RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !



Partagez|

Pub vs canapé Ft. Naoki Fujiwara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Morgan Travis

avatar

Alliance • Humain



¤ AVATAR : Eric Christian Olsen
¤ MESSAGES : 148
¤ POINTS : 43
¤ AGE : 34 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/02/2018


MessageSujet: Pub vs canapé Ft. Naoki Fujiwara Mar 1 Mai - 16:38

La journée avait été longue et pénible, remplie de paperasse que je détestai faire. Mais à un moment donné ou l’autre, il fallait bien s’y coller. Pestant contre le dossier posé devant moi, jouant avec une rognure de gomme, j’essayai vainement de comprendre ce que les dirigeants de l’Alliance demandaient de moi. Déposant mon menton dans ma paume, je laissai mon regard s’égarer dans le noir de la nuit, admirant la lune croissante.

- Oh Travis ! Tu pionces ou quoi ! Allez bouge ton derche, on va s’en jeter une ! Tu viens ?

Pris sur le fait, j’ai battu des paupières afin de revenir à la réalité très vite. J’ai regardé autour de moi afin d’identifier l’individu qui venait de m’interpeler. Timmy, de son vrai nom Thimoty un vampire d’environ 250 ans, se tenait à quelques mètres de mon bureau et faisait de grands signes dans ma direction. Le dossier, où je n’avais pas écrit un mot, fut refermé sans ménagement et déposé dans le casier « à faire ». Qu’ils aillent tous mourir ! De toute façon, je n’avais nulle intention de répondre à ce questionnaire personnel demandé par le psy de l’Organisation. Les questions étaient, à mon goût, bien trop intrusives pour mériter que je leur accorde le moindre intérêt. Je me levai promptement et attrapai mon blouson qui était suspendu à mon dossier.

- Ouais j’arrive ! J’en ai marre de l’administration, j’veux du mouvement. Ca fait deux semaines que j’ai plus bougé mon cul de ma chaise, j’en peux plus ! J’vais bientôt avoir de la corne !

Rapidement, j’ouvris un tiroir dans lequel se trouvait mon pistolet de service que je plaçais dans mon dos dans le holster de ceinture. Rabattant mon t-shirt par-dessus l’arme, elle resta invisible aux yeux de tous. Timmy mit sa main sur mon épaule en riant et m’entraînait déjà hors de l’open space.

- Dis Morgan, t’as rempli le machin du psy ? Tu me feras lire ?
- T’es malade ! Dans l’éventualité totalement improbable qu’un jour j’écrive une ligne sur sa feuille, tu seras le dernier à le lire.
- Allez quoi ! On est pote !
- Ben ouais, justement. Je privilégie les confidences déposées sur le bois brut d’un pub, à l’ombre d’une bonne pinte dorée… ou ambrée dans ton cas.


Continuant à plaisanter, nous avons emprunter l’ascenseur qui nous a déposé au niveau de la sortie. Marchant côte à côte, dans la rue, discutant de nos dernières missions respectives, nous nous sommes dirigés vers notre pub habituel qui avait la gentillesse de servir quelques bières « spéciales vampires ».

Une bonne demie heure s’écoula avant qu’un chanteur local lance sa voix dans un micro et s’accompagne de son violon. L’ambiance générale était joyeuse, surtout après les révélations qui avaient eu lieu lors de la St.-Patrick. Les gens, les humains en particulier, commençaient à accepter les surnaturels. Evidemment, il restait quelques groupuscules qui voulaient l’extermination soit des loups, soit des vampires ou de tout être non humain. Il fallait du temps pour que les mentalités changent, je le savais et redoublais de vigilance. Si auparavant, nous œuvrions pour la sauvegarde du secret, à présent nous travaillions plutôt pour contrer les révoltes.

Alors que nous reprenions un refrain connu de tous les consommateurs présents dans le pub, Timmy me fit signe qu’il devait impérativement répondre à un appel. Jetant un rapide coup d’œil à son écran, je reconnu le no de l’Alliance. Je lui adressai un rapide sourire avant qu’il s’éclipse, se rendant à l’extérieur pour plus de commodité. Après quelques minutes, il revint, l’air exaspéré.

- Morgan, je dois te laisser.

Je hochai la tête en signe de compréhension et posais la main sur le ticket de caisse, lui signifiant qu’il était mon invité. Un sourire en guise de remerciement et il disparut. Je décidai pour ma part, de m’offrir une seconde pinte et de profiter de cette magnifique soirée.

Après avoir héler le patron pour qu’il me serve ma seconde tournée, je repris les chants avec entrain en levant mon verre. Le tabouret à mes côtés demeurait vide, les gens se déplaçant depuis la Révélation plutôt par groupe.



Revenir en haut Aller en bas
Naoki Fujiwara

avatar

Alliance • Vampire



¤ AVATAR : HYDE
¤ CRÉDITS : (c) Miss Pie | (c) Hannah
¤ MESSAGES : 393
¤ POINTS : 92
¤ MULTIS : Jesse le chasseur
¤ AGE : 40 ans | 113ans
¤ ZONE LIBRE : Liens + Fiche + Sujets +Chrono

[More]
- 1m60/48kg (le premier qui se moque jle bouffe okay?)
- Adore changer de style vestimentaire et capillaire
- A du mal avec l'anglais écrit mais parle/écrit japonais et mandarin (pourquoi faire simple)
- Membre de l'Alliance depuis les années 80 et à intégré Londres en 2000 - Psy depuis 2003 dans l'organisation
- Maîtrise sa télépathie et pratique l'hypnose


------------
Tatouage
¤ GROUPE : Vampire | Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 01/02/2018


MessageSujet: Re: Pub vs canapé Ft. Naoki Fujiwara Mar 1 Mai - 21:49


Pubs vs Canapé  

Depuis la catastrophe de la soirée Irlandaise je ne savais plus comment réagir pour certaines choses. En tant que vampire je me sentais presque oppressé par les nouvelles mesures mais en tant que membre je ne discutais rien. J'avais eu une conversation avec Virgile il y a quelques jours à ce sujet et nous partagions plus ou moins les mêmes avis sur la question. L'idée de laisser des humains diriger les moeurs des vampires me laissait quelque peu perplexe. Si je savais me contenter de poches de sang certains ne pouvaient pas vivre sans notre instinct de chasseur et prédateur qui est malgré tout une part entière de notre race. Condamner certains comportements allaient à long terme provoquer des révoltes chez mes confrères les moins stables et je le savais, mais bon, qui irait écouter l'avis d'un psy alors que personne n'est fichu de remplir un pauvre questionnaire commun que j'avais mis dans les casiers de nos agents. J'avais reçu même pas dix réponses retour sur toutes celles envoyées, tant pis. Je ne peux pas forcer les gens mais il faut avouer que l'exercice de ma profession est mise à rude épreuve ici. J'en arriverais presque à regretter le terrain des fois.

A défaut de ne pas avoir de réponses j'avais quitté mon bureau plus tôt. Aucune mission critique à analyser. Rien. Le vide après le gros rush. J'avais mis des jours à trier tous les rapports et documents de la Saint Patrick et maintenant plus rien. Une fois mon bureau fermé je quittais les locaux de l’Alliance avant d'aller en direction de chez moi à pas lents. Je ne savais quoi faire en ce début de soirée,  avortement d'une soirée de travail et aucun rendez vous de pris. Je ne me souvenais plus du sentiment de tranquillité du travail accompli.  Mes pas m'avaient conduits à un bar duquel j'avais vu sortir l'un de mes collègues en courant. Hah … au moins certains avaient une occupation. Je finis par pousser la porte de l'établissement dans lequel j'avais bien vite repéré une tête connue une fois que mon regard ai fait le tour de la salle. Je pris alors place devant lui sans vraiment lui demander son accord. Bonsoir agent Travis … j'espère que ma compagnie ne vous importune pas. Je lui souris gentiment, me fichant totalement de ce questionnaire non rempli. Je suis là en tant qu'être normal pas en psy n'ayez pas peur.  Je … suis juste moi. a la vue du serveur je levais la main pour l’interpeller Un Bloody Mary O- s'il vous plaît   tant qu'à faire autant consommer ma boisson préférée .

Sachant que je n'allais pas travailler beaucoup ce soir je n'avais pas vraiment pris la peine de me vêtir plus professionnellement. Une longue veste noire avec un t shirt plutôt décoré de chaînes esthétiques faisaient parfaitement l'affaire avec mes colliers tous aussi voyants les uns que les autres. Une croix catholique trouvait facilement place avec des pendentifs tête de mort. Pour une fois j'avais pris soin de souligner mes yeux de noirs. Je soigne mon apparence, jouant avec brio entre le féminin et le masculin, bousculant les codes si classiques de la City et de la société moderne occidentale. J'ai toujours eu une grande affection pour les bars avec de l'ambiance musicale. Cela me rappelle mon arrivée aux États Unis dans des bars Jazzy ou bien qui découvraient timidement le rock and roll. - Une fois ma commande arrivée je pris une petite gorgée plus par détente que par réelle soif. Je portais un regard doux et amical à mon collègue, je tenais à essayer de rendre mon image moins formelle et administrative. Dans la vie de tous les jours j'étais une bonne personne qui ne passait pas son temps à lire les esprits mais plutôt à converser sur tout et n'importe quoi.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Travis

avatar

Alliance • Humain



¤ AVATAR : Eric Christian Olsen
¤ MESSAGES : 148
¤ POINTS : 43
¤ AGE : 34 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/02/2018


MessageSujet: Re: Pub vs canapé Ft. Naoki Fujiwara Mer 2 Mai - 21:27

La chanson s’est terminée et j’ai consulté machinalement mon téléphone portable sans trouver le moindre message. Pas étonnant en somme, je n’avais pas d’ami en dehors des collègues de boulots. Charlie et Kenneth devaient être en mission, tout comme le « gamin » Virgile et Aaron. Quant à Timmy, ben il venait d’être appelé à la rescousse. Il y avait bien la petite Alice, mais après l’épisode plus que traumatique que nous avions vécu, je doute qu’elle veuille me revoir un jour. Je n’avais parlé à personne de « incident », le gardant secrètement au fond de mon esprit. Qui allait raconter, de son plein gré, qu’il avait été torturé physiquement et psychologiquement par un couple de vampire – sorcière ? Sans compter que j’avais une légère addiction dont je n’étais pas très fier.

Cette dernière pensée m’a fait déglutir dans le vide, une féroce envie de sentir l’odieux breuvage glisser sur ma langue et couler dans ma gorge. Soupirant profondément, je chassai le goût ferreux qui s’étalait déjà dans mon esprit. Je me concentrai sur les chants, sirotant paisiblement ma bière.

Une légère vibration dans ma poche m’a averti d’un message. Tout en reprenant le refrain avec fougue, je sortis mon téléphone et m’aperçus avec dépit qu’il s’agissait d’une simple notification de Candy Crush. Toutes mes vies étaient régénérées… Waaah ! En voilà une bonne nouvelle !

Tout en rangeant mon téléphone, je levai les yeux et tombai sur un mec qui avait osé s’asseoir sur la chaise vacante sans même rien demander. Battant deux trois fois des paupières, j’essayai de remettre Moumoute Blanche dans un contexte quelconque pour me souvenir exactement de qui il s’agissait. Le psy !!!!! Et merde !

- Salut Fujiyama !

C’était le seul moyen mnémotechnique que j’avais trouvé pour avec un vague souvenir de son nom. Quant à son prénom, c’était peine perdue.

- C’est que… Quoi ? C’est que quoi, Morgan ? T’es seul, ton pote Timmy s’est barré pour aller chasser du surnaturel ! Alors sois sympa, il va pas te scanner le cerveau rien qu’en te regardant ! Non, non, pas de soucis, bien au contraire, ça me fera de la compagnie.

Je me sentais tellement mal à l’aise que chaque mot me semblait déplacé et inadéquat.

- Etre normal ? Mouais, sachant qu’il y a moins de trois mois, personne ne croyait en l’existence des vampires… Ecoute, j’veux pas te vexer hein mais voilà. Excuse moi, c’est con, mais j’ai un sérieux problème avec, de un, les vampires et de deux, avec les psy. Je ne sais pas dans quel ordre vont mes préférences. Mais je vais faire un effort, promis.

Bien, ça c’était dit. Au moins, il était au courant. J’ajoutai un petit sourire en coin, cherchant très certainement à faire bonne figure et / ou pour lui montrer que je ne lui voulais aucun mal.

- Ecoute, mec, sérieux, rien contre toi hein, mais c’est compliqué.

Qu’est-ce qui était compliqué ? Rien ! Je savais très bien que le problème se situait à mon niveau. Je devais absolument dépasser mes préjugés et mes craintes de me voir mis à nu. C’était un ptit gars, un peu différent, qui avait très certainement vécu des choses passionnantes. Il me suffisait de m’intéresser un peu à son existence pour comprendre qu’il n’avait rien de ces vampires que j’avais pu croiser par le passer. Malgré les sévices auxquels j’avais été soumis, tous les caïnites n’étaient pas pareils. Le môme, Virgile, par exemple, c’était un gars en or qui n’avait pas hésité un instant à me proposer sa vitae, qui était du reste absolument divine. Sans réfléchir, ma main fila ver la poche intérieure de ma veste afin de vérifier si ma flasque contenant le fruit de mon addiction était bien à sa place. Rassuré et plus serein, je me détendis et pris une grande lampée de bière.

Je soupirai et lui adressai un sourire moins crispé. Son accoutrement était quand même sacrément hors du commun et je ne pus retenir plus longtemps un rire sincère. Comment voulait-il passer inaperçu. Il reflétait le vampire typique. Blanc comme un linge, androgyne à souhait, croix et chaîne pour faire fantasmer les minettes en mal de sensation.

- Ok, allez, on reprend depuis le début si tu veux bien.

Je lui tendis ma main droite par-dessus la table afin de la serrer.

- Ravi de te voir ici ce soir. Je ne te connais pas du tout hormis ce qui se murmure dans les couloirs. Raconte-moi un peu ta… heu… ton parcours. J’ai entendu toutes les versions te concernant. On m’a même dit un jour qu’en fait tu étais une gonzesse déguisée en mec ou le contraire, je sais plus. J’ai envie d’apprendre à te connaître, laissant de côté tous les ragots.

Le chanteur a posé son violon et a annoncé une pause de vingt minutes. Le brouhaha des conversations a repris, noyant nos paroles dans les discussions anodines.

- Comment t’es arrivé à l’All… à l’organisation. Ca ne fait pas longtemps que t’es là, si ?



Revenir en haut Aller en bas
Naoki Fujiwara

avatar

Alliance • Vampire



¤ AVATAR : HYDE
¤ CRÉDITS : (c) Miss Pie | (c) Hannah
¤ MESSAGES : 393
¤ POINTS : 92
¤ MULTIS : Jesse le chasseur
¤ AGE : 40 ans | 113ans
¤ ZONE LIBRE : Liens + Fiche + Sujets +Chrono

[More]
- 1m60/48kg (le premier qui se moque jle bouffe okay?)
- Adore changer de style vestimentaire et capillaire
- A du mal avec l'anglais écrit mais parle/écrit japonais et mandarin (pourquoi faire simple)
- Membre de l'Alliance depuis les années 80 et à intégré Londres en 2000 - Psy depuis 2003 dans l'organisation
- Maîtrise sa télépathie et pratique l'hypnose


------------
Tatouage
¤ GROUPE : Vampire | Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 01/02/2018


MessageSujet: Re: Pub vs canapé Ft. Naoki Fujiwara Jeu 3 Mai - 11:10


Pubs vs Canapé  

Je ne m'étais pas spécialement attendu à un accueil chaleureux de la part de l'humain, bien que je ne comprenais pas certaines hostilités à mon égard. Je n'étais pas si horrible que ca avec les autres …. Si ? J'avais un petit regard désolé à son attention, visiblement je venais de bousiller une partie de sa soirée en m’installant en face de lui. J'avais été tenté d'appliquer les conseils de Virgile, à savoir aller parler aux agents dans un lieu autre que le divan et le bureau. Mais bon, l'étiquette psy me collait un peu trop au nez pour que les autres s'en détachent. J'eus un sourire un peu embarrassé avant de le reprendre calmement. Fujiwara … Fujiwara Naoki. En plus d'oublier mon prénom il s'est planté sur mon nom. Je ne fais vraiment pas parti des personnes qu'il apprécie c'est certain. En fait j'étais un peu mal à l'aise, nous étions collègues et pourtant il y avait un espèce de mur invisible entre nous deux ce qui était particulièrement gênant au final. Ha … j'ai vraiment pas de chance pour le coup il faut l'avouer. confiais je avec une certaine gêne quand il avoue détester les vampires et les psys. Quel combo gagnant dites donc. Je cumule les mauvais points.

Je laissais mes doigts courir sur mon verre dans un grand silence. Oui je ne me sentais pas vraiment super à l'aise surtout après ces aveux. Pourtant je ne pense pas être super impressionnant, même si cela est une façade trompeuse, je n'ai pas l'air d'avoir tué grand monde dans ma vie. Si on omet la fin des années 40 et le milieu des années 50 j'ai tué personne. Bref. Je ne le prends pas personnellement après tout faire ami ami avec un vampire c'est un peu surréaliste non? même si ce dernier passe son temps à essayer d'aider les gens. Je le vis ensuite me tendre sa main, que je saisis timidement. Ma paume froide comme la neige serrant la sienne doucement. Je fis un petit signe de tête respectueux acceptant de reprendre à zéro entre nous. Hai ! Faisons ça comme ça. dis je avec un ton assez enjoué, ne dissimulant plus vraiment mon arrière accent japonais que j'essayais de contrôler au mieux pour l'aspect professionnel.

Ce que l'on dit ? je penchais la tête sur le côté tout curieux de savoir ce que les bruits de couloirs disaient sur moi. On ne peut pas dire que le dialogue était quelque chose de naturel avec moi et pourtant je ne mettais la pression à personne. Ha ca ! C'est pour certaines missions infiltrations. Je n'ai aucun mal ni aucun soucis à devenir une femme un soir si c'est pour de un ne pas mourir et de deux avoir les informations que je veux. Il ne faut pas être dans le malaise, je n'ai pas honte de ça. et puis l'illusion était tellement parfaite que je me faisais souvent draguer alors bon, autant jouer du physique que j'ai si ça peut aider en mission. Je souris en prenant une petite gorgée de mon breuvage avant de sourire gentiment pour reprendre et lui répondre. Je suis arrivé dans le groupe début des années 80, j'ai commencé à Seattle. J'avais été en contact avec une sorcière et un loup. J'ai été formé puis je suis passé agent. Je suis resté plusieurs années la bas puis j'ai été envoyé successivement à Milan, Rome, Florence pour l'Italie, Paris pour la France puis je suis arrivé à Londres au début des années 2000. J'ai eu le poste de psychologue deux ans après. en soit j'avais un parcours plus que banal. Et j'avais été avant tout un agent durant ma vie à l'Alliance et non un médecin. Comme tu as sûrement dû le remarquer je ne suis ni américain ni anglais.  Je viens d'une ville à une centaine de kilomètres de Hiroshima que tu ne dois pas connaître donc ce n'est pas important. J'étais là bas pendant la guerre. J'ai vécu les deux guerres vu que je suis né en 1905 mais la première j'étais petit et elle n'était pas chez moi. Puis la seconde. J'ai eu une … période difficile. Puis je suis arrivé aux États Unis par période difficile j'entends qu'en deux ans j'avais perdu ma future femme et notre futur fils et mon frère tout en ayant été transformé entre temps. Je n'aime pas particulièrement parler de ces moments là de ma vie. Beaucoup trop douloureux et anciens pour être remis sur le tapis.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Travis

avatar

Alliance • Humain



¤ AVATAR : Eric Christian Olsen
¤ MESSAGES : 148
¤ POINTS : 43
¤ AGE : 34 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/02/2018


MessageSujet: Re: Pub vs canapé Ft. Naoki Fujiwara Ven 4 Mai - 14:31

- N’empêche que je ne me baladerai pas en talons – robe, même pour une mission d’infiltration ! C’est pas trop pénible de se faire draguer par des mecs en mal de nénette ?

Je me retins au dernier moment, prêt à ajouter une vanne un peu salace quand l’image du Môme me revint en tête. Les mœurs évoluaient et moi je restai un peu vieux jeu. Les vampires devaient être encore plus ouverts d’esprit à ce niveau-là, vu que tous ceux que je connaissais étaient totalement bi. Chacun faisait ce qu’il voulait de son cul, au final et je n’avais aucun jugement à donner à ce niveau.

- Tu t’es jamais retrouvé dans des situations un peu… délicates ?

Demandais-je en rigolant. Sourire qui se tarit très vite au souvenir de Théo, tortionnaire qui m’avait fait subir maint sévices que je voulais oublier. Il m’arrivait souvent de faire des cauchemars, revoyant la petite salle aux murs gris qui avait absorbé mes plaintes et mes cris. Je me réveillais en suant, hurlant comme une bête féroce, ressentant encore parfois, la terrible douleur de « l’épluchage ».

Plantant mon regard azuré dans celui du japonais, j’esquissai un sourire, tentant de chasser mes propres démons. D’un geste un peu trop brusque pour être naturel, j’agrippai la hanse de ma chope et bu presque l’intégralité de ma bière.

La vie du vampire semblait palpitante. Il devait avoir une connaissance accrue des différentes populations des pays dans lesquels il avait vécu. Je n’étais pas en reste en ce qui concernait les voyages, mais je n’y étais jamais resté longtemps. Et de par mon ancien métier, j’avais plutôt vu les coins désertiques de la planète, là où les rebelles se cachaient.

- Et donc, j’en déduis que tu parles, forcément le japonais, le français, l’italien, l’anglais… C’est cool ça ! Si j’ai besoin d’un traducteur, je sais à qui m’adresser à présent. Ah mais, t’as pas toujours été psychiatre ? T’as été sur le terrain aussi ?

Les conversations allaient bon train dans le pub, les serveuses ne savaient plus où donner de la tête. Quelques bousculades eurent lieu sans qu’aucun incident majeur n’éclate. Toutefois, je gardais un œil attentif tant aux consommateurs qu’aux personnels.

Le musicien revint et annonça le prochain titre. Une vague d’applaudissement accueilli la nouvelle avec quelques cris et sifflement de contentement. Les gens semblaient oublier, durant quelques heures, les évènements dramatiques qui s’étaient déroulés lors de la St.-Patrick. La majorité de la population avait perdu un proche ou un ami. Les humains ne se déplaçaient pratiquement plus qu’en petit groupe, redoutant tomber sur des surnaturels. Les vampires quant à eux craignaient les chasseurs qui avaient juré leur perte. Les loups étaient finalement les mieux lotis, hormis lors de la pleine lune. Les sorcières poursuivaient tranquillement leurs activités, ne semblant pas le moindre du monde préoccupées par les dangers qu’encourraient les autres races.

Le refrain m’était si familier que je le repris automatiquement en levant ma pinte que je terminai d’un trait. Fujiyama n’était finalement pas si terrible que ça. Son accoutrement me faisait rire, il détonnait tellement dans ce bar que ça en devenait comique. A la fin de la chanson, je ramassai les tickets de caisse, incluant celui du psy et fit signe à la serveuse de venir encaisser. La brunette accourra et je réglai la totalité.

- Désolé d’avoir écorché ton nom. Mais je ne suis vraiment pas très doué pour les nom japonais. Alors, si tu le permets, pour moi tu resteras un volcan…

Je lui adressai un clin d’œil complice et enfilai mon blouson que j’avais accroché au dossier de ma chaise.

- Bon c’est pas tout ça, je vais me rentrer, j’ai encore des dossiers à écrire. Et toi ? Ta soirée débute, je suppose. T’as des projets pour la nuit ?
Revenir en haut Aller en bas
Naoki Fujiwara

avatar

Alliance • Vampire



¤ AVATAR : HYDE
¤ CRÉDITS : (c) Miss Pie | (c) Hannah
¤ MESSAGES : 393
¤ POINTS : 92
¤ MULTIS : Jesse le chasseur
¤ AGE : 40 ans | 113ans
¤ ZONE LIBRE : Liens + Fiche + Sujets +Chrono

[More]
- 1m60/48kg (le premier qui se moque jle bouffe okay?)
- Adore changer de style vestimentaire et capillaire
- A du mal avec l'anglais écrit mais parle/écrit japonais et mandarin (pourquoi faire simple)
- Membre de l'Alliance depuis les années 80 et à intégré Londres en 2000 - Psy depuis 2003 dans l'organisation
- Maîtrise sa télépathie et pratique l'hypnose


------------
Tatouage
¤ GROUPE : Vampire | Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 01/02/2018


MessageSujet: Re: Pub vs canapé Ft. Naoki Fujiwara Ven 4 Mai - 15:58


Pubs vs Canapé  

Ses questions m'avaient étiré un grand sourire amusé. C'était toujours flatteur de se faire draguer quoi qu'il arrive. Et il faut dire que quand je devais jouer le jeu je le faisais jusqu'au bout alors j’assumais ce que je faisais jusqu'au bout. Non ce n'est pas embarrassant. C'est plutôt drôle en fait. De jouer sur les apparences, jouer sur ce que l'on renvoie pour avoir ce que l'on veut. Le charmant jeu de la tromperie, une supercherie vieille comme le monde.  Je buvais tranquillement sans trop me poser de question avant de relever un sourcil en le voyant descendre sa bière aussi rapidement. Wow.   Situations délicates? Disons que c'est le fait que je passe d'une poupée de porcelaine à un vampire menaçant en quelques secondes qui rend la situation délicate mais sinon si la question était là  … oui des choses agréables se sont déjà passées dans ces circonstances. Il faut bien s'amuser quand on a l'éternité devant soit. homme, femme. Les deux à la fois, peu importe.

Après lui avoir fait une très rapide biographie je ris un peu en secouant la tête. Japonais oui évidemment, anglais avec plus ou moins de facilité car parfois je ne comprends pas les accents de certains. Le français pas vraiment je n'y suis resté que quelques mois mais c'est un beau pays et l'Italie quelques mots oui mais aussi étrange que cela puisse sembler je ne suis pas si polyglotte que ça. Cependant je parle Mandarin couramment. j'avais appris cette langue avec des amis d'école quand j'étais encore enfant. En langues écrites je reste sur japonais anglais et mandarin le reste non pas vraiment. au final les discussions passaient plutôt vite et c'était bien. Il était agréable comme humain je l'aimais bien. Puis je repris quelques explications   Je suis psy depuis huit ans donc pour quelqu'un comme moi c'est rien. Sinon oui je suis un agent. J'ai été formé en tant que tel dès mon arrivée. Je lui souris en voyant qu'il était parti régler l'addition. C'était vraiment très gentil.

Pas de soucis, si c'est trop compliqué tu peux m'appeler Nao, c'est un surnom classique. Merci pour l'addition je te revaudrais ça ! je le regardais prendre ses affaires avant de me lever à mon tour. Je n'ai personne qui m'attends et j'ai fini mes dossiers en cours. Je n'ai pas pris de rendez vous ce soir alors j'ai rien à faire. j'étais l'incarnation de la solitude bordel. Je finis par tapoter son épaule en riant  Au fait le questionnaire est pas obligatoire je t'en fais grâce.  Bon et bien bonne soirée à toi, au plaisir. je souris à la serveuse avant de quitter l'établissement. Une excellente soirée en soit, j'aimais vraiment cet humain. Un peu bourru mais au fond vraiment bien gentil.

Je prenais tranquillement le chemin de mon appartement en sifflotant.Puis alors que je prenais une rue parallèle à celle de l'avenue principale je senti une odeur traverser mes narines. Très forte pour moi mais imperceptible pour les autres. Après être venu en aide à une jeune sorcière j'étais en alerte sur les odeurs de sang en pleine nuit dans la rue. Comme toujours j'avais du mal à contrôler le réflexe de mes dents quand je sentais ce liquide écarlate. Je suivais la fragrance comme si j'étais équipé d'un GPS naturel. Plus les rues défilaient plus je me demandais où j'allais et surtout ce que je finirais par trouver. Je finis par me trouver dans un cul de sac. Mon regard se posait sur le sol, immédiatement attiré par de petites taches sombres sur le bitume. Mais c'était étrange. Il y avait un départ mais aucune arrivée et vu la hauteur du mur, aucun humain ne peut grimper dessus. Un vif sifflement se fit entendre dans la pénombre. En moins de quelques secondes je m'étais retrouvé plaqué au sol par un lourd filet de métal. Il ne me fallut que quelques micros secondes pour me rendre compte que le maillage était béni. Un long cri de douleur résonnait alors dans l'impasse. Je sentais ma peau brûler et je ne pouvais même pas le saisir de mes mains pour le dégager au risque de blessures importantes. Hey Bingo!T'avais raison ça marche bien comme technique. dit une voix féminine relativement jeune avant d'être complétée par une voix d'homme plus âgé ou tout du moins assez grave . Je  t'avais dit simuler une coupure ça les attire comme des mouches. Je le vis se baisser à ma hauteur, se moquant complètement de mes cris de douleur. Usero yo!!! Temee!!! je grognais en me laissant transformer sous la douleur et la colère. Il à l'air énervé ! C'est presque mignon dit la jeune femme alors que je sentais toute ma peau brûler comme si je prenais un bain de soleil. Enfoirés de fanatiques . Je voulu dégager un des poids qui maintenait ma cage de métal ce qui visiblement ne plaisait pas au type du duo. Je sentais sa chaussure écraser ma main alors que sa collègue sortait un petit attirail de son sac. En moins de temps qu'il n'en avait fallu pour le traiter d’enfoiré une fois de plus je m'étais retrouvé avec un clou planté dans ma paume. Évidemment bénit lui aussi sinon c'est pas rigolo. Et bien … on ne fausse pas compagnie alors qu'on ne s'est pas présenté voyons. - J'avais beaucoup trop mal pour réussir à prononcer autre chose que des grognements de douleur. J'veux pas crever ici. Bordel faut vraiment que j'arrête de vouloir aider tout le monde.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Travis

avatar

Alliance • Humain



¤ AVATAR : Eric Christian Olsen
¤ MESSAGES : 148
¤ POINTS : 43
¤ AGE : 34 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/02/2018


MessageSujet: Re: Pub vs canapé Ft. Naoki Fujiwara Mer 9 Mai - 13:15

Ecoutant tranquillement les réponses qu’il me donnait, amusé par l’inversion des rôles, je hochais la tête, souriais et affichai diverses expressions sur mon visage. La situation me convenait nettement mieux ainsi que dans l’autre sens. Ecouter les autres ne me posai aucun problème, me confier ? Hors de questions. Le volcanique psy était touchant et je me surpris à apprécier sa personnalité et son sens du partage. Sa petite stature, presque féminine, invitait à être bienveillant envers cet être qui semblait à la limite du fragile. Je me promis de véritablement faire un effort afin d’apprendre à le connaître plus amplement dans un proche avenir.

Hors de l’établissement, je me retournai afin de m’assurer qu’il ne me suive pas. Les dossiers et autres excuses que je lui avais servies, n’étaient que prétexte pour me rendre là où je ne voulais me l’avouer. J’enfilai une petite rue adjacente, baignée de pénombre et m’éloignai de la joyeuse populace. Je me haïssais pour ce que j’allais faire. Comme toutes les fois, je tergiversai, hésitai, revenais sur mes pas mais je finissais toujours par m’engager sur ce chemin tortueux de la conscience qui se battait en duel dans ma caboche. L’envie et ce foutu besoin, vifs et présents, impérieux et demandeur de cette vitae venimeuse me vrillait l’esprit, me rendant frénétique.

Seul dans une minuscule ruelle, je m’adossai contre la brique froide d’une maison depuis longtemps abandonnée. Ma tête se rejeta en arrière et je fermai les yeux tandis que ma bouche s’ouvrait dans un long cri muet. Avec lenteur, je glissai le long du mur pour m’accroupir, mes paumes se posèrent sur mon front dans un geste d’impuissance. Mes papilles s’hérissèrent et ma gorge palpita sous cette terrible tension d’attente que je leur imposai. Résiste Morgan !

J’inspirai profondément et me redressai. Ma langue passa sur mes lèvres tandis que mon regard se fit vide. Je me retirai et La laissai prendre le contrôle. L’Addiction sourit dans mon esprit, se sachant vainqueur. La marche automatique était bien plus aisée tandis qu’Elle guidait mes pas vers mon fournisseur.

Un sifflement, des sons métalliques suivis d’un cri d’agonie me tirèrent de ma léthargie confortable. L’Envie grinça des dents et griffa ma conscience, ne supportant pas que je me rebiffe. Des exclamations accompagnées de compliments guidèrent mon enjambée qui se fit plus rapide au fil des mots.

A l’orée d’une impasse, je me pliai en deux et jetai un rapide coup d’œil. Ce que je vis, m’emplit d’une haine profonde. Le pauvre Fujiyama était aux prises avec des fanatiques, lui faisant endurer des sévices, certes non mortels, mais certainement très douloureux au vu de ses grognements. La silhouette frêle du japonais disparaissait sous un épais filet, lesté de plomb.

Avec moult précautions, je tirai mon couteau hors de son fourreau, prenant garde à ne faire aucun bruit. Restant à l’abri des rares lampadaires, je pénétrai dans l’impasse en longeant le mur. Au dernier moment, à deux mètres du gaillard, je sortis de l’ombre et plantai ma lame dans sa cuisse. Un hurlement rebondit contre les murs de pierre et il s’effondra comme une masse sur le sol, sa main cherchant à atteindre le couteau.

- Patience Fuji, encore un petit instant, c’est tout de suite fini.

Je lui adressai un regard rassurant, quittant, l’espace d’une seconde, la fille qui s’était redressée et avait sorti une arme à feu. Sans hésiter, elle tira à bout portant sur le vampire.

- Ton pote va crever !
- C’est pas mon pote ! répliquais-je en me baissant subitement pour lui envoyer mon pied dans son genou. C’est mon psy !

Un craquement sinistre se fit entendre, m’emplissant de satisfaction. Souplement, je me relevai alors qu’elle s’effondrait. Toutefois, elle garda l’arme bien en main et tira une seconde fois, me prenant pour cible. La balle se ficha dans ma chair, glissa sur une côte, épargnant le poumon et stoppa sa progression avant de ressortir dans mon dos. La brûlure de la douleur vrilla mon équilibre, me faisant tituber.

- Espèce de saloperie, soufflais-je entre mes dents

Serrant les poings, je me ruai sur la jeune femme, l’écrasant sous mon assaut. Le pistolet heurta le sol et glissa sous un vieux matelas taché. Mon poing s’abattit sur sa mâchoire alors que ces doigts crochus fourrageaient dans ma plaie, m’arrachant un cri rauque. Elle se débattait furieusement, lorsque je saisis ses cheveux à l’avant du crâne, soulevai sa tête et l’abattis avec force contre le sol. Elle perdit conscience et le calme revint, perturbé uniquement par le gémissement de l’homme qui cherchait vainement à récupérer le couteau fiché dans sa cuisse.

Péniblement, je me levai et me hâtai de soulever le piège mortel du caïnite. Gardant les deux fanatiques dans mon champ de vision, je m’accroupis auprès du médecin et délivrai sa main du clou argenté qui frémissait dans sa paume. Inquiet, je scrutais la corole rougeâtre qui s’agrandissait lentement au niveau de son omoplate. La vue de la vitae me fit déglutir difficilement et je dus faire appel à toute ma maîtrise pour ne pas toucher sa blessure.

- Fuji… ça va ? Bouge, parle… fais quelque chose !
Revenir en haut Aller en bas
Naoki Fujiwara

avatar

Alliance • Vampire



¤ AVATAR : HYDE
¤ CRÉDITS : (c) Miss Pie | (c) Hannah
¤ MESSAGES : 393
¤ POINTS : 92
¤ MULTIS : Jesse le chasseur
¤ AGE : 40 ans | 113ans
¤ ZONE LIBRE : Liens + Fiche + Sujets +Chrono

[More]
- 1m60/48kg (le premier qui se moque jle bouffe okay?)
- Adore changer de style vestimentaire et capillaire
- A du mal avec l'anglais écrit mais parle/écrit japonais et mandarin (pourquoi faire simple)
- Membre de l'Alliance depuis les années 80 et à intégré Londres en 2000 - Psy depuis 2003 dans l'organisation
- Maîtrise sa télépathie et pratique l'hypnose


------------
Tatouage
¤ GROUPE : Vampire | Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 01/02/2018


MessageSujet: Re: Pub vs canapé Ft. Naoki Fujiwara Mer 9 Mai - 15:21


Pubs vs Canapé  

Si il y avait bien quelque chose que je ne supportais pas c'était ces débiles de fanatiques religieux. Je ne voyais pas en quoi l'existence des vampires était pire hérésie que celle de les massacrer au nom d'un soit disant commandement divin. Certains vampires étaient déviants mais ce n'était pas à eux de s'en occuper mais à nous, alors la légitimité de leur secte devait une réelle problématique. La douleur intense me faisait perdre toutes notions de cohérence, de bonnes moeurs sociales ou je ne sais quoi encore. Je posais mon regard sur ma main qui était littéralement en train de brûler de l'intérieur,  formant une large plaie rouge et complètement cramée autour du clou de métal. S'il vous plaît ….Je ne suis pas un mauvais vampire… on .. peut parler… s'il v...aaah Un nouveau cri de douleur passa mes lèvres quand il eut décidé de titiller ce clou du bout des doigts, le faisant tourner lentement dans la plaie grandissante qu'il était en train de créer. Pitié qu'on arrête. Je préfère mourir que de supporter tout ça.

La jeune femme éclata d'un rire absolument malsain, et après c'est moi le monstre dans l'affaire. Je vis une lame se frayer un chemin entre les mailles. Rien que cette vision me fis me mettre en boule le plus que je le pouvais sous ce poids bénit qui reposait sur mon dos. J'étais prêt à parier pour que sa nouvelle arme était elle aussi spécialement conçue pour les vampires. Malheureusement je ne pouvais pas aller bien loin. La longue et fine lame passa sans aucune difficulté sous les manches de ma veste, découpant son tissu avec une précision presque chirurgicale. Dévoilée ainsi ma peau ne mis pas très longtemps à rougir douloureusement sous les brûlures des mailles. N'empêche que c'est résistant … alors on a mal? si je n'avais pas eu d'honneur et de convenance je serais déjà probablement en train de pleurer et de supplier qu'on me tue plutôt que de jouer ainsi. Je sais pas … vous avez déjà essayé de boire de l'acide pour savoir si ça brûlait ? ce qui était sûrement une douleur comparable à échelle humaine. Non satisfaite de ma réponse je me retrouvais avec une bonne partie de mon dos mis à découvert grâce à cette même lame. J'ignorais combien de temps ce supplice aurait duré si je n'avais pas humé une odeur bien familière malgré tout.

Patienter? Oui je ne vais pas aller bien loin. Je fermais les yeux quelques instants, essayant de ne pas me concentrer sur la douleur mais même avec la plus grande méditation du monde : je souffrais atrocement.  J'écoutais le combat qui se déroulait autour de moi. Même sans voir je savais qui était positionné et où il l'était. Une bonne utilisation de mes sens me permettait sans aucun soucis de localiser tous les éléments extérieurs. Une vive douleur au niveau de mon flanc me fis hurler. Putain manquait plus que ça. Une balle argentée classique. Classique mais suffisante pour être douloureuse aussi. Je détestais cette sensation d'infériorité face à ce duo de timbrés. Atte… je n'avais pas eu le temps de le prévenir qu'il venait lui aussi de se prendre une munition dans le corps. Mais c'est pas possible. Pourquoi est ce que tout est contre nous ce soir. Un long soupir appréciateur se fit entendre lorsque mon piège de métal venait d'être retiré.  Hah … c'était tellement mieux. L'odeur du sang de l'humain était appétissante certes mais je ne me voyais pas mordre un de mes collègues. J'ai mal …. Tu es blessé.  Faut pas laisser traîner ça. j'avais lourdement grogné en le sentant retirer mon clou. Une douloureuse délivrance cependant. Je ne pouvais même plus replier ma main ou les doigts sans grimacer. Je levais mon regard encore très vampirique. Je n'avais plus spécialement le même aspect qu'au bar. Mes traits tirés par la douleur ne faisaient qu’accentuer la version vampirique de mon visage de base si androgyne et doux. Mes yeux brillaient vivement. Mélange d'une courte agonie maintenant abrégée, du manque de sang et surtout de l'odeur de ce dernier qui venait tirailler mes désirs les plus enfouis.   C'est. .. mal si j'en tue un n'est ce pas ? autant planter mes crocs dans le blond me gênait autant dévorer bestialement l'un de mes attaquants était pour moi comme une douce revanche.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Travis

avatar

Alliance • Humain



¤ AVATAR : Eric Christian Olsen
¤ MESSAGES : 148
¤ POINTS : 43
¤ AGE : 34 ans
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 28/02/2018


MessageSujet: Re: Pub vs canapé Ft. Naoki Fujiwara Mar 15 Mai - 16:44

Un sourire fatigué se peignit sur mon visage. Il était hors de question de tuer un de ces fanatiques, même si le pauvre volcan était quelque peu éteint.

- Oui c’est mal et tu sais très bien que je ne te laisserai pas faire. Notre rôle est de préserver chaque individu, bon ou mauvais. On va les livrer à l’Alliance, ils seront jugés par des gens compétents.

Accroupi près du japonais, j’écartai un pan de ma veste afin de jeter un coup d’œil grimaçant à ma propre blessure. J’avais de quoi me soigner, c’était très simple mais il était hors de question de le faire devant lui. Mais avant de penser à moi, je devais remettre le psy sur pied.

- Toi tu bouges surtout pas. Attrapant son visage entre mon index et mon pouce, j’enfonçais mes doigts dans ses joues, attirant son attention sur la sévérité de mes prochaines paroles. Fudji, si tu fais le moindre geste à l’encontre de l’un d'eux, c’est contre moi que tu vas devoir te battre. Et je te jure que tu regretteras ces deux-là… Mon regard azuré était planté plus surement qu’un couteau dans ses prunelles sombres. C’est bien compris ?

Avec un grognement, j’abandonnai mon collègue et ramassai le filet argenté que je traînai jusqu’à l’homme qui se tortillait toujours et encore au sol. Agrippant sa chemise, j’en déchirai un morceau et lu fourrai le morceau de tissu dans les mains. Sans la moindre sollicitude, d’un geste ferme, je retirai la lame de l’arrière de sa cuisse. Le sang coula avec abondance, me faisant lever les yeux vers mon petit volcan.

- Maîtrise toi, Fudji… Tu peux le faire. Reportant mon attention sur le malfrat, je lui pris sa main et la posai sur sa propre blessure. Toi, appuie là-dessus si tu veux pas te vider.

Récupérant mon couteau, je l’essuyai sur l’homme à terre et me dirigeai vers la fille inconsciente en traînant le filet derrière moi. Je mis un genou à terre, me permettant de souffler un peu. Oui, la douleur était puissante, mais je l’acceptai, elle me rendait vivant. Je fouillai la nénette avec précaution, la délestant de toutes ses armes, gardant toujours un œil attentif au médecin, j’eus l’impression qu’il allait s’élancer sur l’homme.

- Tsssssssssss ! Ma langue claqua contre mon palais, l’avertissant de ma surveillance. Pas de ça, le Volcan !

A l’aide du filet, je saucissonnai habilement la jeune femme, elle n’avait aucun moyen de fuite. Grognant contre cette foutue plaie, je revins vers mon collègue et sortir ma lame. Il allait souffrir, il allait crier, mais c’était un mal nécessaire. Sans le concerter, je le retournais comme un ballot de paille, le positionnant sur le ventre. J’allais devoir agir vite, sa nature vampirique allait prendre le dessus, il ne ferait pas la différence entre les bons et les mauvais.

Après un nouveau râle qui s’échappa de mes lèvres serrées, je posai un genou sur son dos, l’autre sur sa nuque. Mon timbre se fit dur, il devait impérativement m'entendre.

- Ecoute moi attentivement, écoute ma voix. Je vais te retirer la balle en argent qui est dans ton épaule. Essaye de ne pas me tuer. Je t’avertis déjà, et crois-moi, j’en suis navré, mais la lame de mon arme est en argent. Essaye de pas trop hurler, s’il te plaît.

Affirmant ma prise en déposant tout mon poids sur le corps minuscule du japonais, je découpai son vêtement, me doutant qu’il allait me haïr pour ça. Sans la moindre hésitation, j’incisais profondément, agrandissant le trou causé par la balle, faisant fi de ses protestations. Avant que les tissus ne se referment, je plongeai mes doigts dans la plaie béante et fourrageai dans les chairs délicates du médecin. Mon majeur toucha l’os de l’omoplate, me faisant grimacer. Il me fallut quelques longues minutes pour trouver le projectile. Poussant un peu plus profondément dans la plaie, je récupérai la balle aussi vite que je pus pour la lâcher à côté du visage du vampire.

Profitant de ma position, restant invisible pour les yeux du caïnite, je léchai rapidement mes doigts me repaissant de la vitae du psychiatre. Je rejetai ma tête en arrière, abaissai mes paupières, ouvris ma bouche dans un cri silencieux, laissant agir ce divin don qui s’infiltrait dans mon organisme. Inspirant profondément, je réitérai mon geste, restant aussi discret que possible. Cela ne suffirait pas à dompter totalement ma blessure, mais elle serait nettement plus acceptable. Relâchant ma prise, je me levai avec beaucoup plus d’agilité, un léger sourire planant sur mes lèvres.

- J’ai fini.

Le trainant jusqu’à la fille, toujours inconsciente, me m’assis à même le sol à ses côtés. Ma voix se fit murmure et je déposai une main sur l’épaule de Fudji tandis que l’autre palpait la carotide de la femme.

- Bois, mais ne la tue pas. Je sais que tu peux le faire, j’ai foi et je veille sur toi.
Revenir en haut Aller en bas
Naoki Fujiwara

avatar

Alliance • Vampire



¤ AVATAR : HYDE
¤ CRÉDITS : (c) Miss Pie | (c) Hannah
¤ MESSAGES : 393
¤ POINTS : 92
¤ MULTIS : Jesse le chasseur
¤ AGE : 40 ans | 113ans
¤ ZONE LIBRE : Liens + Fiche + Sujets +Chrono

[More]
- 1m60/48kg (le premier qui se moque jle bouffe okay?)
- Adore changer de style vestimentaire et capillaire
- A du mal avec l'anglais écrit mais parle/écrit japonais et mandarin (pourquoi faire simple)
- Membre de l'Alliance depuis les années 80 et à intégré Londres en 2000 - Psy depuis 2003 dans l'organisation
- Maîtrise sa télépathie et pratique l'hypnose


------------
Tatouage
¤ GROUPE : Vampire | Alliance
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 01/02/2018


MessageSujet: Re: Pub vs canapé Ft. Naoki Fujiwara Mar 15 Mai - 21:07


Pubs vs Canapé  

Je savais très bien que Morgan n'allait pas me laisser dévorer l'un des deux et pourtant ce n'était pas l'envie qui m'en manquait. J'avais beau être gentil je restais un vampire au fond de moi et parfois la part de bestialité était forte et difficilement contrôlable malgré mon siècle passé. Je crispais les doigts de ma main non blessée en grognant fortement. Mon regard plongé dans celui du blond. Je sais me tenir! Je … je ne suis pas un monstre. malgré ce que tous les humains pensent on n'est pas tous monstrueux on n'a pas demandé devenir ça. Enfin pour ma part j'aurais préféré de pas l'être. Je fermais mes yeux en prenant sur moi le plus possible. L'odeur du sang était insupportable vue ma faim mais je ne le ferais pas. J'ai des manières même si c'est difficile de résister.  Ce serait comme poser un paquet de bonbons devant un enfant et le priver d'y mettre la main. Affreusement tentant mais interdit.

Il faut qu'il ai un garrot … il perd beaucoup trop. Beaucoup trop … puis les infections. je soupirais en détournant le regard. Ouais je tiens. Je fais que ça de toute façon. Vivement que je rentre et que je mange chez moi avant que je tue le premier type qui passe à proximité. J'essayais de penser à autre chose malgré cette odeur qui allait jusqu'à mes narines. C'est tellement affreux putain. Je ne suis pas un enfant.  Mais si on pouvait ne pas rester ici deux heures cela serait super. Concrètement je peux tenir un peu de temps mais pas deux heures dans cet état non plus. Je remercie mes années d'entraînement pour ne pas libérer mes instincts les plus profonds et dangereux. Je sais que je ne fais pas peur physiquement parlant mais je reste une créature de la nuit aussi dangereuse que les autres. Seuls mes principes et la conscience que j'ai acquise me permettent de ne pas faire n'importe quoi. Je laissais Morgan s'occuper de ces deux connards avant de le voir revenir vers moi.

Va doucement. Je suis peut être mort mais je connais la douleur hein Je soupirais en ayant des tremblements d'appréhension et de douleur. En argent je m'en fiche tant que c'est pas béni. Je vais faire de mon mieux. Je frémissais en le sentant me presser au sol ainsi avant de grogner. Je détestais ça et si j'avais été plus en forme il se serait retrouvé sur les fesses, brûlé ou non on ne me grimpe pas dessus. Je sentais mon haut se déchirer sous ses doigts. Je me fis violence pour ne pas hurler sous l'incision avant de crisper mes doigts sur le sol en le sentant agrandir la plaie. Jurant un nombre incalculable de choses en japonais je tremblait de douleur sous les doigts du blond. Bordel on ne leur a jamais a retirer une balle sans faire une chirurgie complète à Londres ? … Mais …. Haaah doucement …. Je suis pas insensible!!! de lourds grognements résonnaient dans la ruelle. On pourrait croire à un animal blessé si l'on ne savait pas la situation. J'étais pas assez en forme me guérir aussi bien que ca pas la peine de m'arracher un os non plus. Une fois ce soin improvisé je finis par me redresser légèrement. Je ne veux même pas voir mon état.   Je vais boire chez moi … mais toi … t'as besoin de moi. je savais que j'aurais pas ce contrôle alors je préférais refuser. En revanche je faisais une petite entaille a mon poignet avant de lui présenter   C'est pas une question. Bois ça. lui plaquant ma blessure sous ses lèvres. Hors de question que tu ne guérisses pas.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Pub vs canapé Ft. Naoki Fujiwara

Revenir en haut Aller en bas
Pub vs canapé Ft. Naoki Fujiwara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Centre de Londres-
Sauter vers: