RSS
RSS



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


''Moon's Spell'' s'inspire du roman ''Salem'' de Sandra Triname. Les autres sources sont diverses et variées.
Redécouvrez certaines races avec des manières de jeux exclusives qui pourront vous ravir. ''Moon's Spell'' cherche plusieurs
PV's très importants pour le développement du jeu. Personnages construits mais libres en plusieurs points, ils ont tous des
liens entre eux. N'hésitez pas, inscrivez vous !



Partagez|

On va tous mourir ? with Jack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Erza Z. Owens

avatar

Sorcière • Terre



¤ AVATAR : Rita Ora
¤ MESSAGES : 73
¤ POINTS : 5
¤ MULTIS : Joanne / Charlie / Ivana
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE :
+ Vétérinaire au London Zoo
+ A un husky qui s'appelle Bowie
+ Rp full

fiche + liens + Chrono


¤ GROUPE : Communauté des Sorcières de Londres
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 05/04/2018


MessageSujet: On va tous mourir ? with Jack Sam 14 Avr - 20:11

Erza & Jack18 mars 2018Qui craint le grand méchant loup ? C'est p't'être'vous, C'n'est pas nous ! Voyez comm' d'ailleurs on tient l'coup : Tra la la la ! (Na !) Si jamais nous le rencontrons, Foi d'mignons P'tits cochons ! A sa barbe, nous chanterons : Tra la la la la !


Jour de la St-Patrick. Beaucoup de jeunes de mon âge sortaient ce soir-là, grimés aux couleurs de l’Irlande, pour faire la fête sur Trafalgar et ses environs. En temps normal, j’étais de ceux qui faisaient la fête. Les bières s’écoulaient, la musique me faisait vibrer. C’était génial, toujours. Et bien évidemment, tout le monde aime ça, la St-Patrick. C’est logique non ? Les gens aiment faire la fête, pour tout, pour rien. Les gens aiment oublier leur quotidien, l’espace d’un instant. Moi mon quotidien, je ne cherchais pas à le fuir, je l’aimais. J’aimais mon job, mes amis, mes passions. J’étais une femme épanouie, vraiment. Est-ce pour ça que je n’ai pas voulu participer aux festivités ? Ben non voyons ! J’avais envie, moi, de me bourrer la gueule, même si Decima n’était pas disponible ce soir là. Bah ouais, c’est ça d’avoir une sœur de cœur qui était flic et qui devait faire passer son job avant le reste. Bon, en fait, sous mes airs de nana superficielle, j’étais pareille. Mon job passait avant tout et mon rôle de bénévole dans les refuges d’animaux était également une priorité. Alors ouais, j’aurais adoré de déhancher dans les rues de Londres dans une tenue verte et orange. Mais il manquait du monde au Refuge que je fréquentais dans le Sud de la ville. Alors nan, je n’allais pas faire la fête ce soir là. Clairement pas.

J’étais arrivée au Refuge vers dix-huit heures, pour préparer un petit dîner rapidos avec les rares bénévoles qui étaient là. En vrai, on s’était contenté de sandwichs, mais faits avec amour ! Les chiens et chats furent chouchoutés, les cages lavées et les gamelles furent toutes remplies.

- Je trouve ça merveilleux qu’une jeune femme comme vous soit présente ce soir Erza !

Madame Powell était une vieille dame, d’un âge incertain, mais complètement adorable. Je l’appréciais beaucoup cette petite dame qui donnait son temps de femme veuve au Refuge et à ses habitants. Elle et son petit-fils, Theo, tout juste majeur et timide, avaient tenus à être là.

- Oh ben vous savez, des moments pour faire la fête y en a tout le temps. Et puis je n’avais personne pour m’accompagner. Votre compagnie est bien plus agréable que celle des soûlards aux mains baladeuses !

La nuit venait de tomber lorsqu’un premier appel tomba. Un chien errant avait été vu dans les rues proches du Refuge. L’animal semblait paniqué, très gros et dangereux. Vu la photo reçue sur le téléphone du Refuge, je sus immédiatement qu’il ne s’agissait pas d’un chien, mais d’un loup. Pourquoi un loup se promenait en ville, transformé ? Bon sang, mais c’était irresponsable et dangereux !

- Bon eh ben je reviens tout à l’heure ! Pas de folie et n’ouvrez pas si vous n’avez pas confiance okay ?!
- Mais oui mon ptit. Et toi tu fais attention à toi d’accord !

Madame Powell était définitivement une mamie adorable. Je la quittais, elle et Theo, ainsi que le Refuge, pour rejoindre ma voiture. Mon SUV Chevrolet blanc m’attendait. Je pris la direction du centre du Sud. Entre les coins malfamés et les coins bien fréquentés, là où le loup avait été vu. Je roulais doucement, observant chaque croisement, chaque ruelle. Les bars étaient fréquentés et pas toujours en bien. Heureusement, j’avais évité d’être en tenue sexy ce soir-là. Jeans, pull à capuche et baskets. Je me garais sur le bas-côté, me disant que j’aurais certainement plus de chance à pieds qu’en voiture. Mon sac fut sorti du coffre. Dedans, j’avais de quoi soigner et attraper un animal errant. Mais je savais bien qu’avec un loup les choses seraient… différentes.

À vrai dire, des loups, j’en connaissais pas des tonnes. Mais c’était une race que j’affectionnais. Allez savoir pourquoi. J’aurais tellement aimé être une Chamane ! Mais non, fallait que ma mère et ses ancêtres soient Sorcières de la Terre ! Bon, ok, ce n'était pas horrible de l’être. J’aimais ma magie, j’aimais celle que j’étais. Mais heureusement, ce n’était pas écrit sur mon visage.

(…)

Cela faisait plus d’une heure que j’arpentais les rues du coin pour retrouver ce loup. Certains passants m’avait guidé vers une zone plus vaste. Et c’est alors que les choses prirent une tournure imprévue. Ce fut d’abord des coups de feu qui retentirent, non loin de moi. Puis des cris. Une personne normalement constituée aurait certainement pris ses jambes à son cou. Pas moi. Je courrais, comme une conne, vers la source des bruits et des coups de feu. Je ne comprenais pas ce qui se passait, mais la foule se bousculait.

- Putain de merde, c’est quoi ce bordel !?

En quelques secondes, je me retrouvais à terre. Et c’est là, couchée à plat ventre sur le sol, que je vis le loup en question. Sans plus attendre, je me relevais pour me mettre à courir. Derrière moi, les cris résonnaient encore. Au loin, les sirènes des voitures de police semblaient rappliquer. Mais je n’en avais rien à foutre, je voulais soigner ce loup. Et il était là, dans une ruelle…

La scène qui se déroulait sous mes yeux fut… Terrifiante ? Traumatisante ? Aucune idée. Je n’aurais su réellement le dire. Mais le garou, blessé, était entrain de se battre avec un homme. Son corps fut transpercé par une lame, en argent certainement, arrachant un hurlement de souffrance à l’animal qui tomba à terre, reprenant forme humaine. Un cri s’échappa de mes lèvres. Non, je n’étais pas prête pour ça. L’homme se retourna vers moi … et ma Magie prit d’instinct le dessus. Le sol sous ses pieds fut transpercé par des racines provenant d’un arbre non loin de nous, l’attrapant par les pieds. J’en profitais pour courir vers l’homme blessé. Mes mains se retrouvèrent bientôt teintées du rouge de son sang. Il était mort.

- Putain … putaiin fais chier !! J’savais que j’aurais dû aller à cette putain de fête !

Je n’savais plus quoi faire. Appeler Aaron ? Oh non, il allait me tuer. Le gus avait réussi à se défaire de l’emprise de racines alors que je repris la fuite. Il courait, là, derrière moi. Et moi, comme une conne, je trébuchais, me ramassant la gueule parterre. Je relevais le nez sur une paire de chaussures usées. Putain, si y a un Dieu, aidez moi j’vous en supplie! Alors je fermais les yeux. Fort fort fort. Juste au cas où.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Jack Miller

avatar

Loup • meute Sud



La paix, c'est la reconnaissance du semblable.
¤ AVATAR : Andrew Lincoln
¤ CRÉDIT AVATAR : Swan
¤ MESSAGES : 39
¤ POINTS : 1
¤ MULTIS : Katherine Chadwick - Valentina Gianni - Ora Lewis
¤ AGE : 40 ans / 201 ans
¤ ZONE LIBRE :
¤ GROUPE : Meute du Sud
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 05/04/2018


MessageSujet: Re: On va tous mourir ? with Jack Jeu 19 Avr - 17:43

>
on va tous mourir ?
feat Erza Z. Owens
Tout le monde m'avait contacté pour la Saint-Patrick. Et comme d'habitude j'avais refusé de faire partie des festivités. J'aimais ma tranquillité et allais en ville seulement pour mes obligations. J'avais bien envie de voir mes congénères de la meute Sud mais pas avec autant de monde, d'alcool et de bagarres. Non, j'aimais ma petite maison à la lisière de la forêt, y couper du bois pour remettre mes idées en place, faire le tour de la forêt pour mes fonctions de garde-chasse, vérifier que tout le monde respectait la nature, en soi. Non pas que je sois écologiste, mais j'ai gardé la vision très respectueuse des Sioux pour la nature, c'était plutôt une habitude. Et depuis que j'étais un loup, je me sentais un peu faire partie de cette nature sauvage, totalement à l'encontre de cette ville surfaite, de ces gens qui ne pensent qu'à eux et de cette absence cruelle d'animaux, d'insectes, de végétation.

J'avais fini par rentrer et me préparer un repas rapide – il faut avouer que je n'étais pas un cordon bleu, quand je reçus un appel de Manoé. Super. Il insiste. Il a le don de vouloir me forcer à m'intégrer dans les habitudes des citadins, de supporter ces sorties entre meute, d'autant plus depuis une attaque récente qui avait fait quelques tensions en notre sein. Même si j'étais du genre pas du tout loquace et solitaire dans la meute, je restais le Bêta, l'ami de Manoé et avec le temps, les gens avaient fini par comprendre mes silences et m'apprécier. Difficile mais ma patience a fini par porter ses fruits. Je finis ma bouchée en fixant mon téléphone qui vibre, dépose le sandwich que je mange dans l'assiette qui me fait face et décroche le téléphone en soupirant.

« - Mec, je t'ai déjà dit que je n'avais pas envie de sortir.
- Il faut absolument que tu viennes, on a un gros problème Jack. »

Je me redresse sur mon siège, fronçant les sourcils, surpris.

« - Un problème ?
- Le Sud est attaqué, j'ai pas le temps de discuter. Ramène toi !
- J'arrive. »

J'ai à peine le temps de prononcer ce dernier mot qu'il avait déjà raccrocher. Je grogne, mes sourcils se froncent et je me lève, enfilant ma veste en cuir trop légère pour la saison. Décidément, ce soir, tout le monde avait décidé de me faire chier. J'attrape mes clefs, monte dans mon pick-up et rejoins au plus vite le sud pour soutenir mon alpha.

***

C'était le chaos. J'avais rarement vu autant de bordel. Les flics avaient déjà délimité un périmètre de sécurité. Comment est-ce que j'allais entrer ? Je me cachais, patient, dans un coin sombre pour ne pas me faire repérer. J'entendais leurs discussions. Il semblerait qu'il y ait une alerte à la bombe. Fais chier. J'attrape mon téléphone, rappelle Manoé. Ça sonne mais je tombe sur le répondeur. Super. Je commence à me dire qu'on a un sérieux soucis et que j'ai tout intérêt à me bouger le cul. Une chance pour moi, au moment où je raccroche, une cohue se forme, certains paniquent et c'est le moment pour moi de passer incognito.

***

J'entends des cris au loin. Je cours en direction des coups de feu, sortant mon Kruger, le gardant le long de mon corps. Un petit bijou qui m'avait suivi des Etats-Unis et que je prenais en cas de problèmes. Il semblerait que là, on soit dans la merde jusqu'au cou.

En arrivant, je vois une fille courir droit vers un loup inerte au sol qui reprenait forme humaine. J'ai mon cœur qui bat trop vite parce que je le reconnais immédiatement. Je serre les dents, furieux de voir que la meute du Sud venait de perdre l'un de ses membres les plus importants et que j'étais malheureusement en charge. La fille essaie de s'enfuir et tombe au sol. Je m'approche, lève mon pistolet, approche à grand pas de la jeune fille, ferme un œil pour viser et tire dans le cœur de la personne dès que je suis face à elle. Je baisse la tête tandis qu'elle regarde mes chaussures, l'attrape par le bras pour la remettre sur ses pieds sans difficulté et avance rapidement en l'entraînant avec moi.

« On se dépêche, il ne doit pas être seul, il faut se mettre à l'abri. »

Je tourne dans une rue vide et étroite, la lâche et approche d'une porte avec une petite vitre. Je la casse avec mon coude, passe mon bras par celle-ci et ouvre sans trop de difficulté. Nous entrons rapidement et je referme la porte sur nous. Collé à la porte, j'écoute le bruit extérieur pour voir si quelqu'un nous a suivi. Une fois que je nous pense en sécurité, je daigne poser les yeux sur elle pour vérifier qu'elle va bien.

« Vous n'êtes pas blessée ? »
☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Erza Z. Owens

avatar

Sorcière • Terre



¤ AVATAR : Rita Ora
¤ MESSAGES : 73
¤ POINTS : 5
¤ MULTIS : Joanne / Charlie / Ivana
¤ AGE : 28 ans
¤ ZONE LIBRE :
+ Vétérinaire au London Zoo
+ A un husky qui s'appelle Bowie
+ Rp full

fiche + liens + Chrono


¤ GROUPE : Communauté des Sorcières de Londres
¤ MEMBRE DEPUIS LE : 05/04/2018


MessageSujet: Re: On va tous mourir ? with Jack Dim 22 Avr - 9:03

Erza & Jack18 mars 2018Qui craint le grand méchant loup ? C'est p't'être'vous, C'n'est pas nous ! Voyez comm' d'ailleurs on tient l'coup : Tra la la la ! (Na !) Si jamais nous le rencontrons, Foi d'mignons P'tits cochons ! A sa barbe, nous chanterons : Tra la la la la !



Le coup de feu venait de résonner, me faisant sursauter sur le sol. Mon corps tout entier était crispé, mais au moins c’était signe que j’étais en vie. J’étais là comme une conne, à remercier le ciel parce que la belle n’avait pas été pour moi. J’étais morte de trouille. Putain, je n'étais pas faite pour ça moi. Pas pour un bordel comme ça. Mes yeux étaient restés fermés. Je ne voulais pas voir. Bêtement, j’espérais que tout disparaîtrait en les rouvrant. Du style comme quand on se réveille d’un cauchemar. Sauf que j’ouvris les yeux, ouais, mais de force, parce qu’une poigne ferme m’attrapa le bras pour me soulever de terre. Vache il est fort lui ! Le type devant moi m’avait soulevé comme si j’étais aussi légère qu’une plume. Et il me traînait dans sa foulée, avec ses pas bien trop rapides, ses enjambées bien trop grandes pour moi qui tremblait encore comme une feuille qui allait s’écraser au sol.

- Pas seul ? Hein ? Quoi ? C’est quoi ce bordel !? Vous êtes qui !??

Se mettre à l’abri ? Où ? Avec lui ? PAUSE ! Là, ça allait beaucoup trop vite pour moi. Je ne comprenais absolument pas ce qui se passait. Et le loup bordel… Le loup. Je me rappelais alors qu’il était mort, que mes mains étaient rougies de son sang. Il était mort sous mes yeux, transpercés par une lame. J’étais sous le choc. Incapable de dire quoi que ce soit, de réfléchir, de gueuler. Je courais, traînée comme un boulet par ce type qui venait visiblement de me sauver la vie. Le quartier était sans dessus-dessous. J’entendais encore des cris et des sirènes. Et s’il y avait des blessés ? Dans ma poche, mon téléphone n’arrêtait pas de vibrer et sonner.

- Moins vite !!

Je trébuchais, manquant de tomber, mais l’inconnu me tenait si fermement que je n’avais pas d’autre choix, je devais suivre et tenir sur mes jambes. Finalement, il pénétra dans une ruelle et me lâcha. J’étais essoufflée alors que j’étais sportive. J’adorais courir moi, mais pas comme ça ! J’observais le type, encore sous le choc de ce que je venais de vivre. Le gars força une porte en pétant une vitre, ou quelque chose comme ça. À vrai dire j’eus beaucoup de mal à me rendre compte de tout ce qui se déroulait autour de moi, jusqu’à ce que je pénètre dans ce lieu sombre. Les ombres des lampadaires au loin, dansaient sur les murs de la pièce, nous éclairant partiellement. Les battements de mon cœur explosaient mes oreilles, ma gorge était sèche et je récupérais difficilement mon souffle. Je tremblais. De partout.

« Vous n'êtes pas blessée ? »

Je clignais des yeux, observant ce type qui venait de me parler. Tu es censée répondre Erza, lorsqu’on te pose une question. J’observais mes mains ensanglantées, tremblantes.

- Euh nan… Nan j’crois pas. C’est… c’est pas mon sang. C’est… Oh bon sang... Je réalisais. Voilà voilà…Il l’a tué putain ! Avec une épée ! Ce type l’a tué bordel ! Faut prévenir les flics ! Hen … et vous.. POURQUOI VOUS ÊTES ARMÉ ?

Je reculais de quelques pas. J’étais avec un type dont j’ignorais absolument tout, qui était armé, qui venait de tuer un autre type et qui m’avait entraîné ici. Bon, il m’avait sauvé la vie et ça je devais me le rappeler. Mais là, à cet instant, j’étais un peu paniquée, fallait bien l’avouer et m’excuser pour ça. Dans ma poche, mon téléphone se mit à sonner. C’était le Refuge. Je répondis, parce que Madame Powell n’allait pas lâcher l’affaire.

- Oui allo ?
- Erza mon ptit, pourquoi tu ne répondais pas. Je suis morte d’inquiétude !
- C’est le bordel Madame Powell, mais ça va aller, je suis à l’abri. Restez où vous êtes, enfermée vous dans le Refuge avec Theo et ne le quittez pas d’accord ? Vous restez là-bas, ne prenez aucun risque.
- Et toi mon ptit, tu vas faire quoi ? T’es sûre que ça va ?
- Oui… Oui ça va, je suis en sécurité.

J’suis en sécurité pas vrai ? J’avais dit ça en observant ce type, espérant que j’étais bien en sécurité. Je finis par raccrocher, laissant une Madame Powell un peu plus rassurée. Sur l’écran de mon téléphone, des alertes s’affichaient.

- Quoi ? C’est une alerte à la bombe ? Une prise d’otages ?

La panique, encore, me rendit livide. J’étais trop jeune pour mourir bordel ! Et pourtant… Pourtant au fond de moi, mon âme de sauveteuse reprit le dessus.

- Il faut qu’on aille aider, il doit y avoir des blessés, ils ont certainement besoin d’aide.

Je m’avançais vers la porte, bien décidée à sortir. Mais l’homme fit barrage de son corps. Je plissais les yeux, fronçant les sourcils. Sérieux ? Tu m’empêches de sortir ?

- On ne peut pas rester là ! C’est dangereux. Si tu ne veux pas les aider faut qu’on dégage ; t’imagines si le quartier explose hein ? Ça aura servi à rien de me sauver !

Oh, c’est vrai, il m’avait sauvé.

- Merci d’ailleurs. J’ai cru que… que t’allais me tuer, que t’étais un des potes de l’autre type. Je me calmais, un peu, prenant conscience que j’aurais pu mourir s’il n’avait pas été là. Moi c’est Erza. Je venais pour le signalement d’un… D’un animal errant. Mais il est mort.

Mon regard se posa sur mes mains toujours aussi rougies par le sang du loup qui était mort sous mes yeux. Les larmes vinrent troubler ma vue. Je n'étais pas une chialeuse, mais putain, c’était horrible. J’essuyais mes yeux rapidement, avec la manche de mon pull à capuche, qui lui aussi était souillé de sang. C’était dur là. Le contre-coup certainement. J’avais l’air bête non ?

- On… On fait quoi ?

Parle-moi putain, parce que soit j’vais me rouler en boule et chialer comme une merde, soit j’vais me prendre pour Wonder Woman et je vais aller là-bas, dans la cohue, pour sauver des gens.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: On va tous mourir ? with Jack

Revenir en haut Aller en bas
On va tous mourir ? with Jack
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» OMOVTM ? "Oh Merde ! On va tous mourir" {Jack & Tara}
» Nous sommes tous destinés à mourir [Shingen]
» (H) JACK O'CONNELL ⊱ elle cherche tes yeux dans tous les regards qu'elle croise.
» Joyeux noel à tous!
» Technique du Jeune Jack

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moon's Spell :: BIENVENUE A LONDRES :: Le Sud de la Tamise-
Sauter vers: