche

InstagramLiensFicheSujetsChrono
Tatouages
Papillon - Symbole EFL

¤ GROUPE : Humain | Ex EFL
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: London love- Chroniques de l'amour - Trisha Mer 6 Juin - 10:01



London love- Chroniques de l'amour  

Si il y a bien un exercice que j'aime le moins parmi ceux que je dois faire c'est bien les promotions radios et télévisions. C'est toujours angoissant de se dire qu'il y a des milliers de personnes de l'autre côté de la caméra qui nous regarde et nous juge en tout bien tout honneur. Si mon agent n'avait pas allongé deux milles balles pour que je vienne ici jamais je n'aurais franchi le pas de la porte, que l'on soit d'accord avec ça. Après ce qu'il venait de se passer en Irlande j'avais simplement envie de rester près de mon frère et ne plus jamais partir. Mais malgré tout j'étais ici, caché derrière de grosses lunettes noires et emmitouflé dans des vêtements recouvrants, improvisant ensuite de tester un nouveau style vestimentaire alors qu'il n'en était rien. Pour une fois que je n'avais pas une jolie chemise à demie ouverte ça changeait effectivement. Une fois la brève interview finie je sentais que la rubrique coeur allait me tomber sur le coin du nez. J'avais fait mine de rien histoire d'essayer de disparaître par je ne sais quel moyen mais la chroniqueuse dont je venais d'oublier le nom venait de s'adresser à moi. Fais chier. Vraiment. Doucement je relevais mes sourcils avant d'afficher un sourire bien palot avant de faire un petit coucou à la caméra lorsque celle ci fit un espèce de zoom inattendu sur ma tête. Merci pour votre accueil c'est très gentil. Si j'avais su j'aurais décliné cette invitation. Parler de m vie amoureuse? Sincèrement. Côté coeur ? Oh heu c'est assez plat. Je me concentre sur d'autres choses que l'amour désolé comme sur le fait d'essayer de ne pas mourir par exemple ou bien de tuer ces putains de vampires. Au choix … mais pas à l'amour.

Je levais alors les yeux au ciel sous sa question. Ça intéresse vraiment des gens de savoir qui je mets sous ma couette ? Vraiment ? Je couche avec qui je veux même si depuis l'aventure de fin avec Declan je n'avais pas envie de tomber amoureux et bien moins d'aller m'envoyer en l'air pour un oui ou pour un non. Les questions indiscrètes ça me donne envie de me barrer … pense au deux milles balles et ça ira mieux. Même si j'avais de ces " à côté" cela resterait privé.  Je n'ai pas à parler de qui vient avec moi sous ma couette la seule réaction qui avait accompagnée ça c'était un rire vraiment nerveux et un gratouillage de cheveux très nerveux. Je pensais que mon orientation sexuelle c'était de notoriété publique. Mais bon passons  Aussi charmantes qu'elles puissent être. .. Je préfère leurs petits amis. C'est dommage les filles désolé désolé … ou pas. J'en ai rien à foutre en vrai. Vu le nombre de groupies sur mes comptes sociaux c'était évident que certaines iraient couiner mais ça ne changera rien à la finalité. Une aventure fixe? Hein? Heu … je veux pas en parler. Oh oui j'en ai eu plusieurs et un peu partout dans le monde qui plus est. Je ne m'attache pas si il y avait une question cachée derrière  je finis par remuer les épaules doucement avant de sourire un peu  Que je suis ravi de savoir que de séduisants jeunes hommes sont attirés par mon soit disant charme. mais je ne suis pas non plus en mode portes ouvertes on déconne pas.

Une fois cette horrible séance de télévision terminée et le jingle pub annoncé je me levais du plateau avec presque un grand soulagement. Mon regard s'était posé sur la jeune brune avec une moue légèrement blasée Nous sommes tous les deux là pour d'autres raisons que le plaisir de poser des questions ennuyeuses et que d'y répondre. je soupirais un peu tout en me rendant en coulisses avec elle, finissant par poser mes lunettes sur le haut de ma tête pour voir un peu mieux ici. Je ne saisis pas en quoi ma vie privée est un suspense insoutenable. J'ai une vie assez compliquée comme ça pour ne pas avoir envie de l'étaler publiquement mais visiblement ils ne voient que leurs chiffres d'audience. C'est triste. . Je finis par me laisser tomber dans un canapé de la salle de pause. La Green Room  des plateaux de télévision. Je veux tellement rentrer chez moi et aller dormir pour oublier.

(c) Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas
Trisha Cieslak

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Ksenia Solo
¤ CRÉDITS : Avatar : Lilie - Signature : Miss Pie
¤ MESSAGES : 7
¤ POINTS : 4
¤ MULTIS : Elena Shatterleaf
¤ AGE : 30 ans (6 mois vampiriques)
¤ GROUPE : Indépendante
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/05/2018


MessageSujet: Re: London love- Chroniques de l'amour - Trisha Sam 9 Juin - 21:53





London love~ Chroniques de l'amour

Visiblement, je n’étais pas la seule à être venue sur ce plateau uniquement pour les pièces sonnantes et trébuchantes que cela allait rapporter. Bien sûr, c’était une image, tout le monde savait que ça allait se passer par virement, mais c’était tellement plus joli et attrayant de le dire ainsi ! À un moment donné, une femme de l’émission vint vers nous et nous demanda si nous voulions quelque chose à boire.

*Si tu savais ce dont j’ai vraiment besoin, tu ne m’approcherais même pas à moins de deux mètres…*

« Si vous avez du coca Cherry, je veux bien, s’il vous plait. »

C’était la seule boisson humaine que je m’évertuais à boire encore, tentant de me rappeler de son goût à chaque gorgée, mais sans grand succès. C’était pour garder l’habitude, pour ne pas devenir trop inhumaine, ou du moins pas trop rapidement… J’y tenais, à mon humanité, je la chérissais, et elle m’avait été volée si vite, si tôt… J’étais dégoûtée de deux choses : la première, d’être devenue une sorte de monstre à cause d’un psychopathe illuminé. La seconde, de ne pas avoir pu l’exterminer moi-même. La troisième, de ne plus pouvoir sortir au soleil, de ne plus pouvoir voir ni ma famille, ni mes amis. Ah, ça fait plus de deux ? Bah c’est justifié !

« Oh, j’ai une hypothèse là-dessus : les gens n’ont tellement pas de vie qu’ils se sentent obligés de vivre par procuration la vie d’un autre qui attise les convoitises de par sa notoriété. Pour eux, tu as une vie idéale, pleine d’argent et de bonheur –me demande pas pourquoi-, donc ils veulent tout savoir pour oublier la leur. Et les directeurs de ce genre d’émissions l’ont bien compris, et se font un pognon monstrueux au détriment de ceux qui subissent cet interrogatoire. Et encore, je le répète, j’ai été soft sur mes questions et je n’ai pas insisté, pas comme certains requins qui me débectent, d’ailleurs, au passage. Quelque part, quand on y pense, c’est peut-être mieux que ça ait été moi et pas quelqu’un d’autre… ces… rapaces ! Ehum. Au fait, on a déjà été présentés sur le plateau, mais… moi c’est Trisha. Enchantée… »

Alors que la jeune femme m’apportait enfin mon coca –qui était un coca normal, mais bon, passons, je n’avais plus de goût de toute façon-, je râlai un peu pour la forme puis me vengeai rageusement sur ma boisson en tirant sur la paille. Faute d’avoir ce qui me calmerait réellement –mais me ferait perdre un peu plus d’humanité que je n’ai déjà perdu-, j’aspirai voracement ce liquide débouche-canalisations nommé Coca Cola.

*Okay ma p’tite. Si tu ne te calmes pas rapidement, tu vas avoir encore ces saloperies qui vont sortir de ta bouche, donc pense à un truc tout mignon.*

« …papillon… »

Je me rendis à peine compte que ce mot avait franchi mes lèvres dans une supplique boudeuse, suffisamment fort pour que mon compagnon d’infortune payée l’entende.

Puis je finis par perdre ma concentration, et mes narines captèrent une odeur sous-jacente de sang à moitié séché, à moitié hématomes. Je me tendis un peu, et tournai la tête en direction de cette odeur, et je compris avec horreur que cette odeur Ô combien alléchante pour la monstruosité instillée en moi provenait de Jesse. Je portai la main droite contre ma bouche afin de cacher l’inévitable sortie de ces foutus crocs, puis je m’éloignai un peu, rien qu’un peu.

« Psiakrew ([psiaklef]) ! Gars, je crois que tu devrais aller à l’hosto, c’est pas possible de laisser traîner ça comme ça, c’est p’têt’ bien caché mais ça sent fort… »

Tant pis si pour ça je balançais mon secret au grand jour, mais là je m’inquiétais sérieusement pour sa santé. Il était pâlichon, en plus, je venais seulement de le remarquer, hors des projecteurs. Et vu l’odeur, ce n’était pas juste une simple petite blessure de rien du tout.

*Mais qu’est-ce qu’il lui est arrivé, pauvre garçon ?...*
(c) Lliewelyn

Revenir en haut Aller en bas
Jesse Klein

avatar

Humain



¤ AVATAR : Alexander Calvert
¤ CRÉDITS : (c) Miss Pie | (c) Hannah
¤ MESSAGES : 1051
¤ POINTS : 228
¤ MULTIS : Naoki le mini vampire
¤ AGE : 24 ans
¤ ZONE LIBRE : Informations :
- 1m74 |65kg
- Déprimé
- Mannequin /Hacker / [ex escort boy]
- À un papillon tatoué à l'intérieur de sa cuisse
- Ex membre des ''Et Fratres Luminis" - Vampire Killer
- Groupe Sanguin : O+
- A le tatouage des EFL sur son torse et la marque de bannissement sur ses côtes à gauche

InstagramLiensFicheSujetsChrono
Tatouages
Papillon - Symbole EFL

¤ GROUPE : Humain | Ex EFL
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: London love- Chroniques de l'amour - Trisha Lun 11 Juin - 12:59



London love- Chroniques de l'amour  

J'avais fini par aller m'enfoncer dans un canapé mis à disposition avant de soupirer lourdement. Je ne comprenais toujours pas ce besoin d'idéaliser la vie des autres alors que l'on n'en connaît que vaguement les contours. C'est relativement stupide quand on y pense. Surtout que la façade du joli mannequin qui sourit et un vrai leurre qui cache une vérité bien plus sombre et inattendue. Jamais quelqu'un ne pourra comprendre ce que c'est que de passer son enfance entre quatre murs sans avoir le droit de penser par soit même, à baisser le regard et prier avant d'aller se battre jusqu'à l'épuisement. Personne ne comprendrait les punitions que l'on a eu à l'époque.  Sans parler de ces combats ultra violents contre des vampires en Italie et en Angleterre. Je ne ferais rêver personne en expliquant que je prends plaisir à tuer et à torturer certaines de ces créatures monstrueuses qu'ils ont découverts il y a deux mois et que je côtoie depuis presque toujours.   Je ne vois pas en quoi ma vie peut faire rêver. L'argent ne fait pas tout et honnêtement si le fait d'en donner pouvait me rendre certaines choses je préférerais être pauvre. J'ai réellement une vie compliquée qui est juste éblouie par les flashs

Je me mis à moitié en boule dans un coin. Je n'avais décidément aucunement envie de sourire. Même les retrouvailles avec Declan donnaient à demi comme un échec pour moi malgré ce que l'on avait partagé tous les deux avant. Je vous en.foutrais de vie amoureuse. C'est toujours moi qui prends et souffre … à croire que je n'ai jamais de bol avec ça non plus. Papillon? Je levais le regard vers elle sans comprendre.  C'était l'un de mes surnoms. Le petit papillon bleu léger qui s'accroche comme il le peut à la lumière quitte à se brûler les ailes. Est ce qu'elle est au courant de ce surnom? Est ce qu'elle sait que j'ai ce même insecte bleu tatoué sur mon corps? Impossible. Sans mauvais jeux de mots, seuls ceux qui m'ont écarté les cuisses l'ont vu. C'était un petit secret intime que je ne montrais jamais aux photographes. Ma prochaine pièce sera probablement des ailes d'ange. Peut être qu'un jour elles pourront se déployer pour me laisser voler comme je le veux et qu'elles seront plus solides que celles de mes petits papillons courageux.

Mon attention se reporte sur ses paroles. Comment elle sait pour ça ? Je suis bien couvert pourtant. Même mon cou est protégé par un foulard léger. Aller à l'hôpital ? …. Non je me … soigne tout seul. à cette réflexion je finis par me mettre totalement en boule comme si je cherchais à me protéger de quelque chose et de cacher ce qu'elle venait de percevoir. De sentir. Même mes mains avaient trouvées refuge soit sous le coussin soit sous mon oreille. Ne me regarde pas comme ça s'il te plait. Tu devrais faire attention. .. dévoiler ta nature peut être très dangereux. Tous ne sont pas … bons dans cette ville. et encore moins ces ordures qui m'ont fait ça pour me faire payer le fait de protéger mon vampire de frère. Enfin ça et d'autre chose aussi. Mais la partie Kylian avait été assez douloureuse et forte. Je soupirais en priant pour bientôt rentrer chez moi, enfin au bar de Kylian. Je veux retrouver ma famille.

(c) Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas
Trisha Cieslak

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Ksenia Solo
¤ CRÉDITS : Avatar : Lilie - Signature : Miss Pie
¤ MESSAGES : 7
¤ POINTS : 4
¤ MULTIS : Elena Shatterleaf
¤ AGE : 30 ans (6 mois vampiriques)
¤ GROUPE : Indépendante
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/05/2018


MessageSujet: Re: London love- Chroniques de l'amour - Trisha Lun 11 Juin - 22:02





London love~ Chroniques de l'amour

Une vie compliquée, hein ?... Je n’avais même pas envie d’imaginer comment était sa vie, je voulais juste qu’il ait droit, lui aussi, à une vie privée, comme tout être humain (ou autres humanoïdes) qui se respecte. Mais à cause de ces conneries de talk-show, il recevait sans cesse des intrusions contre lesquelles il tentait tant bien que mal de résister. À mon sens, il réussissait plutôt bien, mais après, peut-être avait-il parfois affaire à des plus coriaces que moi… Mon boss aurait très bien pu me payer encore plus, je n’aurais pas fait plus invasif, vu que je ne supportais pas m’immiscer dans la vie des gens avec des questions à la con.


« Franchement, j’ai juste envie qu’on te foute la paix, toi et les autres qui sont emmerdés pour exactement les mêmes raisons que toi. Et même si j’ai besoin de fric, je donnerais volontiers pour que ta vie soit un peu plus lumineuse, et sans les flashs invasifs de tous ces gens qui ne voient qu’une occasion de se faire du pognon sur ton dos. »

J’étais sincère dans mes propos, chez moi, le faux-semblant c’était pour les traîtres, et je n’en étais pas une. Alors que je grommelais dans ma barbe invisible et que je tentais de me calmer comme je pouvais pour éviter que ces foutues canines n’émergent, Jesse releva la tête vers moi en répétant le mot que je pensais avoir pensé, mais qui finalement s’était échappé de mes lèvres.

« Hein ? J’ai parlé tout haut ? Merde, désolée, je tentais de retrouver mon calme intérieur, et j’aime bien les papillons, donc j’ai pensé aux papillons… enfin, je l’ai dit, visiblement… enfin bref. Désolée si tu t’es senti concerné par je sais pas quoi… »

Bah merde alors, si je commençais à dire tout haut ce que je pensais tout bas, ça n’allait pas le faire ! Eeeet voilà, le grand retour de ces trucs pointus dans ma bouche, comme si j’avais besoin de ça en cet instant précis. Fait chier. Et évidemment, il a capté mon monstre… génial, c’était vraiment pas mon jour ! Enfin… pas mon soir… Et puis merde.

« Haha… hahaha… comment t’as d’viné ?... dis-je sur un ton plus que sarcastique. Vraiment, cette nature était une plaie à la vie en société. À quand la possibilité de revoir tous mes copains ? Ma famille ?  Comment ça, tous ne sont pas bons ? Tu veux dire qu’il y en a qui ont un goût de chiottes ? J’déconne… Bon, plus sérieusement, ce sont ces gens-là dont tu parles qui t’ont massacré comme ça ? C’est bien camouflé, hein, chapeau, mais… tu dois douiller, et j’aime pas ça, vraiment. J’aime pas quand les gens bons comme toi souffrent. Ça donne un mauvais goût… bon ok j’arrête. C’est pas drôle en plus. »

Je n’appréciais pas particulièrement le fait qu’il se mette en boule comme pour se protéger. Ça me peinait, non pas parce qu’il semblait chercher à se protéger du monstre qui m’avait piqué ma vie, mais parce que j’étais persuadée qu’un gars comme lui ne méritait pas ce genre de choses. Puis par je ne sais quelle force mystérieuse stellaire, je ressentis le besoin de me confier, comme pour me justifier.

« Tu sais, j’ai jamais mordu personne, excepté ce connard qui m’a bouffé ma vie et forcé mon cœur à la boucler. Il m’y obligeait, mais quelque part j’étais bien contente de ne pas être obligée de mordre les gens qui étaient comme moi je l’étais il y a quelques mois. J’ai juste un seul foutu regret, enfin non, plusieurs mais c’est l’un des principaux, c’est de ne pas l’avoir moi-même tué pour de bon, le jour de la St Patrick. Enfin… j’te raconte tout ça mais tu dois t’en ficher, en vrai… »

Si j’avais encore pu rougir, j’aurais sûrement été aussi rouge qu’une tomate à l’heure qu’il était. Rougir… ça non plus, je n’y avais plus droit. C’était mignon, quand je rougissais, beaucoup de mes aventures me le disaient. Je me mis à mon tour en position du tatou, en boule avec les genoux remontés contre ma poitrine, mes bras les ceignant.

« Tu sais, j’aimerais bien pouvoir contrôler ce qui m’arrive quasi tout le temps. J’essaye en me noyant dans le coca Cherry, ma boisson préférée quand j’avais cette foutue pompe qui marchait encore, et j’essaye de me raccrocher à une vie humaine, même si je sais que c’est impossible. Mais ces machins qui pointent le bout de leur nez à tout bout de champs, ça je contrôle pas. J’aimerais beaucoup, pourtant… »

J’avais tourné ma tête dans sa direction, le regardant avec un air de chien battu, puis je lâchai une espèce de soubresaut de rire jaune.

« On a l’air fins, tiens, tous les deux… Messieurs dames, bienvenus dans nos vies de merde. »
(c) Lliewelyn

Revenir en haut Aller en bas
Jesse Klein

avatar

Humain



¤ AVATAR : Alexander Calvert
¤ CRÉDITS : (c) Miss Pie | (c) Hannah
¤ MESSAGES : 1051
¤ POINTS : 228
¤ MULTIS : Naoki le mini vampire
¤ AGE : 24 ans
¤ ZONE LIBRE : Informations :
- 1m74 |65kg
- Déprimé
- Mannequin /Hacker / [ex escort boy]
- À un papillon tatoué à l'intérieur de sa cuisse
- Ex membre des ''Et Fratres Luminis" - Vampire Killer
- Groupe Sanguin : O+
- A le tatouage des EFL sur son torse et la marque de bannissement sur ses côtes à gauche

InstagramLiensFicheSujetsChrono
Tatouages
Papillon - Symbole EFL

¤ GROUPE : Humain | Ex EFL
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 12/02/2018


MessageSujet: Re: London love- Chroniques de l'amour - Trisha Ven 22 Juin - 9:22



London love- Chroniques de l'amour  

J'avais légèrement secoué les épaules, moi aussi j'aurais aimé qu'on me fiche la paix avec leurs interviews à la con. Je n'avais rien contre les photos mais les consenties, j'estime en faire assez pour ne pas avoir à me faire enquiquiner avec des images volées. Oui je suis désolé ma vie n'est pas aussi dingue que ça, moi aussi je vais acheter du riz et des coquillettes à la supérette du coin. Super étonnant hein !! Et que même des fois j'ai du papier toilette dans les mains aussi. C'est quand même extraordinaire la vie de star… comment ça j'en fais trop? Non mais apparemment nous sommes des gens particuliers.  Oui à part notre compte en banque on est comme tout le monde et j'aimerais qu'on arrête d'essayer de gratter des infos chez moi… on a tous des cadavres sous le tapis qui n'ont pas à sortir et quand je parlais de cadavres je parlais de vrais cadavres ce n'était pas une expression imagée. Je levais les yeux vers elle avant de marmonner que pour moi ou presque C'est juste que..
. Le papillon c'est .. C'est comme un surnom pour moi
en quelque sorte on va dire.

Comment j'ai deviné ? Mon petit poussin tu es loin d'être la première que je croise tu sais ? Mais est ce que j'en ai quelque chose à faire au final ? Non pas vraiment. Si je te le dis tu vas littéralement prendre tes jambes à ton cou … je finis par me cacher un peu plus quand elle évoque ceux qui m'ont mis dans cet état. Oui. Oui ce sont ceux dont tu dois te méfier comme la peste. Je connais leur cruauté envers ceux de ton espèce et ce que j'ai vécu n'était rien comparé à ce qu'ils font subir aux vampires. Ce que je leur ai moi même fait subir parfois. Même si je me calmais d'ailleurs,il y avait toujours cette petite part en moi qui aimait torturer certaines enflures à grandes dents. Tu veux savoir comment j'ai deviné ? Je tue les vampires depuis des années et j'ai été formé pour durant toute ma vie. Je n'ai pas eu une enfance normale on va dire. Et ce sont ces mêmes gens qui m'ont fait ça. Ne t'en fais pas je ne te ferais rien. Promis. si Declan savait que j'étais en train d'épargner une vampire il serait sûrement agacé mais je m'en fiche, je n'ai pas envie. Elle n’a pas l'air très vieille je n'attaque pas les vampires gentils. J'ai mon frère qui est comme toi. Je l'aime de tout mon coeur.

Je la laissais me parler d'elle un peu,j'avais raison c'est un bébé vampire. J'ai vraiment le flair pour ces trucs là maintenant. J'avais un sourire sincèrement désolé pour elle. Mais actuellement j'ai souhaité la mort plus de fois qu'un vampire ne devrait avoir à le faire. Tu dois absolument apprendre à gérer tes dents. Ils sont… partout. Absolument partout. Et eux n'auront aucune pitié même si tu es toute mignonne et inoffensive. Ils n'ont aucune pitié. Avec de la chance tu seras morte sur le coup ce qui est mieux que ce qu'ils peuvent te faire si tu es plus forte. sans vouloir te briser le moral bien sûr.  Je finis par me lever difficilement avant d'aller la prendre dans mes bras doucement Si tu veux je te donne l'endroit où trouver mon frère il pourra t'aider pour ton problème de dents. dis je en caressant ses cheveux du bout des doigts. J'étais rarement aussi affectueux avec une femme mais elle semblait avoir réellement besoin de tendresse elle aussi.

(c) Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: London love- Chroniques de l'amour - Trisha

Revenir en haut Aller en bas
London love- Chroniques de l'amour - Trisha
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Mad Love - De l'Amour a la follie
» Love Story ▬ Lucas E. Scott
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» Absolarion Love.
» la faim plus fort que l'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Centre de Londres-
Sauter vers: