RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !




Les jeux de l'été ! sont ouverts de Juin à Septembre
Les beaux jours sont là, l'été approche, le soleil, la place, le vacances ... le boulot, la routine ? Peu importe !
Venez vous amuser un peu avec nous, osez venir faire des rps complètements fous, lancer des défis, participer à des jeux
! Sortez vos maillots, vos lunettes de soleil et vos crèmes solaire !
Venez jouer !



Partagez|

This is the day I died.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Keira A. Turner

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Danielle Campbell
¤ CRÉDITS : DΛNDELION
¤ MESSAGES : 22
¤ POINTS : 3
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 03/05/2018


MessageSujet: This is the day I died. Dim 20 Mai - 18:19


This is the day I died.
Il était difficile de dire si elle était en train de mourir. De son point de vue, c'était le cas, de l'extérieur elle n'en avait aucune fichtre idée et s'en moquait bien. Une question lui vient alors qu'elle fut encore fiévreuse...depuis combien de temps agonisait-elle ? Cette impression que cela faisait des jours, des semaines, alors qu'en vérité ça ne faisait que quelques heures. Enfin, quelques heures... son calvaire dura en tout et pour tout quarante-trois heures et trente-deux minutes. Si elle n'était pas certaines que ce se soit passé réellement, elle eut chacun de ses os brisés en plusieurs endroits pour revenir ensuite à leurs formes originels, son sang drainé comme la paille cherchant les dernières gouttes de boisson dans un verre, sa peau lui sembla en feu pour finir finalement glacé et les perles de sueurs sur son corps se sont évaporés dans les airs pour la laisser encore un peu plus pâle qu'elle ne l'était à force de vivre déjà au rythme du sommeil des vampires.

Entendant des phrases déformées par des bruits de tambours battant, ils étaient plusieurs, de concert, prête à la rendre folle et elle ouvrit enfin les yeux en hurlant. Premier cri qu'elle put enfin laisser s'échapper depuis ses deux derniers jours. Loin de ressembler au cri d'un nouveau né, on put sentir la frustration, la douleur et l'effroi dans ce dernier. Se redressant pour sentir ses cheveux lui caresser la peau de son bras, elle n'avait encore jamais sentis à quel point ses derniers étaient doux ! Son regard se perd dans une pièce où les rideaux furent fermés, des visages s'agglutinent autour d'elle et la jeune femme finit par déglutir, s'approchant d'eux, sauvage, prête à se jeter sur ses femmes qui semblaient la perturber. Le bruit qui parasitait ses oreilles semblaient provenir d'elles et en écoutant d'un peu plus prêt elle compris ce rythme, celui d'un cœur...de plusieurs cœurs. Des odeurs délicieuses vinrent chatouiller ses narines, rien de bien appétissant comme le poulet grillé, mais tout aussi enivrant, invitant à être goûté.

Une voix s'éleva et le petit monde disparu. Keira dut déboussolé, son regard ne savait où se figer et les informations à enregistrer furent bien trop nombreuse. Puis elle eut un mouvement de recule, se collant le plus possible au bout du lit, ses jambes contre sa poitrine alors qu'elle passa ses bras autour de ses dernières pour se rassurer, mais elle était bien prête à prendre la fuite si elle sentait le moindre danger. Mais que lui arrivait-il ? Pourquoi elle n'était pas chez elle avec les autres ? Qu'est-ce que cet homme lui avait fait ? L'avait-il enlever ?

« Qui êtes-vous ? »

Question prononcée bien trop vite, les mots se bousculant dans sa bouche à peine cette dernière ouverte. Tentant de se cacher derrière sa longue chevelure, elle se mit à faire des va et vient, comme lorsque l'on berce un bébé, pour se rassurer un peu plus, car oui, Keira a peur...non, elle est effrayée. Se pensant dans un cauchemar, elle eut beau se pincer, elle n'ouvrit pas les yeux sur sa chambre ou sur l'un du clan tentant désespérément de la libérer de ce cauchemar, prêt à dormir près d'elle.

« Pourquoi m'avez-vous enlevé ?! »

Ce fut l'unique raison quant à sa présence en ces lieux. Le lit semblait pouvoir accueillir plusieurs personnes sans difficulté et le décor ne collait absolument pas avec ce qu'elle avait déjà pu voir ailleurs, peut-être un peu comme la chambre de ses parents, de style ancien et légèrement lourd. Elle sentit un mouvement, avalant de l'air signifiant qu'elle eut encore peur, elle quitta le confort des draps pour se réfugier dans un coin de la pièce, totalement recroquevillé sur elle-même, mais prête à sortir les griffes s'il le fallait, car elle ne pouvait plus reculer ou se jeter dans un autre coin de la pièce sans qu'il puisse l'atteindre au passage.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Vassily Ivanov

avatar

Vampire • Clan Sud Est



¤ AVATAR : Tom Hiddleston
¤ CRÉDITS : lux aeterna x swan x Hannah
¤ MESSAGES : 64
¤ POINTS : 25
¤ AGE : 37 / 520 ans
¤ ZONE LIBRE : • Directeur d'Orphelinat - cherche employé(e)s


Rp : 3/3 - Full
¤ GROUPE : Vampire, clan Sud
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 27/04/2018


MessageSujet: Re: This is the day I died. Dim 20 Mai - 20:01

feat. @Keira A. Turner

La mort n'est pas une fin, elle peut-être un commencement, une naissance ou un voyage. - Marguerite Yourcenar ; Le mystère d'Alceste (1963) La mort est un commencement, un renouveau, une chance à saisir. Mais qui suis-je, pour décider ainsi de qui a le droit de vivre, qui doit mourir et qui doit renaître. Suis-je la main d’un Dieu auquel je ne crois pas ? Certainement pas. Je suis, je crois, bien malgré moi, trop amoureux de la vie et du monde pour laisser la vie s’envoler ainsi. C’est certainement pour cela que je n’ai pu supporter de voir cette jeune femme mourir sous mes yeux.



▲ ▲ ▲ ▲


2011, Londres – Maria, la Gouvernante de l’Orphelinat frappa violemment contre la porte du bureau du directeur. Pour la première fois, elle n’attendit pas l’autorisation d’entrer. Vassily, en voyant le visage de la vieille Louve, comprit que quelque chose de grave venait de se passer.

- On a besoin d’vous Monsieur, une gamine qui va vraiment très mal.

Vassily n’attendit pas plus et quitta le dernier étage où se situait son bureau, rejoignant à vitesse vampirique, le rez-de-chaussée. Sur l’un des canapés de la salle d’attente, gisait le corps d’une jeune femme. Vêtements trempés, souillés d’un sang dont l’odeur était alléchante. Le premier réflexe de l’immortel fut de penser à ses jeunes pensionnaires.

Maria, confinez tout le monde dans les chambres. Veillez à ce que les plus jeunes dorment. Les jeunes Vampires doivent être surveillés de près, l’odeur du sang va les attirer. Demandez à Lysie de lancer un sort sur les étages, ils ne doivent pas en sortir.

Pour le reste, Maria savait quoi faire. Ce n’était pas la première fois que des blessés arrivaient ici. Bien souvent des enfants. Celle-ci semblait déjà presque adulte, peut-être l’était-elle déjà. Esther, l’infirmière, était présente à l’Orphelinat ce soir-là. La jeune inconnue fut immédiatement conduite à l’infirmerie. Mais, au bout de quelques instants, le verdict tomba. Tranchant. Insupportable.

- Je pourrais rendre sa mort moins douloureuse Vassily, mais ses organes sont bien trop touchés et elle a perdu beaucoup trop de sang. Cette petite était au mauvais endroit, au mauvais moment. Mais elle ne s’en sortira pas. Je suis désolée.

Esther avait conscience que ses mots ne pourraient être acceptés par cet homme qui ne supportait pas d’être impuissant. La mort était une chose qu’il pouvait tolérer, lorsqu’elle frappait des personnes âgées ayant déjà bien vécu. Mais pas lorsqu’elle s’attaquait à des gamins qui avaient encore tout à vivre, tout à voir. Alors les choses se passèrent rapidement. Maria eut à peine le temps de revenir que, déjà, l’immortel était penché sur le poignet souillé de la jeune Sorcière mourante, s’abreuvant de son sang. Les deux femmes s’observèrent, sachant très bien qu’elles ne pourraient l’en empêcher. Le liquide carmin s’écoula dans la gorge du Vampire, le nourrissant malgré lui. Attentif, il veillait à ce que les battements de cœur, déjà faibles, ne se stoppent pas définitivement. Infanter, il l’avait déjà fait par le passé. Mais Jana n’avait pas été mal en point, bien au contraire. Elle fut une femme forte et consentante, en bonne santé, acceptant l’immortalité qu’elle avait réclamée. Keira, car tel était son prénom, n’était pas en état et la transformation pouvait louper. Alors Vassily prit toutes les précautions nécessaires. Son propre poignet fut percé par ses crocs et porté aux lèvres de la mourante, nourrissant ainsi son corps frêle.

Préparez une chambre. Je serais indisponible pour les prochains jours.

Keira resta sur la table de soin durant quelques heures, le temps de nettoyer son corps, ses cheveux, de la rhabiller. Ce fut Maria et Esther qui s’occupèrent de cela. Pendant ce temps, Vassily se chargea de prévenir les jeunes habitants de ce qui allait suivre, de la peur et des cris qu’ils allaient entendre et ressentir. Il retourna ensuite auprès de la jeune femme, installée dans l’une des chambres privées de l’Orphelinat. Elle semblait minuscule dans le grand lit ancien, perdue dans les draps qu’elle souilla de sa transpiration lorsque le corps la fit souffrir, que la mort vint la cueillir. Et, le cœur s’arrêta de battre.

▲ ▲ ▲ ▲

- Monsieur, sans vouloir vous manquer de respect, il faut vous nourrir ! Sortez prendre l’air, videz une bouteille de Bourbon, mais ne restez pas là à la regarder ! Vous n’êtes pas utiles et les enfants ont besoin de vous.

Nul doute que Maria n’avait pas peur du vieux Vampire. Elle était la seule à oser lui parler avec, parfois, beaucoup de franchise et d’autorité. Leur relation était ainsi, basée sur la franchise et la confiance. Mais cette fois, la vieille louve ne gagnerait pas la bataille.

Elle va se réveiller. Bientôt. Et je dois être là quand ça arrivera.

Dans la chambre, Vassily était entouré de la vieille louve et d’Esther, l’infirmière. Quarante-trois heures et trente-deux minutes. S’il n’avait pas eu confiance en lui, Vassily aurait pu finir par croire qu’il avait loupé cette transformation. Mais il sentit, ce changement, à peine perceptible, prouvant qu’elle allait se réveiller. Plus aucun bruit ne se fit entendre dans la pièce, plus personne n’osa bouger lorsque la jeune fille se mit à hurler. Un hurlement de peur, de douleur peut-être. Les corps s’avancèrent, pour voir, par réflexe. Les deux femmes observaient Vassily, ses gestes, sa main lever pour leur interdire d’approcher plus, comme s’il avait pressentit ce qui se passerait. Il savait combien le réveil était perturbant, surtout lorsque l’on n’était pas prêt à ça. La gamine se redressa rapidement, sauvage, presque féline. Elle s’approcha des deux femmes, bien trop dangereuses.

CA SUFFIT

L’ordre gronda, claqua dans le silence de la pièce à l’intention de cette Infante qui devrait maintenant lui obéir. La gamine, prise de panique, se cacha tant bien que mal, cherchant, comme un animal sauvage, à s’éloigner de ceux qu’elle devait certainement considérer comme un danger. Sa voix résonna, douce, fébrile, cherchant à savoir qui ils étaient ; cherchant à savoir pourquoi ils l’avaient enlevé. Bien évidemment, elle n’avait conscience de rien et ses souvenirs devaient être flous. Maintenant recroquevillée dans un coin de la chambre, la jeune femme ressemblait réellement à un animal prêt à bondir pour se défendre.

Maria, Esther, laissez nous, je vous prie.
- Mais Monsieur !
Maria, les autres ont besoin de vous. Vous sentez sa peur ? Ils la sentent aussi. Allez-y.

Les deux femmes s’exécutèrent, jetant un dernier regard à la pauvre enfant effrayée. La porte fut fermée à double tour, la clé venant se loger dans la poche de l’immortel. Dehors, la nuit avait déposé son voile sur la ville.

Je l’appelle Vassily Ivanov, dit-il d’une voix calme, venant lentement prendre place sur un coin du lit, non loin de la jeune femme. Je ne t’ai pas enlevée. En réalité, tu n’es pas ma prisonnière, même si cela te semble peu probable pour le moment. Je suis un Vampire et tu es ici chez moi, du moins dans mon orphelinat à Londres. Quelqu’un t’a amenée ici dans un sale état, aux portes de la mort. Une agression certainement, tu avais perdu beaucoup de sang.

Les mots furent prononcés lentement, calmement, d’une voix grave mais sereine, cherchant ainsi à apaiser la jeune femme si cela était possible.

J’aimerais que tu me dises ton prénom si tu veux bien. Et j’aimerais que tu écoutes ce qui se passe autour de toi, que tu écoutes… Ton cœur.

À ces mots, Vassily se redressa, se dirigeant vers un meuble ancien, ouvrant l’un des portes où était caché à mini réfrigérateur. Une poche de sang fut sortie de là, une coupe en cristal fut attrapée et le sang versé. L’odeur éveilla les sens de l’immortel qui aurait certainement mieux fait de se nourrir lui aussi. Toujours silencieux, il retourna près du lit et déposa la coupe sur la table de chevet.

Pose moi toutes les questions que tu voudras. Seulement, je t’interdis pour le moment de quitter cette chambre.

Et cela était bien évidemment indiscutable. L’immortel n’aurait aucun scrupule à l’attraper et lui faire mal. À ce stade, elle était un danger, pour elle, mais également pour les autres. Vassily se devait donc de préserver tout le monde ici, quitte à faire preuve d’un peu de violence.

Maintenant, bois.

C’était un ordre.


▲ ▲ ▲ ▲


©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Keira A. Turner

avatar

Vampire



¤ AVATAR : Danielle Campbell
¤ CRÉDITS : DΛNDELION
¤ MESSAGES : 22
¤ POINTS : 3
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 03/05/2018


MessageSujet: Re: This is the day I died. Sam 2 Juin - 18:01


This is the day I died.
Il n'était pas évident de mourir, la douleur que cela entraîne, surtout lorsque vous n'avez même plus la force de hurler, de pleurer, vous ne voulez plus vous battre, juste que la mort vienne vous donner son dernier baiser pour vous emporter avec elle. Keira l'avait attendue, terrorisé à l'idée de mourir puis finalement impatiente d'en finir avec ce calvaire.

Ses yeux s'ouvrirent littéralement sur un autre monde, terrifiant, pleines d'odeurs qu'elle n'avait encore jamais sentis, de bruit qu'elle n'avait jamais entendus et ce décor qui lui était totalement étranger... De plus, on l'observait alors qu'elle venait de crier de toutes ses forces. Trop de monde, trop de têtes inconnues, où était donc passé son clan ? Finalement, elle voulait bien se laisser coiffer et tresser ses cheveux comme lorsqu'elle était enfant, mais qu'on la sorte de là ! Puis une impulsion, elle fut sur ses mains et ses genoux en un rien de temps, s'approchant dangereusement de son public tel un félin ayant repéré une proie. Elle avait peur, elle était totalement déboussolée et voulait s'échapper d'ici...mais elle voulait aussi goûter à se liquide coulant dans les veines de ces femmes. Un ordre sec, deux mots, qui attirèrent son attention et étrangement elle obéit...pour mieux s'intéresser à lui. Il semblait différent des autres et éveillèrent sa curiosité.

Danger, elle n'était pas chez elle, alors forcément ceux présent dans cette pièce lui voulaient du mal...mais que leur avaient-ils fait ? Elle ne se sentait pas dans son état normal, comme ci.. tout était amplifié. Une drogue certainement. C'est en se réfugiant à l'autre beau du lit Qu'elle demande qui ils étaient, se raccrochant à elle-même et se berçant, elle voulait cacher son visage de sa chevelure, pour ne pas que l'on puisse la reconnaître. Pas qu'elle soit quelqu'un de célèbre ou d'important, mais elle savait bien qu'elle n'avait pas fait que de bonne chose dans sa vie. Tentant de collecter des souvenirs sur ce qui avait bien pu se passer, il lui semblait impossible même de se rappeler son séjour dans le caniveau.

Le lit lui sembla être un terrain dangereux, quittant son confort pour aller rejoindre des murs froids, le plus loin d'eux et elle recommença son petit manège, pour chercher à se détendre. Elle laissa aussi quelques micro-coupure sous la force de ses ongles, essayant de se pincer le plus possible pour se réveiller dans son lit, mais rien n'y faisait, elle restait bien dans cette chambre alors qu'elle pouvait sentir la douleur qu'elle s'infligeait.

Tentant de suivre la conversation, elle surpris des prénoms, puis des « autres » qui pouvaient sentir qu'elle avait peur. Des vampires ? Venait-elle juste de passer à un clan ennemi au sien ? Bien trop content d'avoir enfin un otage ou un moyen de pression contre les siens...fut-elle humaine. Son regard suivi la sortie des deux femmes, la porte fut fermée à l'aide d'une clé, il lui semblait avoir entendu le mécanisme. Le jeune homme vint prendre place sur le lit, le jugeant trop prêt d'elle, ses doigts de pieds se rétractèrent comme ci cela pouvait y changer quelque chose. Mais elle l'écouta, cherchant à chasser tous les bruits parasite autour d'elle pour enfin comprendre la situation dans laquelle elle se trouvait. Vassily Ivanov, vampire de son état, ne la retenait pas comme prisonnière, mais il n'était pas évident de le croire après l'avoir vu fermer la porte.

Elle aurait voulu poser une flopée de question, mais elle sentait déjà les mots se déformer alors qu'elle n'avait même pas ouvert la bouche, deux mots assemblés pour ne plus qu'en faire un seul. Il fallait remettre de l'ordre dans ses pensées. Puis il continua en demandant son nom, qu'elle écoute ce qui se passe autour d'elle puis...qu'elle écoute son cœur ? Il est...dérangé celui là, non ?!

« Je m'appelle...elle coupa net, se figeant sur place alors qu'elle se rendit compte qu'elle était paniquée au point d'oublier son propre prénom. Je... Poussant un soupir de frustration, elle retint un autre hurlement et du revers de la main essuya une larme ou tout du moins ce qu'elle prit pour une larme. Je m'appelle...Ke...Keira ! »

Son nom de famille par contre fut totalement oublié sur l'instant, se sentant déjà victorieuse de pouvoir offrir son prénom. Autour d'elle, tout était bien trop bruyant. Plaquant ses mains sur ses oreilles, elle ferma les yeux l'espace de quelques minutes, visiblement en souffrance, elle finit par se dire qu'elle était bien morte, réveiller en Enfer.

« Je ne comprends rien...trop de bruit...faites les taire, s'il vous plait ! »

Une odeur attira immédiatement son attention, mais cela ne soulagea en rien le bruit la rendant presque saoule. Elle n'avait entendu Vassily lui interdire de quitter sa chambre, mais aussi de boire. Dans un instinct de survis un peu bête, elle se mit debout et réussit à atteindre la porte bien trop rapidement pour la simple humaine qu'elle se pensait être, tentant de déclencher la clinche, elle se mit à frapper sur la lourde porte.

« Laissez-moi sortir s'il vous plaît, je veux sortir de cet enfer ! Il y a trop de bruit ! »

En détresse, cela ne faisait que quelques minutes, mais elle n'en pouvait déjà plus, se faisant presque passer pour une hystérique. Il lui avait dit être dans un orphelinat ? Et si finalement ce n'était qu'un mot plus doux pour ne pas vouloir dire... hôpital psychiatrique ? Mais...il y avait bien trop de choses dans cette chambre pour que ce soit le cas !
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Vassily Ivanov

avatar

Vampire • Clan Sud Est



¤ AVATAR : Tom Hiddleston
¤ CRÉDITS : lux aeterna x swan x Hannah
¤ MESSAGES : 64
¤ POINTS : 25
¤ AGE : 37 / 520 ans
¤ ZONE LIBRE : • Directeur d'Orphelinat - cherche employé(e)s


Rp : 3/3 - Full
¤ GROUPE : Vampire, clan Sud
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 27/04/2018


MessageSujet: Re: This is the day I died. Dim 10 Juin - 19:34

feat. @Keira A. Turner

▲ ▲ ▲ ▲


L’immortel savait que la mort n’était pas toujours un cadeau. Pas au début. L’après-transformation était une étape compliquée si l’on était mal pris en main, laissée seule à l’abandon. Lui avait vécu ses premières années aux côtés de sa bien-aimée Créatrice. Elle avait su lui inculquer les bases, les valeurs, les principes. Elle avait su le rassurer face aux millions de sensations nouvelles qui envahissent les nouveaux-nés Vampires. Oui, quelque part, Vassily avait agi sur un coup de tête en faisant de cette jeune femme son Infante. Il ne pouvait plus faire marche arrière, à moi de lui arracher le cœur et de la faire brûler comme l’on brûle les pages d’un livre. Tel n’était pas son but. S’il n’avait pas beaucoup infanté durant sa longue existence, l’immortel avait néanmoins bien fait les choses en étant un Créateur attentif et pédagogue. Mais, à en voir la peur et la folie qui rongeait cette jeune femme, le Russe comprit que le chemin serait certainement long jusqu’à ce qu’elle puisse s’apaiser. Après tout, il ne savait rien de cette gamine qu’on avait amené ici pour la voir quoi, crever ? Elle n’était pas morte. Non. Pas définitivement en tout cas. Seulement, la jeune Keira ne pouvait pas encore le comprendre. Chaque chose en son temps. Dans ses souvenirs, Vassily se rappela la faim. Celle qu’il avait éprouvée à son réveil. Une faim dévorante, lui brûlant la gorge et les tripes. Une faim devenue alors obsessionnelle. Il fut donc pour lui très naturel de proposer de quoi se sustenter à cette jeune fille complètement perdue. Transformation égoïste d’une gamine qui n’aurait certainement pas voulu ça. Mais presque toutes les transformations étaient égoïstes…

Keira parvenait difficilement à supporter ses sens aiguisés. Les bruits qui l’entouraient commençaient sérieusement à la rendre folle. Entendait-elle le craquement du bois ? Les respirations aux niveaux inférieurs ? Entendait-elle les battements de cœurs et le bruit du vent dans les arbres par la fenêtre légèrement ouverte ? Il n’était malheureusement pas l’heure des questions. La jeune Vampire, dans un mouvement rapide qu’elle ne contrôlait certainement pas, se projeta vers la porte. Seule issue. Seule sortie, mais pour aller où ? Bien que la porte fut verrouillée, Vassily rejoignit rapidement la jeune femme pour faire cesser ses poings qui s’abattaient violemment sur le bois. Son hystérie finirait par effrayer les autres pensionnaires et Vassily ne voulait pas leur infliger ça. Ses mains s’accrochèrent avec fermeté aux bras frêles de la jeune enfant, la retournant face à lui et la plaquant contre le bois de la porte. Le regard de l’homme chercha celui de son Infante, captant son attention, s’infiltrant en elle par le biais de ce lien qui, désormais, les unissait.

Je t’ordonne de te calmer et de boire Keira !

Les mots s’étaient échappés, lentement, sur un ton ferme. C’était un ordre qui claquait, s’imposant à la jeune femme, lui intimant le calme. Quelques secondes furent nécessaires pour que l’ordre pénètre l’esprit et s’y infiltre, s’y faisant sa place pour apaiser, finalement, les angoisses qui rongeaient son âme et son corps. Doucement, les tremblements cessèrent et le regard de l’infante se fit moins fou, moins effrayés. Le calme. L’apaisement. Et la faim, certainement, qui se fit maintenant sentir. Alors les mains relâchèrent les bras frêles où les traces des doigts s’étaient imprégnés tant la poigne fut ferme. Vassily s’écarta, montrant d’un signe de la tête la coupe de sang qui attendait la jeune femme.

Bois.

L’ordre à nouveau claqua dans la chambre. Le russe patienta jusqu’à ce que Keira rejoigne le lit et s’empare du verre. Une première grimace défigura légèrement le visage un peu plus apaisée, avant qu’il sente la Bête gronder en elle et la faim prendre le dessus. Le verre fut vidé et une autre poche de sang fut offerte. Il fallait la rassasier pour qu’elle ne soit pas trop un danger. La faim devait être apaisée, le feu soulagé.

J’imagine que tu ne te souviens pas de ce qui t’es arrivé, mais tes souvenirs te reviendront petit à petit. J’ai fais de toi une immortelle Keira. Ces bruits que tu entends, ces odeurs qui tu sens, sont une de nos nombreuses spécificités. Cela te semble peut-être fou, mais tu t’en rendras compte pas toi-même. Je suis ton Créateur. De ce fait, mes ordres résonnent à ton esprit et s’y imposent naturellement. Mais je t’expliquerais tout ceci en temps voulu.

Il était un peu perdu l’immortel. Lui qui avait l’habitude de consoler et conseiller ses jeunes pensionnaires se retrouvait bêtement près de cette demoiselle qui dépendait maintenant de lui ; Sa progéniture.

Je suis un peu maladroit et je m’en excuse. Dis moi ce que je peux faire pour toi Keira.

Derrière la porte, des bruits de pas se firent entendre.

- Monsieur, tout se passe bien ?
Oui Maria, le calme est temporairement revenu. Dites aux enfants que tout va bien.

Car il savait que les enfants étaient inquiets.

Tu es ici en sécurité Keira. Personne ne te fera de mal. Personne, c’est promis.


▲ ▲ ▲ ▲


©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: This is the day I died.

Revenir en haut Aller en bas
This is the day I died.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Pattie Brooks - "This Is The House Where Love Died"
» Michel Martelly, Stealth Duvalierist
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» G - "Just Died In Your Arms" [Hentaï] [PV Mina]
» You left, I died ▲ John -retrouvailles- [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Ici et là :: Il était une fois-
Sauter vers: