RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !



Partagez|

what happens in Brighton, stays in Brighton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Decima L. Giaccherini

avatar

Chamane • meute City



¤ AVATAR : Rose Bertram.
¤ CRÉDITS : (c) Lilie.
¤ MESSAGES : 550
¤ POINTS : 46
¤ AGE : 25 ans.
¤ ZONE LIBRE :
+ Jeune chamane de la meute du Centre
+ Détective au London Police Department
- Liens -
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: what happens in Brighton, stays in Brighton Dim 13 Mai - 2:05

Deci, viens vite. Deux sorcières sont en train de foutre la merde dans mon bar et je préfère ne pas me mêler de ce genre de chose. C’était plus ou moins, à quelques mots près, ce qu’il lui avait dit. En d’autres termes, que la fliquette qu’elle était devait venir et intervenir, d’autant plus qu’elle était une fliquette sorcière et que lui en tant que vampire n’avait aucune légitimité. Soit. Elle prit sur elle, prit la direction du bar plutôt que de chez elle bien qu’elle était sur le point de terminer son service et qu’elle était crevée, pour aller jusqu’à l’Apollonide où il l’attendait. Mais, surprise. Les sorcières n’étaient plus là. Il avait réussi à désamorcer la situation, tout était réglé. Miracle. Ca tombait bien, Decima avait besoin de repos. La journée avait été longue, elle n’avait aucune envie de prendre en charge une énième affaire et sur son temps libre qui plus est. Puisqu’il n’y avait plus d’urgence, elle allait donc pouvoir rentrer au bercail, retrouver sa sœur et son lit, grignoter une bonne pizza en regardant la télé, en couch potatoe qu’elle était. Ou le paradis, selon la définition que lui donnait les deux Giaccherini.

Pauvre Decima. Elle pouvait toujours rêver.

Alexander insistait pour lui offrir un verre. Alors qu’elle n’en avait vraiment aucune, aucune envie. Non pas qu’elle ne l’aimait pas – bon, ils n’étaient pas les meilleurs amis du monde, mais il avait suffisamment forcé et imposé sa présence dans sa vie pour qu’elle ne s’étonne plus vraiment de se retrouver en sa compagnie – mais, elle voulait juste rentrer. Juste rentrer. C’était tout ce qu’elle voulait. Pas d’alcool, rien, juste rentrer. Sauf qu’il insistait. Et puis, il avait reçu une incroyable bouteille de rhum des Etats-Unis, si bonne qu’il fallait la goûter pour croire à l’existence d’une merveille pareille. Et Decima adorait le rhum. Oh oui qu’elle adorait le rhum. Une passion qui ne l’avait pas abandonnée à travers les âges, dans son ancienne vie comme dans la nouvelle. Ce qu’elle préférait, c’était y faire infuser du gingembre, ou du piment. Et là… Là, le rhum avait un arrière-goût très étrange. Peut-être avaient-ils infusé quelque chose de particulier dans la bouteille ? Elle ne savait pas trop. Enfin, de toute manière, elle n’était pas là pour se prendre la tête. Elle allait boire son verre, et s’en aller.

Elle pouvait, définitivement, toujours rêver.

Avant même d’avoir avalé la moitié du contenu qu’elle se sentait déjà… Déjà faible. Extrêmement faible. Ses paupières étaient lourdes. Sa tête… Bon sang, à croire qu’elle allait exploser. C’était comme lorsqu’elle avait une horrible gueule de bois. Non, pire que lorsqu’elle avait une gueule de bois, et dieu savait qu’elle en avait rarement, jeune femme sage qu’elle était. C’était atroce, tout bonnement atroce. Et ça ne s’arrangeait pas, bien au contraire. Elle ne parvenait plus à bouger, elle n’arrivait plus à parler. Elle n’avait même plus conscience de ce qui pouvait se passer autour d’elle. La grande Decima Giaccherini était devenue plus malléable qu’une petite poupée. Qu’on pouvait soulever, porter, emmener.

Quelques minutes. Quelques heures. Quelques jours. Elle n’en savait rien. Elle n’avait aucune conscience du temps qui s’était écoulé, de quelle heure il était, d’où est-ce qu’elle était. Ouvrant tant bien que mal les yeux, elle reprenait peu à peu ses esprits. « Qu’est-ce que… » Cette voix. Elle la reconnaitrait entre mille. Cette voix. Alexander. Pourquoi entendait-elle la voix d’Alexander ? Se redressant difficilement, il lui fallut quelques secondes pour réussir à traiter une partie du flot d’informations que son cerveau recevait. La route, devant elle. Et elle, dans un siège de voiture. Côté passager, fort heureusement. Mais côté conducteur, il y avait le vampire. Et une musique entêtante. Et… « Qu’est-ce que je fous ici ?! » Et avec lui, surtout ? C’était quoi ça, un cauchemar, un délire, encore un rêve tordu ? Non. Non non non. C’était la réalité, ça. La réalité. Merde. « … Alexander … Qu’est-ce que t’as mis dans mon verre ? » Oui, elle était perspicace, la Decima. Elle n’était pas flic pour rien. « Tu m’as droguée ? T’as mis une drogue dans mon verre, c’est ça ? Sérieusement ? Mais putain. » Elle allait le tuer. Enfin, elle ne pouvait pas réellement le tuer si facilement, mais ce n’était pas l’envie qui lui manquait, là. « Et en plus, après m’avoir droguée, tu m’as kidnappée. Tu sais ce que ça peut te coûter, de droguer et de kidnapper un agent ? Tu te rends compte de ce que t’as fait là ? T’as perdu la tête ?! Je veux rentrer chez moi. Je veux rentrer chez moi, tout de suite. »
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Perazzini

avatar

Vampire • Clan Nord Ouest



¤ AVATAR : Tom Ellis
¤ CRÉDITS : fassylover
¤ MESSAGES : 8
¤ POINTS : 1
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 23/04/2018


MessageSujet: Re: what happens in Brighton, stays in Brighton Dim 13 Mai - 2:14

I never meant to be so bad to you
One thing I said that I would never do


La musique est mille fois trop forte, les vitres en tremblent presque. Plus forte encore, la voix d’Alexander qui s’accorde assez mal avec celle de Wetton. Non pas que ce soit important, personne ne peut l’entendre. Même la belle endormie sur le siège passager ne s’offusque pas. Et si elle le faisait, il chanterait plus fort. C’est son petit plaisir d’homme moderne. La voiture est la plus belle invention de l’humanité. Plus encore que l’avion. Parce que dans l’avion, on ne peut pas chanter en roulant trop vite sur une route de campagne anglaise avec une nana qui plane au GHB.

A look from you and I would fall from grace
And that would wipe this smile right from my face


Il tape le rythme sur le volant et accélère encore. Ils ne sont pas en retard mais ça lui fait plaisir. La route est déserte de toute façon. Personne ne décide de passer la nuit à Brighton sur un coup de tête. Personne ne se perd son temps à éviter l’autoroute. La première plaie de l’automobile. La deuxième, c’est la voiture familiale. La troisième, la Fiat Multipla. Alex n’a pas encore trouvé les sept autres mais il y réfléchit. La dixième, c’est probablement lui, danger public assumé, jamais concentré, toujours en train de chanter. Il y a des choses qui ne s’avouent pas.

Do you remember when we used to dance?
And incident arose from circumstance


Decima devrait se réveiller. Ils ne sont pas arrivés mais il s’emmerde un peu. Heat of the moment tourne en boucle depuis une heure et il commence à en avoir marre. Il pourrait écouter autre chose mais il tient à ce qui lui reste de crédibilité. Si elle ouvre les yeux pendant qu’il chante ABBA, il n’obtiendra rien d’elle. Pas assez vampire material. Il monte encore un peu le volume et il chante plus fort, se penche même vers son oreille pour la motiver un peu. Faut pas exagérer, il n’a pas tant blindé son rhum que ça. Il n’en a pas la moindre idée en fait. S’il a besoin de quelque chose de précis d’habitude, il lui suffit de battre des cils et de ronronner. Assez littéralement. Sauf qu’il a déjà essayé avec elle et que ça n’a pas fonctionné. Alors il s’est rabattu les méthodes barbares des humains vicieux. Le pire, c’est qu’il s’est beaucoup amusé à prévoir tous ces petits trucs inutiles. Sans le savoir, elle a refait sa nuit.

One thing lead to another, we were young
And we would scream together songs unsung


La mignonne Decima Giaccherini retourne dans le monde des vivants, il la sent s’agiter. Pendant une seconde, Alexander prie pour que ce soit Marie, avant de se rappeler que ses prières ne se réalisent pas. Jamais. « Bien dormi ? » Le ton tranche avec la situation. La gosse flippe, John Wetton chante l’amour façon eighties et Alex a le ton de la discussion météo et taux de chômage. Classique. Dans une autre vie, il la rassurerait, lui dirait que tout va bien. Malheureusement pour elle, ils sont dans cette vie-là et il n’en a rien à foutre. Le summum de sa générosité, c’est de baisser le son. « De la valériane. » Et il se marre. Il sait qu’elle sait ce que c’est, à quoi ça sert. Il sait qu’elle sait qu’il se fout de sa gueule. C’est à moitié vrai cela dit, il y avait vraiment de la valériane dans le rhum. A la base, c’est pour détendre ses filles un peu anxieuses. L’alcool pour le courage, la plante pour la tranquillité. Il a juste rajouté une petite dose de GHB pour pouvoir la pousser à l’accompagner sans l’assommer. Ça a relativement bien marché, jusqu’à ce qu’elle s’endorme comme une masse dix minutes après la sortie de Londres.
« Alors, ce n’est pas vraiment un kidnapping. » Elle joue sur les mots là. C’est plus un emprunt qu’autre chose, il va la ramener gentiment, sans rançon et, sauf problème majeur et complètement imprévu, en un seul morceau. Donc ce n’est pas un kidnapping. De toute façon, elle n’aurait jamais accepté de le suivre autrement. « Dans le sac à tes pieds il y a à manger et à boire. » Pour elle, il a tout de même passé les portes d’une épicerie pour la première fois depuis des lustres. Bel exemple de bonne volonté, non ? Le pauvre gosse de service s’est retrouvé bien con face à lui, quand il lui a demandé de choisir des trucs à manger. En même temps, sandwich triangle, bagel ou pain polaire, ça ne lui parle pas beaucoup. Autant déléguer. « Tu devrais vraiment manger, tu as une tête épouvantable. » Et parce qu’il n’a pas envie de l’écouter se plaindre, il remonte le volume au maximum et se remet à chanter.

It was the heat of the moment
Revenir en haut Aller en bas
Decima L. Giaccherini

avatar

Chamane • meute City



¤ AVATAR : Rose Bertram.
¤ CRÉDITS : (c) Lilie.
¤ MESSAGES : 550
¤ POINTS : 46
¤ AGE : 25 ans.
¤ ZONE LIBRE :
+ Jeune chamane de la meute du Centre
+ Détective au London Police Department
- Liens -
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 13/01/2018


MessageSujet: Re: what happens in Brighton, stays in Brighton Ven 18 Mai - 1:08

Elle allait le tuer. Bon, techniquement, elle ne pouvait pas le tuer. Parce qu’elle était une jeune sorcière, qu’il était un très vieux vampire – bien qu’elle ne connaissait pas son âge exact – et que le rapport de force l’avantageait clairement. Mais ce n’était pas l’envie qui lui manquait. Sérieusement ? Depuis que ce type était entré dans sa vie sans qu’elle ne sache trop comment, il… Il s’étalait carrément, en fait. Elle le voyait trop, beaucoup trop pour une simple connaissance, à croire qu’il le faisait exprès, d’être là partout où elle était. D’ailleurs, étaient-ils de simples connaissances ? Une simple connaissance en kidnappait-elle carrément une autre ? Parce qu’elle ne jouait pas sur les mots, non. C’était du kidnapping. Un enlèvement. Lui avait-il demandé son autorisation ? Non. Elle aurait dit non, même s’il le lui avait demandé, Alex avait raison. Mais, ce qu’il avait fait n’en était pas moins un enlèvement. « Bien dormi ? Oh bah oui. Très bien. Pas comme si on m’avait vraiment laissé le choix, hein. C’est comme être assommée chimiquement, ça. Tu sais que c’est un crime, le kidnapping ? Et en plus d’un agent de police. » Mais bon, hein, son insigne de police, elle pouvait l’oublier lorsqu’elle était avec le vampire, elle n’avait aucun effet sur lui, aucun. Dire qu’elle avait prévu une soirée tranquille chez elle. Ca lui apprendrait à être gentille, tiens. Et à venir rendre service. La prochaine fois, il n’aurait qu’à appeler le 101 comme tout un chacun. Elle allait même mettre son numéro sur liste noire et le bloquer définitivement une fois retournée à Londres. Bon, une fois de retour chez elle, elle oubliera probablement de bloquer son numéro mais, l’intention, encore une fois, y est.

De la valériane. Mais bien sûr. « Fous-toi de ma gueule. T’as mis quelque chose dedans. C’était quoi ? Du GHB c’est ça ? C’est la dernière fois que j’accepte de boire quoi que ce soit venant de toi. Ne te fatigue même plus à m’offrir un verre la prochaine fois, cette époque bénie est révolue. Encore faudrait-il que je remette un pied dans ton bar. Qui sait, la prochaine fois tu pourrais diffuser des particules de je ne sais quel autre produit dans l’air. » Et pendant ce temps, lui riait. Rira bien qui rira le dernier. Elle était furax, oh oui qu’elle était furax. En plus, il voulait que là, après tout ça, elle mange de la nourriture qu’IL avait acheté ? Elle n’avait plus confiance. Allez savoir ce qu’il avait pu y mettre. « Tu sais vraiment parler aux femmes, Alexander. Merci, c’est adorable. » Et à cause de qui, cette tête épouvantable ? A cause de lui. Et de tous les soucis qu’il lui causait. Parce qu’affamée – elle n’avait pas avalé quoi que ce soit depuis le midi – elle finit malgré tout par prendre le sac, sortant un sandwich sous vide, une canette de coca et un dessert sous plastique. Hallelujah. Malgré tout, elle prit la peine de bien vérifier qu’il n’y avait aucun trou dans le plastique de chacun des aliments, sait-on jamais. A partir d’aujourd’hui, elle allait prendre ses précautions.

Mais avant de manger, d’abord sa sœur. Parce qu’elle avait le sens des priorités. Elle sortit son portable pour l’appeler, essayant tant bien que mal de parler malgré le brouhaha ambiant. Causé par Alex. Ce n’était pas simple, de parler au téléphone avec un jukebox vivant juste à côté. « Oui trésor, je ne vais pas pouvoir rentrer cette nuit, j’ai une urgence – non, non, je ne suis pas en boite de nuit, la musique c’est… C’est autre chose, c’est une longue histoire, bref. Je vais parler à Erin et elle va venir rester avec toi, d’accord ? Sois sage et ne fais pas de bêtises. » En boite de nuit. Bravo. Maintenant sa sœur allait croire qu’elle l’abandonnait pour aller faire la fête, merci Alexander. Et dans la foulée, un second coup de fil pour Erin. La voilà rassurée pour sa sœur, elle pouvait enfin manger son repas en paix. Une première bouchée de son sandwich pour se remettre les idées en place, avant de se lancer. « Où est-ce qu’on va ? » Parce qu’ils n’étaient plus à Londres. Ca ne ressemblait ni au centre-ville, ni au périphérique. Donc, définitivement en dehors de Londres. « Et… Pourquoi ? Juste pourquoi, en fait ? Pourquoi on est partis de Londres, là ? » Elle avait du mal à saisir le pourquoi du comment de cette opération digne d’un film d’action – ou de peur, avec le cocktail kidnapping/drogue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: what happens in Brighton, stays in Brighton

Revenir en haut Aller en bas
what happens in Brighton, stays in Brighton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Ici et là :: Ailleurs sur Terre-
Sauter vers: