RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !




Les jeux de l'été ! sont ouverts de Juin à Septembre
Les beaux jours sont là, l'été approche, le soleil, la place, le vacances ... le boulot, la routine ? Peu importe !
Venez vous amuser un peu avec nous, osez venir faire des rps complètements fous, lancer des défis, participer à des jeux
! Sortez vos maillots, vos lunettes de soleil et vos crèmes solaire !
Venez jouer !




Avis de recherche ! Les EFL et les Sorcières sont en sous-nombre.
Fous fanatiques tueurs de Vampires ou Sorcières ? Faites votre choix !
Plusieurs types de Sorcières manquent sur le forum, n'hésitez donc pas.
Privilégiez les groupes les moins représentés.



Partagez|

I don't want to admit to something if all it's gonna cause is pain - ft Hannah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Aedan Finnigan

avatar

Humain



¤ AVATAR : Tom Hardy
¤ CRÉDITS : lilie
¤ MESSAGES : 32
¤ POINTS : 16
¤ MULTIS : Adrian Mancini
¤ AGE : 40 ans
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 14/04/2018


MessageSujet: I don't want to admit to something if all it's gonna cause is pain - ft Hannah Mer 18 Avr - 18:56

Trouver ce que l’on cherchait n’était pas chose aisée dans cette ville. Certes, sa recherche n’était pas vraiment précise et il lui manquait beaucoup d’éléments pour mener à bien ses trouvailles mais quand même, il demeurait persuadé que tout aurait été plus simple, en Irlande. Ce pays lui filait la nausée et ce même s’il faisait preuve d’une mauvaise foi évidente. On ne pouvait pas lui reprocher de préférer ses vertes prairies aux immeubles gris de la capitale anglaise, pas vrai ? Ses doigts se referment nerveusement sur son verre de whisky, le dernier cru de la distillerie parentale, le liquide ambré glissant sur sa langue et réchauffant son œsophage avec délice. La plupart des British ne supportaient pas bien le bourbon Finnigan, ce qui était, en soi, un excellent moyen de faire une pré-sélection dans le choix de ses amis. Il était hors de question qu’il s’entiche de types incapables de tenir un breuvage aussi noble que celui-là…

Sur le bureau devant lui, étalées en un amoncellement presque indéchiffrable, des feuilles volantes par dizaine, des cartes de Londres, qu’elles soient géographiques, topologiques voire même telluriques, mais rien. Rien ne pouvait l’aider à retrouver le fameux chargement que l’IRA avait égaré près de dix ans auparavant, un peu par sa faute, certes, et qu’il aurait désormais aimé retrouver pour le compte de la mafia. Foutu vampire, foutu traitre aussi, quelque part dans leurs rangs de l’époque… A bien y réfléchir, si la pomme pourrie était toujours dans le panier, il valait mieux l’éliminer, même une décennie plus tard, même si l’IRA n’était désormais plus qu’un groupe anecdotique ayant presque abandonné la lutte. Il soupire, gronde de frustration, avant de vider son verre d’une traite et de le reposer brutalement sur la table. Il était là-dessus depuis des jours et rien, pas même la moindre miette à se foutre sous la dent. De rage, il balaie tout d’une main colérique, envoyant feuilles et verre au sol, dans un bruit de glace brisée qui alerte aussi le sbire posté devant la porte et chargé de faire barrage. « Un problème, boss ? » Il lève la tête, quelques secondes de flottement habillant ses prunelles. Qu’on le considère comme le patron était encore trop récent pour qu’il s’y soit habitué et il lui faut un moment avant de reprendre un semblant de contenance, comme il marmonne, dans sa barbe. « Juste une chose que j’ai perdue et que je n’arrive pas à retrouver… » L’autre semble réfléchir et cette simple vision l’agace, Aedan. Quoi ? Il s’imagine qu’il va trouver en deux minutes ce qu’il cherchait déjà depuis des jours ? « Ma femme dit qu’il y a une voyante, à Lambeth… Parait qu’elle parle avec les morts. Elle l’a aidée avec un truc, y’a quelques mois… » Le blond penche la tête. Il se fout de sa gueule ou quoi ? Une sorcière ? Il est à deux doigts de lui dire d’aller se faire foutre avec ses idées à la con quand, finalement, de lassitude, il abandonne l’idée. Il est tellement à bout qu’il est bien prêt à tout essayer, au fond…

Voilà donc pourquoi il se retrouvait, en cette fin de soirée, devant la boutique d’ésotérisme. Il n’y connaissait pas grand-chose, le Finnigan, mais ça puait un peu le piège à tourisme et il maudissait déjà cet abruti de Ciaran de l’avoir envoyé dans un bouiboui aussi ridicule. Maintenant qu’on y était, cela dit… Il ouvre la porte, faisant retentir un carillon mélodieux qui confirme ses pires craintes. « Y’a quelqu’un ? » La gamine qui se matérialise presque aussitôt derrière le comptoir a des airs familiers qu’il ne parvient pas à remettre ; teint de porcelaine, yeux bleu sombre… Il n’y prête pas franchement attention, sur le coup. Tout ce à quoi il parvient à penser, c’est que sa jeunesse conforte d’autant plus son impression d’arnaque… Un soupir, comme il grimace, lâchant de sa voix bourrue et rauque. « Je cherche quelque chose, caché par quelqu’unQuelque part… » Oui, autant dire que c’était maigre, comme indices, mais il était suffisamment sceptique pour ne pas avoir envie d’en dire plus. Ses doigts glissent sur le comptoir avec une délicatesse qui contraste terriblement avec ses mains caleuses, ces mains qui auraient pu écraser une gorge d’une simple pression…
Revenir en haut Aller en bas
Hannah Johnson

avatar

Sorcière • Nécro



¤ AVATAR : Willa Holland
¤ CRÉDITS : lilie
¤ MESSAGES : 148
¤ POINTS : 50
¤ MULTIS : Jodie Rowley - @Aaron Davis - Alex Blackwood
¤ AGE : 24 ans
¤ ZONE LIBRE : Nécromancienne
Fait payer ses services en terme de magie

¤ GROUPE : Roule pour elle
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/04/2018


MessageSujet: Re: I don't want to admit to something if all it's gonna cause is pain - ft Hannah Mer 18 Avr - 20:47






I don't want to admit to something if all it's gonna cause is pain


Aedan & Hannah


« Est-ce qu'il pense à moi ? »

Hannah sort de ses pensées, assurant un sourire à cette humaine qui a les larmes aux yeux suite au décès de son mari. Une attitude qui est devenue un automatisme avec le temps parce que : 1, elle s'en fout royalement de cette femme. 2, elle a bien d'autres choses à penser en ce moment. La discussion qu'elle a surprise entre sa mère et sa grand-mère est d'un bien meilleur intérêt que cette veuve. De ce que Hannah a compris, sa mère s'inquiétait de savoir quelqu'un en ville au lieu d'être au fond d'une cellule. La grand-mère avait traité sa fille de petite sotte, incapable de réussir à tuer quelqu'un juste parce qu'elle n'avait pas fait le boulot elle-même et qu'elle avait intérêt à réparer son erreur avant que ça se sache. Mais savoir quoi ?

« Alors ? »
« Il dit qu'il n'avait jamais imaginé que ça pouvait être aussi dur d'être aussi loin de vous... Et de cacahuète. »
« Ooooh. »

Ouais balancer le nom du chien, ça rend les choses bien plus crédibles. Hannah garde ce sourire compatissant, monté de toute pièce, et essaye de ne pas faire attention à l'esprit du type qui est à côté d'elle et qu'elle est la seule à voir.

« Bordel mais j'ai pas dit ça du tout ! »
« Il vous aime, même de là où il est. »
« D'la merde ! J'suis bien content d'être loin de cette frappadingue. Une putain de malade. Mon pauvre chien, il va jamais y survivre. »
« Et qu'il ne cessera jamais de penser à vous. »
« Oh, Ivan, je t'aime tellement. »

Et elle dit ça dans le vide, ne sachant pas vraiment où se trouve l'esprit de son mari. Un mari qui se pointe devant elle en se mettant à hurler un « Mais crève connasse ! »

C'est le cœur léger que la bonne femme décide de partir, promettant de revenir pour avoir des nouvelles. Et voilà, une cliente de plus de fidélisée. Hannah peut être fière d'elle sur ce coup-là. Alors, elle se relève pour commencer à tout ranger et avant d'éteindre la bougie qui renverra l'esprit d'où il vient, ce dernier s'approche d'elle.

« Je pensais que vous vouliez m'aider à sauver mon chien. » Un remarque qui fait hausser un sourcil à Hannah. « Pas que vous mentiez à cette morue ! »
« Oui mais, elle... Elle paye. »

Sur quoi elle souffle la bougie pour le faire s'en aller avant d'avoir à subir toutes ses insultes. Quelques minutes plus tard, elle est derrière un ordinateur pour continuer ses recherches concernant sa mère. Qu'il soit question d'un homme chez les Johnson, c'est de l'inédit. Assez pour que ce soit intriguant. Oh, elle avait bien fouillé dans les affaires de sa mère mais, hormis une photo, elle n'avait pas trouvé grand-chose. Il paraît qu'on trouve tout sur internet – surtout quand on ne sait pas quel esprit il faut appeler pour avoir une réponse.

Des recherches interrompues par le carillon de la porte d'entrée, ce qui lui fait lâcher un soupir. Sa journée est supposée être finie, elle n'a pas d'autres rendez-vous. Elle cherche à effacer sa mauvaise volonté quand elle se pointe derrière le comptoir de l'accueil, afin de poser un regard un peu près neutre sur le type qui vient d'entrer... Mais, y a un truc qui la perturbe, sans qu'elle arrive à mettre le doigt dessus. Son cerveau n'arrive pas encore à associer ce gars à la photo qu'elle a vue quelques jours plus tôt. Faut dire qu'il y a 24 ans qui se sont écoulés alors, là où elle avait vu un jeune sur une image, maintenant elle ne voyait qu'un vieux face à elle. Ouais, au dessus de 35 ans, tout le monde était vieux. Question de principe !

« En général, quand on cherche quelque chose, on commence par un « bonsoir » ou une formule de politesse. Vous savez, ce genre de choses qui font que les gens sont plus enclins à proposer une solution. »

Et vas-y que, du haut des ses 24 ans, et de son mètre soixante-trois, elle affiche un grand-sourire. Ce n'est pas parce qu'il a l'air de sortir d'un gang de bikers à la noix, que ses paluches pourraient la briser sans effort, qu'elle ne va pas lui apprendre la politesse, non mais oh !

« Et, de toute façon, si ce quelqu'un n'est pas mort, vous ne vous adressez pas à la bonne personne. Doit bien y avoir un tas de détectives privés dans le coin. »

ça peut paraître morbide mais, très clairement, son business est basé sur la mort. Ce qui, pour elle, lui semble tout à fait normal et naturel étant donné qu'elle a baigné dedans depuis sa naissance.



par humdrum sur ninetofive
Revenir en haut Aller en bas
Aedan Finnigan

avatar

Humain



¤ AVATAR : Tom Hardy
¤ CRÉDITS : lilie
¤ MESSAGES : 32
¤ POINTS : 16
¤ MULTIS : Adrian Mancini
¤ AGE : 40 ans
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 14/04/2018


MessageSujet: Re: I don't want to admit to something if all it's gonna cause is pain - ft Hannah Dim 22 Avr - 19:30

Il l’observe à la dérobée, avec une curiosité étrange. Vraiment, ses airs lui rappellent quelqu’un mais, en quarante ans de vie, il a croisé bien des visages, même en en ayant perdu dix en prison. Alors, forcément, ça ne lui revient pas et, de toute façon, il est là pour un problème plus urgent que de jouer au jeu des ressemblances. La boutique a tout l’air de l’attrape-touristes, pour sûr, il pourrait presque lire l’inscription « made in China » sur les boules de cristal, mais la demoiselle a quelque chose, dans le regard, de presque vrai… Presque. « En général, quand on cherche quelque chose, on commence par un « bonsoir » ou une formule de politesse. Vous savez, ce genre de choses qui font que les gens sont plus enclins à proposer une solution. » Il penche la tête, un air moqueur sur la gueule ; certes, il n’avait pas été spécialement courtois mais les bonnes manières, ce n’était pas franchement sa tasse de thé, à lui le rustre qui avait passé une grande partie de sa vie dans une ferme et une autre bonne partie dans une prison. Il hausse même un sourcil mi amusé, mi surpris, en constatant qu’une bonne femme aussi petite puisse faire preuve d’autant de verve et d’autant d’assurance. A n’en pas douter, il pourrait briser sa jolie nuque d’une simple pression de ses grosses paluches et, à la vérité, il avait davantage l’habitude qu’on le regarde avec crainte qu’avec défi. Elle a au moins le mérite d’avoir du cran, il ne peut le lui retirer, et elle remonte un brin dans son estime, pour une diseuse de bonne aventure… « Et, de toute façon, si ce quelqu'un n'est pas mort, vous ne vous adressez pas à la bonne personne. Doit bien y avoir un tas de détectives privés dans le coin. » Il esquisse une moue circonspecte en entendant cette réplique des plus énigmatiques ; ça voulait dire quoi, ça, au juste ? Est-ce que ça marchait avec les types pleins aux as en quête d’un peu d’exotisme ésotérique ? Il inspire profondément, un brin perplexe devant cette mascarade, avant de hausser les épaules avec une nonchalance non feinte. « Eh bien, si c’est la seule chose nécessaire… » qu’il commence, un sourire flottant sur les lèvres. « …il l’était, la dernière fois que je tenais sa tête dans ma main et que je regardais le restant de son corps finir de se tortiller par terre… » Il observe, l’air moqueur, à la recherche d’une quelconque réaction de sa part, un petit air dégoûté, une lueur d’inquiétude, n’importe quoi… Un simple et infime mouvement de recul aurait fait l’affaire, vraiment, mais elle demeure stoïque, telle une sainte statue de marbre. Décevant…

Il soupire, ravalant son désappointement et son incapacité à la choquer ou à l’effrayer. Ses doigts se glissent dans la poche intérieure de sa veste, en sortant une liasse de billets de vingt livres sterling qu’il dépose sur le comptoir en les jetant presque. Cinq cents livres en tout, une somme rondelette, en tous cas il l’estimait, lui, largement suffisante. Pour le moment. Si elle se montrait plus utile que les apparences trompeuses qu’elle donnait, il aviserait et augmenterait peut-être la somme. « J’imagine qu’on peut oublier le bonjour et le s’il vous plait ? » qu’il interroge, un brin rustre, un brin bougon. Il n’entend pas vraiment se faire rabrouer par une gamine qui pourrait sans doute avoir l’âge de sa fille, s’il en avait une, à propos de leçons d’étiquette. Mieux valait donc qu’elle mette un peu d’eau dans son vin si elle ne voulait pas le voir disparaitre, lui et sa liasse de billets. « Il y a environ dix ans, à Lisburn, en Irlande du Nord… » Il plante le décor, l’observant toujours avec cette même curiosité, ces impressions venues d’une autre vie. « …j’ai tué ce type parce qu’il voulait la même chose que moi. J’ai besoin de cette chose aujourd’hui et je pense qu’il doit être le seul à savoir où elle peut se trouver, aujourd’hui… » Entre autre chose… « Vous pouvez m’aider ? » Son regard inquisiteur ne la lâche pas d’une semelle, cherchant à creuser, comme un restaurateur gratterait le vernis sur la première couche de peinture. « Ca marcherait, même si le gars en question est un vampire ? » A nouveau, il scrute avec attention, à la recherche de la moindre réaction. Si elle se mettait à lui rire au nez alors il reprendrait son fric et se barrerait sans un regard en arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Hannah Johnson

avatar

Sorcière • Nécro



¤ AVATAR : Willa Holland
¤ CRÉDITS : lilie
¤ MESSAGES : 148
¤ POINTS : 50
¤ MULTIS : Jodie Rowley - @Aaron Davis - Alex Blackwood
¤ AGE : 24 ans
¤ ZONE LIBRE : Nécromancienne
Fait payer ses services en terme de magie

¤ GROUPE : Roule pour elle
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/04/2018


MessageSujet: Re: I don't want to admit to something if all it's gonna cause is pain - ft Hannah Lun 23 Avr - 10:54






I don't want to admit to something if all it's gonna cause is pain


Aedan & Hannah


Elle croise les bras, un sourcil haussé, quand il parle d'avoir arraché la tête de quelque. « Waouh. Impressionnant... » La phrase est d'une nonchalance sans précédent, elle ne peut pas faire plus neutre dans le timbre de sa voix. Il espère quoi ? Qu'elle le regarde avec horreur, qu'elle fuit dans une autre salle en barricadant la porte, qu'elle le mette dehors en criant au scandale ? Les morts sont son business. Si elle commence à prendre peur dès qu'on évoque le fait de tuer quelqu'un, elle ne vaut pas grand-chose. Hannah, c'est la sorcière capable de faire des sacrifices humains pour quelques-uns de ses clients. C'est la fille qui parle avec des morts qui ont la tronche qu'ils avaient au moment de leur décès. Et croyez-moi, au début ça peut être perturbant de parler avec un mort, par pendaison, qui garde son érection. Alors, il aurait pu arracher la carotide d'un gars avec ses dents, qu'elle le regarderait toujours de la même manière.  

Finalement, le seul moment où une lueur s'allume dans son regard c'est quand il se décide à sortir une liasse de billets. Voilà, là, ils vont enfin pouvoir se comprendre. Elle avise les billets sur le comptoir avant de, finalement, se décider à hocher la tête. Comme formule de politesse, ça lui convient parfaitement. Hannah a, au moins, le respect de ne pas se jeter sur les billets, préférant prendre le temps d'écouter son histoire. En réalité, elle s'en fiche un peu mais il faut bien avoir l'air intéressé si on veut garder des clients. Elle laisse pourtant passer un soupir pendant l'explication. Les hommes, j'vous jure. A croire qu'ils ont un poids chiche à la place du cerveau. A quel moment, une personne qui réfléchie, pense que c'est une bonne idée de tuer la seule personne qui sait où se trouve quelque chose ? Remarquez, elle ne devrait pas s'en plaindre : ça lui fait du travail.

Oui. Oui, elle peut l'aider et elle décroise les bras pour récupérer l'argent en guise de réponse. Mais, son geste se stoppe en cours de route alors qu'il ajoute un détail. Un tout petit détail sur la nature de la personne qu'il a tué. Il y a un petit « Humm ? » qui s'échappe de ses lèvres alors qu'elle reporte son attention sur l'homme pour le détailler. Alors, comme ça, ce grand gaillard à tuer un vampire à lui tout seul. Est-ce qu'il est humain ? A aucun moment elle mise sur le fait que c'est un vampire, trop rustre pour des êtres doués d'une agilité certaine. Un loup ? L'option n'est pas à exclure, elle n'a rien qui lui permet de les reconnaître d'un simple regard. Hannah finit par hausser les épaules parce qu'il y a une vérité qui peut se vérifier : l'argent n'a pas de race.

« Je devrais pouvoir vous aider. » La liasse de billets termine sa course dans la poche arrière de son jean alors que Hannah se dirige vers la porte de l'entrée. Cette dernière est rapidement verrouillée et elle revient vers l'homme. « Suivez-moi. »

Certains diront qu'elle est folle. S'enfermer avec un type qui dit avoir eu la tête dans vampire dans les mains, lui tourner le dos pour qu'il la suive dans un petit couloir à l’abri des regards... Oui, on peut penser qu'elle a un déficit au niveau de son instinct de survie mais, si Hannah a bien appris quelque chose c'est que : les gens qui viennent ici le font souvent en désespoir de cause. Personne n'a envie de croire qu'une personne peut parler avec les morts, c'est trop souvent un dernier recours. Et, on ne tue pas son dernier recours, pas avant de voir s'il peut faire quelque chose ou non.

Elle pousse une porte qui mène sur une nouvelle pièce, celle où elle consulte. Là encore, il y a un tas de choses qui lui sont d'aucune utilité mais qui servent à faire plus « voyance » dans l'esprit des humains. Elle désigne une chaise près d'une table pour qu'il s'y installe et prend place sur la chaise de l'autre côté. C'est une fois assise qu'elle reprend la parole.

« Je vais avoir besoin de certaines choses pour que ça fonctionne. » De toute évidence, elle ne pouvait pas invoquer une personne sans savoir de qui il s'agit. Des morts, y en a vraiment beaucoup. « Est-ce que vous avez quelque chose qui lui appartient ? Sa tête aurait été bien mais je suppose que vous ne l'avez pas gardé. » Le ton reste neutre mais, pourtant, j'vous jure, c'est une sorte de blague. Hannah n'ayant pas vraiment appris les relations sociales, ses blagues ne sont souvent pas comprises parce qu'elle n'y met pas le bon ton ou qu'elles sont de mauvais goûts. « Mais, à défaut d'avoir quelque chose, vous avez peut-être un nom ? » Là c'est plus sérieux. Il lui faut quelque chose. Cela dit, elle se retrouve quand même à secouer la tête avec une certaine désapprobation. « Non mais sérieusement, à quel moment c'est une bonne idée de tuer quelqu'un qui détient une information que l'on souhaite ? »

On peut noter qu'elle semble se foutre complètement du fait qu'on puisse tuer quelqu'un. N'empêche que, pendant ce temps, y a son cerveau qui tourne toujours pour savoir pourquoi ce visage lui rappelle quelque chose.  



par humdrum sur ninetofive
Revenir en haut Aller en bas
Aedan Finnigan

avatar

Humain



¤ AVATAR : Tom Hardy
¤ CRÉDITS : lilie
¤ MESSAGES : 32
¤ POINTS : 16
¤ MULTIS : Adrian Mancini
¤ AGE : 40 ans
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 14/04/2018


MessageSujet: Re: I don't want to admit to something if all it's gonna cause is pain - ft Hannah Mer 23 Mai - 12:21

Sa remarque, pleine d’ironie, lui fait serrer les dents. Il n’avait pas franchement l’habitude qu’une gamine à peine majeure lui tienne tête ainsi et ne s’offusque pas de l’entendre annoncer à voix haute et sans fioritures, qu’il avait décapité un homme. Contrariant, certes, mais il saurait s’en accommoder. La liasse de billets semble enfin lui tirer une réaction et il esquisse un sourire intérieur. L’argent… Voilà ce qui la motivait… Il note mentalement ça dans un coin de sa tête ; connaître le moteur des gens, c’était un des leviers du pouvoir et de la manipulation. Pas qu’il soit très doué dans les choses de l’esprit ; pour sûr, il préférait cent fois une bonne bagarre plutôt que des stratagèmes aussi fins que compliqués, pour obtenir ce qu’il voulait. Sa mère lui avait pourtant toujours dit de ne pas frapper les filles… Pas que ça l’ait arrêté, par le passé, certes, mais il évitait généralement, quand il le pouvait et, à la réflexion, s’il se mettait à la frapper, il risquait de la tuer d’une seule gifle. Il espère la surprendre en ajoutant la nature vampirique du cadavre en question mais encore une fois, c’est un peu comme pisser dans un violon. Rien ne semble l’émouvoir, cette gosse, c’est un peu comme si elle était la reine des glaces en personne. Son « Humm ? » à peine intéressé a le don de le vexer mais il garde son masque impassible en la regardant empocher son argent. Est-ce que ça valait pour un oui ? Il l’espérait sincèrement si elle ne voulait pas se retrouver avec toutes les phalanges en miettes… Son regard inquisiteur sur lui le laisse de marbre et il ne s’en formalise pas, la laissant observer tout son soûl. Il la regarde aussi, lui, d’ailleurs, mais il fait ça à la dérobée, plus discret qu’elle quand bien même il se fout bien qu’elle le remarque. Ses airs lui disent furieusement quelque chose mais sa mémoire est défaillante ou peut-être a-t-il enfoui trop profondément le souvenir de cette fille, moitié naïade, moitié banshee, rencontrée un jour sur la lande irlandaise. « Je devrais pouvoir vous aider. » Un sourire satisfait bien qu’un brin sceptique vient se peindre sur ses lèvres. Quoiqu’elle en dise, il a encore du mal à lui accorder toute sa confiance ; elle a l’air si jeune, si frêle… Rien en elle ne laisse présager de la redoutable et puissante sorcière que son acolyte irlandais lui a vanté… Il laisse la jeune femme verrouiller la porte de son échoppe, la pistant du regard. « Suivez-moi. » Il s’exécute, entrant à sa suite dans une pièce à la porte dérobée qui s’ouvre à sa demande ; une fois de plus, l’endroit lui parait terriblement factice, comme étudié pour entrer dans les clichés de la voyance telle que devrait la voir l’humain qui n’y connaissait rien. Oh, il ne prétendait pas y connaitre davantage mais il avait au moins approché le surnaturel d’assez près pour se douter que tout ça ne sonnait pas très « vrai ». Si elle essayait de l’arnaquer, elle le paierait cher, c’était une promesse tacite formulée par ses yeux clairs… Il s’assoit docilement sur la chaise qu’elle lui désigne, ses mains croisées sur le rebord de la table, aussi impatient qu’inquisiteur, tandis qu’elle fait de même, de l’autre côté. « Je vais avoir besoin de certaines choses pour que ça fonctionne. » Il esquisse une grimace. Si elle lui demandait plus d’argent, il risquait fort de perdre patience et d’éclater son joli visage sur la table de bois… Il se fend d’un mouvement de tête agacé, attendant la suite, lui laissant le bénéfice du doute. « Est-ce que vous avez quelque chose qui lui appartient ? Sa tête aurait été bien mais je suppose que vous ne l'avez pas gardé. » Il laisse échapper un ricanement moqueur. L’humour est limite mais il sait l’apprécier, se détendant légèrement face à ce semblant de boutade, hochant la tête de gauche à droite en signe de dénégation. Non, malheureusement, il n’était pas du genre à réduire les têtes des gens qui avaient essayé de le tuer pour les conserver dans une vitrine. Il y penserait, la prochaine fois, promis, miss Johnson. « Mais, à défaut d'avoir quelque chose, vous avez peut-être un nom ? » Un nom. Oui, ça il avait bien, quand bien même il doutait fort que ça suffise car le patronyme était des plus communs et sans doute faux. Il l’avait suffisamment entendu lors de son procès pour ne jamais réussir à l’oublier. « Non mais sérieusement, à quel moment c'est une bonne idée de tuer quelqu'un qui détient une information que l'on souhaite ? » Ses sermons l’agacent, surtout qu’elle ne connait rien du tout à l’histoire alors comment pourrait-elle décemment le juger ? « Le jour où quelqu’un essayera de vous arracher la jugulaire avec ses canines, on verra si vous vous emmerdez à tenter de lui poser des questions. » qu’il marmonne, mécontent, la crucifiant d’un regard mauvais. « De toute façon, j’en savais rien, à l’époque… » Il se justifie, à peine. Il ne voudrait pas passer pour l’idiot du village devant la gamine même si, au fond, il ne lui doit rien du tout, malgré cette impression étrange de familiarité. « J’ai un nom. Et une cicatrice… » Il relève sa manche gauche, dévoilant deux longues estafilades blanches sur son avant-bras, là où le vampire avait mordu à pleine dents. Les marques contrastent avec sa peau hâlée, celle obtenue dans la cour de la prison, à jouer au basket ou à faire des exercices de musculation. « Matthew Thames Montgomery. » A elle de jouer, maintenant…
Revenir en haut Aller en bas
Hannah Johnson

avatar

Sorcière • Nécro



¤ AVATAR : Willa Holland
¤ CRÉDITS : lilie
¤ MESSAGES : 148
¤ POINTS : 50
¤ MULTIS : Jodie Rowley - @Aaron Davis - Alex Blackwood
¤ AGE : 24 ans
¤ ZONE LIBRE : Nécromancienne
Fait payer ses services en terme de magie

¤ GROUPE : Roule pour elle
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/04/2018


MessageSujet: Re: I don't want to admit to something if all it's gonna cause is pain - ft Hannah Mer 23 Mai - 21:35






I don't want to admit to something if all it's gonna cause is pain


Aedan & Hannah

Un jour, peut-être qu'elle apprendra à faire semblant d'être impressionnée. Un jour peut-être qu'elle comprendra que c'est important de faire semblant pour flatter les gens alors que, aujourd'hui, c'est une notion qui lui échappe complètement. Un jour, si elle le fait, elle ne sera pas crédible dans ses actions et ça sonnera faux. Parce que, si Hannah est douée pour manipuler les esprits et les morts, c'est une tout autre chose quand il s'agit de le faire avec des vivants. Hannah, dans le fond, c'est comme une enfant qui découvre le monde. Quand on passe sa vie à être enfermée pour ne faire que de la magie, tout devient nouveau quand on décide de prendre son indépendance. Alors oui, elle est cet enfant qui découvre les choses avec, en quelque sorte, cette même spontanéité et son manque évident de connaissances dans ce qui peut blesser/frustrer/vexer ou non quelqu'un.

Du coup, elle ne voit pas spécialement qu'il est septique. De toute façon, ils le sont tous plus ou moins et, très honnêtement, elle s'en taponne l'oreille avec une babouche du moment qu'elle est payée. Si elle possède toujours toutes ses phalanges, c'est qu'elle doit quand même pouvoir réussir à avoir des résultats, non ? Le mieux c'est que ça continue encore. Au moins, il a le mérite de rire à ses blagues. Enfin, elle n'est pas réellement certaine de pouvoir qualifier ça de rire mais, elle s'en contentera. N'empêche que, blague ou non, ça aurait été carrément utile une tête dans cette histoire. Au lieu de ça, elle allait devoir se contenter d'un nom, de cicatrices et d'une explication sur ce qui s'est passé. Explication vague, d'ailleurs. Mais bon, ce ne sont pas ses affaires après tout. Hannah, elle s'en fout un peu que des gens puissent vouloir le tuer.

« hmm... Le jour où ça arrivera, il faudra plus s'inquiéter du vampire en question que d'moi. » Ouais, d'abord ! Non parce qu'elle n'allait pas se laisser emmerder par un vampire. Ça l'inquiéterait beaucoup plus si on parlait d'un loup ou d'un humain mais, généralement, ces derniers ne pratiquaient pas trop l'arrache de jugulaire avec les dents. Si y a bien des surnaturels qui ne lui faisaient pas peur, c'était bien les vampires. « M'enfin, faut croire, qu'chacun s'en sort comme il peut... »

Est-ce qu'elle critique le fait qu'il n'aie pas pris le temps de poser des questions ? Pas volontairement en tout cas. Dans le fond, ça l'arrange bien parce que, au moins, elle gagne de l'argent grâce à son incompétence à traiter avec un vampire. Pas de quoi s'en plaindre. Elle ne s'inquiète pas plus de regard qu'il peut lui lancer en donnant des explications... Hannah ne va pas se formaliser pour si peu. En fait, elle ne s'intéresse même plus à cette histoire, prenant la main de l'homme pour qu'il pose et laisse son avant-bras sur la table.

« Ok. Bouge plus. »

Hannah se relève et attrape un pot avec un mélange, déjà préparé, d'herbes. De retour sur sa chaise, elle en dispose sur les cicatrices de l'homme. A partir de là, deux choix s'offre à elle : partir dans une longue incantation qui ne sert strictement à rien mais dont les humains semblaient raffoler – paraît que ça fait plus vrai. Ou de se la jouer normalement, sans fioriture. C'est la deuxième option qu'elle préfère prendre. Ses lèvres remuent dans un murmure incompréhensible alors que l'air de la pièce devient un peu plus frais. Les ampoules vacillent un court instant avant que Hannah ne relève la tête pour regarder à sa droite.

« Hmm... »

l'esprit se tient là, dans la pièce, la tête dans ses mains au lieu d'être raccrochée au reste de son corps.  Une tête qui, tout d'un coup voit Aedan – alors que lui ne voit rien – et lâche un cri de rage. Dans une action complètement stupide, l'esprit lâche sa tête et court en direction de l'homme, les bras tendus en avant comme s'il voulait l'étrangler. Deux problèmes à ça : Le premier c'est que l'esprit ne peut pas toucher Aedan. Le deuxième c'est que sans sa tête, il ne voit plus rien. Du coup, y a le corp de l'esprit qui court vers l'homme, qui le traverse et qui passe au travers du mur. Hannah, elle laisse échapper un long soupire. Stupide esprit.

« J'crois qu'il t'en veux. » Ce qui, au final, n'est pas si étonnant. Elle secoue la tête avant de la pencher à droite de la table, vers le sol. « Sérieusement ? A quel moment t'as cru qu'c'était une bonne idée d'lui foncer dessus ? » Elle regarde Aedan rapidement et pointe une direction au sol. « En fait, j'ai qu'ça tête. Son corps, il... Bah... il vient d'essayer de t'foncer d'ssus mais... bref, j'sais pas trop où il est maintenant. »

La tête de l'esprit hurle pour qu'on lui rende son corps et, accessoirement qu'on tue Aedan aussi. Dans l'immédiat, Hannah préfère l'ignorer. Au moins elle pourra négocier avec lui pour avoir des réponses, plutôt que d'user d'un autre sort pour l'obliger à répondre. Du coup, c'est sur Aedan qu'elle se concentre avec toujours cette impression de déjà vu qu'elle essaye de faire taire pour se concentrer.

« T'as fais que lui arracher la tête ? Parce qu'il a... » Elle pointe une direction au loin. « Enfin, le corps, il avait tous les bras droit bien abîmé aussi. » Elle hausse les épaules, en fait, c'est pas très important. « Tu veux savoir quoi, du coup ? »  



par humdrum sur ninetofive
Revenir en haut Aller en bas
Aedan Finnigan

avatar

Humain



¤ AVATAR : Tom Hardy
¤ CRÉDITS : lilie
¤ MESSAGES : 32
¤ POINTS : 16
¤ MULTIS : Adrian Mancini
¤ AGE : 40 ans
¤ GROUPE : Humain
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 14/04/2018


MessageSujet: Re: I don't want to admit to something if all it's gonna cause is pain - ft Hannah Jeu 5 Juil - 13:35

Il laisse glisser sa remarque, comme l’eau sur les galets. Oh, il pourrait bien lui dire ce qu’il en pense, qu’une fille gringalette comme elle n’aurait pas tenu dix minutes face à un vampire et que si sa grande gueule était sa seule arme, elle allait vite se rendre compte que ça ne suffisait pas mais il préfère hausser les épaules. Inutile de gaspiller son énergie pour une gamine qui semblait aussi têtue que lui, et ce n’était pas peu dire. La cicatrice court le long de son avant-bras et il détourne le regard, une moue dégoûtée sur le visage ; il détestait cette marque, symbole de tout ce qu’il avait perdu. « Ok. Bouge plus. » Pour une fois, il obéit sans la ramener, se contentant de plisser le nez quand elle applique l’onguent sur son bras. Il a bien envie de lui dire que son truc pue et que l’odeur a intérêt à partir parce que… Un courant d’air froid lui descend le long du dos et il frissonne imperceptiblement, tressaillant malgré lui quand la lumière des ampoules vacille un bref instant. Presque aussitôt, ses prunelles soupçonneuses se posent sur la gosse, cherchant le subterfuge ; si elle se fout de sa gueule à coups de tour de passe-passe, il risque fort de perdre patience et de transformer sa jolie bouille en pâté pour chiens. « Hmm... » Elle jette un regard sur sa droite et il suit le mouvement, sauf qu’il n’y a rien à voir et qu’il commence à perdre patience. Il s’apprête à se lever de sa chaise et à claquer la porte quand une sensation glaciale s’empare de son thorax, le figeant sur place quelques longues secondes… « J'crois qu'il t'en veux. » Il fronce les sourcils, cherchant à comprendre si tout cela est vrai ou si ce n’est qu’une farce stupide qu’elle risque de regretter très vite. « Sérieusement ? A quel moment t'as cru qu'c'était une bonne idée d'lui foncer dessus ? » Il regarde par terre à son tour mais il n’y a toujours rien à voir et il a légèrement l’impression de passer pour un con. « En fait, j'ai qu'ça tête. Son corps, il... Bah... il vient d'essayer de t'foncer d'ssus mais... bref, j'sais pas trop où il est maintenant. » Il ouvre la bouche, incrédule. « Il a fait… quoi ? » C’était quoi ce bordel, encore ? Quand il rentrerait au bar, il ferait écarteler l’abruti qui l’avait envoyé ici perdre son temps. « T'as fais que lui arracher la tête ? Parce qu'il a... Enfin, le corps, il avait tout le bras droit bien abîmé aussi. » Ses iris s’allument d’une lueur surprise devant l’information qu’elle lui lâche. Il n’avait pas parlé de ça mais il se rappelait bien ce bras en charpie, œuvre de Declan et de la barre de fer qu’il avait abattu, vengeresse, sur le vampire pour le libérer, lui, de son étreinte mortelle. Tout à coup, la gosse revêt un intérêt nouveau, comme il réalise qu’elle n’est peut-être pas si charlatane qu’il y parait. Se pourrait-il que… ? « Tu veux savoir quoi, du coup ? » Trop occupé à l’observer sous toutes les coutures, il met un temps indéfiniment trop long avant de sortir de sa torpeur. « Quoi ? Ah, oui… » Il avait des questions à poser, se remémore-t-il, soudainement plus intrigué par la gamine que par ce qu’il était venu chercher de prime abord. Il passe une main nerveuse dans sa barbe avant de répondre. « J’ai besoin de savoir où il a planqué le chargement qu’il m’a volé cette nuit-là… » Aucune information sur la nature du chargement en question, pas plus que sur le fait qu’il n’ait pas été seul face au vampire, lors de leur rencontre. Il ne voulait pas en dire trop, cherchant encore à déceler si elle cherchait à le tromper ou non. Au final, tout ça n’était qu’un test dont il espérait sincèrement qu’elle le réussirait car il n’avait plus d’autres recours que ça pour remettre la main sur ces armes. « J’veux savoir qui l’a envoyé aussi… » A part lui, Declan et quelques membres haut placés de l’IRA, personne ne savait pour leur opération de l’époque. S’il y avait un traitre dans leurs rangs, il voulait le savoir et le lui faire payer. La vengeance était un plat qui se mangeait froid et, dix ans plus tard, Aedan était tout disposé à se mettre à table.


Revenir en haut Aller en bas
Hannah Johnson

avatar

Sorcière • Nécro



¤ AVATAR : Willa Holland
¤ CRÉDITS : lilie
¤ MESSAGES : 148
¤ POINTS : 50
¤ MULTIS : Jodie Rowley - @Aaron Davis - Alex Blackwood
¤ AGE : 24 ans
¤ ZONE LIBRE : Nécromancienne
Fait payer ses services en terme de magie

¤ GROUPE : Roule pour elle
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 08/04/2018


MessageSujet: Re: I don't want to admit to something if all it's gonna cause is pain - ft Hannah Ven 13 Juil - 13:35






I don't want to admit to something if all it's gonna cause is pain


Aedan & Hannah

Super le grand gaillard aux paluches qui pourraient briser le cou de Hannah ! Une cicatrice, et, hop, il faut qu'il détourne le regard. Ça se vante d'avoir tué un gars, un vampire, et ça fait la moue devant une marque sur son propre bras. Pff ! Au moins, il ne fait pas son môme de deux ans qui ne veut pas qu'on mette quelque chose sur une blessure. Ce qui permet à Hannah de faire ce qu'elle a à faire et, par la suite, expliquer un peu la situation. Ses yeux roulent dans leurs orbites quand l'homme vient à demander ce que l'esprit a fait. Hannah, pas très douée pour tout ce qui touche la psychologie, prend cette question au premier degré alors, elle soupire et tente de bien articuler tous les mots.

« Il était là, la tête dans ses mains. Quand il t'a vu, il a lâché sa tête, dans un réflexe, pour te sauter dessus. Du coup, le corps doit encore courir en ne voyant pas où il va pendant que, sa tête, elle est encore par terre. Juste ici. »

A aucun moment, Hannah ne pense qu'il a posé la question par pure incrédulité, parce que la situation peut lui sembler surréaliste. C'est tellement normal pour elle, qu'elle prend tout au pied de la lettre. Hannah se serait adressé à un gamin de 5 ans, qu'elle n'aurait pas pu faire mieux que de toute décortiquer doucement en ajoutant des gestes à ses paroles. Est-ce que, maintenant, il avait compris ?

Hannah, elle ne comprend pas trop ce qui se passe dans la tête de ce type qui, décidément, lui dit quelque chose. Il semble soudainement la voir sous un nouveau jour. Bah quoi ? Il espérait quoi ? Qu'elle allait lui vendre une histoire en mode diseuse de bonnes aventures ? Les gens sont quand même chelous. Ils viennent ici en ne croyant absolument pas à toutes ces conneries mais... Bah, ils viennent quand même. Faut vraiment avoir du fric à perdre pour en filer à quelqu'un qu'on pense être un charlatan. Elle soupire, tapote un doigt sur le bureau en attendant qu'il se réveille pour lui répondre. Chose qu'il finit enfin par faire.

« Il dit que : 1, tu peux aller te faire foutre avec tes armes. 2, que, de toute façon, tous les Finnigan sont des fils de pute. » Elle lève les mains, comme pour se déculpabiliser. « 'Fin, moi, j'fais que répéter hein. » Elle hausse les épaules avant de reprendre. « Et, 3... Vive l'Angleterre ! »

Elle ne comprend pas trop ce que l'Angleterre vient foutre là-dedans mais bon. Même morts, les gens peuvent être bizarres et, quand on communique avec une simple tête, il ne faut pas s'attendre à des miracles.

« Au passage, dis aussi à Aedan, comment se porte la femme de son frangin ! »
« Et, il demande comment... Quoi ? » Elle se tourne vers une tête qu'elle est la seule à voir. « Tu as dis quoi ? »
« Comment va la femme de son frère. »
« Non avant, tu l'as appelé comment ? »
« Aedan mais, on s'en tape. L'enfoiré, si tu préfères ! »

Aedan. Finnigan. Irlande. Putain, elle sait où elle l'a vu. Elle en avait déjà entendu parlé. Enfin, pas directement, Hannah avait surtout déjà surpris une conversation que sa mère avait eu à un son sujet alors qu'elle pensait que sa fille n'écoutait pas. Les yeux s’écarquillent de surprise alors qu'elle pose son regard, soudainement très suspicieuse sur l'homme face à elle.

« Putain, c'est toi qui vient de sortir de prison ? »

Et c'est plutôt étrange. Sa mère semblait s'inquiéter de cette présence en ville. Et, comme par hasard, elle se retrouvait en face de ce type. Du coup, Hannah en vient à se demander si ce n'est qu'un simple hasard ! Après tout, elle a des raisons d'être un peu suspicieuse, non ? Elle souffle soudainement sur une bougie, laissant l'esprit disparaître.

« Il dira rien, ça sert à rien de continuer. Tu devrais y aller. »



par humdrum sur ninetofive
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: I don't want to admit to something if all it's gonna cause is pain - ft Hannah

Revenir en haut Aller en bas
I don't want to admit to something if all it's gonna cause is pain - ft Hannah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Nuage d'Eden, If life was more sweet, we would never to admit something that hurts us|| 12 Jan.
» Admit it... For you, I'm more than a friend ? Ft. Johnny Test
» It takes courage to admit fear » jackson.
» Haiti: Mesures pour réduire l’inflation
» [Guide]Les évènements insolites

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Sud de la Tamise :: Vers l'au-delà-
Sauter vers: